Votre film du mois d'Aout 2014

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47835
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Boubakar » 1 août 14, 00:09

Topic "A vos Commentaires"

Tous vos films du mois (Mai 2005 - Décembre 2006) lien mort

Liste des liens par mois (Décembre 2006 & Aout 2007 à Juillet 2014)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Votre film du mois de Décembre 2006
Votre film du mois d'Août 2007
Votre film du mois de Septembre 2007
Votre film du mois d'Octobre 2007
Votre film du mois de Novembre 2007
Votre film du mois de Décembre 2007
Votre film du mois de Janvier 2008
Votre film du mois de Février 2008
Votre film du mois de Mars 2008
Votre film du mois d'Avril 2008
Votre film du mois de Mai 2008
Votre film du mois de Juin 2008
Votre film du mois de Juillet 2008
Votre film du mois d'Août 2008
Votre film du mois de Septembre 2008
Votre film du mois d'Octobre 2008
Votre film du mois de Novembre 2008
Votre film du mois de Décembre 2008
Votre film du mois de Janvier 2009
Votre film du mois de Février 2009
Votre film du mois de Mars 2009
Votre film du mois d'Avril 2009
Votre film du mois de Mai2009
Votre film du mois de Juin 2009
Votre film du mois de Juillet 2009
Votre film du mois d'Aout 2009
Votre film du mois de Septembre 2009
Votre film du mois d'Octobre 2009
Votre film du mois de Novembre 2009
Votre film du mois de Décembre 2009
Votre film du mois de Janvier 2010
Votre film du mois de Février 2010
Votre film du mois de Mars 2010
Votre film du mois d'Avril 2010
Votre film du mois de Mai 2010
Votre film du mois de Juin 2010
Votre film du mois de Juillet 2010
Votre film du mois d'Aout 2010
Votre film du mois de Septembre 2010
Votre film du mois d' Octobre 2010
Votre film du mois de Novembre 2010
Votre film du mois de Décembre 2010
Votre film du mois de Janvier 2011
Votre film du mois de Février 2011
Votre film du mois de Mars 2011
Votre film du mois d'Avril 2011
Votre film du mois de Mai 2011
Votre film du mois de Juin 2011
Votre film du mois de Juillet 2011
Votre film du mois d' Aout 2011
Votre film du mois de Septembre 2011
Votre film du mois d'Octobre 2011
Votre film du mois de Novembre 2011
Votre film du mois de Décembre 2011
Votre film du mois de Janvier 2012
Votre film du mois de Février 2012
Votre film du mois de Mars 2012
Votre film du mois de Avril 2012
Votre film du mois de Mai 2012
Votre film du mois de Juin 2012
Votre film du mois de Juillet 2012
Votre film du mois d'Aout 2012
Votre film du mois de Septembre 2012
Votre film du mois d'Octobre 2012
Votre film du mois de Novembre 2012
Votre film du mois de Décembre 2012
Votre film du mois de Janvier 2013
Votre film du mois de Février 2013
Votre film du mois de Mars 2013
Votre film du mois d'Avril 2013
Votre film du mois de Mai 2013
Votre film du mois de Juin 2013
Votre film du mois de Juillet 2013
Votre film du mois de Aout 2013
Votre film du mois de Septembre 2013
Votre film du mois d'Octobre 2013
Votre film du mois de Novembre 2013
Votre film du mois de Décembre 2013
Votre film du mois de Janvier 2014
Votre film du mois de Février 2014
Votre film du mois de Mars 2014
Votre film du mois d'Avril 2014
Votre film du mois de Mai 2014
Votre film du mois de Juin 2014
Votre film du mois de Juillet 2014


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour toute erreur ou omission fort probable, n'hésitez pas à m'envoyer des MP.


Films du mois (Janvier 2014 - Décembre 2014)

Spoiler (cliquez pour afficher)
7 Swans
janvier = Werckmeister harmonies (Tarr)
février = 37 uses for a dead sheep (Hopkins)
mars = Le locataire (Polanski)
avril = Gosford park (Altman)
Akrociné
février = Incendies (Villeneuve)
mars = Histoire d'une prostituée (Suzuki)
avril = Heat (Mann)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Essential killing (Skolimowski)
juillet = Collapse (C.SMith)
Anorya
janvier = Satyricon (Fellini)
février = Sans soleil (Marker)
mars = Never let me go (Romanek)
avril = Pina (Wenders)
mai = Twin peaks : fire walk with me (Lynch)
juin = Vivre sa vie (Godard)
juillet = L'échange (Eastwood)
Atcloserange
janvier = 3 femmes (Altman)
Ben Castellano
janvier = Arrietty, le petit monde des chapardeurs (Yonebayashi)
février = Les copains d'abord (Kasdan)
mars = Oki's movie (Hong)
avril = Road to nowhere (Hellmann)
mai = La femme sur la lune (Lang)
juin = Wendy & Lucy (Reichardt)
juillet = Deep end (Skolomowski)
Best
janvier = Arrietty le petit monde des chapardeurs (Yonebayashi)
février = Josey Wales, hors-la-loi (Eastwood)
mars = Rango (Verbinski)
avril = Mar adentro (Amenabar)
mai = Huit heures de sursis (Reed)
juin = Kung Fu Panda 2 (Yuh)
juillet = Il n'est jamais trop tard (Hanks)
Blue
janvier = Les Nibelungen (Lang)
avril = Bad timing (Roeg)
mai = Performance (Roeg)
juin = Au hasard Balthazar (Bresson)
juillet = La passion de Jeanne d'Arc (Dreyer)
Boubakar
janvier = Dressé pour tuer (Fuller)
février = Un homme est passé (Sturges)
mars = Punch drunk love (P.T.Anderson)
avril = Une journée particulière (Scola)
mai = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin = Commando (L.Lester)
Brody
janvier = Les frissons de l'angoisse (Argento)
février = Bons baisers de Bruges (McDonagh)
mars = Des hommes et des dieux (Beauvois)
avril = Sons of anarchy saison 2
mai = L’homme qui tua Liberty Valance (Ford)
juin = Aniki mon frère (Kitano)
juillet = The ghost writer (Polanski)
Cathy
janvier = Baby Face (Green)
février = The Artist (Hazanavicius)
mars = Pavillon noir (Borzage)
avril = Hangover Square (Brahm)
mai = Les inconnus dans la maison (Decoin)
juin = Les plus belles années de notre vie (Wyler)
cinephage
janvier = Take Shelter (Nichols)
février = Gentleman Jim (Walsh)
mars = Le miroir (Tarkovski)
avril = Divorce à l'italienne (Germi)
mai = La cabane dans les bois (Goddard)
juin = Les meilleures années de notre vie (Wyler)
Colqhoun
janvier = Observe & report (Hill)
juin = The bang bang club (Silver)
Cortez the killer
janvier = Morse (Alfredson)
février = Les chemins de la liberté (Weir)
mars = Out of Africa (Pollack)
avril = Man on the moon (Forman)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Minuit à Paris (Allen)
juillet = The offense (Lumet)
CrankyMemory
Daffy Duck
daniel gregg
mai = The frenchman's creek (Leisen)
juillet = The manhandled (Dwan)
Demi-Lune
janvier = Metropolis (Lang)
février = Octobre (Eisenstein)
mars = La lettre inachevée (Kalatozov)
avril = Les Nibelungen (Lang)
mai = Guerre et paix (Bondartchouk)
juin = Cinema Paradiso (Tornatore)
Ducdame
Dunn
avril = Let me in (Reeves)
ed
Ender
janvier = Platform (Zia)
février = Persona (Bergman)
Eusebio Cafarelli
mai = Persona (Bergman)
everhard
avril = Romance on the high seas
mai = Certains l'aiment chaud (Wilder)
juin = Good news
Fatalitas
janvier = Les perles de la couronne (Guitry & Christian-Jacque)
février = La ballade de Bruno (Herzog)
mars = La soif de la jeunesse (Parrish)
avril = Le cambrioleur (Wendkos)
mai = Vincere (Bellochio)
juin = On achève bien les chevaux (Pollack)
juillet = Deep end (Skolimowski)
feb
janvier = A la recherche de Garbo (Lumet)
février = A l'Ouest, rien de nouveau (Milestone)
mars = Convoi de femmes (Wellman)
avril = To be or not to be (Lubitsch)
mai = The single standard (Robertson)
juin = The docks of New York
Federico
janvier = The swimmer (Perry)
mars = La dernière séance (Bogdanovich)
Flavia
juin = Mean streets (Scorsese)
juillet = Waterloo Bridge (LeRoy)
François Sanders
janvier = Somewhere (S.Coppola)
février = Black swan (Aronofsky)
mars = Fighter (O'Russell)
avril = Road to nowhere (Hellmann)
juillet = Zabriskie point (Antonioni)
Frank Bannister
mars = Black swan (Aaronofsky)
avril = Tron l'héritage
mai = Buried
Gnome
janvier = Les sans-espoir (Jancso)
février = Le premier jour du reste de ta vie (Bezançon)
mars = Le cache cache pastoral (Terayama)
avril = L'île du châtiment (Shinoda)
mai = Ne le dis à personne (Canet)
juin = Z (Costa-Gavras)
juillet = The tree of life (Mallick)
Gounou
janvier = Inferno (Argento)
février = Impitoyable (Eastwood)
mars = La charge héroïque (Ford)
avril = Essential killing (Skolismowski)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = La dernière piste (Reichardt)
juillet = Josey Wales hors-la-loi (Eastwood)
Hal 9000
janvier = Brainstorm (Trumbull)
février = Angel heart (Parker)
mars = La grande évasion (Sturges)
avril = Black death (Smith)
mai = L'étoffe des héros (Kaufman)
juin = X-Men : au commencement (Vaughn)
juillet = Quatre mouche de velours gris (Argento)
hansolo
avril = Rango (Verbinski)
mai = Source code (Jones)
hellboy
janvier = Mother (Bong)
février = The town (Affleck)
mars = Bad lieutenant (Herzog)
juin = X-Men le commencement (Vaughn)
juillet = 127 heures (Boyle)
hellrick
janvier = Agora (Amenabar)
février = La lame infernale (Delaman)
mars = La brigade du Texas (Douglas)
avril = Hobo with a shotgun (Eisener)
mai = Thor (Branagh)
juin = X-Men le commencement (Vaughn)
juillet 2011 = Femme ou démon (Marshall)
Helward
homerwell
janvier = La poison (Guitry)
février = Lucky star (Borzage)
mars = L'heure suprême (Borzage)
mai = Un conte de Noël (Desplechin)
Jack Griffin
février = Stop making sense (Demme)
jacques 2
mai = Two lovers (Gray)
Jeremy Fox
janvier = Tree of life (Mallick)
février = The descendants (Payne)
mars = Joe Dakota (Bartlett)
avril = L'heure d'été (Assayas)
mai = La forêt d'émeraude (Boorman)
juin = Prometheus (R.Scott)
Joe-ernst
janvier = Incendies (Villeneuve)
février = Une étoile est née (Cukor)
mars = Une si jolie petite plage (Allégret)
avril = Rabbit hole (Mitchell)
mai = Shakespeare Wallah (Ivory)
juin = Le guépard (Visconti)
juillet = The beloved rogue
Joe Wilson
janvier = Les affameurs (A.Mann)
février = Fanny & Alexandre (Bergman)
mars = Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi)
avril = Le roi Lear (Kozintsev)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Pandora (Lewin)
juillet = Le guépard (Visconti)
Johell
février = Dead people (Huyck)
mars = Marie poupée (Seria)
avril = La ballade de l'impossible (Tran)
mai = La solitude des nombres premiers (Costanzo)
juillet = Hanna (Wright)
John Anderton
janvier = The killer inside me (Winterbottom)
février = Black swan (Aronofsky)
mars = The social network (Fincher)
avril = Le convoi de la peur (Friekdkin)
mai = Les yeux de Julia
juin = The tree of life (Mallick)
juillet = True blood - saison 3
Jordan White
janvier = A serbian film (Spasosjevic)
février = The runaways (Sigismondi)
mars = Les jours et les nuits de China Blue (Russell)
avril = Defiance of good
juin = Une affaire d'état (Valette)
juillet = Towelhead (Ball)
Judyline
janvier = L'homme au masque de fer (Wallace)
février = Lilo & Stitch (Deblois & Sanders)
mars = A.I. (Spielberg)
avril = Social network (Fincher)
mai = Toy Story 3
juin = Esprits rebelles (Smith)
juillet = Le jour où la Terre s'arrêta (Wise)
-Kaonashi Yupa-
janvier = Le vieux fusil (Enrico)
février = Reds (Beatty)
mars = Winter's bone (Garnik)
avril = Bleu (Kieslowski)
mai = Miracle en Alabama (Penn)
juin = Alexandre le bienheureux (Robert)
juillet = Bienvenue Mister Chance (Ashby)
Karras
janvier = Incendies (Villeneuve)
février = Never let me go (Romanek)
mars = Revenge (Bier)
avril = L'étrangère
mai = The tree of life (mallick)
juin = Une séparation (Fahradi)
juillet = Chico & Rita
Kevin95
janvier = Arizona Junior (Coen)
février = La dame de Shangaï (Welles)
mars = True grit (Coen)
avril = Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Paprika (Kon)
juillet = A bout portant (Siegel)
Kimm
janvier = Poupoupidou (Hustache-Mathieu)
Leol
janvier = Tous en scène (Minelli)
février = Les visiteurs du soir (Carné)
mars = Madame De (Ophuls)
avril = A.I. (Spielberg)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Une séparation (Fahradi)
juillet = L'année du dragon (Cimino)
Léo Pard
janvier = Les évadés (Darabont)
février = Police Python 357 (Corneau)
mars = Les Blues brothers (Landis)
avril = Et pour quelques dollars de plus (Leone)
mai = Psychose (Hitchcock)
juin = Orange mécanique (Kubrick)
juillet = L'armée des ombres (Melville)
lermontov
mai = Abattoir 5 (Hill)
juin = Homicide (Mamet)
Lorenzo
Magobei
janvier = Rio Bravo (Hawks)
février = La bataille d'Alger (Pontecorvo)
mars = A l'Ouest rien de nouveau (Milestone)
avril = Pigs & Battleship (Imamura)
mai = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin = Convoi de femmes (Wellman)
Major Tom
janvier = L'aurore (Murnau)
février = Johnny Guitar (Ray)
mars = Out of Africa (Pollack)
avril = Deep end (Skolimowski)
mai = Moonrise kingdom (W.Anderson)
juin = Le procès (Welles)
mannhunter
janvier = Poupoupidou (Hustache-Mathieu)
février = Last night (Tadjedin)
mars = 127 heures (Boyle)
avril = L'agence (Nolfi)
mai = Le complexe du castor (Foster)
juin = Blue Valentine
juillet = Hanna (Wright)
Max Schreck
janvier = Avatar (Cameron)
février = Le 7eme jour (Saura)
mars = Black swan (Aaronofsky)
avril = Le viager (Tchernia)
mai = The tree of life (Mallick)
juillet = Summer wars (Hosoda)
Miss Nobody
janvier = Johnny Guitar (Ray)
février = La source (Bergman)
mars = Stalag 17 (Wilder)
avril = Série noire (Corneau)
mai = L'année du dragon (Cimino)
juin = Bienvenue à Gattaca (Niccol)
juillet 2011 = A bout de course (Lumet)
MJ
janvier = Experiment in terror (Edwards)
février = Poetry (Changdong)
mars = Safe (Haynes)
avril = Nowhere (Araki)
mai = La maman et la putain (Eustache)
juin = La loi du milieu (Hodges)
juillet = To sleep with anger (Burnett)
Nobody smith
janvier = 5cm par seconde (Shinkai)
février = True grit (Coen)
mars = La mélodie du bonheur (Wise)
avril = Les grands espaces (Wyler)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Panic sur Florida Beach (Dante)
juillet = Europa (Von Trier)
NotBillyTheKid
janvier = Le bal (Scola)
mars = Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)
avril = La ville abandonnée (Wellmann)
mai = Le fleuve sauvage (Kazan)
juillet = Baisers volés (Truffaut)
Père Jules
juillet = Le couteau dans l'eau (Polanski)
Phylute
juin = Balada Triste (De la Iglesia)
juillet = Chroniques d'un été (Rouch)
Pnom&Peh
janvier = Blood & sand (Mamoulian)
février = Incendies (Villeneuve)
Profondo Rosso
janvier = Bunny Lake a disparu (Preminger)
février = Walkabout (Roeg)
mars = Never let me go (Romanek)
avril = Saturday night & Sunday morning (Reisz)
mai = Isadora (Reisz)
juin = Henry V (Branagh)
juillet = La maitresse du lieutenant français (Reisz)
Ratatouille
janvier = Take Shelter (Nichols)
février = Incendies (Villeneuve)
mars = Les temps modernes (Chaplin)
avril = A propos d'Elly (Farhadi)
mai = Conversation secrète (Coppola)
juin = The Myth of the American Sleepover (Mitchell)
reuno
janvier = Ondine (Jordan)
février = Il était une fois dans l'Ouest (Leone)
mars = Tetsuo the bulletman (Tsukamoto)
avril = Animal kingdom (Michod)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Biutiful (Inarritu)
juillet = Memory lane (Hers)
Rick Blaine
janvier = Les Ailes (Wellman)
fevrier = French Cancan (Renoir)
mars = Duel Dans La Sierra (Sherman)
avril = The Thing (Carpenter)
mai = Moonrise Kingdom (W.Anderson)
juin = Nightfall (Tourneur)
Rockatansky
janvier = Triangle (C.Smith)
février = Pour elle (Cavayé)
mars = A bout portant (Cavayé)
avril = Hobo with a shotgun (Eisener)
mai = Confessions (Nakashima)
juin = J'ai rencontré le diable (Kim)
juillet = Hanna (Wright)
semmelweiss
janvier = Millenium (Fincher)
février = Rango (Verbinski)
mars = Faux-semblants (Cronenberg)
avril = titanic (Cameron)
mai = Eternal sunshine of the spotless mind (Gondry)
juin = De rouille et d'os (J.Audiard)
Someone 1600
janvier = Le guépard (Visconti)
février = Danse avec les loups (Costner)
mars = Last action hero (McTiernan)
avril = Rango (Verbinski)
mai = La harpe de Birmanie (Ichikawa)
juin = Barry Lyndon (Kubrick)
juillet = 1941 (Spielberg)
Sybille
janvier = Opening night (Cassavetes)
février = Darling (Schlesinger)
mars = The young Victoria (Vallée)
avril = Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)
mai = Aventures en Birmanie (Walsh)
juin = L'armée des ombres (Melville)
juillet = L'idiot (Kurosawa)
{b]Tommy Udo[/b]
janvier = The black book (A.Mann)
février = Movie crazy (Bruckman & lloyd)
mars = Marie-Martine (Valentin)
avril = Gentleman Jim (Walsh)
mai = Frau im mond (Lang)
juin = Desperate journey (Walsh)
Tom Peeping
mars = Black swan (Aaronosky)
juin = Le temps de l'innocence (Scorsese)
vic
janvier = Le passage du canyon (Tourneur)
février = Suzhou river (Ye)
mars = Winter's bone (Granik)
avril = Essential killing (Skolimowski)
mai = Source code (Jones)
juin = La dernière piste (Reichardt)
juillet = Deep end (Skolimowski)
Watkissien
janvier =
février =
mars =
avril =
mai =

