La Route des Indes (David Lean - 1984)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14804
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

La Route des Indes (David Lean - 1984)

Messagepar Max Schreck » 6 févr. 07, 12:03

Je serai vraiment intéressé par vos avis. C'est un film pas évident à appréhender, plein de qualités, visuellement très beau, interprété avec brio et souvent séduisant. Mais j'aurais voulu être plus enthousiaste. Ça n'a pas tout à fait le même impact que les précédentes fresques de Lean depuis Bridge on the river Kwaï.

Image

A passage to India (La Route des Indes), David Lean, 1984
Pour ce qui sera son dernier film, Lean retourne aux adaptations littéraires et porte E.M. Forster à l'écran. Le résultat porte incontestablement son empreinte : photographie magnifique, art du montage poétique, harmonieux mélange entre intime et spectaculaire avec cette observation de quelques personnages au sein d'un paysage grandiose.

Le sujet c'est notamment la désillusion du rêve colonial. En débarquant en Inde, Adela et Mrs Moore pensaient voir deux communautés vivre ensemble, partager la même richesse d'un pays. Or les Britanniques rejettent toute promiscuité et n'imaginent pas une seule fois que le peuple indien puisse être leur égal. Entre appartheid et mépris presque instinctif, l'Indien est littéralement écrasé par la machine impérialiste, qu'elle soit mécanique ou judiciaire.

Mais La Route des Indes c'est aussi une histoire de voyages intérieurs, de rencontres avec une Terre et des individus qui peuvent vous changer à jamais. Le personnage du Dr Aziz apparaît d'abord de manière comique, entre le burlesque de sa chute, son comportement un peu agité, ses gaffes. Il en devient touchant et l'interprétation de Victor Banerjee est vraiment magnifique. Plus tard, lorsque les événements lui auront fait acquérir une mâturité nouvelle, sa transformation sera assez stupéfiante. D'ailleurs ici tous les acteurs sont excellents. Judy Davis apporte beaucoup de sensibilité et d'ambiguité à son personnage de jeune Anglaise qui hésite à prendre en main son destin. Dans le rôle de la "vieille" Mrs Moore, Peggy Ashcroft est peut-être le personnage avec lequel on s'identifie le plus, humaine et compréhensive. Sans oublier l'interprétation pleine de malice d'Alec Guinness en savant Hindou.

J'ai souvent pensé à Picnic at Hanging rock, et au Michael Powell de I know where I'm going et du Narcisse noir, avec ces personnages soudain confrontés à la violence et au mystère de la Nature. Entre les sculptures érotiques du temple envahi par la végétation et les singes, et ces grottes où il n'y a rien à voir mais dont l'écho provoque une sourde panique, Lean nous met dans des états de trouble souvent très beaux. Mais il semble céder parfois à une certaine rationalisation. Je dois ainsi avouer que les scènes de procès m'ont moyennement intéressé, comme si pour un temps le film empruntait la voie un peu trop balisée du film policier. Cependant l'épilogue absolument superbe vient heureusement tempérer cette impression, nous laissant avec un sentiment étrange. Le mystère demeure.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22858
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Messagepar AtCloseRange » 6 févr. 07, 12:16

Je reste toujours un peu perplexe devant ce dernier film de Lean qui est loin de me faire le même effet que ses grands fresques précédentes. L'Inde est photogénique, Judy Davis et Peggy Ashcroft sont excellentes, Alec Guiness un peu moins (on dirait parfois Peter Sellers dans The Party).
Je crois aussi que je bloque un peu sur l'acteur principal Victor Banerjee et le procès n'est pas passionnant. Par contre, j'aime bien tout ce qui touche au personnage de Mrs Moore (Peggy Ashcroft) et la scène troublante de la Grotte.

frédéric
1st Degree
Messages : 12900
Inscription : 28 août 04, 18:49
Localisation : Une galaxie lointaine, très lointaine

Messagepar frédéric » 6 févr. 07, 12:47

Vu il y a longtemps, mais j'avais plutôt aimé. Une revision s'impose cependant.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15562
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Messagepar Profondo Rosso » 6 févr. 07, 14:31

