Votre film du mois de Mai 2015

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
reuno
Assistant opérateur
Messages : 2011
Inscription : 8 oct. 04, 10:25

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar reuno » 1 mai 15, 09:57

Mai 2015

Film du mois

Image

Films découverts

Mad Max: Fury Road (George Miller) 6/6
Bird People (Pascale Ferran) 5/6
Tomorrowland (Brad Bird) 5/6
Foxfire (Laurent Cantet) 5/6
Blackhat (Michel Mann) 5/6
Eliza Graves (Brad Anderson) 4/6
La rançon de la gloire (Xavier Beauvois) 4/6
Let us prey (Brian O'Malley) 4/6
Inherent Vice (Paul Thomas Anderson) 4/6
L'Affaire SK1 (Frédéric Tellier) 4/6
The Lazarus Effect (David Gelb) 4/6
Maggie (Henry Hobson) 3/6
Eden (Mia Hansen-Løve) 3/6
Good Kill (Andrew Niccol) 2/6

Films revus

Mad Max: Fury Road (George Miller) 6/6
Back to the future (Robert Zemeckis) 6/6
Ghostbusters (Ivan Reitman) 5/6
Ghostbusters II(Ivan Reitman) 4/6
Paperboy (Lee Daniels) 4/6
Dark skies (Scott Charles Stewart) 4/6


Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril 2015 : Monsters: Dark Continent (Tom Green)
Mars 2015 : Foxcatcher (Bennett Miller)
Février 2015 : It follows (David Robert Mitchell)
Janvier 2015: Jupiter Ascending (Andy & Lana Wachowski)
Décembre 2014 : The Frame (Jamin Winans)
Novembr 2014 : Berserk l'Age d'Or Partie III : L'Avent (Toshiyuki Kubooka)
Octobre 2014 : Young ones (Jake Paltrow)
Septembre 2014 : Coherence (James Ward Byrkit)
Août 2014 : The White Diamond (Werner Herzog)
Juillet 2014 : Cheap thrills (E.L. Katz)
Juin 2014 : Under the skin (Jonathan Glazer)
Mai 2014 : The Myth of The American Sleepover (David R Mitchell)
Avril 2014 : The act of killing (Joshua Oppenheimer)
Mars 2014 : Her (Spike Jonze)
Février 2014 : The Babadook (Jennifer Kent)
Janvier 2014 :Drug war (Johnnie To)
Décembre 2013 : All is lost (J. C. Chandor)
Novembre 2013 : Snowpiercer (Bong Joon Ho)
Octobre 2013 : Dark Touch (Marina de Van)
Septembre 2013 : Riddick (David Twohy)
Août 2013 : Noroi (Kôji Shiraish)
Juillet 2013 : A Field in England (Ben Wheatley)
Juin 2013 : Dans ma peau (Marina De Van)
Mai 2013 : The Grandmaster (Wong Kar Wai)
Avril 2013 : Sightseers (Ben Wheatley)
Mars 2013 : To the Wonder (Terrence Malick)
Février 2013 : Toad Road (Jason Banker)
Janvier 2013 : Cloud Atlas (Tom Tykwer, Andy Wachowski & Lana Wachowski)
Décembre 2012 : Symbol (Hitoshi Matsumoto)
November 2012 : Beasts of The Southern Wild (Benh Zeitlin)
Octobre 2012 : Kotoko (Shinya Tsukamoto)
Septembre 2012 : Himizu (Sono Sion)
Août 2012 : ParaNorman (Chris Butler)
Juillet 2012 : The Incident (Alexandre Courtès)
Juin 2012 : Les Raisins de la colère (John Ford)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson)
Avril 2012 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Mars 2012 : Bellflower (Evan Glodell)
Février 2012 : Il était une fois en Anatolie (Nuri Bilge Ceylan)
Janvier 2012 : Love (William Eubank)
Décembre 2011 : Versailles (Pierre Schoeller)
Novembre 2011 : Safe (Todd Haynes)
Octobre 2011 : Polisse (Maïwenn)
Septembre 2011 : Redline (Takeshi Koike)
Août 2011 : Cold Fish (Sono Sion)
Juillet 2011 : Memory Lane (Mikhaël Hers)
Juin 2011 : Biutiful (Alejandro González Inárritu)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Avril 2011 : Animal Kingdom (David Michôd)
Mars 2011 : Tetsuo The Bullet Man (Shinya Tsukamoto)
Février 2011 : Il était une fois dans l'Ouest (Sergio Leone)
Janvier 2011 : Ondine (Neil Jordan)
Décembre 2010 : Mishima: A Life in Four Chapters (Paul Schrader)
Novembre 2010 : L'Enigme de Kaspar Hauser (Werner Herzog)
Octobre 2010 : Monsters (Gareth Edwards)
Septembre 2010 : Nord (Xavier Beauvois)
Août 2010 : Big Wednesday (John Millius)
Juillet 2010 : The Reflecting Skin (Philip Ridley)
Juin 2010 : Code 46 (Michael Winterbottom)
Mai 2010 : Enter the Void (Gaspard Noé)
Avril 2010 : The Andromeda Strain de Robert Wise
Mars 2010 : Onibaba de Kaneto Shindô
Février 2010 : Faust - Eine deutsche Volkssage de F.W. Murnau
Janvier 2010 : Le Décalogue de Krzysztof Kieslowski
Décembre 2009 : Avatar de James Cameron
Novembre 2009 : The Box de Richard Kelly
Octobre 2009 : Pat Garrett & Billy the Kid de Sam Peckinpah
Septembre 2009 : The Offence de Sidney Lumet
Août 2009 : La Femme des Sables de Hiroshi Teshigahara
Juillet 2009 : La Graine et le mulet Abdellatif Kechiche
Juin 2009 : The Sky Crawlers de Mamoru Oshii
Mai 2009 : Possession de Andrezj Zulawski
Avril 2009 : Le Trou de Jacques Becker
Mars 2009 : Shotgun Stories de Jeff Nichols
Février 2009 : The Wrestler de Darren Aronofsky
Janvier 2009 : The Curious Case of Benjamin Button de David Fincher
Décembre 2008 : Clean, shaven de Lodge Kerrigan
Novembre 2008 : Låt den rätte komma in de Tomas Alfredson
Octobre 2008 : Bled Number One de Rabah Ameur-Zaimeche
Septembre 2008 : Omohide Poro Poro de Isao Takahata
Août 2008 : Hellboy II : The Golden Army de Guillermo Del Toro
Juillet 2008 : La Condition de L'Homme de Masaki Kobayashi
Juin 2008 : Angst de Gerald Kargl
Mai 2008 : The Proposition de John Hillcoat
Avril 2008 : Love and Honor de Yoji Yamada
Mars 2008 : The Mist de Frank Darabont
Février 2008 : Twin Peaks - Fire Walk With Me de David Lynch
Janvier 2008 : [REC] de Jaume Balaguero et Paco Plaza
Décembre 2007 : Requiem Pour Un Massacre de Elem Klimov
Dernière édition par reuno le 1 juin 15, 07:46, édité 15 fois.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22828
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar AtCloseRange » 1 mai 15, 10:16

(Re-)Découvertes:

Bluebird (Edmands) 5,5/10
Bubble Boy (Hayes) 7/10
The House on Telegraph Hill (Wise) 6/10
Eurotrip 5,5/10
All Night Long (Dearden) 6/10
A Girl Walks Home Alone At Night (Amirpour) 7,5/10
Un Jeune Poète (Manivel) 5,5/10
Les Langoliers (Holland) - TV - 5/10
Jupiter Ascending (Wachowski) 3/10
A Teacher (Fidell) 5,5/10
La Mort au Bout du Fil (Cowan) 3/10
On a failli être amies (Le Ny) 5,5/10
The Frame (Winans) 6/10
Standby (Rob and Ronan Burke) 6,5/10
American Sniper (Eastwood) 7/10
Das Lied in Mir (Cossen) 7,5/10
La Grande Bellezza (Sorrentino) 7/10
Intruder in the Dust (Brown) 6,5/10
Bande de Filles (Sciamma) 6,5/10
From Hollywood to Deadwood (Pickett) 5,5/10
Oslo, 31 Août (Trier) 6/10
3 Souvenirs de ma Jeunesse (Desplechin) 7,5/10
A New Leaf (May) 7/10
The House of Yes (Waters) 5,5/10
Before I Go To Sleep (Joffe) 4/10
Time Lapse (King) 5,5/10

Révisions:
Prédictions (Proyas) 6,5/10
Le Bal des Maudits (Dmytryk) 6/10
Please Give (Holofcener) 6,5/10 (-)
12 Monkeys (Gilliam) 7,5/10
American Psycho (Harron) 6/10
L'Inspecteur ne Renonce Jamais (Fargo) 4,5/10
Mad Max 2 (Miller) 6,5/10
Le 4ème Protocole (McKenzie) 6,5/10
De Rouille et d'Os (Audiard) 8/10
Comment Savoir (Brooks) 8/10
Dirty Dancing (Ardolino) 6/10
John Carter (Stanton) 6,5/10
Daryl (Wincer) 6/10
Jeepers Creepers (Salva) 6,5/10
Ghost World (Zwigoff) 7/10
Contact (Zemeckis) 5/10
La Vie Privée de Sherlock Holmes (Wilder) 6,5/10
Dernière édition par AtCloseRange le 31 mai 15, 22:54, édité 40 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22107
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar cinephage » 1 mai 15, 10:28

MAI 2015

FILM DU MOIS:

