Votre film du mois d'Octobre 2018

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8662
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018.

Messagepar Joshua Baskin » 1 oct. 18, 07:23

Octobre 2018

Films découverts
La chasse à l'homme (Edouard Molinaro) : 6,5/10
Chercher la femme (Sou Abadi) : 6/10
La tour sombre (Nikolaj Arcel) : 6/10
Bonne pomme (Florence Quentin) : 4/10
Tout nous sépare (Thierry Klifa) : 3/10
The post (Steven Spielberg) : 7/10
Smokey and the bandit (Hal Needham) : 3/10
120 battements par minute (Robin Campillo) : 6/10
Daddy Cool (Maxime Govare) : 3/10
Get a Job (Dylan Kidd) : 6/10
Saint-John of Las Vegas (Hue Rhodes) : 5,5/10
Le 15h17 pour Paris (Clint Eastwood) : 6,5/10
Le brio (Yvan Attal) : 6/10
Anthropophagous (Joe D'Amato) : 5,5/10
42nd Street Memories: The Rise and Fall of America's Most Notorious Street (Calum Waddell) : 7/10


Films revus

Séries découvertes
Reno 911!, saison 1 : en cours
Dernière édition par Joshua Baskin le 31 oct. 18, 12:35, édité 8 fois.

Rom
Assistant(e) machine à café
Messages : 164
Inscription : 23 déc. 17, 21:28

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018.

Messagepar Rom » 1 oct. 18, 07:41

Octobre 2018

Découvertes
Aucun homme ni dieu (Jeremy Saulnier) : 7/10
Le Tout Nouveau Testament (Jaco Van Dormael) : 4/10
Les Nerfs à vif (Martin Scorsese) : 5/10
Les Évadés (Frank Darabont) : 7/10
Cure (Kiyoshi Kurosawa) : 7,5/10
Galveston (Mélanie Laurent) : 4/10
The Darkness (Greg McLean) : 2,5/10
First Man (Damien Chazelle) : 7/10
Innoncence (Lucile Hadzihalilovic) : 6,5/10
The House That Jack Built (Lars von Trier) : 5/10
Hérédité (Ari Aster) : 7,5/10
Un 22 juillet (Paul Greengrass) : 6/10
Le Bon apôtre (Gareth Evans) : 5/10

Revisionnages
Battle Royale (Kinji Fukasaku) : 7,5/10
Carrie (Brian De Palma) : 8/10
Evolution (Lucile Hadzihalilovic) : 8/10
Beetlejuice (Tim Burton) : 7/10
Orange mécanique (Stanley Kubrick) : 8/10
Dernière édition par Rom le 31 oct. 18, 13:39, édité 10 fois.

Avatar de l’utilisateur
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Messages : 39935
Inscription : 13 avr. 03, 11:30
Last.fm
Liste de DVD

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018.

Messagepar Rockatansky » 1 oct. 18, 07:41

Octobre 2018

Films découverts

First Man - Damien Chazelle - 8/10
The confessions tapes - Saison 1 - 6/10
Paranoia - Steven Soderbergh - 5.5/10
Halloween - David Gordon Green - 5/10
The House That Jack Built - Lars von Trier - 5/10
It comes at night - Trey Edward Shults - 4.5/10
Blackklansman - Spike Lee - 3,5/10
Ant-Man et la guèpe -Peyton Reed - 3,5/10
Skyscraper - Rawson Marshall Thurber - 3/10
Ocean's 8 - Gary Ross - 3/10
Death Wish - Eli Roth - 2,5/10
Climax - Gaspar Noé - 2/10

Films revus



En Cours


Doctor Who (63) - Saison 1 - 3/8
Legion - Saison 1 - 3/8
Preacher - Saison 1 - 1/13
The young Pope - Saison 1 - 1/8
Mr Robot - Saison 2 - 1/10
Sense 8 - Saison 1 - 5/13
L'Arme Fatale - Saison 1 - 3/18
Bloodline - Saison 2 - 1/13
Vinyl - Saison 1 - 2/10
X-Files - Saison 2 - 9/25
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42644
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar Flol » 1 oct. 18, 10:01

Octobre 2018

Films découverts
The Ranger (Jenn Wexler) : 5/10
Ikarie XB1 (Jindrich Polák) : 7/10
Hold the Dark (Jeremy Saulnier) : 7/10
I Feel Good (Benoît Delépine & Gustave Kervern) : 6.5/10
Blindspotting (Carlos López Estrada) : 6.5/10
Première année (Thomas Lilti) : 5.5/10
The Hired Hand (Peter Fonda) : 8/10
Malevolent (Olaf De Fleur) : 4/10
The Sisters Brothers (Jacques Audiard) : 7.5/10
Brute Force (Jules Dassin) : 7/10
Free Fire (Ben Wheatley) : 6/10
Girl (Lukas Dhont) : 7.5/10
First Man (Damien Chazelle) : 8/10
Apostle (Gareth Evans) : 6.5/10
The Predator (Shane Black) : 2/10
We Blew It (Jean-Baptiste Thoret) : 6.5/10
The Eyes of My Mother (Nicolas Pesce) : 5.5/10
Cold Skin (Xavier Gens) : 6/10
The House That Jack Built (Lars von Trier) : 7.5/10
Caltiki : The Immortal Monster (Riccardo Freda & Mario Bava) : 6/10
Troll (John Carl Buechler) : 6/10
Best Worst Movie (Michael Paul Stepehenson) : 7/10
La caméra de Claire (Hong Sang-soo) : 5/10
Contracted : Phase II (Josh Forbes) : 3/10
Halloween (David Gordon Green) : 7/10
Cold War (Pawel Pawlikowski) : 6.5/10
The Tingler (William Castle) : 7/10
Jumanji : Welcome to the Jungle (Jake Kasdan) : 4/10
Tales of Halloween (plein de gens) : 5.5/10
I Am a Fugitive from a Chain Gang (Mervyn LeRoy) : 8/10
Le Retour du Héros (Laurent Tirard) : 6/10

Films revus
Jurassic Park (Steven Spielberg) : 7/10 (=)
A Ghost Story (David Lowery) : 8000/10 (=)
Prince of Darkness (John Carpenter) : 7/10 (=)
Troll 2 (Claudio Fragasso) : 8/10 (=)
Predator (John McTiernan) : 8.5/10 (=)
Predator 2 (Stephen Hopkins) : 6.5/10 (=)
Society (Brian Yuzna) : 7/10 (=)

Séries découvertes
American Vandal - saison 1 (Dan Perrault & Tony Yacenda) : 7/10
The Office US - saison 6 (Greg Daniels) : 7/10
The Office US - saison 7 (Greg Daniels) : en cours
BoJack Horseman - saison 5 (Raphael Bob-Waksberg) : abandonnée