Un beau dernier film qui malgré son cadre exotique superbement filmé se veut plus une étude psychologique et un voyage interieur que la serie de grands film épique qui l'on précédé, ce qui doit sans doute décontenancé ceux qui ne connaissent que cette facette de Lean. Mais finalement hormis le cadre grandiose on est pas si élogné du ton plus intimiste de ses premiers grands films.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: A passage to India (La Route des Indes), David Lean, 198

Messagepar julien » 6 févr. 07, 16:41

Max Schreck a écrit :J'ai souvent pensé à Picnic at Hanging rock

Tiens c'est vrai... La comparaison n'est pas bête. Pour ma part je n'ai pas beaucoup aimé ce film de Lean qui souffre à mon sens d'un Montage pas assez resserré. Le film est trop long et assez chiant en définitive. Même la musique de Maurice Jarre n'a pas l'éclat des précédentes partitions. Il y a néanmoins quelques beaux passages que je retiens. Notamment la scéne ou Judy Davis devant le temple indien prend peur devant une horde de singes... Lean a eut d'ailleurs pas mal de difficulté à s'entendre avec l'actrice et il n'était pas trés à l'aise lors de la réalisation de ce film. Il n'arrivait pas à se faire aux nouvelles méthodes de production des années 80. Trés différentes de celles des années 60 où il avait la confiance des studios et de ce fait une plus grande autonomie artistique.

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14804
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Messagepar Max Schreck » 7 févr. 07, 10:55

Lean n'ayant rien tourné depuis Ryan's daughter, je suppose que la sortie de ce film a du être un véritable événement en 1984. Quelqu'un sait quel fut l'accueil des critiques et du public ?
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87845
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 7 févr. 07, 11:03

Max Schreck a écrit :Lean n'ayant rien tourné depuis Ryan's daughter, je suppose que la sortie de ce film a du être un véritable événement en 1984. Quelqu'un sait quel fut l'accueil des critiques et du public ?

Dans mon souvenir, plutôt tiède de part et d'autre dans l'ensemble avec des exceptions évidemment. Beaucoup ont été déçu s'attendant à une grande fresque lyrique. Je l'ai vu à sa sortie en salles et ce fut l'un de mes plus grands coups de coeur de l'année. Revu depuis en DVD et l'émotion est restée intacte.

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9824
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Messagepar odelay » 7 févr. 07, 12:30

J'étais bien jeune lors de sa sortie en 85 en France (le 24 avril exctement, j'ai retrouvé la fiche Première), mais je me souviens que les critiques étaient moyennes, mais néanmoins bien meilleures que celle La fille de Ryan qui s'était fait assassiné et qu'on prenait encore pour la dernière des merdes même 15 ans après sa sortie.

Je l'ai vu en vidéo il y a longtemps, j'en ai très peu de souvenir.

L'affiche française de Michel Landi était bien plus réussie que l'anglaise ou l'américaine.


Image

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: La Route des Indes (David Lean, 1984)

Messagepar someone1600 » 21 juin 11, 17:37

Découvert grace a la sublime édition blu-ray de Sony et j'ai adoré, meme si on est loin des fresques épiques des années 50-60. Je n'ai pas encore vu Ryan's daughter donc je ne peux comparer.

Pour la premiere fois depuis fort longtemps, Lean n'utilise pas le scope et pourtant, il filme des paysages magnifiques et on sent bien que nous avons toujours affaire au réalisateur de Laurence of Arabia, The bridge on the river Kwai et Doctor Zhivago.

Le propos du film est plus intimiste que les autres films que j'ai vu, le voyage auparavant physique est plus intérieur. La galerie de personnage est par contre tout aussi intéressante que dans les films précédents particulierement le Dr Aziz et Mrs Moore.