Mad Max : Fury Road, de George Miller (2015) 10/10

FILMS DECOUVERTS:
Lady Paname, d'Henri Jeanson (1950) 7/10 - Sorte d'ôde au Paris des music-halls et des faubourgs (Saint-Martin en particulier). Souvent drole et charmant.
Good Kill, d'Andrew Niccol (2015) 7/10 - Une problématique passionnante diluée dans un film qui peine à rendre tout ça cinématographique...
Nos femmes, de Richard Berry (2015) 7/10 - Le texte d'Assous, comme d'habitude, me plait beaucoup. Après Richard Berry en fait beaucoup, et la mise en scène peine par moments, mais l'ensemble reste bien fichu.
Ouija, de Stiles White (2015) 3,5/10 - Entre les clichés et la mise en scène faiblarde, on voudrait croire que les comédiens ont du potentiel qu'ils n'ont pas pu exprimer ici...
Aux deux colombes, de Sacha Guitry (1949) 5,5/10 - Un Guitry paresseux.
Guide, de Vijay Anand (1965) 7/10 - De superbes couleurs pour ce film-fleuve qui suit trois étapes, d'abord comédie sociale, puis récit d'ascension façon A star is born (mais Kelly et Berkeley ont une influence sensible), puis enfin basculement vers un récit spirituel très indien... Pas mal...
Mr Klein, de Joseph Losey (1976) 8/10 - Quel étrange choix de récit pour évoquer la rafle du Vel d'hiv... Mais au final, on est entre récit historique et Kafka, et le tout marche bien. Par ailleurs, Delon y est formidable. A revoir !!
Yellowstone Kelly, de Gordon Douglas (1959) 7,5/10
Keoma, d'Enzo G. Castellari (1976) 8/10 - Malgré de nombreuses imperfections, on reste enthousiaste devant les nombreuses idées de ce western hippie qui oppose un demi-frère à ses frères légitimes.
Le grand duel, de Giancarlo Santi (1972) 4,5/10 - Imprécis, foutraque, confus, outré et souvent mal mis en scène, ce film est sauvé par un bon score que Tarantino sut mieux utiliser.
L'expédition du fort King / Seminole, de Budd Boetticher (1953) 7/10 - Un western au cadre atypique (les marais de Floride), pas révolutionnaire mais plein de petits plaisirs (indiens très maquillés, Lee Marvin dans un petit rôle, superbe technicolor de Russell Metty...).
Le désert rouge, de Michelangelo Antonioni (1964) 4/10 - Décidément, Antonioni et moi ça fait deux. J'ai du mal avec ce cinéma qui privilégie le vide sur le plein, l'ellipse sur l'action, l'ennui sur l'intérêt... Cela dit, le tout est fort beau.
Tous les matins du monde, d'Alain Corneau (1991) 8,5/10 - Marielle face à Depardieu, un texte brillant, une BO grandiose et une photographie somptueuse. Tout cela aboutit à un grand film.
Beyond Clueless, de Charlie Lyne (2015) 7,5/10 - Les grands thèmes du genre sont explorés avec une alternance de films qui illustrent ces thèmes, et de séquences de montage regroupant les éléments propres au genre (bal de promo, déambulation dans le couloir...). Il s'agit plutôt d'un florilège que d'une analyse de fond, mais les choix sont judicieux, l'ensemble est ludique et on ne voit pas le temps passer.
D.A.R.Y.L. de Simon Wincer (1985) 7,5/10 - Un film étonnamment sympathique.
The quiet Earth, de Geoff Murphy (1985) 6/10 - Si le début intrigue, un sérieux manque d'écriture rend la suite passablement vasouillante...
Stranger on the run / L'homme en fuite, de Don Siegel (1967) 7/10 - Un Siegel mineur, mais ludique et bien fichu.
Le figurant, d'Edward Sedgwick (1929) 8/10
Van Gogh, de Maurice Pialat (1991) 8/10
Connasse, princesse des coeurs, de Eloïse Lang & Noémie Saglio (2015) 4/10
Un peu, beaucoup, aveuglément, de Clovis Cornillac (2015) 7/10
The Pyramid, de Grégory Levasseur (2015) 6,5/10 - Très classique de forme, mais efficace et bien mené.
Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence, de Roy Andersson (2015) 8/10 - Le ton décalé, tantôt mordant, tantôt surréaliste, de Roy Andersson fait toujours mouche avec ce film. Mention spéciale au "sketch 1943", qui m'a beaucoup ému.
Vanilla / Performance, de Nicolas Roeg & Donald Cammell (1970) 7,5/10 - Difficile de donner une note à un film aussi délirant, bourré d'idées, déstructuré au possible, qui allie polar britannique et film de trip... Un véritable Ofni, aussi réussi qu'attachant.
3h10 pour Yuma, de James Mangold (2007) 4/10 - Belle photo, musique sympa, mais un script navrant. Le personnage de Cameron Crowe ne tient pas la route une seconde... Des réécritures pour donner un beau role à la star ? En tout cas on est loin du chef d'oeuvre de Delmer Daves...
Europa 51, du Roberto Rossellini (1952) 8/10
La mariée était en noir, de François Truffaut (1968) 7,5/10
Bonjour sourire ! de Claude Sautet (1956) 4/10 - Capital sympathie pour les protagonistes, mais le film est vraiment médiocre...
Bananas, de Woody Allen (1977) 6/10 - Le début est assez hilarant, mais la partie "révolutionnaire" m'a sensiblement moins fait rire. A noter le cameo Sylvester Stallone / Danny de Vito.
Coeur fidèle, de Jean Epstein (1923) 9/10 - Un formalisme qui magnifie ses protagonistes, un traitement grave et émouvant. A noter la qualité de l'accompagnement musical qui est sur le dvd.
Un dimanche à la campagne, de Bertrand Tavernier (1984) 8,5/10 - Un film qui se rapporte à un art de vivre, à un univers de peintres, mais aussi la profession de foi d'un cinéaste qui aime le classicisme.
Trois souvenirs de ma jeunesse, d'Arnaud Desplechin (2015) 8/10 - Quentin Dolmaire est ici la révélation de ce film remarquable.
Le sang du poète, de Jean Cocteau (1932) 5/10 - Pas très sensible au surréalisme poétique crypto-gay, ici développé avec la main lourde. Cocteau sera beaucoup plus subtil par la suite...
Laggies / Girls only, de Lynne Shelton (2015) 6,5/10 - Un film très oubliable, mais qui se laisse voir avec bienveillance lorsqu'on est fan de certains de ses acteurs (Sam Rockwell, Chloe Grace Moretz...).
La tête haute, d'Emmanuelle Bercot (2015) 8/10 - Une remarquable interprétation, et un sujet fort bien traité...
Bad Girl, de Frank Borzage (1931) 6,5/10 - Touchant par moments, même si le prétexte au mélodrame parait parfois artificiel et assez léger (quelques malentendus qu'une simple discussion aurait dissipé).
Mountains may depart, de Jia Zhangke (2015) 8,5/10 - Le cinéaste se rapproche d'un cinéma plus classique, mais dont le récit garde à la fois une belle force expressive, et une cohérence thématique avec ses thèmes de prédilection...
A la poursuite de demain / Tomorrowland, de Brad Bird (2015) 6/10 - Passée une ouverture intrigante et ludique, on passe dans un film assez ronronnant, et surtout assez faible par ses enjeux, le "méchant" n'étant pas du tout convainquant...
La loi du marché, de Stéphane Brizé (2015) 7,5/10 - Un film malaisant, mais dont le savoir-faire et la pertinence restent indéniables.
Mercy, de Peter Cornwell (2014) 4/10 - Film d'horreur doté de peu de moyens... L'ambiance marche au début, mais la dernière demi-heure s'avère sans inspiration et bien fade.
Les rebelles de Fort Thorn / Two flags West, de Robert Wise (1950) 7,5/10 - Un film de très bonne tenue, dont la dernière séquence de bataille reste d'anthologie et révèle tout le sens du spectacle de grande ampleur de Wise.
Et le vent apporta la violence, d'Antonio Margheriti (1970) 8/10 - Un western qui se distingue par son ambiance fantastique et gothique très réussie. A revoir.
Nom de code : oies sauvages, d'Antonio Margheriti (1984) 6,5/10 - Un expendables avant l'heure, avec Ernest Borgnine, Klaus Kinski et Lee van Cleef, des synthés, des rebelles dans la jungle, des narcotrafiquants, des explosions et des hélicoptères... Malgré quelques moments nanardesques, l'ensemble est tout à fait divertissant.
La fièvre monte à El Pao, de Luis Bunuel (1959) 7,5/10 - Une cruelle fable politique, on pense à Viridiana, l'humour en moins.Très belle photo de Gabriel Figueroa.
Horrible bosses 2, de Sean Anders (2014) 6/10
Maggie, de Henry Hobson (2015) 4/10 - Très belle photographie, mais rien ne vient ajouter le moindre intérêt au pitch de départ...
San Andreas, de Brad Peyton (2015) 6,5/10 - Un certain sens du spectacle fait oublier la vacuité du récit et passer l'éponge sur les innombrables lieux communs.
Death Wish, de Michael Winner (1974) 7,5/10

FILMS REVUS:
Oculus, de Mike Flanaghan (2013) 8/10 - Le film tolère bien la révision, le travail atmosphérique n'en est que plus sensible...
Comment je me suis disputé (Ma vie sexuelle) 8,5/10 - Je revois légèrement à la baisse ce film qui m'avait tant marqué. Revu, il parait parfois trop verbeux et conscient de ses effets, mais son ambition et sa fraicheur en font toujours un film qui touche juste.
La fièvre dans le sang, d'Elia Kazan (1961) 10/10 - Piqure de rappel : hé oui, ce film me bouleverse toujours avec la même violence...

Films des mois précédent
Spoiler (cliquez pour afficher)
janvier 2010=Tetro (Coppola)
février 2010= Day of the Outlaw (de Toth)
mars 2010= Une femme disparait (Hitchcock)
avril 2010= Cria Cuervos (Saura)
mai 2010= La liste de Schindler (Spielberg)
juin 2010=The Man in the Moon (Mulligan)
juillet 2010=Spoorlos (Sluizer)
aout 2010=Nobody knows (Kore-Eda)
septembre 2010=The Black Swan (King)
octobre 2010=Des hommes et des dieux (Beauvois)
novembre 2010=Une vie difficile (Risi)
décembre 2010=A brighter summer day (Yang)
janvier 2011=Incendies (Villeneuve)
février 2011=Portrait of Jennie (Dieterle)
mars 2011=Orgueil et préjugés (Wright)
avril 2011=Murder by Contract (Lerner)
mai 2011=Vincent, François, Paul, et les autres (Sautet)
juin 2011=Les contes cruels du Bushido (Imai)
juillet 2011=Underworld (Von Sternberg)
aout 2011=L'heure suprême (Borzage)
septembre 2011=L'Apollonide, souvenirs de la maison close (Bonello)
octobre 2011=The ox-bow incident (Wellman)
novembre 2011=The Movie Orgy (Dante)
décembre 2011=Mission Impossible : le protocole fantôme (Bird)
janvier 2012=Take Shelter (Nichols)
février 2012=Gentleman Jim (Walsh)
mars 2012=Le miroir (Tarkovski)
avril 2012=Divorce à l'italienne (Germi)
mai 2012=La cabane dans les bois (Goddard)
juin 2012=Les meilleures années de notre vie (Wyler)
juillet 2012=Feux dans la plaine (Ichikawa)
aout 2012=Wichita (Tourneur)
septembre 2012=Baraka (Fricke)
octobre 2012=Les grandes espérances (Lean)
novembre 2012=Man Hunt (Lang)
décembre 2012=Wings (Shepitko)
janvier 2013=Les dimanches de Ville d'Avray (Bourguignon)
février 2013=Wings (Wellman)
mars 2013=Le bossu de Notre-Dame (Wise & Trousdale)
avril 2013=Comme des frères (Gélin)
mai 2013=Walkabout (Roeg)
juin 2013=Kekexili (Chuan)
juillet 2013=Doro no kawa (Oguri)
aout 2013=My Childhood (Douglas)
septembre 2013=Hoop Dreams (James)
octobre 2013=Pique-nique à Hanging Rock (Weir)
novembre 2013=Du rififi chez les hommes (Dassin)
decembre 2013=Heimat, chronique d'un rêve (Reitz)
janvier 2014=Hearts of Darkness: A Filmmaker's Apocalypse (Bahr & Hickenlooper)
fevrier 2014=The Grand Budapest Hotel (Anderson)
mars 2014=Voyage à Tokyo (Ozu)
avril 2014=Untel père et fils (Duvivier)
mai 2014=Seuls sont les indomptés (Miller)
juin 2014=Les harmonies Werckmeister (Tarr)
juillet 2014=La maison des geishas (Fukasaku)
aout 2014=The Act of Killing (Oppenheimer)
septembre 2014=White God (Mundruczó)
octobre 2014=Gone Girl (Fincher)
novembre 2014=Odd Man Out (Reed)
decembre 2014=Le retour (Zvyagintsev)
janvier 2015=Le Soleil brille pour tout le monde (Ford)
février 2015=Le vent (Sjostrom)
mars 2015=Eté précoce (Ozu)
avril 2015=The taking of Tiger Mountain (Hark)
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Messages : 9445
Inscription : 23 oct. 05, 16:37
Localisation : Quelque part ailleurs

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar Miss Nobody » 1 mai 15, 10:35

FILMS DU MOIS DE MAI 2015

Film du mois
Image

Films vus

* Les 39 marches (Hitchcock) ●●●○○
Le rythme est très enlevé, la mise en scène ingénieuse mais le scénario ne fait pas totalement le poids. Rocambolesque de bout en bout, le film est trop joueur, invraisemblable, et sacrifie finalement un peu l'émotion et le suspens. Sympathique malgré tout.
* La flèche brisée (Daves) ●●●●○
A l'aube des années 50, Delmer Daves réhabilite enfin les indiens au cinéma dans un western romantisé mais charmant, au discours un brin naïf mais percutant. En très peu de temps, il parvient à développer un récit efficace et sincère autour de la difficulté à construire la paix sur un lit de violence et de rancoeurs, mais aussi à comprendre et tolérer la différence.
* Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence (Andersson) ●●○○○
Il y a toujours quelque chose de séduisant à philosopher sur l'existence qui, il est vrai, n'a parfois ni queue ni tête. Mais cette succession froide de saynetes à l'humour tantôt sinistre, tantôt absurde, ennuie rapidement. D'autant que sous ses apparences austères (et un peu snobs) de film "art et essai" excentrique, la réflexion ne vole finalement pas si haut. On en sort avec un vague méli-mélo d'idées, d'interprétations diverses, un arrière-goût de déprime et une désagréable sensation de vanité.
* Ville haute, ville basse (Leroy) ●○○○○
Ce film pour ménagères des années 40 a été poli par la gloire de ses acteurs : Barbara Stanwyck, Ava Gardner, James Mason, Cyd Charisse... Pourtant aucun ne parvient vraiment à relever le niveau de ce mélo mondain et barbant sur l'adultère qui finit en polar de pacotille. Faible.
* There will be blood (Anderson) ●●●○○
L'odyssée de l'or noir et la trajectoire de Plainview est une aventure presque biblique qui exalte ce qui constitue et nourrit l'Amérique, notamment ces deux mamelles empoisonnées que sont la religion et l'argent. L'esprit d'entreprise et la compétitivité conduisent aux frontières de l'humanité, l'individualisme jusqu'à la misanthropie la plus pure. La mise en scène est d'une grande beauté et on entre sans peine dans le film - dont la première partie est particulièrement forte. Dommage que le récit se délite peu à peu dans sa dernière heure pour s'achever sur une scène d'affrontement assez grotesque.
* Irène (Calbérac) ●●○○○
Certes, cette petite comédie française qui recycle le motif de la trentenaire célibataire n'est pas follement originale. Pourtant Irène est attachante, joliment campée par Cécile de France, et le scénario, bien qu'assez classique dans son déroulement (jusqu'à son happy-end gnian-gnian), recèle un petit lot de scènes pertinentes et quelques touches de mélancolie assez glaçantes.
* J'ai le droit de vivre (Lang) ●●●●○ ♡ FILM DU MOIS ♡
A sa sortie de prison, Eddie, jeune récidiviste voudrait pouvoir enfin se réinsérer. Il n'y a bien que deux personnes pour y croire : un prêtre au grand coeur et une femme follement amoureuse. La société, elle, l'a déjà marqué au fer rouge et il ne tardera pas à s'en apercevoir. Le propos est assez simple, le film est court, mais tout y est intelligent, parfaitement gradué et d'une intense émotion. Désespérée, humaniste, et d'un romantisme sans pareil, "J'ai le droit de vivre" est une oeuvre admirable et empathique sur l'injustice qui bouleverse encore, 80 ans plus tard…
* L'étrange incident (Wellman) ●●●○○
Quinze ans avant le classique de Lumet, Wellman signe une démonstration implacable de la nécessité d'une justice sage et d'institutions solides pour faire face à la colère des hommes, au lynchage ou à la tyrannie de la majorité. Efficace de bout en bout, le film atteint son paroxysme lors d'un procès improvisé à la belle-étoile.
* Trois souvenirs de ma jeunesse (Desplechin) ●●●●○
Une belle incursion dans le labyrinthe de la mémoire, où les faits deviennent souvenirs, déformés, romantisés et polis par le temps, où l'amour de jeunesse devient l'amour d'une vie car on ne s'en est finalement jamais remis. Desplechin signe un film dans la lignée de la Nouvelle Vague, avec ce qui nous séduit et nous agace chez elle, avec un romantisme truffaldien, des tirades godardiennes et un narcissisme bien français. La dernière partie est peut-être un poil longue, mais ça reste très réussi dans l'ensemble et les jeunes comédiens sont très bons.

