Deux soeurs pour un Roi (Justin Chadwick - 2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43975
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Deux soeurs pour un Roi (Justin Chadwick)

Messagepar Flol » 10 mai 08, 15:55

pak a écrit :Eric Bana commence relativement sa carrière à Hollywood.
Le film l'ayant révélé est Australien (son pays d'origine), réalisé par Andrew Dominik (oui, oui, M Jesse James, après, on aime ou pas) et sorti en 2001. Ce film se nomme Chopper. Après l'avoir vu, on se pose moins de questions sur le talent d'acteur d'Eric Bana

J'allais le dire. Car il est tout bonnement incroyable de charisme et de présence monstrueuse, dans le film d'Andrew Dominik.
En plus, il s'y était fait la même moustache que moi.
Dernière édition par Flol le 10 mai 08, 15:55, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 14304
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Deux soeurs pour un Roi (Justin Chadwick)

Messagepar Demi-Lune » 7 nov. 11, 11:52

Image

Bon, on va pas se mentir, j'ai essentiellement regardé ce film pour ses deux actrices. Leur rencontre à l'écran a quelque chose d'assez fantasmatique. Malheureusement, et c'était plutôt prévisible, Deux sœurs pour un roi m'a été globalement inintéressant. Et ce, pour des raisons intrinsèques au film, puisque l'épisode historique relaté est, lui, tout à fait passionnant.
A vouloir trop capitaliser sur ce que les actrices peuvent susciter de charme à l'écran, le film manque le coche dans sa restitution dramatique. L'épisode privé, cruel, qui a des implications historiques fondamentales sur l'Angleterre, prend constamment l'ascendant sur les dimensions politiques et religieuses capitales qui en résultent et qui influent en retour sur cet épisode privé (le schisme avec l’Église de Rome et les conséquences stratégiques de la répudiation de Catherine d'Aragon). Comme disait pak, le scénario ramène cet épisode à une affaire de cul et pas franchement à une affaire d’État. Deux sœurs pour un roi ne saisit par conséquent jamais l'ampleur et le bouillonnement considérables de cette page d'Histoire : c'est une romance gnangnan, plate et d'un simplisme effarant, où tout se règle à la vitesse de la lumière et avec une facilité déconcertante (les opportunistes du clan Boleyn-Norfolk parviennent à leurs fins toutes les cinq minutes). Ce n'est même pas une question de fidélité historique (la dichotomie entre la chaste et douce Mary et la calculatrice Anne qu'établit le film n'a pas forcément de raison d'être dans la réalité), mais simplement de compréhension du sujet, de pédagogie. Même cette comédie soap qu'était la série Les Tudors est plus convaincante dans son récit à différentes échelles. C'est dire.
Problématique aussi a été, à mes yeux, l'insatisfaisante appropriation des personnages principaux par les acteurs. J'ai eu le sentiment que jamais Natalie Portman et Scarlett Johansson ne s'effaçaient derrière leurs personnages, au contraire, elles les assujettissent à leurs sculpturales personnes qui vampirisent l'écran et se livrent à une guéguerre de glamour : centre d'intérêt du film qui résume tout ce qu'il a à proposer. Aguichant, mais cruellement insuffisant. C'est à celle qui va être la plus attirante et étudiée dans le prochain plan. Du coup, on ne croit jamais vraiment à leurs protagonistes, et on se fout de ce qui leur arrive. Ce qui est quand même un gros problème pour un film qui ambitionne de nous narrer le drame d'une famille en déchéance. Mise en scène académique, quand elle n'use pas d'effets de style ridicules (les plans dans des espèces d'embrasures de portes). Beaux costumes. Un film insipide.
Dernière édition par Demi-Lune le 7 nov. 11, 13:25, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Deux soeurs pour un Roi (Justin Chadwick)

Messagepar Jericho » 7 nov. 11, 12:27

Ratatouille a écrit :
pak a écrit :Eric Bana commence relativement sa carrière à Hollywood.
Le film l'ayant révélé est Australien (son pays d'origine), réalisé par Andrew Dominik (oui, oui, M Jesse James, après, on aime ou pas) et sorti en 2001. Ce film se nomme Chopper. Après l'avoir vu, on se pose moins de questions sur le talent d'acteur d'Eric Bana

J'allais le dire. Car il est tout bonnement incroyable de charisme et de présence monstrueuse, dans le film d'Andrew Dominik.
En plus, il s'y était fait la même moustache que moi.


Tout à fait (enfin pour la moustache je sais pas).

Si vous voulez voir Eric Bana au sommet de son art c'est dans Chopper.
Dommage que sa carrière Hollywoodienne ne soit pas à l'image de son talent.
Image