Hayao Miyazaki

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
magobei
Assistant opérateur
Messages : 2538
Inscription : 11 sept. 07, 18:05

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar magobei » 17 sept. 11, 10:25

Jeremy Fox a écrit :
8140david a écrit :A éviter :
Lupin III : Le Château de Cagliostro (1979)

Dommage ; je le trouve tout à fait réjouissant (rythme époustouflant, grande drôlerie), surtout pour un premier film.

La scène finale, notamment, est un bijou d'animation.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Jericho » 17 sept. 11, 11:33

Premier film, premier chef d'oeuvre pour moi.
C'est probablement son film le moins personnel par rapport à ce qui a suivi, néanmoins Cagliostro demeure excellent.
Puis Lupin quoi, personnage mythique !
Image

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17901
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Rick Blaine » 17 sept. 11, 13:02

J'ai finalement découvert Miyazaki avec Porco Rosso. J'ai trouvé ce film fort bien écrit, dynamique, divertissant, riche en personnages forts attachants, Porco Rosso en tête.
L'histoire est habile, entre héroïsme aérien - un sujet que j'adore, amitié et amour, et grande Histoire de l'entre deux guerre, tout cela m'a semblé fort équilibre et intéressant, sans jamais quitter des yeux la nécessité de divertir. On regrettera tout juste une petite incursion mystique (sur dieu qui voulait laisser Porco Rosso combattre seul) qui m'a paru superflu.
La plupart des décors sont très bien dessinés, détaillés, avec juste ce qu'il faut de réalisme pour ce type de projet. Par contre, j'avoue ne pas être totalement convaincu par l'animation, notamment celle des personnages, qui ouvrent des bouches larges comme leur visages, et ont une démarche très raide. Cette animation se fait d'ailleurs parfois au dépend de la beauté des décors que j'évoquais plus haut, qui se simplifie beaucoup lorsqu'il y a du mouvement.

J'ai au final trouvé tout cela fort agréable, fort divertissant, mais artistiquement je suis un peu resté sur ma faim. Un bon film, mais dans lequel il m'a manqué un petit quelque chose.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86030
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Jeremy Fox » 17 sept. 11, 13:17

Rick Blaine a écrit :J'ai au final trouvé tout cela fort agréable, fort divertissant, mais artistiquement je suis un peu resté sur ma faim. Un bon film, mais dans lequel il m'a manqué un petit quelque chose.

Ah ce niveau là, les films suivants devraient mieux te convenir

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17901
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Rick Blaine » 17 sept. 11, 13:36

Jeremy Fox a écrit :
Rick Blaine a écrit :J'ai au final trouvé tout cela fort agréable, fort divertissant, mais artistiquement je suis un peu resté sur ma faim. Un bon film, mais dans lequel il m'a manqué un petit quelque chose.

Ah ce niveau là, les films suivants devraient mieux te convenir

De toute façon, j'ai passé un moment agréable, donc je poursuivrais l’expérience. :wink:
Je saurais aussi mieux à quoi m'attendre, je suis très habitué à une animation "américaine" (Disney, Chuck Jones, Tex Avery, Pixar plus récemment...), là on a quelque chose d'assez différent esthétiquement. Une différence que je n'attendais pas forcément aussi marquée.

Avatar de l’utilisateur
hansolo
David O. Selznick
Messages : 12523
Inscription : 7 avr. 05, 11:08
Localisation : In a carbonite block

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar hansolo » 30 nov. 11, 11:12

Le prochain film d'animation de Hayao Miyazaki devait relater le destin d'un ingénieur ayant construit des avions pour l'armée japonaise. Il s'avère en fait que le projet sera davantage lié à la catastrophe de Fukushima.

http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cine ... ma-3020498
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15287
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Profondo Rosso » 30 nov. 11, 12:36

Ah je n'avais pas vu ce topic je remet là mon post sur mon petit préféré que j'ai revu récemment !

Le Château dans le Ciel (1986)

Image

Dans le ciel flotte un château, vestige d'un royaume légendaire: Laputa. La jeune Sheeta possède la pierre qui pourrait y conduire mais elle fait l'objet de bien des convoitises. En l'aidant à échapper aux pirates de l'air et à l'armée, Pazu, jeune garçon d'une cité minière, est entraîné dans une fabuleuse aventure.