Mes films du mois de Janvier 2005 à Septembre 2018
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2005 : Turkish Delights (Paul Verhoeven)
Février 2005 : Bloody Sunday (Paul Greengrass)
Mars 2005 : The Life Aquatic with Steve Zissou (Wes Anderson)
Avril 2005 : Sweet Sixteen (Ken Loach)
Mai 2005 : Sleuth (Joseph L. Mankiewicz)
Juin 2005 : Man in the Moon (Robert Mulligan)
Juillet 2005 : Flesh + Blood (Paul Verhoeven)
Août 2005 : Bottle Rocket (Wes Anderson)
Septembre 2005 : The Getaway (Sam Peckinpah)
Octobre 2005 : Greed (Erich Von Stroheim)
Novembre 2005 : A History of Violence (David Cronenberg)
Décembre 2005 : The Man Who Would Be King (John Huston)
Janvier 2006 : Der Vierde Man (Paul Verhoeven)
Février 2006 : The New World (Terrence Malick)
Mars 2006 : Bring Me the Head of Alfredo Garcia (Sam Peckinpah)
Avril 2006 : Sorcerer (William Friedkin)
Mai 2006 : Testament (Lynn Littman)
Juin 2006 : The Last Boy Scout (Tony Scott)
Juillet 2006 : The Devil's Rejects (Rob Zombie)
Août 2006 : Breezy (Clint Eastwood)
Septembre 2006 : Tarnation (Jonathan Caouette)
Octobre 2006 : Children of Men (Alfonso Cuaron)
Novembre 2006 : Black Book (Paul Verhoeven)
Décembre 2006 : My Darling Clementine (John Ford)
Janvier 2007 : Casablanca (Michael Curtiz)
Février 2007 : Keane (Lodge Kerrigan)
Mars 2007 : Lonely are the Brave (David Miller)
Avril 2007 : The Prisoner of Shark Island (John Ford)
Mai 2007 : Babe : Pig in the City (George Miller)
Juin 2007 : The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Juillet 2007 : Two For The Road (Stanley Donen)
Août 2007 : Ratatouille (Brad Bird)
Septembre 2007 : The Bourne Supremacy (Paul Greengrass)
Octobre 2007 : Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Novembre 2007 : 24 Hour Party People (Michael Winterbottom)
Décembre 2007 : We Own The Night (James Gray)
Janvier 2008 : Sweeney Todd (Tim Burton)
Février 2008 : La Nuit Américaine (François Truffaut)
Mars 2008 : The Man Who Shot Liberty Valance (John Ford)
Avril 2008 : F...comme Fairbanks (Maurice Dugowson)
Mai 2008 : Mr Smith Goes to Washington (Frank Capra)
Juin 2008 : Block Party (Michel Gondry)
Juillet 2008 : Bridge to Terabithia (Gabor Csupo)
Août 2008 : The Pursuit of Happyness (Gabriele Muccino)
Septembre 2008 : The Mist (Frank Darabont)
Octobre 2008 : Entre les murs (Laurent Cantet)
Novembre 2008 : At Close Range (James Foley)
Décembre 2008 : Faits Divers (Raymond Depardon)
Janvier 2009 : Urgences (Raymond Depardon)
Février 2009 : The Wrestler (Darren Aronofsky)
Mars 2009 : You can't take it with you (Frank Capra)
Avril 2009 : Le Trou (Jacques Becker)
Mai 2009 : Family Life (Ken Loach)
Juin 2009 : La Ronde (Max Ophüls)
Juillet 2009 : Bukowski - Born Into This (John Dullaghan)
Août 2009 : Inglourious Basterds (Quentin Tarantino)
Septembre 2009 : District 9 (Neil Blomkamp)
Octobre 2009 : (500) Days of Summer (Marc Webb)
Novembre 2009 : Once (John Carney)
Décembre 2009 : Avatar (James Cameron)
Janvier 2010 : Mr. Nobody (Jaco Van Dormael)
Février 2010 : Valkyrie (Bryan Singer)
Mars 2010 : Boy A (John Crowley)
Avril 2010 : The Red Shoes (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Mai 2010 : Grey Gardens (Albert Maysles, David Maysles, Ellen Hovde & Muffie Meyer)
Juin 2010 : Sixteen Candles (John Hughes)
Juillet 2010 : The Fall (Tarsem Singh)
Août 2010 : This Is It (Kenny Ortega)
Septembre 2010 : Des Hommes et des Dieux (Xavier Beauvois)
Octobre 2010 : The Social Network (David Fincher)
Novembre 2010 : The Dead (John Huston)
Décembre 2010 : Death Wish III (Michael Winner)
Janvier 2011 : Miracle Mile (Steve De Jarnatt)
Février 2011 : On Her Majesty's Secret Service (Peter Hunt)
Mars 2011 : Brief Encounter (David Lean)
Avril 2011 : Punishment Park (Peter Watkins)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Running on Empty (Sidney Lumet)
Juillet 2011 : Music Box (Costa-Gavras)
Août 2011 : The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (Andrew Dominik)
Septembre 2011 : 7th Heaven (Frank Borzage)
Octobre 2011 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Novembre 2011 : Super (James Gunn)
Décembre 2011 : City of Hope (John Sayles)
Janvier 2012 : Take Shelter (Jeff Nichols)
Février 2012 : Incendies (Denis Villeneuve)
Mars 2012 : Modern Times (Charlie Chaplin)
Avril 2012 : A propos d'Elly (Asghar Farhadi)
Mai 2012 : The Conversation (Francis Ford Coppola)
Juin 2012 : The Myth of the American Sleepover (David Robert Mitchell)
Juillet 2012 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot)
Août 2012 : Scaramouche (George Sidney)
Septembre 2012 : The Tall T (Budd Boetticher)
Octobre 2012 : Anatomy of a Murder (Otto Preminger)
Novembre 2012 : Frankenweenie (Tim Burton)
Décembre 2012 : Le Havre (Aki Kaurismäki)
Janvier 2013 : The White Diamond (Werner Herzog)
Février 2013 : Oslo, 31 Août (Joachim Trier)
Mars 2013 : The Swimmer (Frank Perry)
Avril 2013 : Les Naufragés de l'Île de la Tortue (Jacques Rozier)
Mai 2013 : The Thin Blue Line (Errol Morris)
Juin 2013 : Hôtel Terminus (Marcel Ophuls)
Juillet 2013 : Tous les matins du monde (Alain Corneau)
Août 2013 : Gummo (Harmony Korine)
Septembre 2013 : Calmos (Bertrand Blier)
Octobre 2013 : Le Quai des Brumes (Marcel Carné)
Novembre 2013 : Inside Llewyn Davis (Joel Coen)
Décembre 2013 : A Matter of Life & Death (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Janvier 2014 : Tel père, tel fils (Hirokazu Kore-eda)
Février 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)
Mars 2014 : Her (Spike Jonze)
Avril 2014 : Underworld U.S.A. (Samuel Fuller)
Mai 2014 : Deux jours, une nuit (Jean-Pierre & Luc Dardenne)
Juin 2014 : Under The Skin (Jonathan Glazer)
Juillet 2014 : Dawn of the Planet of the Apes (Matt Reeves)
Août 2014 : Gallipoli (Peter Weir)
Septembre 2014 : Wonderland (Michael Winterbottom)
Octobre 2014 : Blancanieves (Pablo Berger)
Novembre 2014 : L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski)
Décembre 2014 : Whiplash (Damien Chazelle)
Janvier 2015 : Inherent Vice (Paul Thomas Anderson)
Février 2015 : Allemagne Année Zéro (Roberto Rossellini)
Mars 2015 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov)
Avril 2015 : Images (Robert Atman)
Mai 2015 : Mia Madre (Nanni Moretti)
Juin 2015 : Inside Out (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen)
Juillet 2015 : Les Glaneurs et la Glaneuse (Agnès Varda)
Août 2015 : The One I Love (Charlie McDowell)
Septembre 2015 : Bad Timing (Nicolas Roeg)
Octobre 2015 : Fatima (Philippe Faucon)
Novembre 2015 : Une partie de campagne (Jean Renoir)
Décembre 2015 : Le Bouton de Nacre (Patricio Guzmán)
Janvier 2016 : La Soufrière (Werner Herzog)
Février 2016 : Nashville (Robert Altman)
Mars 2016 : Midnight Special (Jeff Nichols)
Avril 2016 : Everybody Wants Some !! (Richard Linklater)
Mai 2016 : Wuthering Heights (Andrea Arnold)
Juin 2016 : Amy (Asif Kapadia)
Juillet 2016 : Close-Up (Abbas Kiarostami)
Août 2016 : Rester Vertical (Alain Guiraudie)
Septembre 2016 : Aquarius (Kleber Mendonça Filho)
Octobre 2016 : Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda)
Novembre 2016 : Into the Inferno (Werner Herzog)
Décembre 2016 : Manchester by the Sea (Kenneth Lonergan)
Janvier 2017 : A Monster Calls (J.A. Bayona)
Février 2017 : Moonlight (Barry Jenkins)
Mars 2017 : Tunnel (Kim Seong-hun)
Avril 2017 : Une journée particulière (Ettore Scola)
Mai 2017 : Tokyo Sonata (Kiyoshi Kurosawa)
Juin 2017 : War for the Planet of the Apes (Matt Reeves)
Juillet 2017 : The Fits (Anna Rose Holmer)
Août 2017 : La double vie de Véronique (Krzysztof Kieslowski)
Septembre 2017 : Good Time (Safdie Brothers)
Octobre 2017 : Pour le réconfort (Vincent Macaigne)
Novembre 2017 : Jim & Andy : The Great Beyond (Chris Smith)
Décembre 2017 : A Ghost Story (David Lowery)
Janvier 2018 : The Post (Steven Spielberg)
Février 2018 : Phantom Thread (Paul Thomas Anderson)
Mars 2018 : The Long Day Closes (Terence Davies)
Avril 2018 : Isle of Dogs (Wes Anderson)
Mai 2018 : House (Nobuhiko Ôbayashi)
Juin 2018 : Hereditary (Ari Aster)
Juillet 2018 : L'Île au Trésor (Guillaume Brac)
Août 2018 : Under the Silver Lake (David Robert Mitchell)
Septembre 2018 : The Quiet Earth (Geoff Murphy)
Dernière édition par Flol le 31 oct. 18, 09:59, édité 30 fois.

Avatar de l’utilisateur
El Dadal
Cadreur
Messages : 4190
Inscription : 13 mars 10, 01:34

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar El Dadal » 1 oct. 18, 10:24

OCTOBRE 2018

FILM DU MOIS
Image Image


Films découverts:
    _ L'enfance d'Ivan (Andrei Tarkovsky - 1962) Image
    _ Les contes de la lune vague après la pluie (Kenji Mizoguchi - 1953) Image
    _ Persona (Ingmar Bergman - 1966) Image
    _ First Man (Damien Chazelle - 2018) Image
    _ La secte (Michele Soavi - 1991) Image
    _ Cochons et cuirassés (Shohei Imamura - 1961) Image
    _ L'homme léopard (Jacques Tourneur - 1943) Image
    _ Valérie au pays des merveilles (Jaromil Jireš - 1970) Image
    _ L'ami de mon amie (Eric Rohmer - 1987) Image
    _ Petits meurtres sans importance (Alan Arkin - 1971) Image
    _ L'insigne de la honte (Charles Burnett - 1994) Image
    _ Le retour du grand blond (Yves Robert - 1974) Image
    _ Les frères Sisters (Jacques Audiard - 2018) Image
    _ Apocalypto (Mel Gibson - 2006) Image
    _ L'île du docteur Moreau (Don Taylor - 1977) Image
    _ Laurel et Hardy conscrits (A. Edward Sutherland - 1939) Image
    _ Parking (Jacques Demy - 1985) Image
    _ On s'fait la valise, docteur ? (Peter Bogdanovich - 1972) Image

Films revus:
    _ Au-delà du réel (Ken Russell - 1980) Image
    _ Le parrain, 3e partie (Francis Ford Coppola - 1990) Image
    _ Legend (Ridley Scott - 1985 - director's cut) Image
    _ Gravity (Alfonso Cuaron - 2013) Image
Dernière édition par El Dadal le 31 oct. 18, 11:11, édité 17 fois.

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar hellrick » 1 oct. 18, 10:52

Tremblement de terre = 8/10 (revu, blu ray)

Bridge of dragons = 7/10 (revu, dvd)

Le casse de central park = 6,5/10 (revu)
Isabelle, duchesse du diable = 6,5/10 (revu)

Skyscrapper = 6/10

Bleeding Steel = 5/10
Final score (Battista) = 5/10
Hercule contre les fils du soleil = 5/10 (dvd)

La nonne et les 7 pécheresses = 4/10


October fest halloweenathon

Ré animator = 9/10 (revu, dvd)

Les oiseaux = 8/10 (revu, blu ray)
La comtesse = 8/10 (revu, blu ray)
Les griffes de la nuit = 8/10 (revu, blu ray)
Hellraiser = 8/10 (revu, blu ray)

Innocent Blood = 7/10 (revu)
Next of Kin = 7/10 (revu)
Cold Prey 2 = 7/10
Fair game (survival australien) = 7/10
Virus Cannibale = 7/10 (revu, bluray)

Cold prey = 6,5/10 (revu)
Swamp Thing 2 = 6/10
L'inévitable catastrophe = 6/10 (revu, dvd) Version looooooooooongue

Le jour des fous = 5,5/10 (revu)
Le manoir de la terreur = 5,5/10 (dvd, revu)
Lavalantula = 5,5/10
Mutant Aquatique en Liberté = 5,5/10 (revu)
Les marais de la haine = 5,5/10 (dvd)