Avatar de l’utilisateur
LéoL
Electro
Messages : 966
Inscription : 30 août 07, 21:37

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar LéoL » 1 août 14, 00:17

Août 2014

Film du mois :

Image
Charulata (Satyajit Ray, 1964)

Films (re)découverts :

- 9/10 -
Charulata (Satyajit Ray, 1964)
3h10 pour Yuma (Delmer Daves, 1957)

- 7,5/10 -
Embrasse-moi, idiot ! (Billy Wilder, 1964)

- 7/10 -
Harry dans tous ses états (Woody Allen, 1997)
Engrenages (David Mamet, 1987)
Les Cinq Secrets du désert (Billy Wilder, 1943)

- 6,5/10 -
La Grande aventure Lego (Phil Lord & Chris Miller, 2014)
Spéciale Première (Billy Wilder, 1974)
Dans la cour (Pierre Salvadori, 2014)
La Prisonnière espagnole (David Mamet, 1997)

- 6/10 -
Shakespeare Wallah (James Ivory, 1964)
Aimer, Boire et Chanter (Alain Resnais, 2014)
Chaleur et poussière (James Ivory, 1983)
Le Sauvage (Jean-Paul Rappeneau, 1975)

- 5,5/10 -
Godzilla (Gareth Edwards, 2014)
Eden Lake (James Watkins, 2008)

- 5/10 -
The Householder (James Ivory, 1963)
Le Femme est l'avenir de l'homme (Hong sang-soo, 2004)
Jane Austen in Manhattan (James Ivory, 1980)
Sunhi (Hong sang-soo, 2013)

- 4,5/10 -
La Valse de l'empereur (Billy Wilder, 1947)

- 4/10 -
Le Jour où le cochon est tombé dans le puits (Hong Sang Soo, 1996)
La Vierge mise à nu par ses prétendants (Hong Sang Soo, 2000)
Bombay Talkie (James Ivory, 1970)

- 3,5/10 -
Le Pouvoir de la province de Kangwon (Hong Sang Soo, 1998)
Turning Gate (Hong Sang Soo, 2002)
Savages (James Ivory, 1972)
Buddy Buddy (Billy Wilder, 1981)

Séries :

- 8/10 -
Breaking Bad (Vince Gilligan, Saison 4 - Ep. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12 & 13/13)

- 7/10 -
Louie (Louis C. K., Saison 3 - Ep. 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12 & 13/13)

- 6/10 -
Utopia (Dennis Kelly, Saison 2 - Ep. 1, 2, 3, 4, 5 & 6/6)
Engrenages (Alexandra Clert & Guy-Patrick Sainderichin, Saison 4 - Ep. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11 & 12/12)

- 5/10 -
Sherlock Holmes (Michael Cox et June Wyndham-Davies, Saison 1, 1984)
>> Le Ruban moucheté (1x06) : 6,5/10
>> L'Escarboucle bleue (1x07) : 5/10
>> Les Hêtres rouges (1x08) : 4/10
>> L'Interprète grec (1x09) : 4/10

Films revus :



Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2007 : Excalibur de John Boorman
Octobre 2007 : Sueurs froides de Alfred Hitchcock
Novembre 2007 : In the mood for love de Wong Kar Wai
Décembre 2007 : Barry Lyndon de Stanley Kubrick
Janvier 2008 : Le péril jeune de Cédric Klapisch
Février 2008 : Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick
Mars 2008 : A scene at the sea de Takeschi Kitano
Avril 2008 : Rio Bravo de Howard Hawks
Mai 2008 : Un conte de Noël de Arnaud Despléchin
Juin 2008 : M le maudit de Fritz Lang
Juillet 2008 : The Yards de James Gray
Août 2008 : Todo Sobre Mi Madre de Pedro Almodovar
Septembre 2008 : Sur la route de Madison de Clint Eastwood
Octobre 2008: Metropolis de Rintaro
Novembre 2008: La porte du paradis de Michael Cimino
Decembre 2008: Chantons sous la pluie de Gene Kelly et Stanley Donen
Janvier 2009: Boulevard du crépuscule de Billy Wilder
Février 2009 : Rosemary's Baby de Roman Polanski
Mars 2009: La garçonnière de Billy Wilder
Avril 2009: The Thing de John Carpenter
Mai 2009: La soif du mal de Orson Welles
Juin 2009: Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone
Juillet 2009: Le mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton
Août 2009: Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk
Septembre 2009: La Vérité de Henri-Georges Clouzot
Octobre 2009: Pulsions de Brian De Palma
Novembre 2009: Missing de Costa-Gavras
Décembre 2009: Casablanca de Michael Curtiz
Janvier 2010: Eve de Jospeh L. Mankiewicz
Février 2010: Le chagrin et la pitié de Marcel Ophuls
Mars 2010: Sept ans de réflexion de Billy Wilder
Avril 2010: Ces messieurs dames de Pietro Germi
Mai 2010: La vie est belle de Frank Capra
Juin 2010: Qu'elle était verte ma vallée de John Ford
Juillet 2010: Le genou de Claire de Eric Rohmer
Août 2010: L'armée des ombres de Jean-Pierre Melville
Septembre 2010: To Be or not to Be de Ernst Lubitsch
Octobre 2010: L'aventure de Mme Muir de Joseph L. Mankiewicz
Novembre 2010: Quai des orfèvres de Henri-Georges Clouzot
Décembre 2010: French Cancan de Jean Renoir
Janvier 2011: Tous en scène de Vincente Minnelli
Février 2011: Les visiteurs du soir de Marcel Carné
Mars 2011: Madame de... de Max Ophüls
Avril 2011: A.I. de Steven Spielberg
Mai 2011: The Tree of Life de Terrence Malick
Juin 2011: Une séparation de Asghar Farhadi
Juillet 2011: L'année du dragon de Michael Cimino
Août 2011: Dersou Ouzala de Akira Kurosawa
Septembre 2011: La charge fantastique de Raoul Walsh
Octobre 2011: Le trou de Jacques Becker
Novembre 2011: Mr Smith au Sénat de Frank Capra
Décembre 2011: Une journée particulière de Ettore Scola
Janvier 2012 : La rondede Max Ophuls
Février 2012 : Elephant Man de David Lynch
Mars 2012 : Stalker de Andreï Tarkovski
Avril 2012 : La Dame du vendredi de Howard Hawks
Mai 2012 : A nos amours de Maurice Pialat
Juin 2012 : Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville
Juillet 2012 : Gentleman Jim de Raoul Walsh
Août 2012 : Voyage à Tokyo de Yasujirō Ozu
Septembre 2012 : Tempête à Washington de Otto Preminger
Octobre 2012 : La maman et la putain de Jean Eustache
Novembre 2012 : Van Gogh de Maurice Pialat
Décembre 2012 : Monsieur Verdoux de Charles Chaplin
Janvier 2013 : The West Wing - Saison 2 de Aaron Sorkin
Février 2013 : Andreï Roublev de Andreï Tarkovski
Mars 2013 : La maison des bois de Maurice Pialat
Avril 2013 : Les Nuits de Cabiria de Federico Fellini
Mai 2013 : The Breakfast Club de John Hughes
Juin 2013 : Le Limier de Joseph L. Mankiewicz
Juillet 2013 : Le Tombeau des lucioles de Isao Takahata
Août 2013 : César et Rosalie de Claude Sautet
Septembre 2013 : Un monde sans femmes de Guillaume Brac
Octobre 2013 : L'esquive de Abdellatif Kechiche
Novembre 2013 : Still Walking de Hirokazu Kore-Eda
Décembre 2013 : L'homme de la rue de Frank Capra
Janvier 2014 : Au Hasard Balthazar de Robert Bresson
Février 2014 : Her de Spike Jonze
Mars 2014 : La Dernière Séance de Peter Bogdanovich
Avril 2014 : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon de Elio Petri
Mai 2014 : Deux jours, une nuit de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Juin 2014 : L'Héritière de William Wyler
Juillet 2014 : Le Salon de musique de Satyajit Ray
Dernière édition par LéoL le 8 sept. 14, 22:12, édité 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22826
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar AtCloseRange » 1 août 14, 00:18

(Re-)Découvertes:

All Cheerleaders Die (McKee, Sivertson) 7/10
Drinking Buddies (Swanberg) 6/10
Fair Game (Liman) 4/10
No Such Thing (Hartley) 5,5/10
The Pallbearer (Reeves) 7,5/10
Streets (Shea) 7/10
Nos Pires Voisins (Stoller) 4/10
Romance de Gare (Alexander - TV) 6,5/10
A Touch of Class (Frank) 4/10
L'Aventure Sauvage (Hayers) 7/10
Crawlspace (Schmoeller) 6,5/10
Death to Smoochy (deVito) 7/10
Blended (Coraci) 2/10
Cyrus (Duplass Bros) 6,5/10
The Den (Donohue) 6/10
L'Attentat (Doueiri) 6/10
The Last Will and Testament of Rosalind Leigh (Gudino) 6,5/10
Midnight Son (Leberecht) 6/10
Some Guy Who Kills people (Perez) 5,5/10
Draft Day (Reitman) 6/10
White Palace (Mandoki) 5,5/10
Rome Adventure (Daves) 5,5/10

Révisions:
Une Affaire d'Etat (Valette) 5,5/10
Easy A (Gluck) 6/10
Breakdown (Mostow) 7/10
Loin de la Foule Déchaînée (Schlesinger) 6/10 (-)
Milou en Mai (Malle) 6/10
Dernière édition par AtCloseRange le 29 août 14, 22:10, édité 22 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47835
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Boubakar » 1 août 14, 00:26

Aout 2014

Film du mois

- Blue Jasmine (Allen) 8,5/10

Films vus

- La planète des singes - L'afffontement (Reeves) 8,5/10

- Weekend of a champion (Simon & Polanski) 8/10

- Fanny (Auteuil) 7,5/10
- Snowpiercer (Bong) 7,5/10

- Deux hommes dans l'Ouest (Edwards) 7/10
- L'argent des autres (De Chalonge) 7/10
- Marius (Auteuil) 7/10

- Sagan (Kurys) 6,5/10

- Une grande année (R.Scott) 6/10
- Le pigeon (Monicelli) 6/10
- Americano (M.Demy) 6/10

- Colt 45 (Du Welz) 5,5/10

- Le prince de Sicile (Abrams) 5/10
- Very bad trip 3 (Phillips) 5/10
- Trouble jeu (Polson) 5/10
- Expendables 3 (Hughues) 8,5/10

- Les Looney Tunes passent à l'action (Dante) 4,5/10
- 17 filles (Coulin) 4,5/10

- Les bêtes du sud sauvage (Zeitlin) 4/10
- Dommage collatéral (Davis) 4/10
- Boys don't cry (Peirce) 4/10
- Largo Winch 2 (Salle) 4/10
- Kick-ass 2 (Wadlow) 4/10
- Les géants (Lanners) 4/10

- Arrête de ramer, t'es sur le sable (I.Reitman) 3/10
- La vie dissolue de Gérard Floque (Lautner) 3/10
- Lucrèce Borgia (Gance) 3/10

- Jack le chasseur de géants (Singer) 2/10
- Appelez-moi Mathilde (Mondy) 2/10
- les Schtroumpfs 2 (Gosnell) 2/10

Films revus

Mes films du mois (Mai 2005 - Juillet 2014)
Spoiler (cliquez pour afficher)
mai 2005 = Star Wars episode III (Lucas)
juin 2005 = Les poupées russes (Klapisch)
juillet 2005 = La guerre des mondes (Spielberg)
août 2005 = L'auberge espagnole (Klapisch)
septembre 2005 = To live and die in LA (Friedkin)
octobre 2005 = Mon nom est personne (Valerii)
novembre 2005 = Blackjack (Dezaki)
décembre 2005 = Bernie (Dupontel)
janvier 2006 = La chute (Hirschbiegel)
février 2006 = Rambo (Kotcheff)
mars 2006 = Coup de tête (Annaud)
avril 2006 = Les duellistes (R.Scott)
mai 2006 = Spartacus (Kubrick)
juin 2006 = La ruée vers l'or (Chaplin)
juillet 2006 = La horde sauvage (Peckinpah)
aout 2006 = The Kid (Chaplin)
septembre 2006 = Un après midi de chien (Lumet)
octobre 2006 = History of violence (Cronenberg)
novembre 2006 = Seul contre tous (Noé)
décembre 2006 = Le lauréat (Nichols)
janvier 2007 = Rocky Balboa (Stallone)
février 2007 = 2001 (Kubrick)
mars 2007 = Bad Lieutenant (Ferrara)
avril 207 = Vertigo (Hitchcock)
mai 2007 = Lady Chatterley (Ferran)
juin 2007 = Bloody sunday (Greengrass)
juillet 2007 = Les infiltrés (Scorsese)
août 2007 = Lettres d'Iwo Jima (Eastwood)
septembre 2007 = L'hirondelle d'or (Hu)
octobre 2007 = Black book (Verhoeven)
novembre 2007 = 12 hommes en colère (Lumet)
décembre 2007 = Les chansons d'amour (Honoré)
janvier 2008 = Assurance sur la mort (Wilder)
février 2008 = Requiem pour un massacre (Klimov)
mars 2008 = There will be blood (P.T. Anderson)
avril 2008 = La ligne rouge (Mallick)
mai 2008 = The Killer (Woo)
juin 2008 = La graine et le mulet (Kechiche)
juillet 2008 = Le château de l'araignée (Kurosawa)
aout 2008 = Gentleman Jim (Walsh)
sepembre 2008 = Marius/Fanny/César (Korda/Allegret/Pagnol)
octobre 2008 = Fenêtre sur cour (Hitchcock)
novembre 2008 = Network (Lumet)
décembre 2008 = Bonnie & Clyde (A. Penn)
janvier 2009 = De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (Newman)
février 2009 = Gran Torino (Eastwood)
mars 2009 = 7h58, ce samedi-là (Lumet)
avril 2009 = Harold & Maude (Ashby)
mai 2009 = L'aventure de Mme Muir (Mankiewicz)
juin 2009 = Les visiteurs (Kazan)
juillet 2009 = JFK (Stone)
aout 2009 = Les choses de la vie (Sautet)
septembre 2009 = La comtesse aux pieds nus (Mankiewicz)
octobre 2009 = Le samouraÏ (Melville)
novembre 2009 = The offence (Lumet)
décembre 2009 = Avatar (Cameron)
janvier 2010 = Calmos (Blier)
février 2010 = Un dimanche à la campagne (Tavernier)
mars 2010 = The box (Kelly)
avril 2010 = La dernière caravane (Daves)
mai 2010 = La colline des hommes perdus (Lumet)
juin 2010 = L'adieu aux armes (Borzage)
juillet 2010 = La chevauchée des bannis (DeToth)
aout 2010 = Zazie dans le métro (Malle)
septembre 2010 = Des hommes et des dieux (Beauvois)
octobre 2010 = The social network (Fincher)
novembre 2010 = L'enfer est à lui (Walsh)
décembre 2010 = Bright star (Campion)
janvier 2011 = La vengeance aux deux visages (Brando)
février 2011 = L'homme qui voulut être roi (Huston)
mars 2011 = Pour une poignée de dollars (Leone)
avril 2011 = Amants et fils (Cardiff)
mai 2011 = Conte d'été (Rohmer)
juin 2011 = Punishment park (Watkins)
juillet 2011 = Les gens de la pluie (Coppola)
aout 2011 = The proposition (Hillcoat)
septembre 2011 = A la recherche de Garbo (Lumet)
octobre 2011 = Police (Pialat)
novembre 2011 = Capturing the Friedmans (Jarecki)
décembre 2011 = Shame (McQueen)
janvier 2012 = Dressé pour tuer (Fuller)
février 2012 = Un homme est passé (Sturges)
mars 2012 = Punch drunk love (P.T.Anderson)
avril 2012 = Une journée particulière (Scola)
mai 2012 = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin 2012 = Commando (L.Lester)
juillet 2012 = Warrior (O'Connor)
aout 2012 = Deep end (Skolimowski)
septembre 2012 = Out of Africa (Pollack)
octobre 2012 = La maison du lac (Rydell)
novembre 2012 = Les enfants loups, Ame & Yuki (Hosoda)
décembre 2012 = Point limite zéro (Sarafian)
janvier 2013 = The master (P.T.Anderson)
février 2013 = Daguérrotypes (Varda)
mars 2013 = Braindead (P.Jackson)
avril 2013 = Occupe-toi d'Amélie ! (Autant-Lara)
mai 2013 = Mud (J.Nichols)
juin 2013 = Le dernier train du Katanga (Cardiff)
juillet 2013 = Piège mortel (Lumet)
aout 2013 = La rose et la flèche (Lester)
septembre 2013 = Le trou (Becker)
octobre 2013 = Iron monkey (Yuen)
novembre 2013 = Inside Llewyn Davis (Coen)
décembre 2013 = Le gouffre aux chimères (Wilder)
janvier 2014 = Le vent se lève (Miyazaki)
février 2014 = 10eme chambre, instants d'audience (Depardon)
mars 2014 = Fedora (Wilder)
avril 2014 = Les garçons de la bande (Friedkin)
mai 2014 = The myth of the american sleepover (Mitchell)
juin 2014 = Un condé (Boisset)
juillet 2014 = Marie Octobre (Duvivier)
Dernière édition par Boubakar le 31 août 14, 23:51, édité 29 fois.

Avatar de l’utilisateur
Sybille
Accessoiriste
Messages : 1790
Inscription : 23 juin 05, 14:06

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Sybille » 1 août 14, 00:30

FILMS D'AOUT 2014

FILM DU MOIS

L'étrange aventurière - Frank Launder

Image

DECOUVERTES
Une certaine rencontre (Mulligan - 1963) : 6,5/10
Rome adventure (Daves - 1962) : 6,5/10
Susan Slade (Daves - 1961) : 6,5/10
Husbands (Cassavetes - 1970) : 6,5/10
I see a dark stranger (Launder - 1946) : 7,5/10
Les compères (Veber - 1983) : 6,5/10
In Bruges (McDonagh - 2008) : 7/10
This is England (Meadows - 2006) : 7,5/10
A cottage on Dartmoor (Asquith - 1929) : 7,5/10
Stella Dallas (Vidor - 1937) : 7,5/10

FILMS REVUS
Leave her to heaven (Stahl - 1945) : 7,5/10
Règlement de comptes (Lang - 1953) : 7,5/10
Une femme sous influence (Cassavetes - 1974) : 7,5/10

MOIS PRECEDENTS

Spoiler (cliquez pour afficher)
Octobre 2006 : Les contrebandiers de Moonfleet / Fritz Lang (1955)
Novembre 2006 : Heaven knows Mr Allison / John Huston (1957)
Décembre 2006 : La fille de Ryan / David Lean (1970)

Janvier 2007 : Le narcisse noir / Powell & Pressburger (1947)
Février 2007 : Le convoi des braves / John Ford (1950)
Mars 2007 : Cluny Brown / Ernst Lubitsch (1946)
Avril 2007 : Les fraises sauvages / Ingmar Bergman (1957)
Mai 2007 : La comtesse aux pieds nus / Joseph Mankiewicz (1954)
Juin 2007 : Umberto D / Vittorio de Sica (1951)
Juillet 2007 : Le tour du monde en 80 jours / Michael Anderson (1956)
Août 2007 : Night and the city / Jules Dassin (1950)
Septembre 2007 : Le jardin du diable / Henry Hathaway (1954)
Octobre 2007 : Miller's crossing / Joel & Ethan Coen (1990)
Novembre 2007 : The wind / Victor Sjöström (1928)
Décembre 2007 : Amarcord / Federico Fellini (1973)

Janvier 2008 : L'homme qui tua Liberty Valance / John Ford (1962)
Février 2008 : The lady Eve / Preston Sturges (1941)
Mars 2008 : Apocalypse now / Francis Ford Coppola (1979)
Avril 2008 : Manhattan / Woody Allen (1979)
Mai 2008 : La route des Indes / David Lean (1984)
Juin 2008 : Avanti ! / Billy Wilder (1972)
Juillet 2008 : The man from Laramie / Anthony Mann (1955)
Août 2008 : The clock / Vincente Minnelli (1945)
Septembre 2008 : A letter to three wives / Joseph Mankiewicz (1949)
Octobre 2008 : Ordet / Carl Theodor Dreyer (1954)
Novembre 2008 : Une partie de campagne / Jean Renoir (1936)
Décembre 2008 : Oliver ! / Carol Reed (1968)

Janvier 2009 : Le deuxième souffle / Jean-Pierre Melville (1966)
Février 2009 : Miss Pettigrew / Bharat Nalluri (2009)
Mars 2009 : Le fleuve sauvage / Elia Kazan (1960)
Avril 2009 : The servant / Joseph Losey (1964)
Mai 2009 : Un tramway nommé désir / Elia Kazan (1951)
Juin 2009 : Sur les quais / Elia Kazan (1954)
Juillet 2009 : Whatever works / Woody Allen (2009)
Août 2009 : White heat / Raoul Walsh (1949)
Septembre 2009 : Neverland / Marc Forster (2005)
Octobre 2009 : Under Capricorn / Alfred Hitchcock (1949)
Novembre 2009 : Westward the women / William Wellman (1951)
Décembre 2009 : Je suis un évadé / Mervyn LeRoy (1932)

Janvier 2010 : Bright Star /Jane Campion (2010)
Février 2010 : Sherlock Holmes / Guy Ritchie (2010)
Mars 2010 : L'Atalante / Jean Vigo (1934)
Avril 2010 : They drive by night / Raoul Walsh (1940)
Mai 2010 : Slightly Scarlet / Allan Dwan (1956)
Juin 2010 : Permission jusqu'à l'aube / John Ford & Mervyn LeRoy (1955)
Juillet 2010 : Monika / Ingmar Bergman (1953)
Août 2010 : Maris et femmes / Woody Allen (1992)
Septembre 2010 : 3.10 pour Yuma / Delmer Daves (1956)
Octobre 2010 : L'homme à la caméra / Dziga Vertov (1929)
Novembre 2010 : La règle du jeu / Jean Renoir (1939)
Décembre 2010 : L'ange de la rue / Frank Borzage (1928)

Janvier 2011 : Opening night / John Cassavetes (1977)
Février 2011 : Darling / John Schlesinger (1965)
Mars 2011 : The young Victoria / Jean-Marc Vallée (2009)
Avril 2011 : A matter of life and death / Michael Powell & Emeric Pressburger (1946)
Mai 2011 : Objective, Burma ! / Raoul Walsh (1945)
Juin 2011 : L'armée des ombres / Jean-Pierre Melville (1969)
Juillet 2011 : L'idiot / Akira Kurosawa (1951)
Août 2011 : Melancholia / Lars von Trier (2011)
Septembre 2011 : The tarnished angels / Douglas Sirk (1958)
Octobre 2011 : Scarface / Howard Hawks (1932)
Novembre 2011 : Bungalow pour femmes / Raoul Walsh (1956)
Décembre 2011 : Madame Bovary / Vincente Minnelli (1949)

Janvier 2012 : Sadie McKee / Clarence Brown (1934)
Février 2012 : La rue de la honte / Kenji Mizoguchi (1956)
Mars 2012 : La forteresse cachée / Akira Kurosawa (1958)
Avril 2012 : Bunny Lake is missing / Otto Preminger (1965)
Mai 2012 : Le visage / Ingmar Bergman (1958)
Juin 2012 : Le quai des brumes / Marcel Carné (1938)
Juillet 2012 : Charles mort ou vif / Alain Tanner (1969)
Août 2012 : Lettre d'une inconnue / Max Ophuls (1948)
Septembre 2012 : The world ten times over / Wolf Rilla (1963)
Octobre 2012 : Le juge et l'assassin / Bertrand Tavernier (1976)
Novembre 2012 : La flèche brisée / Delmer Daves (1950)
Décembre 2012 : All this and heaven too / Anatole Litvak (1940)

Janvier 2013 : The loneliness of the long distance runner / Tony Richardson (1962)
Février 2013 : Citizen Kane / Orson Welles (1941)
Mars 2013 : The innocents / Jack Clayton (1961)
Avril 2013 : Nuages flottants / Mikio Naruse (1955)
Mai 2013 : Day of the outlaw / André De Toth (1959)
Juin 2013 : City for conquest / Anatole Litvak (1940)
Juillet 2013 : Thé et sympathie / Vincente Minnelli (1956)
Août 2013 : Underworld U.S.A. / Samuel Fuller (1960)
Septembre 2013 : The man I love / Raoul Walsh (1947)
Octobre 2013 : The temptress / Fred Niblo (1926)
Novembre 2013 : Rain / Lewis Milestone (1932)
Décembre 2013 : Duel in the sun / King Vidor (1946)

Janvier 2014 : Back street / John Stahl (1932)
Février 2014 : Un amour éternel / Keisuke Kinoshita (1961)
Mars 2014 : Nous ne vieillirons pas ensemble / Maurice Pialat (1972)
Avril 2014 : Feu Mathias Pascal / Marcel L'Herbier (1926)
Mai 2014 : Europe 51 / Roberto Rossellini (1952)
Juin 2014 : Pat and Mike / George Cukor (1952)
Juillet 2014 : Easy living / Mitchell Leisen (1937)
Août 2014 : L'étrange aventurière / Frank Launder (1946)
Dernière édition par Sybille le 31 août 14, 20:10, édité 11 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5182
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Thaddeus » 1 août 14, 00:33

Août 2014

Image



La grande cité (Satyajit Ray, 1963)
Il y a chez Ray quelque chose de quasi surnaturel dans la constance avec laquelle il parvient à susciter l’émotion la plus profonde sans verser dans le pathétisme calculateur. Fidèle à l’héritage néoréaliste, le cinéaste questionne ici la place de la femme dans la société indienne et prône son épanouissement par le travail, au sein d’une organisation traditionnelle qui lui est hostile. Tout en regards bienveillants, gestes compréhensifs, sourires d’encouragement, le film nous attache avec une désarmante facilité à sa petite famille et se fonde sur un amour conjugal à l’épreuve de tous les préjugés ; il prône également une morale de l’intégrité qui se manifeste par la solidarité féminine, engagée contre les injustices de l’économie libérale. Encore une merveille de tendresse, d’acuité et de pudeur. 5/6

Mariage royal (Stanley Donen, 1951)
Pitch plus simple, tu meurs : un frère et une sœur qui se produisent ensemble dans une revue découvrent chacun l’amour pendant un voyage à Londres, effectué à l’occasion du mariage de la future Elisabeth II. Là-dessus, ne reste à Donen qu’à prouver la justesse infaillible de son doigté, à Fred Astaire qu’à déployer son invention autour d’une simple idée de pantomine ou d’un seul accessoire, et à Jane Powell qu’à affirmer l’énergie de sa personnalité comique. Le scénario a beau tenir de la carte postale et son développement du déroulé narratif le plus convenu, il y a de quoi se laisser divertir par la gaieté de l’ensemble, le jeu saturé des couleurs et l’originalité de certains numéros dont au moins un (la danse du héros sur les murs et les plafonds) relève de l’étonnant tour du force. 4/6

Les hautes solitudes (Philippe Garrel, 1974)
Un silence absolu, aucune parole, aucune musique, pas le moindre début de commencement d’intrigue, quatre vingts minutes de regards dans le vague et de regards-caméra qui s’égrènent en une litanie assommante de gros plans de visages : celui de Jean Seberg, ressemblant comme deux gouttes d’eau à Faye Dunaway, et celui de Tina Aumont, plus mutin, plus piquant. Les lamentations muettes se succèdent, le noir et blanc est aussi vide et flou que l’exercice. Des fois un type à l’expression particulièrement constipée fait face à son miroir. Voilà, c’est tout. Et c’est une authentique épreuve d’endurance, une sorte de point de non retour cauchemardesque de l’extrémisme auteurisant satisfait. Je veux bien être ouvert, patient, curieux et tout ce qu’on veut, mais il y a des limites. 1/6

Te souviens-tu de Dolly Bell ? (Emir Kusturica, 1981)
Un village yougoslave qui ressemble à un bidonville, au début des années 60, une bande d’ados désœuvrés entre kermesse, drague et ennui, une famille qui s’entasse dans un taudis où l’on dort à trois par lit… Le père, bourru mais bon bougre, tente tant bien que mal d’inculquer les principes communistes à sa progéniture ; le cadet, héros de l’histoire et alter ego évident du cinéaste, préfère tester sa méthode d’hypnose sur les lapins. Le premier film de Kusturica évoque autant les satires tchèques de Miloš Forman que les truculentes évocations autobiographiques de Fellini : même galerie de personnages pittoresques, même trait mordant, même registre cocasse de la peinture socio-politique. À défaut d’être pleinement accomplie, la chronique est drôle et chaleureuse. 4/6

L’ange ivre (Akira Kurosawa, 1948)
Le terme de réalisme poétique, avec ses variantes sémantiques telles que "fantastique social" ou "populisme tragique", s’applique ici parfaitement à la notion de destin, qui fait basculer l’histoire dans le domaine de la fable, voire de la parabole christique, et à la figure de truand interprété par Mifune : moins un gangster à la Scarface qu’un mauvais garçon poursuivi par la fatalité de son milieu, façon Pépé le Moko. Fondée sur la métaphore du cloaque, en écho à la maladie incurable du héros, l’œuvre dépeint avec pessimisme le Japon d’après-guerre, gangrené par le marché illégal et la misère, en transfigurant tout un réseau thématique (la recherche du double, la rédemption, la nostalgie de la jeunesse…) par l’apport du film noir et le croisement des éléments expressionnistes. 4/6

Le bal des vampires (Roman Polanski, 1967)
Il paraît que Polanski le considère que son film préféré : l’occasion de rappeler que les artistes sont parfois les moins à même de juger de leur œuvre. Le contraste est en tout cas frappant entre le soin apporté aux décors, aux costumes, à la photographie, tous de première classe, et la ribambelle de gags perfectibles témoignant d’un humour qui ne dépasse jamais vraiment le stade du croc-en-jambe pathétique. Si la comédie est assez curieuse dans sa manière de ne jamais sombrer dans la franche parodie, de déployer toute une imagerie crédible sur le plan du fantastique et de l’effroi, dans son mélange stylistique de gothique et de profane, ses effets de décalage régulièrement malheureux et son rythme inégal en font un pastiche trop attendu. La beauté de Sharon Tate laisse néanmoins sans voix. 3/6

Winter sleep (Nuri Bilge Ceylan, 2014)
En entérinant la pente (trompeusement) monumentaliste de son cinéma, Ceylan prête le flanc aux accusations : une maîtrise si impériale des moyens, de la forme et de l’expression est forcément suspecte aux yeux de certains. C’est compter sans son regard toujours plus aigu et cruel, et surtout son étonnante faculté de compréhension, qui amplifient les sentiments mis en jeu et confèrent à son film la plénitude artistique propre aux grandes œuvres. Il ne faut donc pas se laisser intimider par la facture imposante et les accents de bréviaire philosophique qui parcourent cette vaste réflexion bergmanienne sur l’échec et l’aveuglement, le couple et la solitude, la morale et le conflit des classes sociales : l’exigence, la densité, la tension, le sens de la beauté en infusent chacune des presque deux cent minutes. 5/6

Vous ne l’emporterez pas avec vous (Frank Capra, 1938)
Si Horizons Perdus formulait une idéologie, on peut dire que ce film-ci l’applique concrètement au sein du monde contemporain, la confrontant à une réalité et une logique hostiles aux marginaux et aux utopistes. Pour le cinéaste, le rêve américain ce n’est pas l’argent mais la liberté, et la seule politique qui trouve grâce à ses yeux est l’américanisme, ce culte de l’ambition personnelle que tempèrent les relations de bon voisinage, cet optimisme quasi pathologique qui pousse le spectateur à s’identifier à ses héros loufoques s’ébrouant dans la joie et l’innocence. Comme pour le tycoon qui se convertit à un art de vivre excentrique, un air d’harmonica fait alors s’évanouir tous les malheurs, résorber tous les problèmes, et exploser la ferveur d’une philosophie plus rayonnante qua jamais. Capra ou l’art d’être heureux. 5/6

