La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8444
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Messagepar Strum » 21 déc. 09, 18:31

Alphonse Tram a écrit :pour info, j'ai détesté Fictions, de Borges; trèes mauvais souvenirs :mrgreen: => à relire peut-être ?)


J'admets que Borges n'est pas fait pour tout le monde. Mais en tout cas, c'est tout à ton honneur que tu envisages la possibilité de le relire après l'avoir détesté. :wink:

Avatar de l’utilisateur
Joe Wilson
Entier manceau
Messages : 5463
Inscription : 7 sept. 05, 13:49
Localisation : Entre Seine et Oise

Re: La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Messagepar Joe Wilson » 21 déc. 09, 23:59

Développements très intéressants, Strum, sur le final de La femme au portrait. Je trouve également cet artifice du rêve pertinent et enrichissant, dressant un voile sur l'ensemble du film en exprimant un malaise troublant. Et s'il y a "libération" d'une culpabilité, Edward G. Robinson se retrouve face à un vide, une angoisse qui remplacent aussitôt l'illusion d'une satisfaction.
En tout cas, La femme au portrait dévoile une brillante efficacité dans sa narration et sa mise en scène ..il reste mon préféré des quatre films cités par ed (en rajoutant La rue rouge, Le secret derrière la porte et House by the river).
Image

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Messagepar jacques 2 » 23 nov. 11, 12:38

Revu hier (via le beau coffret Wildside) : vraiment un film magnifique ...

Le "happy end" est évidemment très relatif : un middle age man qui retourne à la routine échaudé par les funestes perspectives d'une aventure ...
C'est en fait très noir et très pessimiste tant sur la nature humaine que sur la relativité de la morale ...

Faire passer tout cela tout en travaillant dans le contexte des années 40, c'était un tour de force supplémentaire de la part de Lang ...

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Messagepar Demi-Lune » 27 janv. 12, 18:57

Image Image Image

SPOILERS. J'ai été enthousiasmé par cette Femme au portrait, tout en étant frustré par les limites du scénario dont je connaissais malheureusement déjà l'issue.
J'ai particulièrement apprécié le soin méticuleux apporté à la mise en scène, très rigoureuse et classieuse. Il suffit notamment de citer ce plan d'ouverture à la grue en amphithéâtre, avec ce travelling en hauteur surplombant les têtes des étudiants et s'approchant lentement de Robinson en train d'exposer sur un ton magistral les enjeux moralistes et légalistes à venir. Ce plan dénote une impressionnante minutie qui ne faillira jamais tout du long. Sans être réellement ostentatoire (si ce n'est lors du fameux plan-séquence final) la virtuosité se lit à la lumière de la fluidité générale qui traverse le film. D'un canevas classique quoique toujours efficace, Lang tire un petit modèle de film noir à une époque où le genre commence vraiment à gagner en envergure, notamment dans sa définition plastique. Sorti seulement quelques mois après le déterminant Assurance sur la mort, La femme au portrait s'insère tout à fait dans cette espèce de dynamique d'embellissement, de perfectionnement, des figures précédemment avancées dans le cinéma américain par Huston, Walsh, les films du tandem Veronica Lake/Alan Ladd, et qui ne demandaient qu'à être sublimées. Peut-être schématise-je trop mais je remarque que la production de cette année 1944 marque véritablement, à divers niveaux, la formulation du film noir sous sa forme matricielle. Empêtrement dans la fatalité, atmosphère lourdement anxiogène, suggestion érotique ambiante, canons esthétiques d'autant plus cohérents dans le cas de l'expressionniste Lang, les cartes sont correctement réunies dans La femme au portrait.

