Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14782
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Re: Contagion (Steven Soderbergh - 2011)

Messagepar Max Schreck » 20 oct. 16, 11:10

Le film se regarde sans ennui, mais je le trouve un peu desservi par les choix pourtant courageux du réal de rester sur un point de vue distant, tenant plutôt du constat froid et implacable. La volonté de crédibilité scientifique fonctionne bien, parce qu'on n'a pratiquement jamais l'impression d'assister à des comportements improbables comme on en trouve systématiquement dans le cinéma catastrophe. Pourtant, on n'est pas non plus dans du cinéma-vérité glaçant à la Peter Watkins, mais dans du spectacle hollywoodien rondement mené.

Avec son casting trois étoiles, Contagion aurait facilement se la jouer film choral mélodramatique, mais là encore, il y a un vrai refus de sombrer là-dedans. Du coup, j'ai eu l'impression d'assister de loin à un spectacle pourtant édifiant, où le réal a volontairement cherché à tenir l'émotion à distance, se contentant de la suggérer. Cette délicatesse est tout à son honneur, et elle fonctionne bien mais les personnages semblent en contrepartie manquer de développements, alors qu'ils vivent pratiquement tous des dilemmes intéressants (Cotillard est par exemple trop vite escamotée, de même que Damon, et je n'ai toujours pas compris les motivations de Jude Law). Peut-être que le film aurait mérité d'être plus long, et d'être en cela l'équivalent de Traffic appliqué au phénomène de la pandémie. Tous les thèmes sont présents (paranoïa, sens du sacrifice, pressions politiques et économiques), et je pense qu'il ne manquait pas grand chose pour y injecter un peu plus d'âme. Après c'est tout à l'honneur de Soderbergh de ne pas avoir voulu appuyer sur le pathos.

Bref, le film est plutôt ambitieux, et témoigne surtout d'un impressionnant savoir-faire de conteur, mais j'en suis sorti sans trop de fièvre (surtout après son épilogue redondant et ironique).
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...