Votre film du mois d'Aout 2014

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
origan42
Régisseur
Messages : 3305
Inscription : 2 févr. 07, 17:22

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar origan42 » 5 août 14, 13:48

Par ordre de préférence:

Prendre femme (Shlomi Elkabetz / Ronit Elkabetz, 2004) ***** FILM DU MOIS
Le procès de Viviane Amsalem (Shlomi Elkabetz / Ronit Elkabetz, 2014) *****
Dans la brume (Sergueï Loznitsa, 2012) *****
Philomena (Stephen Frears, 2013) *****

Ida (Paweł Pawlikowski, 2013) ****
Ultimo Elvis (Armando Bo, 2012) ****
Quand l'inspecteur s'emmêle (Blake Edwards, 1964) ****
My joy (Sergueï Loznitsa, 2010) ****
Histoire de Paul (René Féret, 1975) ****
11 fleurs (Wang Xiaoshuai, 2011) ****
La panthère rose (Blake Edwards, 1963) ****

Cop Land (James Mangold, 1997) ***
La planète des singes - l'affrontement (Matt Reeves, 2014) ***
Laurence anyways (Xavier Dolan, 2012) ***
Une passion (Ingmar Bergman, 1969) ***
La vie heureuse de Léopold Z. (Gilles Carle, 1965) ***
Good morning, Vietnam (Barry Levinson, 1987) ***
Dragons 2 (Dean DeBlois, 2014) ***
El Topo (Alejandro Jodorowsky, 1970) ***
Indigènes (Rachid Bouchareb, 2006) ***
Age of consent (Michael Powell, 1969) ***
Notre agent à La Havane (Carol Reed, 1959) ***
Darling Lili (Blake Edwards, 1970) ***
La vraie nature de Bernadette (Gilles Carle, 1972) ***
L'homme de Berlin (Carol Reed, 1953) ***
Quand la panthère rose s'emmêle (Blake Edwards, 1976) ***
Giordano Bruno (Giuliano Montaldo, 1973) ***
Les mystères d'une âme / Le cas du professeur Mathias (Georg Wilhelm Pabst, 1926) ***
Le martyre de l'obèse (Pierre Chenal, 1933) ***
La grande escalade (Carol Reed, 1938) ***
Le retour de la panthère rose (Blake Edwards, 1975) ***
La mort d'un bûcheron (Gilles Carle, 1973) ***
Opération jupons (Blake Edwards, 1959) ***

Train de nuit pour Munich (Carol Reed, 1940) **
La clé (Carol Reed, 1958) **
Ne me quitte jamais (Delmer Daves, 1953) **
Hommes sans loi (Lewis Seiler, 1939) **
De plein fouet (Brian G. Hutton, 1980) **
Tom à la ferme (Xavier Dolan, 2013) **
Reivers (Mark Rydell, 1969) **
Amédée (Gilles Grangier, 1950) **
Aimer, boire et chanter (Alain Resnais, 2014) **
Les petites Cardinal (Gilles Grangier, 1951) **
Nymphomaniac - Volume 1 (Lars von Trier, 2013) **
La légende du pianiste sur l'océan (Giuseppe Tornatore, 1998) **
Lucy (Luc Besson, 2014) **

Le parfum d'Yvonne (Patrice Leconte, 1994) *
Les créatures (Agnès Varda, 1966) *

Nymphomaniac - Volume 2 (Lars von Trier, 2013) °
Mission: Impossible 2 (John Woo, 2000) °

RE-VISIONS:
Match point (Woody Allen, 2005) *****
Il bidone (Federico Fellini, 1955) ****
Sur les quais (Elia Kazan, 1954) ****
Courrier diplomatique (Henry Hathaway, 1952) ***
Ni vu... ni connu... (Yves Robert, 1958) ***
Dernière édition par origan42 le 30 août 14, 23:09, édité 15 fois.

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1540
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar manuma » 5 août 14, 23:53

Vu / revu

COLLATERAL - Michael Mann (2004) : 8/10
IO SONO LI - Andrea Segre (2011) : 8/10
JO - Jean Girault (1971) : 7.5/10
TODO MODO - Elio Petri (1976) : 7.5/10
SALVO - Fabio Grassadonia, Antonio Piazza (2013) : 7/10
DOOMSDAY GUN - Robert Young (TV)(1994) : 7/10
GROUNDHOG DAY - Harold Ramis (1993) : 7/10
THE YOUNG AND PRODIGIOUS T.S. SPIVET - Jean-Pierre Jeunet (2013) : 7/10
UNDER THE SKIN - Jonathan Glazer (2014) : 7/10
MURDER, INC. - Stuart Rosenberg, Burt Balaban (1960) : 7/10
ANCHORMAN 2: THE LEGEND CONTINUES - Adam McKay (2013) : 7/10
UN BEAU DIMANCHE - Nicole Garcia (2013) : 6.5/10
LA VIA DEI BABBUINI - Luigi Magni (1974) : 6.5/10
GUARDIANS OF THE GALAXY - James Gunn (2014) : 6.5/10
WRONG COPS - Quentin Dupieux (2013) : 6.5/10
GODZILLA - Gareth Edwards (2014) : 6.5/10
KLEINHOFF HOTEL - Carlo Lizzani (1977) : 6/10
THE LOVELESS - Kathryn Bigelow, Monty Montgomery (1981) : 6/10
LES TROIS FRERES, LE RETOUR - Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus (2013) : 6/10
SAFE - Boaz Yakin (2012) : 6/10
OUT ON A LIMB - Francis Veber (1992) : 6/10
LO SVITATO - Carlo Lizzani (1956) : 6/10
A NIGHT IN OLD MEXICO - Emilio Aragon (2013) : 6/10
THE FACE OF LOVE - Arie Posin (2013) : 6/10
QUEIMADA - Gillo Pontecorvo (1969) : 6/10
MY OLD MAN'S PLACE - Edwin Sherin (1971) : 5.5/10
DIVERGENT - Neil Burger (2014) : 5.5/10
MACISTE NELL'INFERNO DI GENGIS KHAN - Domenico Paolella (1964) : 5.5/10
MACISTE CONTRO I MONGOLI - Domenico Paolella (1964) : 5/10
SHALLOW GROUND - Sheldon Wilson (2004) : 5/10
RED: WEREWOLF HUNT - Sheldon Wilson (TV)(2010) : 5/10
THE ART OF THE STEAL - Jonathan Sobol (2013) : 4.5/10
GARDENIA, IL GIUSTIZIERE DELLA MALA - Domenico Paolella (1979) : 4.5/10
SNOWMAGEDDON - Sheldon Wilson (TV)(2011) : 4.5/10
AFTER EARTH - M. Night Shyamalan (2013) : 4/10
SCARECROW - Sheldon Wilson (TV)(2013) : 4/10
MEGA CYCLONE - Sheldon Wilson (TV)(2011) : 4/10
COLD SPRING - Sheldon Wilson (TV)(2013) : 4/10
IL GIORNO DEL GIUDIZIO - Mario Gariazzo (1971) : 4/10
NEED FOR SPEED - Scott Waugh (2014) : 3.5/10
BLOODMONKEY - Robert Young (2007) : 3/10
BAREFOOT - Andrew Fleming (2014) : 3/10
ACQUASANTA JOE - Mario Gariazzo (1971) : 3/10
Dernière édition par manuma le 31 août 14, 20:58, édité 13 fois.

Avatar de l’utilisateur
MJ
Conseiller conjugal
Messages : 11249
Inscription : 17 mai 05, 19:59
Localisation : Chez Carlotta

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar MJ » 6 août 14, 18:14

AOÛT 2014

Film du mois

Image


Films des Mois Précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2005: Lost Highway (David Lynch)
Juin 2005: Sur la route de Madison (Clint Eastwood)
Juillet 2005: Shining (Stanley Kubrick)
Aout 2005: Starship Troopers (Paul Verhoeven)
Septembre 2005: Les Proies (Don Siegel)
Octobre 2005: The Hitcher (Robert Harmon)
Novembre 2005: Stalker (Andréi Tarkovski)
Décembre 2005: Saraband (Ingmar Bergman)

Janvier 2006: Sueurs froides (Alfred Hitchcock)
Février 2006: La Nuit du Chasseur (Charles Laughton)
Mars 2006: Chinatown (Roman Polanski)
Avril 2006: Le parrain - 2ème partie (Francis Ford Coppola)
Mai 2006: Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Juin 2006: Andréi Roublev (Andréi Tarkovski)
Juillet 2006: The Blade (Tsui Hark)
Août 2006: Crìa Cuervos (Carlos Saura)
Septembre 2006: Barton Fink (Joel & Ethan Coen)
Octobre 2006: Crimes et Délits (Woody Allen)
Novembre 2006: Hors d'Atteinte (Steven Soderbergh)
Décembre 2006: The Devil's Rejects (Rob Zombie)

Janvier 2007: Edvard Munch (Peter Watkins)
Février 2007: Coeurs (Alain Resnais)
Mars 2007: Cet obscur objet du désir (Luis Bunuel)
Avril 2007: The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Mai 2007: Tristana (Luis Bunuel)
Juin 2007: Un condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson)
Juillet 2007: Le Labyrinthe de Pan (Guillermo Del Toro)
Aout 2007: Zodiac (David Fincher)
Septembre 2007: Duel au Soleil (King Vidor)
Octobre 2007: Manon des Sources (Marcel Pagnol)
Novembre 2007: Election 2 (Johnnie To)
Décembre 2007: The Naked Kiss (Samuel Fuller)

Janvier 2008: A Nos Amours (Maurice Pialat)
Février 2008: The River (Frank Borzage)
Mars 2008: Shoah (Claude Lanzmann)
Avril 2008: La Cérémonie (Claude Chabrol)
Mai 2008: Le fond de l'air est rouge (Chris Marker)
Juin 2008: Drowning by Numbers (Peter Greenaway)
Juillet 2008: Sabrina (Billy Wilder)
Août 2008: Le Chagrin et la Pitié (Marcel Ophüls)
Septembre 2008: La Stratégie de l'Araignée (Bernardo Bertolucci)
Octobre 2008: Dr. Folamour (Stanley Kubrick)
Novembre 2008: Madame de... (Max Ophuls)
Décembre 2008: Les Nuits Blanches (Luchino Visconti)

Janvier 2009: Husbands (John Cassavetes)
Février 2009: Chien Enragé (Akira Kurosawa)
Mars 2009: Colonel Blimp (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Avril 2009: Le Tombeau des Lucioles (Isao Takahata)
Mai 2009: Millenium Mambo (Hou Hsiao Hsien)
Juin 2009: La Fièvre dans le Sang (Elia Kazan)
Juillet 2009: Le Point de Non-Retour (John Boorman)
Août 2009: Twin Peaks - Saison 2 (David Lynch & Mark Frost)
Septembre 2009: Profession: Reporter (Michelangelo Antonioni)
Octobre 2009: Ma Nuit Chez Maud (Eric Rohmer)
Novembre 2009: Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento)
Décembre 2009: Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu)

Janvier 2010: Cérémonie Secrète (Joseph Losey)
Février 2010: Panique à Needle Park (Jerry Schatzberg)
Mars 2010: New Rose Hotel (Abel Ferrara)
Avril 2010: Sérénade à Trois (Ernst Lubitsch)
Mai 2010: Le Verdict (Sidney Lumet)
Juin 2010: Un ange à ma table (Jane Campion)
Juillet 2010: L'Ami Américain (Wim Wenders)
Août 2010: Soldier of Orange -Director's Cut (Paul Verhoeven)
Septembre 2010: Afriques: Comment ça va avec la douleur? (Raymond Depardon)
Octobre 2010: Les Deux Anglaises et le Continent (François Truffaut)
Novembre 2010: Eve (Joseph L. Mankiewicz)
Décembre 2010: Tiresia (Bertrand Bonello)

Janvier 2011: Experiment in Terror (Blake Edwards)
Février 2011: Poetry (Lee Chang-Dong)
Mars 2011: Safe (Todd Haynes)
Avril 2011: Nowhere (Gregg Araki)
Mai 2011: La Maman et la Putain (Jean Eustache)
Juin 2011: La Loi du Milieu (Mike Hodges)
Juillet 2011: To Sleep With Anger (Charles Burnett)
Août 2011: Melancholia (Lars Von Trier)
Septembre 2011: L'Apollonide - Souvenirs de la Maison Close (Bertrand Bonello)
Octobre 2011: Le Cercle Rouge (Jean-Pierre Melville)
Novembre 2011: A Star is Born (George Cukor)
Décembre 2011: Assaut (John Carpenter)

Janvier 2012: Taking Off (Miloš Forman)
Février 2012: Take Shelter (Jeff Nichols)
Mars 2012: Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Avril 2012: Irène (Alain Cavalier)
Mai 2012: Family Life (Ken Loach)
Juin 2012: Le Fleuve (Jean Renoir)
Juillet 2012: White Dog (Samuel Fuller)
Août 2012: Place aux Jeunes (Leo McCarey)
Septembre 2012: Mishima (Paul Schrader)
Octobre 2012: My Own Private Idaho (Gus Van Sant)
Novembre 2012: Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks)
Décembre 2012: Milestones (Robert Kramer & John Douglas)

Janvier 2013: Umberto D. (Vittorio De Sica)
Février 2013: Sorcerer (William Friedkin)
Mars 2013: Spring Breakers (Harmony Korine)
Avril 2013: Into the Abyss (Werner Herzog)
Mai 2013: Sans Toit Ni Loi (Agnès Varda)
Juin 2013: Cutter's Way (Ivan Passer)
Juillet 2013: Eurêka (Shinji Aoyama)
Août 2013: Pension d'Artistes (Gregory LaCava)
Septembre 2013: Nobody's Daughter Haewon (Hong Sang-soo)
Octobre 2013: Hors Satan (Bruno Dumont)
Novembre 2013: Syndromes and a Century (Apichatpong Weerasethakul)
Décembre 2013: Il Posto (Ermanno Olmi)

Janvier 2014: De l'influence des rayons gamma sur la vie des marguerites (Paul Newman)
Février 2014: A Touch of Sin (Jia Zhang-Ke)
Mars 2014: Wrong Cops (Quentin Dupieux)
Avril 2014: Où est la maison de mon ami? (Abbas Kiarostami)
Mai 2014: Louie - Saison 4 (Louis C.K.)
Juin 2014: Les Hommes Le Dimanche (Robert Siodmak & Edgar G. Ulmer)
Juillet 2014: Under the Skin (Jonathan Glazer)
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum

Avatar de l’utilisateur
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Messages : 18122
Inscription : 26 déc. 04, 18:31
Localisation : sleeping in the midday sun...

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar gnome » 14 août 14, 09:00

Films du mois : Août 2014

Film du mois
Image

Les films vus (par ordre décroissant de préférence) - Les redécouvertes - Les films revus


Image Chef d'oeuvre !!!
- Captain America - First Avenger (Joe Johnston) 10/10
Révision toujours aussi fun.

Image On est vraiment pas loin de la masterpiece!
- Nebraska (Alexander Payne) 8.5-9/10 Ciné VO

- La planète des singes - L'affrontement (Matt Reeves) 8.5-9/10 Ciné VF

Image Excellent !
- Cuttroath Island (Renny Harlin) 8/10 TV VF
Du divertissement comme on en voudrait plus souvent.

- Sous le sable (François Ozon) 8.5/10 TV
Très belle réflexion sur le deuil et le déni portée par des interprètes en état de grâce, Rampling en tête.

- Somewhere (Sofia Coppola) 8-8.5/10 TV VO

Image Tout à fait honorable
- Reality Bites (Ben Stiller) 6.5/10 TV VF
Je le marque comme découverte parce qu'il me semble l'avoir vu à sa sortie. Je l'avais enregistré récemment sur arte sous le titre français débile "Génération 90" et ai été surpris de découvrir que c'était le film de Stiller qui se cachait derrière. Malgré de très bons comédiens et pas mal de très beaux passages dont un dernier tiers émouvant, le film m'a cependant légèrement déçu. Il peine à démarrer et flotte sans trouver son ton pendant un certain temps.

- Le diable (Andrzej Zulawski) DVD VO
Décidément, j'ai vraiment du mal avec le cinéma épileptique et hystérique de Zulawski. J'aime pourtant les expériences limites, mais la première partie m'a fatigué. Heureusement, le film est sauvé par un point de vue intéressant et une deuxième partie plus maitrisée.

Image Pourquoi pas, mais peut mieux
Image A oublier
Image Le dessin est clair, non?


Films du mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
2006

Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2007

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image
Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2008

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai ? Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2009

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre (Rien vu) Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2010

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2011

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2012
Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2013

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2014
Janvier Image Février Image mars Das Boot Avril Ida Mai http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=3&t=35487&p=2397774#p2397774 Juinhttp://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=3&t=35544&p=2404689#p2404689 Juillet http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=3&t=35632&p=2408964#p2408964
Dernière édition par gnome le 10 sept. 14, 09:25, édité 4 fois.
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Léo Pard
Machino
Messages : 1061
Inscription : 29 sept. 10, 18:33

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Léo Pard » 24 août 14, 05:19

Août 2014 :

Film du mois :

Image

Films découverts - redécouverts - revus :

La Vie est belle (Frank Capra, 1946) : 19/20.
Un jour sans fin (Harold Ramis, 1993) : 19/20.

Le Deuxième souffle (Jean-Pierre Melville, 1966) : 18,5/20.

Un poisson nommé Wanda (Charles Crichton, 1988) : 18/20.
Papillon (Franklin J.Schaffner, 1973) : 18/20.
Les Aventures de Robin des Bois (Michael Curtiz & William Keighley, 1938) : 18/20.
Le Grand sommeil (Howard Hawks, 1946) : 18/20.

Milou en mai (Louis Malle, 1990) : 17/20.
La jeune fille et la mort (Roman Polanski, 1994) : 17/20.
Will Hunting (Gus Van Sant, 1997) : 17/20.
Jerry souffre-douleur (Jerry Lewis, 1964) : 17/20.
Ma nuit chez Maud (Eric Rohmer, 1969) : 17/20.
Le genou de Claire (Eric Rohmer, 1970) : 17/20.

La Femme modèle (Vincente Minnelli, 1957) : 16/20.
Good Morning Vietnam (Barry Levinson, 1987) : 16/20.
Juste avant la nuit (Claude Chabrol, 1971) : 16/20.
Cent jours à Palerme (Giuseppe Ferrara, 1984) : 16/20.
Arizona Dream (Emir Kusturica, 1993) : 16/20.
Quand Harry rencontre Sally (Rob Reiner, 1989) : 16/20.
La Flèche et le flambeau (Jacques Tourneur, 1950) : 16/20.
Aux frontières des Indes (Jack Lee Thompson, 1959) : 16/20.

L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux (Robert Redford, 1998) : 15/20.
La Terrasse (Ettore Scola, 1980) : 15/20.
Open Range (Kevin Costner, 2003) : 15/20.
La Maison assassinée (Georges Lautner, 1988) : 15/20.
More (Barbet Schroeder, 1969) : 15/20.
Les Chèvres du Pentagone (Grant Paslov, 2009) : 15/20.

Unstoppable (Tony Scott, 2010) : 14/20.
La Zizanie (Claude Zidi, 1978) : 14/20.
Mesure d'urgence (Michael Apted, 1996) : 14/20.
La Tour Montparnasse infernale (Charles Némès, 2000) : 14/20.
Meurtre parfait (Andrew Davis, 1998) : 14/20.
Nikita (Luc Besson, 1990) : 14/20.
Galia (Georges Lautner, 1966) : 14/20.

Le Petit Nicolas (Laurent Tirard, 2009) : 13/20.
Légitime violence (Serge Leroy, 1982) : 13/20.
Bellamy (Claude Chabrol, 2009) : 13/20.
Mamma mia ! (Phyllida Lloyd, 2008) : 13/20.
Ces messieurs de la famille (Raoul André, 1968) : 13/20.
Le Dahlia noir (Brian de Palma, 2006) : 13/20.

Maintenant on l'appelle Plata (Giuseppe Colizzi, 1972) : 12/20.
Trouble jeu (John Polson, 2005) : 12/20.
Un peu de soleil dans l'eau froide (Jacques Deray, 1971) : 12/20.
Adieu blaireau (Bob Decout, 1984) : 12/20.
La Valse de l'empereur (Billy Wilder, 1948) : 12/20.

Le Gendarme et les Extraterrestres (Jean Girault, 1979) : 11/20.
Le Fils à Jo (Philippe Guillard, 2010) : 11/20.

La Fête des pères (Joy Fleury, 1990) : 10/20.
Le Gendarme et les Gendarmettes (Jean Girault & Tony Aboyantz, 1982) : 10/20.

Agathe Cléry (Etienne Chatiliez, 2008) : 9/20.

Charlots Connection (Jean Couturier, 1984) : 5/20.
Les Diplômés du dernier rang (Christian Gion, 1982) : 5/20.

Films des mois précédents :

Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2010 : I comme Icare (Henri Verneuil, 1979)
Octobre 2010 : Le Samouraï (Jean-Pierre Melville, 1967)
Novembre 2010 : Le Jour se lève (Marcel Carné, 1939)
Décembre 2010 : Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (David Zucker, Jim Abrahams et Jerry Zucker, 1980)

Janvier 2011 : Les Evadés (Frank Darabont, 1994)
Février 2011 : Police Python 357 (Alain Corneau, 1976)
Mars 2011 : Les Blues Brothers (John Landis, 1980)
Avril 2011 : Et pour quelques dollars de plus (Sergio Leone, 1965)
Mai 2011 : Psychose (Alfred Hitchcock, 1960)
Juin 2011 : Orange Mécanique (Stanley Kubrick, 1971)
Juillet 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969)
Août 2011 : La Mort aux Trousses (Alfred Hitchcock, 1959)
Septembre 2011 : Il était une fois dans l'Ouest (Sergio Leone, 1969)
Octobre 2011 : Tchao Pantin (Claude Berri, 1983)
Novembre 2011 : Rio Bravo (Howard Hawks, 1959)
Décembre 2011 : Manon des Sources (Claude Berri, 1986)

Janvier 2012 : Le Violent (Nicholas Ray, 1950)
Février 2012 : Luke la main froide (Stuart Rosenberg, 1967)
Mars 2012 : Gran Torino (Clint Eastwood, 2009)
Avril 2012 : Un après-midi de chien (Sidney Lumet, 1975)
Mai 2012 : Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976)
Juin 2012 : Bienvenue Mister Chance (Hal Ashby, 1979)
Juillet 2012 : Le Vieux fusil (Robert Enrico, 1975)
Août 2012 : Chantons sous la pluie (Gene Kelly et Stanley Donen, 1952)
Septembre 2012 : Citizen Kane (Orson Welles, 1941)
Octobre 2012 : Les Infiltrés (Martin Scorsese, 2006)
Novembre 2012 : Il était une fois en Amérique (Sergio Leone, 1984)
Décembre 2012 : La Nuit du chasseur (Charles Laughton, 1955)

Janvier 2013 : Témoin à charge (Billy Wilder, 1957)
Février 2013 : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot, 1955)
Mars 2013 : La Planète des singes (Franklin J.Schaffner, 1968)
Avril 2013 : Toy Story 3 (Lee Unkrich, 2010)
Mai 2013 : L'Inconnu du Nord-Express (Alfred Hitchcock, 1951)
Juin 2013 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot, 1942)
Juillet 2013 : L'impossible Monsieur Bébé (Howard Hawks, 1938)
Août 2013 : Casablanca (Michael Curtiz, 1942)
Septembre 2013 : Règlement de comptes (Fritz Lang, 1953)
Octobre 2013 : Piège mortel (Sidney Lumet, 1982)
Novembre 2013 : The Artist (Michel Hazanavicius, 2011)
Décembre 2013 : Les Sentiers de la gloire (Stanley Kubrick, 1957)

Janvier 2014 : Monsieur Smith au Sénat (Frank Capra, 1939)
Février 2014 : La Grande Illusion (Jean Renoir, 1937)
Mars 2014 : Des gens comme les autres (Robert Redford, 1980)
Avril 2014 : Autopsie d'un meurtre (Otto Preminger, 1959)
Mai 2014 : Le Bon, la brute et le truand (Sergio Leone, 1966)
Juin 2014 : Boulevard du crépuscule (Billy Wilder, 1950)
Juillet 2014 : Le Trésor de la Sierra Madre (John Huston, 1948)
Dernière édition par Léo Pard le 5 oct. 14, 17:43, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Cortez The Killer
Accessoiriste
Messages : 1540
Inscription : 11 mars 10, 11:01
Localisation : Quelque part dans Bedford Falls

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Cortez The Killer » 30 août 14, 00:36

Film(s) du Mois

Films découverts:

Ciné

Dawn of the Planet of the Apes (Matt Reeves) : 8/10

The Babadook (Jennifer Kent) : 7/10

Blu ray

The Grapes of Wrath (John Ford) : 10/10

The Man who shot Liberty Valance (JohnFord) : 8,5/10

Giant (George Stevens) : 8/10

DVD

The Royal Tenenbaums (Wes Anderson) : 8,5/10

Baby Cart vol 1 : le sabre de la vengeance (Kenji Misumi) : 8,5/10
Baby Cart Vol 2 : l'enfant massacre (Kenji Misumi) : 8,5/10
Baby Cart vol 3 : dans la terre de l'ombre (Kenji Misumi) : 9/10
Baby Cart vol 4 : l'âme d'un père, le coeur d'un fils (Buichi Saito) : 8/10

La main de fer (Cheng Chang-Ho) : 8/10
Homicide (David Mamet) : 8/10
King Kong (Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack) : 8/10

Cop (James B. Harris) : 7,5/10
Wolf Creek (Greg McLean) : 7,5/10

Frères de sang (Chang Cheh) : 7/10
The Odd Couple (Gene Sacks) : 7/10

La Diablesse aux mille visages (Cheng Chang-Ho) : 6,5/10
Patrick (Richard Franklin) : 6,5/10
Tropic Thunder (Ben Stiller) : 6,5/10

Dreamcatcher (Lawrence Kasdan) : 6/10

Red Dawn (John Milius) : 5/10

Série

Films revus :

Blu Ray

Babe Pig in the city (George Miller) : 9/10

Zombieland (Ruben Fleischer) : 6,5/10

DVD

The Entity (Sidney J. Furie) : 9/10

Dead Poets Society (Peter Weir) : 8/10
Day of the Dead (George A Romero) : 8/10

Dawn of the dead (George Romero) : 7,5/10

Jumanji (Joe Johnston) : 7/10

King Kong (Peter Jackson) : 6/10

Dawn of the dead (Zack Snyder) : 4/10

Survival of the dead (George Romero) : 3/10

Diary of the dead (George Romero) : 2/10

Films des mois précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Juillet 2014 : On The Waterfront (Elia Kazan)
Juin 2014 : Le Conte de la princesse Kaguya (Isao Takahata)
Mai 2014 : Sorcerer (William Friedkin)
Janvier 2014 : Babe 2 : Pig in the city (George Miller)
Décembre 2013 : Les Orgueilleux (Yves Allegret)
Novembre 2013 : The Changeling (Peter Medak)
Octobre 2013 : Bride of Frankenstein / The Invisible Man (James Whale)
Septembre 2013 : The Miracle Worker (Arthur Penn)
Août 2013 : Double indemnity (Billy Wilder)
Juillet 2013 : Funny People (Judd Appatow)
Juin 2013 : Before MIdnight (Richard Linklater)
Mai 2013 : Mud (Jeff Nichols)
Avril 2013 : Heaven's Gate(Michael Cimino)
Mars 2013 : Cloud Atlas (Andy and Lana Wachowski)
Février 2013 : Obsession (Brian de Palma)
Janvier 2013 : Django Unchained (Quantin Tarantino) ex-aequo Little Odessa (James Gray)
Décembre 2012 : On Her majesty's Secret Service (Peter Hunt) ex-aequo Bonnie and Clyde (Arthur Penn)
Novembre 2012 : Looper(Rian Johnson)
Octobre 2012 Skyfall (Sam Mendes)
Septembre 2012 : Peeping Tom (Michael Powell)
Août 2012 : The Reflecting Skin (Philip Ridley)
Juillet 2012 : The Red Shoes (Michael Powell and Emeric Pressburger)
Juin 2012 : De rouille et d'os (Jacques Audiard)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson) ex aequo A l'origine (Xavier Giannoli)
Avril 2012 : Mysterious Skin (Gregg Arraki) ex-æquo The Barber (Coen brother)
Mars 2012 Shadow of a doubt (Alfred Hitchcock)
Février 2012 Punch Drunk Love (Paul Thomas Anderson)
Janvier 2012 : Cool Hand Luke (Stuart Rosenberg)
Décembre 2011: Soylent Green (Richard Fleischer)
Novembre 2011: City Lights (Charles Chaplin)
Octobre 2011: Drive (Nicolas Winding Refn)
Septembre 2011: After Hours (Martin Scorsese)
Août 2011: Paris, Texas (Wim Wenders)
Juillet 2011: The Offense (Sidney Lumet)
Juin 2011: Midnight in Paris (Woody Allen)
Mai 2011: The Tree Of life (Terrence Malick)
Avril 2011: Man on the Moon (Milos Forman)
Mars 2011: Out Of Africa (Sydney Pollack)
Février 2011: Fargo (Joel and Ethan Coen) / The Way Back (Peter Weir)
Janvier 2011: Let The Right One In (Tomas Alfredson)/Running On Empty (Sidney Lumet)
Décembre 2010: The Graduate (Mike Nichols)
Novembre 2010: Rosemary's Baby (Roman Polanski)/Harry Potter and the deathly Hallows (David Yates)
Octobre 2010: Norma Rae (Martin Ritt) / Taking Off (Milos Forman)
Septembre 2010: L'homme qui voulait savoir (George Sluizer)
Août 2010: Gallipoli (Peter Weir)/ Torn Curtain (Alfred Hitchcock)
Juillet 2010: Picnic at Hanging Rock(Peter Weir)

Avatar de l’utilisateur
Mr-Orange
Assistant(e) machine à café
Messages : 139
Inscription : 22 janv. 13, 17:10

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Mr-Orange » 30 août 14, 21:38

Massacre à la tronçonneuse - Tobe Hooper - 1974 : C'est dommage, le film commence super bien : plongée façon road-movie dans le Texas, crescendo de la folie et de l'atmosphère texane, un personnage handicapé assez attachant (c'est rare, ça...), les premiers bruits de tronçonneuse... Et puis après, ça dérape complètement, la protagoniste hurle non-stop les trente dernières minutes, c'est insupportable, j'ai fini le film en version sourde... Le jeu de massacre est plus blasant qu'autre chose, et la scène de repas - qui part d'un bon postulat - aurait été bien plus puissante sans l'hystérie de l’héroïne. Mais la sécheresse du Texas et ses péquenauds repoussants mais fascinants apportent tout de même un certain intérêt au film qui reste toutefois d'assez bonne facture malgré un budget ridicule. 3/6

La Crème de la crème - Kim Chapiron - 2014 : La Crème de la crème fait parti de ces films reprochables à bien des égards mais qui suscitent l'attachement et l'adhésion du spectateur. Chaque année filmique a son phénomène. L'année dernière, c'était Spring Breakers - cette année, c'est le dernier en date de Chapiron.
Chapiron n'a jamais fréquenté d'HEC ou autre école de commerce, mais, à priori, il semble avoir cerné la mentalité et les failles de ces systèmes scolaires. Bien sûr, il force parfois le trait, tombe dans le cliché (les méchants fils à papa face à la respectable fille d'ouvriers qui a le mérite), mais le propos de son film est pertinent. D'une part, le propos sur la création des réseaux qui importe bien plus que les cours. Pour côtoyer des gens de ce milieu, je peux dire que c'est tout à fait juste. Deuxio, le face-à-face final, jeu de menaces, entre Alice Isaaz, originaire d'un milieu modeste (même si c'est impossible à deviner, il faut le savoir pour y croire) - et le directeur d'HEC, qui, avec ses contacts dans la presse, est intouchable.
Quoi que disent certains, le propos n'est pas du tout factice. Sous-exploité certes, mais véridique. Comme le dit brutalement Jordan Belfort dans Le Loup de Wall Street, il n'y a plus aucun honneur à être pauvre. La société cherche à s'embourgeoiser par n'importe quel moyen. Le pur socialisme et l'attachement aux valeurs ouvrières que vantaient les intellectuels comme Charles Peguy au début du XXe siècle n'existent plus. Ceux qui se confortent dans les milieux modestes sont des marginaux. Le film n'est donc en aucun point misogyne. Les femmes qui se "prostituent" pour accéder à un monde qu'ils n'auraient jamais du/pu côtoyer, c'est un symbole de la société de consommation actuelle et du désir d'embourgeoisement dans notre pays. Il faut être malhonnête ou aveugle pour prétendre le contraire.
Bien entendu, il faut lire entre les lignes. Car ce qui semble surtout intéresser le cinéaste, c'est la petite histoire du "Je t'aime, moi non plus" entre une prolétaire et un bourgeois. D'ailleurs, le film est loin d'être aussi subversif que le prétendait la bande-annonce. C'est même plutôt sage, en fait. Sinon, le réalisateur n'aurait pas choisi une telle fin. Pourquoi cette fin ??? Le verdict final était si intéressant. Les conséquences auraient été bien plus passionnantes que le baiser réconciliateur entre les deux tourteaux.
Chapiron manque peut-être encore de maturité pour pouvoir faire le grand film qu'il aurait pu faire sur le sujet, car le peu de souffle ironique et satirique qui émane de son film est brillant. Et cela donne à son bébé un parfum exquis, enthousiasmant, qui permet de faire une croix sur les nombreux défauts du film. Donc, en somme, j'ai bien voire beaucoup aimé. 4/6

Le Mort-Vivant - Bob Clark - 1975 : Une victime de la guerre du Vietnam qui revient à la vie et qui voit son état mental dégénérer, et son état physique venir à l'état de pourriture, sous les yeux désespérés de sa famille qui est en train de se briser.
On ressent parfois que le film n'a pas très bien vieilli. Les cadrages sont par moments maladroits, tout comme le jeu de Lynn Carlin, et de John "Jack Woltz" Marley - qui est tantôt brillant et émouvant, tantôt ridicule.
D'ailleurs, il m'a fallu un bon moment pour apprécier le film. On ne voit pas toujours où le cinéaste, auteur du grandiose Black Christmas, veut en venir, et c'est seulement lors des quinze dernières minutes que l'on comprend l'ampleur dramatique et tragique des événements. Au moment fatidique, le film devient bouleversant, et tout prend son sens. Il a fallu supporter quelques scènes vieillottes, quelques problèmes de rythme, pour assister à son apothéose. Le film aurait alors pu être un chef d'oeuvre, mais la dramaturgie n'est pas aussi maîtrisée que celle du film d'horreur précédent du cinéaste canadien.
En tout cas, Bob Clark en a, des choses à dire, sur la famille, sur le Vietnam. C'est une véritable tragédie grecque.
Bien sûr, il ne faut pas oublier la délicieuse musique visionnaire du film, de l'électro eighties avant l'heure.
En somme, un film inégal, mais l'ensemble forme un très beau film. 4/6

La Party - Blake Edwards - 1969 : La bourgeoisie me fascine au cinéma. Bien entendu, je ne parle pas des traitements complaisants comme le font Guillaume Canet ou autres petits malins du paysage cinématographique français d'aujourd'hui, mais de Fellini, Bunuel, Chabrol, Visconti... Ceux qui ont filmé les bourgeois avec une attirance extérieure, en promettant d'en faire une analyse sociétale impartiale et complète, sur leurs mœurs, l'abîme derrière la dorure...
Une oeuvre pertinente sur la bourgeoisie s'apprécie comme le bon jazz : de l'ennui ressort la plus belle des mélancolies - une ambiance de fin de soirée superficielle où chaque personne qui en ressort fait de suite le point sur la vacuité de sa vie (je grossis le tableau).
Et La Party, c'est comme le bon champagne et le bon jazz, ça pétille, c'est savoureux, ça se déguste (parce que, pour ma part, je n'ai commencé à vraiment apprécié que lorsque la fête commence), et à la fin, il y a cette ambiance de fin de soirée mélancolique, romantique et jazzy, illustrée allégoriquement par la grâce de Michelle Monet.
Peter Sellers, il est un peu comme le spectateur lambda du film, l'intrus dans la fosse aux serpents.
Il ne tombera jamais dans la lourdeur humoristique qui aurait pu s'offrir à lui (et à Blake Edwards), il restera jusqu'au bout fin et élégant, tout en enchaînant des comiques de situation hilarants et absurdes. Cela nous rappelle parfois Chaplin, mais Blake Edwards n'a pas la fâcheuse manie du Charlot : il ne tombe jamais dans le dégoulinant pathos. C'est tout à son honneur.
D'ailleurs, si le film est si pertinent, c'est probablement parce que le cinéaste a bien côtoyé l'univers hollywoodien, ses starlettes, ses producteurs misogynes, ses acteurs ringards.
Mais le film est très léger, il ne se prend pas au sérieux, et c'est d'autant plus beau car il en ressort un certain humanisme, une certaine spiritualité. Chose que beaucoup de cinéastes ont voulu atteindre d'une manière écrasante et sans la subtilité de Blake Edwards. Encore une fois, c'est tout à son honneur, et cela me donne bien envie de me précipiter sur la filmographie du cinéaste.
Une bulle de champagne dont le bon goût reste longuement en bouche, et je vous assure que je suis difficile en matière de champagne. 5/6

Raging Bull - Martin Scorsese - 1981 : Oui, le film a une esthétique digne de l'Age d'Or hollywoodien.
Oui, les séquences de boxe sont vraiment remarquables, et oui, Martin Scorsese sait filmer avec splendeur le corps de Cathy Moriarty.
Mais voilà, moi, la boxe, je m'en fiche royalement. Donc la montée et la descente aux enfers d'un adepte de ce sport, ça me fait ni chaud ni froid. Et ce n'est pas l'austérité avec lequel le thème est traité qui va arranger les choses.
Parce que oui, c'est beaucoup trop austère. Le film a peut-être sauvé la vie de Martin Scorsese, il lui en est reconnaissant, c'est très bien. Mais je me demande si il s'était vraiment impliqué dans la dramaturgie de son histoire (parce que c'est le point fort du cinéaste généralement, tout de même), parce que là, il a l'air beaucoup moins passionné par ce milieu que par celui des Affranchis, de Casino ou plus récemment de Wall Street.
Quant à Robert de Niro, il est grandiose lors des combats, oui. Mais en dehors de ça, je le trouve par moments presque insupportable.
Alors voilà, le film a d'indéniables qualités qui peuvent le hisser au rang de film culte, je ne dis pas le contraire. Mais l'histoire d'un boxeur qui ne jure que par son sport et qui passe son temps à gueuler sur sa femme, ce sera sans moi, à l'avenir. 2/6

Les hommes préfèrent les blondes - Howard Hawks - 1954 : Je n'ai rien contre les comédies musicales, une figure même parmi mes dix films préférés, mais là, c'est juste fade et ennuyeux, les chansons sont nulles et sans intérêt, Jane Russell est agaçante, ce n'est pas drôle, le personnage du détective est mal exploité... Enfin tout est malheureusement sous exploité dans le film, notamment le thème de la position des femmes dans la société, mais je crois que le cinéaste a préféré se vautrer dans la misogynie...
Enfin, il reste le charme torride de Marilyn Monroe, un très sympathique James Coburn - et deux, trois scènes pas trop mal (mais je serais bien incapable de les énumérer puisque j'ai déjà tout oublié), mais l'ensemble est vraiment trop anecdotique pour que le film puisse se permettre une réputation de culte. 2/6

Tuez Charley Varrick - Don Siegel - 1973 : Un braquage de banque, une mallette d'argent sale, une Amérique profonde, des personnages pourris et véreux, des femmes faciles, une course poursuite avec la mafia, des flingues rouillés, du whisky, un deuil, une virée en avion tout droit sorti de la Mort aux Trousses et vous avez la recette du savoureux polar nerveux old-school.
Il ne faut pas non plus oublier une gueule de gros dur à l'ancienne, ici servi par un Walter Matthau magistral, un monstre de charisme dès qu'il retire sa couverture et qui sait parfaitement mâcher le chewing-gum.
Mais il n'y a pas que l'acteur principal (et son traqueur tout droit sorti d'un western) qui a de la gueule, c'est le film en lui-même qui en a, dirigé d'une main de fer par Don Siegel qui flirte avec le cinéma de Peckinpah, avec son côté badass et poussiéreux, modeste mais décomplexée, ses figures minables mais attachantes, la plongée d'une petite bourgade tranquille en véritable jeu de chasse où résonneront de nombreux dommages collatéraux.
Ce film est surtout réputé pour être le principal inspirateur de No Country for Old Men et, d'une moindre mesure, de la scène d'introduction de Blue Velvet (les fleurs en moins). Faisons en sorte à rétablir son véritable mérite, et pas seulement son héritage. 5/6

Les Innocents - Jack Clayton - 1962 : Je craignais le syndrome La Maison du Diable, c'est à dire des sursauts à cause des portes qui claquent, des fenêtres qui s'ouvrent brusquement, des apparitions éclairs... Il y a de ça au début, mais heureusement, le cinéaste a finalement une vision plus riche et plus ambitieuse des choses.
Déjà, le film est parfois malsain, le traitement des enfants est impitoyable, il y a toute une tripotée de sous-entendus ambigus sur le thème des traumatismes sexuels actifs ou passifs de ces derniers, ça m'a fait vraiment froid dans le dos, surtout quand on aperçoit vers la fin l'impuissance totale et le mal-être de ces enfants qui avaient l'air forts et presque parfaits, avec leurs déchirants pleurs et hurlements... Sans oublier le personnage névrosé de la gouvernante elle-même, dont on a des doutes sur sa pureté et sur sa santé mentale.
Ensuite, le noir et blanc, bien sûr. C'est l'un des plus beaux que j'ai eu l'occasion de voir, si ce n'est le plus beau. La photographie, la lumière, toute la mise en scène technique est d'une richesse plastique à couper le souffle.
On rajoute à ça une comptine inquiétante lors du générique du début, quelques beaux plans de fantômes, une femme de ménage sous le silence, une angoisse particulière - en somme, un drame d'épouvante plus original qu'il en a l'air. 4/6

21 jump street - Phil Lord et Christopher Miller - 2012 : Bon, on passera sur le générique de début, affreux et de mauvais goût, sur quelques effets ringards de mise en scène qui papillonnent joyeusement en masse lors des premières scènes, car dès qu'intervient Ice Cube et l'infiltration au lycée, le film devient presque hilarant.
Tous les personnages mis en avant fonctionnent, je regrette tout de même la tournure du prof de sport, son côté "méchant" est too much, il était suffisamment drôle en trou du cul qui balance incognito des insultes au spectacle en accusant son voisin, il n'y avait pas besoin de lui attitrer le rôle de fournisseur...
Sinon (ça ne sert à rien de détailler sur l'humour du film de toutes façons), ce n'est peut-être que de la satisfaction intellectuelle de ma part mais j'ai trouvé très intéressant le traitement des lycéens américains, qui ont une mentalité très différente de nous, alors que chez nous l'intolérance est à la mode et l'honneur reviendra à celui qui fait le plus "jet-setteur", là-bas ils reviennent vers les fondamentaux hippies/bobos des années 60 et 70... C'était assez passionnant à regarder, sous ce point de vue.
Quelques scènes sympas sur l'amitié, sur le changement d'époque - un caméo réussi, qui m'a même une petite boule à la gorge alors que je n'ai pas vu un seul épisode de la série originale... Et puis surtout, le mot "bite" pleut moins que je le pensais, c'est plus agréable que la plupart des comédies américaines voisines... La comédie est donc franchouillarde, bien tournée, bien exploitée, on l'oublie presque aussitôt après le générique de fin mais le très bon moment était là. 4/6

In the mood for love - Wong Kar Wai - 2000 : In the mood for love, c'est comme le jazz de fin de soirée, comme l'album posthume de Lester Young, c'est doux, mélancolique, mélodique, nostalgique, sensuellement essoufflé. La nuit envoûte, la spirale de la coupe de Maggie Cheung rappelle la sensualité tortueuse de Kim Novak dans Vertigo, les corps se frôlent, et la caméra fige le mouvement. Et ce n'est jamais poseur. Les acteurs s'arrêtent, mais ne posent jamais. C'est aussi ça, la pure magie du cinéma : contrôler le temps, les émotions. Le cinéaste fige le temps, les personnages réfléchissent dans la tourmente, la vie continue, les personnages ont fait le point de la situation. Ils se cherchent, ils se perdent, ils se retrouvent inlassablement. On pense à Resnais et à ses amants d'Hiroshima, à Marker et à sa passion pour le pays du soleil levant, à Godard et ses amoureux mythiques qui ne se comprennent pas. Nous sommes en 2000, une nouvelle ère cinématographique commence, Wong Kar Wai en revient aux fondamentaux : la Nouvelle Vague. Tout le film est emprunt de la fraîcheur éternelle de ce mouvement, la musicalité des mouvements, le mythe inaltérable du désir, les conséquences du renoncement. La Nouvelle Vague a trouvé son représentant à l'extrême-Orient, qui immortalise son souffle, le met au goût du jour. Le réalisateur a trouvé son Georges Delerue, Trofanov, et sa nymphe, pour nous livrer un des plus beaux poèmes, doucereusement douloureux, et peut-être bien le plus beau film de la décennie qu'il inaugure magistralement. 6/6 ===> FILM DU MOIS

22 Jump Street - Phil Lord et Chris Miller - 2014 : On prend les mêmes et on recommence, très bien. Mais on prend aussi les mêmes vannes (les private joke sont les meilleures de toutes façons), la même intrigue (et toutes les prévisibilités scénaristiques, donc qui s'ensuivent) et c'est là que ça pêche, car l'idée de l'univers perd toute sa saveur. En plus, le milieu universitaire est bien moins intéressant que celui du lycée, les personnages sont moins symboliques de l'esprit de la jeunesse américaine, on est loin de tous ceux qui faisaient vivre le lycée. Et le spring break est vraiment ridicule.
Cela dit, la mise en scène est plus discrète, moins maladroite que celle du premier opus. Il y a également le très sympathique Peter Stormare, et toutes les scènes avec Ice Cube sont démentielles (la seule chose dont 22 n'ait rien à envier à 21). En somme, un film pas désagréable, qui rappelle les bons moments du premier, mais qui est assez décevant et qui fait surtout le minimum syndical. 3/6
Nouveau sur ce site.

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2668
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Harkento » 31 août 14, 16:16

LE FILM D'AOÛT 2014

Image

FILMS VUS AU CINEMA :

Enemy (Denis Villeneuve) : 9 / 10 – U.S.A. [2013] ; Thriller, mystère
Blue Ruin (Jeremy Saulnier) : 8 / 10 – U.S.A. [2013] ; Thriller, drame
Les gardiens de la galaxie (James Gunn) : 7,5 / 10 – U.S.A. [2014] ; Science fiction, action
Les combattants (Tomas Cailley) : 7,5 / 10 – France [2014] ; Comédie, romance
Lucy (Luc Besson) : 3 / 10 – France [2014] ; Action, thriller, science fiction
Expendables 3 (Patrick Hugues) : 2,5 / 10 – U.S.A. [2014] ; Action


FILMS DECOUVERTS :

Les hommes du présidents (Alan J. Pakula) : 9 / 10 – U.S.A. [1976] ; Drame, histoire, mystère
L’oeuf de l’ange (Mamoru Oshii) : 8,5 / 10 – Japon [1985] ; Animation, drame, fantasy
Le veilleur de nuit (Ole Bornedal) : 8,5 / 10 – Danemark [1994] ; Thriller, drame, mystère
Gunki hatameku motoni (Kinji Fukasaku) : 8,5 / 10 – Japon [1972] ; Guerre, drame, histoire
42ème rue (Lloyd Bacon) : 8 / 10 – U.S.A. [1933] ; Comédie musicale, romance, drame

Summer wars (Mamoru Hosada) : 7,5 / 10 – Japon [2009] ; Science fiction, aventure, drame
Odd Thomas (Stephen Sommers) : 7,5 / 10 – U.S.A. [2014] ; Fantasy, thriller, mystère
Vera Cruz (Robert Aldrich) : 7,5 / 10 – U.S.A. [1954] ; Western, action, aventure
Touristes (Ben Weathley) : 7,5 / 10 – UK [2012] ; Crime, drame, aventure
L’invasion des mort-vivants (John Gilling) : 7 / 10 – UK [1966] ; Horreur, drame
Bandslam (Todd Graff) : 7 / 10 – U.S.A. [2009] ; Comédie, romance, drame

Lilith (Robert Rossen) : 6,5 / 10 – U.S.A. [1964] ; Drame
Les citronniers (Eran Riklis) : 6 / 10 – Israël, Allemagne, France [2008] ; Drame
Le retour de l’inspecteur Harry (Clint Eastwood) : 6 / 10 – U.S.A. [1983] ; Crime, thriller, action
El cuerpo (Oriol Paulo) : 6 / 10 – Espagne [2012] ; Thriller, mystère
The machine (Caradog W. James) : 6 / 10 – UK [2013] ; Science fiction, thriller
Paperhouse (Bernard Rose) : 6 / 10 – U.S.A. [1988] ; Fantastique, drame, horreur
Et soudain tout le monde me manque (Jennifer Devoldère) : 5,5 / 10 – France [2011] ; Comédie, drame
Le sens du devoir 3 (Arthur Wong, Brandy Yuen) : 5 / 10 – Hong-kong [1988] ; Action


FILMS REVUS :

Dellamorte dellamore (Michele Saovi) : 9 / 10 – Italie, France, Allemagne [1994] ; Fantastique, horreur, drame, mystère
Sexe, mensonge & vidéo (Steven Soderbergh) : 8 / 10 – U.S.A. [1989] ; Drame
Solaris (Andrei Tarkovsky) : 8 / 10 – Russie [1972] ; Science fiction, drame
Police story (Jackie Chan) : 7,5 / 10 – Hong-kong [1985] : Action, comédie, policier


SERIES :

REVU – Game of throne – Saison 1 (David Benioff,D. B. Weiss) – épisode 1 à 7 : 8,5 / 10 – U.S.A. [2011] ; Aventure, drame, fantasy
The strain – saison 1 (Guillermo del Toro, Chuck Hogan) – épisode 3 à 6 : 8 / 10 – U.S.A. [2014] ; Drame, horreur, science fiction
L’attaque des titans (Hajime Isayama) – épisode 1 : 7,5 / 10 – Japon [2013] ; Action, aventure, fantasy
Masters of sex – Saison 1 (Michelle Ashford) – épisode 1 : 7,5 / 10 – U.S.A. [2013] ; Drame, comédie, biopic


DOCUMENTAIRES :

Un Voyage Avec Martin Scorsese à travers le cinéma américain (Martin Scorsese, Michael Henry Wilson) – épisode 2 : 8 / 10 – U.S.A. [1995] ; Cinéma, histoire
The Beatles Anthology - épisode 6 : 7,5 / 10 – UK [1995] ; Biographie, musique


Les ‘Acteurs’ d’Août :

Robert Redford (Les hommes du président) / Macon Blair (Blue Ruin) / Steve Oram (Touristes)

Image

Les ‘Actrices’ d’Août :

Rikke Louise Andersson (Le veilleur de nuit) / Andie McDowell (Sexe, mensonges & vidéo) / Alice Lowe (Touristes)

Image

________________________________________________________________

10 / 10 : Chef d'oeuvre absolu / Traumatisme cinématographique - Je vénère
9 / 10 : Chef d'oeuvre - J'adore
8 / 10 : Grand film / Un classique - J'aime beaucoup
7 / 10 : Très bon film - J'aime bien
6 / 10 : Bon film / divertissant - J'apprécie
5 / 10 : Film moyen - Je m'ennuie un peu
4 / 10 : Peu mieux faire - Je m'ennuie beaucoup
3 / 10 : Mauvais film - Je m'ennuie terriblement
2 / 10 : Film nul - Je m'énerve
1 / 10 : Croûte filmique - J'explose

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Anorya » 31 août 14, 22:30

Août 2014


Film du moi.



Image
Les combattants



Films vus - possibles films du mois en rouge.



● Piranhas - :o
● Finis Terrae - :)
● Magic Magic - :)
● Le bras de la vengeance - :D
● Un seul bras les tua tous - :)
Les inconnus dans la ville -  8)
● Lucy - :| :? :(
● Young ones - :|
● Les gardiens de la galaxie - :)
● Avanti - :D
Les combattants - 8)
L'oeuf de l'ange - :shock: 8)
● Kill the gringo - :|
L'étrangleur de Boston - :shock: :D


A part :
● Au délà du réel (série 60's), exploration en cours.
● Blade Runner, DVD bonus 4 sur les 5 du coffret ultimate.



Films revus-redécouverts



● Ninja Scroll - 8)
● Wall-e - 8)
● Paprika - 8)
● Patlabor III - :D
● Patlabor II - 8)
● Patlabor the movie - 8)
● X-men le commencement - :D
● La grande aventure Légo - :D
● Highlander - soif de vengeance - :)
● Captain america 2 - :D
● La rage du tigre - 8)
● Starbuck - :)
Image

Avatar de l’utilisateur
cinéfile
Machino
Messages : 1153
Inscription : 19 avr. 10, 00:33
Localisation : Bourges

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar cinéfile » 12 oct. 14, 14:09

Film découverts

Persona (Bergman, 1966) 8/10
Mark Dixon détective (Preminger, 1950) 7,5/10
Roberto Succo (Kahn, 2000) 7/10
Shutter Island (Scorsese, 2010) 7/10
Hitcher (Harmon, 1986) 6.5/10
La Personne aux deux personnes (Charlet/Lavaine) 6.5/10
Les Combattants (Caillet, 2014) 6/10
Aux Yeux du Monde (Rochant, 1991) 6/10
Good Morning Vietnam (Levinson, 1987) 5.5/10
Enemy (Villeneuve, 2014) 5/10

Film (re)découverts

Voici le temps des assassins (Duvivier, 1955) 8/10
Witness (Weir, 1984) 7/10