8 / 10

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87845
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: La Route des Indes (David Lean - 1984)

Messagepar Jeremy Fox » 21 juin 11, 18:04


Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 14294
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Route des Indes (David Lean - 1984)

Messagepar Demi-Lune » 30 oct. 11, 18:43

Image Image Image

Déception. Pas une douche froide car il y a quand même pas mal de choses à sauver, mais le sentiment très tenace que Lean est un peu passé à côté. Comme l'indiquait julien, je trouve que le film souffre d'un cruel manque de rythme. Les longueurs sont fort nombreuses, et un montage resserré aurait été d'autant moins de refus que le temps que prend le cinéaste pour établir les relations entre les personnages, et les approfondir, ne donnent selon moi jamais véritablement lieu à un intéressant terreau dramatique. Pour ce qui me concerne, je me moque pas mal des atermoiements de Mrs Quested sur son mariage, par exemple. Lean ne parvient guère à capter mon attention sur ce point de l'histoire qui se révèle pourtant fondamental dans la compréhension psychologique du personnage et des évènements à venir. De la même manière, je reste perplexe sur le jeu de l'acteur Victor Banerjee, qui tend à faire de son personnage une sorte de ravi de la crèche, donc peu passionnant. Bref, la mise en place des éléments de l'intrigue prend vraiment beaucoup trop de temps et ceci n'est pas nécessairement imputable au roman de E. M. Foster : il y a pour moi quelque chose qui ne fonctionne jamais véritablement dans ces scènes... la beauté esthétique est bien là, mais les dialogues paraissent laborieux, à l'image de l'enchaînement des scènes. Cela manque, je trouve, de conviction, de clarté. Sentiment étrange que c'est du Lean sans Lean, sans son sens fin et fluide de la narration, sans sa précision d'antan. C'est débarrassé de la palabre et uniquement par l'art visuel et sonore que le grand cinéaste offre quelques moments de cinéma troublants, à l'image de la découverte par Judy Davis du temple aux sculptures lascives, ou de la fameuse séquence centrale de la grotte. Celle-ci évolue dans un rythme et une ambiance étranges, presque fantastique, qui n'est pas pour me déplaire. Un intéressant moment de cinéma.

Image Image Image

En revanche, plus convaincants et intéressants sont les aspects descriptifs, et critiques, de Foster sur le régime administratif et comportemental colonial de la Grande-Bretagne sur l'Inde : le film développe plutôt bien les mentalités de l'occupant britannique, en opposant la naïveté et la curiosité des visiteuses à la vision très administrative, et ségrégationniste, des fonctionnaires coloniaux. Le basculement dans la seconde partie du film atteste d'ailleurs que c'est dans cette mise à jour de la poudrière ethnico-culturelle du Raj que réside le meilleur du film, qui se réveille alors un peu. Certaines choses me paraissent toujours aussi pataudes (la mort de Mrs Moore, pour ne citer qu'un exemple) mais le récit a enfin trouvé sa dynamique. Pour autant, j'avoue avoir des sentiments ambivalents sur la conclusion du film, qui reprend celle du bouquin d'origine. A Passage to India de Foster (1924) paraît dans un contexte intellectuel britannique de critique de l'impérialisme, mais cette critique porte largement plus sur les excès, les injustices et les méthodes des administrations coloniales que sur leur légitimité. Aussi, la tonalité réconciliatrice de la conclusion est certes bien jolie mais aussi emprunte d'une douce naïveté, au mieux. Étant adapté au cinéma dans un contexte fort différent, La Route des Indes aurait peut-être rendu son discours plus percutant si l'adaptation avait trahi l'issue apaisée (consensuelle ?) de Foster et conclu sur la fracture culturelle entre Aziz, devenu héros du peuple, et Fielding, devenu l'Anglais maudit. D'un autre côté, cette conclusion peut être lue rétrospectivement comme l'amende honorable des Britanniques envers l'ancienne pièce maîtresse de son Empire formel.

Bref, un film très photogénique, avec quelques moments plaisants et un casting en demi-teinte (bons Judy Davis et James Fox, Alec Guiness limite hors-sujet), pour un fond historique passionnant, à défaut qu'en soit autant le film. Cela reste tout de même solidement réalisé, avec une reconstitution fastueuse et un volet intimiste qui surprendra probablement ceux qui s'attendraient à une fresque épique.

Avatar de l’utilisateur
Bavhna
Assistant(e) machine à café
Messages : 139
Inscription : 10 janv. 08, 16:02

Re:

Messagepar Bavhna » 31 oct. 11, 07:39

odelay a écrit :J'étais bien jeune lors de sa sortie en 85 en France (le 24 avril exctement, j'ai retrouvé la fiche Première), mais je me souviens que les critiques étaient moyennes, mais néanmoins bien meilleures que celle La fille de Ryan qui s'était fait assassiné et qu'on prenait encore pour la dernière des merdes même 15 ans après sa sortie.

Je l'ai vu en vidéo il y a longtemps, j'en ai très peu de souvenir.

L'affiche française de Michel Landi était bien plus réussie que l'anglaise ou l'américaine.


Image

Faisant également à peine partie de ce monde lors de sa sortie, je sais que les films de Lean au succès populaire précisément public n'ont jamais paradoxalement bénéficié de bonnes critiques en son temps ou très peu. Il était notamment taxé de photographie, de visuel spectaculairement blafards et parfois dénués de sens. Etrangement A Passage To India n'est pas l'un de mes favoris malgré le contexte, c'est La Fille de Ryan qui a toute mon adoration : son art de la narration visuelle, sa technique du découpage, du montage, son sens esthétique et technique juste incroyables... Heureusement ce cinéaste semble être remis au gout du jour contrairement aux années 90 - injustement perçu, les visées esthétiques allant à l'encontre de son cinéma.
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Phnom&Penh
Accessoiriste
Messages : 1851
Inscription : 28 févr. 08, 12:17
Localisation : Tengo un palacio en Granada

Re: La Route des Indes (David Lean - 1984)

Messagepar Phnom&Penh » 31 oct. 11, 09:44

Bavhna a écrit :Faisant également à peine partie de ce monde lors de sa sortie, je sais que les films de Lean au succès populaire précisément public n'ont jamais paradoxalement bénéficié de bonnes critiques en son temps ou très peu.

De mémoire, Le pont de la rivière Kwaï (1957) a été assez mal accueilli par la critique "Nouvelle vague" et a donné lieu à quelques articles assassins. Le principal défaut de la critique n'étant pas d'être injuste mais d'être moutonnière, David Lean a été ensuite assez mal jugé en France. Ses grands succès commerciaux ne risquaient pas de faire changer ces avis, bien au contraire. On reconnaissait de grandes qualités à certains films de sa période anglaise, notamment Brève rencontre (1945) et L'esprit s'amuse (1945). Mais les grandes productions hollywoodiennes étaient regardées avec condescendance, je crois que c'est le terme qui convient. David Lean rentrait dans la catégorie des "très bons faiseurs".
Il était cependant très apprécié du public et de la critique populaire. La sortie de La route des Indes, quatorze ans après La fille de Ryan a été un évènement culturel, d'autant que les détracteurs de Lean étaient moins écoutés. C'est vrai que La fille de Ryan était un peu oubliée, on parlait surtout du nouveau film du réalisateur de Lauwrence d'Arabie et du Docteur Jivago.
Le film était assez somptueux pour que le public suive et je pense qu'il a eu du succès. Mais effectivement, il y a eu une certaine déception par rapport à l'attente. Mais très relative, d'autant que l'âge du réalisateur (76 ans alors) imposait un certain respect.
"pour cet enfant devenu grand, le cinéma et la femme sont restés deux notions absolument inséparables", Chris Marker

Image

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: La Route des Indes (David Lean - 1984)

Messagepar Jericho » 31 oct. 11, 10:47

Vous avez attisé ma curiosité, j'ai bien envie de le voir celui là.
Image

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12679
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: La Route des Indes (David Lean - 1984)

Messagepar hellrick » 30 nov. 12, 12:10

Pas franchement convaincu, beaucoup trop long pour un propos très dilué, ça manque vraiment de rythme avant d'arriver au noeud de l'histoire, d'ailleurs plutôt expédié (le procès), on sent quelques volontés de faire "spectacle" (figuration, beaucoup de plans - jolis - de paysages) qui alourdissent l'action avec une intrigue finalement intimiste...Et grosse réserve sur Alec Guinness qu'on croirait parodique (comme le dit ACR on dirait The Party) ainsi que sur l'acteur principal

Bien dans l'ensemble mais à mon sens 2 heures auraient largement suffi à raconter cette histoire.

4/6 quand même
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image