La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar jacques 2 » 19 août 11, 15:13

Vrai que la musique de Godmith n'est pas pour peu dans la réussite du film : apport au moins aussi important et décisif que la musique de Poledouris pour le "Conan" de Milius , ce qui n'est pas peu dire mais me paraît justifié ...
:wink:

Avatar de l’utilisateur
O'Malley
Cadreur
Messages : 4096
Inscription : 20 mai 03, 16:41

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar O'Malley » 23 août 11, 19:57

Bon je l'ai vu et c vrai que c'est sûrement le meilleur blockbuster que j'ai visionné ces dernières années (ceci dit, je n'en voit pas bcp)...depuis au moins Speed Racer...
Excellent scénario (le personnage de Cesar est très réussi notamment), réalisation efficace (bien que par moments, ponctué des tics de mise en scène tape à l'oeil bien dans l'air du temps). Oui, peut-être le meilleur opus après le premier.

Quoique je ne suis pas sûr qu'il se rattache à la première série, comme 'une nouvelle prolongation du film de Schaffner (à la fin, on parle de tout autre chose que d'un holocauste nucléaire) et je me demande s'il ne s'agirait pas d'un préquel au film de Burton

Spoiler (cliquez pour afficher)
L'humanité, terrassée par le virus, ne deviendrait qu'une poignée d'individus rendus en esclavage par les singes qui auront pris le contrôle de la société jusqu'à prendre le relais mimétique des humains au sein même de leur environnement (building, police...). le rapport de forces s'inverse, peut-être par vengeance,ce qui nous vaut un ou deux suites. Puis tout à coup, Mark Whalberg est rappelé par la production pour revenir dans l'opus suivant, qui commence là où s'est terminé le film de Burton, revenant dans le passé mais avec quelques décennies d'avance; les singes gouvernent le monde et Whalberg prend la tête de la résistance humaine. :mrgreen:

En tout cas, je suis curieux de savoir quelle direction va prendre la nouvelle franchise.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar Demi-Lune » 26 août 11, 13:06

Un spectacle qui se regarde en débranchant son cerveau. On ne s'ennuie pas. Et ça ne pétarade pas avant longtemps dans le film.

Pour le reste, c'est pas bon. Notamment en ce qui concerne "l'intelligence" du scénario, qui m'a paru au contraire reposer sur une succession de facilités déconcertantes. La fluidité de la narration de Wyatt ne change en rien sa profonde prévisibilité, l'absurdité totale de certaines situations qui sont jetées au petit bonheur la chance en dépit du bon sens. Suspendre son incrédulité est une chose, mais encore faut-il soigner la logique interne, ce dont on est assez loin ici.
Ce qui est le plus étonnant, c'est que cette histoire de rébellion semble impressionner parce qu'elle place au centre des enjeux des singes, alors qu'elle n'en demeure pas moins fondamentalement clichée, reprenant à son compte d'innombrables poncifs à la con devant lesquels on se gausserait en temps normal : par exemple, le pote gorille qui se sacrifie et agonise main dans la main avec son pote chimpanzé, qui se relève toutes mâchoires serrées... un grand moment ! Cette histoire de révolte a pour elle de proposer des protagonistes non conventionnels et d'inverser (de manière manichéenne) un rapport de force naturel, mais elle ne doit pas leurrer sur la qualité de sa progression dramatique qui est totalement réchauffée.

Les personnages humains ne sont pas en reste : c'est du stéréotype hollywoodien fumant, de la superficialité qui "passe" tant bien que mal parce que les vrais héros, ce sont les singes et tout particulièrement, bien entendu, César. Devant tant de médiocrité et de vilénie humaines, on ne peut que prendre son parti ! Sauf que le chimpanzé, qui est le personnage le plus nuancé, n'échappe pas lui-même à cette logique de facilité. Il faut voir comment les scénaristes le trimballent dans certaines scènes, comme un gadget McGuffin de luxe, pour accoucher de situations totalement artificielles et ridicules (la scène de rencontre avec une Pinto qui ne sert strictement à rien, le vélo qu'il veut essayer pour montrer combien le voisin est méchant, ses dialogues avec l'orang-outang, et j'en passe...).
La musique insipide de Doyle conforte plus encore cette impression de lisse général. La mise en scène de Wyatt manque désespérément de coffre et de consistance... face à cette fadeur technique, l'humilité vantée par certains peut facilement dissimuler l'impersonnalité du réalisateur. Lequel se laisse d'ailleurs facilement aller à certains de ces pénibles travellings emberlificotés et frimeurs rendus possibles grâce au numérique (qui substitue au regard et aux choix de mise en scène du réalisateur une logique désincarnée de "on le fait parce que c'est possible de le faire et que ça en fout plein la vue").

