Cinema et Musique - Carl W. Stalling

Rubrique consacrée aux contributions et aux discussions relatives aux Quinzaines Thématiques

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 21752
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Cinema et Musique - Carl W. Stalling

Messagepar cinephage » 11 mars 09, 22:52

Carl Stalling (1891-1972) est un compositeur dont les oeuvres sont pour ainsi dire connues de tous les forumeurs, alors que son nom ne l'est pas forcément.

Né le 10 novembre 1891 à Lexington, Missouri, le jeune Carl apprend le piano à 6 ans. A 12 ans, il est le principal accompagnateur musical du cinéma local (muet, of course). Grandissant en talent et en renommée, il dirige autour de ses vingt ans son propre orchestre orchestre, et joue les accompagnateurs du fameux Isis Movie Theater, la plus prestigieuse salle de cinéma de Kansas City. C'est là qu'il rencontre un jeune producteur local, un certain Walt Disney, producteur de courts films d'animation.

Il compose alors quelques bandes accompagnant des cartoons de Disney (Plane Crazy, Gallopin' Gaucho), avant de lui proposer un autre concept : des cartoons qui partiraient de la bande sonore, déjà composée, et dont on demanderait aux animateurs de trouver l'illustration graphique. Il en résulte une série de dessins animés qui connaîtront le succès, les Silly Symphonies. Développant des techniques (les bar sheets) permettant au compositeur de travailler sur un cartoon en même temps que les animateurs, Stalling finira par se trouver à l'étroit chez Disney. Profitant du départ de l'animateur (de génie AMHA) Ub Iwerks, Stalling suit ce dernier en Californie, tout en continuant à composer en freelance pour Disney et d'autres.

Image

La seconde rencontre décisive de la carrière de Stalling se fait en 1936, lorsque Leon Schlesinger, producteur de la maison Warner, l'embauche à plein temps pour composer des bandes musicales pour les films d'animation dont il a la charge (les fameux Looney Tunes). Jouissant du droit de puiser dans l'immense catalogue Warner (et de faire jouer les musiciens sous contrats affiliés au studio, là aussi un immense vivier), Stalling composera alors en moyenne une bande son par semaine, chaque semaine, pendant vingt-deux ans.

Travaillant avec tous les grands animateurs du studio, Chuck Jones, Bob Clampett, Tex Avery, Fritz Freleng, Robert Mc Kimson, entre autres, Carl Stalling a pour ainsi dire inventé la plupart des règles régissant l'illustration musicale des dessins animés. La spécialité de Stalling, dans laquelle il est passé maître, c'est l'arrangement très rapide entre différents morceaux préexistants. Un travail assez complexe à mettre en oeuvre, pour lequel il développa une technique particulière, à partir d'un métronome utilisé comme point de repère (la click track, une de ses inventions, est une technique encore actuellement utilisée pour synchroniser image et musique).

Ses oeuvres illustrent parfaitement l'action, et il suffit d'écouter un Looney Tunes sans l'image pour se rendre combien la musique, même seule, permet de deviner quasiment tout ce qui se passe à l'écran. Stalling se faisait un plaisir de réarranger des morceaux dont les titres collaient particulièrement bien aux situation, ce qu'il appelait des « blagues musicales », que seul la partie la plus experte du publique était à même d'apprécier. Par exemple, qu'une jolie femme déploie ses charmes, et voici que retentit le thème de You Must Have Been a Beautiful Baby (Harry Warren). Un personnage saoul titubait forcément sur un thème tiré de How dry I am (Irving Berlin). Un réveil se fait forcément sur Au matin, air classique de Grieg. Toute allusion à l'ouest américain, ou toute sortie de champs rapide s'accompagne de California, Here I come (Buddy da Silva), par exemple dans Hair-raising Hare (Chuck Jones, 1946).

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image


Bref, ce recours systématique à un titre qui colle, non seulement thématiquement, mais aussi contient un titre collant à la situation illustrée (encore un exemple, le titre Am I blue pour un personnage qui a froid) est une vraie marque de fabrique, quitte parfois à irriter certains réalisateurs qui s'accommodent mal du procédé, à force de le voir systématiquement employé. Pourtant, jouissant d'un véritable orchestre pour accompagner ses films, puisant dans une bibliothèque musicale vaste et riche (Raymond Scott sera une des sources majeures de Stalling), Stalling reste aujourd'hui comme le principal point de contact entre les plus jeunes et la musique classique ou du fonds culturel américain du vingtième siècle, et aura su arranger et réarranger les thèmes musicaux de la plus efficace des manières.

Je ne saurais trop recommander aux curieux les deux disques The Carl Stalling Project (disponibles, par exemple, sur Amazon), qui permettent de se rendre compte du talent du monsieur et se prêtent assez bien à l'écoute.

Image

Par ailleurs, en amateur de cartoons, je recommanderais également à tout un chacun de visionner (et d'écouter) sans plus attendre What's Opera, doc (Chuck Jones, 1957), The Rabbit of Seville (Chuck Jones, 1950), One Froggy Evening (Chuck Jones, 1955) ou Rhapsody Rabbit (Fritz Freleng, 1946).

Image
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9047
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Cinema et musique - Carl W. Stalling

Messagepar julien » 12 mars 09, 15:25

En voila une biographie qu'elle est intéressante ! J'ai jamais eu l'occasion de m'intéresser de près au travail de ce compositeur et là pour le coup ça me donne bien envie. Je sais qu'il est très apprécié de Gabriel Yared qui le considère - lui et Scott Bradley comme des génies, surtout au niveau de l'orchestration musicale. Et c'est vrai que l'on trouve énormément de richesse musicale dans ces petits films d'animations, en particulier au niveau rythmique. J'avais même entendu une fois John Adams déclaré s'en être inspiré. Il était en train de composer la Chamber Symphony et à côté son fils regardait des cartoons à la télévision. Du coup son écriture s'en est trouvé influencé. L'un des mouvements - RoadRunner est d'ailleurs une référence à Bip Bip et le Coyote de Chuck Jones.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 8406
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: Cinema et musique - Carl W. Stalling

Messagepar odelay » 12 mars 09, 17:28

C'est marrant, car en ce moment, je suis en train de me faire une énorme tripoté de LOONEY TUNES et autres MERRY MELODIES et donc j'ai très souvent l'occasion d'entendre le travail de Carl W. Stalling. C'est sûr c'est la quintessence du Mickey Mousing et donc faut aimer, mais une chose est certaine, c'est qu'il contribue énormément au rythme et surtout à la réussite de ces courts métrages et leur donne toujours une thématique musicale forte (en plongeant qq fois dans le répertoire populaire comme pour le thème de Charlie le coq).