Gator Bait 2 = 5/10 (dvd)
Piranhas 2 = 5/10 (revu)
Die Die Delta Pi ! = 5/10
Dernière édition par hellrick le 24 oct. 18, 15:16, édité 6 fois.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
AntonChigurh
Assistant opérateur
Messages : 2318
Inscription : 30 sept. 17, 11:58

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar AntonChigurh » 1 oct. 18, 12:04

Film du mois :

Films découverts :
Una-Benedict Andrews : 6,5/10
Hold the Dark-Jeremy Saulnier : 3/10
To Kill a Mockingbird-Robert Mulligan : 7/10
L'inconnu du lac-Alain Guiraudie : 7,5/10
Never Back Down- Jeff Wadlow : 2/10
Shawn of the dead-Edgar Wright : 7/10
Love-Gaspar Noé : 5,5/10
Millenium 2-Daniel Alfredson : 6/10
Idiocracy-Mike Judge: 5,5/10
Dredd-Pete Travis : 5,5/10
The Full Monty-Peter Cattaneo : 6,5/10
Hérédité-Ari Aster : 7,5/10
Blue Valentine-Derek Cianfrance : 6,5/10
Terreur Aveugle-Richard Fleischer : 5,5/10
Le Pont de la rivière Kwaï-David Lean : 7/10
Frances Ha-Noah Baumbach : 5,5/10
Symphonie pour un massacre-Jacques Deray : 7/10
Broken Arrow-John Woo : 6/10
Desierto-Jonas Cuaron : 5,5/10
Dalton Trumbo-Jay Roach : 6,5/10
Trahison-Jeffrey Nachmanoff : Abandon
Le fils de Saul-László Nemes : 6,5/10
The Warriors-Walter Hill : 7,5/10
Brawl in Cell Block 99-S. Craig Zahler : 6,5/10
Enter the Void-Gaspar Noé : 5,5/10

Films redécouverts :
12 Years a Slave-Steve McQueen : 7,5/10
Big Trouble in Little China-John Carpenter : 7/10
Nid de guêpes-Florent Emilio-Siri : 6,5/10

Séries en cours :
Mad Men série terminée
How to Make It in America : série terminée
Girls saison 4 épisode 1
Dernière édition par AntonChigurh le 1 nov. 18, 12:13, édité 26 fois.

Avatar de l’utilisateur
G.T.O
Egal à lui-même
Messages : 4082
Inscription : 1 févr. 07, 13:11

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar G.T.O » 1 oct. 18, 12:06

DECOUVERTES
First Man ⎜dir. Damien Chazelle 7,5/10 ♥︎
Columbus (2017) ⎜dir. Kogonoda 5/10
Hold the Dark (2018)⎜ dir. Jeremy Saulnier 3/10
BlackKklansman (2018) ⎜dir. Spike Lee 2/10
Leave no Trace (2018) | dir. Debra Granik 5/10
The Exorcism of Emily Rose ⎜dir. Scott Derrickson 3/10

REDECOUVERTES
The Tree of Life [ext cut] (2011) | dir. Terrence Malick 9/10
Art School Confidential (2006)⎜dir. Terry Zwigoff 6/10
Minority Report (2002) ⎜dir. Steven Spielberg 4/10


SÉRIES
The Haunting of Hill House (2018) | dir. Mike Flanagan Abandon
Dernière édition par G.T.O le 30 oct. 18, 08:17, édité 18 fois.

Avatar de l’utilisateur
joe-ernst
Décorateur
Messages : 3691
Inscription : 20 mars 06, 15:11
Localisation :

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar joe-ernst » 1 oct. 18, 13:02

OCTOBRE 2018


Film du mois :

AUCUN


Films découverts :

A Star is Born, de Bradley Cooper : 4/10
Battement de coeur, de Henri Decoin : 7/10
Cover Girl, de Charles Vidor : 6,5/10
L'échange des princesses, de Marc Dugain : 6,5/10
Girl, de Lukas Dhont : 6,5/10
The Happy Prince, de Rupert Everett : 5/10
Heavenly Creatures, de Peter Jackson : 5/10
Sabrina, de Billy Wilder : 6,5/10
Sauvage, de Camille Vidal-Naquet : 7,5/10
Voyez comme on danse, de Michel Blanc : 7/10



Films revus ou redécouverts :





Film du mois, le récapitulatif :

Spoiler (cliquez pour afficher)
West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins (janvier 2008)
La harpe de Birmanie, de Kon Ichikawa (février 2008)
Iphigénie, de Michael Cacoyannis (mars 2008)
Douce, de Claude Autant-Lara (avril 2008)
Rocco et ses frères, de Luchino Visconti (mai 2008)
La fille de l'amiral, de Roy Rowland (juin 2008)
Bellissima, de Luchino Visconti (juillet 2008)
Sciuscià, de Vittorio De Sica (août 2008)
Scarface, de Howard Hawks (septembre 2008)
La fureur de vivre, de Nicholas Ray (octobre 2008)
Un goût de miel, de Tony Richardson et Le narcisse noir, de Michael Powell et Emeric Pressburger (novembre 2008, ex-aequo)
Lettre d'une inconnue, de Max Ophuls (décembre 2008)
Colonel Blimp, de Michael Powell et Emeric Pressburger (janvier 2009)
Milk, de Gus Van Sant et Séraphine, de Martin Provost (février 2009, ex-aequo)
L'homme des vallées perdues, de George Stevens (mars 2009)
Justice est faite, d'André Cayatte (avril 2009)
Pour toi j'ai tué, de Robert Siodmak (mai 2009)
Les contes de la lune vague après la pluie, de Kenji Mizoguchi (juin 2009)
L'aurore, de Friedrich Wilhelm Murnau (juillet 2009)
Winchester 73, d'Anthony Mann (août 2009)
Le plus sauvage d'entre tous, de Martin Ritt (septembre 2009)
Le ruban blanc, de Michael Haneke (octobre 2009)
La captive aux yeux clairs, de Howard Hawks (novembre 2009)
Peau d'âne, de Jacques Demy (décembre 2009)
Pépé le Moko, de Julien Duvivier (janvier 2010)
Miss Oyu, de Kenji Mizoguchi (février 2010)
Nos meilleures années, de Marco Tullio Giordana (mars 2010)
Ces messieurs dames, de Pietro Germi (avril 2010)
Sueurs froides, d'Alfred Hitchcock (mai 2010)
AUCUN (juin 2010)
Chevaux de bois, de Rupert Julian et Erich von Stroheim (juillet 2010)
Le diable boiteux, de Sacha Guitry (août 2010)
AUCUN (septembre 2010)
Love, de Ken Russell (octobre 2010)
Topsy-Turvy, de Mike Leigh (novembre 2010)
Le marquis de Saint-Evremond, de Jack Conway (décembre 2010)
Incendies, de Denis Villeneuve (janvier 2011)
Une étoile est née, de George Cukor (février 2011)
Une si jolie petite plage, d'Yves Allégret (mars 2011)
Rabbit Hole, de John Cameron Mitchell (avril 2011)
Shakespeare Wallah, de James Ivory (mai 2011)
Le guépard, de Luchino Visconti (juin 2011)
The Beloved Rogue, d'Alan Crosland (juillet 2011)
America, America, d'Elia Kazan (août 2011)
Et maintenant, on va où ?, de Nadine Labaki (septembre 2011)
AUCUN (octobre 2011)
AUCUN (novembre 2011)
Le goût du saké, de Yasujirô Ozu (décembre 2011)
Le mécano de la General, de Buster Keaton (janvier 2012)
AUCUN (février 2012)
AUCUN (mars 2012)
AUCUN (avril 2012)
AUCUN (mai 2012)
Her Night of Romance, de Sidney Franklin (juin 2012)
AUCUN (juillet 2012)
AUCUN (août 2012)
Nouveau souffle, de Karl Markovics (septembre 2012)
Un singe en hiver, d'Henri Verneuil (octobre 2012)
Week-end, d'Andrew Haigh (novembre 2012)
Brighton Rock, de John Boulting (décembre 2012)
Yossi, d'Eytan Fox (janvier 2013)
Blancanieves, de Pablo Berger (février 2013)
AUCUN (mars 2013)
AUCUN (avril 2013)
Mulholland Drive, de David Lynch (mai 2013)
La grande bellezza, de Paolo Sorrentino (juin 2013)
L'inconnu du lac, d'Alain Guiraudie (juillet 2013)
AUCUN (août 2013)
AUCUN (septembre 2013)
La solitude du coureur de fond, de Tony Richardson (octobre 2013)
AUCUN (novembre 2013)
AUCUN (décembre 2013)
Pot-Bouille, de Julien Duvivier (janvier 2014)
AUCUN (février 2014)
AUCUN (mars 2014)
AUCUN (avril 2014)
L'armée du salut, d'Abdellah Taïa (mai 2014)
AUCUN (juin 2014)
RIEN (juillet 2014)
AUCUN (août 2014)
Pride, de Matthew Warchus (septembre 2014)
AUCUN (octobre 2014)
Der Kreis, de Stefan Haupt (novembre 2014)
AUCUN (décembre 2014)
AUCUN (janvier 2015)
Le passé se venge, de Robert Florey (février 2015)
AUCUN (mars 2015)
Le bal de la famille Anjo, de Kozaburo Yoshimura (avril 2015)
L'assassin sans visage, de Richard Fleischer (mai 2015)
AUCUN (juin 2015)
AUCUN (juillet 2015)
Les désarrois de l'élève Törless, de Volker Schlöndorff (août 2015)
The Outcast / The Broken Comandments (Hakai), de Kon Ichikawa (septembre 2015)
AUCUN (octobre 2015)
AUCUN (novembre 2015)
Raphaël ou le débauché, de Michel Deville (décembre 2015)
La lectrice, de Michel Deville (janvier 2016)
AUCUN (février 2016)
AUCUN (mars 2016)
AUCUN (avril 2016)
Julieta, de Pedro Almodovar (mai 2016)
AUCUN (juin 2016)
AUCUN (juillet 2016)
La chambre ardente, de Julien Duvivier (août 2016)
AUCUN (septembre 2016)
AUCUN (octobre 2016)
AUCUN (novembre 2016)
Morning for the Osone Family, de Keisuke Kinoshita (décembre 2016)
La La Land, de Damien Chazelle (janvier 2017)
AUCUN (février 2017)
Mapplethorpe: Look at the Pictures, de Fenton Bailey et Randy Barbato (mars 2017)
AUCUN (avril 2017)
AUCUN (mai 2017)
AUCUN (juin 2017)
AUCUN (juillet 2017)
AUCUN (août 2017)
Barbara, de Mathieu Amalric (septembre 2017)
The Square, de Ruben Oestlund (octobre 2017)
Ex Libris: The New York Public Library, de Frederick Wiseman (novembre 2017)
AUCUN (décembre 2017)
AUCUN (janvier 2018)
Call Me by Your Name, de Luca Guadagnino (février 2018)
Hostiles, de Scott Cooper (mars 2018)
AUCUN (avril 2018)
Plaire, aimer et courir vite, de Christophe Honoré (mai 2018)
AUCUN (juin 2018)
AUCUN (juillet 2018)
AUCUN (août 2018)
AUCUN (septembre 2018)
Dernière édition par joe-ernst le 1 nov. 18, 14:06, édité 10 fois.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie

Avatar de l’utilisateur
C2302t
Doublure lumière
Messages : 580
Inscription : 30 nov. 13, 17:40

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar C2302t » 1 oct. 18, 14:11

Film du mois

Découvertes

Le grand silence de sergio Corbucci : 9/10

Antarctica de Koreyoshi Kurahara : 8.5/10

La revanche d un homme nommé cheval : 8/10

La chute de Londres : 7,5/10

Le vénin de la peur de lucio fulci : 7/10
Panique de Julien duvivier : 7/10
Room de Lenny Abrahamson : 7/10
Ghost in the Shell de rupert Sanders : 7/10
Kong, skull island : 7/10

Alien covenant : 6,5/10
Miracle mile : 6,5/10

Justice league : 6/10
l histoire de l amour de radu Mihaileanu : 6/10

Re-Découvertes


Séries

Film de janvier : vive le sport de Fred newmayer
Film de février : notre petite soeur
Film de mars : le complexe de frankenstein
Film d'avril : ready player one
Film de mai : the stranger
Film de juin : the lost city of z
Film de juillet : wind river
Film d'août : battleship island
Film de septembre : the greatest showman
Dernière édition par C2302t le 19 oct. 18, 14:56, édité 12 fois.

7swans
Nuits de Sheen...
Messages : 7221
Inscription : 17 févr. 06, 18:50

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar 7swans » 1 oct. 18, 15:41

FILMS :
Bounce - Don Roos : 4/10
Première année - Thomas Lilti : 7/10
Hush - Mike Flanagan : 6/10
Hippocrate - Thomas Lilti : 5.5/10
Saint Jack - Peter Bogdanovich : 6.5/10
BlacKkKlansman - Spike Lee : 6.5/10
The Fundamentals of Caring - Rob Burnett : 6.5/10
22 July - Paul Greengrass : 7/10
Private Life - Tamara Jenkins : 6/10
Halloween - David Gordon Green : 6/10

SÉRIES :
Bojack Horseman - Saison 5 : 4/10
The Haunting of Hill House - Saison 1 : 2/10
Orange is The New black - Saison 5 : en cours.

Orange is The New black - Saison 3 : 5/10
Orange is The New black - Saison 4 : 5/10
Dernière édition par 7swans le 28 oct. 18, 08:59, édité 10 fois.
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5183
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar Thaddeus » 1 oct. 18, 16:24

Octobre 2018


Image



While we’re young (Noah Baumbach, 2014)
Où Baumbach suggère que la fréquentation de la jeunesse constitue à la fois un aiguillon nécessaire pour insuffler aux quadras la force d’avancer et une source d’effroi informulée. Sa réflexion sur la peur du remplacement générationnel, l’intégrité contre l’imposture artistiques, la réversion de l’amitié en rivalité, l’effritement de tous les murs porteurs de l’existence éprouvé lors de la middle-life crisis, n’est pas sans potentiel. Mais la profusion des pistes s’avère contre-productive, soulignant la superficialité de leur traitement, l’inaptitude à en creuser les enjeux. L’acidité mesquine du regard accroît l’inintérêt pour ces personnages médiocres et antipathiques, obnubilés par leur seul nombril. Et la conclusion conservatrice (point d’épanouissement sans enfant) enfonce le clou. N’est pas Woody Allen qui veut. 3/6

Amin (Philippe Faucon, 2018)
Il est ouvrier du bâtiment traîné de chantier en chantier, rouage d’un capitalisme mondialisé qui exploite et déracine les hommes. Il n’a d’autres amis que ses collègues résidant au foyer, et mesure à chaque retour au pays la distance qui le sépare de son épouse (si belle) et de ses enfants. Cinéaste de l’épure, Faucon filme son quotidien avec la même délicatesse qu’il met à capter la détresse des uns, la détermination des autres, le désir de réconfort, la douceur des exilés, la parenthèse amoureuse entre deux âmes esseulées comme un espoir minuscule dans une société divisée. Pas un seul plan complaisant, aucun dialogue superflu, encore moins de morale pesante, mais un regard d’une rectitude sans faille sur cette humanité en marge, qui dépasse la sociologie pour atteindre la vérité poignante du sentiment. 5/6

I… comme Icare (Henri Verneuil, 1979)
Volney-Garrison enquête sur le meurtre du président Jarry-Kennedy, snipé de trois balles, dans sa décapotable, par un certain Daslow-Oswald, depuis la terrasse d’un immeuble. C’est du moins ce que conclut le rapport officiel Heininger-Warren. Refusant cette thèse et se basant sur des pièces et indices troublants (dont un film amateur réalisé par un certain Sanio-Zapruder), le procureur met à jour un complot impliquant jusqu’aux plus hautes sphères de l’état. Malgré les découvertes téléguidées d’une séquence à l’autre, malgré une facture verrouillée qui singe maladroitement les films-dossiers américains de cette période, l’enquête se laisse regarder sans ennui. En son centre, une scène captivante inspirée de la fameuse expérience de Milgram, mais dont le potentiel reste curieusement inexploité. 4/6

Summer of Sam (Spike Lee, 1999)
Juillet 1977, dans le Bronx. Le disco affronte le punk, l’été est torride, et un labrador noir, agent d’un démon millénaire nommé Sam, intime l’ordre à Richard David Falco de tuer, en préférence les jeunes femmes brunes. La fièvre atteint son comble lorsqu’une énorme panne d’électricité plonge la ville dans le noir et le chaos. Climat d’apocalypse urbaine dépeint avec une énergique délectation par le cinéaste, qui brosse une fresque clinquante, séduisante, survitaminée, où la violence se mêle à la marginalité et le puritanisme à la débauche. Par-delà une matière romanesque à plusieurs étages, autour de laquelle il déploie deux heures de style glamour et de récits parallèles, il analyse les mécanismes de la peur et du désordre, le rapport de la norme et de la marge, l’exaspération sociale portée à son point de rupture. 4/6
Depuis le temps que la bande-annonce incendiaire, sexy et survoltée me faisait de l'oeil... (je ne sais pas combien de fois j'ai pu la regarder, celle-ci)

Family business (Sidney Lumet, 1989)
Les affaires de famille ne sont ici pas celles du crime, plutôt celles du petit banditisme au rabais. Nulle trace de mafia, de clan organisé, de gangstérisme à grande échelle, seulement trois générations de cambrioleurs : le fils, le père, le grand-père, diversement motivés et impliqués, se retrouvant face à un cas de conscience. Le film, lui, est moins un polar qu’une comédie douce-amère où l’auteur s’intéresse une fois de plus à quelques marginaux. Si l’action l’amuse, il regarde surtout avec complicité une poignée de personnages anticonformistes qui rêvent d’indépendance et de liberté. Et c’est bien le regard posé sur la filiation, sur la difficulté à s’affranchir des espoirs de ceux que l’on aime ou au contraire à les concrétiser, qui constitue le meilleur atout de cette œuvre un peu trop tiède et ronronnante. 4/6

Deux hommes en fuite (Joseph Losey, 1970)
Après quelques films baroques, le cinéaste a peut-être voulu prouver qu’il était capable de réaliser une œuvre brutale, construite sur un schéma narratif qui fait la part belle à l’action. Soit deux prisonniers poursuivis par une armée étrangère et harcelés par un hélicoptère semblable à un gros oiseau de mort. Il s’agit d’une parabole (sur la guerre, la défaite inéluctable), mais cette fois dépouillée de tout ornement, de tout développement dialectique, consacrée exclusivement à dépeindre la fuite, la fatigue ou la haine : une attaque aérienne effleurant les hommes en rase-motte, une course à travers des meules qui flambent, une arrivée dans un paysage de neige comme symbole d’une liberté improbable. Le résultat, marqué du sceau d’un désespoir froid, est trop aride pour emporter vraiment l’adhésion. 3/6

Tempête sur la colline (Douglas Sirk, 1951)
Tohu-bohu au couvent de Notre-Dame de Rheims, converti en hôpital pour les victimes d’une région dévastée par les cieux en colère. Une jeune condamnée à mort y fait escale en attente de son exécution, qui clame son innocence. Et sœur Mary, convaincue par la touchante détresse de l’accusée, de s’improviser Sherlock Holmes en cornette. L’œuvre appartient à une espèce importante du Hollywood d’après-guerre : le film de nonnes. Soutenu par la fermeté sereine de Claudette Colbert, il le fait glisser du côté du suspense gothique, nimbe de clair-obscur les nombreuses séquences nocturnes, ménage une enquête fertile en mystères, rebondissements et coupables potentiels, jusqu’au dénouement typiquement hitchcockien dans un clocher. L’exercice, sans doute mineur, est aussi maitrisé que captivant. 4/6

First man (Damien Chazelle, 2018)
Le départ est immédiat, l’immersion opère dès les premières images, convulsives, floues, déchiquetées, et l’odyssée happe pour ne plus jamais lâcher. De l’extraordinaire aventure humaine, collective et technologique que constituèrent les programmes Gemini et Apollo, le réalisateur tire une passionnante épopée, en équilibre parfait entre l’intime et le spectaculaire. Le film refuse toute envolée emphatique pour mieux laisser infuser l’émotion née d’une idée aussi belle que fragile : c’est sur la Lune, dans le silence et la solitude, que cet homme devait conclure son travail de deuil. La technicité consommée de la réalisation, la rigueur factuelle du traitement, la concentration dramatique d’un récit tenu d’une main de fer, ponctué de grands moments de tension ou de fascination, attestent de sa totale réussite. 5/6