Mais surtout, plus problématique encore est ce point soulevé par Gounou et Joe Wilson, à savoir que la création numérique des singes entre en collision avec le propos du film. Bon, déjà, je coince souvent sur la motion capture, car si ces personnages numériques sont impressionnants pour le travail informatique qui permet leur création et leur interaction, cela ne reste souvent pour moi qu'une prouesse technique qui n'efface en rien l'artificialité intrinsèque de ces créatures. Ce qu'il y a en plus ici, c'est que dès le départ, la motion capture imprime aux singes du film des traits, des attitudes, des regards, des logiques comportementales qui évoquent inconsciemment l'humanité des acteurs qui les incarnent. Dans La Planète des Singes de Schaffner, les costumes ne gênent pas car les acteurs sous fourrure donnent dans leur protagonistes simiesques une attitude humaine justifiée par le scénario. Ce n'est pas du tout le cas ici. Il y a dès le départ un anthropomorphisme diffus chez les singes entrant de fait en contradiction avec la progressive humanisation, dans le scénario, prévue pour ces mêmes personnages.
Finalement, sur le thème du singe éduqué à l'humaine qui se rebelle contre ses dompteurs, je trouve le film Link (1986) beaucoup plus impressionnant et troublant que cette préquelle : l'immense travail de dressage du chimpanzé, et certains angles du réalisateur (on en revient donc à la personnalité) permettait de rendre crédible son intelligence, son "humanité" enfouie sous sa fourrure. Il y a beaucoup plus de subtilité dérangeante dans un seul des regards de Link que pendant toute la durée de La Planète des Singes : les origines.
Dernière édition par Demi-Lune le 16 août 14, 15:55, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar jacques 2 » 26 août 11, 13:53

Demi-Lune a écrit : Finalement, sur le thème du singe éduqué à l'humaine qui se rebelle contre ses dompteurs, je trouve le film Link (1986) beaucoup plus impressionnant et troublant que cette préquelle : l'immense travail de dressage du chimpanzé, et certains angles du réalisateur (on en revient donc à la personnalité) permettait de rendre crédible son intelligence, son "humanité" enfouie sous sa fourrure. Il y a beaucoup plus de subtilité dérangeante dans un seul des regards de Link que pendant toute la durée de La Planète des Singes : les origines.

C'est vrai que c'était bien "Link" : rien que d'en parler, tu me donnes envie de le revoir ... :wink:

Et il y avait Elisabeth Shue, de plus ... :oops:

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22826
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar AtCloseRange » 26 août 11, 14:48

Demi-Lune a écrit :Les personnages humains ne sont pas en reste : c'est du stéréotype hollywoodien fumant, de la superficialité qui "passe" tant bien que mal parce que les vrais héros, ce sont les singes et tout particulièrement, bien entendu, César. Devant tant de médiocrité et de vilénie humaines, on ne peut que prendre son parti !

Les personnages de singes dans le film de Schaffner ne seraient-ils pas aussi un tantinet caricaturaux?
La belle affaire... On est dans la Planète des Singes, pas chez Christophe Honoré.

Voir dans les personnages humains du film une caricature, ça c'est une caricature.
Le personnage du gardien l'est-il plus que Patrick MacGoohan dans l'Evadé d'Alcatraz?
On est dans le cadre de personnages classiques qui ne me semblent l'être ni plus ni moins que ce qu'on peut voir depuis 100 ans dans le cinéma hollywoodien.

Quand je pense que le forumeur qui m'a le premier dit ça (et qui se reconnaîtra :mrgreen: ) défendait dans la foulée Titanic qui est un modèle de caricature outrancière...

Quant à Link (découvert tardivement), j'ai trouvé ça insignifiant.
Image

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14423
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar Watkinssien » 26 août 11, 14:52

AtCloseRange a écrit :Quand je pense que le forumeur qui m'a le premier dit ça (et qui se reconnaîtra :mrgreen: ) défendait dans la foulée Titanic qui est un modèle de caricature outrancière...

