Homeland

Tout sur les séries à la TV, en DVD, en Blu-ray ou VOD.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14782
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Homeland

Messagepar Max Schreck » 30 août 17, 15:09

Diffusée sur Showtime depuis 2011, Homeland est une série créée par Alex Gansa et Howard Gordon, scénaristes producteurs qui ont notamment écrit pour X-files et 24. Elle s'inspire de la série israélienne Hatufim.


VA Y AVOIR DU SPOIL...


Image
Saison 1.
Pas évident de découvrir certaines séries avec du retard.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Etant donné que la tronche de Damian Lewis est toujours présente sur les coffrets des saisons suivantes, le suspense final quant à la réussite de son éventuel attentat-kamikaze s'est quelque peu dégonflé.

Pensant me retrouver face à un thriller politique redoutable, sur un sujet sensible, j'ai un peu revu mes attentes à la baisse. L'ambition est ici de surtout multiplier les rebondissements, et on est donc finalement bien plus proche d'une écriture à la 24, avec interrogations ludiques sur la duplicité des personnages : qui est la taupe ? quel est le plan dans le plan (dans le plan) ? Il y a avait sans doute un terrain passionnant à explorer sur le dilemme moral de certains personnages, et surtout dans la peinture de ce soldat-otage de retour au bercail, de la façon dont il va panser ses blessures et retrouver sa place. C'est certes abordé, mais je n'ai pas été non plus ébloui par la façon dont c'est raconté, les scènes étant vite répétitives ou dialoguées sans génie.

Heureusement, on a deux acteurs formidables en la personne de Damian Lewis et Morena Baccarin qui livrent une prestation pleine de sensibilité. Dans le rôle du mentor Saul Berenson, Mandy Patinkin a la classe mais on a un peu vite l'impression que les scénaristes ne savent pas encore trop quoi en faire, comment le positionner. Le vrai raté, par contre, c'est l'interprétation de Claire Danes, une actrice pour laquelle j'avais plutôt de la sympathie mais qui révèle ici ses limites, jouant toujours sur le même registre, et sans doute pas aidée par un script qui la rend antipathique, en personnage qui ne fait finalement que prendre de mauvaises décisions alors qu'on est censé la considérer comme une experte compétente, et qui plus est assez désagréable avec son entourage. Résultat : on se désintéresse de son sort, presque désireux de la voir évacuée du tableau.

Mise en scène fonctionnelle, sans mauvais goût mais sans éclat, ne transmettant aucun trouble ou sentiment de dépaysement (suscité uniquement lors des scènes irakiennes du pilote). Ça au donc le mérite d'être assez prenant, à défaut d'être vraiment convaincant, et ça ne décourage pas l'envie de poursuivre. Mais c'est tout de même un peu désolant d'en venir à adopter une attitude de spectateur prêt à accepter toutes les invraisemblances qui pourraient se présenter, du moment qu'il est diverti (j'ai d'autres exigences).



Saison 2
Saison supérieure. On se calme sur les twists et les complots dans le complot pour mieux se recentrer sur les personnages, confrontés qu'ils sont à leur destin (qu'il ait été choisi ou contraint). On perd donc en invraisemblances et superficialité ce qu'on gagne en tension et en humanité. Il s'agit en effet moins d'anticiper sur les intentions cachés des uns et des autres, que de jouer sur le suspense, l'infiltration et la survie. Et là où ça devient bien, c'est que les personnages sont désormais bien en place et qu'ils sont plutôt bien servis par les dialogues lors de scènes qui ne craignent pas de ralentir le rythme pour les laisser respirer/exister. Le mélange entre thriller d'espionnage et tourments personnels est remarquablement équilibré, donnant lieu à des moments assez marquants, tant dans l'intime que dans le spectaculaire. Le jeu de Claire Danes est un peu moins irritant, mais elle ne m'a pas toujours convaincu. Par contre le reste du casting assure toujours, et c'est vraiment un regal de voir se débattre Damian Lewis qui livre mine de rien une performance assez impressionnante.

Restent forcément quelques facilités dans certains rebondissements (cette tendance presque comique qu'a Dana de débouler aux moments inopportuns), et puis cette lourdeur dans l'accompagnement sonore dès qu'il faut suggérer du suspense.



Saison 3
Ça patine pas mal dans le premier tiers, mais je n'en ferai pas pour autant un reproche. Etant donné comment s'est achevée la saison 2, il était inévitable que la 3e démarre sur un rythme différent, nous faisant progressivement reprendre le contact avec des personnages dévastés. Alors certes, les événements ont pris des proportions assez énormes, et en comparaison de ce qu'il se passe à la CIA, je porte quand même moins d'intérêt au drame vécu par Dana. Sa fugue ne m'a pas franchement passionné, quand bien même on y ajoute artificiellement du suspense quant à la personnalité de son boyfriend. Mais je reconnais que ça répond aux ambitions du show, d'observer patiemment tout ce que sont amenés à vivre les personnages, et la famille de Brody en fait partie depuis le début.

J'ai beaucoup apprécié par contre cet épisode en suspension, où il n'est plus question que de suivre en parallèle Carrie en détresse à l'hôpital psychiatrique, et Brody au fond du trou à Caracas. Là, il n'y a pratiquement plus d'intrigue, mais une plongée franchement éprouvante et plutôt convaincante dans des univers sans lumière, où même Claire Danes parvient à se montrer touchante. Et puis lorsque le plan audacieux de Saul commence à se révéler et à se mettre en place, ça redevient bien haletant, avec certains moments de suspense franchement insoutenables. Jusqu'à un final impressionnant et particulièrement déprimant. Hats off to Damian Lewis, qui achève donc ici son éprouvant parcours, dans une forme de sérénité qui lui donne encore plus de force. Le show fait ensuite le choix de se conclure de façon assez apaisée, et comme souvent quand une saison se finit de façon idéale, on se demande si c'est une bonne idée de l'avoir prolongée.


Image
Saison 4
Le risque de perdre tout intérêt et de faire la saison de trop était réel. Il faut désormais créer de toutes pièces une nouvelle histoire, de nouveaux conflits, et parvenir à convaincre le spectateur de s'y intéresser encore. C'est sans doute là que le format de la série se révèle sans équivalent, en ce qu'il permet de travailler ses personnages au long cours et — si l'écriture et l'interprétation sont au rendez-vous — d'aboutir à quelque chose de passionnant. Les scénaristes n'ont donc en quelque sorte qu'à déplacer de nouveaux pions, et de voir comment leurs personnages, désormais solidement campés, vont gérer ça.

Et c'est ce qui se passe ici, avec une vraie efficacité dans l'invention de situations de suspense, efficacité qui va culminer dans les épisodes 7-8-9, enchaînement furieux voire éprouvant de rebondissements et de tension qui ne se relâche pas. Avec en plus une vraie sensation de dépaysement puisque l'essentiel de l'action se déroule au Pakistan, figuré de façon très convaincante par un tournage... en Afrique du Sud. Et ce n'est pas pour autant pour sombrer dans la surenchère putassière à la 24, puisque l'épisode final s'autorisera le luxe d'abandonner le registre de l'action pour brutalement ralentir le tempo et revenir sur ses personnages et leurs démons intérieurs. Et s'il s'agit évidemment avant tout de divertir son public, la série parvient à glisser au passage d'audacieux échanges où la responsabilité des deux camps sont plus ou moins mis dos à dos, et on se dit que c'est assez courageux d'imposer ça au spectateur américain. Bref, si dans son concept on perd un peu la spécificité de ce qui faisait les premières saisons, cette prolongation m'a étonnamment plu.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14782
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Re: Homeland

Messagepar Max Schreck » 25 janv. 18, 13:46

Image
Saison 5
La saison précédente n'appelait pas forcément de prolongement, mais ayant eu l'occasion d'emprunter le coffret j'ai cédé à la curiosité. Et j'ai bien fait parce que ça s'est révélé être de très haute tenue. Je crois même que dans le genre série d'espionnage à base de manipulation et de rebondissements, c'est un des trucs les plus solides que j'aie pu voir, ne succombant pas trop à la surenchère et aux invraisemblances. J'ai même eu plusieurs fois la bonne surprise de constater que les auteurs parvenaient à anticiper nos interrogations, mais aussi à s'attarder sur des moments qui sont souvent évacués par convention. Je n'ai plus d'exemple en tête, à part ce moment où un des persos débarquant avec son portable demande le code wifi avant de démarrer ses recherches. C'est tout con et certainement inutile, mais y'a plein de petits détails comme ça qui en deviennent presque rafraîchissant pour bousculer un peu le spectateur blasé.

Claire Danes donne une nouvelle fois beaucoup de sa personne, avec un rôle écrasant, figure plus que jamais tragique, ayant pleinement conscience d'une existence où la mort s'invite et s'impose trop souvent à son entourage. Il y a un resserrage bénéfique de l'intrigue, pas simplifiée pour autant, mais constamment lisible, avec des révélations et un suspense génialement maîtrisés, et une gestion du timing particulièrement efficace. La mise en scène est pleine d'énergie sans paraître pour autant artificiellement excitée, proposant au contraire de vraies variations de rythme pour laisser aux personnages le temps d'exprimer leurs tourments intimes.

Mais le plus impressionnant, c'est peut-être cette audace renouvellée dans les thèmes abordés, puisqu'on y traite de l'actualité la plus brûlante, qu'on y discute de choix politiques réels, continuant à mettre dos à dos aussi bien l'interventionnisme américain, le terrorisme islamiste, le soutien russe au régime syrien et l'occupation israélienne. Aucun manichéisme, ni même de jugement lapidaire, mais la volonté au contraire de démontrer que la réalité est complexe et les responsabilités partagées. C'est tellement d'actualité que j'ai carrément trouvé glaçant de parvenir à mettre en scène le risque d'un attentat-suicide dans une grande ville européenne à l'intérieur de ce qui se réclame tout de même avant tout comme du divertissement.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
Karras
Mogul
Messages : 10813
Inscription : 15 avr. 03, 18:31
Liste de DVD
Localisation : La cité du Ponant

Re: Homeland

Messagepar Karras » 7 mars 18, 17:50

Canal+ Séries propose la saison 7 à l'heure US sur son antenne chaque mardi à 20h50 à compter du 13 février.

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9532
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: Homeland

Messagepar odelay » 7 mars 18, 18:09

Karras a écrit :Canal+ Séries propose la saison 7 à l'heure US sur son antenne chaque mardi à 20h50 à compter du 13 février.

Le message de demande a disparu...

Avatar de l’utilisateur
Roilo Pintu
Electro
Messages : 779
Inscription : 7 oct. 17, 15:13

Re: Homeland

Messagepar Roilo Pintu » 7 avr. 18, 15:03

Je viens de commencer la saison 7 (Episode 5), c'est du tout bon. Incroyable de voir la capacité de renouvellement de cette série, ils en ont encore sous le capot après 6 saisons. Même si j'ai toujours eu des réserves sur la maladie de Carrie et le métier qu'elle fait, je dois avouer qu'on passe vite sur ce détail, qui part ailleurs permet d'apporter une fragilité, un enjeu dramatique permanent au personnage.

Avatar de l’utilisateur
bocina
Machino
Messages : 1083
Inscription : 11 mars 05, 16:06

Re: Homeland

Messagepar bocina » 7 avr. 18, 17:32

J'attends que la saison se termine pour la dévorer. Claire Danes est fabuleuse. Un plaisir de la revoir chaque année. Après y'a toujours les fabuleuses critiques sur certains points non réalistes... Ca me dépasse toujours mais bon.
L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime qui proclame : « Je pense, donc tu suis. » Pierre Desproges
http://c.mymovies.dk/marcellus_w/media:movie/title:asc

Avatar de l’utilisateur
Roilo Pintu
Electro
Messages : 779
Inscription : 7 oct. 17, 15:13

Re: Homeland

Messagepar Roilo Pintu » 7 avr. 18, 17:57

Je rajouterai que, sans rien vouloir dévoiler, c'est sans doute la premiere fois que sa maladie ne m'a pas derangé. Cela sert tres bien l'intrigue ici et Claire Danes est très convaincante.

J'ai commencé la saison trop tôt, je vais rapidement finir ce qui est dispo (diffusion US = Episode 7), et tomber dans le rythme hebdo... mauvais calcul.
Tu vas vraiment dévorer Bocina

Avatar de l’utilisateur
Roilo Pintu
Electro
Messages : 779
Inscription : 7 oct. 17, 15:13

Re: Homeland

Messagepar Roilo Pintu » 9 avr. 18, 23:31

S7 - Episode 9, plus que 3, purée c'est tendu!
Claire Danes est terrible, et j'adore Mandy Patinkîn dans le rôle de Saul Berrenson

villag
Accessoiriste
Messages : 1669
Inscription : 24 févr. 08, 09:48
Localisation : la rochelle

Re: Homeland

Messagepar villag » 25 avr. 18, 09:04

Saison 7, épisode 11....ouf, ça déménage sec, attend avec impatience le 12, dernier de la saison....!
F d F ( Fan de Ford )

Avatar de l’utilisateur
Addis-Abeba
Mouais
Messages : 11378
Inscription : 12 nov. 04, 23:38
Localisation : Chocolatine

Re: Homeland

Messagepar Addis-Abeba » 27 avr. 18, 09:41

villag a écrit :Saison 7, épisode 11....ouf, ça déménage sec, attend avec impatience le 12, dernier de la saison....!



Episode absolument nul pour peut-être la pire saison d'Homeland.
Cette série colle toujours à l'actualité , voir la devance par moment, donc qu'on reparle des Russes est normal, mais le scénario n'a rien d'emballant et surtout bourré d'incohérence, d'ellipse narrative insupportable, on nous prend vraiment pour des vrais billes.Rien n'est crédible.
Il serait peut-être temps d'arrêter la série, à moins de retrouver comme pour la saison 4 un vrai souffle.
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."

villag
Accessoiriste
Messages : 1669
Inscription : 24 févr. 08, 09:48
Localisation : la rochelle

Re: Homeland

Messagepar villag » 2 mai 18, 09:30

Saison 7 : Épisode 12 ; cette saison s'achève sur un double bang : l'un, tout à fait inattendu, l'autre évidemment redouté; vivement la suite.....
F d F ( Fan de Ford )

Avatar de l’utilisateur
Roilo Pintu
Electro
Messages : 779
Inscription : 7 oct. 17, 15:13

Re: Homeland

Messagepar Roilo Pintu » 3 mai 18, 00:06

Homeland saison 7 (2018)


Une série qui prouve encore, au bout de sa septième saison, qu'elle a la capacité de trouver de nouveaux enjeux, conflits, décors. La série a fait le bon choix en quittant petit à petit le moyen orient et ses conflits, ce qui l'aurait fait vite bégayer.

La zone de guerre est à la fois sur le territoire US (sur fond de division nationale et de crise politique), l'occasion de voir un Saul Berenson plus démuni qu'il ne l'aura été sur les conflits extérieurs. À l'extérieur du pays c'est sur fond de guerre froide que se cristallise le conflit (y compris dans ses images les plus symboliques, voir la dernière scène), à coup de fake news et de manipulation des réseaux sociaux (les tres bonnes idées de la saison).

La saison donne de grands moments de tensions (l'arc autour de Dante entre autre) mais aussi parfois du grotesque quand elle tombe dans les travers de 24 dans sa plus mauvaise période (l'épisode 11 est un gros cumulard de raccourcis et de facilités).

Le final "rattrape" la sortie de route pour mettre deux personnages dans des choix qui leurs permettent de dépasser leurs propres individualités, en leur permettant d'avoir une certaine hauteur. L'intérêt de la nation avant tout. Un rêve sympa de scénariste pour l'un, un cauchemar prévisible pour l'autre, avec peut être la promesse de faire de la prochaine saison (la dernière?) celle qui bouclera la série par un effet miroir intéressant de la saison 1.

Avatar de l’utilisateur
Addis-Abeba
Mouais
Messages : 11378
Inscription : 12 nov. 04, 23:38
Localisation : Chocolatine

Re: Homeland

Messagepar Addis-Abeba » 3 mai 18, 09:43

Dernier épisode plus réussi, avec une fin ultra prévisible qui laisse inaugurée une saison 8 bien pénible. Je ne crois plus au renouvellement, cette série a fait le tour de tout ses enjeux, presque il ne reste plus qu'un final vraiment dramatique pour clôturer le tout.
C'est la seule voie possible.
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."

Avatar de l’utilisateur
Farnaby
Doublure lumière
Messages : 460
Inscription : 5 août 17, 22:14

Re: Homeland

Messagepar Farnaby » 3 mai 18, 23:47

J'ai trouvé toute le première partie de la saison très mauvaise, avec ce personnage grossier et grossièrement joué du populiste... De plus, le retour sur le devant de la scène de la maladie de Carrie, avec les inévitables mouvements de son menton et les crises d'hystérie, était accablant. Mais, mais, le dernier tiers de la saison a malgré tout retrouvé une fois de plus la recette magique de la série, jusqu'à ce très beau finale.

Avatar de l’utilisateur
Roilo Pintu
Electro
Messages : 779
Inscription : 7 oct. 17, 15:13

Re: Homeland

Messagepar Roilo Pintu » 4 mai 18, 08:37

L'arc concernant la maladie de Carrie nous met toujours sur le fil... et parfois ca m'agace vraiment, mais je préfère le voir du bon côté avec le bénéfice de la tres bonne performance de Claire Danes