Stephen King

Pour parler de toute l'actualité des livres, de la musique et de l'art en général

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
hellrick
Mogul
Messages : 11674
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle
Contact :

Re: Stephen King

Messagepar hellrick » 9 juil. 14, 11:21

Joyland

Impression mitigée. On est dans le King nostalgique, dans la veine Stand by Me et autre, proche d'un Bradbury par moment avec cette intrigue qui reste essentiellement un roman d'apprentissage (le sexe, la vie, la mort, tout ça quoi) ponctué d'une intrigue policière au second plan (serial killer) et d'un soupçon de fantastique très en retrait (prémonition, fantôme).

Il y a de très bonnes scènes (on peut éventuellement sortir les mouchoirs sur la fin), de grosses longueurs aussi, on a parfois du mal à voir ou le King veut en venir lorsqu'il s'attarde sur des détails parfois intéressants parfois juste ennuyeux. Le roman, sans doute trop long (pourtant il ne fait "que" 350 pages) est donc alternativement très bon et médiocre, sans milieu dirais-je: il y a quelques passages qui sont parmi ce qu'il a fait de mieux et d'autres boursouflés et pénibles qu'il eut été judicieux d'élaguer.

Mais dans l'ensemble le voyage nostalgique en vaut la peine...
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
moonfleet
Assistant opérateur
Messages : 2302
Inscription : 13 août 09, 21:46
Localisation : contrôlée par un cerveau malade

Re: Stephen King

Messagepar moonfleet » 15 juil. 14, 19:27

Une question: Pour quelles raisons, sur quels points précis Stephen King était-il en désaccord avec le Shining de Kubrick adapté de son roman ??
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

ctiss
Electro
Messages : 814
Inscription : 10 mai 03, 15:02
Localisation : yvelines
Contact :

Re: Stephen King

Messagepar ctiss » 16 juil. 14, 09:36

Voici ce qui est dit sur wikipedia à ce sujet:

"Speaking about the theme of the film, Kubrick stated that "there's something inherently wrong with the human personality. There's an evil side to it. One of the things that horror stories can do is to show us the archetypes of the unconscious; we can see the dark side without having to confront it directly".[46] Stephen King has been quoted as saying that although Kubrick made a film with memorable imagery, it was not a good adaptation of his novel[47] and is the only adaptation of his novels that he could "remember hating".[48] However, in King's 1981 nonfiction book Danse Macabre, he listed Kubrick's film among those he considered to have "contributed something of value to the [horror] genre" and mentioned it as one of his "personal favorites."[49] Notably, before the 1980 movie King often said he did not care about the film adaptations of his novels.[4]

King thought that his novel's important themes, such as the disintegration of the family and the dangers of alcoholism, were ignored. King has admitted he was suffering from alcoholism at the time he wrote the novel, and as such there was an element of autobiography in the story. King especially viewed the casting of Nicholson as a mistake and as being too early a tip-off to the audience that the character Jack would eventually go mad (due to Nicholson's identification with the character of McMurphy in One Flew Over the Cuckoo's Nest). King had suggested that a more “everyman”-like actor such as Jon Voight or Christopher Reeve or Michael Moriarty play the role, so that Jack's subsequent descent into madness would be more unnerving.[4]

At other times, King suggested that he disliked the downplaying of the supernatural element of the film, which he felt took the "bite" out of the story and made Jack a less sympathetic character. According to King, he viewed Jack as being victimized by the genuinely external supernatural forces haunting the hotel, whereas Kubrick's take viewed the haunting and its resulting malignancy as coming from within Jack himself.[50]

King's oft-cited remark about Kubrick being a man who “thinks too much and feels too little” has frequently been quoted as disparaging Kubrick's overly clinical and detached approach to directing actors, but in context it is really a reference to Kubrick's ambivalent skepticism about the reality of the supernatural which emerged in pre-production conversations between King and Kubrick. The full context of King's well-known quote is

Parts of the film are chilling, charged with a relentlessly claustrophobic terror, but others fall flat. Not that religion has to be involved in horror, but a visceral skeptic such as Kubrick just couldn't grasp the sheer inhuman evil of The Overlook Hotel. So he looked, instead, for evil in the characters and made the film into a domestic tragedy with only vaguely supernatural overtones. That was the basic flaw: because he couldn't believe, he couldn't make the film believable to others. What's basically wrong with Kubrick's version of The Shining is that it's a film by a man who thinks too much and feels too little; and that's why, for all its virtuoso effects, it never gets you by the throat and hangs on the way real horror should.[51]

Mark Browning, a critic of King's work, observed that King's novels frequently contain a narrative closure that completes the story, which Kubrick's film lacks.[52] Browning has in fact argued that King has exactly the opposite problem of which he accused Kubrick. King, he believes, "feels too much and thinks too little."

King was also disappointed by Kubrick's decision not to film at The Stanley Hotel in Estes Park, Colorado, which inspired the story (a decision Kubrick made because the hotel did not have sufficient snow or electric power). King finally supervised the 1997 television adaptation also titled The Shining, filmed at The Stanley Hotel.

The animosity of King toward Kubrick's adaptation has dulled over time. During an interview segment on the Bravo channel, King stated that the first time he watched Kubrick's adaptation, he found it to be "dreadfully unsettling".

Nonetheless, writing in the afterward of Dr. Sleep, King professed continued dissatisfaction with the Kubrick film. He said of it "...of course there was Stanley Kubrick's movie which many seem to remember -- for reasons I have never quite understood -- as one of the scariest films they have ever seen. If you have seen the movie but not read the novel, you should note that Dr. Sleep follows the latter which is, in my opinion, the True History of the Torrance Family.""


Sur un autre site, à propos de Shelley Duvall:

"However, King saves his greatest criticism of "The Shining" for its portrayal of Wendy, the beleaguered wife of Jack. "Shelley Duvall as Wendy is really one of the most misogynistic characters ever put on film, she's basically just there to scream and be stupid and that's not the woman that I wrote about," the writer stated."

Avatar de l’utilisateur
moonfleet
Assistant opérateur
Messages : 2302
Inscription : 13 août 09, 21:46
Localisation : contrôlée par un cerveau malade

Re: Stephen King

Messagepar moonfleet » 16 juil. 14, 11:31

Damned j'aurai du penser à regarder Wikipedia !! Merci ctiss , comme on pouvait s'y attendre il pointe les différences (psychologiques et de situation) entre ses intentions du roman et les variations de Kubrick, pour ce qui est du personnage plutôt abruti de l'épouse qui ne comprend rien aux méandres créateurs de son écrivain refoulé de mari, interprété par Shelley Duvall, elle est dans la frayeur presque du début à la fin, elle n'a pas d'épaisseur, elle subit (Shelley Duvall parle dans les bonus du film de violences verbales de la part du metteur en scène pour la mettre dans l'ambiance :shock: ) et Stanley finit par tourner misogyne caricatural, avec l'homme en esprit créateur et la femme en perturbatrice inée...cliché bien macho de la relation de couple. Après on peut voir le film avec plaisir sans tenir compte de ces considérations :mrgreen:
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Avatar de l’utilisateur
Johnny Doe
Producteur
Messages : 8897
Inscription : 13 mai 03, 19:59

Re: Stephen King

Messagepar Johnny Doe » 4 août 14, 12:42

King, en lecture au bord de la plage, c'est idéal. Découverte de 2 bouquins :

Image

Lu dans sa traduction française, en comparaison je l'ai trouvé meilleure que celle de Simetierre lu dernièrement Faut aussi dire que je sortais d'un Joël Dicker donc ça a certainement joué en sa faveur. :mrgreen:
Très bon bouquin en tout cas, King maîtrise bien sa narration, parvient à ne pas surchargé son bouquin inutilement, se contente de son intrigue de série B pour tisser un suspense assez dérangeant, très grinçant, avec un personnage principal dans lequel King creuse un ambiguïté assez jouissive, jusque dans son final très cynique. Je serais curieux de lire les autres bouquins qu'il a écrit sous le pseudo de Bachmann, ça fait plaisir de voir du King moins boursouflé, se prenant un peu moins au sérieux et plutôt radicale (il l'était d'ailleurs souvent, à l'époque).

Image

Jolie surprise! Je n'aime pas du tout le Shining de King. C'est interminable et désespérément sérieux même dans ses passages les plus grotesques. Acheté en vacances pour occuper les 2-3 derniers jours de plage et lu en anglais. Déjà, King en anglais, c'est d'un autre tonneau je trouve. Tout passe mieux, des insultes / termes parfois un peu bidons (The True Knot par exemple) aux caractérisations des personnages par leur phrasé, au rythme même du bouquin (peut-être n'est-ce qu'une impression?). J'ai trouvé ça d'une belle fluidité, une fois qu'il trouve son rythme de croisière, et c'est un page turner diablement efficace.

Si le principe en lui-même est discutable (sans être une suite de Shining, King se demande plutôt ce qui aurait pu arriver à Danny après l'Overlook) et que le lien que tisse King avec Shining est loin d'être ce qu'il y a de plus intéressant, j'aime beaucoup l'univers dépeins et les différents personnages (avec même de l'empathie pour les "monstres" en face). Petit problème, le livre s’essouffle assez affreusement dans sa tout dernière partie, avec un climax très faible et un gros sentiment de facilité (d'accumulation de facilités même) dans ces dernières pages. J'ai l'impression (après avoir lu La Peau sur les Os) que King à perdu pas mal de sa radicalité et de son mordant avec les années, ce qu'il a, peut-être, gagner en efficacité. Mais Doctor Sleep, duquel je n'attendais rien, se révèle un bon cru et les nombreux défauts n'effaceront pas le sens de la narration exemplaire du maître.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 39648
Inscription : 14 avr. 03, 11:21
Contact :

Re: Stephen King

Messagepar Flol » 4 août 14, 16:22

Johnny Doe a écrit :King, en lecture au bord de la plage, c'est idéal.

C'est exactement ce que je me dis tous les ans aussi.
Du coup, il est possible que j'achète ça, même si ça m'a pas l'air dingue :

Image

Et moi qui aurais rêvé de lire 22/11/63 cet été en poche...je vais encore devoir attendre, puisque c'est prévu pour début octobre seulement.

Avatar de l’utilisateur
Johnny Doe
Producteur
Messages : 8897
Inscription : 13 mai 03, 19:59

Re: Stephen King

Messagepar Johnny Doe » 4 août 14, 16:33

Ratatouille a écrit :Et moi qui aurais rêvé de lire 22/11/63 cet été en poche...je vais encore devoir attendre, puisque c'est prévu pour début octobre seulement.


C'est celui que j'aurais aimé trouvé aussi, un des rare King qui me fasse envie ces dernières années. Chope-le en anglais, on le trouve pour 10€ sur Amazon (je viens de jeter un œil). J'ai encore 2-3 King en français dans ma bibliothèque que je n'ai pas lu, mais je pense que les prochains, je vais tous les prendre en vo, le style est beaucoup plus digeste. Surtout que c'est très accessible.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.

Avatar de l’utilisateur
hellrick
Mogul
Messages : 11674
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle
Contact :

Re: Stephen King

Messagepar hellrick » 4 août 14, 16:42

Ratatouille a écrit :Du coup, il est possible que j'achète ça, même si ça m'a pas l'air dingue :
Image


Si c'est très bien, pour moi King est à son meilleur dans ce genre de longues nouvelles entre drame, horreur, polar, fantastique, etc. C'est vraiment du King efficace et dégraissé loin de ses pavés souvent trop long.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 39648
Inscription : 14 avr. 03, 11:21
Contact :

Re: Stephen King

Messagepar Flol » 5 août 14, 12:22

Ben pour moi, c'est clair : le seul auteur dont j'aime les nouvelles, c'est King.
Merci pour ton avis, je risque de l'acheter dès cet aprem.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 39648
Inscription : 14 avr. 03, 11:21
Contact :

Re: Stephen King

Messagepar Flol » 5 août 14, 12:27

Johnny Doe a écrit :
Ratatouille a écrit :Et moi qui aurais rêvé de lire 22/11/63 cet été en poche...je vais encore devoir attendre, puisque c'est prévu pour début octobre seulement.


C'est celui que j'aurais aimé trouvé aussi, un des rare King qui me fasse envie ces dernières années. Chope-le en anglais, on le trouve pour 10€ sur Amazon (je viens de jeter un œil). J'ai encore 2-3 King en français dans ma bibliothèque que je n'ai pas lu, mais je pense que les prochains, je vais tous les prendre en vo, le style est beaucoup plus digeste. Surtout que c'est très accessible.

Je pense pourtant plutôt bien parler anglais, mais j'avais eu un peu de mal à la lecture en VO de Carrie (alors que celui-là, je le connais très bien en VF) et Cell.
Pour une 1ère lecture, j'ai toujours préféré opter pour la VF ; même si, bien évidemment, rien ne vaut la langue originale pour apprécier au mieux l'écriture.

Avatar de l’utilisateur
Johnny Doe
Producteur
Messages : 8897
Inscription : 13 mai 03, 19:59

Re: Stephen King

Messagepar Johnny Doe » 5 août 14, 12:50

Ratatouille a écrit :Je pense pourtant plutôt bien parler anglais, mais j'avais eu un peu de mal à la lecture en VO de Carrie (alors que celui-là, je le connais très bien en VF) et Cell.
Pour une 1ère lecture, j'ai toujours préféré opter pour la VF ; même si, bien évidemment, rien ne vaut la langue originale pour apprécier au mieux l'écriture.


Perso j'ai pas un niveau dingue et pour avoir lu quelques trucs en VO (Ellis, R. R. Martin, Ketchum, Salinger) King fait partie (en tout cas son Dr. Sleep) des plus simple. Fais ce que je fais souvent dans l'hésitation au pire : va lire les quelques premières pages sur le "Look inside" de amazon, ça donne déjà une bonne idée de la difficulté générale du bouquin. Après je comprends que pour la 1ère lecture, ce soit plus sûr d'assurer le coup avec la VF.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Cadreur
Messages : 4389
Inscription : 13 déc. 07, 19:24
Contact :

Re: Stephen King

Messagepar nobody smith » 10 janv. 15, 11:03

Image

Jessie est un King qui m’intriguait depuis un certain temps. Cette curiosité nait avant tout du concept du roman, l’intrigue se concentrant quasi-entièrement sur une femme menottée à un lit. Un sacré défi à relever et malheureusement, je ne trouve pas que King en tire toujours le meilleur partie. De la situation, il arrive bien à tirer de beaux moments d'intensité. Mais il y a surtout cette virtuosité dès qu’il s’agit de pénétrer l’esprit d’un protagoniste. Sauf que dans le cas présent, ça fleure bon l’astuce facile. Tout le concept des voix intérieures s’apparente à une manière aisée de s’insinuer dans ses pensées et de dépeindre sa psychologie. Je ne sais pas si c’est l’âge qui fait ça mais j’ai également bien du mal face à la tournure que donne King à son histoire entre l’insistance à relier le récit avec Dolores Claiborne et l’apparition grotesque de l’intrus (lorsqu’il se met à l’appeler ça, faut le prendre comme une blague ?). Je crois que King aurait gagné à diriger le livre vers une relative brièveté tel qu’il le fera quelques années plus tard avec l’excellent La Petite Fille Qui Aimait Tom Gordon. En l’état, le roman n’est pas mauvais et se laisse lire avec plaisir mais il y avait quelques chose de tellement plus audacieux à faire.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
Johnny Doe
Producteur
Messages : 8897
Inscription : 13 mai 03, 19:59

Re: Stephen King

Messagepar Johnny Doe » 8 avr. 15, 08:42

En week-end à Pragues j'ai acheté sur place 11.22.63, son roman sur Kennedy, vu qu'on avait 11h de route devant nous pour rentrer. Je l'ai entamé, j'en suis à un peu moins de 200 pages (j'avance moins vite en anglais) et comme souvent chez les pavé du monsieur, ça met un peu de temps à démarrer. On sent vraiment un trop plein dans la mise en place de King, qui a tendance à gonfler des passages un peu anodin, par pur plaisir d'en rajouter. Et en même temps, passé les 50 premières pages qui paraissent un peu laborieuses, le talent de storytelling du maître prends gentiment le dessus. Et là, je n'ai qu'une envie, m'y remettre.

King est vraiment un des maître du page turner, pratiquement à chaque fois que je commence un des ces bouquins, je sens les scories, les gros sabots, les trucs qui me gonflent un peu et je me dis que malgré tout l'estime que j'ai pour l'écrivain, cette fois ça ne fonctionnera pas. Et puis en quelques page, ça devient addictif. Ici, dès l'arrivée à Derry (même si d'autres passages avant ça, notamment les dialogues entre Jake et Al, m'ont bien emballés), avec ses références à Ca (peut-être mon plus gros trauma littéraire), cette ambiance proche du fantastique, ce sentiment d'horreur qui recouvre la bourgade, le livre décolle carrément.

Comme toujours je redoute la dernière partie du livre, parce que King et les finales, c'est pas toujours ça. Surtout qu'ici, sur le papier, c'est sacrément bandant, s'intéresser à un événement aussi fascinant (du moins pour moi) que l'assassinat de Kennedy, ça peut être vraiment passionnant. Je tique juste (beaucoup) sur la représentation, jusqu'ici, d'Oswald comme seul tueur, et des autres théories comme de "simples" théories. puisque j'ai lu une bonne partie du bouquin de Garisson et que ça fait des années que c'est un sujet qui passionne.

Mais pour le moment, beaucoup de plaisir.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.

Avatar de l’utilisateur
bronski
Touchez pas au grisbi
Messages : 17400
Inscription : 23 févr. 05, 19:05
Localisation : location

Re: Stephen King

Messagepar bronski » 8 avr. 15, 14:56

Johnny Doe a écrit :Comme toujours je redoute la dernière partie du livre, parce que King et les finales, c'est pas toujours ça.


Oui j'avais bien aimé Bazaar, par exemple, mais j'avais décroché aux 200 dernières pages parce que ça devenait n'importe quoi. Je me le referai un jour, parce que c'est un bon livre quand même.

Avatar de l’utilisateur
jay
Doublure lumière
Messages : 450
Inscription : 1 févr. 05, 00:36

Re: Stephen King

Messagepar jay » 15 avr. 15, 22:41

Johnny Doe a écrit :
Comme toujours je redoute la dernière partie du livre, parce que King et les finales, c'est pas toujours ça. Surtout qu'ici, sur le papier, c'est sacrément bandant, s'intéresser à un événement aussi fascinant (du moins pour moi) que l'assassinat de Kennedy, ça peut être vraiment passionnant. Je tique juste (beaucoup) sur la représentation, jusqu'ici, d'Oswald comme seul tueur, et des autres théories comme de "simples" théories. puisque j'ai lu une bonne partie du bouquin de Garisson et que ça fait des années que c'est un sujet qui passionne.


Pour moi cette part de l'histoire retombe vite comme un soufflet. Ce n'est clairement pas le plus intéressant. Au bout d'un moment tout ce qui concernait l'observation d'Oswald (pures spéculations assez décevantes) a commencé à me gonfler, et j'étais bien plus intéressé (comme King?) par la description de l'époque et l'histoire d'amour impossible avec Sadie. Un King un peu décevant compte tenu de son sujet, mais j'aime beaucoup son écriture et digressions, donc je marche quand même à chaque fois. Comme toi j'aime aussi les multiples connections entre ses romans, comme les allusions à ça, même s'il s'agit finalement ici d'un clin d’œil long et appuyé mais finalement assez anodin.
Image