Bertrand Tavernier

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19363
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Nestor Almendros » 9 mai 11, 16:02

UN DIMANCHE A LA CAMPAGNE (1984)

Très belle redécouverte de ce Tavernier qui ne m’avait jamais spécialement intéressé et qui m’a, l’âge aidant certainement, beaucoup plus parlé cette fois-ci.

Il se dégage de ce film touchant une tristesse sourde, une sorte de nostalgie. Pas forcément pour l’époque ou le cadre de l’histoire (grande maison de famille bourgeoise, au début du 20e siècle) mais pour cette empathie réussie envers ce vieil homme presque arrivé au bout de sa vie et qui, loin de faire un bilan rétrospectif, préfère oublier les éventuelles dissensions et aller de l’avant, éprouver son cœur et sa tête par tout ce qui est à sa portée, profiter de son entourage, de ses enfants, de la beauté de toute chose.
Si la mort plane plus ou moins de façon indéfinissable il est surtout question de la vie, de ce qu’on en fait, des joies, des peines et beaucoup de la famille. Ce noyau dur de l’existence des hommes permet de nuancer le personnage de Mr l’Admiral en établissant des contrastes avec ceux qui l’entourent. Lui qui est si plein de vitalité, se retrouve dans une fille aussi dynamique, moins dans un fils coincé, rempli de regrets, arborant un rang qu’il peine à incarner. Toutes ces relations d’intensité inégales (on pourrait ajouter la bru ou Mercedes la domestique) donnent aux personnages (parfaitement interprétés) et à l’histoire une profondeur subtile.
Je retiendrai la délicatesse du récit pour illustrer ces réflexions, l’utilisation très habile des personnages et surtout de leurs relations les uns avec les autres qui enrichissent considérablement le propos en élargissant les thématiques. Cette réunion des générations accentue les questionnements du vieil homme, son trouble face à un corps qui décline alors que le mental est encore tonique. L’impuissance du personnage dans cette lutte inégale, irréversible, universelle, ses rêves de passé, de jeunesse sont assez bien rendues. Le film sait aussi garder un certain mystère, notamment avec ces jeunes filles qui courent dans son jardin : entre anges prémonitoires et figure de vie innoncente qui vient hanter les derniers mois d’une existence.
Tavernier saisit l’instant, par une mise en scène douce, coulante, pour peindre derrière l’apparence presque anodine de ce tableau familial des tourments existentiels forts et poignants, en même temps qu’il donne à son œuvre, souvent par les choix de décors (jardins, guinguette), un sentiment pictural proche de celui des impressionnistes contemporains de l’histoire. C’est aussi un peu l’originalité du film en même temps que sa force : aborder des sujets graves (comme la mort) d’une manière apaisée et mélancolique.

Il y a une qualité d’écriture incontestable, notamment dans les dialogues. Tavernier adapte un roman de son ami (et illustre scénariste) Pierre Bost en se permettant en de très rares occasions de revenir au texte original, lu par le réalisateur lui-même qui se fond alors dans la peau d’un narrateur ponctuel. Si l’usage de la voix off est parfois maladroite au cinéma je pense que Tavernier a volontairement inclus ces extraits autant pour la beauté d’idées difficilement transposables que pour le style de l’écriture, magnifique de justesse et de poésie. Le livre doit être sacrément agréable à lire…

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85719
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Jeremy Fox » 9 mai 11, 16:21

Et puis l'utilisation de la sublime musique de chambre de Gabriel Fauré finit de rendre ce film constamment admirable.

Avatar de l’utilisateur
Tom Peeping
Assistant opérateur
Messages : 2290
Inscription : 10 mai 03, 10:20

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Tom Peeping » 22 juin 11, 08:51

Sur le DVD Blog de Tavernier, ce commentaire qui m'a bien fait rire d'une certaine Mélanie sur son entrée du 17 juin. J'aime surtout le passage sur "le visage".