Films revus


Top du mois
Image Image Image

FILMS DES MOIS PRECEDENTS

Spoiler (cliquez pour afficher)
octobre 2005 = L'aventure de Mme Muir (Mankievicz)
novembre 2005 = Match Point (Allen)
decembre 2005 = Voyage à deux (Donen)

janvier 2006 = Wallace et gromit et le lapin garou (Park)
février 2006 = Lettre d'une inconnue (Ophuls)
mars 2006 = Un jour à new york (Donen/Kelly)
avril 2006 = Walk the line (Mangold)
mai 2006 = Une histoire immortelle (Welles)
juin 2006 = La vie est belle (Capra)
juillet 2006 = Beau fixe sur New York (Donen/Kelly)
aout 2006 = La prisonnière du desert (Ford)
septembre 2006 = Les enfants du paradis (Carné)
octobre 2006 = Les 400 coups (Truffaut)
novembre 2006= La mouche (Cronenberg)
decembre 2006= Assurance sur la mort (Wilder)

janvier 2007= The shop around the corner (Lubitsch)
fevrier 2007= La vie des autres (Henckel von Donnersmarck)
mars 2007= Comme un torrent (Minnelli)
avril 2007= Sue, perdue dans Manhattan (Kollek)
mai 2007= The Magdalene Sisters (Mullan)
juin 2007= L'impasse (De Palma)
juillet 2007= Le scaphandre et le papillon (Schnabel)
août 2007= Le boucher (Chabrol)
septembre 2007= Les méduses (Keret & Geffen)
octobre 2007= Loulou (Pabst)
novembre 2007= 2001 l'odyssée de l'espace (Kubrick)
décembre 2007= Hiroshima mon amour (Resnais)

janvier 2008= Le silence (Bergman)
février 2008= No country for old men (Coen)
mars 2008= Faux semblants (Cronenberg)
avril 2008= Ascenseur pour l'échafaud (Malle)
mai 2008= Les fils de l'homme (Cuaron)
juin 2008= The thing (Carpenter)
juillet 2008= Short Cuts (Altman)
Août 2008= Ariane (Wilder)
Septembre 2008= Bonnie & Clyde (Penn)
Octobre 2008= Madame Bovary (Minnelli)
Novembre 2008= Il était une fois en Amérique (Leone)
Décembre 2008= Head-on (Akin)

Janvier 2009= En chair et en os (Almodovar)
Février 2009= Gran Torino (Eastwood)
Mars 2009= Une certaine rencontre (Mulligan)
Avril 2009= Breezy (Eastwood)
Mai 2009= Le voyeur (Powell)
Juin 2009= Etreintes Brisées (Almodovar)
Juillet 2009= Vincent, François, Paul et les autres (Sautet)
Août 2009= L'enfer est à lui (Walsh)
Septembre 2009= Les visiteurs (Kazan)
Octobre 2009= La valse dans l'ombre (LeRoy)
Novembre 2009= L'invasion des profanateurs (Kaufman)
Décembre 2009= L'armée des ombres (Melville)

Janvier 2010= Quand passent les cigognes (Kalotozov)
Février 2010= Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk)
Mars 2010= Scènes de la vie conjugale (Bergman)
Avril 2010= Les feux de la rampe (Chaplin)
Mai 2010= La scandaleuse de Berlin (Wilder)
Juin 2010= Papillon (Schaffner)
Juillet 2010= Le grand amour (Etaix)
Août 2010= L'impossible monsieur bébé (Hawks)
Septembre 2010= L'aurore (Murnau)
Octobre 2010= L'ange des Maudits (Lang)
Novembre 2010= La fille de Ryan (Lean)
Décembre 2010= Moon (Jones)

Janvier 2011= Johnny Guitar (Ray)
Février 2011= La source (Bergman)
Mars 2011= Stalag 17 (Wilder)
Avril 2011= Série Noire (Corneau)
Mai 2011 = L'année du dragon (Cimino)
Juin 2011 = Bienvenue à Gattaca (Niccol)
Juillet 2011 = A bout de course (Lumet)
Aout 2011 = Du silence et des ombres (Mulligan)
Septembre 2011 = Une femme dangereuse (Walsh)
Octobre 2011 = Drive (Winding Refn)
Novembre 2011 = Monsieur Verdoux (Chaplin)
Décembre 2011= Zelig (Allen)

Janvier 2012= Fanny et Alexandre (Bergman)
Février 2012= Les nuits de Cabiria (Fellini)
Mars 2012 = Liaisons Secrètes (Quine)
Avril 2012 = The Naked Kiss (Fuller)
Mai 2012 = Le festin de Babette (Axel)
Juin 2012 = The strawberry Blonde (Walsh)
Juillet 2012 = La jetée (Marker)
Août 2012 = Stromboli (Rossellini)
Septembre 2012 = My man Godfrey (LaCava)
Octobre 2012 = L'heure suprême (Borzage)
Novembre 2012 = Klute (Pakula)
Décembre 2012 = Toy story 3 (Unkrich)

Janvier 2013 = Les dimanches de Ville d'Avray (Bourguignon)
Février 2013 = L'amour l'après-midi (Rohmer)
Mars 2013 = Shame (McQueen)
Avril 2013 = The mortal storm (Borzage)
Mai 2013 = Le ruban blanc (Haneke)
Juin 2013 = Amarcord (Fellini)
Juillet 2013 = The yards (Gray)
Août 2013 = Le conformiste (Bertolucci)
Septembre 2013 = La folle ingénue (Lubitsch)
Octobre 2013 = Haute Pègre (Lubitsch)
Novembre 2013 = La vie d'Adèle (Kechiche)
Décembre 2013 = Une journée particulière (De Sica)

Janvier 2014 = L'assassin habite au 21 (Clouzot)
Février 2014 = The Grand Budapest Hotel (Anderson)
Mars 2014 = Will Hunting (Van Sant)
Avril 2014 = Her (Jonze)
Mai 2014 = Mes voisins les Yamada (Takahata)
Juin 2014 = Le conte de la princesse Kaguya (Takahata)
Juillet 2014 = La porte du paradis (Cimino)
Août 2014= Bright Star (Campion)
Septembre 2014 = Fast food fast women (Kollek)
Octobre 2014 = Tokyo Godfathers (Kon)
Novembre 2014 = Miller's Crossing (Coen)
Décembre 2014 = L'appât (Mann)

Janvier 2015 = Rome ville ouverte (Rossellini)
Février 2015 = Allemagne année zéro (Rossellini)
Mars 2015 = Before Midnight (Linklater)
Avril 2015 = Lettres d'Iwo Jima (Eastwood)
Dernière édition par Miss Nobody le 1 juin 15, 14:15, édité 33 fois.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18110
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar Rick Blaine » 1 mai 15, 10:40

Mai 2015

Film du mois :

Image

A Most Violent Year (J.C. Chandor - 2014)


Films découverts ou redécouverts :

A Most Violent Year, de J.C. Chandor (2014) : 9/10
Les mois d'avril sont meurtriers, de Laurent Heynemann (1987) : 9/10

La Vérité, de Henri-Georges Clouzot (1960) : 8,5/10

Le Calvaire de Julia Ross (My Name Is Julia Ross, de Joseph H. Lewis (1945) : 8/10
Face au Châtiment (The Doolins of Oklahoma), de Gordon Douglas (1949) : 8/10

Les Enfants du Marais, de Jean Becker (1999) : 7,5/10
Foxcatcher, de Bennett Miller (2015) : 7,5/10

Tête de turc, de Pascal Elbé (2010) : 7/10
Télé Gaucho, de Michel Leclerc (2012) : 7/10
Un Homme à Abattre, de Philippe Condroyer (1967) : 7/10
La Théorie des Dominos (The Domino Principle), de Stanley Kramer (1977)

Go Fast, de Olivier Van Hoofstadt (2008) : 6,5/10
Le Solitaire de Fort Humboldt (Breakheart Pass), de Tom Gries (1975) : 6,5/10
'71, de Yann Demange (2014) : 6,5/10
Le bagarreur (Hard TImes), de Walter Hill (1975) : 6,5/10

Mains Armées, de Pierre Jolivet (2012) : 6/10

Ton Heure à sonné (Coroner Creek, de Ray Enright (1948) : 5,5/10
Outland, de Peter Hyams (1981) : 5,5/10
Retaliation (Shima wa moratta), de Yasuharu Hasebe (1968) : 5,5/10

Timbuktu, de Abderrahmane Sissako (2014) : 4,5/10

Le Jour Attendra, de Edgar Marie (2013) : 4/10

Custer, Homme de l'Ouest (Custer of the West), de Robert Siodmak (1967) : 3,5/10
Chut!, de Jean-Pierre Mocky (1972) : 3,5/10

Films revus : Hors compétition :

Citizen Kane, de Orson Welles (1941) : 10/10

Agent Secret (Sabotage) de Alfred Hitchcock (1936) : 7/10

Le Chien Jaune, de Jean Tarride (1932) : 4/10

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Août 2010 : Chantons sous la Pluie (Stanley Donen et Gene Kelly - 1952)
Septembre 2010 : Le Narcisse Noir (Michael Powell et Emeric Pressburger - 1947)
Octobre 2010 : Alexandre le Bienheureux (Yves Robert - 1968)
Novembre 2010 : Le Plongeon (Franck Perry - 1968)
Décembre 2010 : Quatorze Heures (Henry Hathaway - 1951)
FILM DE L'ANNEE 2010 : CHANTONS SOUS LA PLUIE
Janvier 2011 : Mon Homme Godfrey (Gregory La Cava - 1936)
Février 2011 : Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)
Mars 2011 : Nous Voulons les Colonels (Mario Monicelli - 1974)
Avril 2011 : Huit Heures de Sursis (Carol Reed - 1947)
Mai 2011 : Five Star Final (Mervyn LeRoy - 1931)
Juin 2011 : Les Nuits de Chicago (Josef Von Sternberg - 1927)
Juillet 2011 : Ca Commence Aujourd'hui (Bertrand Tavernier - 1999)
Août 2011 : Baby Boy Frankie (Allen Baron - 1961)
Septembre 2011 : Du Plomb pour l'Inspecteur (Richard Quine - 1954)
Octobre 2011 : Le Rôdeur (Joseph Losey - 1951)
Novembre 2011 : Mes Chers Amis (Mario Monicelli - 1975)
Décembre 2011 : L’Aventure de Mme Muir (Joseph L. Mankiewicz - 1947)
FILM DE L'ANNEE 2011 : L'AVENTURE DE MME MUIR & LE MÉPRIS
Janvier 2012 : Les Ailes (William A. Wellman - 1927)
Fevrier 2012 : French Cancan (Jean Renoir - 1954)
Mars 2012 : Duel Dans La Sierra (George Sherman - 1958)
Avril 2012 : The Thing (John Carpenter - 1982)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson - 2012)
Juin 2012 : Nightfall (Jacques Tourneur - 1957)
Juillet 2012 : La Porte du Diable (Anthony Mann - 1950)
Août 2012 : Dans ses Yeux (Juan Jose Campanella - 2009)
Septembre 2012 : Polisse (Maïwenn -2011)
Octobre 2012 : Les Bas Fonds New-Yorkais (Samuel Fuller -1961)
Novembre 2012 : Klute (Alan J. Pakula - 1971)
Décembre 2012 : ...All the Marbles (Robert Aldrich - 1981)
FILM DE L'ANNEE 2012 : NIGHTFALL
Janvier 2013 : Mafioso (Alberto Lattuada - 1962)
Février 2013 : The Yards (James Gray - 2000)
Mars 2013 : Les Inconnus dans la Ville (Richard Fleischer - 1955)
Avril 2013 : Le Conformiste (Bernardo Bertolucci - 1970)
Mai 2013 : Le Flambeur (Karel Reisz -1974)
Juin 2013 : La Maison des Etrangers (Joseph L. Mankiewicz - 1949)
Juillet 2013 : La dame et le toréador (Budd Boetticher - 1951)
Août 2013 : L'invaincu (Satyajit Ray - 1956)
Septembre 2013 : La Grande Ville (Satyajit Ray - 1963)
Octobre 2013 : La Belle Equipe (Julien Duvivier - 1936)
Novembre 2013 : Fanny & Alexandre (Ingmar Bergman - 1982)
Décembre 2013 : Le Démon des Armes (Joseph H. Lewis - 1949)
FILM DE L'ANNEE 2013 : LA GRANDE VILLE
Janvier 2014 : Drug War (Johnnie To - 2012)
Fevrier 2014 : Pauline A La Plage (Eric Rohmer - 1983)
Mars 2014 : Gravity (Alfonso Cuarón - 2013)
Avril 2014 : L'Invasion des profanateurs de sépultures (Don Siegel - 1956)
Mai 2014 : Les révoltés de la cellule 11 (Don Siegel - 1954)
Juin 2014 : 12 Years a Slave (Steve McQueen - 2013)
Juillet 2014 : Un Thé au Sahara (Bernardo Bertolucci - 1990)
Août 2014 : La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)
Septembre 2014 : Le Prête-nom (Martin Ritt - 1976)
Octobre 2014 : Rush (Ron Howard - 2013)
Novembre 2014 : Interstellar (Christopher Nolan - 2014)
Décembre 2014 : Her (Spike Jonze - 2014)
FILM DE L'ANNEE 2014 : INTERSTELLAR
Janvier 2015 : L'Etau (Alfred Hitchcock - 1969)
Février 2015 : Gone Girl (David Fincher - 2014)
Mars 2015 : MacBeth (Orson Welles - 1948)
Avril 2015 : La Comtesse (Julie Delpy - 2009)

