Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42645
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Flol » 17 févr. 12, 17:29

Oh que si, il ira le voir...

Avatar de l’utilisateur
Tancrède
J'suis un rebelle, moi !
Messages : 1602
Inscription : 18 janv. 07, 11:12

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Tancrède » 17 févr. 12, 17:31

Ratatouille a écrit :Oh que si, il ira le voir...

il a que ça à foutre...

Avatar de l’utilisateur
Borislehachoir
Machino
Messages : 1345
Inscription : 17 févr. 06, 14:34

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Borislehachoir » 17 févr. 12, 18:46

Les remarques de Tancrède, c'est un peu l'équivalent du couteau pour manger la purée version forum.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 22 févr. 12, 18:16

SPOILERS. Bon, je vais tâcher d'être relativement bref. :mrgreen:
A ma grande frustration je n'ai pas été totalement convaincu par ce Cheval de guerre. Je suis d'ailleurs sans doute plus sévère avec Spielberg, lorsqu'il me déçoit, qu'un autre ayant un lien moins fusionnel avec son œuvre. Ainsi rompons net toute ambiguïté : Cheval de guerre, ratage ? Clairement non, mais il m'apparaît cependant comme un opus mineur et branlant. Évidemment je vois tout ce qui a pu intéresser Spielberg dans cette histoire, aussi bien d'un point de vue thématique qu'émotionnel. Le problème est que, si je considère l’œuvre dans son ensemble, le film ne me paraît être à la hauteur de ses intentions que dans des moments épisodiques. Si la structure narrative se révèle plutôt atypique dans sa manière de serpenter, j'avoue avoir suivi cette odyssée chevaline, rurale et guerrière avec un œil relativement détaché, pouvant certes admirer à loisir la magnificence de la photographie (mais c'est le minimum pour un film de Spielberg), la fluidité suprême d'une mise en scène lorgnant vers le grand cinéma classique, mais ne me sentant pas impliqué outre-mesure d'un point de vue émotionnel, ce qui est suffisamment rare dans mon rapport avec le cinéma de Spielberg pour être souligné - et pour que j'en sois le premier désappointé.

Alors d'où vient le problème ? Plusieurs éléments de réponse potentiels.
Pour commencer, le recours plus qu'insistant à la musique pas spécialement inspirée de John Williams alourdit en permanence les images qui, j'en suis sûr, s'en seraient très bien passées. Il faudra que j'écoute cette B.O. plus en détail mais telle qu'intégrée dans le film, on a l'impression que c'est du pilotage automatique enregistré sans grande conviction.
Deuxièmement, les personnages. Je me sens totalement en phase avec l'humanisme de Spielberg et son amour des individus qui irradient continuellement ses films. Mais l'écriture de la plupart des protagonistes de Cheval de guerre est d'une naïveté (certes dérivant sûrement de la nature du bouquin original, qui s'adresse à un jeune lectorat) préjudiciable tant ça plombe plusieurs scènes.
J'entends déjà les sarcasmes sur le fait que ça va comme un gant à Tonton Steven le niais. Je ne polémiquerai pas sur ce point sinon pour remarquer que sur certains films, souvent considérés comme mineurs ou inégaux (Always, La Couleur pourpre, Amistad) Spielberg semble éprouver une réticence qui se sent tout de suite à travers ses images : c'est comme s'il se raidissait, se mettait à douter de ce qu'il raconte et n'avait subitement plus entièrement confiance en sa phénoménale capacité de sublimation. Son exécution symphonique devient alors un peu appliquée. J'ai ressenti cette réticence par endroits, dans Cheval de guerre. Et je crois que c'est la clé expliquant que je n'ai pas été transporté des masses par cette histoire. Le tour de force de l'"humanisation" du cheval (travail phénoménal de dressage mais aussi de mise en scène), genre de défi totalement dans les cordes du cinéaste, est au service d'une histoire bancale, en tout cas moyennement négociée par Spielberg. Dans l'ensemble, j'ai trouvé que Spielberg n'arrivait pas forcément à trouver le ton juste, tâtonnait, livrant ainsi un film boiteux et inégalement impliqué : c'est particulièrement sensible dans l'interminable première partie du film, dans les terres du Devon, qui inspirent autant le cinéaste d'un point de vue plastique qu'elles semblent le mettre mal à l'aise dans ce qu'il raconte. Comme si les étendues campagnardes s'adaptaient mal à son univers, il cherche constamment à les magnifier mais se plante à mon sens sur les gens qui peuplent ces terres : le trait est lourd, les personnages schématiques, l'oie prétendument comique ne fait pas rire, le récit est pataud et ultra balisé, et le comble, on croit peu aux acteurs. Du pain béni pour les détracteurs ! La séquence de labourage est venue me sortir de ma torpeur inquiète. L'entrée en guerre fait décoller le film mais le problème de Cheval de guerre se vérifiera tout du long. Les plusieurs fulgurances que comptent le film (la cavalcade dans le no man's land, la charge de la cavalerie anglaise, la guerre de tranchée qui se hisse au minimum au niveau du Kubrick des Sentiers de la gloire, le fondu enchaîné entre des mailles d'un tricot et un plan large d'un champ caillouteux, l'exécution des deux Allemands avec la pale du moulin qui s'abat comme un couperet, la fraternisation de deux soldats, etc), et qui rappellent dans ces instants à quel point Spielberg enterre toute concurrence, ne compensent pas selon moi le sentiment tenace de voir le réalisateur s'empêtrer par ailleurs dans un récit (très) pesant et (très) long. Le paradoxe est que la structure même est remarquable, embrassant différents personnages, différents camps, avec pour fil rouge Joey : on passe des uns aux autres dans une dynamique perpétuelle et pourtant inaboutie, les personnages se faisant faucher en plein vol. Tout aussi remarquable est l'omniprésence de la mort et de la désolation : Spielberg ne dédramatise absolument pas le contexte. Ses idées (visuelles ou narratives) pour occulter la présence physique de la barbarie n'altèrent en rien la portée édifiante de ces mêmes scènes : des chevaux courant sans cavaliers, tous tombés à la mitrailleuse ; des mouvements de grue impressionnants qui ne dévoilent qu'à une certaine hauteur des amoncellements de cadavres de chevaux (on pense à ce travelling de Kundun qui allait toujours plus haut) ; un grand-père qui confesse la disparition de sa petite-fille pendant la guerre.

