Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Pancake
Gondry attitude
Messages : 3518
Inscription : 10 mai 03, 02:25
Localisation : From a little shell at the bottom of the sea

Messagepar Pancake » 18 août 06, 23:52

devenquest a écrit :Je crois que c'était surtout le pretexte pour le scénariste Charlie Kaufman de pouvoir ainsi mettre en scène la question du "comment serait on a sa place ?"
C'est vrai ça, comment serait on à la place de...John Malkovitch ?

Pour moi le film parle plutôt de gens qui seraient prêt à tout pour quitter leur peau parce qu'ils s'y sentent mal, qui préféreraient encore être spectateurs de la vie d'un autre qu'acteurs de la leur. Je trouve le film drôle mais surtout très douloureux. Et pour moi il n'y a aucun mépris des personnage, au contraire une forte empathie, celui incarné par Diaz est déchirant.

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Messagepar Anorya » 19 août 06, 00:43

Pancake a écrit :
devenquest a écrit :Je crois que c'était surtout le pretexte pour le scénariste Charlie Kaufman de pouvoir ainsi mettre en scène la question du "comment serait on a sa place ?"
C'est vrai ça, comment serait on à la place de...John Malkovitch ?

Pour moi le film parle plutôt de gens qui seraient prêt à tout pour quitter leur peau parce qu'ils s'y sentent mal, qui préféreraient encore être spectateurs de la vie d'un autre qu'acteurs de la leur. Je trouve le film drôle mais surtout très douloureux. Et pour moi il n'y a aucun mépris des personnage, au contraire une forte empathie, celui incarné par Diaz est déchirant.

Après, bien sûr on peut trouver le procédé embêtant ou irritant puisque Kaufman en profite pour projeter ses névroses dans le personnage de Cusack mais aussi Malkovitch par le système de l'identification.
>> C'est ce que j'essayais de dire sans arriver à le formuler. Pour moi Kaufman a personnellement injecté ses névroses, ses problèmes (et Kaufman est loin d'être facile d'après ce que j'ai compris) à travers l'identification pour le public et le public souffre de ce que le scénariste à injecté dans son récit.
Je sais que je suis pas très compréhensible en ce moment mais tu as très bien dit ce que je voulais dire depuis le début.

Et je sens pour ma part que je vais me coucher, je me sens un peu naze depuis quelques jours. :cry: :?
Image

Avatar de l’utilisateur
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Messages : 26600
Inscription : 13 avr. 03, 13:59

Messagepar Billy Budd » 19 août 06, 01:53

Pancake a écrit :
devenquest a écrit :Je crois que c'était surtout le pretexte pour le scénariste Charlie Kaufman de pouvoir ainsi mettre en scène la question du "comment serait on a sa place ?"
C'est vrai ça, comment serait on à la place de...John Malkovitch ?

Pour moi le film parle plutôt de gens qui seraient prêt à tout pour quitter leur peau parce qu'ils s'y sentent mal, qui préféreraient encore être spectateurs de la vie d'un autre qu'acteurs de la leur. Je trouve le film drôle mais surtout très douloureux. Et pour moi il n'y a aucun mépris des personnage, au contraire une forte empathie, celui incarné par Diaz est déchirant.

Je signe des deux mains, j'ajouterai qu'il s'agit aussi d'une, même plusieurs, histoires d'amours bouleversantes, une ode à l'homoparentalité aussi
Everybody's clever nowadays

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze, 1999)

Messagepar Demi-Lune » 12 janv. 12, 10:06

J'avoue être un peu perplexe. Certes c'est original et gentiment décalé au début, un peu intriguant aussi, mais une fois que les choses se mettent en place cela commence à se traîner en longueur et à tourner en rond pour donner le sentiment, au-delà de quelques bonnes voire excellentes trouvailles (la scène avec tous les Malkovich, l'amour par procuration au travers des yeux de quelqu'un d'autre, les scènes de marionnettes), que le réalisateur et le scénariste ne vont pas jusqu'au bout du potentiel de leur matériau et se regardent le nombril dans une posture finalement irritante. Ce film a pour moi les allures d'un calcul mathématique, totalement dénué d'émotion et de chaleur, se suffisant dans l'intellectualité et l'imparabilité de sa construction autiste. De sorte que la réflexion philosophique du film sur l'être et la privation d'épanouissement identitaire n'est pour moi que lointainement intéressante, trop théorique, trop artificielle, trop antipathique dans la manière dont elle est exposée (cynisme lancinant, personnages profondément désagréables - allez, je sauve quand même celui de Cameron Diaz -, esthétique complaisante dans le cafardeux...). Cette tragicomédie finit par ennuyer et à susciter la crispation.

Avatar de l’utilisateur
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Messages : 23283
Inscription : 19 janv. 06, 15:33
Localisation : Californie, années 50

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze, 1999)

Messagepar ed » 12 janv. 12, 11:06

Demi-Lune a écrit :Ce film a pour moi les allures d'un calcul mathématique, totalement dénué d'émotion et de chaleur, se suffisant dans l'intellectualité et l'imparabilité de sa construction autiste.

:evil:
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar julien » 12 janv. 12, 15:06

Et ouais. L'idée de départ est astucieuse mais ce qui est dommage c'est d'avoir axé le film sur Malkovich. Ils auraient pris par exemple un politicien ou un homme d'affaire, ça aurait pu tirer le synopsis vers la farce politique ou la satire sociale, mais là en prenant un acteur aussi ringard que Malkovitch, à vrai dire, on se fout un peu de l'histoire et de son dénouement.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Dirk Diggler
Machino
Messages : 1099
Inscription : 5 janv. 12, 18:51

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar Dirk Diggler » 12 janv. 12, 18:02

Assez d'accord avec Demi-Lune, les thématiques sont intéressantes mais certains personnages sont antipathiques. Le marionnettiste n'est qu'un loser orgueilleux et Catherine Keener fait trop la fière. J'adore le vieux patron/capitaine - "Mon sperme est une manne providentielle" :mrgreen: - et Cameron Diaz se tient en fille paumée. Mais vu que l'intrigue tourne quand même globalement autour du marionnettiste et de son amour contrarié pour la garce de son boulot, y a rien à faire, ça marche pas. En plus, la photographie est trop terne et correspond trop à l'humeur du marionnettiste. Si le film avait été construit sur les humeurs d'un personnage émouvant, il aurait fonctionné. Je pense d'ailleurs que Kaufman s'en est rendu compte, parce que ses scénarios suivants impliquent des caractères moins rugueux.
Image

Avatar de l’utilisateur
Aragorn Elessar
Accessoiriste
Messages : 1938
Inscription : 17 avr. 06, 13:18

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar Aragorn Elessar » 12 janv. 12, 18:48

Image
Si la vie réelle est un chaos, en revanche une terrible logique gouverne l'imagination.
Ôtez le mensonge vital à un homme moyen, vous lui ôtez le bonheur, du même élan.

Avatar de l’utilisateur
Helward
rat d'auteur
Messages : 5566
Inscription : 17 août 06, 10:25
Localisation : Rech. Optimum désesp.

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar Helward » 12 janv. 12, 18:55

C'est pourtant un conte cruellement juste sur la frustration, qu'elle soit sexuelle, sociale ou sentimentale.
Adaptation reprend d'ailleurs cette logique.

Avatar de l’utilisateur
Dirk Diggler
Machino
Messages : 1099
Inscription : 5 janv. 12, 18:51

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar Dirk Diggler » 12 janv. 12, 19:18

Oui, mais dans Adaptation., t'as Nicolas Cage en double, dans un des meilleurs rôles de sa vie, le script est plus tordu, plus surprenant, et Spike Jonze a compris que les couleurs dans un film c'est bien. C'est un de mes 10 films préférés. Quand le jumeau fait la "grande leçon de vie" à Charlie à la fin, c'est profond, juste et émouvant. Quand l'autre reste enfermé dans un corps sans pouvoir le mouvoir à la fin de Malkovich, c'est l'échec, et ça donne pas envie. Pour moi, y a pas photo, surtout dans Malkovich, où ils ont oublié d'embaucher un directeur.
Image

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8444
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar Strum » 12 janv. 12, 19:50

Pour ma part, et sur la foi de mes souvenirs (qui remontent pour chaque film à leur sortie), je préfère Being John Malkovitch à Adaptation. Le premier film, malgré ses imperfections (film reposant davantage sur les méandres et la structure rigide d'un script audacieux et presque trop rempli que sur la force des images), m'avait plus ému, peut-être à cause de ses personnages de paumés si bien campés par les acteurs, peut-être à cause de ses thèmes tournant autour de l'identité. J'avais trouvé la fin d'Adaptation plus forcée et moins émouvante. Je me souviens qu'à l'époque, Being John Malkovitch avait fait son petit effet, Malkovitch étant alors un acteur assez cotée et le film tranchant par rapport à la production américaine de 1999 du point de vue de l'originalité de son scénario.

Avatar de l’utilisateur
Helward
rat d'auteur
Messages : 5566
Inscription : 17 août 06, 10:25
Localisation : Rech. Optimum désesp.

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar Helward » 12 janv. 12, 19:53

Dirk Diggler a écrit :Quand l'autre reste enfermé dans un corps sans pouvoir le mouvoir à la fin de Malkovich, c'est l'échec, et ça donne pas envie.

Constat d'échec certes, mais les leçons de vie m'ennuient. Et puis l'aspect terne ne vire pas au taciturne. C'est au contraire le moteur du pathétisme ambiant, duquel émerge une vraie humanité.
La fin d'Adaptation, en forme d'optimisme contraint, est pourtant elle aussi assez ambigüe. Mais je suis d'accord pour dire que c'est l'un, si ce n'est le, plus grand rôle de Nicolas Cage.

Avatar de l’utilisateur
Dirk Diggler
Machino
Messages : 1099
Inscription : 5 janv. 12, 18:51

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar Dirk Diggler » 12 janv. 12, 20:39

Helward a écrit :La fin d'Adaptation, en forme d'optimisme contraint, est pourtant elle aussi assez ambigüe.

Je l'ai toujours trouvé très lumineuse. Où vois-tu une ambiguïté ?
Image

Avatar de l’utilisateur
hansolo
David O. Selznick
Messages : 12632
Inscription : 7 avr. 05, 11:08
Localisation : In a carbonite block

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar hansolo » 12 janv. 12, 20:39

Strum a écrit :Je me souviens qu'à l'époque, Being John Malkovitch avait fait son petit effet, Malkovitch étant alors un acteur assez cotée et le film tranchant par rapport à la production américaine de 1999 du point de vue de l'originalité de son scénario.

Exact!
D'ailleurs Malkovich vaut netement plus que son image "ringarde"; son rôle dans Burn after reading le démontre - s'il en était besoin!
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9515
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: Dans la peau de John Malkovich (Spike Jonze - 1999)

Messagepar odelay » 12 janv. 12, 20:44

Malkovich ringard?? :shock:
Je n'ai jamais associé ce comédien à cet adjectif. Bizarre qu'on puisse le percevoir ainsi...