Avatar de l’utilisateur
feb
I want to be alone with Garbo
Messages : 8556
Inscription : 4 nov. 10, 07:47
Localisation : San Galgano

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar feb » 1 mai 15, 11:13

Image

Mai 15

Films vus (*revus)

*Le miroir - Andrei Tarkovsky (1975) - 8,5
*Les dents de la mer - Steven Spielberg (1975) - 8,5
Zero Dark Thirty - Kathryn Bigelow (2012) - 8,5
The Descendants - Alexander Payne (2011) - 8,5
Les hommes du président - Alan J. Pakula (1976) - 7,5
12 hommes en colère - Sidney Lumet (1957) - 7,5
Say Anything... - Cameron Crowe (1989) - 7
Kramer contre Kramer - Robert Benton (1979) - 7
Sharky's Machine - Burt Reynolds (1981) - 7
*Dick Tracy - Warren Beatty (1990) - 7
Whiplash - Damien Chazelle (2014) - 7
Presque célèbre - Cameron Crowe (2000) - 6,5
Charlie Countryman - Fredrik Bond (2013) - 6,5
Assault on Precinct 13 - John Carpenter (1976) - 6
Fast Times at Ridgemont High - Amy Heckerling (1982) - 6
Better Off Dead... - Savage Steve Holland (1985) - 6
La mouche - David Cronenberg (1986) - 6
Hacker - Michael Mann (2015) - 5,5
Hooper - Hal Needham (1978) - 5,5
Kingsman: Services secrets - Matthew Vaughn (2014) - 5,5
Running Man - Paul Michael Glaser (1987) - 5,5
Mad Max 2 - George Miller (1981) - 5,5
Mad Max - George Miller (1979) - 5
American Sniper - Clint Eastwood (2014) - 5
Diversion - Glenn Ficarra, John Requa (2015) - 5
Firefox - Clint Eastwood (1982) - 4,5
Le septième fils - Sergei Bodrov (2014) - 4,5
Welcome to Me - Shira Piven (2014) - 4
Jupiter Ascending - The Wachowskis (2015) - 3
Pyramide - Grégory Levasseur (2015) - 3

Spoiler (cliquez pour afficher)
Aout 10 : French Cancan - Jean Renoir
Septembre 10 : Peter Ibbetson - Henry Hathaway
Octobre 10 : Psycho - Alfred Hitchcock
Novembre 10 : Lonely are the brave - David Miller
Décembre 10 : Yellow Sky - William A. Wellman

Janvier 11 : The Quiet man - John Ford
Février 11 : Souvenirs goutte à goutte (Omohide Poro Poro) - Isao Takahata
Mars 11 : White Heat - Raoul Walsh
Avril 11 : Ball of fire - Howard Hawks
Mai 11 : A Woman's Face - George Cukor
Juin 11 : Scaramouche - George Sidney
Juillet 11 : They were expendable - John Ford
Aout 11 : Love - Edmund Goulding
Septembre 11 : The Ox-Bow Incident - William A. Wellman
Octobre 11 : The Artist - Michel Hazanavicius
Novembre 11 : The Unknown - Tod Browning
Décembre 11 : Je suis un évadé - Mervyn LeRoy

Janvier 12 : Garbo talks - Sidney Lumet
Février 12 : À l'Ouest, rien de nouveau - Lewis Milestone
Mars 12 : Convoi de femmes - William A. Wellman
Avril 12 : To Be or Not to Be - Ernst Lubitsch
Mai 12 : The Single Standard - John S. Robertson
Juin 12 : The Docks of New York - Josef von Sternberg
Juillet 12 : Gentleman Jim - Raoul Walsh
Aout 12 : La Chevauchée des bannis - André De Toth
Septembre 12 : Fast Workers - Tod Browning
Octobre 12 : The Patsy - King Vidor
Novembre 12 : Skyfall - Sam Mendes
Décembre 12 : X

Janvier 13 : A Woman of Affairs - Clarence Brown
Février 13 : X
Mars 13 : Mirage - Edward Dmytryk
Avril 13 : Le Miroir - Andreï Tarkovski
Mai 13 : Nostalghia - Andreï Tarkovski
Juin 13 : La Grande Guerre - Mario Monicelli
Juillet 13 : Underworld - Josef von Sternberg
Aout 13 : The Last Picture Show - Peter Bogdanovich
Septembre 13 : The Apartment - Billy Wilder
Octobre 13 : Fail-Safe - Sidney Lumet
Novembre 13 : Cris et Chuchotements - Ingmar Bergman
Décembre 13 : La Source + Les Fraises Sauvages - Ingmar Bergman

Janvier 14 : Happiness Therapy - David O. Russell + Manhattan - Woody Allen
Février 14 : Hunger - Steve McQueen
Mars 14 : Persona - Ingmar Bergman
Avril 14 : The Last Command - Josef von Sternberg
Mai 14 : A bout de course - Sidney Lumet
Juin 14 : The Perks of Being a Wallflower - Stephen Chbosky
Juillet 14 : Ma nuit chez Maud - Eric Rohmer + Sorcerer - William Friedkin
Août 14 : Le Deuxième Souffle - Jean-Pierre Melville
Septembre 14 : The Tree of Life - Terrence Malick
Octobre 14 : X
Novembre 14 : X
Décembre 14 : Fargo - Joel Coen

Janvier 15 : X
Février 15 :Fanny et Alexandre - Ingmar Bergman
Mars 15 : Blade Runner - Ridley Scott
Avril 15 : Le silence des agneaux - Jonathan Demme
Mai 15 : Zero Dark Thirty - Kathryn Bigelow
Dernière édition par feb le 31 mai 15, 18:30, édité 26 fois.
ed a écrit :Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13033
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar Demi-Lune » 1 mai 15, 11:17

FILM DU MOIS DE MAI 2015

Image

FILMS DÉCOUVERTS OU REDÉCOUVERTS

    Let's get lost (Bruce Weber, 1988) Image
    Enter the void (Gaspar Noé, 2009) Image
    Le Casanova de Fellini (Federico Fellini, 1976) Image
    Un condamné à mort s'est échappé... (Robert Bresson, 1956) Image
    2 days in Paris (Julie Delpy, 2007) Image
    Election 2 (Johnnie To, 2006) Image
    La loi du milieu (Mike Hodges, 1971) Image
    Légitime violence (John Flynn, 1977) Image
    Barfly (Barbet Schroeder, 1987) Image
    L'homme qui rétrécit (Jack Arnold, 1957) Image
    Vérités et mensonges (Orson Welles, 1973) Image
    Elena (Andreï Zviaguintsev, 2011) Image
    Mad Max: Fury road (George Miller, 2015) Image
    Les nuits rouges du bourreau de jade (Julien Carbon & Laurent Courtiaud, 2009) Image
    La chasse (Thomas Vinterberg, 2012) Image
    Au revoir les enfants (Louis Malle, 1987) Image
    Hoa-Binh (Raoul Coutard, 1970) Image
    Les centurions (Mark Robson, 1966) Image
    Le quai des brumes (Marcel Carné, 1938) Image
    La prise du pouvoir par Louis XIV (Roberto Rossellini, 1966) Image
    The bling ring (Sofia Coppola, 2013) Image
    Scream (Wes Craven, 1996) Image
    Falstaff (Orson Welles, 1965) Image
    L'inconnu du lac (Alain Guiraudie, 2013) Image
    A la poursuite de demain (Brad Bird, 2015) Image
    The impossible (Juan Antonio Bayona, 2012) Image
    L'affaire Rachel Singer (John Madden, 2010) Image
    Boyhood (Richard Linklater, 2014) Image
    Ring 2 (Hideo Nakata, 1999) Image
    The raid (Gareth Evans, 2011) Image
    Scream 2 (Wes Craven, 1997) Image
    The descendants (Alexander Payne, 2011) Image
    Les parachutistes arrivent (John Frankenheimer, 1969) Image
    La poursuite implacable (Sergio Sollima, 1973) Image
    Masculin, féminin (Jean-Luc Godard, 1966) Image
    La chasse (Carlos Saura, 1966) Image
    Paiement cash (John Frankenheimer, 1986) Image
    Garçon ! (Claude Sautet, 1983) Image
    Somewhere (Sofia Coppola, 2009) Image
    Meurtres à la Saint-Valentin (George Mihalka, 1981) Image
    Le pape de Greenwich Village (Stuart Rosenberg, 1984) Image
    Short circuit (John Badham, 1986) Image
    Venin (Piers Haggard, 1981) Image

FILMS REVUS

    Coup de cœur (Francis Ford Coppola, 1982) Image
    Blue velvet (David Lynch, 1986) Image
    Rocco et ses frères (Luchino Visconti, 1960) Image
    Zero dark thirty (Kathryn Bigelow, 2012) Image
    La grande bellezza (Paolo Sorrentino, 2013) Image
    Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1974) Image
    Dune (David Lynch, 1984) Image
    Only God forgives (Nicolas Winding Refn, 2013) Image
    Angoisse (Bigas Luna, 1987) Image
    Jardins de pierre (Francis Ford Coppola, 1987) Image
    Un dimanche à la campagne (Bertrand Tavernier, 1984) Image
    Chungking express (Wong Kar-waï, 1994) Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
août 2009 : Master and Commander (Peter Weir, 2003) ex aequo avec Eternal Sunshine of the spotless mind (Michel Gondry, 2004)
septembre 2009 : Lunes de fiel (Roman Polanski, 1992)
octobre 2009 : Les Frissons de l'angoisse (Dario Argento, 1975) ex aequo avec 12 Hommes en colère (Sidney Lumet, 1957)
novembre 2009 : Entre le Ciel et l'Enfer (Akira Kurosawa, 1963)
décembre 2009 : Ring (Hideo Nakata, 1997)
janvier 2010 : Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento, 1996) ex aequo avec Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009)
février 2010 : The Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984). Prix spécial : Délivrance (John Boorman, 1972)
mars 2010 : Les Sept Samouraïs (Akira Kurosawa, 1954)
avril 2010 : Ratatouille (Brad Bird, 2007). Prix spécial pour La Bataille d'Alger (Gillo Pontecorvo, 1966) et Zombie (George Romero, 1978)
mai 2010 : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov, 1958)
juin 2010 : Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963)
juillet 2010 : Inception (Christopher Nolan, 2010) ex aequo avec Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967)
août 2010 : La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)
septembre 2010 : Le Voyeur (Michael Powell, 1960) ex aequo avec Memories of Murder (Bong Joon-ho, 2003)
octobre 2010 : Écrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)
novembre 2010 : Lolita (Stanley Kubrick, 1962)
décembre 2010 : Les Chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948) ex aequo avec Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean, 1957)
janvier 2011 : Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)
février 2011 : La Rumeur (William Wyler, 1961)
mars 2011 : Blue Velvet (David Lynch, 1986) ex aequo avec A la poursuite d'Octobre Rouge (John McTiernan, 1990). Prix spécial : TRON (Steven Lisberger, 1982)
avril 2011 : La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)
mai 2011 : Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)
juin 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick, 2011)
juillet 2011 : Ludwig ou le Crépuscule des dieux (Luchino Visconti, 1972) ex aequo avec Trop belle pour toi (Bertrand Blier, 1989)
août 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969) ex aequo avec Cure (Kiyoshi Kurosawa, 1997) ex aequo avec L'année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)
septembre 2011 : Do the right thing (Spike Lee, 1989)
octobre 2011 : Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1947). Prix spécial pour The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) et Melancholia (Lars Von Trier, 2011)
novembre 2011 : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (Steven Spielberg, 2011)
décembre 2011 : La Fille de Ryan (David Lean, 1970). Prix spécial pour Mission : Impossible, Protocole Fantôme (Brad Bird, 2011)
janvier 2012 : Metropolis, version longue (Fritz Lang, 1927) ex aequo avec Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964) ex aequo avec La Chute de l'Empire romain (Anthony Mann, 1964)
février 2012 : Octobre (Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein, 1928)
mars 2012 : La lettre inachevée (Mikhaïl Kalatozov, 1959) ex aequo avec Tootsie (Sydney Pollack, 1982) ex aequo avec Dressé pour tuer (Samuel Fuller, 1982)
avril 2012 : Les Nibelungen (Fritz Lang, 1924)
mai 2012 : Guerre et Paix (Sergueï Bondartchouk, 1967)
juin 2012 : Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1989) ex aequo avec La Dolce Vita (Federico Fellini, 1960)
juillet 2012 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov, 1964) ex aequo avec Kwaïdan (Masaki Kobayashi, 1964). Prix spécial pour Phase IV (Saul Bass, 1974)
août 2012 : L'Enfer blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & G. W. Pabst, 1929) ex aequo avec Pink Floyd The Wall (Alan Parker, 1982) ex aequo avec To be or not to be (Ernst Lubitsch, 1942) ex aequo avec Le Rayon vert (Éric Rohmer, 1986)
septembre 2012 : Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)
octobre 2012 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946) ex aequo avec L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot (Serge Bromberg, 2008)
novembre 2012 : Beau-père (Bertrand Blier, 1981)
décembre 2012 : Napoléon (Abel Gance, 1927). Prix spécial pour Drôle de frimousse (Stanley Donen, 1957) et Un Américain à Paris (Vincente Minnelli, 1951)
janvier 2013 : Les enfants d'Hiroshima (Kaneto Shindo, 1952) ex aequo avec Chantons sous la pluie (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952), L'Incompris (Luigi Comencini, 1966) et Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012)
février 2013 : Lincoln (Steven Spielberg, 2012). Prix spécial pour Le voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948) et les chorégraphies de Busby Berkeley
mars 2013 : The shop around the corner (Ernst Lubitsch, 1940) ex aequo avec A la Merveille (Terrence Malick, 2012)
avril 2013 : Solitude (Paul Fejos, 1928) ex aequo avec La symphonie nuptiale (Erich von Stroheim, 1928)
mai 2013 : Le conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970)
juin 2013 : Le passé (Asghar Farhadi, 2013). Prix spécial pour Le silence de la mer (Jean-Pierre Melville, 1947), Ordet (Carl Theodor Dreyer, 1955) et Une journée particulière (Ettore Scola, 1977)
juillet 2013 : Point limite (Sidney Lumet, 1964) ex aequo avec Que viva Mexico ! (Sergueï Mikhaïlovich Eisenstein, 1931). Prix spécial pour Dura lex (Lev Koulechov, 1926)
août 2013 : Miracle en Alabama (Arthur Penn, 1962) ex aequo avec L'innocent (Luchino Visconti, 1976). Prix spécial pour Une autre femme (Woody Allen, 1988), Un cœur en hiver (Claude Sautet, 1992) et Kramer contre Kramer (Robert Benton, 1979)
septembre 2013 : Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973). Prix spécial pour La source (Ingmar Bergman, 1960)
octobre 2013 : Le chat (Pierre Granier-Deferre, 1971). Prix spécial pour Incendies (Denis Villeneuve, 2010)
novembre 2013 : Fanny et Alexandre (Ingmar Bergman, 1982) ex aequo avec The immigrant (James Gray, 2013)
décembre 2013 : La peau (Liliana Cavani, 1981). Prix spécial pour Un homme parmi les loups (Carroll Ballard, 1983) et La femme défendue (Philippe Harel, 1997)
janvier 2014 : Le loup de Wall Street (Martin Scorsese, 2013) ex aequo avec Koyaanisqatsi (Godfrey Reggio, 1982)
février 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson, 2014)
mars 2014 : Le dossier 51 (Michel Deville, 1978). Prix spécial pour L'aveu (Costa-Gavras, 1970), Meshes of the afternoon (Maya Deren, 1943), Trois femmes (Robert Altman, 1977) & Pharaon (Jerzy Kawalerowicz, 1966)
avril 2014 : Le convoi de la peur (William Friedkin, 1977)
mai 2014 : Maîtresse (Barbet Schroeder, 1975)
juin 2014 : Amour (Michael Haneke, 2012)
juillet 2014 : Salò ou les 120 journées de Sodome (Pier Paolo Pasolini, 1975) ex aequo avec Stalker (Andreï Tarkovski, 1979). Prix spécial pour La montagne sacrée (Alejandro Jodorowsky, 1973)
août 2014 : L’œuf de l'ange (Mamoru Oshii, 1985)
septembre 2014 : Les moissons du ciel (Terrence Malick, 1978)
octobre 2014 : La maman et la putain (Jean Eustache, 1973)
novembre 2014 : Deux jours, une nuit (Jean-Pierre & Luc Dardenne, 2014) ex aequo avec La couleur de la grenade (Sergueï Paradjanov, 1968)
décembre 2014 : Les enfants loups, Ame et Yuki (Mamoru Hosoda, 2012)
janvier 2015 : Le chagrin et la pitié (Marcel Ophuls, 1969)
février 2015 : Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot (Jacques Rivette, 1966)
mars 2015 : Before midnight (Richard Linklater, 2013). Prix spécial pour The baby of Mâcon (Peter Greenaway, 1993)
avril 2015 : L'avventura (Michelangelo Antonioni, 1960)
Dernière édition par Demi-Lune le 31 mai 15, 14:38, édité 35 fois.

Avatar de l’utilisateur
El Dadal
Cadreur
Messages : 4208
Inscription : 13 mars 10, 01:34

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar El Dadal » 1 mai 15, 11:22

MAI 2015

FILMS DU MOIS
Image
Image


Films découverts:
_ Macbeth (Roman Polanski - 1971) Image
_ Mad Max: Fury Road (George Miller - 2015) Image
_ Police contre syndicat du crime (Kinji Fukasaku - 1975) Image
_ How to Get Ahead in Advertising (Bruce Robinson - 1989) Image
_ Bas les masques (Richard Brooks - 1952) Image
_ Nous sommes tous des voleurs (Robert Altman - 1974) Image
_ Sugarland Express (Steven Spielberg - 1974) Image
_ Locke (Steven Knight - 2013) Image
_ Enter the Void (Gaspar Noé - 2010) Image
_ Rachel se marie (Jonathan Demme - 2008) Image
_ En cloque: mode d'emploi (Judd Apatow - 2007) Image
_ La femme d'à côté (François Truffaut - 1981) Image
_ Enfer mécanique (Elliot Silverstein - 1977) Image
_ Fifty-fifty (Charles Martin Smith - 1992) Image
_ Navajo Joe (Sergio Corbucci - 1966) Image
_ The Land (Robert Flaherty - 1942) Image
_ Louisiana Story (Robert Flaherty - 1948) Image
_ Les fugitifs (Francis Veber - 1986) Image
_ Un monde fou, fou, fou, fou (Stanley Kramer - 1963) Image
_ The Wedding Singer (Frank Coraci - 1998) Image
_ Avengers: l'ère d'Ultron (Joss Whedon - 2015) Image

Films revus:
_ La porte du paradis (Michael Cimino - 1980) Image
_ Cutter's Way (Ivan Passer - 1981) Image
_ Mad Max: Fury Road (George Miller - 2015) Image
_ Conan le barbare (John Milius - 1981) Image
_ Watchmen (Zack Snyder - 2009) Image
_ Le 13ème guerrier (John McTiernan - 1999) Image
_ Action Jackson (Craig R. Baxley - 1988) Image
_ Mad Max: au-delà du dôme du tonnerre (George Miller & George Ogilvie - 1985) Image
_ Spawn (Mark A.Z. Dippé - 1997) Image
Dernière édition par El Dadal le 31 mai 15, 13:05, édité 19 fois.

7swans
Nuits de Sheen...
Messages : 7236
Inscription : 17 févr. 06, 18:50

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar 7swans » 1 mai 15, 11:24

Night and Day - Hong Sang-soo : 5.5/10
Naissance des pieuvres - Céline Sciamma : 7/10
Beyond Clueless : 3/10
The Last Customer (CM) - Nanni Moretti : 7.5/10
Trois souvenirs de ma jeunesse - Arnaud Desplechin : 6/10
San Andreas - Brad Peyton : 4/10
L'Ombre des femmes - Philippe Garrel : 7/10

RE :
Aprile - Nanni Moretti : 8/10
La Chambre du Fils - Nanni Moretti : 8/10
Dernière édition par 7swans le 28 mai 15, 16:27, édité 6 fois.
There's no such thing as adventure. There's no such thing as romance. There's only trouble and desire.

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17635
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar Kevin95 » 1 mai 15, 11:55

Mai 2015

Film du mois :

Image

Liste des films découverts (ou presque) :

9,89/10

mad max : fury road / george miller / 2015

9/10

the iron giant / brad bird / 1999
jericho / henri calef / 1946

8,5/10

company of killers / jerry thorpe / 1971
deadly prey / david a. prior / 1987
tonnerres lointains / satyajit ray / 1973
mad city / costa-gavras / 1997
bullets over broadway / woody allen / 1994
walk softly, stranger / robert stevenson / 1950

8/10

blackout / eddy matalon / 1978
the plainsman / cecil b. demille / 1936
le facteur s'en va-t-en guerre / claude bernard-aubert / 1966
hooper / hal needham / 1978
the international / tom tykwer / 2009
popsy pop / jean herman / 1971
the quiet earth / geoff murphy / 1985

7,5/10

nom de code : oies sauvages / antonio margheriti / 1984
the portrait of a lady / jane campion / 1996
the vindicator / jean-claude lord / 1986
les sièges de l'alcazar / luc moullet / 1989
my son, my son, what have ye done / werner herzog / 2009
the other love / andré de toth / 1947

7/10

d.a.r.y.l. / simon wincer / 1985
double dynamite / irving cummings / 1951
au bonheur des dames / andré cayatte / 1943
the wolf man / george waggner / 1941

6,5/10

jours tranquilles à clichy / claude chabrol / 1990
jinxed ! / don siegel / 1982
les aristocrates / denys de la patellière / 1955
an american dream / robert gist / 1966
country of my skull / john boorman / 2004

6/10

raid on rommel / henry hathaway / 1971
sansone / gianfranco parolini / 1961
mr. wong, detective / william nigh / 1938

4/10

corps à cœur / paul vecchiali / 1979

3/10

deux minutes de soleil en plus / gérard vergez / 1988

2/10

aux petits bonheurs / michel deville / 1994


Liste des films revisionnés :

10/10

mad max 2 / george miller / 1981
mad max / george miller / 1979
professione : reporter / michelangelo antonioni / 1975

9,5/10

e dio disse a caino... / antonio margheriti / 1970

9/10

the texas chainsaw massacre 2 / tobe hooper / 1986

8/10

arlington road / mark pellington / 1999

5,5/10

chacun son cinéma ou ce petit coup au cœur quand la lumière s'éteint et que le film commence / collectif / 2007

5/10

life / ted demme / 1999
Dernière édition par Kevin95 le 31 mai 15, 23:40, édité 12 fois.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42750
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar Flol » 1 mai 15, 12:06