Porco Rosso (Hayao Miyazaki, 1992)
Farouchement indépendant, réaliste mais pas désabusé, pacifique mais prêt à se battre si nécessaire, aimé des femmes pour sa détermination et sa sensibilité, respecté des hommes pour sa force et son sens de l’honneur, Porco Rosso est un vrai héros des années 40, dont l’attitude chevaleresque évoque Gable ou Bogart. La montée du fascisme, dans les décors idylliques de l’Adriatique, dignes d’un telefoni bianchi, accentue son caractère frondeur, son refus de l’autorité, son goût de l’aventure. Elle offre surtout la toile de fond d’un spectacle adulte, riche, complexe, fertile en personnages drôles et attachants, qui honore aussi bien le plaisir de l’action et du mouvement que les notes plus secrètes du romantisme et de la tragédie : celle d’un être mûr ayant décidé de vivre seul, entre ciel et mer. 5/6

Le mystérieux docteur Korvo (Otto Preminger, 1949)
Si le cinéaste verse à nouveau dans le genre criminel et intimiste qui a fait sa réussite, il accomplit un pas de plus vers la manipulation, tant des personnages que du spectateur. C’est à la fois son atout et sa limite que de tisser une machination perverse dont la lente et rigoureuse mise à nu en appelle davantage aux artifices du scénario qu’à l’investissement de la mise en scène. Preminger témoigne de sa capacité à errer entre normalité et folie, sur la trace d’une héroïne transie, à capter le mystère de certains comportements, à mettre en valeur l’étrangeté qui borde souvent le monde rationnel (que l’on songe à la voix de José Ferrer), mais son film vaut d’abord par son habileté à nous balader d’un rebondissement à l’autre, captifs consentants d’un jeu rusé du chat et de la souris. 4/6

Passe ton bac d’abord (Maurice Pialat, 1978)
L’adolescence nue. Pour réussir cette chronique des paumés du secondaire, Pialat filme sans complaisance mais non sans tendresse le quotidien de garçons et de filles ni beaux ni laids, ni heureux ni malheureux. Chez ces jeunes Chtimis ce n’est pas l’opulence ni la misère, ils ont l’âme vague comme un terrain et leur existence est grise comme leur ville, Lens. Alors ils se retrouvent au bistrot à essayer de savoir pourquoi ils vivent aujourd’hui et ce que sera demain, ils couchent ensemble surtout pour se tenir chaud au cœur et au corps. Le chômage guette, le mariage n’est qu’un pis-aller lorsqu’il n’est pas carrément une erreur, mais ce constat douloureux est émaillé de douceur, d’humour et de chaleur, malgré la morosité des jours qui se suivent. C’est parfois dur, souvent touchant, toujours juste. 4/6

September (Woody Allen, 1987)
Intérieurs, neuf ans après. Comme pour son premier film grave, Allen met le sourire hors jeu : enfermés dans le huis-clos d’une maison de campagne, chacun ou presque de ses six personnages aime sans retour et se dérobe devant le/la prétendant(e). C’est la fin des vacances et, l’automne arrivant, on parle de vendre la bâtisse, de rentrer chez son mari, de finir le grand roman inachevé. Il n’y pas de temps mort, que des vies en creux, des larmes amères, des éclairages aux bougies et des volets fermés sur les chagrins des femmes et les regrets des hommes. L’écriture est si verrouillée, les murmures si affectés, la scénographie si uniformément rigoureuse que le film flirte parfois davantage avec le calcul qu’avec la sensibilité. Mais sa lucidité plaintive l’emporte largement aux points : Art Tatum a le dernier mot. 4/6

Dans les ténèbres (Pedro Almodóvar, 1983)
Traquée par la police, une chanteuse de boléro se réfugie chez sa plus grande fan, la mère supérieure du couvent des Rédemptrices humiliées (!). Drôle de couvent : les sœurs portent des noms étranges, l’une se shoote à l’héro, l’autre aux acides, une troisième écrit des polars pornos, une dernière élève un tigre dans le jardin, telle une héroïne de Buñuel. Laissant filtrer sa sympathie pour les femmes qui font triompher leur liberté contre l’endurcissement d’une religion mortificatoire, l’auteur s’amuse à faire valser les rapports de domination/soumission et touille un précipité de provocations tranquilles où se cristallisent pêle-mêle la volonté de rédemption et la fascination pour le mal, les péchés mignons et les penchants pervers, le burlesque foutraque et le mélo strident. Bancal mais insolite. 3/6

Le prix d'un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Depuis quinze ans, Anderson appelait dans ses textes critiques à un renouvellement du cinéma anglais. Son premier essai, âpre, vigoureux et désenchanté, donne un grand coup de pied à une production apathique. La structure non linéaire éclaire des relations définies par les dépendances économiques, des comportements dictés par la loi d’une société industrielle de grisaille et de concurrence qui exalte la brutalité aux dépends de la tendresse. Là où tant de films confondent émotion et sensiblerie, cette chronique poignante d’un être fruste et marginal en combat contre lui-même en appelle simplement et naturellement à nos sens. Richard Harris, rugbyman pathétique touché par l’amour, incapable d’exprimer ses sentiments, et Rachel Roberts, ménagère triste et étriquée, en garantissent la force et la vérité. 5/6

Entr'acte (René Clair, 1924 - CM)
Conçu pour "sortir le public de la salle" lors du ballet Relâche, le moyen-métrage de René Clair procède, par ses recherches d’écriture et sa sensibilité proche du dadaïsme, d’une avant-garde mise à la portée de tous. La poésie cesse en effet d’appartenir à l’élite, elle est populaire sans déchoir, et le film détourne l’image de son devoir de signifier pour la faire naître, selon les mots de l’auteur, à une existence concrète. Reste désormais de cet étrange canular anti-bourgeois un échantillon d’images surréalistes portées par la vitesse et l’emballement, déjà habitées par les personnages fétiches du cinéaste (poupées de kermesse, barbichus, mémères et foule en folie), et dont l’attrait est surtout aujourd’hui de donner à voir d’illustres figures de l’époque (Erik Satie, Man Ray, Marcel Duchamp…). 3/6

Le chat à neuf queues (Dario Argento, 1971)
Le plaisir que l’on prend à suivre les gialli d’Argento est d’abord celui de l’anticipation : on sait qu’un personnage ayant trouvé l’identité du meurtrier va y passer dans la minute, on sait que ce dernier se cache derrière le rideau, on sait que la photo dissimule un indice crucial… Cette collusion entre récit et spectateur favorise une clarté qui ajoute à l’invention (comme le principe immédiatement identifié du point de vue du tueur) et permet de faire passer la pilule d’une intrigue piochant allègrement dans les aberrations emberlificotées de la série B. Ce qui compte ici c’est le brio du montage, les ambiances nocturnes, l’élégance coupante d’une mise en scène qui privilégie l’allusion horrifique aux effusions d’hémoglobine. C’est bien foutu, assez prenant et plus sobre que d’accoutumée. 4/6

Le petit soldat (Jean-Luc Godard, 1960)
Rapide, sec, captivant, le deuxième long-métrage de Godard frappe par sa facilité à investir un genre très codé : il s’agit d’abord d’un vrai bon film d’espionnage, toujours crédible dans son cadre et son imagerie. On y suit les pas d’un déserteur aux options politiques et sociales indéterminées, qui se cherche un idéal et rencontre le doute et l’amour en même temps qu’il est pris en tenaille entre une cellule secrète de l’OAS et une faction arabe révolutionnaire. Renvoyant dos à dos les tenants de l’un et l’autre camp, le cinéaste puise dans l’actualité brûlante de la lutte clandestine liée à la guerre d’Algérie des images fortes, surtout lorsqu’il fixe sans ciller la réalité de la torture, et affirme l’extra territorialité d’un point de vue résolument désinvolte à l’égard du devoir d’engagement. Excellent. 5/6

La femme sur la Lune (Fritz Lang, 1929)
Comme s’il voulait lui apporter, dans le genre de la science-fiction, une vision complémentaire, le cinéaste substitue à la charge métaphorique de son Metropolis la légèreté d’un récit dont les multiples péripéties ne sont parasitées par aucun discours. La fraîcheur radieuse qui s’épanouit ici est proche des expéditions lunaires de Jules Verne ou d’Hergé, et rendue plus belle encore par le souci de véracité scientifique, la crédibilité des effets spéciaux, l’ampleur des décors, la poésie naïve des situations. Décollage spectaculaire au crépuscule, voyage périlleux où se succèdent extrême pression et apesanteur, disparition angoissée du disque terrestre… On vit tout cela avec l’enthousiasme d’une première fois, en savourant cent-soixante minutes pleines de suspense fourni et d’aventures trépidantes. 5/6

Les poings dans les poches (Marco Bellocchio, 1965)
Le premier long-métrage de Bellocchio a fait l’effet d’une bombe dans une nation ne prévoyant pas ou ne voulant pas imaginer le processus de dissolution et de violence qui la menace. C’est un jeu de massacre vénéneux qui pilonne trois fondements de la société italienne : l’Église est ridiculisée, la patrie jetée à terre avec le drapeau tricolore, la famille nourrie de haines recuites, d’histoires d’argent et de rapports troubles. Faisant montre d’une rage froide jamais distanciée ni allégée par la moindre note d’humour noir, le réalisateur ne préserve rien ni personne, surtout pas son héros adolescent pris d’un mal de vivre, d’un instinct de destruction névrotiques, justicier malade et car trop lucide, naturellement dément à force de logique. Un huis-clos étouffant et un authentique film d’horreur domestique. 5/6

Miss Oyu (Kenji Mizoguchi, 1951)
Si l’on doutait de la finesse et de la sensibilité allusives dont témoigne Mizoguchi pour parfaire ses mélodrames, celui-ci propose quelques arguments bien costauds. Fondée sur l’étude d’un étrange ménage à trois où l’amour se vit par procuration, dans la chasteté, il développe une tragédie en sourdine, faite de peines silencieuses et de pleurs réprimés, qui repose sur la féminisation graduelle d’un jeune homme en quête de mère aimante et peu attiré par une vierge douce. L’auteur y traite les questions du désir, de la frustration, du sacrifice surtout, et affine son art en soignant l’apparence de dessins composés au fusain où le sens de l’esquisse, la perspective déclinée dans un refus des courbes au profit d’arêtes coupantes et l’usage de fausses teintes révèlent les états d’âme des protagonistes. 4/6

Détective Dee 2 : La légende du dragon des mers (Tsui Hark, 2013)
Pour qui a vu le premier épisode, cette suite conjugue le plaisir des retrouvailles avec un univers désormais familier et la tenace impression d’un traitement à la hussarde, d’un fourre-tout aussi généreux que brouillon. La cohérence dramatique n’a probablement jamais été la priorité du cinéaste mais l’enquête est ici montée comme une suite d’idées balancées à l’aveuglette, une multitude d’intrigues empilées dans le seul but de favoriser le surgissement des scènes d’action les plus frappadingues, multicolores et improbables. Malgré la laideur parfois bien cheap des effets numériques, l’ensemble fonctionne à la manière d’une auberge espagnole remplie jusqu’à la garde : il y a des bouts de gras, des excès en tous genres, mais surtout une énergie, une invention qui emportent largement le morceau. 4/6

Sylvia Scarlett (George Cukor, 1935)
Il y a une part de nouveauté dans le sujet de cette comédie picaresque et son traitement. On aura beau chercher, aucun autre film de cette époque sans doute ne traite de façon si malicieuse de l’androgynie et de la confusion des genres, même si ces motifs restent d’abord de purs enjeux de marivaudage. Opérant sur un registre hybride, quelque part entre la comédie américaine et la peinture anglaise à la Dickens, George Cukor élabore un cache-chache identitaire et amoureux dont l’énergie compense la relative prévisibilité des ressorts comiques et dramatiques. Son plus grand atout est bien sur Katharine Hepburn, savoureusement travestie en jeune homme, le chapeau sur l’œil et le cheveu court, puis en pierrot lunaire, épicentre d’un jeu sentimental oscillant entre le sourire et la gravité. 4/6

Le silence de la mer (Jean-Pierre Melville, 1949)
Une maison de campagne sous l’Occupation, le froid hivernal qui engourdit les corps, la pipe fumée par l’oncle et l’ouvrage tricoté par la nièce devant l’âtre à la veillée, le tic-tac de l’horloge qui bat comme un cœur, et les mots de l’officier allemand, infiniment courtois, qui formule ses rêves de culture et de fraternité, son horreur de la guerre, son amour de la France. L’un parle, les deux autres écoutent, une voix-off décrit des actions et des gestes que l’image réitère. La concentration de l’image et du texte confère à chaque évènement, si minime soit-il, sa plus grande force de signification, et à ces rapports totalement silencieux leur plus haut degré d’intensité. Le système bressonien devra beaucoup à cette tragédie de l’estime et de la dignité, dont la grandeur utopique se brise sur les récifs de l’Histoire. 5/6

Les amants (Louis Malle, 1958)
Succès de scandale à sa sortie, réputation peu flatteuse de vieilloterie surannée de nos jours. La vérité se trouve entre les deux. Si le corps légèrement dévoilé de Jeanne Moreau, l’expression du plaisir sur son visage, l’image de cette femme et de cet homme nus dans des draps froissés paraissent aujourd’hui bien inoffensifs, une certaine sensualité affleure encore de leur nuit d’amour adultère. Et si le milieu affecté et superficiel de la bourgeoisie peut irriter les nerfs, on sait gré à Malle de ne pas y goûter et de régler avec lui quelques comptes (y compris à l’égard de l’héroïne, pas la moins futile et capricieuse). Faux film de révolte, vidé de toute problématique morale et porté par le brio d’une écriture toute classique, cette peinture d’une passion à l’avenir incertain séduit à défaut de bouleverser. 4/6

Tenue de soirée (Bertrand Blier, 1986)
C’est l’histoire d’un loubard taillé comme un taureau qui s’éprend d’un petit être fluet au visage pâle. Le premier sa balade dans la vie avec la grâce d’un char d’assaut, l’autre a l’habitude de se laisser ensevelir sous les coups et les injures. Ils se lient, emménagent et finissent au tapin et au turf, minijupe, talons aiguilles et pause café. Pas une seule image indécente, juste le délice des mots qui fusent, la verve folle d’un texte qui multiplie les allusions frénétiques au bonheur, au sexe, au besoin d’aimer et d’être aimé, qui rappelle surtout que le désir est sans frontière, sans genre, sans dogme, et que les femmes libérées devraient s’occuper de celle qui dort dans le cœur des hommes. Un film tendre et provocant, triste et chaste, porté par un trio d’acteurs jouant sans filet, à la vie comme à l’amour. 5/6

Boy meets girl (Leos Carax, 1984)
Il y a des films qui agacent comme des fruits acides, si brillants qu’on ressent presque une gêne. Faire aussi bien à ses débuts, lorsqu’on n’a pas vingt-cinq ans, ça sent le truc, la magie, quelque chose de pas très net. De toute évidence Carax est tombé dans le cinéma quand il était petit : sa marmite devait bouillir des classiques du muet, et de Godard, Cocteau, Garrel. Son premier essai est donc l’histoire d’une séparation et d’une rencontre qui finissent par la mort, à l’aube. Au long de la nuit, on aura croisé des silhouettes blafardes, fantomatiques, entendu des monologues un peu tuants sur la passion et la douleur de vivre, et on se sera demandé jusqu’où l’auteur allait pousser les curseurs de la langueur monotone et du narcissisme complaisant. Beau sans doute, original bien sûr, gonflant assurément. 3/6

Sils Maria (Olivier Assayas, 2014)
Les femmes, le théâtre, le cinéma, les actrices… et la tranquillité grandiose des paysages suisses alpins, comme pour se démarquer des grandes œuvres qu’Assayas a dans sa ligne de mire, à commencer par l’inégalable Opening Night. Car il est bien question ici de la remise en question d’une comédienne, de son vacillement face à ce que la pièce renvoie d’un vécu fait de recherche, de création et d’incertitudes. Les jeux de miroir entre fiction et réalité, entre la génération vieillissante et la nouvelle, entre la star et son assistante, entre la frénésie contemporaine du gossip et de la célébrité éphémère et la permanence des vallées où se glisse le serpent du temps qui passe semblent presque trop évidents, mais indiscutablement le film accorde avec harmonie la limpidité de sa forme et la richesse de son sujet. 4/6

Porcherie (Pier Paolo Pasolini, 1969)
Que l’homme cherche à survivre dans une étendue désertique ou qu’il soit aliéné par un confort bourgeois de cynisme et de fric, il est soumis à la même loi impitoyable : manger ou être mangé. Telle est la morale désabusée de cette allégorie provocatrice qui ne s’embarrasse d’aucune vraisemblance mais recourt à des symboles crus pour transmettre ce que Pasolini, déçu du communisme et du christianisme, a de différent, de discriminatoire, de puissamment singulier. Mû par une ironie toute brechtienne, l’artiste témoigne de sa détresse indignée face aux incertitudes de son époque, et il est aisé de percevoir dans les deux jeunes gens du film les métaphores de son insoumission à la logique criminelle de la société, de son déchirement personnel. 4/6

La vie de château (Jean-Paul Rappeneau, 1966)
En cette année 1944, un vent de folie souffle sur le domaine normand de la baronne et de son fils Jérôme, à la veille du débarquement allié. Servi par la crème des scénaristes et techniciens français, Rappeneau s’empare du tourbillon de l’Histoire et y propulse la frénésie d’un marivaudage sophistiqué, label cinq étoiles. Dialogues succulents, situations loufoques, montage mitraillette, élégance et espièglerie dans chaque plan, malice et intelligence à tous les étages. Belle et pétillante comme jamais, Deneuve fait tourner trois hommes en bourrique le long d’un divertissement endiablé qui furète du côté du boulevard, crochète vers le film d’aventures héroïque, entretient la délectation du spectateur avec la plus désarmante des facilités. Le plus digne épigone de la comédie américaine est trouvé. 5/6

La 317ème section (Pierre Schoendoerffer, 1965)
Dans les années 50, Schoendoerffer était opérateur au Services cinématographiques des armées en Indochine, où il fut prisonnier puis correspondant de guerre. Il puise de cette expérience la force d’une évocation saisissante de réalisme, qui brosse des portraits de combattants frappés du sceau de l’authenticité et montre, loin des clichés faciles, la lutte quotidienne du militaire en opération, en pleine déroute de l’armée française. On crapahute dans la jungle avec un mourant sur le dos, on manœuvre pour éviter les embuscades, on tombe dans des escarmouches ou on agonise dans un trou perdu. Pas d’alibi romanesque, d’envolée patriotique ni d’hommage pontifiant : juste une réalité sèche qui use les nerfs et noue le ventre. Perrin et Cremer sont formidables, y apportant tout leur quotient d’humanité. 5/6

La charrette fantôme (Victor Sjöström, 1921)
Il faut sans doute, comme je l’ai fait, découvrir cette œuvre notoirement mutilée dans sa version originale, telle que l’a conçue son réalisateur, pour en apprécier l’amplitude dramatique et émotionnelle. Et surtout pour en saisir le véritable sens, caché derrière la vision surnaturelle de la carriole spectrale hantant la nuit gelée de la Saint-Sylvestre. Bien plus qu’un film fantastique, il s’agit en effet d’un drame du sacrifice et de la rédemption au pathos bien corsé, qui ne recule pas devant la noirceur et parvient sans peine à titiller la glotte des plus enclins au mélo. Le montage complexe mais limpide en récits imbriqués, la technique devenue style, le symbolisme du sujet, la surimpression employée pour dire l’imaginaire ou le rêve : tout relève d’un degré de sophistication qui laisse admiratif. 5/6

Le départ (Jerzy Skolimowski, 1967)
L’argument tient sur un confetti : comment, en l’espace de deux jours, un coiffeur passionné d’automobile va-t-il trouver l’argent pour concourir à la course de rallye à laquelle il rêve de participer ? Skolimowski a beau brancher son esthétique sur celle de la Nouvelle Vague, avec ses jump cuts, son dandysme nonchalant, son agitation burlesque et juvénile, quelque chose cloche sévèrement. Peut-être un problème de fantaisie, qui glisse trop souvent sur le terrain d’une hystérie mal canalisée. Ou bien un souci d’inconséquence, cette impression de vide persistant qui se dissimule derrière le mouvement épileptique, les raccords brusques, la gestuelle irruptive. Plus probablement, je crois que les tribulations de ce jeune immature assigné à un but dérisoire, je m’en tamponne un peu le coquillard. 3/6

La femme et le pantin (Josef von Sternberg, 1935)
Rien de plus logique, pour clore l’association entre le réalisateur et son actrice fétiche, que de revenir à la thématique du film qui l’a ouverte : la déchéance sociale et psychologique liée à la passion amoureuse. En refermant le cercle, Sternberg permet de mesurer l’évolution d’un style décanté qui n’aura cessé de gagner en abstraction – malgré la bride cette fois complètement lâchée à une comédienne qui minaude, appuie la moindre expression, outre chaque scène. Si l’Espagne lumineuse et funèbre, avec ses carnavals de pacotille, ses mantilles et ses fandangos, fournit un cadre encore très exubérant, la forme se défait des artifices les plus décoratifs pour ne laisser figurer, dans toute sa blancheur irrationnelle, que l’attraction magnétique d’une femme fatale sur des hommes incapables d’y résister. 4/6

La bataille du rail (René Clément, 1946)
À l’initiative d’Henri Alekan, Clément est chargé par la Coopérative générale du film français et diverses associations de résistance de réaliser ce long métrage mêlant documentaire et fiction, pathos "eisensteinien" et épopée, acteurs et non-professionnels, à la gloire des cheminots qui s’étaient dressés contre l’Occupant. Le thème d’actualité, les héros populaires, le gris lisse de la photographie concourent à une sorte de néoréalisme à la française, mais le film, grand triomphateur du premier festival de Cannes, reste prisonnier d’un regard sans doute encore trop marqué par le conflit : les Allemands y sont tous bêtes et méchants, et la Résistance un front uni, sans femme, sans collaborateur, conforme à l’image d’Épinal et à une légende que le cinéma hexagonal mettra longtemps à bousculer. 3/6

Mirages (King Vidor, 1928)
Une provinciale naïve débarque à Hollywood : elle y conquerra la gloire, se perdra dans le vertige du succès avant de retrouver, par amour, son humilité et sa lucidité. Argument séminal contextualisé au sein d’une usine à rêves dont le cinéma américain n’aura de cesse de révéler les pièges illusoires et dévorants. Vidor le décline de façon plutôt guillerette, à l’image de sa vedette qui joue franchement la carte du burlesque et se moque d’elle-même et des autres avec un plaisir assez féroce. Il se révèle surtout un véritable précurseur de la mise en abyme intertextuelle : lorsqu’il convoque Chaplin, fait rencontrer la vraie Marion Davies et le personnage qu’elle interprète (!) ou se filme lui-même, à la fin, sur son propre siège de réalisateur, on se dit que le bonhomme n’est pas le dernier des couillus. 4/6



Et aussi :

Les combattants (Thomas Cailley, 2014) - 5/6
Party girl (Marie Amachoukeli, Claire Burger & Samuel Theis, 2014) - 5/6
Cutter's way (Ivan Passer, 1981) - 4/6


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Juillet 2014 - Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014 - Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014 - Léon Morin, prêtre (Jean-Piere Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014 - Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014 - Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1966) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 31 août 14, 17:48, édité 12 fois.

Avatar de l’utilisateur
Blue
subMarine
Messages : 5224
Inscription : 13 sept. 06, 13:32

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Blue » 1 août 14, 06:22

La Maman Et La Putain (Jean Eustache) : 9/10
Patton (Franklin J. Schaffner) : 9/10
Le Deuxième Souffle (Jean-Pierre Melville) : 9/10
Je Veux Seulement Que Vous M'aimiez (RW Fassbinder) : 8,5/10
Enfants De Salauds (André De Toth) : 8,5/10
Le Souffle Au Coeur (Louis Malle) : 8,5/10
Plein Soleil (René Clément) : 8,5/10
Jeanne Dielman, 23, Quai Du Commerce, 1080 Bruxelles (Chantal Akerman) : 8,5/10
Maman Küsters S'en Va Au Ciel (RW Fassbinder) : 8,5/10
Le Doulos (Jean-Pierre Melville) : 8,5/10
Brève Rencontre (David Lean) : 8,5/10
Le Jardin Des Finzi-Contini (Vittorio De Sica) : 8,5/10
La Peau Douce (François Truffaut) : 8,5/10
Le Jour Se Lève (Marcel Carné) : 8,5/10
American Graffiti (George Lucas) : 8,5/10
Le Grand Chantage (Alexander Mackendrick) : 8/10
Domicile Conjugal (François Truffaut) : 8/10
L.627 (Berrand Tavernier) : 8/10
Mark Dixon Détective (Otto Preminger) : 8/10
Le Droit Du Plus Fort (RW Fassbinder) : 8/10
Un Monde Parfait (Clint Eastwood) : 8/10
Du Silence Et Des Ombres (Robert Mulligan) : 8/10
Un Crime Dans La Tête (John Frankenheimer) : 8/10
Le Tambour (Volker Schlöndorff) : 8/10
Le Limier (Joseph L. Mankiewicz) : 8/10
Saraband (Ingmar Bergman) : 8/10
L'Ami Américain (Wim Wenders) : 8/10
Alice Dans Les Villes (Wim Wenders) : 8/10
Yol (Yilmaz Güney & Serif Gören) : 8/10
Key Largo (John Huston) : 8/10
Sans Soleil (Chris Marker) : 8/10
Effi Briest (RW Fassbinder) : 8/10
Le Marchand Des Quatre Saisons (RW Fassbinder) : 8/10
Magick Lantern Cycle (Kenneth Anger) : 8/10
L'Impératrice Rouge (Joseph Von Sternberg) : 8/10
Piège Mortel (Sidney Lumet) : 8/10
Rosetta (Dardenne Bros) : 7,5/10
Companeros (Sergio Corbucci) : 7,5/10
Reds (Warren Beatty) : 7,5/10
Les Larmes Amères De Petra Von Kant (RW Fassbinder) : 7,5/10
Falstaff (Orson Welles) : 7,5/10
A Cause D'Un Assassinat (Alan J. Pakula) : 7,5/10
Chantage (Alfred Hitchcock) : 7,5/10
Rêves De Femmes (Ingmar Bergman) : 7,5/10
Céline Et Julie Vont En Bateau (Jacques Rivette) : 7,5/10
Au Loin S'en Vont Les Nuages (Aki Kaurismäki) : 7,5/10
Down By Law (Jim Jarmusch) : 7,5/10
Les Espions (H.G. Clouzot) : 7,5/10
Winter Sleep (Nuri Bilge Ceylan) : 7/10
Une Leçon D'amour (Ingmar Bergman) : 7/10
L'argent De Poche (François Truffaut) : 7/10
Equus (Sidney Lumet) : 7/10
Fahrenheit 451 (François Truffaut) : 7/10
Despair (RW Fassbinder) : 7/10
Les Chasses Du Comte Zaroff (Irving Pichel & Ernest B. Schoedsack) : 7/10
Gallipoli (Peter Weir) : 7/10
Un Homme Et Une Femme (Claude Lelouch) : 7/10
L'Argent De La Vieille (Luigi Comencini) : 7/10
La Dernière Corvée (Hal Ashby) : 7/10
Baisers Volés (François Truffaut) : 7/10
La Route Des Indes (David Lean) : 7/10
Le Mur (Yilmaz Güney) : 7/10
Roulette Chinoise (RW Fassbinder) : 7/10
Stranger Than Paradise (Jim Jarmusch) : 7/10
Talons Aiguilles (Pedro Almodovar) : 7/10
Whity (RW Fassbinder) : 7/10
Le Fils (Dardenne Bros) : 7/10
Étrange Séduction (Paul Schrader) : 7/10
Little Big Man (Arthur Penn) : 7/10
Macho (Bigas Luna) : 6,5/10
Sous Le Sable (François Ozon) : 6,5/10
L'Etrange Histoire De Benjamin Button (David Fincher) : 6,5/10
Le Rôti De Satan (RW Fassbinder) : 6,5/10
Seconds (John Frankenheimer) : 6,5/10
J'ai Vécu L'enfer De Corée (Samuel Fuller) : 6,5/10
Le Soldat Américain (RW Fassbinder) : 6,5/10
Uzak (Nuri Bilge Ceylan) : 6,5/10
Les Passagers De La Nuit (Delmer Daves) : 6,5/10
Fucking Amal (Lukas Moodysson) : 6,5/10
Maîtresse (Barbet Schroeder) : 6/10
Ville Portuaire (Ingmar Bergman) : 6/10
Rio Das Mortes (RW Fassbinder) : 6/10
Prenez Garde A La Sainte Putain (RW Fassbinder) : 6/10
Les Amants (Louis Malle) : 6/10
Les Dieux De La Peste (RW Fassbinder) : 6/10
Querelle (RW Fassbinder) : 6/10
Cinq Pièces Faciles (Bob Rafelson) : 5,5/10
L'Amour Est Plus Froid Que La Mort (RW Fassbinder) : 5,5/10
L'insoutenable Légèreté De L'être (Philip Kaufman) : 5,5/10
Inland Empire (David Lynch) : 5/10
Le Bouc (RW Fassbinder) : 5/10
Elvira Madigan (Bo Widerberg) : 5/10
Dans Les Ténèbres (Pedro Almodovar) : 5/10
L'important C'est D'aimer (Andrzej Zulawski) : 5/10
Coffee And Cigarettes (Jim Jarmusch) : 4,5/10
Pourquoi Monsieur R. Est-il Atteint De Folie Meutrière (Michael Fengler & RW Fassbinder) : 4,5/10
Le Voyage A Niklashausen (RW Fassbinder) : 4/10
Dernière édition par Blue le 1 sept. 14, 15:45, édité 11 fois.

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14738
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Père Jules » 1 août 14, 07:05

Août 2014
(52 films vus, revus et redécouverts)

Image

Le cavaleur (Philippe De Broca, 1979) Image
Le nom de la rose (Jean-Jacques Annaud, 1986) Image
Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia (Sam Peckinpah, 1974) Image
Eyes Wide Shut (Stanley Kubrick, 1999) Image
A cause d'un assassinat (Alan J. Pakula, 1974) Image
Les hommes du président (Alan J. Pakula, 1976) Image
Un étrange voyage (Alain Cavalier, 1981) Image
Pat Garrett & Billy the Kid (Sam Peckinpah, 1973) Image
Le dernier empereur (Bernardo Bertolucci, 1987) Image
Sur la route de Madison (Clint Eastwood, 1995) Image
Amadeus (Milos Forman, 1984) Image
Major Dundee (Sam Peckinpah, 1965) Image
Le trésor de la Sierra Madre (John Huston, 1948) Image
Outrages (Brian De Palma, 1989) Image
The Long Day Closes (Terence Davies, 1992) Image
Il était une fois la révolution (Sergio Leone, 1971) Image
Guet-apens (Sam Peckinpah, 1972) Image
Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin (John Carpenter, 1986) Image
L'étoffe des héros (Philip Kaufman, 1983) Image
La dernière corvée (Hal Ashby, 1973) Image
Baisers volés (François Truffaut, 1968) Image
Blue Collar (Paul Schrader, 1978) Image
L'inspecteur Harry (Don Siegel, 1971) Image
Heat (Michael Mann, 1995) Image
Tandem (Patrice Leconte, 1987) Image
Mon oncle d'Amérique (Alain Resnais, 1980) Image
Le faux coupable (Alfred Hitchcock, 1956) Image
Breakdown, le point de rupture (Jonathan Mostow, 1997) Image
Procès de Jeanne d'Arc (Robert Bresson, 1962) Image
Vivement dimanche ! (François Truffaut, 1983) Image
Le dîner de cons (Francis Verber, 1998) Image
Propriété interdite (Sydney Pollack, 1966) Image
Le diable au corps (Claude-Autant Lara, 1947) Image
Quinze jours ailleurs (Vincente Minnelli, 1962) Image
Butch Cassidy & the Kid (George Roy Hill, 1969) Image
L'homme qui tua Liberty Valance (John Ford, 1962) Image
Le moustachu (Dominique Chaussois, 1987) Image
American Graffiti (George Lucas, 1973) Image
L'homme des hautes plaines (Clint Eastwood, 1973) Image
Running Out of Time (Johnnie To, 1999) Image
L'express du colonel von Ryan (Mark Robson, 1965) Image
Jugez-moi coupable (Sidney Lumet, 2006) Image
Les amis (Gérard Blain, 1971) Image
Hi, Mom! (Brian De Palma, 1970) Image
Angoisse (Jacques Tourneur, 1944) Image
La lettre du Kremlin (John Huston, 1970) Image
Chevauchée avec le diable (Ang Lee, 1999) Image
La flamme pourpre (Robert Parrish, 1954) Image
Blue Chips (William Friedkin, 1994) Image
Lacombe Lucien (Louis Malle, 1974) Image
Les promesses de l'ombre (David Cronenberg, 2007) Image
Gladiator (Ridley Scott, 2000) Image


Mes films du mois

Spoiler (cliquez pour afficher)
Juillet 2014: Enfants de salauds (André De Toth, 1969)
Juin 2014: La fille à la valise (Valerio Zurlini, 1961)
Mai 2014: Macadam à deux voies (Monte Hellman, 1971)
Avril 2014: Vincent, François, Paul... et les autres (Claude Sautet, 1974)
Mars 2014: Nashville (Robert Altman, 1975)
Février 2014: Les chiens de paille (Sam Peckinpah, 1971)
Janvier 2014: Blow Out (Brian De Palma, 1981)

Décembre 2013: Le joli mai (Chris Marker & Pierre Lhomme, 1963)
Novembre 2013: Les quatre cents coups (François Truffaut, 1959)
Octobre 2013: Short Cuts (Robert Altman, 1993)
Septembre 2013: Ludwig ou le crépuscule des dieux (Luchino Visconti, 1972)
Août 2013: Hôtel Terminus (Marcel Ophuls, 1988)
Juillet 2013: Mulholland Drive (David Lynch, 2001)
Juin 2013: Douce (Claude Autant-Lara, 1943)
Mai 2013: Le conformiste (Bernardo Bertolucci, 1970)
Avril 2013: Plein soleil (René Clément, 1960)
Mars 2013: La balade sauvage (Terrence Malick, 1973)
Février 2013: Micki & Maude (Blake Edwards, 1984)
Janvier 2013: Chut, chut, chère Charlotte (Robert Aldrich, 1964)

Décembre 2012: Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ? (Vincente Minnelli, 1958)
Novembre 2012: Deux filles au tapis (Robert Aldrich, 1981)
Octobre 2012: Fureur apache (Robert Aldrich, 1972)
Septembre 2012: La fugue (Arthur Penn, 1975)
Août 2012: Ascenseur pour l'échafaud (Louis Malle, 1958)
Juillet 2012: S.O.B. (Blake Edwards, 1981)
Juin 2012: Coup de torchon (Bertrand Tavernier, 1981)
Mai 2012: L.627 (Bertrand Tavernier, 1992)
Avril 2012: A vingt-trois pas du mystère (Henry Hathaway, 1956)
Mars 2012: Guêpier pour trois abeilles (Joseph L. Mankiewicz, 1967)
Février 2012: Fat City (John Huston, 1972)
Janvier 2012: Macbeth (Roman Polanski, 1971)

Décembre 2011: Deep End (Jerzy Skolimowski, 1970)
Novembre 2011: Les chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948)
Octobre 2011: Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat, 1987)
Septembre 2011: Antoine et Antoinette (Jacques Becker, 1947)
Août 2011: Sherlock Jr. (Buster Keaton, 1924)
Juillet 2011: Le couteau dans l'eau (Roman Polanski, 1962)
Dernière édition par Père Jules le 3 sept. 14, 14:10, édité 34 fois.

Avatar de l’utilisateur
Flavia
My Taylor is rich
Messages : 3385
Inscription : 4 juin 11, 21:27

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Flavia » 1 août 14, 07:06

Août 2014



Film(s) du Mois

Image


Découvertes

The Yards (2000 - James Gray) 9,5
Les conséquences de l'amour (2004 - Paolo Sorrentino) 9,5
Ma nuit chez Maud (1969 - Eric Rohmer) 9,5
Under the Skin (2014 - Jonathan Glazer) 9
Eyes Wide Shut (1999 - Stanley Kubrick) 8,5
Witness (1985 - Peter Weir) 8,5
La Guerre des mondes (2005 - Steven Spielberg) 8
La Vie de château (1966 - Jean-Paul Rappeneau) 8
Darling (1965 - John Schlesinger) 7,5
Le genou de Claire (1970 - Eric Rohmer) 7,5
Le Syndrome chinois (1979 - James Bridges) 7,5
Godzilla (2014 - Gareth Edwards) 7
Divergente (2014 - Neil Burger) 7
Stella Days (2011 - Thaddeus O'Sullivan) 7
42 (2013 - Brian Helgeland) 7
Captain America : Le Soldat de l'hiver (2014 - A & J. Russo) 7
Priscilla folle du désert (1994 - Stephen Elliott) 7
Boogie Nights (1997 - Paul Thomas Anderson) 7
Hero (2002 - Zhang Yimou) 7
Un grand amour de Beethoven (1937 - Abel Gance) 7
Sagan (Téléfilm 2008 - Diane Kurys) 7
Un tigre parmi les singes (2010 - Stefano Incerti) 7
L'empire des Rastelli (2011 - Andrea Molaioli) 7
Pauline détective (2012 - Marc Fitoussi) 6,5
La Vénus à la fourrure (2013 - Roman Polanski) 6,5
Simon Templar face au Saint (1939 - Jack Hively) 6,5
Le Saint reprend du service (1940 - Jack Hively) 6,5
Le Saint à Palm Springs (1941 - Jack Hively) 6,5
Aimer, boire et chanter (2014 - Alain Resnais) 6
A la Merveille (2013 - Terrence Malick) 5,5
Song for Marion (2013 - Paul Andrew Williams) 5
Blood (2013 - Nick Murphy) 5
Le Commando des tigres noirs (1978 - Ted Post) 3


Séries

Game of Thrones (S3 - 2013) 8

The Knick (2014 - Steven Soderbergh) S1 Ep 1 à 3 - 8



Image

Spoiler (cliquez pour afficher)
2011

Juin : Mean Streets (Martin Scorsese)
Juillet : Waterloo Bridge (Mervyn LeRoy)
Août : Husbands (John Cassavetes)
Septembre : Le Charlatan (Edmund Goulding)
Octobre : Trois Camarades (Frank Borzage)
Novembre : La vie est belle (Frank Capra)
Décembre : Peter Ibbetson (Henry Hathaway)

2012

Janvier : La chevauchée des bannis (André De Toth)
Février : La dernière fanfare (John Ford)
Mars : To be or not to be (Ernst Lubitsch)
Avril : Coups de feu dans la Sierra (Sam Peckinpah)
Mai : Un homme est passé (John Sturges)
Juin : Le temps d'aimer et le temps de mourir (Douglas Sirk)
Juillet : Drive (Nicolas Winding Refn)
Août : Annie Hall (Woody Allen)
Septembre : The descendants (Alexander Payne)
Octobre : Ambre (Otto Preminger)
Novembre : Les chaussons rouges (M. Powell & E. Pressburger)
Décembre : Colonel Blimp (M. Powell & E. Pressburger)

2013

Janvier : Edge of Darkness (Lewis Milestone)
Février : La Maîtresse du lieutenant français (Karel Reisz)
Mars : Skyfall (Sam Mendes)
Avril : La victime (Basil Dearden)
Mai : La mélodie du bonheur (Robert Wise)
Juin : Queen Kelly (Erich von Stroheim)
Juillet : Le Fleuve (Jean Renoir)
Août : 3H10 pour Yuma (Delmer Daves)
Septembre : Trust (David Schwimmer)
Octobre : Fail-Safe (Sidney Lumet) & Les Fils de l'homme (Alfonso Cuarón)
Novembre : Mulholland Drive (David Lynch)
Décembre : La Liste de Schindler (Steven Spielberg)

2014

Janvier : The Last Picture Show (Peter Bogdanovich)
Février : Sonate d'Automne & Les Fraises Sauvages (Ingmar Bergman)
Mars : Little Odessa (James Gray)
Avril : 12 Years a Slave (Steve McQueen) & La Vie d'Adèle (Abdellatif Kechiche)
Mai : Démineurs (Kathryn Bigelow) & Philomena (Stephen Frears)
Juin : A History of Violence (David Cronenberg) - Miller's Crossing (J. & E. Coen) - Paris, Texas (Wim Wenders)
Juillet : Prisoners (Denis Villeneuve) & Eaux Profondes (Michel Deville)
Août : The Yards (James Gray)
Dernière édition par Flavia le 31 août 14, 18:21, édité 20 fois.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17884
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Rick Blaine » 1 août 14, 07:13

Août 2014

Film du mois :

Image

La Reine Margot (Patrice Chéreau - 1994)


Films découverts ou redécouverts :

La Reine Margot, de Patrice Chéreau (1994) : 8,5/10

Copland, de James Mangold (1997) : 8/10
Pas De Printemps Pour Marnie (Marnie), d'Alfred Hitchcock (1964) : 8/10
Le café du cadran, de Henri Decoin (1947) : 8/10

Sur la piste des Comanches (Fort Dobbs), de Gordon Douglas (1958) : 7,5/10
Les Anges Gardiens (Freebie And The Bean), de Richard Rush (1974) : 7,5/10
Hipotesis (Tesis sobre un homicidio), de Hernán Goldfrid (2013) : 7,5/10
La Piscine, de Jacques Deray (1968) : 7,5/10

Top Secret (The Tamarind Seed, de Blake Edwards (1974) : 7/10
L'Abominable docteur Phibes (The Abominable Dr. Phibes), de Robert Fuest (1971) : 7/10
Hide and Seek, de Cy Endfield (1964) : 7/10

Le Retour de l'abominable Phibes (Dr. Phibes Rises Again), de Robert Fuest (1972) : 6,5/10

Sans Mobile Apparent, de Philippe Labro (1971) : 6/10

Valdez (Valdez Is Coming), de Edwin Sherin (1971) : 5/10
Le Masque de l'araignée (Along Came a Spider), de Lee Tamahori (2001) : 5/10

City of Crime (City of Industry), de John Irvin (1997) : 4,5/10

Trafic d'influence, de Dominique Farrugia (1999) : 4/10

Les trois frères, le retour, de Didier Bourdon, Bernard Campan & Pascal Legitimus (2014) :3/10

Bonjour sourire, de Claude Sautet (1955) : 1/10

Séries :

True Detective (2014) : 8/10

Films revus : Hors compétition :

Classe Tous Risques, de Claude Sautet (1960) : 9/10

Le Génie du Mal (Compulsion), de Richard Fleischer (1959) : 7,5/10
Le Secret, de Robert Enrico (1974) : 7,5/10

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Août 2010 : Chantons sous la Pluie (Stanley Donen et Gene Kelly - 1952)
Septembre 2010 : Le Narcisse Noir (Michael Powell et Emeric Pressburger - 1947)
Octobre 2010 : Alexandre le Bienheureux (Yves Robert - 1968)
Novembre 2010 : Le Plongeon (Franck Perry - 1968)
Décembre 2010 : Quatorze Heures (Henry Hathaway - 1951)
FILM DE L'ANNEE 2010 : CHANTONS SOUS LA PLUIE
Janvier 2011 : Mon Homme Godfrey (Gregory La Cava - 1936)
Février 2011 : Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)
Mars 2011 : Nous Voulons les Colonels (Mario Monicelli - 1974)
Avril 2011 : Huit Heures de Sursis (Carol Reed - 1947)
Mai 2011 : Five Star Final (Mervyn LeRoy - 1931)
Juin 2011 : Les Nuits de Chicago (Josef Von Sternberg - 1927)
Juillet 2011 : Ca Commence Aujourd'hui (Bertrand Tavernier - 1999)
Août 2011 : Baby Boy Frankie (Allen Baron - 1961)
Septembre 2011 : Du Plomb pour l'Inspecteur (Richard Quine - 1954)
Octobre 2011 : Le Rôdeur (Joseph Losey - 1951)
Novembre 2011 : Mes Chers Amis (Mario Monicelli - 1975)
Décembre 2011 : L’Aventure de Mme Muir (Joseph L. Mankiewicz - 1947)
FILM DE L'ANNEE 2011 : L'AVENTURE DE MME MUIR & LE MÉPRIS
Janvier 2012 : Les Ailes (William A. Wellman - 1927)
Fevrier 2012 : French Cancan (Jean Renoir - 1954)
Mars 2012 : Duel Dans La Sierra (George Sherman - 1958)
Avril 2012 : The Thing (John Carpenter - 1982)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson - 2012)
Juin 2012 : Nightfall (Jacques Tourneur - 1957)
Juillet 2012 : La Porte du Diable (Anthony Mann - 1950)
Août 2012 : Dans ses Yeux (Juan Jose Campanella - 2009)
Septembre 2012 : Polisse (Maïwenn -2011)
Octobre 2012 : Les Bas Fonds New-Yorkais (Samuel Fuller -1961)
Novembre 2012 : Klute (Alan J. Pakula - 1971)
Décembre 2012 : ...All the Marbles (Robert Aldrich - 1981)
FILM DE L'ANNEE 2012 : NIGHTFALL
Janvier 2013 : Mafioso (Alberto Lattuada - 1962)
Février 2013 : The Yards (James Gray - 2000)
Mars 2013 : Les Inconnus dans la Ville (Richard Fleischer - 1955)
Avril 2013 : Le Conformiste (Bernardo Bertolucci - 1970)
Mai 2013 : Le Flambeur (Karel Reisz -1974)
Juin 2013 : La Maison des Etrangers (Joseph L. Mankiewicz - 1949)
Juillet 2013 : La dame et le toréador (Budd Boetticher - 1951)
Août 2013 : L'invaincu (Satyajit Ray - 1956)
Septembre 2013 : La Grande Ville (Satyajit Ray - 1963)
Octobre 2013 : La Belle Equipe (Julien Duvivier - 1936)
Novembre 2013 : Fanny & Alexandre (Ingmar Bergman - 1982)
Décembre 2013 : Le Démon des Armes (Joseph H. Lewis - 1949)
FILM DE L'ANNEE 2013 : LA GRANDE VILLE
Janvier 2014 : Drug War (Johnnie To - 2012)
Fevrier 2014 : Pauline A La Plage (Eric Rohmer - 1983)
Mars 2014 : Gravity (Alfonso Cuarón - 2013)
Avril 2014 : L'Invasion des profanateurs de sépultures (Don Siegel - 1956)
Mai 2014 : Les révoltés de la cellule 11 (Don Siegel - 1954)
Juin 2014 : 12 Years a Slave (Steve McQueen - 2013)
Juillet 2014 : Un Thé au Sahara (Bernardo Bertolucci - 1990)
Dernière édition par Rick Blaine le 31 août 14, 16:43, édité 23 fois.

Avatar de l’utilisateur
feb
I want to be alone with Garbo
Messages : 8546
Inscription : 4 nov. 10, 07:47
Localisation : San Galgano

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar feb » 1 août 14, 07:16

Août 2014

Films vus (*revus)

*Ma nuit chez Maud - Eric Rohmer (1969) - 9
*Un jour sans fin - Harold Ramis (1993) - 8
Le Deuxième Souffle - Jean-Pierre Melville (1966) - 8
Paris, Texas - Wim Wenders (1984) - 8
3 femmes - Robert Altman (1977) - 8
*The Big Lebowski - Joel Coen, Ethan Coen (1998) - 8
Le genou de Claire - Eric Rohmer (1970) - 7,5
Le conformiste - Bernardo Bertolucci (1970) - 7,5
Coma - Michael Crichton (1978) - 7,5
*Samson et Dalila - Cecil B. DeMille (1949) - 7
Fedora - Billy Wilder (1978) - 7
Vingt mille ans sous les verrous - Michael Curtiz (1932) - 7
Sixteen Candles - John Hughes (1984) - 7
*Last Action Hero - John McTiernan (1993) - 7
*Kids Return - Takeshi Kitano (1996) - 7
La petite provinciale - William A. Wellman (1936) - 7
Captain America: Le soldat de l'hiver - Anthony Russo, Joe Russo (2014) - 7
Razzia sur la chnouf - Henri Decoin (1955) - 7
La dernière caravane - Delmer Daves (1956) - 6,5
*Superman - Richard Donner (1978) - 6,5
Le rouge est mis - Gilles Grangier (1957) - 6,5
Sonatine - Takeshi Kitano (1993) - 6,5
*Violent Cop - Takeshi Kitano (1989) - 6,5
*Le syndicat du crime - John Woo (1986) - 6,5
*Police Story - Jackie Chan (1985) - 6,5
Cul et chemise - Italo Zingarelli (1979) - 6
College - James W. Horne (1927) - 6
The Sin of Madelon Claudet - Edgar Selwyn (1931) - 6
The Last American Virgin - Boaz Davidson (1982) - 5,5
Shanghaï Express - Sammo Hung Kam-Bo (1986) - 5,5
Police Story 2 - Jackie Chan (1988) - 5,5
Elysium - Neill Blomkamp (2013) - 5,5
Le monde perdu - Harry O. Hoyt (1925) - 5
G.I. Blues - Norman Taurog (1960) - 5
Le syndicat du crime 2 - John Woo (1987) - 5
*Navy Seals - les meilleurs - Lewis Teague (1990) - 5
*Justice sauvage - John Flynn (1991) - 5
Le grand Bill - Stuart Heisler (1945) - 5
*Fortress - Stuart Gordon (1992) - 5
Œil pour œil - Steve Carver (1983) - 4,5
Sale temps pour un flic - Andrew Davis (1985) - 4,5
Dallas - Stuart Heisler (1950) - 4,5
The Show Off - Malcolm St. Clair (1926) - 4
Absolon - David Barto (2003) - 3
Le passage - René Manzor (1986) - 2
Blood Reich - Uwe Boll (2011) - 0,5

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Aout 2010 : French Cancan - Jean Renoir
Septembre 2010 : Peter Ibbetson - Henry Hathaway
Octobre 2010 : Psycho - Alfred Hitchcock
Novembre 2010 : Lonely are the brave - David Miller
Décembre 2010 : Yellow Sky - William A. Wellman
Janvier 2011 : The Quiet man - John Ford
Février 2011 : Souvenirs goutte à goutte (Omohide Poro Poro) - Isao Takahata
Mars 2011 : White Heat - Raoul Walsh
Avril 2011 : Ball of fire - Howard Hawks
Mai 2011 : A Woman's Face - George Cukor
Juin 2011 : Scaramouche - George Sidney
Juillet 2011 : They were expendable - John Ford
Aout 2011 : Love - Edmund Goulding
Septembre 2011 : The Ox-Bow Incident - William A. Wellman
Octobre 2011 : The Artist - Michel Hazanavicius
Novembre 2011 : The Unknown - Tod Browning
Décembre 2011 : Je suis un évadé - Mervyn LeRoy
Janvier 2012 : Garbo talks - Sidney Lumet
Février 2012 : À l'Ouest, rien de nouveau - Lewis Milestone
Mars 2012 : Convoi de femmes - William A. Wellman
Avril 2012 : To Be or Not to Be - Ernst Lubitsch
Mai 2012 : The Single Standard - John S. Robertson
Juin 2012 : The Docks of New York - Josef von Sternberg
Juillet 2012 : Gentleman Jim - Raoul Walsh
Aout 2012 : La Chevauchée des bannis - André De Toth
Septembre 2012 : Fast Workers - Tod Browning
Octobre 2012 : The Patsy - King Vidor
Novembre 2012 : Skyfall - Sam Mendes
Décembre 2012 : X
Janvier 2013 : A Woman of Affairs - Clarence Brown
Février 2013 : X
Mars 2013 : Mirage - Edward Dmytryk
Avril 2013 : Le Miroir - Andreï Tarkovski
Mai 2013 : Nostalghia - Andreï Tarkovski
Juin 2013 : La Grande Guerre - Mario Monicelli
Juillet 2013 : Underworld - Josef von Sternberg
Aout 2013 : The Last Picture Show - Peter Bogdanovich
Septembre 2013 : The Apartment - Billy Wilder
Octobre 2013 : Fail-Safe - Sidney Lumet
Novembre 2013 : Cris et Chuchotements - Ingmar Bergman
Décembre 2013 : La Source + Les Fraises Sauvages - Ingmar Bergman
Janvier 2014 : Happiness Therapy - David O. Russell + Manhattan - Woody Allen
Février 2014 : Hunger - Steve McQueen
Mars 2014 : Persona - Ingmar Bergman
Avril 2014 : The Last Command - Josef von Sternberg
Mai 2014 : A bout de course - Sidney Lumet
Juin 2014 : The Perks of Being a Wallflower - Stephen Chbosky
Juillet 2014 : Ma nuit chez Maud - Eric Rohmer + Sorcerer - William Friedkin
Août 2014 : Le Deuxième Souffle - Jean-Pierre Melville
Dernière édition par feb le 1 sept. 14, 20:45, édité 46 fois.
ed a écrit :Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)

Avatar de l’utilisateur
semmelweis
Accessoiriste
Messages : 1688
Inscription : 10 févr. 09, 21:30
Localisation : Bordeaux

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar semmelweis » 1 août 14, 07:22

Film du mois de AOUT


Film découverts
Escape from the Planet of the Apes,Don Taylor(Blu Ray) 6,5/10
Conquest of the Planet of the Apes,J.Lee Thompson(Blu Ray) 7,5/10
Battle for the Planet of the Apes,J.Lee Thompson(Blu Ray) 3/10
The Raid 2,Gareth Evans(Ciné) 6,5/10
Dawn of the Planet of the Apes,Matt Reeves(Ciné 3D) 6,5/10
Garden State,Zach Braff(DVD) 3,5/10
Guardians of the Galaxy,James Gunn(Ciné 3D) 7,5/10
The Babadook,Jennifer Kent(Ciné) 6/10
The Expendables,Sylvester Stallone(DVD) 4/10
Monsters University,Dan Scanlon(Blu Ray) 6/10
Justice League:War,Jay Oliva(TV) 5/10
Wish I was here,Zach Braff(Ciné) 4/10
Lucy,Luc Besson(Ciné) 1/10
Winter Sleep,Nuri Bilge Ceylan(Ciné) 8,5/10
The Double,Richard Ayoade(Ciné) 6/10
Pi,Darren Aronofsky(DVD)

Films revus:
Planet of the Apes,Tim Burton(Blu Ray) 4/10
Rise of the Planet of the Apes,Rupert Wyatt(Blu Ray) 6/10
Detective Dee: Le mystère de la flamme fantôme,Tsui Hark(Blu Ray) 6/10
Mrs.Doubtfire,Chris Columbus(TV) 5/10


Séries TV:


Documentaires:
NWR,Laurent Duroche(youtube) 7/10

Films des mois précédents:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Juillet/Seconds,John Frankenheimer/Prix spécial :Cutter's way,Ivan Passer/Planet of the Apes,Franklin J.Schaffner
Juin/Under the Skin,Jonathan Glazer
Mai/Night Moves,Kelly Reichardt/Prix Spécial:Le syndrome de Stendhal,Dario Argento
Avril/Kairo,Kiyoshi Kurosawa
Mars/Persona,Ingmar Bergman,Prix Spéciaux: Sonate d'Automne,La Source,Les Fraises sauvages,Ingmar Bergman
Février/Nymphomaniac,Lars Von Trier/Only Lovers Left Alive,Jim Jarmusch
Janvier/12 years a slave,Steve McQueen/Prix spécial: Year of the Dragon,Michael Cimino
Année 2013
Décembre/A Touch of Sin,Jia Zhang Ke/The Wolf of Wall Street,Martin Scorsese/Shock Corridor,Samuel Fuller
Novembre/The Immigrant,James Gray
Octobre/Bad Timing,Nicolas Roeg/Prix Spécial: Prisoners,Denis Villeneuve
Septembre/Michael Kohlhaas,Arnaud des Pallières/Le président,Henri Verneuil
Aout/Les Salauds,Claire Denis/Prix spécial:Nowhere,Gregg Araki
Juillet/French Connection,William Friedkin/ Prix spécial: Nosferatu,fantôme de la nuit,Werner Herzog
Juin/Boogie Nights,Paul Thomas Anderson
Mai/Le septième continent,Michael Haneke/Prix spécial:Despues de Lucia,Michel Franco
Avril/The Boston Strangler,Richard Fleischer
Mars/Camille Claudel 1915,Bruno Dumont / To the Wonder,Terrence Malick
Fevrier/ At close range,James Foley
Janvier/The Master,Paul Thomas Anderson /Prix Spécial : Zero Dark Thirty,Kathryn Bigelow
Année 2012:
Décembre/Tabou,Miguel Gomes
Novembre/The Killers, Robert Siodmak
Octobre/La toile blanche d'edward hopper, Jean Pierre Devillers
Septembre/Little Odessa, James Gray/ Prix spécial : Obsession,Brian de Palma
Aout/Le cercle rouge, Jean Pierre Melville/Casablanca, Michael Curtiz
Juillet/[color=#000000]Faust, Alexandre Sokourov[/color] FILM DE L'ANNEE 2012
Juin/De rouille et d'os,Jacques Audiard/ Prix spécial: Paris Céline de Patrick Buisson
Mai/Eternal Sunshine of the spotless mind,Michel Gondry
Avril/Titanic,James Cameron
Mars/Dead Ringers,David Cronenberg-Hunger,Steve McQueen
Fevrier/Rango,Gore verbinski-La Taupe,Thomas Alfredson
Janvier/Millenium,the girl with the dragoon tatoo,David fincher
Année 2011
Décembre/[color=#000000]Le cheval de Turin,Bela Tarr[/color] FILM DE L'ANNEE 2011
Novembre/Hors Satan,Bruno Dumont
Octobre/Cure,Kiyoshi Kurosawa
Septembre/Hana Bi,Takeshi Kitano/L'Appolonide,souvenirs de maison close,Bertrand Bonnelo
Aout/Melancholia,Lars Von Trier
Juillet/Deep End,Jerzy Skolimowski/The Passenger,Michelangelo Antonioni (Prix spécial:The Texas Chainsaw Massacre,Tobe Hooper)
Juin/Badlands,Terrence Malick
Mai/The Tree of life,Terrence malick
Avril/The lady from Shanghai,Orson Welles/Enquete sur un citoyen au dessus de tout soupcon,Elio Petri
Mars/The duellists,Ridley Scott/To live and die in LA,William Friedklin
Février/Phantom of the Paradise,Brian de Palma
Janvier/Suspiria,Dario Argento/Irreversible,Gaspar Noé
Année 2010
Decembre/Profondo Rosso,Dario Argento
Novembre/[color=#000000]Le silence,Ingmar Bergman[/color] FILM DE L'ANNEE 2010
Octobre/The Fly,David Cronenberg
Septembre/Des hommes et des dieux,Xavier Beauvois/Oncle Boonmee,Apichatpong Weerasethakul
Aout/Days of Heaven,Terrence Malick
Juillet/Crash,David Cronenberg/A bout de souffle,Jean Luc Godard
Juin/Il Divo,Paolo Sorrentino
Mai/Catch me if you can,Steven Spielberg
Avril/Wall Street,Oliver Stone/Redacted,Brian de Palma
Mars/Blue Velvet,David Lynch
Février/Raging Bull,Martin Scorsese
Janvier/Zodiac,David Fincher/Macbeth,Roman Polanski
Année 2009:
Décembre/Vidéodrome,David Cronenberg
Novembre/[color=#000000]Cris et chuchotements,Ingmar Bergman[/color] FILM DE L'ANNEE 2009
Octobre/Le ruban blanc,Michael Haneke
Septembre/Un prophète,Jacques Audiard
Aout/There will be blood,Paul Thomas Anderson
Juillet/Manhunter,Michael Mann
Juin/Antichrist,Lars Von Trier
Mai/Le temps de l'innocence,Martin Scorsese
Avril/Last Days,Gus Van Sant
Mars/Blow out,Brian de Palma
Février/Révélations,Michael Mann
Dernière édition par semmelweis le 26 août 14, 21:17, édité 19 fois.

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Monteur
Messages : 4544
Inscription : 13 déc. 07, 19:24

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar nobody smith » 1 août 14, 07:57

Aout 2014

Film du mois

Image

Films découverts

Persona (Ingmar Bergman) 8.5/10

Detective Dee II : La Légende Du Dragon Des Mers (Tsui Hark) 8/10
Monika (Ingmar Bergman) 8/10
Sourires D’une Nuit D’été (Ingmar Bergman) 8/10
Wonder Woman (Lauren Montgomery) 8/10
Le Club Des Trois (Tod Browning) 8/10
Rêve De Femmes (Ingmar Bergman) 8/10
Jeux D’été (Ingmar Bergman) 8/10
Les Poupées Du Diable (Tod Browning) 8/10
Dracula (Tod Browning) 8/10
Justice League : The New Frontier (Dave Bullock) 8/10

Sils Maria (Olivier Assayas) 7.5/10
Scènes De La Vie Conjugale (Ingmar Bergman) 7.5/10
Batman : The Dark Knight Returns (Jay Oliva) 7.5/10
La Planète Des Singes : L’affrontement (Matt Reeves) 7.5/10
Enemy (Denis Villeneuve) 7.5/10
Ville Portuaire (Ingmar Bergman) 7.5/10
Batman, La Relève : Le Retour Du Joker (Curt Geda) 7.5/10

La Fontaine D’Aréthuse (Ingmar Bergman) 7/10
L’œil Du Diable (Ingmar Bergman) 7/10
Timecode (Mike Figgis) 7/10
La Ligue Des Justiciers : Guerre (Jay Oliva) 7/10
Batman : Gotham Knight (collectif) 7/10
Le Pacha (Georges Lautner) 7/10
Le Septième Sceau (Ingmar Bergman) 7/10
L’apollonide (Souvenirs De La Maison Close) (Bertrand Bonello) 7/10
22 Jump Street (Phil Lord et Christopher Miller) 7/10
Le Fils De Batman (Ethan Spaulding) 7/10
Les Barbouzes (Georges Lautner) 7/10

La Flûte Enchantée (Ingmar Bergman) 6.5/10
Mademoiselle Julie (Mike Figgis) 6.5/10
Force Majeure (Pierre Jolivet) 6.5/10
Les Seins De Glace (Georges Lautner) 6.5/10
Les Révoltés (Tod Browning) 6.5/10
Les Gardiens De La Galaxie (James Gunn) 6.5/10

Leaving Las Vegas (Mike Figgis) 6/10
Cris Et Chuchotements (Ingmar Bergman) 6/10
War And Destiny (Richard Attenborough) 6/10
Ne Nous Fâchons Pas (Georges Lautner) 6/10
The American (Anton Corbijn) 6/10
Batman : La Mystérieuse Batwoman (Curt Geda) 6/10
The Monster (Roland West) 6/10
Quelques Messieurs Trop Tranquilles (Georges Lautner) 6/10
Nos Pires Voisins (Nicholas Stoller) 6/10
La Nuit Des Forains (Ingmar Bergman) 6/10
Green Lantern : Les Chevaliers De L’émeraude (Berkeley, Montgomery et Oliva) 6/10
Expendables 3 (Patrick Hughes) 6/10

Flic Ou Voyou (Georges Lautner) 5.5/10
The Bat Whispers (Roland West) 5.5/10
Simple Mortel (Pierre Jolivet) 5.5/10
Colt 45 (Fabrice Du Welz) 5.5/10

Dylan Dog (Kevin Munroe) 5/10
Le Temps D’aimer (Richard Attenborough) 5/10

Mister Babadook (Jennifer Kent) 4.5/10
Black Storm (Steven Quale) 4.5/10
Pour Une Nuit… (Mike Figgis) 4.5/10
Le Professionnel (Georges Lautner) 4.5/10

Catacombes (John Erick Dowdle) 4/10
Communion (Philippe Mora) 4/10
Une Nuit En Enfer 2 – Le Prix Du Sang (Scott Spiegel) 4/10
Hercule (Brett Ratner) 4/10
Dracula 2001 (Patrick Lussier) 4/10
La Gorge Du Diable (Mike Figgis) 4/10

Lucy (Luc Besson) 3/10

Agathe Cléry (Etienne Chatilliez) 2/10

Londres Après Minuit (Tod Browning) - /10 : impossible à noter puisque le film est perdu et n’existe plus que sous la forme d’une reconstitution en diaporama. Intéressant pour les curieux et ceux qui ont apprécié le sympathique La Marque Du Vampire, remake tourné par Browning lui-même huit ans plus tard.

Films revus

Les Fraises Sauvages (Ingmar Bergman) 9/10

L’étrange Pouvoir De Norman (Chris Butler et Sam Fell) 8.5/10

La Grande Aventure Lego (Phil Lord et Christopher Miller) 7.5/10
De L’or Pour Les Braves (Brian G. Hutton) 7.5/10

The Social Network (David Fincher) 7/10
Une Vie Moins Ordinaire (Danny Boyle) 7/10

TMNT – Les Tortues Ninja (Kevin Munroe) 6.5/10

La Plage (Danny Boyle) 6/10
Meurtres A La Saint-Valentin (Patrick Lussier) 6/10
Les Enfants Du Marais (Jean Becker) 6/10

Une Nuit En Enfer (Robert Rodriguez) 5.5/10
Le Jour Où La Terre S’arrêta (Scott Derrickson) 5.5/10

The Spirit (Frank Miller) 5/10

Hell Driver (Patrick Lussier) 4.5/10

films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2008 : No Country For Old Men (Joel et Ethan Coen)
Février 2008 : L’Auberge Rouge (Claude Autant-Lara)
Mars 2008 : There Will Be Blood (Paul Thomas Anderson)
Avril 2008 : La Montagne Sacrée (Alejandro Jodorowsky)
Mai 2008 : Ricky Bobby, Roi Du Circuit (Adam McKay)
Juin 2008 : Manie Manie (Rintaro, Kawajiri et Otomo)
Juillet 2008 : Delivrance (John Boorman)
Août 2008 : Le Faucon Maltais (John Huston)
Septembre 2008 : Plan 9 From Outer Space (Edward D. Wood Jr.)
Octobre 2008 : Spinal Tap (Rob Reiner)
Novembre 2008 : L’Echange (Clint Eastwood)
Décembre 2008 : Aguirre, La Colère De Dieu (Werner Herzog)

Janvier 2009 : La Belle Au Bois Dormant (Wolfgang Reitherman et Eric Larson)
Février 2009 : Certains L’Aiment Chaud (Billy Wilder)
Mars 2009 : Les 3 Royaumes (John Woo)
Avril 2009 : Eh Mec ! Elle Est Où Ma Caisse ? (Danny Leiner)
Mai 2009 : Les Amants Du Pont-Neuf (Leos Carax)
Juin 2009 : Little Big Man (Arthur Penn)
Juillet 2009 : Les Pirates Du Métro (Joseph Sargent)
Août 2009 : Là-Haut (Pete Docter)
Septembre 2009 : Les Trois Jours Du Condor (Sydney Pollack)
Octobre 2009 : Metropolis (Fritz Lang)
Novembre 2009 : The Box (Richard Kelly)
Décembre 2009 : Hana-Bi (Takeshi Kitano)

Janvier 2010 : Ran (Akira Kurosawa)
Février 2010 : Fantastic Mr. Fox (Wes Anderson)
Mars 2010 : Oz, Un Monde Extraordinaire (Walter Murch)
Avril 2010 : Les Fraises Sauvages (Ingmar Bergman)
Mai 2010 : Mind Game (Masaaki Yuasa)
Juin 2010 : Looking For Richard (Al Pacino)
Juillet 2010 : Toy Story 3 (Lee Unkrich)
Aout 2010 : Dumbo (Ben Sharpsteen)
Septembre 2010 : Hardcore (Paul Schrader)
Octobre 2010 : Gens De Dublin (John Huston)
Novembre 2010 : Sunshine (Istvan Szabo)
Décembre 2010 : Tous Les Matins Du Monde (Alain Corneau)

Janvier 2011 : 5 CM Par Seconde (Makoto Shinkai)
Février 2011 : True Grit (Joel et Ethan Coen)
Mars 2011 : La Mélodie Du Bonheur (Robert Wise)
Avril 2011 : Les Grands Espaces (William Wyler)
Mai 2011 : Tree Of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Panic Sur Florida Beach (Joe Dante)
Juillet 2011 : Europa (Lars Von Trier)
Aout 2011 : Du Silence Et Des Ombres (Robert Mulligan)
Septembre 2011 : Warrior (Gavin O’Connor)
Octobre 2011 : The Artist (Michel Hazanavicius)
Novembre 2011 : Un Eté Avec Coo (Keiichi Hara)
Décembre 2011 : Happy Feet 2 (George Miller)

