Toto Le Héros (Jaco van Dormael - 1991)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22835
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Toto Le Héros (Jaco van Dormael - 1991)

Messagepar AtCloseRange » 27 août 06, 22:28

Carrière étrange que celle de Jaco Van Dormael. Ascension fulgurante en 2 films: un que j'adore Toto Le Héros et un deuxième (récompensé à Cannes) que j'aime beaucoup moins, Le 8ème Jour et plus rien depuis.
Pourtant j'espérais énormément après Toto, mélange réussi d'humour, de pathétique où l'influence combinée de Lynch, Leone et d'Hitchcock n'avaient pas manqué de titiller le cinéphile en moi. Sans oublier la performance remarquable de Michel Bouquet et de la trop rare Mireille Perrier.

Image

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 48013
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Messagepar Boubakar » 27 août 06, 22:29

C'est vrai, ça : que devient son réalisateur, qui n'a plus fait de films depuis 10 ans ? :?

Avatar de l’utilisateur
Makach Mouch'kil
Electro
Messages : 961
Inscription : 16 août 06, 12:48

Messagepar Makach Mouch'kil » 28 août 06, 00:24

Boubakar a écrit :C'est vrai, ça : que devient son réalisateur, qui n'a plus fait de films depuis 10 ans ? :?


Si on regarde la making of sur le dvd il doit encore être en train de classer des fiches sur une table de 6 mètres de long.

Sinon, TLH est une 'tain de merveille.

Avatar de l’utilisateur
Max Schreck
David O. Selznick
Messages : 14782
Inscription : 13 août 03, 12:52
Localisation : Hong Kong, California

Messagepar Max Schreck » 28 août 06, 10:59

Un film que j'adore (ça fait d'ailleurs un petit moment que je l'ai pas revu). Le pitch est très original, très romanesque. L'enfance y est montrée à la fois sous l'angle de l'imaginaire et de la perversité. Il y a de la magie et une profonde tristesse également. Et la façon dont le passé et le présent se mêlent, avec des raccords toujours inventifs et surprenants, me laisse admiratif. Il y a plein de scènes vraiment formidables et marquantes [spoiler]la mère qui vole un steack dans le supermarché en dissimulant sous son chapeau, avec le sang qui coule ![/spoiler]

Bref un petit bijou. Je n'ai pas vu le film suivant de van Dormael.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...

Avatar de l’utilisateur
Nicolas Mag
Cadreur
Messages : 4016
Inscription : 25 avr. 03, 16:11
Localisation : Lille 59

Re: Toto Le Héros

Messagepar Nicolas Mag » 24 juin 08, 17:42

Decouvert enfin. Une sacré maitrise de la mise en scène, et une bonne maturité (que le titre ne laissait pas présagé) pour un 1er film. Ca demarre comme un film solidement noir des années 50, ensuite retour sur l'enfance du heros et là ça m'a fait penser à Crazy (ou amelie poulain) à la fois dans l'idée, dans le ton et dans l'image, enfin s'il fallait faire une ultime référence c'est spielberg avec une perception assez semblable de l'enfance, visuellement aussi rien qu'en regardant la jaquette du dvd on voit dejà une image très rencontre du 3ème type.
Le budget est loin d'être du niveau d'un spielberg donc c'est d'autant plus incroyable d'être arriver à un tel resultat (d'ailleurs il voulait faire une séquence très SF -inspiré de blade runner- qui a du etre abandonné)

A noter aussi que c'est le seul film du role principal (thomas godet), en revanche on voit parmi les gamins un certain Nicolas duvauchelle devenu un très très ( :mrgreen: ) bon acteur

Image

Avatar de l’utilisateur
A.D.
Doublure lumière
Messages : 343
Inscription : 31 déc. 07, 11:42
Localisation : Belgique

Re: Toto Le Héros

Messagepar A.D. » 24 juin 08, 17:51

Amusant de voir ce topic apparaitre maintenant, je pensais à l'ami Jaco ce matin. Je suis curieux de découvrir son prochain film, le fameux "Mr. Nobody" (dont le scénario est sorti depuis un an chez les libraires), sorte de projet mastodonte pour la Belgique avec Diane Kruger et....Jared Leto en tête d'affiche !

Quelqu'un connait la date de sortie ?
Image

Avatar de l’utilisateur
origan42
Régisseur
Messages : 3400
Inscription : 2 févr. 07, 17:22

Re: Toto Le Héros

Messagepar origan42 » 24 juin 08, 17:54

Autant j'ai adoré Toto le héros autant j'ai détesté Le huitième jour, film trop démonstratif, trop démagogique, bref film raté et pourtant quelle sortie en fanfare auprès des médias et un succès en salle je crois...

Avatar de l’utilisateur
Nicolas Mag
Cadreur
Messages : 4016
Inscription : 25 avr. 03, 16:11
Localisation : Lille 59

Re: Toto Le Héros

Messagepar Nicolas Mag » 24 juin 08, 18:00

A.D. a écrit :Quelqu'un connait la date de sortie ?

à l'origine c'etait 2008, mais maintenant 2009 et le film est en post production

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43187
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Toto Le Héros

Messagepar Flol » 24 juin 08, 18:10

A.D. a écrit :Amusant de voir ce topic apparaitre maintenant, je pensais à l'ami Jaco ce matin.

Quelle vie...

A.D. a écrit :Je suis curieux de découvrir son prochain film, le fameux "Mr. Nobody" (dont le scénario est sorti depuis un an chez les libraires), sorte de projet mastodonte pour la Belgique avec Diane Kruger et....Jared Leto en tête d'affiche !

Quelqu'un connait la date de sortie ?

viewtopic.php?f=3&t=28195

Avatar de l’utilisateur
A.D.
Doublure lumière
Messages : 343
Inscription : 31 déc. 07, 11:42
Localisation : Belgique

Re: Toto Le Héros

Messagepar A.D. » 24 juin 08, 18:35

Ratatouille a écrit :
A.D. a écrit :Amusant de voir ce topic apparaitre maintenant, je pensais à l'ami Jaco ce matin.

Quelle vie...


J'ai presque écrit cette phrase pour que tu puisses t'amuser...
Image

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Toto Le Héros (Jaco van Dormael, 1991)

Messagepar Demi-Lune » 1 août 11, 19:11

SPOILERS. Je vais sans doute faire de la peine à AtCloseRange, mais si Toto le héros est loin de manquer d'attraits, j'avoue être resté en retrait du film. Ou, plus exactement, mon intérêt pour la chose s'est étiolé au fur et à mesure. Le fait est que Van Dormael dévoile un style assez prenant et talentueux (beaucoup d'idées visuelles), faisant confondre avec une belle fluidité différentes temporalités dans une progression volontairement opaque, mais s'éclaircissant peu à peu au cinéphile qui verra alors dans ce film ni plus ni moins qu'une grosse conjonction scénaristique entre Il était une fois en Amérique (les malheurs et les joies de l'enfance, la vie volée, l'amour perdu) et Sueurs Froides (la résurrection fabriquée de l'amour perdu). Une fois que l'on a compris la mécanique référentielle, cette dernière perd pour moi singulièrement de sa fraîcheur et de son attractivité, et ce, malgré les effets de style du réalisateur (pire, ils finissent à la fin par ennuyer).

Pour mieux me faire comprendre, je dirai que le film se suit plaisamment pendant une grosse heure, c'est-à-dire tant que le voile du mystère narratif et chronologique demeure. Van Dormael propose des scènes alertes ou touchantes sur l'enfance, avec une belle délicatesse, ainsi qu'une tonalité particulière, jusqu'à la fameuse explosion qui, incidemment, permet dans l'époque "adulte" du film la création d'un second mystère autour d'Evelyne, venant relancer la machine. J'aime bien. Sauf qu'une fois que le voile du second mystère tombe, le scénario ne s'en relève pour moi pas tout à fait, puisque l'hommage à Leone et à Hitchcock se révèle largement en-deçà de la puissance émotionnelle et tragique de ses modèles, et que l'opacité agréable étant éventée, il ne reste maintenant plus que le déroulement final d'une trame largement prévisible. Ce film atypique recèle de beaux moments, notamment entre le frère et sa sœur lorsqu'ils sont enfants, mais cette entreprise de fusionnement léonien et hitchcockien se solde à mes yeux par un résultat très subjectivement décevant... ce sont dans les scènes d'enfance, originales, que le film existe et respire pour lui-même, momentanément débarrassé d'un poids référentiel probablement trop lourd.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22835
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Toto Le Héros (Jaco van Dormael, 1991)

Messagepar AtCloseRange » 1 août 11, 19:19

J'ai presque peur de le redécouvrir rétrospectivement (ça fait bien une dizaine d'années que je ne l'ai pas vu) quand je repense à ce que Jaco Van Dormael a commis depuis.

Bon, tu as quand même réussi à ne rien dire sur Michel Bouquet (je crois d'ailleurs remarquer que tu ne parles quasiment jamais des acteurs dans tes chroniques)!
Image

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Toto Le Héros (Jaco van Dormael, 1991)

Messagepar Demi-Lune » 1 août 11, 19:51

AtCloseRange a écrit :Bon, tu as quand même réussi à ne rien dire sur Michel Bouquet (je crois d'ailleurs remarquer que tu ne parles quasiment jamais des acteurs dans tes chroniques)!

Ben si, quand même :o
Bonne prestation de Michel Bouquet mais je t'avouerai que ce qui m'a le plus charmé, c'est la jeune actrice qui joue Alice, ainsi que le jeune Toto.

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19902
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Toto Le Héros (Jaco van Dormael, 1991)

Messagepar Nestor Almendros » 1 août 11, 20:49

AtCloseRange a écrit :(je crois d'ailleurs remarquer que tu ne parles quasiment jamais des acteurs dans tes chroniques)!

Il ne parle pas des acteurs mais des actrices! (surtout les brunes aux yeux très bleus) :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Toto Le Héros (Jaco van Dormael, 1991)

Messagepar julien » 2 août 11, 14:31

Demi-Lune a écrit :Bonne prestation de Michel Bouquet mais je t'avouerai que ce qui m'a le plus charmé, c'est la jeune actrice qui joue Alice, ainsi que le jeune Toto.


L'actrice c'est Sandrine Blancke, que l'on retrouve également au côté d'Alain Baschung dans le film d'Aline Issermann : L'ombre du Doute. Un film psychologique sur l'inceste qui était pas trop mal dans mon souvenir. J'aimais bien l'affiche.

Image
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.