"Bonjour M. Tavernier,
Je me permet de vous écrire via ce blog car je ne peux vous envoyer de message sur Facebook. Je vous ai demandé en « ami » sur ce site suite à notre « rencontre » vendredi soir,à l’heure de votre sandwich…(Rui Nogueira nous a présenté brièvement juste avant la séance de « Trafic en haute mer »).
Avant tout sachez que je ne suis pas actrice, et que je n’envisage pas de l’être, et que par conséquent je n’essaie en aucun cas de ma « placer » vis à vis de vous.
Je suis avant tout une amoureuse de l’Art, et du Cinématographe en particulier.
Rui Nogueira m’a dit que vous étiez très érudit en la matière, et très bon créateur également(mais ça je le sais déja),c’est pourquoi je me suis permise de vous inviter afin d’accéder à votre mur et au fil de discussion, qui sont pour moi riche en découvertes.
Je connaissais bien sûr votre nom mais votre visage m’était inconnu jusqu’à maintenant…Et je dois vous avouer qu’il « m’intéresse »!! Pour tout vous dire, enfin pour vous en dire un peu plus sur moi, je suis peintre et je m’intéresse particulièrement aux visages et aux regards. Aux « gueules » comme on dit ! Mais pas seulement, je veux capter la fragilité, le gouffre, le vide…La torpeur, l’épuisement, la mélancolie…La flamme qui tremble encore malgré les désillusions qui ont pourri petit à petit la vie d’un homme…
Bref, en un mot, sachez que je serai honoré de pouvoir faire votre portrait !
J’ai vu que « seuls les messages ayant attrait aux DVD seront publier » donc je sais que ce message vous le lirez mais vous ne le publierez pas. J’espère ne pas vous avoir importuné et que nous auront un jour l’opportunité d’échanger, virtuellement, réellement ou par l’intermédiaire de notre art respectif…
Vous avez mon mail, et mon facebook!
Très cordialement,
Mélanie"
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14734
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Père Jules » 22 juin 11, 10:08

La flamme qui tremble encore malgré les désillusions qui ont pourri petit à petit la vie d’un homme…


Ça fera plaisir à Tatav :uhuh:

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar riqueuniee » 22 juin 11, 11:19

Mais comment cette Mélanie pouvait ignorer le visage de Tavernier ?
Pour en revenir à ce Dimanche à la campagne, j'aime beaucoup ce film, chronique d'une journée à la campagne (ben voyons...). Images superbes, interprétation qui l'est tout autant. Il semble ne rien se passer dans ce film, ou plutôt des micro-événements, mais il y est dit des choses essentielles, notamment en effet sur la vie, la mort, etc...
A noter que c'est une des rares apparitions ciné de Louis Ducreux (homme de théâtre) et que le film est adapté d'un roman de Pierre Bost (le collaborateur de Jean Aurenche), Monsieur Ladmiral va bientôt mourir

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85719
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Jeremy Fox » 22 juin 11, 11:35

riqueuniee a écrit :Mais comment cette Mélanie pouvait ignorer le visage de Tavernier ?
Pour en revenir à ce Dimanche à la campagne, j'aime beaucoup ce film, chronique d'une journée à la campagne (ben voyons...). Images superbes, interprétation qui l'est tout autant. Il semble ne rien se passer dans ce film, ou plutôt des micro-événements, mais il y est dit des choses essentielles, notamment en effet sur la vie, la mort, etc...
A noter que c'est une des rares apparitions ciné de Louis Ducreux (homme de théâtre) et que le film est adapté d'un roman de Pierre Bost (le collaborateur de Jean Aurenche), Monsieur Ladmiral va bientôt mourir


... et que la musique que l'on entend les 3/4 du temps est tirée de la musique de chambre de Gabriel Fauré, autant dire un des sommets de la musique classique française "impressioniste".

