Inferno (Dario Argento - 1980)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Addis-Abeba
Mouais
Messages : 11559
Inscription : 12 nov. 04, 23:38
Localisation : Chocolatine

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Addis-Abeba » 17 déc. 10, 13:34

Colqhoun a écrit :
Addis-Abeba a écrit :C'est vrai aussi, du moins jusqu'à Opéra, avant aucune limite pour moi, ça reste un maître.

tout à fait pareil pour moi.
Et j'incluerais encore Le Syndrome de Stendhal. C'est casse-gueule, tout n'est pas réussi, mais y a de grosses fulgurances.

Oui pareil Colqhoun, inégal ce Syndrome de Stendhal, mais y on retrouve souvent la "patte" d'Argento, et Jenifer aussi m'a bien plus, ça me fait penser que je n'ai toujours pas vu J'aurai leur peau :?
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Finalement le gouvernement aura filé plus de PV que de masques..."

mannhunter
Laspalès
Messages : 15662
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar mannhunter » 17 déc. 10, 13:44

Addis-Abeba a écrit :
Colqhoun a écrit :
Je crois qu'à l'exception de manhunter qui lui pardonne à peu près tout

C'est vrai :mrgreen:

mouais... :)

ballantrae
Accessoiriste
Messages : 1854
Inscription : 7 déc. 10, 23:05

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar ballantrae » 17 déc. 10, 20:26

A manhunter:
Désolé de te décevoir mais je ne connais aucun des blogueurs que tu cites (ou alors à mon insu mais ça m'étonnerait) et je ne pense pas à moins avoir un autre pseudo (mais tu me jettes dans des affres terribles: suis-je un héritier de la petite Regan?).
A quelques autres:
Je n'ai jamais dit qu'Argento était dénué de talent (j'aime bien L'oiseau au plumage de cristal et trouve magnifiques Suspiria ou Profondo rosso, par ailleurs je décèle ici et là de bons moments un peu isolés... cela peut arriver à nombre de cinéastes de susciter un accueil mitigé où on a envie de détacher deux ou trois films + des moments d'autres).
Désolé de ne pas utiliser assez de modalisateurs mais je crois qu'on crève d'en user opour tout et pour rien: affirmer de manière un peu péremptoire un avis peut faire partie du jeu de la cinéphilie, non?
Quant au phagocytage de nos classiques du fantastique par une critique mainstream plus ou moins branchouille, il suffit de lire d'une fesse distraite tel numéro des inrocks, des cahiers ou telle notule du monde ou de libé pour se rendre compte que le temps où argento ou romero ou carpenter étaient l'apanage de vrais dingos de ciné fantastique est bel et bien révolu (Argento dans les 90', romero fin des 80', Carpenter idem). Pourquoi pas à condition que ce ne soit pas pour les embaumer! Cela me fait penser à la muséification du Surréalisme, à la panthéonisation de Sade.
Quant à mes comparaisons avec un listing de mégalos, n'y voyez rien d'autre qu'un "truc" facile écrit dans le feu de l'action et non une esquisse d'argument...
Je sais bien que personne ne se met en colère mais les réactions à chaud font plaisir à lire par nos temps tièdes, c'était là le fond de ma pensée, pas une critique!!!!!

Burnett
Sévèrement
Messages : 935
Inscription : 11 mars 07, 12:46

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Burnett » 17 déc. 10, 20:31

j'ai rien compris ! :|

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43982
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Flol » 18 déc. 10, 16:43

ballantrae a écrit :Désolé de ne pas utiliser assez de modalisateurs mais je crois qu'on crève d'en user opour tout et pour rien: affirmer de manière un peu péremptoire un avis peut faire partie du jeu de la cinéphilie, non?

Tout à fait. Mais tu t'excites pas un peu tout seul, là ?

ballantrae a écrit :Quant au phagocytage de nos classiques du fantastique par une critique mainstream plus ou moins branchouille, il suffit de lire d'une fesse distraite tel numéro des inrocks, des cahiers ou telle notule du monde ou de libé pour se rendre compte que le temps où argento ou romero ou carpenter étaient l'apanage de vrais dingos de ciné fantastique est bel et bien révolu (Argento dans les 90', romero fin des 80', Carpenter idem).

Oui. Et ?
Et je ne vois pas non plus de quel phagocytage tu veux parler. Argento rentre à la Cinémathèque ? Tant mieux pour lui ! Qu'est-ce que cela peut bien changer vis-à-vis de notre appréhension de son oeuvre, à nous, "véritables" fans de cinéma de genre ?...