Prenez garde à la sainte putain (Rainer Werner Fassbinder, 1971)
Il n’est pas interdit de tenir ce film déroutant pour une confession, au cours de laquelle un cinéaste s’interroge sur son agir et formule des questions aussi confuses que celles du rapport entre la mise en scène et la vie, entre le métier de l’acteur, la schizophrénie ou la prostitution. Fassbinder met en scène le moment de la création cinématographique où une équipe de tournage s’engage volontairement dans un jeu de rôles qui voit chacun assumer le destin d’un double momentané. Il cherche ainsi à mettre à nu la structure des relations interhumaines, tissée d’affrontements de terreur et de violence. L’hystérie effleurant constamment de ce théâtre absurde et le caractère déréalisant d’une mise en scène refusant toute identification à des personnages antipathiques rendent difficile l’investissement émotionnel. 3/6

Dangereuse sous tous rapports (Jonathan Demme, 1986)
Archétype du cadre yuppie, Charles s’ennuie, comme l’Amérique shootée à la réussite par le travail et l’ascension sociale. Sa rencontre avec la fantasque et incendiaire Lulu lui fait entamer un drôle de voyage : d’abord l’étape de l’envoûtement et de l’initiation charnelle (motel au bord de l’autoroute), puis celle de la morale bien pensante (mère ravie, rêve de midinette et fête d’anciens du lycée), enfin celle de la transgression, qui oblige à briser le moule de l’apparence (retour infernal de l’ex-mari ultra-violent). Le film procède de la même façon, par brusques changements de tons, par dérapages narratifs rattrapés avec brio, pratiquant la collusion des situations et des registres (ballade sentimentale, comédie romantique, satire, thriller), cultivant un humour débridé qui joue à subvertir les clichés. 4/6

Cold war (Paweł Pawlikowski, 2018)
Il s’agit ici de faire tenir en moins d’une heure et demie quinze ans de chronique amoureuse et de conflit entre blocs géopolitiques, de peindre l’asservissement du désir à la marche du monde. Afin de remporter ce pari de fermeté et de concision, l’auteur opte pour un récit pointilliste qui opère par ellipses successives et épouse le morcellement d’une idylle impossible, ballotée entre Est et Ouest, des deux côtés du rideau de fer, alors que s’abat le gris universel de l’ère soviétique. Mais un tel dispositif n’évite pas l’écueil de la sécheresse : ainsi condensée, comme vidée de ses stases de cristallisation et d’épiphanie, cette histoire d’une passion toujours frustrée manque de la flamme, de l’élan lyrique qui auraient du lui permettre de dépasser l’élégance ouatée et l’esthétique très Cartier-Bresson de sa mise en scène. 4/6

Été violent (Valerio Zurlini, 1959)
La volupté d’être, on ne la goûte à son juste prix qu’au seuil du désastre et de la grande peur. Cet été violent, c’est celui de 1943 qui voit les derniers sursauts du fascisme italien. Autour d’une plage proche de Rimini, quelques jeunes oisifs tentent d’oublier les réalités du moment. Tout ici dégage un charme insinuant auquel contribuent le moelleux de l’écriture, la présence sensuelle des corps, le style flâneur mais précis qui restitue la douceur de la durée, propre à capter les ruses et les hésitations du sentiment en train de naître. À travers cette belle et passionnelle histoire d’amour, remarquable d’acuité psychologique, le film cueille la fragilité des instants parfaits, la grâce irremplaçable de purs "bonheurs d’expression", d’autant plus émouvants qu’ils sont arrachés aux duretés de l’existence. 5/6

Jerry souffre-douleur (Jerry Lewis, 1964)
En racontant l’histoire de ce groom programmé par quelques producteurs désemparés pour devenir une star, l’auteur nourrit un thème éprouvé : l’ascension d’un minable et sa rencontre avec une célébrité fragile et trompeuse. L’univers de Jerry-comique-qui-pense réapparaît ainsi dans toute son identité mais également toutes ses limites : la destruction incessante d’une mise en scène élégante par un script inégal, la mièvrerie des séquences-confessions, la contradiction flagrante entre une vision du monde prétendument rigoureuse et la fragmentation du récit en une suite de sketches qui en éloignent. Or on peut attendre de lui mieux que des morceaux ni trop solides ni trop fragiles, que des pitreries plus ou moins riches d’intentions latentes, bref mieux qu’un perpétuel et précaire équilibre entre deux chaises. 3/6

Lame de fond (Vincente Minnelli, 1946)
À l’instar de Soupçons d’Hitchcock ou de Hantise de Cukor, cette œuvre, qui leur est similaire, devrait être considérée comme un film noir, quand bien même elle appartient à la descendance hybride du genre gothique, imprégné par l’iconographie du mélodrame. Minnelli semble un peu se chercher, mélange les registres et retombe sur ses pieds à travers le personnage de Mitchum, élégant et froissé, qui préfigure chez lui une longue lignée d’hommes brimés et rejetés. Mais s’il parvient à débrider son inventivité en explorant les capacités visuelles d’un décor tourmenté, d’un visage inquiet, d’un corps fuyant, si la mise en scène accentue les moments dramatiques, ménage de subtiles insinuations et donne une vraie présence aux intérieurs, le scénario traîne paresseusement d’un cliché à l’autre. 4/6

L’ours et la poupée (Michel Deville, 1970)
Sur le patron de la comédie américaine et plus particulièrement de L’Impossible Monsieur Bébé, qui voit une adorable enquiquineuse poursuivre de ses assiduités un homme s’obstinant à lui résister, cette charmante bulle de fantaisie, légère et débridée, guillerette et colorée, exploite le romantisme d’un Marivaux ou d’un Musset. Que l’exubérante modèle vivant dans un hôtel particulier du seizième rencontre un musicien tranquille retiré à la campagne, que la nature, les enfants, la simplicité, la flânerie et l’utopie d’un mode de vie s’opposent à la sophistication artificieuse de l’autre comme Rossini à Eddie Vartan, cela participe d’une démarche reposant sur une succession de dissonances et de modulations, et se nourrissant des conventions pour mieux en jouer, sans biseauter les cartes ni piper les dés. 4/6



Et aussi :

Nos batailles (Guillaume Senez, 2018) - 5/6
Girl (Lukas Dhont, 2018) - 4/6
Le grand bain (Gilles Lelouche, 2018) - 5/6


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2018 - Les frères Sisters (Jacques Audiard, 2018)
Août 2018 - Silent voice (Naoko Yamada, 2016)
Juillet 2018L'homme qui voulait savoir (George Sluizer, 1988)
Juin 2018Sans un bruit (John Krasinski, 2018)
Mai 2018Riches et célèbres (George Cukor, 1981)
Avril 2018Séduite et abandonnée (Pietro Germi, 1964)
Mars 2018Mektoub my love : canto uno (Abdellatif Kechiche, 2017)
Février 2018Phantom thread (Paul Thomas Anderson, 2017)
Janvier 2018Pentagon papers (Steven Spielberg, 2017)
Décembre 2017Lettre de Sibérie (Chris Marker, 1958)
Novembre 2017L’argent de la vieille (Luigi Comencini, 1972)
Octobre 2017Une vie difficile (Dino Risi, 1961)
Septembre 2017Casanova, un adolescent à Venise (Luigi Comencini, 1969)
Août 2017La bonne année (Claude Lelouch, 1973)
Juillet 2017 - La fille à la valise (Valerio Zurlini, 1961)
Juin 2017Désirs humains (Fritz Lang, 1954)
Mai 2017Les cloches de Sainte-Marie (Leo McCarey, 1945)
Avril 2017Maria’s lovers (Andreï Kontchalovski, 1984)
Mars 2017À la recherche de Mr Goodbar (Richard Brooks, 1977)
Février 2017Raphaël ou le débauché (Michel Deville, 1971)
Janvier 2017La la land (Damien Chazelle, 2016)
Décembre 2016Alice (Jan Švankmajer, 1987)
Novembre 2016 - Dernières nouvelles du cosmos (Julie Bertuccelli, 2016)
Octobre 2016 - Showgirls (Paul Verhoeven, 1995)
Septembre 2016 - Aquarius (Kleber Mendonça Filho, 2016)
Août 2016 - Le flambeur (Karel Reisz, 1974)
Juillet 2016 - A touch of zen (King Hu, 1971)
Juin 2016 - The witch (Robert Eggers, 2015)
Mai 2016 - Elle (Paul Verhoeven, 2016)
Avril 2016 - La pyramide humaine (Jean Rouch, 1961)
Mars 2016 - The assassin (Hou Hsiao-hsien, 2015)
Février 2016Le démon des femmes (Robert Aldrich, 1968)
Janvier 2016La Commune (Paris 1871) (Peter Watkins, 2000)
Décembre 2015Mia madre (Nanni Moretti, 2015)
Novembre 2015Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)
Octobre 2015Voyage à deux (Stanley Donen, 1967)
Septembre 2015Une histoire simple (Claude Sautet, 1978)
Août 2015La Marseillaise (Jean Renoir, 1938)
Juillet 2015Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, 2007)
Juin 2015Vice-versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015) Top 100
Mai 2015Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014Zardoz (Sean Connery, 1974)
Septembre 2014Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014Le prix d’un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 201412 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013L’arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013La randonnée (Nicolas Roeg, 1971)
Juillet 2013Le monde d’Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013Chronique d’un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 – Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013L’heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 – Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 – Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 – Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 – Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 – Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 – Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 – Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 – Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 – Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 – L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 – L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 – Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 – Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 – L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 – Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 – Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 – Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 – L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 1 nov. 18, 17:36, édité 7 fois.

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22080
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar cinephage » 1 oct. 18, 16:44

OCTOBRE 2018

FILM DU MOIS:

The Spiral Staircase / Deux mains, la nuit, de Robert Siodmak (1946) 8/10 - Proto-film de serial killer, magnifié par la photographie du très inspiré Nicholas Musuraca.

FILMS DECOUVERTS:
La secte, de Michele Soavi (1991) 7,5/10 - Une inventivité formelle très ludique, un scénario alambiqué mais riche, quelques moments kitschs, mais qui ne gachent pas le déroulement mystérieux d'une intrigue où satanisme et occultisme se taillent la part du lion. Pas mal du tout...
Hold the dark / aucun homme ni dieu, de Jeremy Saulnier (2018) 8/10 - Si certains se désoleront de ne pas trouver ici la tension de ses deux films précédents, d'autres, dont moi, se régaleront d'un sens du cadre privilégié par un scope de toute beauté, d'une ambiance lente, lourde, sombre, soutenue par une BO toute en retenue, d'un film au rythme lent mais au style bien affirmé.
The Tingler, de William Castle (1959) 7,5/10 - Un bon film d'épouvante, qui contient deux séquences d'anthologie. Castle est un véritable théoricien de l'horreur, même si son décortiquage des ressorts du genre ne visaient qu'à effrayent plus encore les gens. Il n'empêche, son oeuvre met en évidence une bonne partie de ce qui caractérise ce genre si particulier.
The Comedy of Terrors, de Jacques Tourneur (1963) 7,5/10 - Farce qui a le mérite de réunir quelques grands nom du genre, tous décidés ici à beaucoup s'amuser, et à nous amuser au passage.
Otoko et Sasuke, de Yasujirô Shimazu (1935) 6/10 - Si le film demeure peu attachant, son récit édifiant d'un dévouement et du sacrifice de soi reste saisissant. Par ailleurs, le sens visuel de Shimazu frappe juste à plusieurs moments...
Courant chaud, de Kôzaburô Yoshimura (1939) 4/10 - Bluette alliant romance hospitalière et comédie (?) du remariage. Trop long, très alambiqué, et sans grand intérêt narratif, le film manque singulièrement d'intérêt, malgré quelques rares idées visuelles, comme cette table en noir et blanc avec des tasses de couleur inverse.
Je suis vivant, d'Aldo Lado (1971) 7/10 - Etrange polar labyrinthique, qu'une pointe de fantastique rend assez marquant, mais qui manque peut-être d'une résolution forte. On se prend vite au charme de Prage, et de la BO envoutante de Morricone.
Trilogy of Terror, de Dan Curtis (1975) 7/10 - 3 sketches d'intérêt inégal, dont le dernier seul est un véritable cauchemard, mais alors mémorable, celui-là...
A Star is born, de Bradley Cooper (2018) 6/10 - Joli premier film pour Bradley Cooper, mais le script reste bancal. Le personnage de Lady Gaga s'efface derrière la chanteuse, reste inexistant (aucune personalité, aucun caractère), et j'ai trouvé regrettable que l'échec de Cooper s'explique par divers facteurs sociaux plutôt que par la cruauté du show business, ce qui était le sujet du film de Wellman.
Nekromantik 2, de Jorg Butgereit (1991) 2/10 - Lent, raté et bourré d'éléments d'intrigue qui s'enquillent mal, cette suite peine vraiment à convaincre...
Anatomie, de Stefan Ruzowitzky (2000) 7,5/10 - Entre polar noir et teenage movie au sein d'une vieille école d'anatomie, ce film se regarde avec un franc plaisir. Ruzowitzky est sans doute le plus "américain" des réalisateurs allemands du moment, ses films savent divertir.
Anatomie 2, de Stefan Ruzowitzky (2003) 5/10 - Suite trop orientée genre, à l'intrigue un peu absurde et qui s'emboite mal avec la précédente. Ca reste amusant, mais sans plus... Dommage.
Dead of night, de Bob Clark (1974) 7,5/10 - Sorte de fable horrifique sur le retour des soldats du Viet-Nam. Assez sombre, mais pas mal fichu.
Carnage / The Burning, de Tony Maylam (1981) 4/10 - Sorte de kilomètre zéro du slasher, bourré de clichés et sans surprise, mais correctement conduit...
The Undying Monster, de John Brahm (1942) 7,5/10 - Bel exercice de style horrifique, dans la lignée du chien des Baskerville.
Fascination, de Jean Rollin (1979) 3/10 - Une intrigue sans queue ni tête, des femmes nues qui jouent très mal, une ambiance érotique bougie-voilages, et le tour est joué ! Jean Rollin nous fait son cinéma. Je reste peu convaincu par les recettes du bonhomme...
Capharnaum, de Nadine Labaki (2018) 7,5/10 - Ce récit suit le parcours d'un enfant en perdition dans une société libanaise qui écarte ses exclus de façon assez brutale. La force du récit tient beaucoup à la qualité de jeu des enfants, mais aussi au regard sans concession que porte la réalisatrice sur cette société.
L'inferno, de Francesco Bertolini (1911) 8/10 - Le réalisateur offre une version filmée des illustrations médiévales de la Divine Comédie de Dante, qui est aussi un défilé des diverses techniques de truquage optique disponibles à l'époque. Un document saisissant.
The Black Room, de Roy William Neill (1935) 7,5/10 - Boris Karloff s'en donne à coeur joie dans ce double rôle de jumeaux pris dans une prophétie mortifère... Très sympa.
The Predator, de Shane Black (2018) 7,5/10 - Conscient qu'il ne pourra dévier son intrigue de la voie du blockbuster, Black s'amuse à typer ses personnages secondaires et multiplie les remarques au second degré. Cette suite peinera ceux qui espéraient un film sérieux, amusera les autres...
Venom, de Ruben Fleischer (2018) 6/10 - Un divertissement efficace, ponctué de faiblesses de script et d'intrigue.
La chute de la maison Usher, de Roger Corman (1960) 7/10 - Une bien belle illustration de la nouvelle de Poe, notamment en raison d'un Price qui en rajoute et d'une utilisation des couleurs très inspirée. Une jolie réussite.
Le monstre des temps perdus, d'Eugene Lourie (1953) 6,5/10 - On s'intéressera à ce proto-Godzilla si on aime le genre, Ray Harryhausen fait ses premières armes et son monstre est très réussi.
Titan, de Lennart Ruff (2018) 4/10 - Récit fictif qui suit la métamorphose d'hommes qui doivent vivre sur Titan. Le film reste sans tonus, et ennuie doucement...
Ichi the Killer, de Takashi Miike (2001) 8/10 - Enfin un film qui s'accommode parfaitement de la fantaisie délirante du réalisateur. Ce film multiplie morceaux de bravoure et séquences d'anthologie, à un rythme assez saisissant. Une belle réussite.
Sorum, de Jun Jong-chan (2001) 6/10 - Sorte de drame psychologique et social, matiné d'une ambiance fantastique... Le tout n'est pas mauvais, mais manque d'un petit quelque chose qui accroche le spectateur.
Les mains d'Orlac, de Robert Wiene (1924) 5,5/10 - L'expressionnisme allemand pousse ici Conrad Veidt à en faire des caisses, ce qui atténue la force du film dont la mise en scène reste, elle, en retrait. Le tout reste intéressant, mais pas vraiment formidable.
La terreur des zombies, de Marino Girolami (1980) 4/10 - A réserver aux afficionados du bis italien, ce film offre quelques délicieux moments nanardesques, qui feront leur régal. Mention spéciale aux indigènes spécialisés dans l'aide à résoudre le scénario.
Le jardin des tortures, de Freddie Francis (1967) 7/10 - Film à sketches assez sympathique, où l'on rencontre un piano amoureux, une actrice trop ambitieuse, et un chat démoniaque...
Sanctuaire, de Michele Soavi (1989) 8/10 - Sorte de huis-clos occulte, dans lequel le sens visuel de Soavi fait merveille, offrant un livre d'image horrifique à souhait, sur fond de démonisme et de secret des cathédrales... Un film particulièrement sympathique.

FILMS REVUS:
Vendredi 13, de Sean S. Cunningham (1980) 7,5/10 - Révision heureuse de ce film qui, à défaut de surprendre, reste assez efficace dans sa façon de construire le suspense.
In the Mouth of Madness, de John Carpenter (1994) 10/10 - Le film méta de Big John ne perd rien de sa force à la énième révision, c'est au contraire pour moi l'occasion de m'émerveiller de son utilisation du scope et de la profondeur de champs. Belle révision, impérative à la veille de son concert...
Escape from New York, de John Carpenter (1981) 9/10 - L'inénarrable aventure de Snake Plissken au coeur de l'ile devenue prison reste une source de joie à chaque visionnage.
They Live, de John Carpenter (1988) 7,5/10 - Si je revois ce classique de Carpenter avec plus de bienveillance qu'à sa sortie, je reste perplexe avec son traitement de la problématique par la violence, alors que le film semble aborder un thème autrement plus compliqué que ça...

Films des mois précédent
Spoiler (cliquez pour afficher)
janvier 2011=Incendies (Villeneuve)
février 2011=Portrait of Jennie (Dieterle)
mars 2011=Orgueil et préjugés (Wright)
avril 2011=Murder by Contract (Lerner)
mai 2011=Vincent, François, Paul, et les autres (Sautet)
juin 2011=Les contes cruels du Bushido (Imai)
juillet 2011=Underworld (Von Sternberg)
aout 2011=L'heure suprême (Borzage)
septembre 2011=L'Apollonide, souvenirs de la maison close (Bonello)
octobre 2011=The ox-bow incident (Wellman)
novembre 2011=The Movie Orgy (Dante)
décembre 2011=Mission Impossible : le protocole fantôme (Bird)
janvier 2012=Take Shelter (Nichols)
février 2012=Gentleman Jim (Walsh)
mars 2012=Le miroir (Tarkovski)
avril 2012=Divorce à l'italienne (Germi)
mai 2012=La cabane dans les bois (Goddard)
juin 2012=Les meilleures années de notre vie (Wyler)
juillet 2012=Feux dans la plaine (Ichikawa)
aout 2012=Wichita (Tourneur)
septembre 2012=Baraka (Fricke)
octobre 2012=Les grandes espérances (Lean)
novembre 2012=Man Hunt (Lang)
décembre 2012=Wings (Shepitko)
janvier 2013=Les dimanches de Ville d'Avray (Bourguignon)
février 2013=Wings (Wellman)
mars 2013=Le bossu de Notre-Dame (Wise & Trousdale)
avril 2013=Comme des frères (Gélin)
mai 2013=Walkabout (Roeg)
juin 2013=Kekexili (Chuan)
juillet 2013=Doro no kawa (Oguri)
aout 2013=My Childhood (Douglas)
septembre 2013=Hoop Dreams (James)
octobre 2013=Pique-nique à Hanging Rock (Weir)
novembre 2013=Du rififi chez les hommes (Dassin)
decembre 2013=Heimat, chronique d'un rêve (Reitz)
janvier 2014=Hearts of Darkness: A Filmmaker's Apocalypse (Bahr & Hickenlooper)
fevrier 2014=The Grand Budapest Hotel (Anderson)
mars 2014=Voyage à Tokyo (Ozu)
avril 2014=Untel père et fils (Duvivier)
mai 2014=Seuls sont les indomptés (Miller)
juin 2014=Les harmonies Werckmeister (Tarr)
juillet 2014=La maison des geishas (Fukasaku)
aout 2014=The Act of Killing (Oppenheimer)
septembre 2014=White God (Mundruczó)
octobre 2014=Gone Girl (Fincher)
novembre 2014=Odd Man Out (Reed)
decembre 2014=Le retour (Zvyagintsev)
janvier 2015=Le Soleil brille pour tout le monde (Ford)
février 2015=Le vent (Sjostrom)
mars 2015=Eté précoce (Ozu)
avril 2015=The taking of Tiger Mountain (Hark)
mai 2015=Mad Max: Fury Road (Miller)
juin 2015=Vice versa (Docter)
juillet 2016=Johnny BelindaN(Negulesco)
aout 2015=Selon la loi (Koulechov)
septembre 2015=Gosses de Tokyo (Ozu)
octobre 2015=La baie sanglante (Bava)
novembre 2015=La vie passionnée de Vincent van Gogh (Minelli)
decembre 2015=La chanteuse de Pansori (Kwon-Taek)
janvier 2016=L'ange exterminateur (Bunuel)
février 2016=Le vieux Manoir (Stiller)
mars 2016=Un temps pour vivre, un temps pour mourir (Hsiao Hsien)
avril 2016=Vivre sa vie (Godard)
mai 2016=Nazarin (Bunuel)
juin 2016=Voyage à travers le cinéma français (Tavernier)
juillet 2016=Et tournent les chevaux de bois (Montgomery)
août 2016=Le festin de Babette (Axel)
septembre 2016=La region salvaje (Escalante)
octobre 2016=The Deep Blue Sea (Davies)
novembre 2016=La fille de Brest (Bercot)
decembre 2016=The Mermaid (Chow)
janvier 2017=Le cheval de Turin (Tarr)
fevrier 2017=Loving (Nichols)
mars 2017=The Lost City of Z (Gray)
avril 2017=Saving Sally (Liongoren)
mai 2017=The Tin Star (Mann)
juin 2017=Comme un torrent (Minnelli)
juillet 2017=Le monde lui appartient (Walsh)
aout 2017=Taking off (Forman)
septembre 2017=Trois pages d'un journal (Pabst)
octobre 2017=Long Weekend (Eggleston)
novembre 2017=Chasse au gang (de Toth)
decembre 2017=The Florida Project (Baker)
janvier 2018=Coco (Unkrich & Molina)
fevrier 2018=la forme de l'eau (del Toro)
mars 2018=L'arche russe (Sokourov)
avril 2018=Ready Player One (Spielberg)
mai 2018=Plaire, aimer et courir vite (Honoré)
juin 2018=Chambre avec vue (Ivory)
juillet 2018=Dragon Inn (Hu)
aout 2018=Green Fish (Lee Chang-Dong)
septembre 218=Fanny et Alexandre (Bergman)
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar Demi-Lune » 1 oct. 18, 18:16

FILM DU MOIS D'OCTOBRE 2018

Image

FILMS DÉCOUVERTS OU REDÉCOUVERTS

    L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954) — 7,5/10
    Les copains d'abord (Lawrence Kasdan, 1983) — 7/10
    Le syndrome chinois (James Bridges, 1979) — 6,5/10
    Le sel de la terre (Wim Wenders & Juliano Ribeiro Salgado, 2014) — 6,5/10
    The house that Jack built (Lars Von Trier, 2018) — 6/10
    Le train (Pierre Granier-Deferre, 1973) — 5,5/10
    Another country, histoire d'une trahison (Marek Kanievska, 1984) — 5/10
    Officier et gentleman (Taylor Hackford, 1982) — 5/10
    Hamburger film sandwich (John Landis, 1977) — 4,5/10
    Des gens comme les autres (Robert Redford, 1980) — 4/10
    The raid 2 (Gareth Evans, 2014) — 3,5/10

FILMS REVUS

    Sur la route de Madison (Clint Eastwood, 1995) — 9/10
    Boulevard du crépuscule (Billy Wilder, 1950) — 8/10
    Douze hommes en colère (Sidney Lumet, 1957) — 8/10
Autre:
    Le bureau des légendes, saison 4 (Eric Rochant, 2018) — 6,5/10
Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
août 2009 : Master and Commander (Peter Weir, 2003) ex aequo avec Eternal Sunshine of the spotless mind (Michel Gondry, 2004)
septembre 2009 : Lunes de fiel (Roman Polanski, 1992)
octobre 2009 : Les Frissons de l'angoisse (Dario Argento, 1975) ex aequo avec 12 Hommes en colère (Sidney Lumet, 1957)
novembre 2009 : Entre le Ciel et l'Enfer (Akira Kurosawa, 1963)
décembre 2009 : Ring (Hideo Nakata, 1997)
janvier 2010 : Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento, 1996) ex aequo avec Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009)
février 2010 : The Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984). Prix spécial : Délivrance (John Boorman, 1972)
mars 2010 : Les Sept Samouraïs (Akira Kurosawa, 1954)
avril 2010 : Ratatouille (Brad Bird, 2007). Prix spécial pour La Bataille d'Alger (Gillo Pontecorvo, 1966) et Zombie (George Romero, 1978)
mai 2010 : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov, 1958)
juin 2010 : Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963)
juillet 2010 : Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967)
août 2010 : La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)
septembre 2010 : Le Voyeur (Michael Powell, 1960) ex aequo avec Memories of Murder (Bong Joon-ho, 2003)
octobre 2010 : Écrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)
novembre 2010 : Lolita (Stanley Kubrick, 1962)
décembre 2010 : Les Chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948) ex aequo avec Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean, 1957)
janvier 2011 : Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)
février 2011 : La Rumeur (William Wyler, 1961)
mars 2011 : Blue Velvet (David Lynch, 1986) ex aequo avec A la poursuite d'Octobre Rouge (John McTiernan, 1990). Prix spécial : TRON (Steven Lisberger, 1982)
avril 2011 : La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)
mai 2011 : Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)
juin 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick, 2011)
juillet 2011 : Ludwig ou le Crépuscule des dieux (Luchino Visconti, 1972)
août 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969) ex aequo avec Cure (Kiyoshi Kurosawa, 1997) ex aequo avec L'année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)
septembre 2011 : Do the right thing (Spike Lee, 1989)
octobre 2011 : Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1947). Prix spécial pour The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) et Melancholia (Lars Von Trier, 2011)
novembre 2011 : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (Steven Spielberg, 2011)
décembre 2011 : La Fille de Ryan (David Lean, 1970). Prix spécial pour Mission : Impossible, Protocole Fantôme (Brad Bird, 2011)
janvier 2012 : Metropolis, version longue (Fritz Lang, 1927) ex aequo avec Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964) ex aequo avec La Chute de l'Empire romain (Anthony Mann, 1964)
février 2012 : Octobre (Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein, 1928)
mars 2012 : La lettre inachevée (Mikhaïl Kalatozov, 1959) ex aequo avec Tootsie (Sydney Pollack, 1982) ex aequo avec Dressé pour tuer (Samuel Fuller, 1982)
avril 2012 : Les Nibelungen (Fritz Lang, 1924)
mai 2012 : Guerre et Paix (Sergueï Bondartchouk, 1967)
juin 2012 : Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1989) ex aequo avec La Dolce Vita (Federico Fellini, 1960)
juillet 2012 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov, 1964) ex aequo avec Kwaïdan (Masaki Kobayashi, 1964). Prix spécial pour Phase IV (Saul Bass, 1974)
août 2012 : L'Enfer blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & G. W. Pabst, 1929) ex aequo avec Pink Floyd The Wall (Alan Parker, 1982) ex aequo avec To be or not to be (Ernst Lubitsch, 1942) ex aequo avec Le Rayon vert (Éric Rohmer, 1986)
septembre 2012 : Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)
octobre 2012 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946) ex aequo avec L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot (Serge Bromberg, 2008)
novembre 2012 : Beau-père (Bertrand Blier, 1981)
décembre 2012 : Napoléon (Abel Gance, 1927). Prix spécial pour Drôle de frimousse (Stanley Donen, 1957) et Un Américain à Paris (Vincente Minnelli, 1951)
janvier 2013 : Les enfants d'Hiroshima (Kaneto Shindo, 1952) ex aequo avec Chantons sous la pluie (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952), L'Incompris (Luigi Comencini, 1966) et Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012)
février 2013 : Lincoln (Steven Spielberg, 2012). Prix spécial pour Le voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948) et les chorégraphies de Busby Berkeley
mars 2013 : The shop around the corner (Ernst Lubitsch, 1940) ex aequo avec A la Merveille (Terrence Malick, 2012)
avril 2013 : Solitude (Paul Fejos, 1928) ex aequo avec La symphonie nuptiale (Erich von Stroheim, 1928)
mai 2013 : Le conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970)
juin 2013 : Le passé (Asghar Farhadi, 2013). Prix spécial pour Le silence de la mer (Jean-Pierre Melville, 1947), Ordet (Carl Theodor Dreyer, 1955) et Une journée particulière (Ettore Scola, 1977)
juillet 2013 : Point limite (Sidney Lumet, 1964) ex aequo avec Que viva Mexico ! (Sergueï Mikhaïlovich Eisenstein, 1931). Prix spécial pour Dura lex (Lev Koulechov, 1926)
août 2013 : Miracle en Alabama (Arthur Penn, 1962) ex aequo avec L'innocent (Luchino Visconti, 1976). Prix spécial pour Une autre femme (Woody Allen, 1988), Un cœur en hiver (Claude Sautet, 1992) et Kramer contre Kramer (Robert Benton, 1979)
septembre 2013 : Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973). Prix spécial pour La source (Ingmar Bergman, 1960)
octobre 2013 : Le chat (Pierre Granier-Deferre, 1971). Prix spécial pour Incendies (Denis Villeneuve, 2010)
novembre 2013 : Fanny et Alexandre (Ingmar Bergman, 1982) ex aequo avec The immigrant (James Gray, 2013)
décembre 2013 : La peau (Liliana Cavani, 1981). Prix spécial pour Un homme parmi les loups (Carroll Ballard, 1983) et La femme défendue (Philippe Harel, 1997)
janvier 2014 : Le loup de Wall Street (Martin Scorsese, 2013) ex aequo avec Koyaanisqatsi (Godfrey Reggio, 1982)
février 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson, 2014)
mars 2014 : Le dossier 51 (Michel Deville, 1978). Prix spécial pour L'aveu (Costa-Gavras, 1970), Meshes of the afternoon (Maya Deren, 1943), Trois femmes (Robert Altman, 1977) & Pharaon (Jerzy Kawalerowicz, 1966)
avril 2014 : Le convoi de la peur (William Friedkin, 1977)
mai 2014 : Maîtresse (Barbet Schroeder, 1975)
juin 2014 : Amour (Michael Haneke, 2012)
juillet 2014 : Salò ou les 120 journées de Sodome (Pier Paolo Pasolini, 1975) ex aequo avec Stalker (Andreï Tarkovski, 1979). Prix spécial pour La montagne sacrée (Alejandro Jodorowsky, 1973)
août 2014 : L’œuf de l'ange (Mamoru Oshii, 1985)
septembre 2014 : Les moissons du ciel (Terrence Malick, 1978)
octobre 2014 : La maman et la putain (Jean Eustache, 1973)
novembre 2014 : Deux jours, une nuit (Jean-Pierre & Luc Dardenne, 2014) ex aequo avec La couleur de la grenade (Sergueï Paradjanov, 1968)
décembre 2014 : Les enfants loups, Ame et Yuki (Mamoru Hosoda, 2012)
janvier 2015 : Le chagrin et la pitié (Marcel Ophuls, 1969)
février 2015 : Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot (Jacques Rivette, 1966)
mars 2015 : Before midnight (Richard Linklater, 2013). Prix spécial pour The baby of Mâcon (Peter Greenaway, 1993)
avril 2015 : L'avventura (Michelangelo Antonioni, 1960)
mai 2015 : Let's get lost (Bruce Weber, 1988)
juin 2015 : Vice-versa (Pete Docter & Ronnie Del Carmen, 2015)
juillet 2015 : Love (Gaspar Noé, 2015)
août 2015 : Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée... (Uli Edel, 1981)
septembre 2015 : Heimat, une chronique allemande (Edgar Reitz, 1984)
octobre 2015 : Avalon (Mamoru Oshii, 2001) ex aequo avec La dernière valse (Martin Scorsese, 1978)
novembre 2015 : -
décembre 2015 : La chambre interdite (Guy Maddin & Evan Johnson, 2015)
janvier 2016 : Danton (Andrzej Wajda, 1983)
février 2016 : Funny games (Michael Haneke, 1997)
mars 2016 : Homeland : Irak année zéro (Abbas Fahdel, 2015) ex aequo avec Évolution (Lucile Hadzihalilovic, 2015)
avril 2016 : Andreï Roublev (Andreï Tarkovski, 1966)
mai 2016 : Gerry (Gus Van Sant, 2002)
juin 2016 : AKIRA (Katsuhiro Ōtomo, 1988)
juillet 2016 : L'insoutenable légèreté de l'être (Philip Kaufman, 1988)
août 2016 : L'empire des sens (Nagisa Ōshima, 1976)
septembre 2016 : Nocturama (Bertrand Bonello, 2016)
octobre 2016 : El sicario, room 164 (Gianfranco Rosi, 2010)
novembre 2016 : La complainte du sentier (Satyajit Ray, 1955), L'invaincu (Satyajit Ray, 1956) & Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
décembre 2016 : La grande ville (Satyajit Ray, 1963)
janvier 2017 : Un homme et une femme (Claude Lelouch, 1966)
février 2017 : La pianiste (Michael Haneke, 2001)
mars 2017 : Happiness (Todd Solondz, 1998)
avril 2017 : Que le spectacle commence (Bob Fosse, 1979)
mai 2017 : Meurtre dans un jardin anglais (Peter Greenaway, 1982)
juin 2017 : Panique à Needle Park (Jerry Schatzberg, 1971)
juillet 2017 : Épouses et concubines (Zhang Yimou, 1991)
août 2017 : Air doll (Hirokazu Kore-eda, 2009)
septembre 2017 : Twin Peaks The Return (David Lynch, 2017). Prix spécial pour Faute d'amour (Andreï Zviaguintsev, 2017) & Trouble every day (Claire Denis, 2001)
octobre 2017 : The Square (Ruben Östlund, 2017) ex aequo avec Charulata (Satyajit Ray, 1964)
novembre 2017 : Prospero's books (Peter Greenaway, 1991)
décembre 2017 : La sentinelle (Arnaud Desplechin, 1992)
janvier 2018 : Le portrait interdit (Charles de Meaux, 2016)
février 2018 : Les cendres du temps Redux (Wong Kar-wai, 1994)
mars 2018 : Mektoub, my love : canto uno (Abdellatif Kechiche, 2017)
avril 2018 : pas de film du mois
mai 2018 : Le joli mai (Chris Marker & Pierre Lhomme, 1963)
juin 2018 : Convoi de femmes (William A. Wellman, 1951)
juillet 2018 : La ballade de Narayama (Shōhei Imamura, 1983)
août 2018 : Le bureau des légendes, saisons 1-3 (Eric Rochant, 2015-2017)
septembre 2018 : Burning (Lee Chang-dong, 2018) ex aequo avec Manille (Lino Brocka, 1975)
Dernière édition par Demi-Lune le 3 nov. 18, 10:09, édité 13 fois.

Avatar de l’utilisateur
Arn
Machino
Messages : 1467
Inscription : 19 oct. 17, 16:32

Re: Votre film du mois d'Octobre 2018

Messagepar Arn » 1 oct. 18, 18:19

OCTOBRE 2018

Film du mois :

Image
CRIMSON PEAK, de Guillermo Del Toro

Prix spécial naptha :
Image
LES FLICS NE DORMENT PAS LA NUIT, Richard Fleischer

Films (re)découverts :

CRIMSON PEAK (Guillermo Del Toro, 2015) - 8/10
L'ECHINE DU DIABLE (El espinazo del diablo, Guillermo Del Toro, 2001) - 8/10
AUX FRONTIÈRES DE L'AUBE (Near Dark, Kathryn Bigelow, 1987) - 8/10
LES FLICS NE DORMENT PAS LA NUIT (The New Centurions, Richard Fleischer, 1972) - 8/10
FANTÔMES CONTRE FANTÔMES (The Frighteners, Peter Jackson, 1996) - 8/10
LE DERNIER SURVIVANT (The Quiet Earth, Geoff Murphy, 1985) - 7/10
LEAVE NO TRACE (Debra Granik, 2018) - 7/10 **
L'AU-DELÀ (...E tu vivrai nel terrore! L'aldilà , Lucio Fulci, 1981) - 7/10
BLEEDER (Nicolas Winding Refn, 1999) - 7/10
EXTRA SANGSUES (Night of the Creeps, Fred Dekker, 1986) - 7/10
FIRST MAN: LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE (First Man, Damien Chazelle, 2018) - 7/10 **
FATAL GAMES (Heathers, Michael Lehmann, 1988) - 7/10
MEURTRES A LA SAINT-VALENTIN (My Bloody Valentine, George Mihalka, 1981) - 7/10
UPGRADE ([Leigh Whannell, 2018) - 7/10 **
DES HOMMES SANS LOI (Lawless, John Hillcoat, 2012) - 7/10
THE MONSTER SQUAD ([Fred Dekker, 1987) - 6/10
HALLOWEEN (David Gordon Green, 2018) - 6/10 **
ROLLERBALL ([Norman Jewison, 1975) - 6/10
LE DERNIER DES TEMPLIERS (Season of the Witch, Dominic Sena, 2011) - 6/10
BLOOD RAGE (John Grissmer, 1987) - 6/10
SHIN GODZILLA (Shin Gojira, Hideaki Anno, 2016) - 6/10
SANS UN BRUIT (A Quiet Place, John Krasinski, 2018) - 6/10
JUSQU’À CE QUE LA FIN DU MONDE NOUS SEPARE (Seeking a Friend for the End of the World, Lorene Scafaria, 2012) - 5/10
SANDY WEXLER (Steven Brill, 2017) - 5/10
DESTINATION FINALE 5 (FInal Destination 5, Steven Quale, 2011) - 5/10
SHAKESPEARE IN LOVE (John Madden, 2011) - 4/10


Films revus :

KILL BILL: VOLUME II (Kill Bill: Vol. 2, Quentin Tarantino, 2004) - 5/10

** : Vu au cinéma

Notation :
Spoiler (cliquez pour afficher)
10 : chef d'oeuvre absolu
9 : chef d'oeuvre
8 : excellent / ne manque pas grand chose pour en faire un chef d'oeuvre
7 : très bon / à revoir avec plaisir
6 : bon / je le reverrais sans déplaisir
5 : bof / je le reverrais pas de moi même
4 : plutôt mauvais
3 : mauvais
2 : très mauvais
1 : au secours


Précédemment...
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2018 - CRONOS, de Guillermo Del Toro
Août 2018 - DANSE AVEC LES LOUPS, de Kevin Costner
Juillet 2018 - JSA - JOINT SECURITY AREA, de Park Chan-wook
Juin 2018 - THE AGE OF SHADOWS, de Kim Jee-woon
Mai 2018 - L’ÉTÉ DE KIKUJIRO, de Takeshi Kitano
Avril 2018 - DARK CRYSTAL, de Jim Henson & Frank Oz
Mars 2018 - LA GARÇONNIÈRE, de Billy Wilder
Février 2018 - DONNIE DARKO, de Richard Kelly
Janvier 2018 - LOGAN, de James Mangold
Décembre 2017 - VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER, de Michael Cimino
Novembre 2017 - NO COUNTRY FOR OLD MEN, de Ethan & Joel Cohen
Octobre 2017 - WIND RIVER, deTaylor Sheridan
Dernière édition par Arn le 1 nov. 18, 14:18, édité 9 fois.