Patrice Leconte

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Messages : 15005
Inscription : 13 avr. 03, 22:03
Localisation : En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: Patrice Leconte

Messagepar Momo la crevette » 16 mars 10, 22:44

Nestor Almendros a écrit :Le scénario est digne d'un téléfilm

:x
styx a écrit :Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19881
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Patrice Leconte

Messagepar Nestor Almendros » 16 mars 10, 22:50

Momo la crevette a écrit :
Nestor Almendros a écrit :Le scénario est digne d'un téléfilm

:x

Tu es un des 4 scénaristes du film? (4 scénaristes pour ça :shock: ).
Plus sérieusement, quand je dis "téléfilm" c'est parce que ça ne me semble pas assez ambitieux pour le cinéma: péripéties light et enjeux désuets... :wink: Histoire facile, écriture paresseuse. Je ne me suis pas forcé à aller jusqu'au bout, c'est déjà ça, mais c'est déjà bien oublié.

EDIT: ah j'ai compris ta remarque... :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
pol gornek
chat gratte !
Messages : 5070
Inscription : 21 févr. 05, 12:32
Localisation : Devant la petite lucarne

Re: Patrice Leconte

Messagepar pol gornek » 16 mars 10, 22:52

Nestor Almendros a écrit :Plus sérieusement, quand je dis "téléfilm" c'est parce que ça ne me semble pas assez ambitieux pour le cinéma: péripéties light et enjeux désuets... :wink: Je ne me suis pas forcé à aller jusqu'au bout, c'est déjà ça, mais c'est déjà bien oublié.

L'ambition, c'est pour le cinéma et... et c'est quoi au fait pour la télévision ?
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19881
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Patrice Leconte

Messagepar Nestor Almendros » 16 mars 10, 22:58

pol gornek a écrit :
Nestor Almendros a écrit :Plus sérieusement, quand je dis "téléfilm" c'est parce que ça ne me semble pas assez ambitieux pour le cinéma: péripéties light et enjeux désuets... :wink: Je ne me suis pas forcé à aller jusqu'au bout, c'est déjà ça, mais c'est déjà bien oublié.

L'ambition, c'est pour le cinéma et... et c'est quoi au fait pour la télévision ?

Est-ce que tu payerais une place de ciné pour aller voir CAMPING PARADIS? Moi pas. :wink:

Avatar de l’utilisateur
pol gornek
chat gratte !
Messages : 5070
Inscription : 21 févr. 05, 12:32
Localisation : Devant la petite lucarne

Re: Patrice Leconte

Messagepar pol gornek » 16 mars 10, 23:05

Ce n'était pas le sens de la question.
Le public qui grandit devant la télé affine son regard, acquiert une compétence critique, une capacité à lire des formes compliquées. Il anticipe mieux les stéréotypes et finit par les refuser car il ne jouit plus d'aucune surprise ni curiosité, les deux moteurs de l'écoute.Il faut donc lui proposer des programmes d'un niveau esthétique plus ambitieux. La série télé s'est ainsi hissée, avec ses formes propres, au niveau de la littérature et du cinéma.
(Vincent Colonna)

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19881
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Patrice Leconte

Messagepar Nestor Almendros » 16 mars 10, 23:17

Pour la télévision, disons que c'est donner envie de regarder sans trop froisser ou faire réfléchir le spectateur. Plus c'est facile, mieux c'est. Je ne tiens pas en haute estime les fictions tv (et séries) donc je schématise aussi, hein :wink: . On a beau louer la soi-disant audace de la tv, c'est oublier que de toutes façons tout est plus ou moins formaté et que, en ce qui concerne les oeuvres françaises, on sent clairement la différence de style visuel par rapport au cinéma (sans parler du montage et de certains effets "flashs blancs et musique pompière" copiés sur les gros succès tv américains).
Par contre, il faut reconnaitre l'audace de certaines chaînes (Arte ou France 2) qui programment des oeuvres plus historiques ou moins traditionnelles (ce ne sont pas, comme sur TF1, des clones profilers ou autres des séries US). Mais bon, quand je vois l'affiche de la série HENRI 4 écrit comme L'ARME FATALE 4 (et pas HENRI IV, donc) ça me fait automatiquement penser aux costard-cravates décisionnaires qui, pour ne pas effrayer le spectateur lambda vont jusqu'à modifier l'écriture du titre pour faire (peut-être) moins scolaire. Je sais, je suis de mauvaise foi... :mrgreen:
Désolé de polluer ce topic qui glisse un peu vers un autre débat.

Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Messages : 15005
Inscription : 13 avr. 03, 22:03
Localisation : En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Re: Patrice Leconte

Messagepar Momo la crevette » 17 mars 10, 08:05

Nestor Almendros a écrit :Tu es un des 4 scénaristes du film?

Pour info, Fred Cavayé est l'auteur et réalisateur de l'excellent "Pour elle". Guilaume Lemans était son co-scénariste sur "Pour elle". Comme quoi...
styx a écrit :Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19881
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Patrice Leconte

Messagepar Nestor Almendros » 17 mars 10, 10:04

Momo la crevette a écrit :
Nestor Almendros a écrit :Tu es un des 4 scénaristes du film?

Pour info, Fred Cavayé est l'auteur et réalisateur de l'excellent "Pour elle". Guilaume Lemans était son co-scénariste sur "Pour elle". Comme quoi...

Comme quoi j'ai pas beaucoup aimé POUR ELLE non plus... :mrgreen: :fiou:

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22160
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Patrice Leconte

Messagepar cinephage » 17 mars 10, 11:53

Nestor Almendros a écrit :
Momo la crevette a écrit :
Nestor Almendros a écrit :Tu es un des 4 scénaristes du film?

Pour info, Fred Cavayé est l'auteur et réalisateur de l'excellent "Pour elle". Guilaume Lemans était son co-scénariste sur "Pour elle". Comme quoi...

Comme quoi j'ai pas beaucoup aimé POUR ELLE non plus... :mrgreen: :fiou:

Là, pas d'accord ! :o
Pour elle était un des meilleurs films français de l'année où le film est sorti.
(mais bon, quand on n'a pas les tenants et les aboutissants, co-scénariste, ça n'indique pas grand chose de l'apport de l'un et/ou de l'autre. Il y a des coscénaristes qu'on garde au générique alors qu'on n'a rien gardé de ce qu'ils ont apporté, et parfois des coscénaristes qui portent 100 % de la responsabilité de l'écriture, la majorité des cas se situant entre de tels extrêmes.
Quoi qu'il en soit, la présence d'un scénariste au générique ne nous garantit pas :
- la proportion de son apport
- que ce qu'il a contribué à faire a été gardé lors du tournage/montage
- que, dans le cas d'un téléfilm, l'intervention de la chaîne ou du directeur d'écriture ne joue pas un rôle distordant sur la "signature" du scénariste.

Bref, coscénariste dans un film, (ou dans un téléfilm), pour moi, ça ne m'indique rien de sérieux en termes de 'garantie de retrouver une patte que j'apprécie'.
Sinon, éventuellement, après coup, après avoir vu le film, je peux éventuellement reconstituer l'apport d'un scénariste que je connais suffisamment pour reconnaître...
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22160
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Patrice Leconte

Messagepar cinephage » 17 mars 10, 11:59

Dans le cas de ce film de Leconte, le fait de retrouver au scénario deux producteurs du film me suggère que Fred Cavayé a été strictement encadré par ses coscénaristes bailleurs de fonds, et qu'il n'était vraisemblablement pas le décideur final.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Amarcord
Assistant opérateur
Messages : 2825
Inscription : 30 oct. 06, 16:51
Localisation : 7bis, rue du Nadir-aux-Pommes

Re: Patrice Leconte

Messagepar Amarcord » 18 mars 10, 01:11

Nestor Almendros a écrit :
pol gornek a écrit :
Nestor Almendros a écrit :Plus sérieusement, quand je dis "téléfilm" c'est parce que ça ne me semble pas assez ambitieux pour le cinéma: péripéties light et enjeux désuets... :wink: Je ne me suis pas forcé à aller jusqu'au bout, c'est déjà ça, mais c'est déjà bien oublié.

L'ambition, c'est pour le cinéma et... et c'est quoi au fait pour la télévision ?

Est-ce que tu payerais une place de ciné pour aller voir CAMPING PARADIS? Moi pas. :wink:

...Ni, à titre perso, pour voir Camping tout court, d'ailleurs... :mrgreen: Comme quoi ! :wink:
A propos de Camping Paradis (et puisqu'on est sur un topic sur Leconte), Les Bronzés 3, dans le fond, c'était pas bien loin de ça, non ? :uhuh: :mrgreen:
En fait, cette histoire de "télé Vs cinéma", ça me rappelle cette phrase de Godard (je cite de mémoire, pardon aux puristes !): "Si vous vous contentez de filmer le visible, vous faites un téléfilm"... ça me paraît résumer assez bien la différence qu'il peut y avoir entre télé et cinéma. Oui, je pense que cela a, malgré tout, à voir avec l'ambition... Je ne sais plus qui a dit aussi : "Vous avez remarqué ? A la question : "Qu'as-tu fait aujourd'hui ?", on répondra spontanément (selon que l'on a fait l'une ou l'autre de ces deux choses, bien entendu) : "Aujourd'hui ? Je suis allé au cinéma"... Ou bien : "Aujourd'hui ? Rien : j'ai regardé la télé"...
Bref : tout ça pour dire que Leconte, devenu une sorte de "sous-Bertrand Blier" (lui même tombé déjà bien bien bas depuis une bonne quizaine d'années) semble avoir perdu l' "ambition" qui était la sienne au moment de Monsieur Hire ou Le Mari de la coiffeuse... Et ça commence quand même à faire un bail.
[Dick Laurent is dead.]

Avatar de l’utilisateur
Jordan White
King of (lolli)pop
Messages : 15434
Inscription : 14 avr. 03, 15:14

Re: Patrice Leconte

Messagepar Jordan White » 21 mars 10, 21:04

Amarcord a écrit :Bref : tout ça pour dire que Leconte, devenu une sorte de "sous-Bertrand Blier" (lui même tombé déjà bien bien bas depuis une bonne quizaine d'années) semble avoir perdu l' "ambition" qui était la sienne au moment de Monsieur Hire ou Le Mari de la coiffeuse... Et ça commence quand même à faire un bail.

Le mari de la coiffeuse est un film sublissime, je ne suis pas sûr qu'il parviendra à réaliser de nouveau une oeuvre de cette trempe.
Néanmoins, pour moi sa dernière grande réalisation en date est celle de Ridicule. Il y a de cela 15 ans, ce qui peut paraître un bail, c'est vrai. Les grands ducs qui est une farce que j'adore le suit.
J'aimerais voir son Confidences trop intimes.
Image

Je vote pour Victoria Romanova

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 9515
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re:

Messagepar odelay » 21 mars 10, 23:01

Jeremy Fox a écrit :
ratatouille a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Les bronzés font du ski

Et tu n'aimes pas Les Bronzés tout court ?

Pas revu depuis une éternité, il ne m'avait pas fait rire à l'époque.

Sans aller jusqu'à dire qu'il ne m'a pas fait rire, j'avoue que ça s'est estompé et que j'ai du mal à le revoir alors que je suis toujours fan de celui à la Neige.
Sinon un chef d'oeuvre dans sa filmo : Le Mari de la coiffeuse

Deux très grands films : Ridicule et Monsieur Hire

Des classiques très réussis : Les Bronzés font du ski, Tandem

Des films bien sympathiques qui se voient avec bcp de plaisir : VIens chez moi j'habite chez une copine, Mon Meilleur ami, Les Spécialistes, et dans une moindre mesure Ma femme s'appelle revient.

Des films sous influence : un bien raté sur toute la ligne, Tango, et un autre beau et assez réussi (mais j'ai peur de le revoir), La fille sur le pont.

Un ratage sympathique : Les grands Ducs
Un ratage un peu prétencieux et pas franchement sympathique : Le Parfum d'Yvonne
Un ratage innomable et franchement honteux : Les Bronzés 3

Le reste, je n'ai pas vu.

(Tiens j'ai justement oublié de mettre Les Bronzés. Allez, à classer quand même sous "films bien sympathiques")

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14635
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Patrice Leconte

Messagepar Watkinssien » 21 mars 10, 23:48

Jordan White a écrit : J'aimerais voir son Confidences trop intimes.

Que je considère comme son dernier grand film, une merveille de troubles et de non-dits !
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Patrice Leconte

Messagepar Demi-Lune » 21 déc. 10, 12:07

Ridicule (1996)
Bien belle découverte que ce film d'époque qui donne le ton dès son introduction pour le moins... marquante ( :shock: ). L'écriture est, assez logiquement, d'une subtilité exquise, les personnages bien croqués, l'état d'esprit versaillais du XVIIIe siècle (difficile de dire s'il y a exagération) dépeint avec verve et cynisme. La méchanceté n'a d'égale dans ce film que son esprit, qui comblera le spectateur de bons mots et de joutes de fiel, dans le même temps qu'il le placera dans un étrange malaise face à cette ridicule Comédie humaine de Cour, où la cruauté, la vacherie et le rabaissement de l'autre, enrobées sous les atours de la distinction racée, se liront comme une amère prémonition de notre société actuelle, contaminée par le paraître, le faux-semblant et les jeux du cirque télévisuels.
Un régal.