Seulement voilà, il manque à ces différents segments une "magie" typiquement spielbergienne, d'ordre émotionnel, qui aurait permis une transcendance. Je me suis raccroché à des explosions de génie éparses à défaut de trouver une exaltation uniforme. Je me suis raccroché à la stupéfiante beauté picturale (gros travail des décorateurs aussi) à défaut d'être convaincu par les élans sentimentaux des personnages, qui n'ont jamais totalement pris sur moi à cause, peut-être, de cette réticence de Spielberg, cette incertitude sur lui-même.

Par bien des aspects, Cheval de guerre me semble entretenir des échos avec La Couleur pourpre, là aussi fresque flamboyante tournée vers le grand classicisme hollywoodien (cf. la spectaculaire fin à la Autant en emporte le vent). Et dans les deux cas je reste sur ma faim, comme si le tribut envers ses pères spirituels était un peu trop affiché, alors qu'il se coule naturellement dans ses autres films. Dans Hollywood moderne, Pierre Berthomieu écrit :

    "On a voulu voir dans cette adaptation d'Alice Walker une tentative du cinéaste pour choisir un sujet adulte, violent, sexuel, tentative qui aurait échoué parce que le style flamboyant du film afficherait trop sa beauté visuelle et son armada rhétorique, inadéquates à la gravité crue du sujet. Or la nature même du cinéma de Spielberg se trouve dans ce dialogue du réalisme et de la magie."
Dans Cheval de guerre, tout était là. Sauf la magie.

Avatar de l’utilisateur
Roy Neary
Once upon a time...
Messages : 50088
Inscription : 12 avr. 03, 01:42
Liste de DVD

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Roy Neary » 22 févr. 12, 22:30

:o Houlà, t'as mangé du cheval ? :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
feb
I want to be alone with Garbo
Messages : 8546
Inscription : 4 nov. 10, 07:47
Localisation : San Galgano

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar feb » 22 févr. 12, 22:38

Demi-Lune a écrit :SPOILERS. Bon, je vais tâcher d'être relativement bref. :mrgreen:

Quand ça commence comme ça, déjà ça annonce la couleur :mrgreen:
ed a écrit :Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14738
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Père Jules » 22 févr. 12, 22:40

Tu vois Demi-Lune, c'était pas si grave de rater la master class ;)

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar riqueuniee » 22 févr. 12, 22:51

feb a écrit :
Demi-Lune a écrit :SPOILERS. Bon, je vais tâcher d'être relativement bref. :mrgreen:

Quand ça commence comme ça, déjà ça annonce la couleur :mrgreen:

Demi-Lune avait bien dit "relativement" :fiou:

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 23 févr. 12, 08:58

Père Jules a écrit :Tu vois Demi-Lune, c'était pas si grave de rater la master class ;)

Rien à voir. :mrgreen:


Pourquoi tu remues le couteau dans la plaie ? :cry: à défaut qu'il soit dans l'eau

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14738
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Père Jules » 23 févr. 12, 09:09

Demi-Lune a écrit :
Père Jules a écrit :Tu vois Demi-Lune, c'était pas si grave de rater la master class ;)

Rien à voir. :mrgreen:


Pourquoi tu remues le couteau dans la plaie ? :cry: à défaut qu'il soit dans l'eau

Ah Le couteau dans l'eau, voilà un film génial !

