The Descent (Neil Marshall - 2005)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
pseudonyme
Assistant opérateur
Messages : 2484
Inscription : 18 août 05, 15:11

Messagepar pseudonyme » 4 juil. 07, 00:39

il faudra que je le revoie pour me faire une seconde opinion, mais le souvenir que j'en ai c'est d'avoir été hyper déçu.

sinon j'ai maté Dog soldier ce soir, et... mis à part 2, 3 trucs, il est vraiment bien...
sac en toile de jute + rivière = ?

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22830
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar AtCloseRange » 2 mars 08, 20:36

Revu en DVD et je me demandais quel effet ferait le film dans mon salon.
Et bien, il reste bigrement efficace. La première moitié est une grande réussite et arrive à nous faire ressentir un vrai sentiment de claustrophobie. Maîtrise du suspense, sens du cadre et photo impeccable. Les références à Delivrance ou Carrie sont très bien digérées. N'oublions pas la qualité du casting féminin (notamment Natalie Mendoza dans le rôle de Juno).
A mi-parcours, on peut regretter le dérapage vers le film d'horreur avec quelques effets un peu plus faciles. Et la photo façon Soldat Ryan pendant les "attaques" ne me semble pas une très bonne idée. Néanmoins le film continue pendant cette partie à être très flippant.
Pour moi, le film d'épouvante le plus impressionnant de ces dernières années.
Image

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43101
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Flol » 3 mars 08, 22:30

AtCloseRange a écrit :Les références à Delivrance ou Carrie sont très bien digérées.

Ben bizarrement, j'ai beaucoup plus pensé à Predator qu'aux 2 films que tu cites ; certains plans (l'héroïne émergeant de la boue) sont même de sacrés clins d'oeil envers le film de McTiernan.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22830
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar AtCloseRange » 3 mars 08, 23:43

Ratatouille a écrit :
AtCloseRange a écrit :Les références à Delivrance ou Carrie sont très bien digérées.

Ben bizarrement, j'ai beaucoup plus pensé à Predator qu'aux 2 films que tu cites ; certains plans (l'héroïne émergeant de la boue) sont même de sacrés clins d'oeil envers le film de McTiernan.
Le lien avec le film de Boorman ets pourtant manifeste: son point de départ, Juno et sa combinaison, c'est un peu Burt Reynolds, Holly est blessée exactement de la même façon que Burt Reynolds avec un bout de fémur qui dépasse.
Carrie, c'est surtout pour la scène où l'héroïne sort de la mare de sang.
Et je crois avoir lu que Marshall parle de ces influences.
Image

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43101
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Flol » 3 mars 08, 23:48

Ah mais je n'ai jamais dit que ces influences n'existent pas, bien au contraire, moi aussi je les avais notées à l'époque ; c'est juste que sur la partie finale, j'avais vraiment énormément pensé au film de McT.

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar someone1600 » 4 mars 08, 05:32

Une surprise ce film, je m'attendais pas a grand chose et finalement j'ai passé un bon moment, vraiment tres reussi.

Avatar de l’utilisateur
tijay
Assistant opérateur
Messages : 2382
Inscription : 17 août 04, 19:24
Liste de DVD
Localisation : A jamais à Fort Alamo ...

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar tijay » 6 mars 08, 08:52

someone1600 a écrit :Une surprise ce film, je m'attendais pas a grand chose et finalement j'ai passé un bon moment, vraiment tres reussi.


+1 une ambiance angoissante et une montée en puissance de ce "petit" film qui a tout d'un grand pour ses qualités évidentes ...
Image

Avatar de l’utilisateur
Outerlimits
Assistant opérateur
Messages : 2672
Inscription : 26 avr. 08, 23:24

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Outerlimits » 22 juil. 08, 13:46

Terrible !!! Un film d'une noirceur abyssale, au propre comme au figuré... Un final qui ne peut vous laisser indemne.
L'un des plus grands films d'horreur de tous les temps.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43101
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Flol » 22 juil. 08, 14:36

OUTERLIMITS a écrit :Terrible !!! Un film d'une noirceur abyssale, au propre comme au figuré... Un final qui ne peut vous laisser indemne.
L'un des plus grands films d'horreur de tous les temps.

Que tu as découvert en salle lors de sa sortie nationale. :)

Avatar de l’utilisateur
Outerlimits
Assistant opérateur
Messages : 2672
Inscription : 26 avr. 08, 23:24

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Outerlimits » 22 juil. 08, 14:50

Oui, découvert au cinéma, à sa sortie nationale.

Avatar de l’utilisateur
Frank Einstein
Régisseur
Messages : 3158
Inscription : 18 janv. 07, 23:28
Localisation : Dans la lune

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Frank Einstein » 22 juil. 08, 21:47

AtCloseRange a écrit :Carrie, c'est surtout pour la scène où l'héroïne sort de la mare de sang.

C'est bizarre car le début de cette scène me fait surtout penser à "Apocalypse now" : même cadrage et résultat que lorsque la tête de Martin Sheen émerge d'un marais.

Un grand film d'horreur en tout cas.
Image

"Il est toujours préférable d'être un faux-méchant que d'être un faux-gentil. (Le faux-gentil est souvent un vrai méchant)". J.-L. Fournier

7swans
Nuits de Sheen...
Messages : 7256
Inscription : 17 févr. 06, 18:50

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar 7swans » 22 juil. 08, 22:07

Frank Einstein a écrit :
AtCloseRange a écrit :Carrie, c'est surtout pour la scène où l'héroïne sort de la mare de sang.

C'est bizarre car le début de cette scène me fait surtout penser à "Apocalypse now" : même cadrage et résultat que lorsque la tête de Martin Sheen émerge d'un marais.

Un grand film d'horreur en tout cas.


Image

Image

C'est pas con tiens...

(et ça m'a donné l'occasion de placer une photo de Martin...)
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.

Avatar de l’utilisateur
Frank Einstein
Régisseur
Messages : 3158
Inscription : 18 janv. 07, 23:28
Localisation : Dans la lune

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Frank Einstein » 23 juil. 08, 00:12

En effet, je confirme que mon idée n'est pas con du tout, tiens ! :mrgreen:

D'autant que cette affiche américaine reprend bien le cadrage que l'on voit dans le film :

http://www.ecranlarge.com/upload/movies ... 113024.jpg

Je n'ai pas le film de Coppola pour vérifier mais je suis sûr que les deux personnages émergent de la même façon de l'eau.
Image

"Il est toujours préférable d'être un faux-méchant que d'être un faux-gentil. (Le faux-gentil est souvent un vrai méchant)". J.-L. Fournier

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Demi-Lune » 2 sept. 10, 19:33

ImageImageImage

SPOILERS. Beaucoup aimé ce film qui doit être particulièrement impressionnant sur grand écran. The Descent s'impose comme un huis-clos horrifique et inextricable de haute volée, dont les quelques faiblesses n'altèrent en rien mon impression extrêmement positive. Parmi ces faiblesses, il faut reconnaître que le discours sur la régression vers la bestialité n'a, en soi, pas grand-chose de neuf même s'il demeure très bien amené, et que la galerie de personnages féminins est sans doute insuffisamment croquée pour permettre une identification émotionnelle totale lors des séquences les plus cauchemardesques du film (d'autant que le personnage le plus mis en avant, le plus caractérisé, est victime d'un incontournable trauma, vive l'originalité). Mais ces petits éléments frustrants sont, d'un autre côté, cohérents vis-à-vis de la démarche de Neil Marshall qui, vraisemblablement influencé par le Predator de McTiernan, compose un survival suffocant (avec le sous-texte inhérent au genre) dont la priorité réside moins dans le développement des protagonistes que dans la mise en place d'un spectacle totalement claustrophobe et bestial. Ce que l'on perd en caractérisation, on le gagne en efficacité narrative (le pitch est génial) et rythmique (cf. l'ouverture). La mise en scène de Marshall m'a énormément convaincu, même dans les sur-découpages de scènes d'agression, qui me semblent justifiés dans la mesure où l'illisibilité participe de la claustrophobie : les héroïnes sont dans le noir, ne voient pas grand-chose, et donc les faibles éclairages et le montage cut retranscrivent bien la panique quasi hystérique - voir les coups brutaux qu'elles assènent - qui est ressentie par notre bande de spéléologues. Nous voici par conséquent devant un spectacle formidablement oppressant (les décors sont hallucinants, tout comme la photo), judicieux dans sa construction bipartite, et désespérément noir. Je pense évidemment à la conclusion, casse-gueule mais rendue inoubliable précisément grâce à la roublardise de sa fausse scène finale : je crois que cette fin sans issue n'aurait pas été aussi marquante et âpre s'il n'y avait pas eu, justement, cet espoir illusoire d'échappatoire que le cinéaste nous fait miroiter pendant quelques minutes. Mais je pense aussi à cette scène où Sarah condamne délibérément à mort Juno, qui, elle, n'a tué qu'accidentellement son amie. Dans les survival que j'ai vus, la régression vers la bestialité permet aux survivants de livrer, avec les entités hostiles, une bataille équitable qu'ils gagnent d'ailleurs ; mais chez Marshall, cette régression ne permet pas à son personnage de s'en sortir, bien au contraire, puisque celle-ci semble se condamner tout seule dès lors qu'elle condamne à une mort certaine (sans toutefois la tuer elle-même) Juno, personnage bien plus intéressant au passage. Les citations du cinéaste (Shining, The Thing, Carrie...) sont parfois visibles et l'apparence des humanoïdes évoque un croisement improbable entre Gollum et Cynoque des Goonies mais qu'importe : le résultat est excellent, primaire, riche en suspense, complètement étouffant et malsain et - last but not least - m'ayant fait sursauter plusieurs fois. Une perle du genre.

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: The Descent (Neil Marshall)

Messagepar Anorya » 3 sept. 10, 02:12

D'autant plus que quand tu vois la scène finale (qui m'a bien cloué au passage), tu comprends que le second volet n'a aucune raison d'exister autre que purement mercantile. ;)
Second volet que j'ai trouvé assez crétin en plus.
Image