L'immense succès de Nausicaä (1984)avait signé l'indépendance d'un Miyazaki qui débarrassé des contraintes des grands studios avait enfin pu imposer un univers personnel et son perfectionnisme maladif à travers la splendeur visuelle du film. La production du film fut de longue haleine notamment l'obtention du financement puisque la mode étant à l'adaptation de manga plutôt qu'aux scripts originaux Miyazaki fut contraint suite à de multiples refus de coucher une version papier dont le succès permis de lancer le film dont le succès pose les fondations du futurs Studio Ghibli lancé dans la foulée.

Le Château dans le Ciel a donc la lourde tâche d'être le premier film produit au sein du Studio Ghibli et c'est en grande partie pour cette valeur historique qu'on le retient. C'est également un des chefs d'oeuvres de Miyazaki faisant le lien entre ses travaux précédents et l'évolution à venir dès Kiki la petite sorcière qui suivra. Le Château dans le Ciel est pour Miyazaki l'aboutissement d'une longue quête, celle du film d'aventures ultime.Le réalisateur y regroupe ainsi plusieurs éléments d'oeuvres antérieures. L'argument du récit lorgne ainsi largement vers la série Conan, le fils du futur, sorte de répétition générale de Laputa où on trouve déjà la quête d'un garçon intrépide et dur à cuire cherchant à protéger une jeune fille dont le pouvoir secret en fait la proie d'ennemis malfaisants. L'influence occidentale, allant de la littérature enfantine anglo-saxonne qu'il à étudié de près (le titre original Laputa vient notamment du nom de l'île volante du troisième récit des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift) à l'esthétique très steam punk et inspirée de l'épure d'un Moebius ou du Roi et L'Oiseau de Paul Grimault atteint également des sommets ici. Enfin, Miyazaki s'en donne à coeur joie dans son amour des machines volantes tandis que les multiples courses poursuiteset gags annexes (dont une mémorable bagarre) rappellent grandement la cultissime version canine de Sherlock Holmes dont il réalisa 6 épisodes.

Désormais son propre maître, Miyazaki peut donner le film somme de ce qu'il ne parvint à disséminer que par intermittences dans ces diverses commandes pour délivrer le récit d'évasion absolu après lequel il court, enrichi de ses thématiques. Depuis Le Voyage de Chihiro Miyazaki donne volontairement dans des récits plus décousus à la progression moins ouvertement élaborée laissant voguer son imaginaire. La construction magistrale de Laputa donne donc à voir le soin qu'il apporte dans une narration classique. La première partie dépeint avec un limpidité parfaite le lien tendre unissant Shiita et Pazu ainsi que leur passé les liant à Laputa. Les méchants et leur fourberies se révèlent dans l'action, l'aspect comique des pirates (dans la matrone dur au coeur tendre est inspirée de la propre mère de Miyazaki !) préparant leur rôles plus positif en opposition à l'implacable détermination des militaires menés par Muska alors que les moments d'accalmies dévoilent une poésie envoutante comme l'arrivée flottante de Shiita ou la séquence des pierres phosphorescente dans la caverne.

Enfant de la bombe atomique, Miyazaki exprime une vraie dualité quant aux technologies utilisés dans le film, avec une ampleur de plus en plus grande. Ainsi la carcasse du robot tombé de Laputa une fois ranimée sème une infernale destruction tandis que bien plus tard nos héros découvriront une autre machine du même modèle qui dernier survivant de la cité soigne la faune locale. De même l'émerveillement ressenti lors de l'arrivée à Laputa (porté par un score magique de Hisaishi pour sa deuxième collaboration avec Miyazaki) est contrebalancé par l'apocalypse final lorsque la forteresse volante déploie son arsenal de guerre. Le message écologique de Miyazaki se fait même philosophique à travers la description des merveilles abandonnées de l'ancienne civilisation de Laputa, disparue par sa volonté de se substituer aux Dieux alors que l'Homme est fait pour évoluer sur terre. C'est d'ailleurs vers cette terre que s'en vont au bout de leurs aventures Pazu et Shiita, nouveaux Adam et Eve d'un monde dont ils n'apprécieront que mieux les splendeur. D'une perfection technique ébourrifante qui n'a pas pris une ride (décors saisissant de détails, séquence aérienne et d'actions d'une fluidité stupéfiante...) Le Château dans le Ciel est donc bien l'évasion ultime promise par Miyazaki qui signe là tout simplement le plus beau film d'aventure des 80's. Ayant atteint son objectif, il pouvait logiquement passer à autre chose et si la touche occidentale demeure dans Kiki et Porco Rosso (et ne réapparaîtra que dans le mitigé Le Château Ambulant) à suivre, le Maître y explorera désormais de nouveaux territoires. 6/6

Avatar de l’utilisateur
Akrocine
Régisseur
Messages : 3209
Inscription : 1 avr. 09, 20:38
Localisation : Arcadia 234

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Akrocine » 30 nov. 11, 13:41

Demi-Lune a écrit :Le Château dans le Ciel[/i] (1986)

On va pas s'entendre là :fiou:
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Demi-Lune » 30 nov. 11, 14:48

Akrocine a écrit :
Demi-Lune a écrit :Le Château dans le Ciel[/i] (1986)

On va pas s'entendre là :fiou:

:?:

Avatar de l’utilisateur
Akrocine
Régisseur
Messages : 3209
Inscription : 1 avr. 09, 20:38
Localisation : Arcadia 234

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Akrocine » 30 nov. 11, 15:10

Juste "bon"!! C'est un chef d'oeuvre de poésie et de rêve!
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Demi-Lune » 30 nov. 11, 15:17

Akrocine a écrit :Juste "bon"!! C'est un chef d'oeuvre de poésie et de rêve!

Aaaah, tu te référais à mon top... Non, désolé, en ce qui me concerne il s'agit d'un Miyazaki mineur. L'entame et la dernière demi-heure sont brillantes, mais je m'étais pas mal ennuyé entretemps ; cela m'avait fait l'effet, surtout aux côtés d'autres de ses œuvres que j'ai découvertes en même temps, d'être un peu programmatique et pas assez piquant et fulgurant. Les personnages des pirates, notamment, m'avaient été pénibles. C'est d'ailleurs le Miyazaki que j'ai le moins envie de revoir et qui me laisse le moins de souvenirs, au-delà de quelques images fortes... toutes situées dans la dernière demi-heure.

Avatar de l’utilisateur
Akrocine
Régisseur
Messages : 3209
Inscription : 1 avr. 09, 20:38
Localisation : Arcadia 234

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Akrocine » 30 nov. 11, 15:21

:( :(

En ce qui me concerne j'ai hâte de le redécouvrir en B-D, pour être à nouveau emporté dans cette ambiance si particulière.
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange

Avatar de l’utilisateur
8140david
Doublure lumière
Messages : 333
Inscription : 17 juin 11, 14:38

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar 8140david » 30 nov. 11, 17:07

Pour moi, 'Le Chateau dans le Ciel' est le plus beau Miyazaki, avec 'Princesse Mononoke'.
Tous deux des chefs d'oeuvre de poésie.

'Le Chateau dans le Ciel' rend très bien en blu-ray.
Mais en même temps, je n'ai pas eu l'impression que ça soit nettement mieux qu'avec le dvd.
Si différence il y a entre br et dvd, elle m'a paru minime, et ne pas vraiment valoir l'achat du br.
(Matériel utilisé : lecteur br Oppo BDP-83 + projecteur hd Panasonic PTAE-4000)

Avatar de l’utilisateur
Akrocine
Régisseur
Messages : 3209
Inscription : 1 avr. 09, 20:38
Localisation : Arcadia 234

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar Akrocine » 30 nov. 11, 17:20

Je n'ai pas acheté les DvD que j'ai toujours trouvé trop chers, donc je préfère mettre un peu plus dans un B-D. Par contre niveau bonus c'est toujours aussi sec?
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange

Avatar de l’utilisateur
8140david
Doublure lumière
Messages : 333
Inscription : 17 juin 11, 14:38

Re: Hayao Miyazaki

Messagepar 8140david » 30 nov. 11, 17:29

Sans doute, mais c'est pas clair d'apres la jaquette. (J'ai l'edition anglaise du br.)