:fiou:
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22826
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar AtCloseRange » 26 août 11, 14:55

Watkinssien a écrit :
AtCloseRange a écrit :Quand je pense que le forumeur qui m'a le premier dit ça (et qui se reconnaîtra :mrgreen: ) défendait dans la foulée Titanic qui est un modèle de caricature outrancière...

:fiou:

Euh, qu'on lui trouve des qualités, ça me va.
Qu'on admette pas la caricature outrancière riches/pauvres du film et celle du personnage de Billy Zane, c'est au-delà de la mauvaise foi...
Image

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14423
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar Watkinssien » 26 août 11, 15:06

Non, je sifflotais parce que ce forumeur pourrait être moi ! :wink:

Mais, je me trompe peut-être !
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar jacques 2 » 26 août 11, 15:49

AtCloseRange a écrit :Quant à Link (découvert tardivement), j'ai trouvé ça insignifiant.

Cette phrase m'inspire une réflexion : les "critiques" des forums, c'est comme les critiques de cinéma ...

Une fois qu'on connaît ses ouailles, les réactions face à certains films ou à certains genres deviennent ultraprévisibles ...

Cela fait donc un moment que j'ai compris que tout ce que n'apprécie pas AtCloseRange m'a plu ou me plaira forcément ...
C'est bizarre mais c'est ainsi et réciproquement ...

J'apprécie beaucoup LInk, lui pas ...
J'ai lu qu'il avait trouvé quelques qualités à "Sucker Punch" : du coup, j'ai annulé ma commande ...
Je n'ai rien contre toi, At Close, et bien au contraire : tu m'as fait épargner, et continuera encore longtemps je l'espère, des roros ...

Un grand merci donc ... :wink:

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9762
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar Gounou » 27 août 11, 15:14

AtCloseRange a écrit :
Watkinssien a écrit :
AtCloseRange a écrit :Quand je pense que le forumeur qui m'a le premier dit ça (et qui se reconnaîtra :mrgreen: ) défendait dans la foulée Titanic qui est un modèle de caricature outrancière...

:fiou:

Euh, qu'on lui trouve des qualités, ça me va.
Qu'on admette pas la caricature outrancière riches/pauvres du film et celle du personnage de Billy Zane, c'est au-delà de la mauvaise foi...

C'est pas de la mauvaise foi, d'ailleurs tu dis un peu n'importe quoi puisque je n'ai jamais affirmé que le traîtement des personnages n'était pas manichéen dans Titanic... ne déforme pas mes propos, s'il te plaît (même sans me nommer :mrgreen: ).
Mais j'affirme par contre, ça oui, que dans le cas du film de Cameron ce n'est pas rédhibitoire à ses qualités réelles de spectacle première classe (notamment ce qui touche à la reconstitution historique, au suspense, et à l'élaboration minutieuse du naufrage... des qualités de mise en scène, donc), quand c'est ici pour moi un GROS problème étant donné qu'on a une forme purement fonctionnelle qui ne fait qu'appuyer un propos évident et sans conflit intérieur pendant 2h ! Le divertissement pur ne se justifie que dans le dernier quart d'heure... c'est bien trop maigre.

EDIT : Et j'aime beaucoup Link... découvert quand il le fallait. :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
Jarda Cimrman
Stagiaire
Messages : 21
Inscription : 18 août 11, 17:12
Localisation : l'île mystérieuse

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar Jarda Cimrman » 28 août 11, 16:20

Vu hier , j'ai été vraiment déçu faute d'un scenario un plus abouti. Car finalement celui ci ne laisse que peu de place à la surprise.
C'est vrai que les effets spéciaux sont réussis mais je n'ai pu m’empêcher d'éprouver un léger ennui pendant ce film. C'est bien fichu mais à aucun moment, je n'ai ressenti d'émotions.
Une vraie belle scene, quand les singes reviennent en ville en passant par les arbres et font tomber les feuilles.

Enfin, je trouve que James Franco manque d'épaisseur, sa copine Freida Pinto est quant à elle très mimi.. :oops:

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar Jericho » 6 sept. 11, 18:13

Enfin vu le week-end dernier, car motivé par les critiques positives et finalement j'ai trouvé le film très moyen.
Je me suis un peu ennuyé à vrai dire, l'histoire ne m'a pas porté car les personnages sont pour la plupart insipides, il n'y a guère que César qui est attachant (et encore...). Puis j'ai pas perçu de qualité d'écriture, on passe du scène à une autre sans véritable liant. Une sorte d'accumulation de petites scènes justifiant maladroitement la révolte finale
Puis les retours élogieux à propos des FX, je les trouvent un poil exagérés dans le sens où c'est un peu inégal de ce côté là.
D'accord pour dire que l'animation faciale des singes est quasiment irréprochable. Mais pour ce qui est du gabarit et de l'animation générale (les mouvements, les postures) de ces derniers, c'est un peu foireux.

Bref, si c'est la préquelle d'Xmen et celle de La planète des singes qui caractérisent le renouveau de la Fox, on est mal barré.
C'est sûr qu'il y a du mieux par rapport aux purges de ces dernières années, m'enfin on est loin d'un niveau d'excellence tout de même.
Image

Avatar de l’utilisateur
hansolo
David O. Selznick
Messages : 12521
Inscription : 7 avr. 05, 11:08
Localisation : In a carbonite block

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar hansolo » 22 nov. 11, 18:30

Très agréable film avec une partition de Doyle entrainante.
Bon ce n'est pas un chef d'oeuvre mais pour un réalisateur inconnu au bataillon; le resultat final est une excellente surprise.

Spoiler (cliquez pour afficher)
J'ai également apprécié l'épilogue.
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3590
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar monk » 14 déc. 11, 08:58

Je me ralie aux avis positifs, tout en étant "d'accord" avec les avis négatifs.
J'ai trouvé le film plutôt bon et réussit. J'ai apprécié le premier degrés constant, sans humour (à part peut être le voisin, et encore...) ni autodérision. Un truc très direct, qui avance constement. Aucun ennui. Il y a aussi une vraie noirceur dans la déception de César et la vengeance des singes, et les regards sont très réussis. Tout ça durcit le coté blockbuster et en fait un film un peu moins famillial. J'avais lu les avis ici avant de voir le film, spoilant certains incohérences, mais honnêtement, une fois devant le film, rien ne m'a vraiment sauté aux yeux.
Mais je suis d'accord aussi pour dire que les personnages sont très caricaturaux, même si c'est plutôt bien passé, comme si je n'attendais pas autre chose d'un blockbuster justement. Les FX sont souvent très réussis, mais aussi parfois extrèmement moches et trop visibles, avec beaucoup de plans type grue alors que tout est artificiel.
Globament, c'est une cbonne surprise, un film solide qui se garde. Mais à moins qu'il s'agisse d'un relaunch complet et du début d'une nouvelle série, c'est un film inutil dans la mythologie, l'ancienne "série" tournait très bien sur elle même.

Avatar de l’utilisateur
Chrislynch
Doublure lumière
Messages : 705
Inscription : 17 déc. 05, 09:05
Localisation : Inland Empire

Re: La Planète des Singes, les Origines (Rupert Wyatt - 2011

Messagepar Chrislynch » 22 déc. 11, 10:19

Pas de doute, il s’agit d’un blockbuster profondément formaté et impersonnel. Grosse faille : l’écriture des personnages. Nous sommes dans le binaire absolu avec des méchants et des gentils. Difficile par exemple de dépasser la caricature du gardien du zoo crapuleux. La petite amie bombasse du héros (Freida Pinto) n’est là que pour jouer les bombasses. Elle ne sert à rien dans la structure narrative. Un scénario qui suggère l’humanité des singes uniquement parce qu’on nous montre des humains inhumains ou fades. Effet facile, sans consistance, sans nuance. Un scénario creux, toujours prévisible et manichéen mais qui reste cohérent avec l’esprit de la série et son obsession pour l’obscurité de l’âme humaine.

C’est la mise en scène qui va sauver quelque peu le film. D’abord les rendus du Computer-generated imagery atteint un gros niveau d’efficacité où l’on comprend rapidement la pensée des singes. Animation faciale très agréable à observer et qui nous amène dans l’intimité psychologique des personnages. Hélas ces moments sont trop rares. Toutes les séquences d’action sont très fluides et efficaces. La scène de traversée du Golden Gate Bridge en est un très bon exemple du spectaculaire cinématographique.

Bref, une cohérence dans l’esprit de la saga, un fond décevant, une forme plutôt réussie mais qui sera totalement dépassée dans 20 ans.