En se rattachant au canon du couple meurtrier, Lang trouve dans le même temps matière à explorer ses thématiques sur le poids de la culpabilité et du refoulement. On est ainsi frappé de voir à quel point ce scénario de crime accidentel et maquillé est personnel, et éventuellement à quel point la porte de sortie accordée contre toute attente au personnage de Robinson exprime peut-être quelque chose d'intime chez Lang. Fantasmant une créature vénéneuse et aguichante (probable prostituée) en l'absence de femme et enfants, fantasmant un homicide involontaire et les rouages d'une enquête se rapprochant inexorablement de lui, le personnage d'Edward G. Robinson exprime l'interrogation langienne caractéristique sur le conflit humanité/culpabilité : l'homme peut être les deux à la fois. Lang présente ici un coupable pétri de scrupules qui se débat comme un diable pour s'en sortir mais qui reste jugé au premier titre par sa propre conscience. Le twist final, dévoilant la nature onirique, mentale, de cette funeste aventure, permet en ce sens de mieux prendre la mesure de cette auto-alimentation de culpabilité, dans la mesure où, non content de se punir d'avoir été tenté par une femme en commettant un homicide, l'inconscient de Robinson exhume tous les indices possibles pour que la Justice (donc la morale, la bonne conscience) puisse lui mettre la main dessus et le neutraliser. Même quand l'inconscient du personnage imagine la culpabilité du maître-chanteur aux yeux de la police, cela ne stoppe pas le processus punitif devant conduire au choix onirique du suicide. Cependant, des faiblesses scénaristiques viennent fragiliser ce discours, voire le contredire. Prenons cet épilogue, très ambivalent au final. Certes ce rêve moite aura enseigné à notre professeur vieillissant qu'il peut succomber à des tentations refoulées. C'est un coupable en puissance (d'infidélité, voire plus). Mais la nature onirique de cet enseignement relativise fatalement sa portée : tout ceci n'était qu'un rêve ! L'inconscient bride, punit, mais à partir de choses imaginaires. Alors que le twist peut se défendre, Lang lui-même hésite entre deux postures, entre la psychanalyse étouffante et sa dédramatisation finale dans un humour qui sonne faux à mes oreilles, et une dimension moralisatrice (fais bien gaffe, hein, ton inconscient t'aura prévenu, tu ne peux plus faire celui qui ne savait pas !) que je trouve moins convaincante que ce processus d'auto-flagellation inconsciente et non maîtrisée.

J'aurais également à reprocher le changement de point de vue dans le rêve (on passe de Robinson à Joan Bennett dans certaines scènes), ce qui dans un cadre onirique subjectif est un peu malhonnête. Il me semble qu'on est toujours témoin de ses rêves et concevoir des scènes sans Robinson, c'est mettre les spectateurs sur une fausse piste commode mais incohérente par rapport à la structure. Ce n'est pas bien méchant, mais ça m'a fait tiquer. La femme au portrait reste un très bon film noir, plein de suspense et de rebondissements, et un passionnant Lang. Edward G. Robinson et Joan Bennett sont parfaits.
Dernière édition par Demi-Lune le 30 janv. 12, 09:43, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 19173
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Messagepar Major Tom » 27 janv. 12, 19:05

Je le confonds sans arrêt avec La Rue rouge qui présente beaucoup de similitudes. Toujours pas vu La Femme au portrait. Ça me tente beaucoup.
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17661
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Messagepar Kevin95 » 27 janv. 12, 23:34

Un film de Lang que j'adore même si sa découverte généra chez moi un sentiment de vive colère. Je me suis sentis comme "trahit" (le mot est fort je vous l'accorde) par l'épilogue du film, comme si Lang tenait la carotte à une spectateur affamé pour la lui retirer au dernier moment par un tour de passe passe assez improbable. C'est dur de se dire qu'un cinéaste que l'on adore a tout simplement foiré la fin d'un film fait pour lui. Ceci étant dit, les 3/4 du film sont un petit bijou de film noir, vénéneux et tendu, comme le cinéaste allemand sait les mettre en scène.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Rick Deckard
Assistant opérateur
Messages : 2006
Inscription : 6 janv. 08, 18:06
Localisation : Los Angeles, 2049

Re: La Femme au portrait (Fritz Lang - 1944)

Messagepar Rick Deckard » 6 août 12, 00:04

Je ne connaissais pas la fin avant de voir le film et ça m'a bien fait rigoler tellement c'est ridicule ! Le film aurait dû se terminer sur le téléphone qui sonne dans le vide : une fin parfaite de film noir.
Image