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 19031
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Major Tom » 23 févr. 12, 09:12

Père Jules a écrit :
Demi-Lune a écrit :
Père Jules a écrit :Tu vois Demi-Lune, c'était pas si grave de rater la master class ;)

Rien à voir. :mrgreen:


Pourquoi tu remues le couteau dans la plaie ? :cry: à défaut qu'il soit dans l'eau

Ah Le couteau dans l'eau, voilà un film génial !

Yeah, +100000000 ! :mrgreen:
Image Image
Clique sur une des vignettes au-dessus... Image ...et ta vie va changer pour toujours

Avatar de l’utilisateur
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Messages : 25452
Inscription : 15 avr. 03, 14:22
Localisation : Forêt d'Orléans

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Ouf Je Respire » 23 févr. 12, 09:58

Tu parles: un film en N&B, ça parle pas français, y a de la musique vieillotte. Qu'est ce qu'on peut bien trouver à ce film?

:mrgreen:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6960
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Dunn » 23 févr. 12, 16:52

Je rejoins presque l'avis de Demi-lune et même si on est grand fan de ce cinéaste tous les deux, je peux également reprocher à ce Spielberg d'être trop sommaire sur son fond même si la forme est magnifique.
Le début est laborieux ( aucun jeu de mot sur le fait que le cheval laboure ...laboure... :D) avec son installation certes soigné et tout en douceur des deux personnages principaux à savoir le jeune maître et le cheval, mais le rythme est lent, anodin, avec peu de saveur dans l'alchimie qui se crée entre eux deux jusqu'à l'arrivée enfin de la scène où le cheval finit par labourer sa terre.Le personnage du promoteur est bien trop gentil dans son caractère face à la situation précaire dans laquelle se trouve la famille de fermier à tel point que je n'ai trouvé aucune empathie pour eux, un comble chez Spielberg pour moi.
Puis le film démarre, s'installe, durablement parfois mais sûrement pour nous offrir des moments de bravoures impressionnants de mise en scène et de caractérisation des personnages même si encore une fois je les trouve limité pour un Spielberg mais peut être y en a-t-il un peu trop sur une durée certes importante mais aux scènes et aux enjeux limités ( le caporal mort au front trop vite, les deux allemands fusillées -très belle scène avec le moulin comme le souligne si bien Demi-lune, le français et sa fille
Spoiler (cliquez pour afficher)
dont on ne saura jamais comment elle est morte alors qu'on s'y est partiellement attaché
, les deux soldats Anglais/Allemand qui encore une fois montre le talent de Steven pour démontrer l'absurdité de la guerre).Bien sûr le personnage principal est le cheval, et là les scènes le concernant sont splendides : la façon dont il se retrouve dans les différents camps, sa relation avec le cheval noir, la fuite dans le no man's land etc...
Spoiler (cliquez pour afficher)
Quand aux retrouvailles avec son maître, j'ai trouvé cela très beau, émouvant lorsqu'ils se reconnaissent l'un et l'autre alors que son cheval allait être fusillé.

Un très bon Spielberg pour ma part tout de même, renforcé par une grande mise en scène, la musique de Williams(même si comme Demi-Lune, il me faut l'écouter hors film), son personnage principal qui rend le cheval comme un animal fantastique dans tous les sens du terme.Il me faudra le revoir pour certainement le réévaluer un peu comme A.I. l'autre film incompris à son époque.
7,5/10

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14424
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Watkinssien » 23 févr. 12, 17:21

L'un des moments les plus forts du film, sur le plan émotionnel :

Spoiler (cliquez pour afficher)
lorsque Albert tente de racheter son cheval, après le conflit et la rencontre avec le Grand-Père français, joué remarquablement par Niels Arestrup, qui domine tout le casting... La collision de ces deux personnages, centrée sur le cheval et la guerre, est remarquablement rendue, je trouve... De manière surprenante, une grande émotion trouble m'a saisi... Un partage entre la joie d'un certain aboutissement du propriétaire et l'insondable tristesse résignée du Français qui perd tout, en scandant doucement Emilie, le prénom de sa petite fille... Cette capacité qu'a Spielberg à mêler ces différents ressentis est assez magnifique dans le film, et c'est là que je retrouve la magie émotionnelle que n'a malheureusement pas trouvée notre cher Demi-Lune... Je pense que ce très beau moment est probablement la clé de voûte du film...
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42645
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Flol » 23 févr. 12, 17:35

Dunn a écrit :Il me faudra le revoir pour certainement le réévaluer un peu comme A.I. l'autre film incompris à son époque.

A peine sorti, le voilà déjà incompris ?