Mai 2015

Films découverts
Extract (Mike Judge) : 4/10
Julien Donkey-Boy (Harmony Korine) : 6.5/10
The Night They Raided Minsky's (William Friedkin) : 5/10
Les Seins de Glace (Georges Lautner) : 5.5/10
Time and Tide (Tsui Hark) : 4/10
Un jeune poète (Damien Manivel) : 6.5/10
Somers Town (Shane Meadows) : 6/10
La Chambre des Officiers (François Dupeyron) : 7.5/10
Willow Creek (Bobcat Goldthwait) : 5/10
Rolling Thunder (John Flynn) : 5.5/10
The Young and Prodigious T.S. Spivet (Jean-Pierre Jeunet) : 4/10
Vera Drake (Mike Leigh) : 7.5/10
La Tête Haute (Emmanuelle Bercot) : 6/10
Tale of Tales (Matteo Garrone) : 3/10
Mad Max Fury Road (George Miller) : 8/10
Sleeping Giant (Andrew Cividino) : 6/10
Le Fils de Saul (László Nemes) : 6.5/10
AN (Naomi Kawase) : 8/10
The Lobster (Yorgos Lanthimos) : 7.5/10
Irrational Man (Woody Allen) : 4/10
Sea of Trees (Gus Van Sant) : 5/10
La Patota (Santiago Mitre) : 6.5/10
Mia Madre (Nanni Moretti) : 8/10
Ni le ciel, ni la terre (Clément Cogitore) : 5.5/10
Trois Souvenirs de ma Jeunesse (Arnaud Desplechin) : 8/10
Carol (Todd Haynes) : 7.5/10
Mon Roi (Maïwenn) : 3/10
Dégradé (Tarzan & Abu Nasser) : 6/10
Green Room (Jeremy Saulnier) : 7/10
Louder Than Bombs (Joachim Trier) : 4/10
La Loi du Marché (Stéphane Brizé) : 7.5/10
Les Cowboys (Thomas Bidegain) : 5/10
Marguerite et Julien (Valérie Donzelli) : 3/10
Sicario (Denis Villeneuve) : 5/10
Songs My Brothers Taught Me (Chloé Zhao) : 7.5/10
Cemetery of Splendour (Apichatpong Weerasethakul) : 7/10
Mountains May Depart (Jia Zhangke) : 7.5/10
Youth (Paolo Sorrentino) : 7/10
Krisha (Trey Edward Shults) : 4/10
The Assassin (Hou Hsia-Hsien) : 5/10
Love (Gaspar Noé) : 4/10
The Other Side (Roberto Minervini) : 6/10
Le Trésor (Corneliu Porumboiu) : 6/10
Valley of Love (Guillaume Nicloux) : 5.5/10
Dheepan (Jacques Audiard) : 7.5/10
Dope (Rick Famuyiwa) : 4/10
Macbeth (Justin Kurzel) : 5.5/10
Chronic (Michel Franco) : 6/10
Béliers (Grímur Hákonarson) : 6/10
Notre petite soeur (Hirokazu Kore-eda) : 7.5/10
San Andreas (Brad Peyton) : 2/10
Tomorrowland (Brad Bird) : 7.5/10
The Brink's Job (William Friedkin) : 5.5/10
Children of a Lesser God (Randa Haines) : 7.5/10
Rules of Engagement (William Friedkin) : 6/10

Films revus
Pee Wee's Big Adventure (Tim Burton) : 7.5/10 (=)
Beetlejuice (Tim Burton) : 8/10 (=)
Mad Max (George Miller) : 8/10 (=)
Mad Max II (George Miller) : 8.5/10 (=)
Mad Max Beyond Thunderdome (George Miller & George Ogilvie) : 4/10 (=)

Séries découvertes
Hello Ladies (Stephen Merchant) : 7/10
True Detective - saison 1 (Nic Pizzolatto ) : 6/10

Séries revues
The Office US - saison 4 (Greg Daniels) : 7.5/10

Mes films du mois de Janvier 2005 à Avril 2015
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2005 : Turkish Delights (Paul Verhoeven)
Février 2005 : Bloody Sunday (Paul Greengrass)
Mars 2005 : The Life Aquatic with Steve Zissou (Wes Anderson)
Avril 2005 : Sweet Sixteen (Ken Loach)
Mai 2005 : Sleuth (Joseph L. Mankiewicz)
Juin 2005 : Man in the Moon (Robert Mulligan)
Juillet 2005 : Flesh + Blood (Paul Verhoeven)
Août 2005 : Bottle Rocket (Wes Anderson)
Septembre 2005 : The Getaway (Sam Peckinpah)
Octobre 2005 : Greed (Erich Von Stroheim)
Novembre 2005 : A History of Violence (David Cronenberg)
Décembre 2005 : The Man Who Would Be King (John Huston)
Janvier 2006 : Der Vierde Man (Paul Verhoeven)
Février 2006 : The New World (Terrence Malick)
Mars 2006 : Bring Me the Head of Alfredo Garcia (Sam Peckinpah)
Avril 2006 : Sorcerer (William Friedkin)
Mai 2006 : Testament (Lynn Littman)
Juin 2006 : The Last Boy Scout (Tony Scott)
Juillet 2006 : The Devil's Rejects (Rob Zombie)
Août 2006 : Breezy (Clint Eastwood)
Septembre 2006 : Tarnation (Jonathan Caouette)
Octobre 2006 : Children of Men (Alfonso Cuaron)
Novembre 2006 : Black Book (Paul Verhoeven)
Décembre 2006 : My Darling Clementine (John Ford)
Janvier 2007 : Casablanca (Michael Curtiz)
Février 2007 : Keane (Lodge Kerrigan)
Mars 2007 : Lonely are the Brave (David Miller)
Avril 2007 : The Prisoner of Shark Island (John Ford)
Mai 2007 : Babe : Pig in the City (George Miller)
Juin 2007 : The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Juillet 2007 : Two For The Road (Stanley Donen)
Août 2007 : Ratatouille (Brad Bird)
Septembre 2007 : The Bourne Supremacy (Paul Greengrass)
Octobre 2007 : Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Novembre 2007 : 24 Hour Party People (Michael Winterbottom)
Décembre 2007 : We Own The Night (James Gray)
Janvier 2008 : Sweeney Todd (Tim Burton)
Février 2008 : La Nuit Américaine (François Truffaut)
Mars 2008 : The Man Who Shot Liberty Valance (John Ford)
Avril 2008 : F...comme Fairbanks (Maurice Dugowson)
Mai 2008 : Mr Smith Goes to Washington (Frank Capra)
Juin 2008 : Block Party (Michel Gondry)
Juillet 2008 : Bridge to Terabithia (Gabor Csupo)
Août 2008 : The Pursuit of Happyness (Gabriele Muccino)
Septembre 2008 : The Mist (Frank Darabont)
Octobre 2008 : Entre les murs (Laurent Cantet)
Novembre 2008 : At Close Range (James Foley)
Décembre 2008 : Faits Divers (Raymond Depardon)
Janvier 2009 : Urgences (Raymond Depardon)
Février 2009 : The Wrestler (Darren Aronofsky)
Mars 2009 : You can't take it with you (Frank Capra)
Avril 2009 : Le Trou (Jacques Becker)
Mai 2009 : Family Life (Ken Loach)
Juin 2009 : La Ronde (Max Ophüls)
Juillet 2009 : Bukowski - Born Into This (John Dullaghan)
Août 2009 : Inglourious Basterds (Quentin Tarantino)
Septembre 2009 : District 9 (Neil Blomkamp)
Octobre 2009 : (500) Days of Summer (Marc Webb)
Novembre 2009 : Once (John Carney)
Décembre 2009 : Avatar (James Cameron)
Janvier 2010 : Mr. Nobody (Jaco Van Dormael)
Février 2010 : Valkyrie (Bryan Singer)
Mars 2010 : Boy A (John Crowley)
Avril 2010 : The Red Shoes (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Mai 2010 : Grey Gardens (Albert Maysles, David Maysles, Ellen Hovde & Muffie Meyer)
Juin 2010 : Sixteen Candles (John Hughes)
Juillet 2010 : The Fall (Tarsem Singh)
Août 2010 : This Is It (Kenny Ortega)
Septembre 2010 : Des Hommes et des Dieux (Xavier Beauvois)
Octobre 2010 : The Social Network (David Fincher)
Novembre 2010 : The Dead (John Huston)
Décembre 2010 : Death Wish III (Michael Winner)
Janvier 2011 : Miracle Mile (Steve De Jarnatt)
Février 2011 : On Her Majesty's Secret Service (Peter Hunt)
Mars 2011 : Brief Encounter (David Lean)
Avril 2011 : Punishment Park (Peter Watkins)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Running on Empty (Sidney Lumet)
Juillet 2011 : Music Box (Costa-Gavras)
Août 2011 : The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (Andrew Dominik)
Septembre 2011 : 7th Heaven (Frank Borzage)
Octobre 2011 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Novembre 2011 : Super (James Gunn)
Décembre 2011 : City of Hope (John Sayles)
Janvier 2012 : Take Shelter (Jeff Nichols)
Février 2012 : Incendies (Denis Villeneuve)
Mars 2012 : Modern Times (Charlie Chaplin)
Avril 2012 : A propos d'Elly (Asghar Farhadi)
Mai 2012 : The Conversation (Francis Ford Coppola)
Juin 2012 : The Myth of the American Sleepover (David Robert Mitchell)
Juillet 2012 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot)
Août 2012 : Scaramouche (George Sidney)
Septembre 2012 : The Tall T (Budd Boetticher)
Octobre 2012 : Anatomy of a Murder (Otto Preminger)
Novembre 2012 : Frankenweenie (Tim Burton)
Décembre 2012 : Le Havre (Aki Kaurismäki)
Janvier 2013 : The White Diamond (Werner Herzog)
Février 2013 : Oslo, 31 Août (Joachim Trier)
Mars 2013 : The Swimmer (Frank Perry)
Avril 2013 : Les Naufragés de l'Île de la Tortue (Jacques Rozier)
Mai 2013 : The Thin Blue Line (Errol Morris)
Juin 2013 : Hôtel Terminus (Marcel Ophuls)
Juillet 2013 : Tous les matins du monde (Alain Corneau)
Août 2013 : Gummo (Harmony Korine)
Septembre 2013 : Calmos (Bertrand Blier)
Octobre 2013 : Le Quai des Brumes (Marcel Carné)
Novembre 2013 : Inside Llewyn Davis (Joel Coen)
Décembre 2013 : A Matter of Life & Death (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Janvier 2014 : Tel père, tel fils (Hirokazu Kore-eda)
Février 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)
Mars 2014 : Her (Spike Jonze)
Avril 2014 : Underworld U.S.A. (Samuel Fuller)
Mai 2014 : Deux jours, une nuit (Jean-Pierre & Luc Dardenne)
Juin 2014 : Under The Skin (Jonathan Glazer)
Juillet 2014 : Dawn of the Planet of the Apes (Matt Reeves)
Août 2014 : Gallipoli (Peter Weir)
Septembre 2014 : Wonderland (Michael Winterbottom)
Octobre 2014 : Blancanieves (Pablo Berger)
Novembre 2014 : L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski)
Décembre 2014 : Whiplash (Damien Chazelle)
Janvier 2015 : Inherent Vice (Paul Thomas Anderson)
Février 2015 : Allemagne Année Zéro (Roberto Rossellini)
Mars 2015 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov)
Avril 2015 : Images (Robert Atman)
Dernière édition par Flol le 31 mai 15, 20:25, édité 21 fois.

Avatar de l’utilisateur
Best
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5583
Inscription : 9 août 04, 13:47
Localisation : 742 Evergreen Terrace, Springfield

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar Best » 1 mai 15, 12:12

Mai 2015

Film du mois

The Doolins of Oklahoma (Gordon Douglas)

Image


Films découverts (Re)

Mad Max : Fury Road (Georges Miller) 9/10
Un peu, beaucoup, aveuglément (Clovis Cornillac) 7,5/10
À la poursuite de demain (Brad Bird) 7,5/10
Ghost in the shell : Arise - Border 3 & 4 (Kazuchika Kise) 7,5/10
My Old Lady (Israël Horovitz) 7/10
L'épreuve (Erik Poppe) 6,5/10
Need for speed (Scott Waugh) 6/10
L'aigle de la neuvième légion (Kevin Macdonald) 6/10
JLA Adventures : Trapped In Time (Giancarlo Volpe) 5,5/10
Le Septième fils (Sergey Bodrov) 5/10
San Andreas (Brad Peyton) 4,5/10



Films revus (Hors compétition)

Le nouveau monde - Director's cut (Terrence Malick) 10/10 ►
Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno (Ohtomo Keishi) 9/10 ▲
Rurouni Kenshin : The Legend Ends (Ohtomo Keishi) 9/10 ►
Mad Max : Fury Road (Georges Miller) 9/10 ►
Le masque de Zorro (Martin Campbell) 8,5/10 ►
Raiponce (Byron Howard, Nathan Greno) 8,5/10 ►
Bleach - The Diamond Dust Rebellion (Noriyuki Abe) 7,5/10 ►
La légende de Manolo (Jorge R. Gutierrez) 7,5/10 ▲
Mon beau père et moi (Jay Roach) 7/10 ►
La légende de Zorro (Martin Campbell) 6,5/10 ►
One Piece - Film 5 : La malédiction de l'épée sacrée (Kazuhisa Takenôchi) 6,5/10 ►
------------
Harry Potter à l'école des sorciers (Chris Colombus) 7,5/10 ►
Harry Potter et la chambre des secrets (Chris Colombus) 7,5/10 ►
Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban (Alfonso Cuaron) 8/10 ►
Harry Potter et la coupe de feu (Mike Newell) 7,5/10 ►
Harry Potter et l'ordre du Phoenix (David Yates) 8/10 ►
Harry Potter et le prince de sang mêlé (David Yates) 8,5/10 ►
Harry Potter et les reliques de la mort - partie 1 (David Yates) 7,5/10 ►
Harry Potter et les reliques de la mort - partie 2 (David Yates) 8,5/10 ►


Notation

10/10 : Je suis en extase
9,5/10 : Je suis aux anges
9/10 : Je jubile
8,5/10 : J'adore
8/10 : J'aime beaucoup
7,5/10 : J'aime
7/10 : J'aime bien
6,5/10 : J'aime assez
6/10 : J'aime moyennement
5,5/10 : J'aime sans plus
5/10 : Entre deux eaux
4/10 : Je n'aime pas vraiment
3/10 : Je n'aime pas
2/10 : Je n'aime pas du tout
1/10 : Je déteste
0/10 : Où est mon pulvérisateur ?