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Colqhoun » 19 déc. 10, 01:32

ballantrae a écrit :Je sais bien que personne ne se met en colère mais les réactions à chaud font plaisir à lire par nos temps tièdes, c'était là le fond de ma pensée, pas une critique!!!!!

Je ne comprends strictement rien à tes "motivations".
"Give me all the bacon and eggs you have."

ballantrae
Accessoiriste
Messages : 1854
Inscription : 7 déc. 10, 23:05

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar ballantrae » 19 déc. 10, 23:41

Pas de soucis...laissez tomber!
En un mot puisque le message manquait de clarté: je trouve que les réactions de ce site peuvent parfois trancher fort heureusement avec une sorte de sirop lénifiant qu'on peut trouver un peu partout.
Le fait que des réactions tranchées( avec parfois une once de mauvaise foi, n'est ce pas Manhunter?) change agréablement du consensus habituel!
Mes élucubrations s'arrêteront là , n'ayez crainte car je crois avoir dit ce que je pensais d'inferno et le mieux est toujours de laisser parler ceux qui ont envie de défendre une oeuvre...

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Monteur
Messages : 4604
Inscription : 13 déc. 07, 19:24

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar nobody smith » 19 févr. 11, 12:14

Dernier film à voir de ma petite rétrospective Argento du mois. Malgré les difficultés que j’ai eu avec suspiria, j’étais assez enthousiaste à l’idée de découvrir un inferno. Sans surprise, le film tient effectivement beaucoup à son visuel. C’est un éblouissement de tous les instants. Les décors élaborés sont magnifiques, la photographie avec ses jeux de couleurs sont sublimes, la mise en scène en jettent plein la gueule et certains plans sont complètement incroyables (l’apparition de la mort :shock: ). Toutefois, le rejet de l’écriture par Argento revendiqué haut et fort par certains ne m’apparaît pas si catégorique au regard de l’évolution du film. Suspiria mettait en scène un personnage principal qui est appelé à mener son enquête sur certains évènements. Cela devrait logiquement donner une intrigue linéaire qui ne convient aucunement à Argento. Dans inferno, on a au contraire plusieurs personnages qui mènent la danse. Chaque personnage amasse des informations et refile le bébé à quelqu’un d’autre qui est chargé de poursuivre l’intrigue. Cela donne une sorte de structure narrative avec une spirale en pointillé où au fil de l’avancée des personnages, on sent qu’on approche du centre du mystère bien que ceux-ci n’en aient qu’une vision fragmentaire. Cela offre d’ailleurs la certaine originalité d’un personnage principal qui traverse l’histoire sans en comprendre un traître mot. Dommage que la structure intriguante dans la première moitié s’essoufle dans la deuxième. Il faut dire que les défauts finissent par s’agglutiner entre un acteur principal qui est une vraie loque (c’est censé aidé le personnage mais c’est juste insupportable), une musique merdique (le classique ça va mais la composition originale est horrible et le sympathique thème est utilisé n’importe comment) et quelques scènes ratées (l’attaque des chats absolument pas convaincante là où celle des rats est franchement éprouvante). L’expérience demeure néanmoins très attachante et à le mérite de m’avoir donné envi de rejeter un œil à suspiria.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9769
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Gounou » 19 févr. 11, 16:59

Moi je l'aime bien la B.O. de Keith Emerson... en plus, elle m'a permis de découvrir un sympathique groupe de rock progressif dont j'ignorais l'existence :P
Image

Avatar de l’utilisateur
7swans
Nuits de Sheen...
Messages : 7362
Inscription : 17 févr. 06, 18:50

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar 7swans » 19 févr. 11, 17:50

Gounou a écrit :Moi je l'aime bien la B.O. de Keith Emerson... en plus, elle m'a permis de découvrir un sympathique groupe de rock progressif dont j'ignorais l'existence :P

Tu ne connaissais pas Emerson, Lake and Palmer ? :shock:
J'aime particulièrement leur relecture de l'œuvre de Moussorgski, Pictures at an Exhibition.
ça devrait te plaire...

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9769
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Gounou » 19 févr. 11, 22:49

7swans a écrit :
Gounou a écrit :Moi je l'aime bien la B.O. de Keith Emerson... en plus, elle m'a permis de découvrir un sympathique groupe de rock progressif dont j'ignorais l'existence :P

Tu ne connaissais pas Emerson, Lake and Palmer ? :shock:
J'aime particulièrement leur relecture de l'œuvre de Moussorgski, Pictures at an Exhibition.
ça devrait te plaire...

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Si j'en avais entendu parler, en tout cas je n'avais pas enregistré... j'ai des lacunes même dans ce que je suis disposé à apprécier ! :wink:
D'un côté ça me rassure pour mes futures découvertes... (merci pour le conseil)
Image

Count Dooku
Electro
Messages : 758
Inscription : 28 avr. 10, 15:16
Localisation : Belgique

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Count Dooku » 7 mars 11, 00:10

J'ai enfin vu ce Inferno (merci la promo 50% sur la boutique Wild Side) et je dois dire que le film m'a laissé une impression pour le moins mitigée. J'avais beaucoup aimé Suspiria, un film qui, s'il n'est pas réellement effrayant, témoigne en tout cas d'une totale maîtrise formelle et d'un réel talent pour distiller une ambiance sinon inquiétante, au moins envoutante. Dans cet Inferno, rien de tout ça, le film m'a semblé un assemblage peu harmonieux de séquences certes très réussies d'un point de vue purement esthétique, mais manquant cruellement de substance et d'intensité, ce qui fait que l'expérience m'a paru quelque peu vaine.
Concrètement, je crois que ce qui m'a le plus gêné dans ce film, ce sont ses carences sur le plan narratif. L'intrigue est totalement laissée au second plan, et les personnages sont livrés à eux-même, de sorte que je ne me suis absolument pas attaché à eux (d'autant plus que l'acteur principal est assez mauvais, avec ses vilaines moustaches il m'a rappelé le "héros" de Prince des ténèbres de Carpenter...). C'était totalement différent dans Suspiria, où on suivait Jessica Harper et on découvrait avec elle les mystères entourant l'école, de fait le spectateur se sentait davantage impliqué que dans Inferno, où les personnages et les situations s'enchaînent à une telle vitesse qu'on n'a pas le temps de s'intéresser à eux, ni à la progression de l'intrigue (qui est somme toute bien mince).
Reste l'esthétisme, avec une très belle photographie faisant la part belle aux tons rosés et bleutés (quelques très beaux plans, comme ceux de l'immeuble), ainsi que certaines scènes assez réussies (la scène sous l'eau, celle de l'auditoire, ou l'attaque des rats -même si j'ai pas compris pourquoi le mec de la friterie vient buter le vieux). En revanche, certaines passages m'ont dérangé par leur côté kitsch, genre le couteau dans la gorge, ou l'attaque des chats assez ridicule. Et puis le masque de la Mort fait vraiment toc, et ruine complètement la scène.

Enfin voilà, j'ai été franchement déçu par ce film, qui est bien loin du niveau de Suspiria. Je vais maintenant tenter Ténèbres, l'autre BR Argento que j'ai acheté récemment grâce à la promo (les autres de la vague Wild Side, je les avais déjà). En espérant que le bilan sera plus positif cette fois (mais il y a de fortes chances, étant donné que j'avais bien aimé ses giallo des '70).

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Jericho » 7 mars 11, 12:05

Tout pareil que toi en fait (je me retrouve beaucoup dans tes arguments), grosse déception pour un film qui a de très bons échos. Et évidemment le comparer avec Suspiria, lui fait excessivement mal.
Image

Burnett
Sévèrement
Messages : 935
Inscription : 11 mars 07, 12:46

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar Burnett » 7 mars 11, 12:22

C'est étrange parce que j'ai revu les 2 films en novembre derniers et j'ai préféré Inferno à Suspiria ! Comme quoi, les gouts et les couleurs ! :wink:

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: Inferno (Dario Argento - 1980)

Messagepar jacques 2 » 7 mars 11, 12:44

Count Dooku a écrit :Concrètement, je crois que ce qui m'a le plus gêné dans ce film, ce sont ses carences sur le plan narratif. L'intrigue est totalement laissée au second plan, et les personnages sont livrés à eux-même, de sorte que je ne me suis absolument pas attaché à eux

Cela se comprend mais le narratif n'a jamais été le point fort d'Argento et ce particulièrement dans "Inferno" qui est une sorte de trip esthétique et un enchaînement de scènes purement gratuites (la pièce sous eau est un grand moment, je trouve) et sans suite réellement logique ...
Je préfère "Suspiria" mais "Inferno" me plaît également même pour sa musique très controversée également ... :wink: