Votre film du mois d'Octobre 2014

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Monteur
Messages : 4548
Inscription : 13 déc. 07, 19:24

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar nobody smith » 1 oct. 14, 08:06

Octobre 2014

Film du mois

Image

Films découverts

A L’ouest Rien De Nouveau (Lewis Milestone) 9/10
Gone Girl (David Fincher) 9/10

Les Boxtrolls (Graham Annable et Anthony Stacchi) 8/10

La Gloire Et La Peur (Lewis Milestone) 7.5/10
The Hours (Stephen Daldry) 7.5/10
Horns (Alexandre Aja) 7.5/10

Fury (David Ayer) 7/10
Le Mari De La Coiffeuse (Patrice Leconte) 7/10
Bad Lieutenant (Abel Ferrara) 7/10
La Légende De Manolo (Jorge R. Gutierrez) 7/10

Stake Land (Jim Mickle) 6.5/10
Balade Entre Les Tombes (Scott Frank) 6.5/10
Le Poney Rouge (Lewis Milestone) 6.5/10
Le Général Est Mort A L’aube (Lewis Milestone) 6.5/10

Sleeping Dogs (Roger Donaldson) 6/10
Prisonniers De Satan (Lewis Milestone) 6/10
Oliver Twist (Frank Lloyd) 6/10
Sitcom (François Ozon) 6/10

Du Sang Dans Le Soleil (Frank Lloyd) 5.5/10
Mulberry Street (Jim Mickle) 5.5/10

La Belle Et L’ordinateur (Steve Barron) 5/10
John Wick (David Leitch et Chad Stahelski) 5/10
Annabelle (John R. Leonetti) 5/10
Christmas (Abel Ferrara) 5/10

Ninja Turtles (Jonathan Liebesman) 4.5/10
The Equalizer (Antoine Fuqua) 4.5/10
L’homme Qui Rit (Jean-Pierre Améris) 4.5/10
Paparazzi (Alain Berbérian) 4.5/10

Le Labyrinthe (Wes Ball) 4/10
Etat D’urgence (Frédéric Forestier) 4/10
Scarlet Diva (Asia Argento) 4/10

Dracula Untold (Gary Shore) 3/10
The Giver (Phillip Noyce) 3/10
Coneheads (Steve Barron) 3/10

Films revus

The Artist (Michel Hazanavicius) 10/10

The Dark Knight Rises (Christopher Nolan) 9/10

Insomnia (Christopher Nolan) 7.5/10
King Of New York (Abel Ferrara) 7.5/10

Les Tortues Ninja (Steve Barron) 7/10
OSS 117 : Rio Ne Répond Plus (Michel Hazanavicius) 7/10
OSS 117 : Le Caire Nid D’espions (Michel Hazanavicius) 7/10
Les Révoltés Du Bounty (Lewis Milestone) 7/10
Les Révoltés Du Bounty (Frank Lloyd) 7/10
Treize Jours (Roger Donaldson) 7/10

Braquage A L’anglaise (Roger Donaldson) 6.5/10
Malveillance (Jaume Balaguero) 6.5/10

Les Trois Prochains Jours (Paul Haggis) 6/10
Juno (Jason Reitman) 6/10

Le Bounty (Roger Donaldson) 5.5/10
Sens Unique (Roger Donaldson) 5.5/10

Astérix Aux Jeux Olympiques (Frédéric Forestier et Thomas Langmann) 3.5/10

Le Boulet (Alain Berbérian et Frédéric Forestier) 3/10

films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2008 : No Country For Old Men (Joel et Ethan Coen)
Février 2008 : L’Auberge Rouge (Claude Autant-Lara)
Mars 2008 : There Will Be Blood (Paul Thomas Anderson)
Avril 2008 : La Montagne Sacrée (Alejandro Jodorowsky)
Mai 2008 : Ricky Bobby, Roi Du Circuit (Adam McKay)
Juin 2008 : Manie Manie (Rintaro, Kawajiri et Otomo)
Juillet 2008 : Delivrance (John Boorman)
Août 2008 : Le Faucon Maltais (John Huston)
Septembre 2008 : Plan 9 From Outer Space (Edward D. Wood Jr.)
Octobre 2008 : Spinal Tap (Rob Reiner)
Novembre 2008 : L’Echange (Clint Eastwood)
Décembre 2008 : Aguirre, La Colère De Dieu (Werner Herzog)

Janvier 2009 : La Belle Au Bois Dormant (Wolfgang Reitherman et Eric Larson)
Février 2009 : Certains L’Aiment Chaud (Billy Wilder)
Mars 2009 : Les 3 Royaumes (John Woo)
Avril 2009 : Eh Mec ! Elle Est Où Ma Caisse ? (Danny Leiner)
Mai 2009 : Les Amants Du Pont-Neuf (Leos Carax)
Juin 2009 : Little Big Man (Arthur Penn)
Juillet 2009 : Les Pirates Du Métro (Joseph Sargent)
Août 2009 : Là-Haut (Pete Docter)
Septembre 2009 : Les Trois Jours Du Condor (Sydney Pollack)
Octobre 2009 : Metropolis (Fritz Lang)
Novembre 2009 : The Box (Richard Kelly)
Décembre 2009 : Hana-Bi (Takeshi Kitano)

Janvier 2010 : Ran (Akira Kurosawa)
Février 2010 : Fantastic Mr. Fox (Wes Anderson)
Mars 2010 : Oz, Un Monde Extraordinaire (Walter Murch)
Avril 2010 : Les Fraises Sauvages (Ingmar Bergman)
Mai 2010 : Mind Game (Masaaki Yuasa)
Juin 2010 : Looking For Richard (Al Pacino)
Juillet 2010 : Toy Story 3 (Lee Unkrich)
Aout 2010 : Dumbo (Ben Sharpsteen)
Septembre 2010 : Hardcore (Paul Schrader)
Octobre 2010 : Gens De Dublin (John Huston)
Novembre 2010 : Sunshine (Istvan Szabo)
Décembre 2010 : Tous Les Matins Du Monde (Alain Corneau)

Janvier 2011 : 5 CM Par Seconde (Makoto Shinkai)
Février 2011 : True Grit (Joel et Ethan Coen)
Mars 2011 : La Mélodie Du Bonheur (Robert Wise)
Avril 2011 : Les Grands Espaces (William Wyler)
Mai 2011 : Tree Of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Panic Sur Florida Beach (Joe Dante)
Juillet 2011 : Europa (Lars Von Trier)
Aout 2011 : Du Silence Et Des Ombres (Robert Mulligan)
Septembre 2011 : Warrior (Gavin O’Connor)
Octobre 2011 : The Artist (Michel Hazanavicius)
Novembre 2011 : Un Eté Avec Coo (Keiichi Hara)
Décembre 2011 : Happy Feet 2 (George Miller)

Janvier 2012 : La Dame De Shanghai (Orson Welles)
Février 2012 : Cheval De Guerre (Steven Spielberg)
Mars 2012 : John Carter (Andrew Stanton)
Avril 2012 : Rage (David Cronenberg)
Mai 2012 : La Bataille De San Sebastian (Henri Verneuil)
Juin 2012 : Le Règne Des Assassins (Su Chao-Pin et John Woo)
Juillet 2012 : La Tour Au-Delà Des Nuages (Makoto Shinkai)
Aout 2012 : Kafka (Steven Soderbergh)
Septembre 2012 : Fitzcarraldo (Werner Herzog)
Octobre 2012 : Les Ailes D’Honneamise (Hiroyuki Yamaga)
Novembre 2012 : Nos Funérailles (Abel Ferrara)
Décembre 2012 : La Chevauchée Des Bannis (André De Toth)

Janvier 2013 : Lifeboat (Alfred Hitchcock)
Février 2013 : Sans Retour (Walter Hill)
Mars 2013 : Cloud Atlas (Tom Tykwer, Andy et Lana Wachowski)
Avril 2013 : Sympathy For Mr. Vengeance (Park Chan-Wook)
Mai 2013 : Superman/Doomsday (Bruce W. Timm)
Juin 2013 : Vacances Romaines (William Wyler)
Juillet 2013 : Pacific Rim (Guillermo Del Toro)
Aout 2013 : De Grandes Espérances (Alfonso Cuaron)
Septembre 2013 : Mort De Rire (Alex De La Iglesia)
Octobre 2013 : Gravity (Alfonso Cuaron)
Novembre 2013 : Mishima - Une Vie En Quatre Chapitres (Paul Schrader)
Décembre 2013 : Le Loup De Wall Street (Martin Scorsese)

Janvier 2014 : La Fin D’une Liaison (Neil Jordan)
Février 2014 : Trop Belle Pour Toi (Bertrand Blier)
Mars 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)
Avril 2014 : Le Septième Continent (Michael Haneke)
Mai 2014 : Souvenirs Goutte A Goutte (Isao Takahata)
Juin 2014 : Le Conte De La Princesse Kaguya (Isao Takahata)
Juillet 2014 : Un Drôle De Paroissien (Jean-Pierre Mocky)
Aout 2014 : Persona (Ingmar Bergman)
Septembre 2014 : Coup De Cœur (Francis Ford Coppola)
Dernière édition par nobody smith le 1 nov. 14, 07:32, édité 24 fois.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
reuno
Assistant opérateur
Messages : 2006
Inscription : 8 oct. 04, 10:25

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar reuno » 1 oct. 14, 08:55

Octobre 2014

Film du mois

Image
Young ones (Jake Paltrow)

Films découverts

Young ones (Jake Paltrow) 5/6
Honneymoon (Leigh Janiak) 5/6
Bande de filles (Céline Sciamma) 5/6
Night Moves (Kelly Reichardt) 5/6
Gone girl (David Fincher) 5/6
Megan Is Missing (Michael Goi) 5/6
The Canal (Ivan Kavanagh) 4/6
White Bird in a Blizzard (Gregg Araki) 4/6
The Boxtrolls (Anthony Stacchi & Graham Annable) 4/6
Camille redouble (Noémie Lvovsky) 4/6
Promised land (Gus Van Sant) 4/6
Stretch (Joe Carnahan) 4/6
V/H/S Viral 4/6
Mystery Road (Ivan Sen) 4/6
Exists (Eduardo Sánchez) 4/6
ABCs of Death 2 4/6
Horns (Alexandre Aja) 3/6
Deliver us from Evil (Scott Derrickson) 3/6
Mockingbird (Bryan Bertino) 3/6
Les Sorcières de Zugarramurdi (Álex de la Iglesia) 3/6
Grace - The Possession (Jeff Chan) 3/6
Hwayi (Jang Joon-hwan) 2/6
Extraterrestrial (The Vicious Brothers) 2/6
Annabelle (John R. Leonetti) 2/6
Teenage Mutant Ninja Turtles (Jonathan Liebesman) 2/6
Open windows (Nacho Vigalondo) 2/6
The possession of Michael King (David Jung) 2/6

Films revus

Under the skin (Jonathan Glazer) 6/6
The Congress (Ari Folman) 5/6
Martyrs (Pascal Laugier) 5/6
The Addams Family (Barry Sonnenfeld) 5/6
Halloween 2 (Rob Zombie) 5/6
Frankenweenie (Tim Burton) 5/6
Dreamcatcher (Lawrence Kasdan) 4/6
I'm Not There (Todd Haynes) 4/6
You're next (Adam Wingard) 4/6

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2014 : Coherence (James Ward Byrkit)
Août 2014 : The White Diamond (Werner Herzog)
Juillet 2014 : Cheap thrills (E.L. Katz)
Juin 2014 : Under the skin (Jonathan Glazer)
Mai 2014 : The Myth of The American Sleepover (David R Mitchell)
Avril 2014 : The act of killing (Joshua Oppenheimer)
Mars 2014 : Her (Spike Jonze)
Février 2014 : The Babadook (Jennifer Kent)
Janvier 2014 :Drug war (Johnnie To)
Décembre 2013 : All is lost (J. C. Chandor)
Novembre 2013 : Snowpiercer (Bong Joon Ho)
Octobre 2013 : Dark Touch (Marina de Van)
Septembre 2013 : Riddick (David Twohy)
Août 2013 : Noroi (Kôji Shiraish)
Juillet 2013 : A Field in England (Ben Wheatley)
Juin 2013 : Dans ma peau (Marina De Van)
Mai 2013 : The Grandmaster (Wong Kar Wai)
Avril 2013 : Sightseers (Ben Wheatley)
Mars 2013 : To the Wonder (Terrence Malick)
Février 2013 : Toad Road (Jason Banker)
Janvier 2013 : Cloud Atlas (Tom Tykwer, Andy Wachowski & Lana Wachowski)
Décembre 2012 : Symbol (Hitoshi Matsumoto)
November 2012 : Beasts of The Southern Wild (Benh Zeitlin)
Octobre 2012 : Kotoko (Shinya Tsukamoto)
Septembre 2012 : Himizu (Sono Sion)
Août 2012 : ParaNorman (Chris Butler)
Juillet 2012 : The Incident (Alexandre Courtès)
Juin 2012 : Les Raisins de la colère (John Ford)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson)
Avril 2012 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Mars 2012 : Bellflower (Evan Glodell)
Février 2012 : Il était une fois en Anatolie (Nuri Bilge Ceylan)
Janvier 2012 : Love (William Eubank)
Décembre 2011 : Versailles (Pierre Schoeller)
Novembre 2011 : Safe (Todd Haynes)
Octobre 2011 : Polisse (Maïwenn)
Septembre 2011 : Redline (Takeshi Koike)
Août 2011 : Cold Fish (Sono Sion)
Juillet 2011 : Memory Lane (Mikhaël Hers)
Juin 2011 : Biutiful (Alejandro González Inárritu)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Avril 2011 : Animal Kingdom (David Michôd)
Mars 2011 : Tetsuo The Bullet Man (Shinya Tsukamoto)
Février 2011 : Il était une fois dans l'Ouest (Sergio Leone)
Janvier 2011 : Ondine (Neil Jordan)
Décembre 2010 : Mishima: A Life in Four Chapters (Paul Schrader)
Novembre 2010 : L'Enigme de Kaspar Hauser (Werner Herzog)
Octobre 2010 : Monsters (Gareth Edwards)
Septembre 2010 : Nord (Xavier Beauvois)
Août 2010 : Big Wednesday (John Millius)
Juillet 2010 : The Reflecting Skin (Philip Ridley)
Juin 2010 : Code 46 (Michael Winterbottom)
Mai 2010 : Enter the Void (Gaspard Noé)
Avril 2010 : The Andromeda Strain de Robert Wise
Mars 2010 : Onibaba de Kaneto Shindô
Février 2010 : Faust - Eine deutsche Volkssage de F.W. Murnau
Janvier 2010 : Le Décalogue de Krzysztof Kieslowski
Décembre 2009 : Avatar de James Cameron
Novembre 2009 : The Box de Richard Kelly
Octobre 2009 : Pat Garrett & Billy the Kid de Sam Peckinpah
Septembre 2009 : The Offence de Sidney Lumet
Août 2009 : La Femme des Sables de Hiroshi Teshigahara
Juillet 2009 : La Graine et le mulet Abdellatif Kechiche
Juin 2009 : The Sky Crawlers de Mamoru Oshii
Mai 2009 : Possession de Andrezj Zulawski
Avril 2009 : Le Trou de Jacques Becker
Mars 2009 : Shotgun Stories de Jeff Nichols
Février 2009 : The Wrestler de Darren Aronofsky
Janvier 2009 : The Curious Case of Benjamin Button de David Fincher
Décembre 2008 : Clean, shaven de Lodge Kerrigan
Novembre 2008 : Låt den rätte komma in de Tomas Alfredson
Octobre 2008 : Bled Number One de Rabah Ameur-Zaimeche
Septembre 2008 : Omohide Poro Poro de Isao Takahata
Août 2008 : Hellboy II : The Golden Army de Guillermo Del Toro
Juillet 2008 : La Condition de L'Homme de Masaki Kobayashi
Juin 2008 : Angst de Gerald Kargl
Mai 2008 : The Proposition de John Hillcoat
Avril 2008 : Love and Honor de Yoji Yamada
Mars 2008 : The Mist de Frank Darabont
Février 2008 : Twin Peaks - Fire Walk With Me de David Lynch
Janvier 2008 : [REC] de Jaume Balaguero et Paco Plaza
Décembre 2007 : Requiem Pour Un Massacre de Elem Klimov
Dernière édition par reuno le 1 nov. 14, 21:10, édité 28 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5183
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Thaddeus » 1 oct. 14, 09:16

Octobre 2014


Image



Le lieu du crime (André Téchiné, 1986)
Un village de province calme, lumineux et étalé, une famille de petits notables mal assortis (le grand-père a l’air d’un paysan, la grand-mère d’une bourgeoise endimanchée), et l’arrivée d’un ange pasolinien qui précipite les désordres et les résurrections. La tentation du romanesque est si forte, chez l’auteur, qu’elle impulse lentement sa timidité et sa réserve. Dans cet étrange polar sentimental, ce cambriolage du cœur, elle va en s’intensifiant : le scénario multiplie les hasards et les événements pour mieux les dramatiser, le calme masque des tempêtes cachées ou à venir, les gens ordinaires recèlent des tourments cachés, quelque chose d’indiscernable qui couve et soudain éclate. La barque psychologique est chargée, un peu lourde de sens, mais le grondement orageux du film vient à bout des réserves. 4/6

Léviathan (Andreï Zviaguintsev, 2014)
Déchéance de la Russie contemporaine, nouveau chapitre. Mais avec une large poussée de souffle et de fatalisme, de cruauté et de pathétisme. Sans jamais céder aux facilités de la démonstration cynique ni réduire ses personnages à des pantins broyés par les contingences du scénario, Zviaguintsev exprime sa colère révoltée face à la corruption généralisée, au délabrement moral de son pays. L’ami avocat, l’épouse fébrile et touchante, le mari emporté mais bon, tous sont l’un après l’autre victimes de ce monde exsangue et désolé où les puissants avalent les plus faibles, et où les salauds gagnent à la fin. Constat d’une féroce amertume, délivré par un film noir et tragique dont l’amplitude de la mise en scène sait aussi ménager un grinçant humour du désespoir. Et puis Philip Glass à la musique, ça aide. 4/6

Fin août, début septembre (Olivier Assayas, 1998)
Après son détour vers la fantaisie sophistiquée d'Irma Vep, Assayas semble vouloir faire un grand saut dans l’âge adulte, conjuguer pudeur et franchise, émotion et drôlerie. Cela ne va pas sans accrocs ou affectations – telle cette caméra portée toujours fébrile, effet de signature un peu trop voyant. Pourtant, entre volonté d’arrachement et rêve romanesque qui ne veut pas mourir, le film fonctionne, dépasse le catalogue de clichés, de représentations, d’idées toutes faites qui traversent un moment de la société française. À égale distance de Desplechin, Chéreau et Téchiné, le cinéaste problématise dans une forme syncopée l’amour et l’amitié, les expériences du deuil, de la séparation, de l’engagement difficile, tout un feuilleté sentimental auquel les acteurs, excellents, apportent un atout décisif. 4/6

La stratégie de l’araignée (Bernardo Bertolucci, 1970)
La première séquence se situe sur le quai d’une gare, la dernière également. Entre les deux toute l’action se déroule dans le même village émilien, s’y développe et s’y perd : un fils cherchant à connaître son père se trouve peu à peu englué dans la trame des souvenirs contradictoires, des faux témoignages et des légendes usurpées. L’araignée ici n’est pas le fascisme ni l’Histoire mais Bertolucci lui-même, car aucun geste, aucune parole, aucune image du récit kaléidoscopique ne peut être crédité d’une quelconque valeur de vérité. Dans un climat d’étrangeté fantastique et une construction temporelle originale qui entremêle présent et passé, le film aborde donc les questions de la représentation, du trompe-l’œil, de l’ambiguïté politique. Intellectuellement stimulant, mais franchement aride. 3/6

Zardoz (John Boorman, 1974)
Il y a certes Sean Connery brandissant un flingue en slip rouge et nattes noires, mais cette image ne doit pas empêcher d’apprécier l’œuvre pour ce qu’elle est vraiment : un film de science-fiction d’une radicale audace esthétique, où l’utopie est soumise à une critique rigoureuse dévoilant les structures d’oppression qui gouvernent notre société. Le foisonnement symboliste et baroque de la mise en scène n’a d’égale que la densité thématique d’un matériel considérable, qui s’organise en un récit métatextuel "à tiroirs" et brasse sans jamais nous perdre culture et mythologie, élans romantiques et sarcasme nihiliste, scepticisme idéologique et soumission aux cycles de la vie (voir le dernier plan, typiquement boormanien). Ça ne ressemble à rien d’autre et c’est stupéfiant de richesse et d’inventivité. 5/6

Gone girl (David Fincher, 2014)
C’est bien lorsque Fincher remise au placard sa panoplie de petit malin que ses ambitions d’analyste psycho-sociétal trouvent le plein accord de son brio : thriller de très haute volée, orchestré au millimètre et dont chaque séquence multiplie les potentialités de la suivante, ce impeccable jeu de retournements et de faux-semblants radiographie le naufrage d’un couple idéal en éclairant avec méticulosité chaque sphère dans laquelle il se dissimule (familiale, collective, médiatique). La satire, féroce bien qu’un peu convenue, s’éprouve ainsi à l’angoisse d’un grand trou noir : l’opacité inviolable du conjoint, le poison des relations domestiques, l’envers des apparences. Quant aux excellents seconds rôles (la flic, l’avocat et surtout la sœur, véritable nœud de conscience), ils préservent le récit du cynisme facile. 5/6

Le Sicilien (Michael Cimino, 1987)
Utopiste ardent, il souhaitait faire de la Sicile un état américain et rendre leurs terres aux paysans (qui n’en voulaient pas). Il était beau, il était fier et faisait même tomber en pamoison les duchesses américaines… Cimino romantise Giuliano en homme de foi capable de traduire ses convictions en actes. Seule la réalité des faits l’arrêtera, lui qui pensait pouvoir renverser la triple alliance de l’Église, de l’aristocratie et de la Mafia, et qui s’apercevra n’être qu’un pion dans une stratégie qui le dépasse. Sans toujours échapper à l’emphase gratuite, le cinéaste fait couler le sang et la musique, claquer les drapeaux rouges au vent, virevolter les ressorts du romanesque. Son film est un beau livre d’images, emporté mais imparfait, généreux mais schématique, un peu terni par Lambert et son regard de teubé. 4/6

Mommy (Xavier Dolan, 2014)
À chaque nouveau film de Dolan on ramène la question du passage de maturité. Légitime mais agaçant. La vérité c’est qu’il n’a toujours pas franchi ce pallier, et que sa frénésie gargantuesque, son appétit intarissable et hypersensible de filmer, malgré ses grumeaux (ici tel prévisible montage en musique, là telle complaisance pop), témoignent d’une fraîcheur obstinée qui lui va à merveille. En faisant flamber toute la générosité vitaliste de son cinéma, en mordant comme un ogre dans un tissu romanesque jamais repu, en offrant des rôles superbes à deux actrices qui ne le sont pas moins, il fait souffler sur son mélo démesurément sentimental de fougueuses rafales d’amour et de détresse, d’énergie et de cruauté, de drôlerie et d’impuissance, de déséquilibre et de tours de force. Un tel tempérament est rare. 5/6

Macbeth (Orson Welles, 1948)
Travaillée par le sang, les ténèbres et la mort, par la soif de pouvoir de l’homme, que les forces du mal entraînent dans un gouffre toujours plus sombre, et les intrigues perfides de la femme, que la conscience conduit à la folie, cette célèbre "histoire de bruit et de fureur, contée par un idiot" se place au cœur du conflit entre le chaos des puissance surnaturelles (les trois sorcières) et le nouvel ordre annoncé par le christianisme. Welles s’attache non pas à illustrer la tragédie de Shakespeare mais à véritablement la "mettre en scène", en plans souvent très longs qui accentuent la dramaturgie (tel le meurtre du roi Duncan), dans un décor minimaliste de pierre troglodyte et de brume caverneuse, une esthétique barbare évoquant un monde et une époque indéterminés. Ses choix ont triomphé du temps. 4/6

Invasion Los Angeles (John Carpenter, 1988)
Jadis les communistes étaient l’ennemi numéro un. Mais en cette époque de libéralisme reagano-bushien, le danger vient de l’intérieur et de la léthargie consumériste des citoyens américains, endoctrinés par les messages de la télévision, les invitations trompeuses des dirigeants, le confort anesthésiant du matérialisme roi. Carpenter n’a jamais été aussi alarmiste et revendicatif dans son discours politique : face au conditionnement culturel et économique de masse, la nécessité est à la révolte armée et anarchique. Malgré ses métaphores tractopelles, sa série B propagandiste emporterait le morceau si elle ne se montrait pas aussi dilettante à tous les niveaux : dialogues bien neuneus, délires nawaks (la baston qui dure trois plombes), trucages pourris, acteurs calamiteux au charisme d’huître. 3/6

Les anges du péché (Robert Bresson, 1943)
Dès son premier film, Bresson se montre profondément concerné par les questions de la rédemption et de la grâce. Dialoguée par Jean Giraudoux, l’œuvre impose une retenue qui, loin de limiter l’émotion, l’élève et l’amplifie : elle éclaire ce qui relie la dévotion et le sacrifice, illustre deux formes de transgression oscillant entre la loi de la société, les pulsions de vie et l’aspiration à un autre ordre du monde. Le couvent devient ainsi le théâtre de passions feutrées, de pulsions et d’élans qui emportent les individus, d’un désir d’absolu qui dépasse la morale et le quotidien. Quelque chose de mystérieux, d’immatériel, en plein accord avec la vibrante lumière de la jeune Renée Faure, jeune sœur transfigurée par la mission spirituelle qu’elle s’est fixée, et dont les traits rappellent la Deborah Kerr du Narcisse Noir. 5/6

White bird (Gregg Araki, 2014)
Si la facture de cette chronique adolescente n’évite pas totalement les réflexes normatifs du cinéma indépendant américain, le regard porté par Araki sur la jeunesse n’en reste pas moins emprunt d’une remarquable justesse, et parvient à instiller sur un mode ouaté le mal-être banal, presque tranquille, de son héroïne. Les signaux de reconnaissance fonctionnent à plein (à l’instar de sa bande musicale eigthies au poil), le dosage de drôlerie pincée et de mélancolie discrète évite tout véritable risque, mais l’humilité de l’entreprise lui assure un intérêt constant : tout à la fois étude d’un envers domestique asphyxiant et subtil récit d’apprentissage, elle gomme les excès de style ou de zèle pour favoriser la douceur et l’empathie du portrait. Et puis Shailene Woodley est vraiment épatante. 5/6

La vie passionnée de Vincent Van Gogh (Vincente Minnelli, 1956)
Avant d’être cinéaste, Minnelli fut peintre et décorateur. Aussi dessine-t-il un portrait de Van Gogh en écorché vif, voué à la solitude par sa singularité, rejeté par les missions néerlandaises comme par les chapelles parisiennes : un perpétuel exilé auquel il revient d’exprimer en rouge et en vert le terrible des passions humaines. De la terre noire de Hollande au vieil or des tournesols arlésiens, des cyprès funèbres de Saint-Rémy aux horizons hallucinés d’Auvers, des périodes de crise aux instants éphémères de plénitude, de la tendre complicité avec le fidèle frère Théo aux débats tumultueux sur l’art avec Gauguin, ce superbe poème lyrique sur la création, mû d’une vraie passion pour la matière picturale, est le plus bel hommage rendu à un ouvrier de la peinture, à son opiniâtreté et à son engagement. 5/6

La chair de l’orchidée (Patrice Chéreau, 1975)
Chéreau qualifiera plus tard son premier film de "fantasmagorie indigeste". Autoflagellation assez injuste car la façon dont il parvient, à force de stylisation hallucinée, à créer malaise et fascination est plutôt courageuse. Il s’agit d’un faux polar bizarre où l’on croise une jeune héritière mutique, une grande bourgeoise bottée et voilettée de noir, des fous errant dans un parc parmi des voitures luisantes comme des coléoptères, un type louche qui finit énucléé, ou bien encore deux frères assassins presque aussi laconiques et effrayants que le Chigurh des frères Coen. Toute cette sanglante affaire de crime, de folie et d’argent est traversée de bouffées d’humour noir, filmée dans des intérieurs de pénombre ou dans une campagne de vapeurs grises, et marquée par un sentiment d’inexorable fatalité. 4/6

Chocolat (Claire Denis, 1988)
C’était le temps des whiskies sous les vérandas, des nuits moites sous la moustiquaire, des boys taciturnes regardant passer les Blancs à côté de l’Afrique véritable – le temps de la colonisation finissante. Claire Denis filme en connaissance de cause, elle qui a grandi au Cameroun en suivant son père fonctionnaire au hasard des nominations. À hauteur d’une fillette liée par une étrange complicité à un domestique noir, elle capte dans la langueur de la brousse l’expression des rapports pervertis entre maîtres et serviteurs : deux mondes étroitement mêlés mais irréductibles, séparés par une cloison trop étanche. Sans reconstitution solennelle ni psychologie envahissante, les visages parlent, les silences étouffent, la caméra fraye son chemin entre ombre et soleil, soupirs contenus et espoirs vains. 4/6

Magic in the moonlight (Woody Allen, 2014)
À mesure qu’il s’approche de l’échéance fatidique (et redoutée), Allen problématise ses sujets de façon toujours plus littérale. Il est parfaitement conscient des mécanismes qu’il manipule, n’essaie même pas de contourner les attentes, et filme désormais en vieux maître débonnaire, toujours capable de générer le plus vif des plaisirs sans donner l’impression de forcer. Une nouvelle preuve avec cette savoureuse comédie romantique, petite friandise où il récapitule ses positions sur l’illusion, l’aveuglement heureux et la lucidité triste, en colorant son pessimisme foncier d’un hymne aux délices de la magie amoureuse. Le divertissement est enlevé et pétillant, Colin Firth délectable en cynique touché par Cupidon (voir entre autres le râteau de sa demande en mariage) et Emma Stone à croquer. 5/6

Drôle d’endroit pour une rencontre (François Dupeyron, 1988)
C’est l’hiver, sur une autoroute, quelque part en France. Durant deux jours, une bourgeoise larguée par son époux et un type bizarre qui démonte son moteur comme s’il se livrait à une opération chirurgicale vont s’exprimer leurs incertitudes de cœur. Elle, murée dans la tour d’ivoire d’un mariage stérile, se raccroche aux pauvres dioramas de souvenirs idéalisés. Lui, solitaire et bourru, provocant et hâbleur, se laisse gagner par le romantisme et s’élève contre une réalité sordide. Pour orchestrer la valse amoureuse entre ces deux monstres sacrés, Dupeyron peaufine un dialogue très écrit, fait durer chaque plan, essaie de capter les turbulences intérieures de personnages d’âge mûr rendus chacun au point de non-retour de leur existence. La tentative est originale et plutôt réussie. 4/6

Les anges exterminateurs (Jean-Claude Brisseau, 2006)
Si l’on comprend son point de vue sur l’"affaire", Brisseau, devenu naïvement un gourou du sexe, fut la victime de jeunes filles fragiles et machiavéliques à qui il a fait découvrir la jouissance et qui sont tombées raide amoureuses de lui. Difficile de pousser plus loin le narcissisme et l’autojustification doloriste. Reste la quête pour figurer la mécanique incitative du plaisir charnel et de son économie cachée, la sollicitation anonyme du désir par la caméra, un certain magnétisme dans les ondulations des ébats saphiques ou des masturbations haletantes, le postulat fantastique qui joue avec l’ésotérisme et la transcendance. Ce n’est pas rien, mais inséré au sein d’une démarche de dédouanement si égocentrique, et réalisée de façon si pauvre, si anodine, que l’entreprise suscite régulièrement sarcasme et dépit. 3/6

L’or de Naples (Vittorio De Sica, 1954)
D’origine parthénopéenne, le réalisateur rend son hommage à une ville dont l’or réside essentiellement, comme l’indique le texte liminaire, dans l’espérance et la patience. Six sketches en forme d’anecdotes dressent une chronique quotidienne qui témoignent d’un savant dosage de comique dans le dramatique et vice-versa : Totò déguisé danse pour l’inauguration d’une épicerie, Sophia Loren exhibe ses rotondités, Silvana Mangano gèle immobile dans le froid du petit matin… S’il marque le glissement de l’auteur vers un cinéma idéologiquement moins engagé mais toujours concerné par l’expression des problèmes socio-culturels, ce sonnet populaire aux airs de comedia dell’arte demeure hélas inégal dans ses registres et sa fluidité, n’intéressant que par intermittence et ne touchant que rarement. 3/6

Le sel de la terre (Wim Wenders, 2014)
C’est en admirateur respectueux que le cinéaste rend hommage au travail de Sebastião Salgado, qui a choisi la voie écologique après avoir relaté certains évènements majeurs de l’histoire moderne. Du ventre ouvert du Brésil, déversant des milliers de chercheurs d’or, aux territoires reculés des Andes, des insoutenables images de la famine au Sahel aux exactions du génocide rwandais, des champs pétrolifères enflammés du Koweït à l’éden préservé d’une forêt équatoriale, les clichés de l’artiste subjuguent. Wenders en restitue la terrible beauté, exalte leur poésie de paradis et d’enfer, éclaire sobrement la bouleversante détresse humaine qui les habite. Et si l’on peut s’interroger sur son absence de remise en perspective, rien ne peut entraver la force émotionnelle de ce très beau documentaire. 5/6

Bande de filles (Céline Sciamma, 2014)
Black beauty, bleu électrique, rouge lipstick. On stigmatise trop souvent la fadeur esthétique du cinéma français, surtout lorsqu’il empoigne une certaine réalité sociale, pour ne pas applaudir ici les partis pris de la réalisatrice. Obéissant à de pures décharges d’intensité, exaltant l’affirmation de soi par les mots et les corps, son film s’accorde aux pulsations de ses petites princesses pop en une succession d’envolées à faire bouillir le cœur, les yeux et les oreilles (la danse sur Diamonds est de ces scènes qui rappellent pourquoi on va au cinéma). Dès lors, peu importe les quelques raccourcis signifiants de cette analyse des rites d’appartenance, du désir d’émancipation, du déterminisme social et de la bulle utopique, avec laquelle Sciamma nous transmet son amour débordant pour ses personnages. 5/6

Body snatchers (Abel Ferrara, 1993)
Transposée dans une base militaire, ce deuxième remake du classique de Don Siegel offre à Ferrara son premier gros budget hollywoodien. Le bonhomme ne lime pas ses griffes pour autant et en profite pour démolir certains clichés : la mère est diabolique et un enfant de six ans jeté du haut d’un hélicoptère. Si les possibilités de lectures abondent (on peut l’interpréter, d’un point de vue freudien, comme l’histoire d’une adolescente qui tue ses parents pour s’enfuir avec un joli garçon, sosie de Tom Cruise), le film, stylisé juste ce qu’il faut dans une dominante de contre-jours ocres, reste d’abord une série B speedée, straight, parfaitement emballée, qui tire le maximum de ses motifs autour de la paranoïa et de la contamination métastasique sans laisser le sous-texte politique empiéter sur le suspense. 4/6

Vie sauvage (Cédric Kahn, 2014)
Le film démarre de façon très intense, marqué d’emblée par la déchirure, la séparation, la conscience douloureuse d’un échec. Il s’achève avec une même force d’émotion, en scellant les retrouvailles de la mère et de ses fils sur la voie de la réconciliation. Entretemps, il dresse la chronique d’une utopie constamment mise à l’épreuve des contingences de la société actuelle, entre le désir d’émancipation des normes et la privation indirecte du choix, entre la volonté sincère d’offrir, à soi et aux personnes aimées, un autre voie possible et le prix à payer pour atteindre cet idéal. Privilégiant la sécheresse à l’apitoiement, Kahn éclaire avec tact les enjeux de cette fuite en avant, questionne la notion même de la liberté, et rappelle que Kassovitz est décidément bien meilleur acteur que réalisateur. 4/6

Interstellar (Christopher Nolan, 2014)
Entre spectacle fédérateur et vulgarisation scientifique, sentiments et intellect, Nolan continue de chercher sa voie, tricote comme il peut quelques lois de la physique quantique et, convoquant cette "brève histoire de temps" dont nous parlait Hawking, transpose d’une certaine façon le principe mental d’Inception dans l’infini de l’espace. Mais si les couleuvres à avaler sont nombreuses (notamment lors d’un pseudo-mindfuck final en équilibre instable entre audace et spéculations neuneu), il se manifeste ici plus de cœur et de sincérité que dans les précédents films du bonhomme. C’est cette dimension humaine qui rend le voyage SF foncièrement sympathique en dépit de ses trous d’air, parfois exaltant malgré sa pesanteur, et même étonnamment touchant à certains moments cruciaux. 4/6


Et aussi :

Samba (Eric Toledano & Olivier Nakache, 2014) - 3/6
Le portrait de Jennie (William Dieterle, 1948) - 4/6


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2014 - Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014 - Le prix d'un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014 - Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014 - Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014 - Léon Morin, prêtre (Jean-Piere Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014 - Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014 - Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1966) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 1 nov. 14, 18:50, édité 9 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17633
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Kevin95 » 1 oct. 14, 09:19

Octobre 2014

Film du mois :

Image

Liste des films découverts (ou presque) :

Taking Off (Milos Forman, 1971) Image
Walking Tall (Phil Karlson, 1973) Image
Clérambard (Yves Robert, 1969) Image
Child of Divorce (Richard Fleischer, 1946) Image
Courage fuyons (Yves Robert, 1979) Image
Le Téléphone rose (Édouard Molinaro, 1975) Image
No Way to Treat a Lady (Jack Smight, 1968) Image
Une ravissante idiote (Édouard Molinaro, 1964) Image
Dead End (William Wyler, 1937) Image
La Table-aux-Crevés (Henri Verneuil, 1951) Image
The Bounty (Roger Donaldson, 1984) Image
Framed (Phil Karlson, 1975) Image
Lady in a Cage (Walter Grauman, 1964) Image
Tranches de vie (François Leterrier, 1985) Image
Tight Spot (Phil Karlson, 1955) Image
Danza macabra (Antonio Margheriti, 1964) Image
Martial Arts of Shaolin (Chia-Liang Liu, 1986) Image
The Gift (Sam Raimi, 2000) Image
Memento (Christopher Nolan, 2000) Image
La Communale (Jean L'Hôte, 1965) Image
Four Brothers (John Singleton, 2005) Image
Paris n'existe pas (Robert Benayoun, 1969) Image
Samurai Cop (Amir Shervan, 1991) Image
Plus ça va, moins ça va (Michel Vianey, 1977) Image
Firewalker (J. Lee Thompson, 1986) Image
Mon homme (Bertrand Blier, 1996) Image
Ces messieurs de la famille (Raoul André, 1968) Image
The Body Snatcher (Robert Wise, 1945) Image
Nella stretta morsa del ragno (Antonio Margheriti, 1971) Image
A 008, operazione Sterminio (Umberto Lenzi, 1965) Image
The Mummy's Shroud (John Gilling, 1967) Image
A Stranger Among Us (Sidney Lumet, 1992) Image
Malevil (Christian de Chalonge, 1981) Image
Los pianos mecánicos (Juan Antonio Bardem, 1965) Image


Liste des films revisionnés :

Il deserto dei tartari (Valerio Zurlini, 1976) Image
La Dérobade (Daniel Duval, 1979) Image
Laissez-passer (Bertrand Tavernier, 2002) Image
Un été d'enfer (Michael Schock, 1984) Image
La 7ème Cible (Claude Pinoteau, 1984) Image
Liste noire (Alain Bonnot, 1984) Image
Beneath the Planet of the Apes (Ted Post, 1970) Image
Dernière édition par Kevin95 le 1 nov. 14, 16:31, édité 22 fois.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
magobei
Assistant opérateur
Messages : 2538
Inscription : 11 sept. 07, 18:05

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar magobei » 1 oct. 14, 09:37

Film du mois:

(re-)découvertes / films revus / séries:

Blow Out (Brian De Palma, 1981) 9/10
Magic in the Moonlight (Woody Allen, 2014) 6.5/10
Prince of Persia: The Sands of Time (Mike Newell, 2010) 5.5/10
Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944) 7.5/10
The Lavender Hill Mob (Charles Crichton, 1951) 7/10
Orange Is the New Black s01 6.5/10
Le désert des Tartares (Valerio Zurlini, 1976) 7/10
The King of Comedy (Martin Scorsese, 1982) 7.5/10
Mommy (Xavier Dolan, 2014) 7/10
L'assassino (Elio Petri, 1961) 7/10
Gone Girl (David Fincher, 2014) 7.5/10
Kill List (Ben Wheatley, 2011) 4/10
Still the Water (Naomi Kawase, 2014) 6.5/10
Tu veux... ou tu veux pas? (Tonie Marshall, 2014) 5/10
Joe (David Gordon Green, 2013) 6/10
La vie de château (Jean-Paul Rappeneau, 1966) 6.5/10
Shameless s03 7/10

Mois précédents:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2014
Août 2014
Juillet 2014
Juin 2014
Mai 2014
Avril 2014
Mars 2014
Février 2014
Janvier 2014
Décembre 2013
Novembre 2013
Octobre 2013
Septembre 2013
Août 2013
Juillet 2013
Juin 2013
Mai 2013
Avril 2013
Mars 2013
Février 2013
Janvier 2013
Décembre 2012
Novembre 2012
Octobre 2012
Septembre 2012
Août 2012
Juillet 2012
Juin 2012
Mai 2012
Avril 2012
Mars 2012
Février 2012
Janvier 2012
Décembre 2011
Novembre 2011
Octobre 2011
Septembre 2011
Août 2011
Juillet 2011
Juin 2011
...
Avril 2011
Mars 2011
Février 2011
Janvier 2011
Dernière édition par magobei le 29 oct. 14, 23:48, édité 19 fois.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.

Avatar de l’utilisateur
Hitchcock
Electro
Messages : 967
Inscription : 9 déc. 13, 13:34
Localisation : Londres

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Hitchcock » 1 oct. 14, 09:46

Octobre 2014 :

Notation :

Long-métrages notés sur 20

20/20 : Traumatisme cinématographique
De 17.5 à 19.5/20 : Chef d'oeuvre absolu
De 15.5 à 17/20 : Excellent
De 13.5 à 15/20 : Très bon
De 10.5 à 13/20 : Bon
De 8.5 à 10/20 : Moyen
De 5 à 8/20 : Mauvais
De 0 à 4.5/20 : Exécrable

Séries TV, courts-métrages et documentaires notés sur 10

Film du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Les Amants Crucifiés de Kenji Mizoguchi (1954)


Films découverts, redécouverts ou revus : (↑ : en hausse ; ↓ : en baisse ; → : stable)

Films vus en DVD/Blu-Ray ou à la télévision :

La Jungle est mon royaume - George P. Breakston (1954) [OCS] 8/20

L'Émeraude tragique - Andrew Marton (1954) [TCM] 12/20

L'Air de Paris - Marcel Carné (1954) [OCS] 14/20

Freaks - Tod Browning (1932) [DVD] 15/20

L'Impératrice rouge - Josef Von Sternberg (1934) [Ciné +] 16/20

La Party - Blake Edwards (1968) [Ciné +] 10.5/20

Mon Homme Godfrey - Gregory La Cava (1936) [Ciné +] 14/20

Les Anges aux figures sales - Michael Curtiz (1938) [TCM] 15/20

Le Tombeur - Roy Del Ruth (1933) [TCM] 11.5/20

Rashomon - Akira Kurosawa (1950) [DVD] 17/20

A chaque aube je meurs - William Keighley (1938) [TCM] 13/20

La Beauté du diable - René Clair (1950) [DVD] 14/20

La Bataille du Rio de la Plata - Michael Powell & Emeric Pressburger (1956) [Ciné +] 6/20

Un meurtre sans importance - Lloyd Bacon (1938) [TCM] 12/20

La légion noire - Archie Mayo (1937) [TCM] 13/20

Guerre au crime - William Keighley (1936) [TCM] 12/20

La sorcellerie à travers les âges - Benjamin Christensen (1922) [Ciné +] 15/20

La femme à abattre - Bretaigne Windust (1951) [Paramount Channel] 14.5/20

La maison des otages - William Wyler (1955) [Paramount Channel] 14/20

La Révolte - Lloyd Bacon (1937) [TCM] 12/20

La femme aux miracles - Frank Capra (1931) [OCS] 13/20

Brother Orchid - Lloyd Bacon (1940) [TCM] 13/20

Terre sans pardon - Rudolph Maté (1957) [Paramount Channel] 8/20

La ruée - Frank Capra (1932) [OCS] 14/20

Les Fantastiques années 20 - Raoul Walsh (1939) [TCM] 16/20

Lettre d'une inconnue - Max Ophuls (1948) [Blu-Ray] 18/20

Une heure près de toi - Ernst Lubitsch (1932) [DVD] 13/20

Les Hors-la-loi - William Keighley (1935) [TCM] 13/20

Main basse sur la ville - Francesco Rosi (1963) [DVD] 15/20

Picture Snatcher - Lloyd Bacon (1933) [TCM] 12/20

La Grande muraille - Frank Capra (1933) [OCS] 12/20

Le Roman d'un tricheur - Sacha Guitry (1936) [DVD] 16/20

Miller's Crossing - Coen Brothers (1990) [TCM] 17/20

La Forêt pétrifiée - Archie Mayo (1936) [TCM] 12/20

Strategic Air Command - Anthony Mann (1955) [Paramount Channel] 11/20

La Dernière Chasse - Richard Brooks (1956) [DVD] 15/20

La terre tremble - Luchino Visconti (1948) [OCS] 14/20

L'ultime razzia - Stanley Kubrick (1956) [TCM] 14/20

Winchester '73 - Anthony Mann (1950) [DVD] 15/20

L'Ennemi Public - William Wellman (1931) [DVD] 15/20

La peau douce - François Truffaut (1964) [Arte] 15/20

Gosses de Tokyo - Yasujirō Ozu (1932) 15/20

Vaudou - Jacques Tourneur (1943) [DVD] 16/20

L'Homme léopard - Jacques Tourneur (1943) [DVD] 14/20

Films vus au cinéma :

Les amants crucifiés - Kenji Mizoguchi (1954) 18/20

Le Jour se lève - Marcel Carné (1939) 16.5/20

Metropolis - Fritz Lang (1927) 17/20

L'Aventure de Mme Muir - Joseph L. Mankiewicz (1947) 18/20

Les Éclaireurs du Texas - Phil Karlson (1951) 12/20

Festival Lumière (Week-end 18-19 octobre) :

L'Homme qui rétrécit - Jack Arnold (1957) 15/20

Mirage de la vie - Douglas Sirk (1958) 15/20

Le Dernier des hommes - F. W. Murnau (1924) 17/20

Au grand balcon - Henri Decoin (1949) 14/20

La femme aux cigarettes - Raoul Walsh (1940) 14/20

Courts-métrages :

Séries TV :

Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Le crime ne paie pas - Marc Angelo (2014) 5.5/10

Agatha Christie's Poirot : Une mémoire d'éléphant - John Strickland (2013) 7/10

Agatha Christie's Poirot : Les Travaux d'Hercule - Andy Wilson (2013) 6/10

Documentaires :

Simone Simon, la rebelle - José Rousillan (2012) 6.5/10

Des deux côtés du miroir - Réné Clair, le maître des chimères - Pierre Henri-Gilbert 6.5/10

Une Nuit au Cinéma : Flics et Voyous - Laurent Bouzereau (2014) 6/10

Sacha Guitry et le cinéma: un amour masqué - Serge Le Péron (2007) 6.5/10

Prix complémentaires :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Réalisateur du mois :
Image
Frank Capra

Redécouverte du mois :
Image
Miller's Crossing des Frères Coen (1990)

Prix d'interprétation masculin :
Image
James Cagney pour Les Fantastiques années 20 et L'Ennemi Public

Prix d'interprétation féminin :
Image
Juanita Moore pour Mirage de la vie

Bilan d'octobre 2014 : 54 films ce mois, dont 39 découvertes (pas mal de révisions et redécouvertes ce mois-ci). Un mois marqué par les films de gangsters (notamment grâce au cycle/intégrale de TCM), une introduction au cinéma japonais avec trois grands films, et la découverte fracassante de L'Aventure de Mme Muir que je gardais au chaud depuis un moment. Mini-cycle Capra aussi avec 3 films (qui devrait se poursuivre durant le mois de novembre), ainsi qu'un très beau week-end au Festival Lumière (quatre découvertes ainsi qu'une magnifique révision lors du ciné-concert), et une soirée Jacques Tourneur très sympathique. Niveau western, un mois un peu plus calme malgré la découverte de La Dernière Chasse et la révision de Winchester 73'. J'en ai profité également pour finir mon cycle Dietrich/Von Sternberg du mois de novembre avec L'Impératrice Rouge, et revoir quelques-uns de mes films préférés comme Metropolis et Lettre d'une inconnue.

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2014 : Assurance sur la Mort (Billy Wilder - 1944)
Février 2014 : ex-æquo Rendez-vous avec la Peur (Jacques Tourneur - 1957) et Je sais où je vais (Michael Powell & Emeric Pressburger - 1945)
Mars 2014 : Décision à Sundown (Budd Boetticher - 1957)
Avril 2014 : Les Ensorcelés (Vincente Minnelli - 1952)
Mai 2014 : ex-æquo New York-Miami (Frank Capra - 1934) et La Gouffre aux Chimères (Billy Wilder - 1951)
Juin 2014 : Le Limier (Joseph L. Mankiewicz - 1972)
Juillet 2014 : Noblesse oblige (Robert Hamer - 1949)
Août 2014 : Los Olvidados (Luis Buñuel - 1950)
Septembre 2014 : Scaramouche (George Sidney - 1952)
Dernière édition par Hitchcock le 1 nov. 14, 16:24, édité 17 fois.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42638
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Flol » 1 oct. 14, 09:48

Octobre 2014

Films découverts
Greetings (Brian De Palma) : 7/10
Elle l'adore (Jeanne Herry) : 7/10
Cherchez Hortense (Pascal Bonitzer) : 5/10
Alabama Monroe (Felix Van Groeningen) : 7/10
The Cotton Club (Francis Ford Coppola) : 7.5/10
Lawrence of Arabia (David Lean) : 7/10
Still The Water (Naomi Kawase) : 7/10
Les Derniers Jours (Alex & David Pastor) : 3/10
Barfly (Barbet Schroeder) : 6.5/10
Mommy (Xavier Dolan) : 3/10
Gone Girl (David Fincher) : 7.5/10
Dracula Untold (Gary Shore) : 4/10
Horns (Alexandre Aja) : 6.5/10
Ulzana's Raid (Robert Aldrich) : 7.5/10
Woton's Wake (Brian De Palma) : 5/10
The Responsive Eye (Brian De Palma) : 6/10
Il Futuro (Alicia Scherson) : 6/10
Murder à la Mod (Brian De Palma) : 6.5/10
Get to Know Your Rabbit (Brian De Palma) : 5/10
Home Movies (Brian De Palma) : 4.5/10
No Way Out (Joseph L. Mankiewicz) : 6/10
White Bird (Gregg Araki) : 5.5/10
Samba (Olivier Nakache & Eric Toledano) : 6/10
Proxy (Zack Parker) : 7/10
In a World... (Lake Bell) : 5.5/10
Blancanieves (Pablo Berger) : 8/10
The Go-Go Boys (Hilla Medalia) : 6.5/10
The Longest Yard (Robert Aldrich) : 7/10
Big Night (Stanley Tucci & Campbell Scott) : 7.5/10
Fury (David Ayer) : 5/10
The Judge (David Dobkin) : 3/10
Bande de filles (Céline Sciamma) : 8/10
Magic in the Moonlight (Woody Allen) : 6/10
Violette et François (Jacques Rouffio) : 7/10
Les égarés (André Téchiné) : 6/10
V/H/S 2 (plein de gars) : 3/10
Drinking Buddies (Joe Swanberg) : 7/10

Films revus
Rumble Fish (Francis Ford Coppola) : 8.5/10 (+)
Mean Streets (Martin Scorsese) : 7/10 (=)
Phantom of the Paradise (Brian De Palma) : 8.5/10 (=)
Carrie (Brian De Palma) : 8.5/10 (=)
Obsession (Brian De Palma) : 8/10 (+)
Sisters (Brian De Palma) : 7.5/10 (+)
The Fury (Brian De Palma) : 7.5/10 (=)
Dressed to Kill (Brian De Palma) : 8/10 (+)
Blow Out (Brian De Palma) : 8.5/10 (=)
Scarface (Brian De Palma) : 8/10 (=)
Body Double (Brian De Palma) : 7.5/10 (=)
Wise Guys (Brian De Palma) : 5/10 (+)

Mes films du mois de Janvier 2005 à Septembre 2014
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2005 : Turkish Delights (Paul Verhoeven)
Février 2005 : Bloody Sunday (Paul Greengrass)
Mars 2005 : The Life Aquatic with Steve Zissou (Wes Anderson)
Avril 2005 : Sweet Sixteen (Ken Loach)
Mai 2005 : Sleuth (Joseph L. Mankiewicz)
Juin 2005 : Man in the Moon (Robert Mulligan)
Juillet 2005 : Flesh + Blood (Paul Verhoeven)
Août 2005 : Bottle Rocket (Wes Anderson)
Septembre 2005 : The Getaway (Sam Peckinpah)
Octobre 2005 : Greed (Erich Von Stroheim)
Novembre 2005 : A History of Violence (David Cronenberg)
Décembre 2005 : The Man Who Would Be King (John Huston)
Janvier 2006 : Der Vierde Man (Paul Verhoeven)
Février 2006 : The New World (Terrence Malick)
Mars 2006 : Bring Me the Head of Alfredo Garcia (Sam Peckinpah)
Avril 2006 : Sorcerer (William Friedkin)
Mai 2006 : Testament (Lynn Littman)
Juin 2006 : The Last Boy Scout (Tony Scott)
Juillet 2006 : The Devil's Rejects (Rob Zombie)
Août 2006 : Breezy (Clint Eastwood)
Septembre 2006 : Tarnation (Jonathan Caouette)
Octobre 2006 : Children of Men (Alfonso Cuaron)
Novembre 2006 : Black Book (Paul Verhoeven)
Décembre 2006 : My Darling Clementine (John Ford)
Janvier 2007 : Casablanca (Michael Curtiz)
Février 2007 : Keane (Lodge Kerrigan)
Mars 2007 : Lonely are the Brave (David Miller)
Avril 2007 : The Prisoner of Shark Island (John Ford)
Mai 2007 : Babe : Pig in the City (George Miller)
Juin 2007 : The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Juillet 2007 : Two For The Road (Stanley Donen)
Août 2007 : Ratatouille (Brad Bird)
Septembre 2007 : The Bourne Supremacy (Paul Greengrass)
Octobre 2007 : Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Novembre 2007 : 24 Hour Party People (Michael Winterbottom)
Décembre 2007 : We Own The Night (James Gray)
Janvier 2008 : Sweeney Todd (Tim Burton)
Février 2008 : La Nuit Américaine (François Truffaut)
Mars 2008 : The Man Who Shot Liberty Valance (John Ford)
Avril 2008 : F...comme Fairbanks (Maurice Dugowson)
Mai 2008 : Mr Smith Goes to Washington (Frank Capra)
Juin 2008 : Block Party (Michel Gondry)
Juillet 2008 : Bridge to Terabithia (Gabor Csupo)
Août 2008 : The Pursuit of Happyness (Gabriele Muccino)
Septembre 2008 : The Mist (Frank Darabont)
Octobre 2008 : Entre les murs (Laurent Cantet)
Novembre 2008 : At Close Range (James Foley)
Décembre 2008 : Faits Divers (Raymond Depardon)
Janvier 2009 : Urgences (Raymond Depardon)
Février 2009 : The Wrestler (Darren Aronofsky)
Mars 2009 : You can't take it with you (Frank Capra)
Avril 2009 : Le Trou (Jacques Becker)
Mai 2009 : Family Life (Ken Loach)
Juin 2009 : La Ronde (Max Ophüls)
Juillet 2009 : Bukowski - Born Into This (John Dullaghan)
Août 2009 : Inglourious Basterds (Quentin Tarantino)
Septembre 2009 : District 9 (Neil Blomkamp)
Octobre 2009 : (500) Days of Summer (Marc Webb)
Novembre 2009 : Once (John Carney)
Décembre 2009 : Avatar (James Cameron)
Janvier 2010 : Mr. Nobody (Jaco Van Dormael)
Février 2010 : Valkyrie (Bryan Singer)
Mars 2010 : Boy A (John Crowley)
Avril 2010 : The Red Shoes (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Mai 2010 : Grey Gardens (Albert Maysles, David Maysles, Ellen Hovde & Muffie Meyer)
Juin 2010 : Sixteen Candles (John Hughes)
Juillet 2010 : The Fall (Tarsem Singh)
Août 2010 : This Is It (Kenny Ortega)
Septembre 2010 : Des Hommes et des Dieux (Xavier Beauvois)
Octobre 2010 : The Social Network (David Fincher)
Novembre 2010 : The Dead (John Huston)
Décembre 2010 : Death Wish III (Michael Winner)
Janvier 2011 : Miracle Mile (Steve De Jarnatt)
Février 2011 : On Her Majesty's Secret Service (Peter Hunt)
Mars 2011 : Brief Encounter (David Lean)
Avril 2011 : Punishment Park (Peter Watkins)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Running on Empty (Sidney Lumet)
Juillet 2011 : Music Box (Costa-Gavras)
Août 2011 : The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (Andrew Dominik)
Septembre 2011 : 7th Heaven (Frank Borzage)
Octobre 2011 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Novembre 2011 : Super (James Gunn)
Décembre 2011 : City of Hope (John Sayles)
Janvier 2012 : Take Shelter (Jeff Nichols)
Février 2012 : Incendies (Denis Villeneuve)
Mars 2012 : Modern Times (Charlie Chaplin)
Avril 2012 : A propos d'Elly (Asghar Farhadi)
Mai 2012 : The Conversation (Francis Ford Coppola)
Juin 2012 : The Myth of the American Sleepover (David Robert Mitchell)
Juillet 2012 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot)
Août 2012 : Scaramouche (George Sidney)
Septembre 2012 : The Tall T (Budd Boetticher)
Octobre 2012 : Anatomy of a Murder (Otto Preminger)
Novembre 2012 : Frankenweenie (Tim Burton)
Décembre 2012 : Le Havre (Aki Kaurismäki)
Janvier 2013 : The White Diamond (Werner Herzog)
Février 2013 : Oslo, 31 Août (Joachim Trier)
Mars 2013 : The Swimmer (Frank Perry)
Avril 2013 : Les Naufragés de l'Île de la Tortue (Jacques Rozier)
Mai 2013 : The Thin Blue Line (Errol Morris)
Juin 2013 : Hôtel Terminus (Marcel Ophuls)
Juillet 2013 : Tous les matins du monde (Alain Corneau)
Août 2013 : Gummo (Harmony Korine)
Septembre 2013 : Calmos (Bertrand Blier)
Octobre 2013 : Le Quai des Brumes (Marcel Carné)
Novembre 2013 : Inside Llewyn Davis (Joel Coen)
Décembre 2013 : A Matter of Life & Death (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Janvier 2014 : Tel père, tel fils (Hirokazu Kore-eda)
Février 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)
Mars 2014 : Her (Spike Jonze)
Avril 2014 : Underworld U.S.A. (Samuel Fuller)
Mai 2014 : Deux jours, une nuit (Jean-Pierre & Luc Dardenne)
Juin 2014 : Under The Skin (Jonathan Glazer)
Juillet 2014 : Dawn of the Planet of the Apes (Matt Reeves)
Août 2014 : Gallipoli (Peter Weir)
Septembre 2014 : Wonderland (Michael Winterbottom)
Dernière édition par Flol le 29 oct. 14, 23:48, édité 34 fois.

Avatar de l’utilisateur
LéoL
Electro
Messages : 966
Inscription : 30 août 07, 21:37

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar LéoL » 1 oct. 14, 09:49

Octobre 2014

Film du mois :

Image
Les Plages d'Agnès (Agnès Varda, 2008)

Films (re)découverts :

- 8,5/10 -
Les Plages d'Agnès (Agnès Varda, 2008)
Mommy (Xavier Dolan, 2014)

- 8/10 -
Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda, 1962)
Elle et lui (Leo McCarey, 1939)
Cyrano de Bergerac (Jean-Paul Rappeneau, 1990)

- 7,5/10 -
L’une chante, l’autre pas (Agnès Varda, 1976)
Les glaneurs et la glaneuse (Agnès Varda, 2000)
Blanche Neige et les sept nains (David Hand, 1937)
Cette sacrée vérité (Leo McCarey, 1937)
Gone Girl (David Fincher, 2014)
At Berkeley (Frederick Wiseman, 2013)

- 7/10 -
The Drop (Michael Roskam, 2014)
Place aux jeunes (Leo McCarey, 1937)
Saint Laurent (Bertrand Bonello, 2014)
Bande de filles (Céline Sciamma, 2014)
Magic in the moonlight (Woody Allen, 2014)
Si tu tends l'oreille (Yoshifumi Kondo, 1995)

- 6,5/10 -
Règlements de comptes à OK Corral (John Sturges, 1957)
Jacquot de Nantes (Agnès Varda, 1991)
Les Demoiselles ont eu 25 ans (Agnès Varda, 1992)
Le Démon des armes (Joseph H. Lewis, 1950)
Bird People (Pascale Ferran, 2014)
Fires Were Started (Humphrey Jennings, 1943)
Lune de miel mouvementée (Leo McCarey, 1942)

- 6/10 -
La Soupe au canard (Leo McCarey, 1933)
Huit heures de sursis (Carol Reed, 1947)
Léviathan (Andreï Zviaguintsev, 2014)

- 5,5/10 -
The Rover (David Michôd, 2014)
Havana (Sidney Pollack, 1990)

- 3/10 -
The Sky Crawlers (Mamoru Oshii, 2008)
Still the water (Naomi Kawase, 2014)

Séries :

- 8/10 -
The Office US (Saison 4, Ep. 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 & 14/14)

- 7,5/10 -
Breaking Bad (Saison 5, Ep. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15 & 16/16)

- 6,5/10 -
Fargo (Saison 1, Ep. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8/10)

- 5/10 -
Sherlock Holmes (Michael Cox et June Wyndham-Davies, Saison 1, 1984)


Films revus :

L'assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot, 1942) : 8,5/10


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2007 : Excalibur de John Boorman
Octobre 2007 : Sueurs froides de Alfred Hitchcock
Novembre 2007 : In the mood for love de Wong Kar Wai
Décembre 2007 : Barry Lyndon de Stanley Kubrick
Janvier 2008 : Le péril jeune de Cédric Klapisch
Février 2008 : Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick
Mars 2008 : A scene at the sea de Takeschi Kitano
Avril 2008 : Rio Bravo de Howard Hawks
Mai 2008 : Un conte de Noël de Arnaud Despléchin
Juin 2008 : M le maudit de Fritz Lang
Juillet 2008 : The Yards de James Gray
Août 2008 : Todo Sobre Mi Madre de Pedro Almodovar
Septembre 2008 : Sur la route de Madison de Clint Eastwood
Octobre 2008: Metropolis de Rintaro
Novembre 2008: La porte du paradis de Michael Cimino
Decembre 2008: Chantons sous la pluie de Gene Kelly et Stanley Donen
Janvier 2009: Boulevard du crépuscule de Billy Wilder
Février 2009 : Rosemary's Baby de Roman Polanski
Mars 2009: La garçonnière de Billy Wilder
Avril 2009: The Thing de John Carpenter
Mai 2009: La soif du mal de Orson Welles
Juin 2009: Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone
Juillet 2009: Le mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton
Août 2009: Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk
Septembre 2009: La Vérité de Henri-Georges Clouzot
Octobre 2009: Pulsions de Brian De Palma
Novembre 2009: Missing de Costa-Gavras
Décembre 2009: Casablanca de Michael Curtiz
Janvier 2010: Eve de Jospeh L. Mankiewicz
Février 2010: Le chagrin et la pitié de Marcel Ophuls
Mars 2010: Sept ans de réflexion de Billy Wilder
Avril 2010: Ces messieurs dames de Pietro Germi
Mai 2010: La vie est belle de Frank Capra
Juin 2010: Qu'elle était verte ma vallée de John Ford
Juillet 2010: Le genou de Claire de Eric Rohmer
Août 2010: L'armée des ombres de Jean-Pierre Melville
Septembre 2010: To Be or not to Be de Ernst Lubitsch
Octobre 2010: L'aventure de Mme Muir de Joseph L. Mankiewicz
Novembre 2010: Quai des orfèvres de Henri-Georges Clouzot
Décembre 2010: French Cancan de Jean Renoir
Janvier 2011: Tous en scène de Vincente Minnelli
Février 2011: Les visiteurs du soir de Marcel Carné
Mars 2011: Madame de... de Max Ophüls
Avril 2011: A.I. de Steven Spielberg
Mai 2011: The Tree of Life de Terrence Malick
Juin 2011: Une séparation de Asghar Farhadi
Juillet 2011: L'année du dragon de Michael Cimino
Août 2011: Dersou Ouzala de Akira Kurosawa
Septembre 2011: La charge fantastique de Raoul Walsh
Octobre 2011: Le trou de Jacques Becker
Novembre 2011: Mr Smith au Sénat de Frank Capra
Décembre 2011: Une journée particulière de Ettore Scola
Janvier 2012 : La rondede Max Ophuls
Février 2012 : Elephant Man de David Lynch
Mars 2012 : Stalker de Andreï Tarkovski
Avril 2012 : La Dame du vendredi de Howard Hawks
Mai 2012 : A nos amours de Maurice Pialat
Juin 2012 : Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville
Juillet 2012 : Gentleman Jim de Raoul Walsh
Août 2012 : Voyage à Tokyo de Yasujirō Ozu
Septembre 2012 : Tempête à Washington de Otto Preminger
Octobre 2012 : La maman et la putain de Jean Eustache
Novembre 2012 : Van Gogh de Maurice Pialat
Décembre 2012 : Monsieur Verdoux de Charles Chaplin
Janvier 2013 : The West Wing - Saison 2 de Aaron Sorkin
Février 2013 : Andreï Roublev de Andreï Tarkovski
Mars 2013 : La maison des bois de Maurice Pialat
Avril 2013 : Les Nuits de Cabiria de Federico Fellini
Mai 2013 : The Breakfast Club de John Hughes
Juin 2013 : Le Limier de Joseph L. Mankiewicz
Juillet 2013 : Le Tombeau des lucioles de Isao Takahata
Août 2013 : César et Rosalie de Claude Sautet
Septembre 2013 : Un monde sans femmes de Guillaume Brac
Octobre 2013 : L'esquive de Abdellatif Kechiche
Novembre 2013 : Still Walking de Hirokazu Kore-Eda
Décembre 2013 : L'homme de la rue de Frank Capra
Janvier 2014 : Au Hasard Balthazar de Robert Bresson
Février 2014 : Her de Spike Jonze
Mars 2014 : La Dernière Séance de Peter Bogdanovich
Avril 2014 : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon de Elio Petri
Mai 2014 : Deux jours, une nuit de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Juin 2014 : L'Héritière de William Wyler
Juillet 2014 : Le Salon de musique de Satyajit Ray
Août 2014 : Charulata de Satyajit Ray
Septembre 2014 : Ghost in the Shell de Mamoru Oshii
Dernière édition par LéoL le 31 oct. 14, 13:20, édité 6 fois.

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 8659
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Joshua Baskin » 1 oct. 14, 10:18

Octobre 2014

Film du mois

Films découverts

Toy Story of terror - court-métrage- (Angus MacLane) 9/10
Gone Girl (David Fincher) : 8,5/10
La double vie de Véronique (Krzysztof Kieślowski) : 8/10
Obvious Child (Gillian Robespierre) : 7/10
Le mari de Leon (Jean-Pierre Mocky) : 7/10
Horns (Alexandre Aja) : 7/10
Le miraculé (Jean-Pierre Mocky) : 7/10
L'hopital - Court-métrage- (Krzysztof Kieślowski) : 7/10
Edge of tomorrow (Doug Liman) : 6,5/10
Bad Neighbours (Nicholas Stoller) : 6,5/10
Les musiciens -Court-métrage- (Kazimierz Karabasz) : 6,5/10
Dark Star (John Carpenter) : 6,5/10
Agent trouble(Jean-Pierre Mocky) : 6,5/10
La gare - Court-métrage- (Krzysztof Kieślowski) : 6/10
Somewhere in time (Jeannot Swarcz) : 6/10
Harry potter et le prince de sang-mélé (David Yates) : 5,5/10
Il neige en enfer (Jean-Pierre Mocky) : 5,5/10
Amour sur place ou à emporter (Amelle Chahbi) : 5,5/10
Divine enfant (Jean-Pierre Mocky) : 5/10
Ouvriers - Court-métrage- (Krzysztof Kieślowski) : 5/10
Fading Gigolo (John Turturro) / 5/10
Bonsoir (Jean-Pierre Mocky) : 4/10
Ville à vendre (Jean-Pierre Mocky) : 4/10
La machine à découdre (Jean-Pierre Mocky) : 4/10
Sex Tape (Jake Kasdan) : 4/10
Dark Shadows (Tim Burton) : 4/10
Les saisons du plaisir (Jean-Pierre Mocky) : 3,5/10
Une nuit à l'assemblée nationale (Jean-Pierre Mocky) : 3,5/10

Films revus

Le magnifique (Philippe De Broca) : 7/10
Harry Potter et l'ordre du Phoenix (David Yates) : 6,5/10
Harry Potter et la coupe de feu (Mike Newell) : 6/10
Dernière édition par Joshua Baskin le 30 oct. 14, 11:20, édité 24 fois.

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar hellrick » 1 oct. 14, 10:48

FILM DU MOIS


DECOUVERTES

- Everything Or Nothing: l'histoire secrète de James Bond = 7,5/10 (France4)

- La vie secrète de Walter Mitty = 7/10
- Dragons 2 = 7/10
- Noé = 7/10

- L'ombre blanche (Steven Seagal) = 6,5/10
- 22 jump Street = 6,5/10
- Out of control = 6,5/10
- La fessée (version soft) = 6,5/10 (dvd)

- Maximum Conviction (Steven Seagal) = 6/10
- Hors Limites (Steven Seagal) =6/10
- L'enfer des hommes = 6/10 (action)
- Albert à l'ouest version longue = 6/10
- The Dark Valley = 6/10

- Open Windows = 5/10 :uhuh:

- Saw 7: Final chapter 3D = 4/10

REDECOUVERTES

- Les faucons de la nuit = 7,5/10
- Piège en haute mer (Steven Seagal) = 7,5/10
- Ultime Décision (Steven Seagal) = 7,5/10
- Joy Ride = 7,5/10 (dvd)
- Kickboxer = 7,5/10

- En quatrième vitesse = 7/10
- American Ninja 2: le ninja blanc = 7/10
- Halloween 2 remake = 7/10

- Kickboxer 2 = 6,5/10
- Les légions de Cléopâtre = 6,5/10 (action)
- Running Man = 6,5/10 (blu ray)
- Nico = 6,5/10 (action)

- American Warrior = 6/10
- American Warrior 2 = 6/10
- Horrible = 6/10 (dvd)

- Halloween remake = 5,5/10

- La lampe = 4/10
Dernière édition par hellrick le 31 oct. 14, 15:10, édité 11 fois.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Federico » 1 oct. 14, 11:30

FILM DU MOIS

Image



Films découverts

Le temps du châtiment (The young savages, 1961, John Frankenheimer) 7/10 Une approche frontale et dure de la pauvreté, de la délinquance et des ratés du melting pot qui a encore des échos aujourd'hui et pas qu'aux USA. La patte velue et adulte de Frankenheimer est déjà là.

Le mur invisible (Die Wand, 2012, Julian Pölsler) 6,5/10 Très forte interprétation de Martina Gedeck dans un climat mêlant effroi et apaisement, typique des films montagnards. Un fantastique austère mais prenant.

La dernière vague (The last wave, 1977, Peter Weir) 6,5/10 Avec peu d'effets mais un superbe travail sur le son et l'image, Weir créé une véritable ambiance étrange. Manque un je ne sais quoi pour une réussite complète à la Tourneur.

Sept secondes en enfer (Hour of the gun, 1967, John Sturges) 6,5/10 OK Corral version moins sexy que la précédente de Sturges mais plus désenchantée et réaliste sur certains sombres aspects de l’Amérique pré-moderne (qui n'a pas attendu le 20ème siècle pour entériner des pratiques mafieuses).

School for secrets (1946, Peter Ustinov) 6,5/10 Pour sa 1ère réalisation (à 25 ans), l'acteur s'attaque à la mise au point du radar avec un délicieux et "so british" mélange d'humour et de gravité par moment proche de ce faisaient Powell & Pressburger. Cheer up !

Dark shadows (2012, Tim Burton) 6,5/10 Un bon Burton, ça faisait longtemps. Malgré quelques facilités, clichés et hommages un peu téléphonés, il y a de l'humour et puis Eva Green est (une fois de plus) diaboliquement sexy. :oops:

Flesh Gordon (1974, Howard Ziehm & Michael Benveniste) 6,5/10 La déconnade élevée au grand art et on sent aussi que les doubleurs ont mis le gros paquet pour rendre le nanar exponentiel. LE fou-rire du mois ! :lol: :lol: :lol:

Last Action Hero (1993, John McTiernan) 6/10 La mise en abyme est amusante et le spectacle divertissant mais de là à trouver ça génial...

Runaway Train (1985, Andrei Konchalovsky) 6/10 Efficace comme du Carpenter... privé d'humour et de charge politique. Jamais des acteurs anglo-saxons n'ont eu l'air (et l'esprit) aussi slaves. Voight énorme dans le jusqu’au-boutisme.

Les chasseurs de scalps (The scalphunters, 1968, Sydney Pollack) 5,5/10 Western burlesque sympathique mais pas toujours très fin avec un duo Blanc brut de décoffrage et Noir bien plus éduqué typique de l'air du temps. Belle trouvaille que l'astuce de Savalas pour tromper Lancaster.

L'ennemi public (The Public Enemy, 1931, William A. Wellman) 5,5/10 La raideur des premiers talkies et les aspects édifiants encroutent un classique qui contient pourtant de grands moments.

Madhouse (1974, Jim Clark) 5,5/10 Du bon p'tit ciné de quartier avec ses effets délicieusement pompiers.

Les adieux à la reine (2012, Benoit Jacquot) 5,5/10 Beau scénario, excellents interprètes... un peu beaucoup sabordés par le son où ça chuchote ou bien débite façon mitraillette de cour de récré ("Alortavussamajestékeskelletadi ?"). Les adieux au langage ? :roll:

Le Baron Rouge (Von Richthofen and Brown, 1971, Roger Corman) 5/10 Un Corman mieux foutu que la moyenne et même très (trop ?) sérieux... qui reste cependant inférieur aux autres films sur les "as" de 14-18.

Le temps de l'innocence (The age of innocence, 1993, Martin Scorsese) 5/10 J'avais vite décroché la 1ère fois. J'ai encore eu du mal à tenir jusqu'au bout à ce mariage de la carpe et du lapin car Scorsese n'a pas la fibre littéraire d'Ivory ou de Huston.

Il a suffi d'une nuit (All in a night's work, 1961, Joseph Anthony) 5/10 Rom-Com ultra-classique qui vaut essentiellement pour le charme piquant de Shirley MacLaine, une fois de plus parfaitement dans le tempo avec son complice du Rat Pack Dean Martin.

Le retour de l'abominable Docteur Phibes (Dr. Phibes rises again, 1972, Robert Fuest) 5/10 Grand Guignol art déco avec réjouissant cabotinage de Vincent Price et quelques chouettes idées baroques au milieu du nawak. Dommage pour le montage à la truelle et la trop chiche présence de Caroline Munro.

Tout au long de la nuit (All night long, 1962, Basil Dearden) 5/10 Huis-clos entre potes typique de l'époque mais cette version jazzy d'Othello est plus une curiosité qu'autre chose. A voir pour Iago McGoohan déjà pervers manipulateur et surtout pour quelques grands musiciens dont l'immense Charles Mingus (hélas filmé au compte-goutte).

Amants et fils (Sons and lovers, 1960, Jack Cardiff) 5/10 Pas parvenu à m'intéresser à cette adaptation de D.H. Lawrence malgré sa belle distribution d'où émerge Trevor Howard en mineur alcoolique. Très triste aussi de voir la merveilleuse Wendy Hiller de Je sais où je vais en mère possessive éteinte. :cry:

Le masque de la Mort Rouge (The masque of the Red Death, 1964, Roger Corman) 4,5/10 Avec Vincent Price et Patrick Magee rivalisant d'onctuosité perverse, plus Jane :oops: Asher, ça devrait être Noël. Mais Corman semble ne plus trop savoir qu'en faire passée la 1/2h. Quelques bons moments noyés dans l'ennui.

Driver (The driver, 1978, Walter Hill) 4,5/10 Un petit Hill, davantage concerné par les scènes de caisses que par le scénario et ses acteurs (Dern comme d'hab' à baffer, Adjani et O'Neal dans un concours d'inexpressivité).

La Tour de Londres (Tower of London, 1962, Roger Corman) 4/10 Vincent Price en fait des caisses pour cacher les limites de ce petit film d'atmosphère fauché.

Le chat potté (Puss in boots, 2011, Chris Miller) Animation 4/10 Un produit de divertissement standard, sans plus.

Faust (2011, Alexandre Sokourov) 3,5/10 Second Sokourov que je découvre et d'où je décroche, accablé d'ennui malgré ses audaces... un peu datées puisque rappelant le Patrick Bokanowski d'il y a 30 ans.

L'étoile du silence (Der schweigende Stern, 1960, Kurt Maetzig) 2,5/10 Bavardages sans fin, jeu statique, SFX moisis, cheveux crantés, loupiotes inutiles, robot miteux même pas drôle... Le tout en Agfacolor. Aussi sexy qu'un intérieur de Wartburg sous Walter Ulbricht (malgré la charmante Yoko Tani). :?


Films revus

Le chevalier de Maupin (Madamigella di Maupin, 1966, Mauro Bolognini) 6,5/10 Catherine Spaak, délicieux objet de tous les désirs dans un écrin qui aurait mérité d'être encore plus flamboyant. L'un des rares films où je trouve Hossein bon acteur.

Les cowboys (The cowboys, 1972, Mark Rydell) 6,5/10 Dans sa période "papy du western", le Duke fait don sacrificiel et pré-eastwoodien de sa personne, entouré de gamins pas chiants et bien dirigés.

Le Lion en hiver (The Lion in Winter, 1968, Anthony Harvey) 5,5/10 Entre Shakespeare et Les rois maudits. Théâtral, verbeux et statique mais puissamment interprété (sauf par Nigel Terry et sa face de carpe).

La descente infernale (Downhill racer, 1969, Michael Ritchie) 4,5/10 1er film de Ritchie avec un rôle sur mesure pour le très sportif Redford... sauf que c'est un peu comme Le Mans avec McQueen : le "hors-pistes" est faiblement scénarisé pour faire cinéma. Je ne me souvenais d'ailleurs que des séquences documentaires de ski.


Séries TV

Documentaires

Our Nixon (2013, Penny Lane) 7,5/10 "Tricky Dick" filmé et surtout écouté à l'insu de son plein gré par les proches collaborateurs qui allèrent en taule pour lui après le Watergate. Impossible ensuite de nier la paranoïa des hommes de pouvoir et de Nixon en particulier. Malgré ses maladresses, un docu assez sidérant.

Rocky IV - Le coup de poing américain (2014, Dimitri Kourtchine) 7/10 Rocky et Reagan, comme l'histoire de la poule et de l'oeuf. Un voyage édifiant mais passionnant dans le soft power le plus efficacement décérébrant... mais qui sur-évalue son impact sur la chute de "L'Empire du Mal" depuis longtemps gangrené (et avec le coup de grâce de Tchernobyl, jamais cité).

Mach Stem: The Nagasaki Bombing Intensified (2014, NHK) 6,5/10 Les particularismes du second bombardement nucléaire et notamment l'affreux calcul prévisionnel de l'effet d'ondes de choc cumulées pour optimiser la dévastation par rapport à Hiroshima.


Courts-métrages

Toy Story : angoisse au motel (Toy Story of Terror, 2013, Angus MacLane) Animation 6,5/10 Un peu longuet mais comme d'hab' parsemé de quelques super idées (ma préférée : le PEZ qui vomit sa pastille). :uhuh:


FILMS D'EMOI
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril 2012 : La cible (Targets - 1968 - Peter Bogdanovich)
Mai 2012 : Point Limite (Fail Safe - 1964 - Sidney Lumet)
Juin 2012 : Stolen Holiday (1937 - Michael Curtiz)
Juillet 2012 : Un homme de coeur (The Good Heart - 2009 - Dagur Kári)
Août 2012 : Melancholia (2011 - Lars von Trier)
Septembre 2012 : Les flics ne dorment pas la nuit (The New Centurions - 1972 - Richard Fleischer)
Octobre 2012 : Still walking (2008 - Kore-eda Hirokazu)
Novembre 2012 : Convoi de femmes (Westward the women - 1951 - William A. Wellman)
Décembre 2012 : Quand la ville dort (The asphalt jungle - 1950 - John Huston)
Janvier 2013 : ex aequo Scaramouche (1952 - George Sidney) / Videodrome (1983 - David Cronenberg) / Providence (1977 - Alain Resnais) / La mort aux trousses (North by Northwest - 1959 - Alfred Hitchcock)
Février 2013 : Les sentiments (2003 - Noémie Lvovsky)
Mars 2013 : Une exécution ordinaire (2009 - Marc Dugain)
Avril 2013 : Juno (2007 - Jason Reitman)
Mai 2013 : Martha Marcy May Marlene (2011 - Sean Durkin) & Des hommes et des dieux (2010 - Xavier Beauvois)
Juin 2013 : Appel d'urgence (Miracle Mile - 1988 - Steve De Jarnatt) / Coraline (2009 - Henry Selick) & La Dame de Windsor (1998 - John Madden)
Juillet 2013 : Les bas-fonds new-yorkais (Underworld U.S.A. - 1961 - Samuel Fuller)
Août 2013 : Le dernier nabab (The last tycoon - 1976 - Elia Kazan)
Septembre 2013 : L'enfer de la corruption (Force of evil - 1948 - Abraham Polonsky)
Octobre 2013 : Mind game (Maindo gēmu - 2004 - Masaaki Yuasa) / L'amour l'après-midi (1972 - Éric Rohmer)
Novembre 2013 : La dame et le toréador (Bullfighter and the Lady - 1951 - Budd Boetticher)
Décembre 2013 : Les plus belles années de notre vie (The best years of our lives - 1946 - William Wyler)
Janvier 2014 : Bienvenue chez les Riley (Welcome to the Rileys - 2010 - Jake Scott)
Février 2014 : Carlos (2010 - Olivier Assayas)
Mars 2014 : Big Bang Big Boom (2010 - BLU)
Avril 2014 : Panic sur Florida Beach (Matinee - 1993 - Joe Dante) + Plug & play (2012 - Michael Frei)
Mai 2014 : Oflag 17A, tournage clandestin derrière les barbelés (2012 - Philippe Tourancheau) Documentaire
Juin 2014 : À l'Ouest, rien de nouveau (All quiet on the Western Front - 1930 - Lewis Milestone)
Juillet 2014 : Démineurs (The hurt locker - 2009 - Kathryn Bigelow)
Août 2014 : Tishe! (2002 - Victor Kossakovsky) Documentaire
Septembre 2014 : Billy Budd (1962 - Peter Ustinov)
Dernière édition par Federico le 1 nov. 14, 11:10, édité 41 fois.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Messages : 10296
Inscription : 21 avr. 03, 16:18

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar -Kaonashi Yupa- » 1 oct. 14, 11:54

UP
Image

Octobre 2014

Film du mois
Profils paysans - La Vie moderne

Films découverts
J. Edgar (Clint Eastwood) ***
MASH (Robert ltman) *
Profils paysans - le quotidien (Raymond Depardon) ***
Profils paysans - la vie moderne (Raymond Depardon) ****
Gone Girl (David Fincher) ****

Films revus (Hors compétition)
O Brother (Joel Coen) ***


Mes films du mois (depuis mai 2005)
Spoiler (cliquez pour afficher)

2005
Image
mai : Star Wars : Épisode III - La Revanche des Sith (Georges Lucas)
juin : Les Poupées russes (Cédric Klapish)
juillet : La Fille de Ryan (David Lean)
août : La Femme de Seisaku (Masumura Yasuzo)
septembre : La Ballade de Narayama (Kinoshita Keisuke)
octobre : Cette sacrée vérité (Leo McCarey)
novembre : Les Quatre cavaliers de l'Apocalypse (Vincente Minnelli)
decembre : L'Enfant (Luc et Jean-Pierre Dardenne)


2006
Image
janvier : Good Night, and Good Luck (Georges Clooney)
février : Le Nouveau monde (Terrence Malick)
mars : L'Incompris (Luigi Comencini)
avril : Scaramouche (Georges Sidney)
mai : La Terre tremble (Luchino Visconti)
juin : The Host (Bong Joon-ho)
juillet : Volver (Pedro Almodovar)
août : Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir)
septembre : Sandra (Luchino Visconti)
octobre : Le Vent se lève (Ken Loach)
novembre : Les Fils de l'homme (Alfonso Cuaron)
décembre : Kwaïdan (Kobayashi Masaki)


2007
Image
janvier : The Foutain (Darren Aronofsky)
février : Allemagne année zéro (Roberto Rossellini)
mars : Cria Cuervos (Carlos Saura)
avril : La Femme des sables (Teshigahara Hiroshi)
mai : Que le spectacle commence ! (Bob Fosse)
juin : Le Temps des gitans (Emir Kusturica)
juillet : Les Simpson, le film (David Silvermann)
août : Mondovino (Jonathan Nossiter)
septembre : Secret Sunshine (Lee Chang-dong)
octobre : L'Heure suprême (Frank Borzage)
novembre : La dolce vita (Federico Fellini)
décembre : No Country for Old Men (Joel & Ethan Coen)


2008
Image
janvier : Sweeney Todd, le barbier démoniaque de Fleet Street (Tim Burton)
février : La Graine et le mulet (Abdelatif Kechiche)
mars : There Will be Blood (Paul Thomas Anderson)
avril : Le Bel Antonio (Mauro Bolognini)
mai : Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal (Steven Spielberg)
juin : Une histoire d'amour suèdoise (Roy Andersson)
juillet : The Dark Knight (Christopher Nolan)
août : Wall.E (Andrew Stanton)
septembre : Lenny (Bob Fosse)
octobre : Qu'est-il arrivé à Baby Jane (Robert Aldrich)
novembre : L'Echange (Clint Eastwood)
décembre : Fanny et Alexandre (Ingmar Bergman)


2009
Image
Janvier : Les Innocents (Jack Clayton)
Février : L'Etrange histoire de Benjamin Button (David Fincher)
Mars : Gran Torino (Clint Eastwood)
Avril : Ponyo sur la falaise (Hayao Miyazaki)
Mai : Coraline (Henry Selick)
Juin : Still Walking (Hirokazu Kore-eda)
Juillet : The Fall (Tarsem Singh)
Août : Requiem pour un massacre (Elem Klimov)
Septembre : Inglourious Basterds (Quentin Tarantino)
Octobre : Le Ruban blanc (Michael Haneke)
Novembre : Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (Jim Abraham, David Zucker & Jerry Zucker)
Décembre : Avatar (James Cameron)


2010
Image
janvier : Bright Star (Jane Campion)
février : Le Bonheur (Alexandre Medvedkine)
mars : Le Guerrier silencieux (Nicolas Winding Refn)
avril : Zéro de conduite (Jean Vigo)
mai : Un éléphant ça trompe énormément (Yves Robert)
juin : Moon (Duncan Jones)
juillet : Into the Wild (Sean Penn)
août : Regarde les hommes tomber (Jacques Audiard)
septembre : Poetry (Lee Chang-dong)
octobre : Macadam Cowboy (John Schlesinger)
novembre : Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov)
décembre : Une belle journée d'été (Edward Yang)


2011
Image
janvier : Le Vieux fusil (Robert Enrico)
février : Reds (Warren Beatty)
mars : Winter's Bone (Debra Granik)
avril : Bleu (Krzysztof Kieslowski)
Mai : Miracle en Alabama (Arthur Penn)
Juin : Alexandre le bienheureux (Yves Robert)
Juillet : Bienvenue Mister Chance (Hal Ashby)
Août : The Thing (John Carpenter)
septembre : Moby Dick (John Huston)
octobre : Un après-midi de chien (Sidney Lumet)
novembre : Mes chers amis (Mario Monicelli)
décembre : Hunger (Steve McQueen)


2012
janvier : Z (Costa-Gavras)
février : Ivan le terrible (Sergueï M. Eisenstein)
mars : Le Retour (Andreï Zviaguintsiev)
avril : Mad Men saisons 1 à 4 (Matthew Weiner)
mai : Paris (Cédric Klapisch)
juin : De rouille et d'os (Jacques Audiard)
juillet : Shotgun Stories (Jeff Nichols)
août : The Dark Knight rises (Christopher Nolan)
septembre : Koyaanisqatsi (Godfrey Reggio)
octobre : Baraka (Ron Fricke)
novembre : Le Complexe du castor (Jodie Foster)
décembre : Mary & Max (Adam Elliot)


2013
janvier : Sur écoute/The Wire, saison 1 (David Simon)
Février : À la Merveille (Terrence Malick)
Mars : Fish Tank (Andrea Arnold)
Avril : Amour (Michael Haneke)
Mai : Django unchained (Quentin Tarantino)
Juin : Guerre et paix (Sergueï Bondartchouk)
Juillet : Pacific Rim (Guillermo del Toro)
Août : The Master (Paul Thomas Anderson)
Septembre : Notre pain quotidien (Nikolaus Geyrhalter)
Octobre : Les Enfants loups Ame et Yuki (Mamoru Hosoda)
Novembre : Gravity (Alfonso Cuaron)
Décembre : 9 mois ferme (Albert Dupontel)


2014
Janvier : Pelle le conquérant (Bille August)
Février : Sur écoute/The Wire, saison 5
Mars : 12 Years a Slave (Steve McQueen)
Avril : Les Invisibles (Sébastien Lifshitz)
Mai : Elle et lui (Leo McCarey, 1939)
Juin : Né un 4 juillet (Oliver Stone)
Juillet 2014 : Le Conte de la Princesse Kaguya (Isao Takahata)
Août 2014 : C'est quoi la vie ? (François Dupeyron)
Septembre 2014 : La Route (John Hillcoat)
Dernière édition par -Kaonashi Yupa- le 1 nov. 14, 21:57, édité 5 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Cathy » 1 oct. 14, 13:58

Film du mois



Films découverts, redécouverts ou revus

La bonne fée, The Good Fairy (William Wyler) - 9/10
On attend pas Wyler dans la comédie. Ce n'est pas une screwball naturellement, mais une comédie adaptée d'une pièce de Ferenc Molnar. C''est frais, c'est drôle, c'est charmant. Margaret Sullavan est absolument adorable en petite orpheline qui découvre la vie. Herbert Marshall est comme d'habitude plein de charme et d'élégance dans son rôle d'avocat sans le sou, et Frank Morgan et Reginald Owen fort drôles en bonnes "fées". Sans oublier l'apparition de Cesar Romero en dragueur invétéré. Vraiment une superbe découverte et un film du mois potentiel.

Mon Homme Godfrey, My Man Godfrey (Gregory La Cava) -9/10
Chef d'œuvre de la screwball comedy, tout y est rythme effréné, dialogue mitraillette, et puis la distinction et le charme sans égal de William Powell opposé à Carole Lombard. Bref revu avec toujours le même plaisir.

Les flibustiers, The Buccaneer (Cecil B de Mille) - 8.5/10
Du cinéma comme on aime, fourmillant de détails, de personnages, avec sa dose d'humour et ses personnages historiques dont on revisite l'histoire. Le film est mené tambour battant par Fredric March qu'on n'a pas forcément l'habitude de voir dans ces rôles "exotiques'".

Ses trois amoureux, Tom, Dick and Harry (Garson Kanin) - 8.5/10
Redécouvert cette sympathique comédie par moment immorale avec cette jeune fille qui se voit prête à épouser ses trois prétendants. Le film vaut par les rêves complètement fous que fait Ginger Rogers et où elle s'imagine tour à tour mariée avec chacun des jeunes hommes puis avec les trois. L'actrice en fait des tonnes dans sa grande scène d'ivresse avec Dick. Le film est d'ailleurs un véhicule pour l'actrice qui est de quasiment toutes les scènes hormis celle où Harry achète une voiture à Tom. Bref charmant en tout point.

Une fille qui promet, The Girl most likely 'Mitchell Leisen) - 8.5/10
Remake musical et en couleur de ses trois amoureux. Jane Powell succède à Ginger Rogers et aux rêves laissent place des numéros musicaux délicieux, pleins de vie et de peps, sans doute en raison de la présence de Gower Champion en tant que chorégraphe. Délicieux tout comme le premier opus.

Rendez-vous, The Shop around the Corner (Ernst Lubitsch) - 8.5/10
Redécouvert totalement et enfin vraiment apprécié la comédie et les "Lubitsch touch" disséminées partout. Margaret Sullavan et James Stewart forment un couple attachant. Frank Morgan et Felix Bressart son excellents dans leurs rôles respectifs de Matuschek et Pirovitch. C'est léger ou plus grave, le dosage est parfait.

En suivant la flotte, Follow the Fleet (Mark Sandrich) - 8.5/10
Comédie musicale mettant en vedette le couple Astaire/Rogers mais pour une fois le scénario est quelque peu différent, et la musique d'Irving Berlin mémorable. Im putting all my eggs in one basket, soit disant numéro en "répétition" est un superbe moment de danse. Randolph Scott est le second rôle dans cette double histoire d'amour et curieusement ici aucun faire valoir comique. Bien meilleur que dans mon souvenir.

O toi ma charmante, you were never lovelier (William A. Seiter) - 8/10
Seconde comédie musicale du couple Rita Hayworth/Fred Astaire. Charmante aux danses dynamiques ou romantiques. Les chansons ne sont guère inoubliables même si les numéros sont bien réglés et plutôt emballants que ce soit la danse acrobatique ou le numéro de danse qui a inspiré à Jerome Robins un ballet "I'm old Fashioned". Adolphe Menjou complète le casting en père de la belle.

Meurtres au zoo, Murders in the zoo (A. Edward Sullavan) - 8/10
Film court typique de cette époque. Film noir où le mari tue froidement les amants de sa femme. Film précode aussi par la femme qui avoue que son mari lui fait l'amour après avoir commis ses meurtres. Il y a aussi la débauche de violence entre les fauves. Lionel Atwill est haïssable à souhait en mari jaloux, Charles Ruggles et Randolph Scott complètent le casting.

Roses de sang, So Red the Rose (King Vidor) - 8/10
Version courte en quelque sorte d'Autant en emporte le vent, on retrouve les mêmes thèmes, la jeune sudiste coquette, le sudiste qui a fait ses études dans le nord et refuse de combattre, les esclaves... La version vue était légèrement coupée, et pas de qualité optimale, mais on pouvait apprécier les scènes de foule notamment celles des esclaves heureux avec ou sans leur maître, ou cette superbe scène où la mère va chercher son fils mort sur le champ de bataille. Le film est toutefois court 1h30. Margaret Sullavan est charmante. On peut apercevoir Robert Cummings dans un de ses tout premiers rôles et Randolph Scott est cet anti-héros sudiste.

Il a suffi d'une nuit, All in a night work (Joseph Anthony) - 8/10
Une de ces comédies "romantiques" typiques des années 60, avec un côté légèrement osé, avec cette jeune femme qui aurait partagé la dernière nuit d'un magnat de la presse et que l'on cherche à piéger. Dean Martin apporte son assurance au rôle de playboy et Shirley McLaine est charmante en jeune femme. Rythme soutenu, sympathique

Mon mari le patron, She married her boss (Gregory La Cava) - 8/10
Comédie américaine mettant en valeur le couple Claudette Colbert et Melvyn Douglas. On est dans l'esprit typique des screwball avec la famille quelque peu loufoque, la fillette odieuse, la sœur qui s'évanouit à la moindre contrariété. Une comédie qui annonce My Man Godfrey tourné l'année suivante avec une dernière scène d'ivresse assez folle.

Le roi des vagabonds, The Vagabond King (Michael Curtiz) - 8/10
Comédie musicale "historique" vue dans une copie improbable en VF de plus. On peut toutefois apercevoir le technicolor qui se promet d'être flamboyant, un délire visuel, avec ce ballet totalement hors temps, cette musique qui n'a rien de moyenâgeuse mais égrène des airs de valses. Kathryn Grayson charmante héroïne toutefois au rôle quelque peu sacrifié, contrairement à Rita Moreno, chef des ribaudes. Oreste Kirkop est un mélange entre le physique d'Howard Keel et la voix de George Guetary. On imagine ce qu'aurait donné le film avec Howard Keel, sans doute plus de présence et de truculence.

l'amour vient en dansant, You'll never Get Rich (Sidney Lanfield) - 7.5/10
Première comédie musicale du duo Fred Astaire/Rita Hayworth, si leur duo fonctionne merveilleusement bien au niveau de la danse que ce soit dans les numéros de claquettes ou dans les danses "de salon", le film est quelque peu lourd dans son histoire et est dans la tradition des comédies musicales de l'époque avec la forte connotation humoristique. De plus la musique pourtant signée Cole Porte n'est guère inoubliable, même si les numéros sont entraînants et mettent en valeur de nombreuses girls notamment dans deux superbes numéros de claquettes collectifs. Si le charme du duo opère, il manque quelque chose dans l'histoire.

Cher assassin, Dear murderer (Arthur Crabtree) - 7.5/10
Comédie policière anglaise à l'humour noir très noir, pas dans les dialogues mais dans l'ironie des situations et surtout dans la fin avec l'histoire de cet homme qui veut tuer les amants de sa femme et imagine le crime parfait.



Films du mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Octobre 2009 - L'exilé (Ophuls)
Novembre 2009 - Old acquaintance (Sherman)
Décembre 2009 - The Browning version (Asquith)


Janvier 2010 - Jane Eyre (Stevenson)
Février 2010 - La Reine Christine (Mamoulian)
Mars 2010 - Remember the night (Leisen)
Avril 2010 - Ball of Fire (Hawks)
Mai 2010 - Lettre d'une inconnue (Ophuls)
Juin 2010 - Les Dix commandements (DeMille)
Juillet 2010 - Ninotchka (Lubitsch)
Août 2010 - The Great Ziegfeld (Leonard)
Septembre 2010 - A Royal Scandal (Preminger)
Octobre 2010 - La beauté du diable (Clair)
Novembre 2010 - La vie est belle (Capra)
Décembre 2010 - Les quatre filles du Docteur March (Cukor)

Janvier 2011 - L'ange des ténèbres (Milestone)
Février 2011 - L'homme au bras d'or (Preminger)
Mars 2011 - Pandora (Lewin)
Avril 2011 - Madame Bovary (Minnelli)
Mai 2011 - Témoin à charge (Wilder)
Juin 2011 - Jewel Robbery (Dieterle)
Juillet 2011 - L'amant sans visage (Sherman)
Août 2011 - L'appât (Mann)
Septembre 2011 - Le livre noir (Mann)
Octobre 2011 - Rio (Saldanha)
Novembre 2011 - Un seul amour (Sidney)
Décembre 2011 - Forbidden Love et Ladies of Leisure (Capra)

Janvier 2012 - Baby Face (Green)
Février 2012 - The Artist (Hazanavicius)
Mars 2012 - Pavillon noir (Borzage)
Avril 2012 - Hangover Square (Brahm)
Mai 2012 - Les inconnus dans la maison (Decoin)
Juin 2012 - Les plus belles années de notre vie (Wyler)
Juillet 2012 - Garçonnière pour quatre (Gordon)
Août 2012 - Les Aventures de Tintin (Spielberg)
Septembre 2012 - M le maudit (F. Lang)
Octobre 2012- Queen Kelly (Von Stroheim)
Novembre 2012- Captives de Bornéo (Negulesco)
Décembre 2012 - Music Lovers (Russell)

Janvier 2013 - Chicago (Rob Marshall)
Février 2013 - Agent Secret (Hitchcock)
Mars 2013 - Populaire (Poinsard)
Avril 2013 - The Secret Bride (Dieterle)
Mai 2013 - Le Vandale (Hawks)
Juin 2013 - Arènes Sanglantes (Mamoulian) - le Calice d'Argent (Saville)
Juillet 2013 - Chaines du destin (Leisen)
Août 2013 - Shadow on the wall (Pat Jackson)
Septembre 2013 - Yolanda and the Thief (Minnelli)
Octobre 2013 - La clé sous la porte (Sidney)
Novembre 2013 - La part du jeu (Leisen)
Décembre 2013 - The Company (Altman)

Janvier 2014 - La falaise mystérieuse (L. Allen)
Février 2014 - La Reine des neiges (Disney)
Mars 2014 - Le masque arraché (Miller D)
Avril 2014 - Le monde de Suzie Wong (Quine)
Mai 2014 - Last Action Hero (McTiernan)
Juin 2014 - Tendre est la nuit (King)
Juillet 2014 - Citizen Kane (Welles)
Août 2014 - 14 Heures (Hathaway)
Septembre 2014 - En cas de malheur (Autant-Lara)
Octobre 2014 - La bonne fée (Wyler)
Dernière édition par Cathy le 2 nov. 14, 00:52, édité 15 fois.

Avatar de l’utilisateur
Zeldoune
Machino
Messages : 1131
Inscription : 29 déc. 10, 12:24

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Zeldoune » 1 oct. 14, 15:24

Octobre 2014

Film du mois :

Image

Gone Girl - D.Fincher, 2014 : 9/10

Films découverts :

Hippocrate - T.Lilti, 2014 : 6/10
Leviathan - A.Zviaguintsev, 2014 : 7,5/10
My Son, My Son, What Have Ye Done (Dans l’œil d'un tueur) - W.Herzog, 2009 : 6/10
Miss Julie (Mademoiselle Julie) - L.Ullman, 2014 : 4/10
Magnum Force - T.Post, 1973 : 8/10
The Enforcer (L'Inspecteur ne renonce jamais) - J.Fargo, 1976 : 6,5/10
Gemma Bovery - A.Fontaine, 2014 : 5,5/10
Cave of Forgotten Dreams (La Grotte des rêves perdus) - W.Herzog, 2010 : 7,5/10
3 Cœurs - B.Jacquot, 2014 : 5/10
Sin City: A Dame to Kill For (Sin City : J'ai tué pour elle) - F.Miller & R.Rodriguez, 2014: 5/10
Upstream Color - S.Carruth, 2013 : 8,5/10
The Thing - M.van Heijningen Jr, 2011 : 5/10
Get on Up - T.Taylor, 2014 : 6/10
Saint Laurent - B.Bonello, 2014 : 5/10
Choyonghan kajok (The Quiet Family) - Kim.J-w, 1998 : 7/10
Le Paradis - A.Cavalier, 2014 : 3/10
Tristesse Club - V.Mariette, 2014 : 6/10
Dracula Untold - G.Shore, 2014 : 3,5/10
Horns - A.Aja, 2013 : 5/10
I guappi (Lucia et les gouapes) - P.Squitieri, 1974 : 6,5/10
National Gallery - F.Wiseman, 2014 : 6,5/10
Mommy - X.Dolan, 2014 : 5/10
Banchikwang (The Foul King) - Kim.J-w, 2000 : 6/10
Sudden Impact (Le Retour de l'inspecteur Harry) - C.Eastwood, 1983 : 8/10
White Bird in a blizzard (White Bird) - G.Araki, 2014 : 6/10
Cesare deve morire (César doit mourir) - P&V.Taviani, 2012 : 6/10
The Salt of the Earth (Le Sel de la Terre) - J.R.Salgado & W.Wenders, 2014 : 7/10
Fury - D.Ayer, 2014 : 7,5/10
La Jalousie - P.Garrel, 2013 : 6/10
Bande de filles - C.Sciamma, 2014 : 5,5/10

Films revus :

Dirty Harry (L'Inspecteur Harry) - D.Siegel, 1971 : 10/10
Sin City - F.Miller & R.Rodriguez, 2005 : 5,5/10
Todo sobre mi madre (Tout sur ma mère) - P.Almodóvar, 1999 : 10/10
Suna no onna (La Femme des sables) - H.Teshigahara, 1964 : 10/10
Breaking the waves - L.von Trier, 1996 : 10/10
The Dead Pool (La Dernière cible) - B.Van Horn, 1988 : 5/10
Gongdong gyeongbi guyeok JSA (JSA - Joint Security Area) - Park.C-w, 2000 : 8/10
American History X - T.Kaye, 1998 : 5/10
Dernière édition par Zeldoune le 1 nov. 14, 12:01, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13027
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Votre film du mois d'Octobre 2014

Messagepar Demi-Lune » 1 oct. 14, 17:43

FILM DU MOIS D'OCTOBRE 2014

Image

FILMS DÉCOUVERTS OU REDÉCOUVERTS

    La maman et la putain (Jean Eustache, 1973) Image
    Maris et femmes (Woody Allen, 1992) Image
    L'année de tous les dangers (Peter Weir, 1982) Image
    Jo Limonade (Oldřich Lipský, 1964) Image
    Le mur invisible (Julian Roman Pölsler, 2012) Image
    Radio days (Woody Allen, 1987) Image
    Violette et François (Jacques Rouffio, 1977) Image
    Gone girl (David Fincher, 2014) Image
    Magic in the moonlight (Woody Allen, 2014) Image
    La journée de la jupe (Jean-Paul Lilienfeld, 2009) Image
    L'opération diabolique (John Frankenheimer, 1966) Image
    Vivre (Akira Kurosawa, 1952) Image
    Contre toute attente (Taylor Hackford, 1984) Image
    Métal hurlant (Gerald Potterton, 1981) Image
    Le soleil blanc du désert (Vladimir Motyl, 1970) Image
    Balada triste de trompeta (Alex de la Iglesia, 2010) Image
    Sunshine (Danny Boyle, 2007) Image
Grand Prix du calvaire auteurichiant du mois :

FILMS REVUS

    2001, l'odyssée de l'espace (Stanley Kubrick, 1968) Image
    La liste de Schindler (Steven Spielberg, 1993) Image
    Police Python 357 (Alain Corneau, 1976) Image
    La peau douce (François Truffaut, 1964) Image
    La guerre des Rose (Danny De Vito, 1989) Image
    The dark knight, le chevalier noir (Christopher Nolan, 2008) Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
août 2009 : Master and Commander (Peter Weir, 2003) ex aequo avec Eternal Sunshine of the spotless mind (Michel Gondry, 2004)
septembre 2009 : Lunes de fiel (Roman Polanski, 1992)
octobre 2009 : Les Frissons de l'angoisse (Dario Argento, 1975) ex aequo avec 12 Hommes en colère (Sidney Lumet, 1957)
novembre 2009 : Entre le Ciel et l'Enfer (Akira Kurosawa, 1963)
décembre 2009 : Ring (Hideo Nakata, 1997)
janvier 2010 : Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento, 1996) ex aequo avec Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009)
février 2010 : The Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984). Prix spécial : Délivrance (John Boorman, 1972)
mars 2010 : Les Sept Samouraïs (Akira Kurosawa, 1954)
avril 2010 : Ratatouille (Brad Bird, 2007). Prix spécial pour La Bataille d'Alger (Gillo Pontecorvo, 1966) et Zombie (George Romero, 1978)
mai 2010 : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov, 1958)
juin 2010 : Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963)
juillet 2010 : Inception (Christopher Nolan, 2010) ex aequo avec Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967)
août 2010 : La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994)
septembre 2010 : Le Voyeur (Michael Powell, 1960) ex aequo avec Memories of Murder (Bong Joon-ho, 2003)
octobre 2010 : Écrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)
novembre 2010 : Lolita (Stanley Kubrick, 1962)
décembre 2010 : Les Chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948) ex aequo avec Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean, 1957)
janvier 2011 : Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock, 1964)
février 2011 : La Rumeur (William Wyler, 1961)
mars 2011 : Blue Velvet (David Lynch, 1986) ex aequo avec A la poursuite d'Octobre Rouge (John McTiernan, 1990). Prix spécial : TRON (Steven Lisberger, 1982)
avril 2011 : La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)
mai 2011 : Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)
juin 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick, 2011)
juillet 2011 : Ludwig ou le Crépuscule des dieux (Luchino Visconti, 1972) ex aequo avec Trop belle pour toi (Bertrand Blier, 1989)
août 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969) ex aequo avec Cure (Kiyoshi Kurosawa, 1997) ex aequo avec L'année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)
septembre 2011 : Do the right thing (Spike Lee, 1989)
octobre 2011 : Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1947). Prix spécial pour The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) et Melancholia (Lars Von Trier, 2011)
novembre 2011 : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (Steven Spielberg, 2011)
décembre 2011 : La Fille de Ryan (David Lean, 1970). Prix spécial pour Mission : Impossible, Protocole Fantôme (Brad Bird, 2011)
janvier 2012 : Metropolis, version longue (Fritz Lang, 1927) ex aequo avec Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964) ex aequo avec La Chute de l'Empire romain (Anthony Mann, 1964)
février 2012 : Octobre (Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein, 1928)
mars 2012 : La lettre inachevée (Mikhaïl Kalatozov, 1959) ex aequo avec Tootsie (Sydney Pollack, 1982) ex aequo avec Dressé pour tuer (Samuel Fuller, 1982)
avril 2012 : Les Nibelungen (Fritz Lang, 1924)
mai 2012 : Guerre et Paix (Sergueï Bondartchouk, 1967)
juin 2012 : Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1989) ex aequo avec La Dolce Vita (Federico Fellini, 1960)
juillet 2012 : Soy Cuba (Mikhaïl Kalatozov, 1964) ex aequo avec Kwaïdan (Masaki Kobayashi, 1964). Prix spécial pour Phase IV (Saul Bass, 1974)
août 2012 : L'Enfer blanc du Piz Palü (Arnold Fanck & G. W. Pabst, 1929) ex aequo avec Pink Floyd The Wall (Alan Parker, 1982) ex aequo avec To be or not to be (Ernst Lubitsch, 1942) ex aequo avec Le Rayon vert (Éric Rohmer, 1986)
septembre 2012 : Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)
octobre 2012 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau, 1946) ex aequo avec L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot (Serge Bromberg, 2008)
novembre 2012 : Beau-père (Bertrand Blier, 1981)
décembre 2012 : Napoléon (Abel Gance, 1927). Prix spécial pour Drôle de frimousse (Stanley Donen, 1957) et Un Américain à Paris (Vincente Minnelli, 1951)
janvier 2013 : Les enfants d'Hiroshima (Kaneto Shindo, 1952) ex aequo avec Chantons sous la pluie (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952), L'Incompris (Luigi Comencini, 1966) et Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012)
février 2013 : Lincoln (Steven Spielberg, 2012). Prix spécial pour Le voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948) et les chorégraphies de Busby Berkeley
mars 2013 : The shop around the corner (Ernst Lubitsch, 1940) ex aequo avec A la Merveille (Terrence Malick, 2012)
avril 2013 : Solitude (Paul Fejos, 1928) ex aequo avec La symphonie nuptiale (Erich von Stroheim, 1928)
mai 2013 : Le conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970)
juin 2013 : Le passé (Asghar Farhadi, 2013). Prix spécial pour Le silence de la mer (Jean-Pierre Melville, 1947), Ordet (Carl Theodor Dreyer, 1955) et Une journée particulière (Ettore Scola, 1977)
juillet 2013 : Point limite (Sidney Lumet, 1964) ex aequo avec Que viva Mexico ! (Sergueï Mikhaïlovich Eisenstein, 1931). Prix spécial pour Dura lex (Lev Koulechov, 1926)
août 2013 : Miracle en Alabama (Arthur Penn, 1962) ex aequo avec L'innocent (Luchino Visconti, 1976). Prix spécial pour Une autre femme (Woody Allen, 1988), Un cœur en hiver (Claude Sautet, 1992) et Kramer contre Kramer (Robert Benton, 1979)
septembre 2013 : Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973). Prix spécial pour La source (Ingmar Bergman, 1960)
octobre 2013 : Le chat (Pierre Granier-Deferre, 1971). Prix spécial pour Incendies (Denis Villeneuve, 2010)
novembre 2013 : Fanny et Alexandre (Ingmar Bergman, 1982) ex aequo avec The immigrant (James Gray, 2013)
décembre 2013 : La peau (Liliana Cavani, 1981). Prix spécial pour Un homme parmi les loups (Carroll Ballard, 1983) et La femme défendue (Philippe Harel, 1997)
janvier 2014 : Le loup de Wall Street (Martin Scorsese, 2013) ex aequo avec Koyaanisqatsi (Godfrey Reggio, 1982)
février 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson, 2014)
mars 2014 : Le dossier 51 (Michel Deville, 1978). Prix spécial pour L'aveu (Costa-Gavras, 1970), Meshes of the afternoon (Maya Deren, 1943), Trois femmes (Robert Altman, 1977) & Pharaon (Jerzy Kawalerowicz, 1966)
avril 2014 : Le convoi de la peur (William Friedkin, 1977)
mai 2014 : Maîtresse (Barbet Schroeder, 1975)
juin 2014 : Amour (Michael Haneke, 2012)
juillet 2014 : Salò ou les 120 journées de Sodome (Pier Paolo Pasolini, 1975) ex aequo avec Stalker (Andreï Tarkovski, 1979). Prix spécial pour La montagne sacrée (Alejandro Jodorowsky, 1973)
août 2014 : L’œuf de l'ange (Mamoru Oshii, 1985)
septembre 2014 : Les moissons du ciel (Terrence Malick, 1978)
Dernière édition par Demi-Lune le 31 oct. 14, 21:14, édité 23 fois.