Révisions revues ▲ à la hausse ▼ à la baisse ► à l'identique

Mes films du mois de Mai 2005 à Avril 2015

Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
Dernière édition par Best le 31 mai 15, 22:32, édité 19 fois.

Avatar de l’utilisateur
joe-ernst
Décorateur
Messages : 3694
Inscription : 20 mars 06, 15:11
Localisation :

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar joe-ernst » 1 mai 15, 13:10

MAI 2015


Film du mois :

Image


Films découverts :

Les amants de Villa Borghese, de Gianni Franciolini : 4/10
Armored Car Robbery, de Richard Fleischer : 6,5/10
L'assassin sans visage, de Richard Fleischer : 7,5/10
The Best Offer, de Giuseppe Tornatore : 6,5/10
Deadline at Dawn, de Harold Clurman : 6/10
La duchesse de Langeais, de Jacques de Baroncelli : 7,5/10
Impact, d'Arthur Lubin : 6,5/10
Les jardins du roi, d'Alan Rickman : 4,5/10
Leopardi: Il giovane favoloso, de Mario Martone : 7,5/10
My Old Lady, d'Israel Horovitz : 4/10
Tutta colpa di Freud, de Paolo Genovese : 6/10
Vulcano, de William Dieterle : 6/10


Films revus ou redécouverts :

La cinquième victime, de Fritz Lang : 7,5/10


Film du mois, le récapitulatif :

Spoiler (cliquez pour afficher)
West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins (janvier 2008)
La harpe de Birmanie, de Kon Ichikawa (février 2008)
Iphigénie, de Michael Cacoyannis (mars 2008)
Douce, de Claude Autant-Lara (avril 2008)
Rocco et ses frères, de Luchino Visconti (mai 2008)
La fille de l'amiral, de Roy Rowland (juin 2008)
Bellissima, de Luchino Visconti (juillet 2008)
Sciuscià, de Vittorio De Sica (août 2008)
Scarface, de Howard Hawks (septembre 2008)
La fureur de vivre, de Nicholas Ray (octobre 2008)
Un goût de miel, de Tony Richardson et Le narcisse noir, de Michael Powell et Emeric Pressburger (novembre 2008, ex-aequo)
Lettre d'une inconnue, de Max Ophuls (décembre 2008)
Colonel Blimp, de Michael Powell et Emeric Pressburger (janvier 2009)
Milk, de Gus Van Sant et Séraphine, de Martin Provost (février 2009, ex-aequo)
L'homme des vallées perdues, de George Stevens (mars 2009)
Justice est faite, d'André Cayatte (avril 2009)
Pour toi j'ai tué, de Robert Siodmak (mai 2009)
Les contes de la lune vague après la pluie, de Kenji Mizoguchi (juin 2009)
L'aurore, de Friedrich Wilhelm Murnau (juillet 2009)
Winchester 73, d'Anthony Mann (août 2009)
Le plus sauvage d'entre tous, de Martin Ritt (septembre 2009)
Le ruban blanc, de Michael Haneke (octobre 2009)
La captive aux yeux clairs, de Howard Hawks (novembre 2009)
Peau d'âne, de Jacques Demy (décembre 2009)
Pépé le Moko, de Julien Duvivier (janvier 2010)
Miss Oyu, de Kenji Mizoguchi (février 2010)
Nos meilleures années, de Marco Tullio Giordana (mars 2010)
Ces messieurs dames, de Pietro Germi (avril 2010)
Sueurs froides, d'Alfred Hitchcock (mai 2010)
AUCUN (juin 2010)
Chevaux de bois, de Rupert Julian et Erich von Stroheim (juillet 2010)
Le diable boiteux, de Sacha Guitry (août 2010)
AUCUN (septembre 2010)
Love, de Ken Russell (octobre 2010)
Topsy-Turvy, de Mike Leigh (novembre 2010)
Le marquis de Saint-Evremond, de Jack Conway (décembre 2010)
Incendies, de Denis Villeneuve (janvier 2011)
Une étoile est née, de George Cukor (février 2011)
Une si jolie petite plage, d'Yves Allégret (mars 2011)
Rabbit Hole, de John Cameron Mitchell (avril 2011)
Shakespeare Wallah, de James Ivory (mai 2011)
Le guépard, de Luchino Visconti (juin 2011)
The Beloved Rogue, d'Alan Crosland (juillet 2011)
America, America, d'Elia Kazan (août 2011)
Et maintenant, on va où ?, de Nadine Labaki (septembre 2011)
AUCUN (octobre 2011)
AUCUN (novembre 2011)
Le goût du saké, de Yasujirô Ozu (décembre 2011)
Le mécano de la General, de Buster Keaton (janvier 2012)
AUCUN (février 2012)
AUCUN (mars 2012)
AUCUN (avril 2012)
AUCUN (mai 2012)
Her Night of Romance, de Sidney Franklin (juin 2012)
AUCUN (juillet 2012)
AUCUN (août 2012)
Nouveau souffle, de Karl Markovics (septembre 2012)
Un singe en hiver, d'Henri Verneuil (octobre 2012)
Week-end, d'Andrew Haigh (novembre 2012)
Brighton Rock, de John Boulting (décembre 2012)
Yossi, d'Eytan Fox (janvier 2013)
Blancanieves, de Pablo Berger (février 2013)
AUCUN (mars 2013)
AUCUN (avril 2013)
Mulholland Drive, de David Lynch (mai 2013)
La grande bellezza, de Paolo Sorrentino (juin 2013)
L'inconnu du lac, d'Alain Guiraudie (juillet 2013)
AUCUN (août 2013)
AUCUN (septembre 2013)
La solitude du coureur de fond, de Tony Richardson (octobre 2013)
AUCUN (novembre 2013)
AUCUN (décembre 2013)
Pot-Bouille, de Julien Duvivier (janvier 2014)
AUCUN (février 2014)
AUCUN (mars 2014)
AUCUN (avril 2014)
L'armée du salut, d'Abdellah Taïa (mai 2014)
AUCUN (juin 2014)
RIEN (juillet 2014)
AUCUN (août 2014)
Pride, de Matthew Warchus (septembre 2014)
AUCUN (octobre 2014)
Der Kreis, de Stefan Haupt (novembre 2014)
AUCUN (décembre 2014)
AUCUN (janvier 2015)
Le passé se venge, de Robert Florey (février 2015)
AUCUN (mars 2015)
Le bal de la famille Anjo, de Kozaburo Yoshimura (avril 2015)
Dernière édition par joe-ernst le 1 juin 15, 11:08, édité 7 fois.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie

Avatar de l’utilisateur
jonathan271190
Stagiaire
Messages : 58
Inscription : 27 janv. 15, 15:04

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar jonathan271190 » 1 mai 15, 13:49

Mai 2015

Les Nibelungen:la mort de Siegfried(1924) de Fritz Lang 15.5/20
Skyfall(2012) de Sam Mendes 15/20
La femme à abattre(1951) de Bretaigne Windust(et Raoul Walsh) 15/20
Le jour se lève(1939) de Marcel Carné 14,5/20
Angel in Exile(1948) d'Allan Dwan et de Philip Ford 14,5/20
Les spécialistes(1985) de Patrice Leconte 14,5/20
Un singe en hiver(1962) d'Henri Verneuil 14,5/20
Quantum of Solace(2008) de Marc Forster 13/20
Cliffhanger(1993) de Renny Harlin 12,5/20
Dernière édition par jonathan271190 le 1 juin 15, 09:18, édité 8 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5204
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois de Mai 2015

Messagepar Thaddeus » 1 mai 15, 16:28

Mai 2015


Image



Les innocents (André Téchiné, 1987)
La citation finale d’Antigone le confirme : Téchiné a voulu faire une tragédie tourmentée à la Sophocle, où s’affirme son goût pour les êtres meurtris qui compensent leur désarroi par une agitation fiévreuse. Chez la jeune fille portant l’espoir fou d’un dépassement de la haine (lumineuse Sandrine Bonnaire), le garçon perdu et acoquiné avec une milice d’extrême-droite, son frère ennemi Beur (Abdel Kechiche, beau gosse) et le médecin épris de ce dernier, on perçoit toujours une soif d’absolu, une tentation à aller au plus profond du mal et à porter le malheur des autres pour pouvoir renaître. Plages lyriques et chocs brutaux, réalisation volontiers sophistiquée, alliage de pureté et de décadence, d’angélisme et de culpabilité… Autant d’éléments dont la sincérité prémunit des clichés du roman-photo. 4/6

Hammett (Wim Wenders, 1982)
Du cinéma de luxe, réglé au quart de réplique près, sans un défaut qui traîne des pardessus, des chapeaux feutres ou du savant clair-obscur des plateaux des Zoetrope Studios. Voici donc Hammett embringué dans une enquête filandreuse à Chinatown, avec toutes les conventions du film noir au rendez-vous : poulettes amoureuses et flics ripoux, notables corrompus et chefs de gang tirés à quatre épingles, mœurs crapuleuses et dessous nauséabonds. Double fond, jeu-duel entre fiction et réalité, règne exclusif de l’écriture, du cliché et du mensonge. Wenders a beau jouer honnêtement le jeu du suspense et du stylisation "à la manière de", son regard lent semble se promener sur des ectoplasmes et creuser quelque chose qui ressemble à du vide. L’exercice de style a de la gueule, mais guère plus. 3/6

La ronde (Max Ophuls, 1950)
Premier volet d’une trilogie officieuse marquant l’épanouissement de la manière d’Ophüls. Avec une distinction aristocratique, Anton Walbrook est le récitant, le maître de jeu, l’ordonnateur de cette ronde infinie de la vie et de l’amour à laquelle il apporte quelques réjouissantes manipulations (le coup de ciseau censurant la pellicule lorsque l’érotisme devient explicite, très drôle), et qui s’achève fort logiquement là où elle a commencé. La crème des acteurs du cinéma français se succède au fil de sketchs à la salacité enrobée d’humour, où se déploie sur un ton enjoué tout un éventail de dispositions et de comportements de séduction, et qui perfectionnent une esthétique de la mobilité en accord avec cette recherche d’épure, proche du cercle parfait, à laquelle le cinéaste s’est toujours appliquée. 4/6

Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Dans une piscine de l’East Side, une jolie jeune femme, amusée du trouble qu’elle provoque chez un innocent garçon, le précipite dans une spirale de fantasmes puis d’obsession dans laquelle elle est à son tour entraînée. L’occasion pour Skolimowksi d’entamer la marche funèbre du Swinging London et d’une Angleterre encore bercée des sixties, qui s’aperçoit à peine de son état de décomposition avancée. Sa chronique du désir fou, de la frustration et du passage à l’âge adulte est un joyau dont le vernis pop s’écaille au contact de la réalité, et dont la succulente drôlerie burlesque n’enlève rien à la cruauté – jusqu’au dénouement tragique qui laisse coi. Quant à Jane Asher, avec ses minijupes fleuries et ses bottes de skaï blanches, son grand regard brun et sa flamboyante chevelure rousse, elle est… violente. 5/6

Soleil trompeur (Nikita Mikhalkov, 1994)
Cette lumière paisible est celle de la campagne russe où le colonel Kotov sirote une sereine euphorie avec sa femme, blonde comme le blé, sa fille, petit lutin extralucide qui forme à elle seule le chœur antique du récit, et leurs proches. L’harmonie règne sur la datcha, les babouchkas bavardent, le thé noir coule dans les tasses de porcelaine, on porte des chapeaux de paille et des costumes de lin blanc. Mais en ce jour de 1936, la menace s’insinue insidieusement au sein du petit paradis champêtre, la mort arbore le visage d’un ami, et le spectre de Staline finit par flotter au vent tel le jugement dernier. Le long d’une chronique mélodieuse et nostalgique, d’une tragédie douce où la fatalité s’offre une pause entre cancan et tango, le cinéaste regarde vivre des hommes, les surprend à aimer, rêver, philosopher. 4/6

Irma la douce (Billy Wilder, 1963)
Quiproquos, imbroglios et déguisements : entre un protagoniste successivement policier, proxénète, lord anglais et manutentionnaire et un gérant de café qui multiplie les casquettes de soldat, d’avocat ou de médecin, le film pousse ses principes de métamorphoses jusqu’au point schizophrénique où le héros doit jouer les Fregoli afin de conserver son identité profonde et se voit assassiner le double qu’il s’est inventé pour ne plus être jaloux de lui-même. Dans le pittoresque codé d’un Paris digne du réalisme poétique d’avant-guerre, Wilder développe un conte de fées malicieux sur l’amour, le sexe et l’argent, dont toutes les péripéties sont dictées par les sentiments et les situations scabreuses neutralisées par de grandes bouffées de tendresse. Jack Lemmon est épatant, Shirley MacLaine adorable. 4/6

L’opéra de quat’sous (Georg Wilhelm Pabst, 1931)
Brecht s’estima trahi et fut notoirement mécontent de la transposition cinématographique qu’en fit Pabst, où celui-ci refuse de choisir entre fascination et leçon politique. S’il est vrai que le film tire le pamphlet du côté de la féérie, il n’en demeure pas moins adapté aux crises qui secouaient alors l’Europe. Le réalisateur y cherche une atmosphère de gueuserie à la Notre Dame de Paris, mixte de manière plus ou moins heureuse les ingrédients du vaudeville, du mélodrame policier, de la satire sociale, et tire de la partie de cache-cache entre truands et policiers une sorte d’arlequinade grinçante brodant sur les inégalités de classes, dont l’action est narquoisement commentée par la musique de Kurt Weill. Mais le temps n’a pas fait que du bien à cette espèce d’opérette populiste. 3/6

Mad Max : Fury road (George Miller, 2015)
Trente ans ont passé et le cinéaste septuagénaire n’a pas rien perdu de sa rage déchaînée, de son énergie orgiaque, les libérant en une furia steampunk cathartique, un stupéfiant cyclone d’action, de délire esthétique et d’hystérie formelle. La première demi-heure, saturée de hurlements, de vociférations, d’explosions et d’agressions visuelles à flanquer un mal de crâne, atteint à cet égard les limites de l’insupportable. Mais elle agit comme une note d’intention radicale pour imposer cet univers totalement à rebours des standards hollywoodiens, cet alliage de mythologie éprouvée et d’enjeux rudimentaires, dont l’effacement discursif au profit de la force brute des images garantit une fascination, voire une émotion, singulières. Charlize Theron est superbe de charisme et de détermination morale. 4/6

Klute (Alan J. Pakula, 1971)
Ce remarquable polar paranoïaque, aux prises avec les palpitations, les névroses, les balbutiements d’une époque en mutation, fait la preuve de la richesse du genre quand l’intuition d’un cinéaste le met en synchronisme avec son temps. Servi par le superbe clair-obscur de Gordon Willis, Pakula filme New York, ses immeubles d’affaires, ses appartements sordides, ses baies vitrées, comme une menace perpétuellement inquiétante, où alternent l’être et le paraître, le clinquant et le sombre, et dont le cloisonnement métaphorise une société schizophrène. Quant à Jane Fonda, radieusement belle jusque dans les cernes de l’angoisse, tour à tour femme fatale emplumée puis paumée au nez qui coule, elle offre à ce portrait de femme en plein processus de conscience toute sa magnétique sensibilité. 5/6

Les mariés de l’an II (Jean-Paul Rappeneau, 1971)
Le vaudeville propulsé dans les convulsions et l’agitation de la Terreur, avec courses-poursuites dans les couloirs des bastilles, remue-ménages en perruques et culottes courtes, joyeux bordel généralisé entre partisans jacobins, aristocrates en déroute et chouans complotistes. Comme à son habitude, le réalisateur emballe pied au plancher une rocambolesque aventure, un chassé-croisé en mouvement perpétuel, qui accumule les péripéties bondissantes, carbure à l’énergie des interprètes, furète du côté du boulevard et du cape et d’épée (héroïne capricieuse, soupirants assidus, jalousie incestueuse), s’abreuve aux convulsions de l’Histoire et finit par se fracasser sur la poudre et les canons des lignes franco-autrichiennes. Pas une minute pour s’ennuyer à cette fête malicieuse et enjouée. 4/6

Au seuil de la vie (Ingmar Bergman, 1958)
Trois femmes, la chambre d’une maternité, la vie comme seul sujet de conversation et d’introspection : on ne peut s’imaginer plus bergmanien. Si l’on y ajoute que ces héroïnes sont confrontées aux vicissitudes de leurs corps, à la mort et à la souffrance, et qu’une quatrième, maternante, attentive, toute de tendresse et d’apaisement, veille sur elles, on obtient le dispositif anticipé de Cris et Chuchotements. Avec un art totalement maîtrisé du rapport caméra/personnage, de la déclinaison des sentiments en fonction des situations, le cinéaste développe un huis-clos poignant où d’impressionnantes scènes de douleur et de hurlements alternent avec de grandes bouffées d’altruisme, d’écoute, de chaleur humaine. Une leçon de dramaturgie portée par une sensibilité à fleur de peau. 5/6

L’arriviste (Alexander Payne, 1999)
Aux urnes, lycéens. Dans une Amérique que les artistes, les sociologues et les éditorialistes n’hésitent pas à dire malade de ses jeunes, cette grinçante chronique de mœurs pré-étudiantes fait plutôt mouche. Le sujet laisse envisager une banale comédie de campus, mais les relations tordues unissant le professeur à l’une de ses élèves, petite ambitieuse cynique et tête-à-claque-modèle type, forment le moteur d’une satire assez amère dont chaque étape (les rebondissements liés à l’élection, la déchéance drôle mais pathétique du héros) parvient à déjouer les conventions. S’il n’est pas sans se chercher et tâtonner parfois, Payne met dans son récit assez d’acide, voire de méchanceté (les personnages peuvent se montrer odieux), pour garantir un drôle de plaisir coupable. 4/6

Trois souvenirs de ma jeunesse (Arnaud Desplechin, 2015)
Paul Dédalus se souvient. Il réactive le souvenir de sa dulcinée (franchement agaçante, d’ailleurs) et opère le travail introspectif qui permet d’atteindre équilibre et quiétude. L’occasion pour Desplechin de récapituler sur un mode à la fois grave et ludique, le long d’une très belle chronique des illusions perdues, les ressorts, procédés et motifs de son cinéma. Mordant à pleines dents dans un foisonnant tissu narratif, s’autorisant des échappées parfois jubilatoires dans les registres du fantastique enfantin et de l’espionnage rétro, le cinéaste fait briller son art très personnel du romanesque et de la citation, stimule l’intellect autant que l’instinct de jeu, creuse une matière considérable où la littérature, la philosophie, la politique, la psychanalyse se nourrissent mutuellement. La réussite est totale. 5/6

Gigi (Vincente Minnelli, 1958)
Minnelli refait le coup d’Un Américain à Paris, avec ce savoir-faire éprouvé et parfaitement lisse qui s’avère souvent payant en termes de dividendes : cela n’a pas manqué, le film empocha sa razzia d’Oscars. On y admire donc l’impeccable profusion des toilettes, des robes froufroutantes et des accessoires Belle Époque, on y apprécie le charme d’une reconstitution 1900 millimétrée, à mi-chemin entre le guide touristique et la féérie multicolore, on s’amuse des affectations de comédiens synchrones avec la mièvrerie assez tarte de ce conte pour midinettes, où une jeune cocotte apprend les usages de la haute société et s’entiche d’un prince charmant garanti sans grumeaux. Sans jamais s’ôter de l’esprit que cette fantaisie superficielle est bel et bien (heureusement) d’un autre âge. 3/6

Alice’s restaurant (Arthur Penn, 1969)
Une ballade en images : la vie communautaire, la musique, la fête, le bonheur de l’amitié et des beaux projets. Mais aussi son envers, le drame de la drogue, l’inconciliable de l’utopie collective et de l’épanouissement conjugal. Avec cette œuvre que l’on devine très personnelle et qui émerge en pleine explosion libertaire, le cinéaste travaille à chaud dans l’effervescence du moment, capte le mouvement hippie tantôt avec sérénité, tantôt avec crispation, tantôt avec une rigidité funèbre, appréhendant déjà sa fin. Son approche parfois sournoise et insinuante, apte à créer la discordance, gorgée d’humour, de dynamisme, de chaleur humaine, ne romance jamais le sujet mais brode sur un canevas en roue libre, et cerne avec une profonde justesse les différents visages de la jeunesse et de la liberté. 5/6

L’heure d’été (Olivier Assayas, 2008)
La carrière d’Assayas balance entre des films de genre réfléchissant les mutations de la modernité mondialisée et des œuvres plus classiques où il se fait comme le dépositaire d’un art de vivre attaché à la valeur du passé. Ainsi de cette chronique excellemment interprétée, à la fois sereine et inquiète, chaleureuse et mélancolique, qui croque une famille d’exilés réunis un dernier été autour d’une aïeule soucieuse de transmettre la mémoire de son oncle peintre. Méditation sur le deuil, les héritages à porter et à partager, la contradiction entre la valeur marchande et le poids sentimental, elle se défait avec une certaine grâce d’un genre difficile et contraignant. Mais la conclusion artificielle prouve à nouveau que le cinéaste, malgré les efforts qu’il se donne, est infichu de filmer correctement la jeunesse. 4/6

Falbalas (Jacques Becker, 1945)
C’est avec une précision luxueuse que le cinéaste, à la fin de la guerre, filme le milieu de la haute couture parisienne. Sensibilité et rigueur dictent son inspiration, des notions de réalisme fugitives et fortes, ainsi que de formidables idées visuelles qui font transiter la moindre émotion par la mise en scène, telle la partie de ping-pong où le malaise de l’héroïne s’exprime sur son visage qui suit hagard le ballet mécanique de la balle faisant tic-tac comme une horloge. Portrait d’un mufle distingué soudain saisi par l’amour, pris au piège de son inconséquence, ce superbe et très subtil drame passionnel, qui évolue de la légèreté badine à la gravité tragique, offre à Raymond Rouleau, tour à tour désinvolte, cynique et pathétique, et à Micheline Presle, toute en spiritualité charmeuse, des rôles mémorables. 5/6

L’ombre des femmes (Philippe Garrel, 2015)
Même durée minimale, même simplicité de la formulation qui échappe assez miraculeusement aux poncifs de ce qu’on est en droit de ne plus supporter dans ce cinéma de chambre très intello-franco-français. Le personnage de Merhar, égoïste, buté sur ses certitudes, morose à chaque instant, a de quoi agacer, mais le film tire une chimie très délicate de ses protagonistes féminins, toutes en courage et en lucidité. Filant la métaphore entre illusion des cœurs et vision trompeuse de l’histoire, associant différentes formes d’engagement en une même célébration de l’intégrité, Garrel rejoue les tourments de l’infidélité et du désamour, de l’incompréhension et de la douleur sentimentale, avec cette douceur cristalline, ce sens de l’évidence qui conjugue les vertus de l’acuité et celles de la poésie. 4/6

Un château en enfer (Sydney Pollack, 1969)
Peu encline à rencontrer la lumière crue du présent, l’œuvre de Pollack lui a souvent préféré le prisme du passé. Mais, aux antipodes de l’âge d’or du cinéma romanesque, c’est presque dans le théâtre de l’absurde qu’elle puise ici ses mécanismes et ses enjeux. Avec ce film étrange, parfois onirique, le cinéaste replie le théâtre traditionnel du film de guerre sur un cadre fermé, en quasi huis-clos, et affirme qu’il préfère, aux commentateurs, manipulateurs et interprètes de la réalité, ceux qui la subissent, fût-ce dans une candeur ou une inconscience totale. Il dépeint, dans la neige et la rudesse d’une bataille des Ardennes filmée comme un enfer métaphorique, la fragilité de l’art et des valeurs immatérielles, les drames et la vanité des hommes au sein d’un monde qui court vers son anéantissement. 4/6


Et aussi :

Le labyrinthe du silence (Giulio Ricciarelli, 2014) - 5/6
Titli (Kanu Behl, 2014) - 3/6
La tête haute (Emmanuelle Bercot, 2015) - 4/6
La loi du marché (Stéphane Brizé, 2015) - 4/6
Hôtel Terminus (Marcel Ophuls, 1988) - 5/6

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015 - Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015 - La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015 - Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014 - Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014 - Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014 - Zardoz (John Boorman, 1974)
Septembre 2014 - Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014 - Le prix d'un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014 - Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014 - Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014 - Léon Morin, prêtre (Jean-Piere Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014 - Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014 - Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 1 juin 15, 15:38, édité 4 fois.