J'ai du déjà le dire 136 fois mais ce film est pour moi l'un des plus beaux du monde, le seul film qui m'ait procuré les mêmes sensations que la lecture de l'oeuvre de Proust. Peut-être (avec 2 ou 3 autres titres) mon plus gros choc émotionnel en salles de cinéma. Choc est un peu fort vu le ton du film mais je ne trouve pas d'autres mots sur le moment.

ballantrae
Accessoiriste
Messages : 1832
Inscription : 7 déc. 10, 23:05

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar ballantrae » 22 juin 11, 14:59

Cher Jeremy,
Tout ce que tu dis sur la dimension proustienne de Un dimanche à la campagne est juste même si je pense que le film le plus éminemment proustien dans sa construction demeure Il était une fois en Amérique mais Tavernier et Bost ont opté non pour une équivalence de l'architecture globale mais plutôt pour ce côté ineffable du temps qui s'écoule: c'est une miniature comme la deuxième partie de du côté dechez Swann qui renverrait vers l'ensemble, par métonymie.
Note en passant, Tavernier parlait à un moment de sa source westernienne ( Delmer Daves pour être plus précis) pour des scènes de La princesse de Montpensier. qu'en penses-tu? Je sentais des souvenirs westerniens mais pensais plutôt à Walsh. Je m'adresse donc au maître es western que tu es pour en savoir plus.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85719
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Jeremy Fox » 22 juin 11, 15:02

ballantrae a écrit :Note en passant, Tavernier parlait à un moment de sa source westernienne ( Delmer Daves pour être plus précis) pour des scènes de La princesse de Montpensier. qu'en penses-tu? Je sentais des souvenirs westerniens mais pensais plutôt à Walsh.


Ca tombe bien, j'ai découvert La princesse de Montpensier justement cette semaine.

Ca tombe mal ; je n'ai pensé à aucun moment ni à Daves ni à Walsh pas plus qu'à des influences westerniennes.
A revoir à l'occasion mais ça ne m'a pas effleuré l'esprit en tout cas. :wink:

Concernant Un dimanche à la campagne et Proust, je ne pensais pas particulièrement à une thématique précise mais à l'effet que tous deux ont eu sur moi, quelquechose d'assez inexplicable en fait.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17692
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Rick Blaine » 22 juin 11, 15:18

Jeremy Fox a écrit :
ballantrae a écrit :Note en passant, Tavernier parlait à un moment de sa source westernienne ( Delmer Daves pour être plus précis) pour des scènes de La princesse de Montpensier. qu'en penses-tu? Je sentais des souvenirs westerniens mais pensais plutôt à Walsh.


Ca tombe bien, j'ai découvert La princesse de Montpensier justement cette semaine.

Ca tombe mal ; je n'ai pensé à aucun moment ni à Daves ni à Walsh pas plus qu'à des influences westerniennes.
A revoir à l'occasion mais ça ne m'a pas effleuré l'esprit en tout cas. :wink:


Je n'y ai pas vu de réelles influences westerniennes non plus. La manière de mettre en valeur le décor peut y faire penser, mais c'est vrai de tous les films de Tavernier. J'ai éventuellement pensé à Hathaway dans la manière de montrer certaines scènes de violence, mais ce n'est pas non plus spécifique au versant westernien de sa carrière.

D'ailleurs dans son commentaire, Tavernier n'évoque pas, me semble-t-il ce genre d'influence. Il se réfère plus souvent à Kurosawa par exemple, notamment pour les scènes de bataille.

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14734
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Père Jules » 22 juin 11, 15:25

C'était plus pour le talent de Walsh pour le placement des personnages qu'il y faisait référence (en tout cas c'est de cela qu'il parle au cours de sa masterclass du forum des images). Il a dit s'en être inspiré.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar riqueuniee » 22 juin 11, 15:27

Je ne vois pas non plus d'influences westerniennes dans La princesse de Montpensier. Peut-être celles, plus généralement, d'un certain cinéma hollywoodien (aventures historiques, entre autres) dans les scènes de bataille .
Pour Un dimanche à la campagne, même si l'ambiance est différente, ça me fait un peu l'effet des adaptations de Tchekhov, notamment Partition inachevée pour piano mécanique, qui raconte lui aussi une journée (ou deux) à la campagne.

ballantrae
Accessoiriste
Messages : 1832
Inscription : 7 déc. 10, 23:05

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar ballantrae » 22 juin 11, 16:48

C'était aussi sur son blog-en janvier je crois- qu'il dialoguait avec un internaute a propos de Daves...
Je n'ai pas dit que Walsh m'avait frappé comme une évidence ( "Mais bon sang , c'est du Walsh!!!") mais que je sentais une envie d'espace, un désir de capter des mouvements de cavaliers qui faisaient penser au western et que , partant de là, j'essayais de comprendre qui avait pu nourrir cela.
Parfois, sans être dans le repérage tarantinien ( les 85 références de Kill bill), on peut comprendre qu'un cinéaste/cinéphile cherche des solutions chez ses maîtres sans pour autant les copier...les plus grands peintres y compris au XXème siècle ont procédé ainsi.
Quant à kurosawa, pourquoi pas surtout lors de la deuxième bataille qui peut évoquer Les sept samourais ou tels passage de Kagemusha...mais cela ne m'a frappé lors du visionnage en salle ( mon DVD m'attend et je ne l'ai pas encore revu!).

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17692
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Rick Blaine » 22 juin 11, 16:55

ballantrae a écrit :Quant à kurosawa, pourquoi pas surtout lors de la deuxième bataille qui peut évoquer Les sept samourais ou tels passage de Kagemusha...mais cela ne m'a frappé lors du visionnage en salle ( mon DVD m'attend et je ne l'ai pas encore revu!).


Oui c'est à ce moment qu'il y fait référence. Ca ne m'avait pas frappé non plus sur le coup, mais à y réfléchir c'est assez vrai. D'ailleurs pour être exact, il dit qu'on lui a fait remarqué que ça faisait pensé à Kurosawa

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17692
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Rick Blaine » 5 juil. 11, 09:05

Ca Commence Aujourd'hui (1999)

Voilà, j'ai vu ce film dont nous avons discuté sur un autre topic il y a quelque jours, et le moins que l'on puisse dire, c'est que mes craintes étaient infondées. Jamais je n'ai trouvé que Tavernier (dont je ne partage pourtant pas à 100% les idées politiques) ne faisait dans le misérabilisme ou le militantisme (à la limite pour le courte scène de discours politique en début de film mais c'est tout). Ce film est simplement rempli d'une grande humanité et d'une grande dignité. Tavernier évoque beaucoup de problème avec une grande honnêteté, sans sombrer dans la réponse facile ou politisée.
Une partie de sa réponse, il la donne par le personnage de Philippe Torreton. Ce n'est pas une homme de discours ni de thèse, c'est un homme d'actes. Dans ce film, pour moi, Torreton n'incarne pas le véhicule d'idées, il est un grand héros classique, c'est Gary Cooper dans un Far West qui aurait changé (c'est d'ailleurs un peu vrai de ses trois rôles principaux chez Tavernier). Il agit, pour un idéal, et le film semble nous dire que c'est aussi la volonté d'hommes qui peut faire changer, dans une grande difficulté, le monde. Dans ce rôle, il va sans dire que Torreton est magistral, son naturel et son immense charisme font merveille, on ne peut que le comprendre et l'admirer.
Film dur et bouleversant, Ca commence aujourd'hui ne sombre pourtant pas dans un tire-larme simpliste. Au contraire, il y a aussi du positif dans ce film, par son magnifique final, par l'espoir que suscite de nombreux personnages, par des instants de rire aussi qui parsèment l'histoire.
Comme d'habitude la mise en scène est admirable, c'est un euphémisme chez Tavernier, et l'aspect artistique du film est dans son ensemble à la hauteur d'un film sublime, l'un des meilleurs de son auteur, ce qui n'est pas peu dire.
Dernière édition par Rick Blaine le 5 juil. 11, 09:43, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85719
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Bertrand Tavernier

Messagepar Jeremy Fox » 5 juil. 11, 09:10

Rien à rajouter si ce n'est :D