Janvier 2012 : La Dame De Shanghai (Orson Welles)
Février 2012 : Cheval De Guerre (Steven Spielberg)
Mars 2012 : John Carter (Andrew Stanton)
Avril 2012 : Rage (David Cronenberg)
Mai 2012 : La Bataille De San Sebastian (Henri Verneuil)
Juin 2012 : Le Règne Des Assassins (Su Chao-Pin et John Woo)
Juillet 2012 : La Tour Au-Delà Des Nuages (Makoto Shinkai)
Aout 2012 : Kafka (Steven Soderbergh)
Septembre 2012 : Fitzcarraldo (Werner Herzog)
Octobre 2012 : Les Ailes D’Honneamise (Hiroyuki Yamaga)
Novembre 2012 : Nos Funérailles (Abel Ferrara)
Décembre 2012 : La Chevauchée Des Bannis (André De Toth)

Janvier 2013 : Lifeboat (Alfred Hitchcock)
Février 2013 : Sans Retour (Walter Hill)
Mars 2013 : Cloud Atlas (Tom Tykwer, Andy et Lana Wachowski)
Avril 2013 : Sympathy For Mr. Vengeance (Park Chan-Wook)
Mai 2013 : Superman/Doomsday (Bruce W. Timm)
Juin 2013 : Vacances Romaines (William Wyler)
Juillet 2013 : Pacific Rim (Guillermo Del Toro)
Aout 2013 : De Grandes Espérances (Alfonso Cuaron)
Septembre 2013 : Mort De Rire (Alex De La Iglesia)
Octobre 2013 : Gravity (Alfonso Cuaron)
Novembre 2013 : Mishima - Une Vie En Quatre Chapitres (Paul Schrader)
Décembre 2013 : Le Loup De Wall Street (Martin Scorsese)

Janvier 2014 : La Fin D’une Liaison (Neil Jordan)
Février 2014 : Trop Belle Pour Toi (Bertrand Blier)
Mars 2014 : The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)
Avril 2014 : Le Septième Continent (Michael Haneke)
Mai 2014 : Souvenirs Goutte A Goutte (Isao Takahata)
Juin 2014 : Le Conte De La Princesse Kaguya (Isao Takahata)
Juillet 2014 : Un Drôle De Paroissien (Jean-Pierre Mocky)
Dernière édition par nobody smith le 1 sept. 14, 17:53, édité 29 fois.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
Karras
Mogul
Messages : 10457
Inscription : 15 avr. 03, 18:31
Liste de DVD
Localisation : La cité du Ponant

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar Karras » 1 août 14, 08:03

Aout 2014

Film du mois
Enemy

Sorties ciné 2014
Captain America, le soldat de l'hiver (6/10) : Le cahier des charges du blockbuster est assuré, mais c'est tout.
The Amazing Spider-Man 2 (5/10) : Pas forcément déplaisant mais extrêmement formaté.
Aimer, boire et chanter (4/10) : Un vaudeville ennuyeux dans des décors au gout douteux.
Avis de mistral (3,5/10) : Calibré pour FR3 un gentil téléfilm qui enfile les clichés comme les élastiques rainbow loom.
Détective Dee II (6/10) : La mise en scène est au service des effets spéciaux et de la 3D mais la conduite du récit s'avère bien moins attrayante que le précédent opus.
Enemy (7/10) : the amazing spider-woman.
The double (5,5/10) : Un exercice de style ou l'on s'amuse au départ à noter les références à Gillian, Polanski, Jeunet, Kaurismaki, ..., mais qui devient peu à peu lassant de par le jeu un parfois trop binaire de Jesse Eisenberg.
Babysitting (3,5/10) : Si le mélange found foutage et comédie est relativement novateur, les gags sentent vraiment le réchauffé, voir le pathétique, et les acteurs sont souvent à la limite du hors jeu.
The Expendables 3 (3/10) : Une réunion de papis musclés qui n'ont plus grand chose à se dire.
Nos étoiles contraires (6/10) : Souvent agaçant dans sa manière de nous forcer à sortir le mouchoir tous les quarts d'heure, ce mélo un peu improbable offre malgré tout quelques jolis moments d'alchimie grâce à la "girl next door" Shailene Woodley qui renouvelle sa prestation de The spectacular now.
Godzilla (6/10) : La mise en scène est souvent spectaculaire mais, malgré les 80 ans d'écart, il reste moins impressionnant que le King Kong de 1933.
Les gazelles (4,5/10) : Casting sympa mais l'ensemble reste assez superficiel.
De toutes nos forces (5,5/10) : Cinématographiquement c'est loin d'être grandiose et le chantage à l'émotion est parfois un peu facile. Cependant la leçon de courage reste touchante et l'interprétation plutôt juste.
The rover (5,5/10) : Techniquement impeccable, mais le scénario est tellement maigrelet qu'il reste une impression d'un film excessivement poseur. Dommage.
Une rencontre (3/10) : La réalisatrice de "LoL" filme presque tout comme une pub pour parfum. Reste que Marceau est sacrément bonasse en cougar en pleine crise de quarantaine.

Films découverts
Conversation secrète (7/10)
Le secret du rapport Quiller (4/10)
Ipcress (5/10)

Films revus

Série TV
The Killing (DK) - saison 3 (8/10)
The Killing (US) - saison 1 (7/10)
The Killing (US) - saison 2 (7,5/10)
The Killing (US) - saison 3 (7,5/10)
The Killing (US) - saison 4 (8/10)
Dernière édition par Karras le 31 août 14, 13:53, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22080
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Votre film du mois d'Aout 2014

Messagepar cinephage » 1 août 14, 08:06

AOUT 2014

FILM DU MOIS:

The Act of Killing, de Joshua Oppenheimer (2013) 8,5/10 - Un film hautement improbable, unique et saisissant, qui délivre, au final, une phénoménale leçon de relativisme culturel, et surtout une profonde reflexion sur les bourreaux de l'histoire. Ca va me rester en tête longtemps, cette affaire...

FILMS DECOUVERTS:
Le baiser du tueur, de Stanley Kubrick (1955) 7/10 - Magnifique photographie, belle ambiance musicale, mais dialogues médiocres, en revanche.
Mister Babadook, de Jennifer Kent (2014) 7/10 - Un fantastique psychologique assez angoissant, mais qui n'effraie jamais et n'invente pas grand chose.
Song of the Thin Man, d'Edward Buzzell (1947) 5,5/10 - Le Thin Man n'est plus que l'ombre de lui-même, et le seul intérêt du film est son évocation des clubs de jazz de l'après-guerre...
Hotel Rwanda, de Terry George (2004) 7,5/10 - Assez convenu dans son approche "récit d'une histoire vraie", le film parvient tout de même à traiter son sujet avec sa complexité et ses enjeux humains. Don Cheadle porte le film de bout en bout.
La marche de Kamata / Kamata kôshinkyoku, de Kinji Fukasaku (1982) 5/10 - Je n'ai pas perçu, dans ce script saugrenu à la psychologie délirante, l'hommage au cinéma que le générique de début pouvait laisser espérer.
Prends l'oseille et tire-toi, de Woody Allen (1969) 6/10 - Quelques bons moments dans un film globalement assez fade...
Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? de Pedro Almodovar (1984) 7,5/10 - Un rythme échevelé pour ce film movida, avec son approche décomplexée du sexe et du sang, assez attachant dans son portrait d'une mère dépassée par les évènements. Carmen Maura est ici particulièrement émouvante.
Transformers : age of extinction, de Michael Bay (2014) 3/10 - Même le spectaculaire reste inférieur à la destruction massive de l'épisode précédent... Seul Stanley Tucci parvient, ici ou là, à me faire sourire...
La chambre du fils, d'Alex de la Iglesia (2006) 7,5/10 - Un efficace film de fantômes, quoiqu' assez classique sur la forme...
Le trio infernal, de Francis Girod (1974) 7,5/10 - Un film très atypique, où Piccoli, Romy & Ennio Morricone se retrouvent dans une farce sanglante et cruelle. Dommage que le film manque un peu de maitrise, notamment vers la fin qui n'est pas très aboutie.
Le bourreau / El verdugo, de Luis Garcia Berlanga (1963) 7/10 - Nino Manfredi est assez remarquable en bourreau malgré lui dans cette comédie plutôt sympathique, mais à laquelle il m'a semblé manquer un petit quelque chose de folie...
Elle et lui, de Leo McCarey (1957) 8,5/10 - Un chouia trop long, notamment en raison des morceaux chantés (les gamins), mais ce remake est presque aussi réussi que l'original. Quelques plans sont absolument magnifiques...
Pink Flamingos, de John Waters (1972) 7,5/10 - Un étrange film transgressif qui oscille entre le n'importe quoi et la provocation ludique. Bien noté pour sa bonne humeur singulière qui traverse le film.
Awaara, de Raj Kapoor (1951) 7,5/10 - Un vaste mélodrame, doublé d'un plaidoyer contre la prédestination. Certes, c'est trop long, ça chante à tout va, mais la mise en scène est globalement réussie, et le couple fonctionne vraiment bien.
Wai dor lei ah yut ho / Dream Home, de Pang Ho-Cheung (2010) 6,5/10 - Un film gore sadique et sanglant, pas mémorable mais on y multiplie les séquences d'exécution originales et d'une grande inventivité. Pour public averti...
Ecrit dans le ciel / The High and the Mighty, de William A. Wellman (1954) 7,5/10 - Un excellent divertissement, qui bénéficie d'un magnifique usage du scope, d'un bon casting et d'une remarquable bande originale.
Godzilla vs Destroyah, de Takao Okawara (1995) 7/10 - Un "dernier" Godzilla, dans lequel le monstre disparait... Quelques bons moment pour peu qu'on aime le genre.
Fahrenheit 451, de François Truffaut (1966) 5,5/10 - Très bancal, le film finit malgré tout par convaincre et charmer.
Grand Hotel, d'Edmung Goulding (1932) 8,5/10 - Un beau drame aux nombreux rôles, parmi lesquels se distingue particulièrement Joan Crawford.
Le dernier combat, de Luc Besson (1983) 8/10 - Une belle réussite que ce film post-apocalyptique quasi-muet, à l'image magnifique.
Batman: Mask of the Phantasm, de Eric Radomski & Bruce W. Timm (1993) 7,5/10 - Une solide animation pour ce Batman à l'ambiance particulièrement réussie.
Non-Stop, de Jaume Collet-Serra (2014) 7,5/10 - Un thriller haletant et bien ficelé, porté par un Liam Neeson en grande forme, qui parvient à donner du poids à son personnage et nourrir une tension qui rend négligeables les quelques incontournables clichés du film...
Les gardiens de la galaxie, de James Gunn (2014) 8/10 - Les quelques faiblesses d'écriture sont largement compensés par le charme de ces branquignols de l'espace et le design visuel particulièrement réussi du film. Mention spéciale à Groot, sans doute le meilleur personnage de Vin Diesel.
Les combattants, de Thomas Cailley (2014) 8/10
Du sang et des larmes, de Peter Berg (2013) 5/10 - Un récit de guerre qui suresthétise ses éléments guerriers et s'attarde avec complaisance sur les plaies sanglantes, bof... Je préfèrerais une fiction tirée de faits pas réels, mais avec un point de vue qui dépasse le réflexe patriote américain.
Winter Sleep, de Nuri Bilge Ceylan (2014) 8,5/10 - Un peu long à mon gout, mais la richesse des dialogues, la beauté de l'image et le travail d'ensemble sur l'atmosphère du film restent vraiment un aboutissement remarquable.
Viridiana, de Luis Bunuel (1961) 8,5/10 - Un Bunuel un chouia trop net dans ses positions, mais l'ensemble reste pertinent, drole, cruel, et remarquable.
Le role de ma vie, de Zach Braff (2014) 6/10 - Quelques bons moments n'empêchent pas le film de faire souvent du sur-place et on compte au moins autant de moments qui ne fonctionnent pas bien.
Sils Maria, d'Olivier Assayas (2014) 7/10 - Un quasi huis-clos, avec des actrices remarquables et un cadre magnifique, mais qui manque parfois de cohérence ou de structure.
Le silence de la mer, de Jean-Pierre Melville (1949) 8/10 - Un peu trop littéraire peut-être, mais le texte est si remarquable et pertinent, et la photo de Decae si belle (surtout dans la version BR que j'ai trouvée superbe), que j'ai été amplement sous le charme.
Des temps et des vents, de Reha Erdem (2006) 7/10 - Une touchante chronique d'un village turc, centré sur un groupe d'enfants. Un peu "exotique", et souvent touchant. Les plans larges mettant en valeur les paysages sont absolument superbes.
Transamerica Express / Silver Streak, d'Arthur Hiller (1976) 7/10 - Une charmante comédie d'aventure conduite dans un train, avec un beau final spectaculaire et une BO de Mancini très réussie. En revanche, l'intrigue reste assez classique et Hiller n'est pas Hitchcock...
Ginger Snaps 2: Unleashed, de Brett Sullivan (2004) 3,5/10 - Beaucoup de clichés et bien peu de mise en scène dans cette suite pourtant servie par un casting qui fait de son mieux...
Le renne blanc, d'Erik Blomberg (1952) 7,5/10 - Un surprenant conte finlandais, qui décrit un mode de vie très éloigné du notre... Vraiment intéressant et bien fichu.
Nos étoiles contraires, de Josh Boone (2014) 7,5/10 - Un mélodrame adolescent servi par un excellent casting et des dialogues remarquables, ce qui est rare dans ce domaine...
22 Jump Street, de Phil Lord & Christopher Miller (2014) 5,5/10 - Le sous-texte crypto-gay est exploité à outrance, au détriment d'à peu près tout le reste dans ce film qui manque de gags. Le générique de fin est peut-être le plus astucieux moment du film...

FILMS REVUS:
The Raid 2, de Gareth Evans (2014) 7,5/10 - Légère réévaluation pour le film, dont l'intrigue policière reste fade, mais dont les scènes d'action ne perdent rien en efficacité à la révision, bien au contraire.
L'arnacoeur, de Pascal Chaumeil (2010) 7/10 - Une comédie française charmante et fluide, qui incorpore quelques poncifs mais offre quelques belles scènes vraiment réussies.
Stakeland, de Jim Mickle (2011) 8/10
Apocalypse now redux, de Francis Ford Coppola (1979 / 2001) 7/10 - Etirée, cette version perd beaucoup de sa force, de son incohérence dérangeante, de son mystère exotique...

Films des mois précédent
Spoiler (cliquez pour afficher)
janvier 2010=Tetro (Coppola)
février 2010= Day of the Outlaw (de Toth)
mars 2010= Une femme disparait (Hitchcock)
avril 2010= Cria Cuervos (Saura)
mai 2010= La liste de Schindler (Spielberg)
juin 2010=The Man in the Moon (Mulligan)
juillet 2010=Spoorlos (Sluizer)
aout 2010=Nobody knows (Kore-Eda)
septembre 2010=The Black Swan (King)
octobre 2010=Des hommes et des dieux (Beauvois)
novembre 2010=Une vie difficile (Risi)
décembre 2010=A brighter summer day (Yang)
janvier 2011=Incendies (Villeneuve)
février 2011=Portrait of Jennie (Dieterle)
mars 2011=Orgueil et préjugés (Wright)
avril 2011=Murder by Contract (Lerner)
mai 2011=Vincent, François, Paul, et les autres (Sautet)
juin 2011=Les contes cruels du Bushido (Imai)
juillet 2011=Underworld (Von Sternberg)
aout 2011=L'heure suprême (Borzage)
septembre 2011=L'Apollonide, souvenirs de la maison close (Bonello)
octobre 2011=The ox-bow incident (Wellman)
novembre 2011=The Movie Orgy (Dante)
décembre 2011=Mission Impossible : le protocole fantôme (Bird)
janvier 2012=Take Shelter (Nichols)
février 2012=Gentleman Jim (Walsh)
mars 2012=Le miroir (Tarkovski)
avril 2012=Divorce à l'italienne (Germi)
mai 2012=La cabane dans les bois (Goddard)
juin 2012=Les meilleures années de notre vie (Wyler)
juillet 2012=Feux dans la plaine (Ichikawa)
aout 2012=Wichita (Tourneur)
septembre 2012=Baraka (Fricke)
octobre 2012=Les grandes espérances (Lean)
novembre 2012=Man Hunt (Lang)
décembre 2012=Wings (Shepitko)
janvier 2013=Les dimanches de Ville d'Avray (Bourguignon)
février 2013=Wings (Wellman)
mars 2013=Le bossu de Notre-Dame (Wise & Trousdale)
avril 2013=Comme des frères (Gélin)
mai 2013=Walkabout (Roeg)
juin 2013=Kekexili (Chuan)
juillet 2013=Doro no kawa (Oguri)
aout 2013=My Childhood (Douglas)
septembre 2013=Hoop Dreams (James)
octobre 2013=Pique-nique à Hanging Rock (Weir)
novembre 2013=Du rififi chez les hommes (Dassin)
decembre 2013=Heimat, chronique d'un rêve (Reitz)
janvier 2014=Hearts of Darkness: A Filmmaker's Apocalypse (Bahr & Hickenlooper)
fevrier 2014=The Grand Budapest Hotel (Anderson)
mars 2014=Voyage à Tokyo (Ozu)
avril 2014=Untel père et fils (Duvivier)
mai 2014=Seuls sont les indomptés (Miller)
juin 2014=Les harmonies Werckmeister (Tarr)
juillet 2014=La maison des geishas (Fukasaku)
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos