Votre film du mois de Mars 2014

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
origan42
Régisseur
Messages : 3340
Inscription : 2 févr. 07, 17:22

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar origan42 » 3 mars 14, 18:34

FILM DU MOIS:
COEURS (Alain Resnais)


Par ordre de préférence:

Coeurs (Alain Resnais, 2006) *****
Pinocchio (Walt Disney / Hamilton Luske / Ben Sharpsteen, 1940) *****
L'argent de la vieille (Luigi Comencini, 1972) *****
Les proscrits (Victor Sjöström, 1918) *****

Memories of murder (Bong Joon-ho, 2003) ****
La fête du feu (Asghar Farhadi, 2006) ****
Mon homme Godfrey (Gregory La Cava, 1936) ****
Easy Street / Charlot policeman (Charles Chaplin, 1917) ****
Charlot s'évade (Charles Chaplin, 1917) ****
La vie d'un honnête homme (Sacha Guitry, 1953) ****

Il commissario (Luigi Comencini, 1962) ***
Terre sans pain (Luis Buñuel, 1933) ***
L'assassin (Elio Petri, 1961) ***
My summer of love (Paweł Pawlikowski, 2004) ***
Mogli pericolose (Luigi Comencini, 1958) ***
Mon Dieu, comment suis-je tombée si bas... (1974) ***
La belle au bois dormant (Clyde Geronimi, 1959) ***
Quai d'Orsay (Bertrand Tavernier, 2013) ***
À cheval sur le tigre (Luigi Comencini, 1961) ***
Un été à Osage County (John Wells, 2013) ***
Je t'aime je t'aime (Alain Resnais, 1968) ***
La vénus à la fourrure (Roman Polanski, 2013) ***
Les garçons et Guillaume, à table! (Guillaume Gallienne, 2013) ***
Pauline détective (Marc Fitoussi, 2012) ***

La chasse (Thomas Vinterberg, 2012) **
Un secret (Claude Miller, 2007) **
9 mois ferme (Albert Dupontel, 2013) **
La vie est un roman (Alain Resnais, 1983) **
Comment savoir (James L. Brooks, 2010) **
Vous n'avez encore rien vu (Alain Resnais, 2012) **

Le messager (Raymond Rouleau, 1937) *
Snowpiercer - le transperceneige (Bong Joon-ho, 2013) *
Le boulet (Alain Berbérian / Frédéric Forestier, 2002) *

Sur un arbre perché (Serge Korber, 1971) °

RE-VISIONS:
L'heure d'été (Olivier Assayas, 2008) ***** (+1 étoile)
L'émigrant (Charles Chaplin, 1917) ****
Charlot fait une cure (Charles Chaplin, 1917) ****
Un flic (Jean-Pierre Melville, 1972) ** (-1 étoile)
Dernière édition par origan42 le 31 mars 14, 08:03, édité 18 fois.

aelita
Accessoiriste
Messages : 1769
Inscription : 28 déc. 13, 18:34

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar aelita » 4 mars 14, 22:24

Sorties salles 2014

La femme du ferrailleur (Danis Tanovic, 26/2)****
Courts aux Oscars (compilation de courts-métrages d'animation, divers auteurs, 26/2)***
Les bruits de Recife (Kleber Mendonça Filho, 26/2)***
The Grand Budapest hotel (Wes Anderson, 26/2)***
Diplomatie (Volker Schlöndorff, 5/3)***
L'Etudiant (Darezhan Omirbayev, 5/3)****
Le sens de l'humour (Maryline Canto, 26/2)***
La pièce manquante (Nicolas Birkentstock, 19/3)****
Chalvet, la conquête de la dignité (Camille Mauduech, 19/3)***
Aimer, boire et chanter (Alain Resnais, 26/3)****
All about Albert (Nicole Holofcener, 26/3)****
Gerontophilia (Bruce LaBruce, 26/3)***


/Films découverts ou redécouverts

Mon homme Godfrey (Gregory LaCava, 1936)****
Tad l'explorateur, à la recherche de la cité perdue (Enrique Gato, 2012)***
Les amants d'outre-tombe (Mario Caiano, 1965)***
Mahler (Ken Russell, 1974)****
Le monde fantastique d'Oz (Sam Raimi, 2013)***
Echec à l'organisation (John Flynn, 1973)***
Love is all you need (Suzanne Bier, 2012)**
L'homme qui vendit son âme (Jean-Paul Paulin, 1943)**
Persona (Ingmar Bergman, 1966)****
Caché (Michael Haneke, 2005)***
I Wake up screaming (Bruce Humberstone, 1941)***
Le printemps (Grigori Alexandrov, 1947)***
La nouvelle Babylone (Grigori Kozintsev et Leonid Trautberg, 1929)****
La main qui venge (William Dieterle, 1950)***
Mariage dans l'ombre (Kurt Maetzig, 1947)****
Crazy mama (Jonathan Demme, 1975)**
Un papillon sur l'épaule (Jacques Deray, 1978)***
Carmel (Amos Gitaï, 2009)***
Kimjongilia(N.C. Heikin, 2008)***
Un amant dans le grenier (J. McGrath, 1968)**
El premio (Paula Markovitch, 2011)***
Qui chante là-bas ? (Slobodan Sijan, 1980)***
La hache de Wandsbeck (Falk Harnack, 1951)***
Sourires d'une nuit d'été (Ingmar Bergman, 1955)****
En Angleterre occupée (Kevin Brownlow et Andrew Mollo, 1964)****FILM DU MOIS
La vie d'un honnête homme (Sacha Guitry, 1953)***
Les diables (Ken Russell, 1971)****
Au-delà du réel (Ken Russell, 1980)***
Lisztomania (Ken Russell, 1975)**
Lemmy pour les dames (Bernard Borderie, 1961)**
Maxime à Vyborg (Grigori Kozintsev et Leonid Trautberg, 1938)***
A toi de faire, mignonne (Bernard Borderie, 1963)**
Méfiez-vous des blondes (André Hunebelle, 1950)**
Le septième voile (Compton Bennett, 1945)***
Dernière édition par aelita le 31 mars 14, 15:56, édité 8 fois.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1552
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar manuma » 6 mars 14, 22:37

Films vus / Films revus

THIS PROPERTY IS CONDEMNED - Sydney Pollack (1966) : 8.5/10
SNOWPIERCER - Bong Joon-Ho (2013) : 8/10
THE ITALIAN JOB - Peter Collinson (1969) : 8/10
FRIGHT - Peter Collinson (1971) : 8/10
PAGE EIGHT - David Hare (TV)(2011) : 8/10
MURDER, MY SWEET - Edward Dmytryk (1944) : 7.5/10
CASA DE MI PADRE - Matt Piedmont (2012) : 7.5/10
PEEPER - Peter Hyams (1976) : 7.5/10
STRAIGHT ON TILL MORNING - Peter Collinson (1972) : 7.5/10
THE HOUSE ON GARIBALDI STREET - Peter Collinson (TV)(1979) : 7/10
TUTTA LA VITA DAVANTI - Paolo Virzì (2008) : 7/10
AMERICAN HUSTLE - David O. Russell (2013) : 7/10
THE MOUNTAIN - Edward Dmytryk (1956) : 7/10
THE CARPETBAGGERS - Edward Dmytryk (1964) : 6.5/10
SUPERMAN RETURNS - Bryan Singer (2006) : 6.5/10
LOOPER - Ryan Johnson (2012) : 6.5/10
THE HUMAN FACTOR - Edward Dmytryk (1975) : 6/10
SALVATION BOULEVARD - George Ratliff (2011) : 6/10
THE SELL OUT - Peter Collinson (1976) : 6/10
ODIO MI CUERPO - Leon Klimovsky (1974) : 6/10
TALES FORM THE CRYPT: DEMON KNIGHT - Ernest R. Dickerson (1995) : 6/10
ENEMIES CLOSER - Peter Hyams (2013) : 6/10
SORORITY ROW - Stewart Hendler (2009) : 6/10
SE SEI VIVO SPARA - Giulio Questi (1967) : 6/10
THE DEVIL-SHIP PIRATES - Don Sharp (1964) : 6/10
A CERTAIN JUSTICE - Giorgio Serafini, James Coyne (2014) : 6/10
TASTE OF EXCITEMENT - Don Sharp (1970) : 5.5/10
DRAGON EYES - John Hyams (2012) : 5.5/10
BLUE DENIM - Philip Dunne (1959) : 5.5/10
CORNERED - Edward Dmytryk (1945) : 5.5/10
SOLDIER OF FORTUNE - Edward Dmytryk (1955) : 5/10
THE LEFT HAND OF GOD - Edward Dmytryk (1955) : 5/10
THE SPIRAL STAIRCASE - Peter Collinson (1975) : 5/10
HAPPY NEW YEAR - John G. Avildsen (1987) : 5/10
THOR: THE DARK WORLD - Alan Taylor (2013) : 5/10
WHAT WAITS BELOW - Don Sharp (1985) : 4.5/10
RED 2 - Dean Parisot (2013) : 4.5/10
FIRE WITH FIRE - Robert Barrett (2012) : 4.5/10
HURRY SUNDOWN - Otto Preminger (1967) : 4.5/10
STOP-LOSS - Kimberly Peirce (2008) : 4.5/10
VANISHING ON 7TH STREET - Brad Anderson (2010) : 4/10
WHY STOP NOW? - Phil Dorling, Ron Nyswaner (2012) : 4/10
CHRISTMAS ON CHESTNUT STREET - Anne Wheeler (TV) (2006) : 4/10
BLOODY BIRTHDAY - Ed Hunt (1980) : 3.5/10
ASH WEDNESDAY - Edward Burns (2002) : 3/10
Dernière édition par manuma le 30 mars 14, 20:58, édité 15 fois.

Avatar de l’utilisateur
HAL 9000
Doublure lumière
Messages : 444
Inscription : 4 oct. 06, 18:10

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar HAL 9000 » 7 mars 14, 09:57

MARS 2014

Film du mois
Les inconnus dans la ville (Richard Fleischer)

Films (re)découverts
Les inconnus dans la ville (Richard Fleischer) 8/10
Kiki, la petite sorcière (Hayao Miyazaki) 7.5/10
Les garçons et Guillaume, à table ! (Guillaume Gallienne) 7/10
Super (James Gunn) 7/10
R.I.P.D. - brigade fantôme (Robert Schwentke) 6.5/10
La malédiction de Chucky (Don Mancini) 6.5/10
Les sorcières d'Eastwick (George Miller) 6/10


Séries TV
Alphas saison 1 (Michael Karnow & Zak Penn) épisode 2/11 5/10
Dragon Ball (Akira Toriyama) épisode 10/153 7/10
Doctor Who saison 7 (Steven Moffat) épisode 7/15 8/10
Fringe saison 1 (J.J Abrams, Alex Kurtzman, Roberto Orci) épisode 6/20 8/10
Game of Thrones saison 1 (David Benioff, DB Weiss) 9/10
Game of Thrones saison 2 (David Benioff, DB Weiss) 9/10
GTO, Great Teacher Onizuka (Torû Fujisawa) épisode 2/43 7.5/10
Invasion planète Terre saison 1 (Gene Roddenberry) épisode 3/22 7/10
La quatrième dimension saison 3 (Rod Serling) épisode 15/37 8.5/10

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Février 2014 : Assaut (John Carpenter)
Janvier 2014 : Le dernier pub avant la fin du monde (Edgar Wright)
Décembre 2013 : Rendez-vous avec la peur (Jacques Tourneur)
Novembre 2013 : Dans la maison (François Ozon)
Octobre 2013 : Gravity (Alfonso Cuaron)
Septembre 2013 : Pirates (Roman Polanski)
Août 2013 :[ b]Niagara[/b] (Henry Hathaway)
Juillet 2013 : Rivière sans retour ( Otto Preminger)
Juin 2013 : Frankenweenie (Tim Burton)
Mai 2013 : Gone Baby Gone (Ben Affleck)
Avril 2013 : Dans l'ombre de San Francisco - Woman on the Run (Robert Foster)
Mars 2013 : Argo (Ben Affleck)
Février 2013 : Le rôdeur (Joseph Losey)
Janvier 2013 : The Dark Knight Returns : Part 2 (Jay Oliva)
Décembre 2012 : Le Hobbit : un voyage inattendu (Peter Jackson)
Novembre 2012 : Les nuits rouges du bourreau de jade (Julien Carbon & Laurent Courtiaud)
Octobre 2012 : The Dark Knight Returns - Part 1 (Jay Oliva)
Septembre 2012 : La cabane dans les bois (Drew Goddard)
Août 2012 : The Dark Knight Rises (Christopher Nolan)
Juillet 2012 : Thirst (Park Chan-Wook)
Juin 2012 : Good Morning England (Richard Curtis)
Mai 2012 : Star Wars : The Clone Wars saison 2 (Dave Filoni)
Avril 2012 : Game of Thrones saison 1 (David Benioff & D. B. Weiss)
Mars 2012 : Caprica (Ronald D. Moore, Remi Aubuchon, David Eick)
Février 2012 : Drive (Nicolas Winding Refn)
Janvier 2012 : Valérie au pays des merveilles (Jaromil Jireš)
Décembre 2011 : Les demoiselles de Rochefort (Jacques Demy)
Novembre 2011 : Mad Men saison 3 (Matthew Weiner)
Octobre 2011 : CIA Guerres Secrètes (William Karel)
Septembre 2011 : Mais qu'avez-vous fait à Solange ? (Massimo Dallamano)
Août 2011 : La planète des singes : les origines (Rupert Wyatt)
Juillet 2011 : Quatre mouches de velours gris (Dario Argento)
Juin 2011 : X-Men : le commencement (Matthew Vaughn)
Mai 2011 : L'étoffe des héros (Philip Kaufman)
Avril 2011 : Black Death (Christopher Smith)
Mars 2011 : La grande évasion (John Sturges)
Février 2011 : Angel Heart (Alan Parker)
Janvier 2011 : Brainstorm (Douglas Trumbull)
Août 2010 : Kick-Ass (Matthew Vaughn)
Juillet 2010 : Inception (Christopher Nolan)
Juin 2010 : Les 3 jours du Condor (Sydney Pollack)
Mai 2010 : Conversation secrète (Francis Ford Coppola)
Mars 2010 : Shutter Island (Martin Scorsese)
Février 2010 : La rue rouge (Fritz Lang)
Janvier 2010 : Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? (Robert Aldrich)
Décembre 2009 : La route (John Hillcoat)
Novembre 2009 : Un éléphant ça trompe énormément (Yves Robert)
Octobre 2009 : La baronne de minuit (Mitchell Leisen)
Septembre 2009 : L'âge de glace 3 (Carlos Saldhana)
Août 2009 : Departures (Yojiro Takita)
Juillet 2009 : Terminator Renaissance (McG)
Juin 2009 : Coraline (Henry Selick)
Mai 2009 : Ghost in the Shell : stand alone complex - 2nd Gig (Kenji Kamiyama)
Avril 2009 : Histoires de fantômes chinois (Ching Siu-Tung)
Mars 2009 : L'année du dragon (Michael Cimino)
Février 2009 : Nuages flottants (Mikio Naruse)
Janvier 2009 : Yakuza (Sydney Pollack)
Décembre 2008: Battlestar Galactica - saison 1
Novembre 2008 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau)
Octobre 2008 : Katie Tippel (Paul Verhoeven)
Septembre 2008 : Casablanca (Michael Curtiz)
Août 2008 : The Dark Knight - Le chevalier noir (Christopher Nolan)
Juillet 2008 : Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir)
Juin 2008 : La légende de Beowulf (Robert Zemeckis)
Mai 2008 : Rome saison 1 (John Milius, William J. MacDonald & Bruno Heller)
Avril 2008 : Bug (William Friedkin)
Mars 2008 : J'ai le droit de vivre (Fritz Lang)
Février 2008 : Peur(s) du noir (Charles Burns, Blutch, Marie Caillou, Lorenzo Mattotti, Richar McGuire, Pierre Discuillo)
Janvier 2008 : Into the Wild (Sean Penn)
Décembre 2007 : Les proies (Don Siegel)
Novembre 2007 : Je sais où je vais (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Octobre 2007 : Les forbans de la nuit (Jules Dassin)
Septembre 2007 : L'inspecteur Harry (Don Siegel)
Août 2007 : Ratatouille (Brad Bird)
Juillet 2007 : Babel (Alejandro Gonzalez Inarritu)
Juin 2007 : Narc (Joe Carnahan)
Mai 2007 : Zodiac (David Fincher)
Avril 2007 : Les tueurs (Robert Siodmak)
Mars 2007 : Mad Max 2 (George Miller)
Février 2007 : Suspiria (Dario Argento)
Janvier 2007 : The Fountain (Darren Aronofsky)
Décembre 2006 : La bête aveugle (Yasuzo Masamura)
Novembre 2006 : Les hommes du Président (Alan J. Pakula)
Octobre 2006 : Que le spectacle commence (Bob Fosse)
Septembre 2006 : Les enfants du Paradis (Marcel Carné)
Août 2006 : Le tigre du Bengale/Le Tombeau Hindou (Fritz Lang)
Juillet 2006 : Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia (Sam Peckinpah)
Juin 2006 : L'homme qui rétrécit (Jack Arnold)
Dernière édition par HAL 9000 le 29 mars 14, 22:44, édité 9 fois.

Avatar de l’utilisateur
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Messages : 18240
Inscription : 26 déc. 04, 18:31
Localisation : sleeping in the midday sun...

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar gnome » 7 mars 14, 17:48

Films du mois : Mars 2014

Film du mois
Image

Les films vus (par ordre décroissant de préférence) - Les redécouvertes - Les films revus


Image Chef d'oeuvre !!!
- Das boot - Director's cut (Wolfgang Petersen) 10/10 TV VF

Image On est vraiment pas loin de la masterpiece!
- Dans la brume électrique (Bertrand Tavernier) 9.5/10 TV VO
Quand Tavernier convoque David Lynch dans le Bayou de Louisiane, ça nous donne un thriller atypique, étrange, décalé avec Tommy Lee Jones, John Goodman et surtout Peter Sarsgaard formidable.

- Womb (Benedek Fliegauf) 9-9.5/10 TV VO
Certainement le plus beau film sur le clonage depuis Moon de Duncan Jones en plus d'être une superbe histoire d'amour et une intéressante réflexion sur l'identité. Matt Smith y confirme tout son talent et Eva Green y est plus juste et émouvante que jamais. Superbe.

- The Wrestler (Darren Aronovsky) 9.5/10

Image Excellent !
- The fog (John Carpenter) 8/10 TV VF
Belle redécouverte d'un film qui m'avait laissé une impression mitigée il y a des années. Puis quelle musique !

- 300, la naissance d'un empire (Noam Murro) 8/10 Ciné VF 3D
C'est brutal, ultra-violent, limite bourrin, mais j'y allais pour ça et j'ai été servi et bien servi. J'avais beaucoup aimé le 300 de Snyder, celui-ci ne m'a pas déçu. J'assume ! Eva Green est parfois un peu en dessous dans son interprétation, mais quelle vilaine elle fait !

- Naissance des pieuvres (Céline Sciamma) 8/10 TV
Premier film inabouti, mais attachant sur les premiers émois affectifs et sexuels de trois adolescentes.

- Tamara Drewe (Stephen frears) 8/10
Un Stephen Frears assez frais et jubilatoire.

- Springsteen and I (Baillie Walsh) 8.5/10
L'idée de demander à des fans ce que le Boss représente pour eux est originale mais pouvait vite révéler ses limites et pourtant, ce doc est passionnant. Malgré une ou l'autre interventions mineures, ce sont 1h30 de tranches de vies souvent très émouvantes autour du Boss qui décidément mérite amplement son surnom.

Image Tout à fait honorable
- Poltergeist (Tobe Hooper) 7/10 TV VF
Révision d'un classique qui continue de me laisser sur ma faim.

- Death Race (Paul W.S. Anderson) 7.5/10 TV VF
Sympa et relativement efficace, mais on est loin de l'original !

- Les cendres du temps (Wong Kar Wai) 6/10 TV VF
Une esthétique léchée, des couleurs saturées, une belle interprétation surtout de Leslie Cheung mais une musique qui évoque un peu du sous Vangelis et surtout une histoire au final intéressante et par moment touchante, mais trop confuse dans son déroulement font de ce film un semi ratage que j'aurais aimé adorer.

- Barberousse (Renzo Martinelli) 7/10 TV VF

- Le procès (Orson Welles) 6/10 TV VF
Kafka, Welles, Perkins, Schneider... Tout pour plaire et pourtant la sauce n'a pas vraiment pris. Dommage, ces cadrages bizarres, ces décors absolument extraordinaires, ce prologue, tout ça était fait pour moi, mais je n'ai pas vraiment accroché. La faute à une certaine frénésie notamment dans le jeu de Perkins et de certains acteurs... Le film aurait pu être décalé, étrange voire inquiétante, en tout cas surprenant et on se surprend à suivre ce qui se présente presque comme une comédie française des fifties. Dommage. Romy est superbe. Welles inquiétant et étrange à souhait mais...

- Le retour (Asif Kapadia) 7/10 TV VF
Sam Shepard et Sarah Michelle Gellar dans un thriller surnaturel qui manque d'un petit quelque chose pour vraiment accrocher. Il distille ça et lé quelques brefs moments bien angoissants non sans abuser à d'autres de ficelles grandes comme des maisons pour stresser ou tromper le spectateur. Une grosse impression de déjà-vu dans un certain nombre de situations fait que le film se regarde sans déplaisir, mais n'arrive pas à se hisser plus haut.

Image Pourquoi pas, mais peut mieux
Image A oublier
Image Le dessin est clair, non?


Films du mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
2006

Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2007

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image
Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2008

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai ? Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2009

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre (Rien vu) Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2010

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2011

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2012
Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2013

Janvier Image Février Image Mars Image Avril Image Mai Image Juin Image Juillet Image Août Image Septembre Image Octobre Image Novembre Image Décembre Image
2014
Janvier Image Février Image
Dernière édition par gnome le 4 avr. 14, 15:54, édité 12 fois.
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Best
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5583
Inscription : 9 août 04, 13:47
Localisation : 742 Evergreen Terrace, Springfield

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar Best » 8 mars 14, 01:25

Mars 2014

Film du mois

The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)

Image


Films découverts (Re)

Muppets most wanted (James Bobin) 7,5/10




Films revus (Hors compétition)





Notation

10/10 : Je suis en extase
9,5/10 : Je suis aux anges
9/10 : Je jubile
8,5/10 : J'adore
8/10 : J'aime beaucoup
7,5/10 : J'aime
7/10 : J'aime bien
6,5/10 : J'aime assez
6/10 : J'aime moyennement
5,5/10 : J'aime sans plus
5/10 : Entre deux eaux
4/10 : Je n'aime pas vraiment
3/10 : Je n'aime pas
2/10 : Je n'aime pas du tout
1/10 : Je déteste
0/10 : Où est mon pulvérisateur ?


Mes films du mois de Mai 2005 à Février 2014

Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImage
Dernière édition par Best le 23 mars 14, 00:09, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
cinéfile
Machino
Messages : 1191
Inscription : 19 avr. 10, 00:33
Localisation : Bourges

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar cinéfile » 8 mars 14, 10:27

Mars 2014

DECOUVERTES

Mon Oncle d'Amérique (A. Resnais, 1980) 8/10
Ouvre les yeux (A. Amenabar, 1997) 7/10
Lilith (R. Rossen, 1964) 6.5/10
Little Odessa (J. Gray, 1994) 6.5/10
Blow Up (M. Antonioni, 1967) 6/10
Diplomatie (V. Schlondorff, 2014) 6/10
La 25ème Heure (S. Lee, 2002) 6/10
Non Stop (J. Colllet Serra, 2014) 5/10
Un papillon sur l'épaule (J. Deray, 1977) 4/10

RE-DECOUVERTES

Alien (R. Scott, 1979) 9/10
Un Plan Simple (S. Raimi, 1999) 7.5/10
Police Fédéral Los Angeles (W. Friedkin, 1985) 7/10
Un Faux Mouvement (C. Franklin, 1992) 6/10

SERIES TV
Dernière édition par cinéfile le 5 avr. 14, 11:40, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar julien » 10 mars 14, 14:31

Image
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar someone1600 » 21 mars 14, 01:51

Film du mois de février 2014

Film du mois

Image

Films découverts

Kiss of death (1995) 7.5 / 10
Wargames (1983) 8 / 10
Enemy (2013) 8.5 / 10
Veronika Mars (2014) 8 / 10
No Pain No Gain (2013) 6 / 10

Films redécouverts

Sky Captain and the World of Tomorrow (2004) 7.5 / 10

Films des mois précédents de JUIN 2008 à FÉVRIER 2014

Année 2008
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImage


Année 2009
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2010
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2011
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2012

Spoiler (cliquez pour afficher)
(Pas de film du mois en février, aucune découverte)

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


[b]Année 2013[/b]
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2014
ImageImage
Dernière édition par someone1600 le 29 avr. 14, 15:04, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Mr-Orange
Assistant(e) machine à café
Messages : 141
Inscription : 22 janv. 13, 17:10

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar Mr-Orange » 30 mars 14, 10:45

Deux films revus :

Pulp Fiction - Quentin Tarantino - 1994 : Cela faisait un petit bout de temps que je voulais le revoir, ce classique précoce, car je n'étais pas sûr de l'aimer autant, pensant peut-être avoir éte emporté par l'enthousiasme général quand je l'ai vu (oui, oui, les touts premiers moments de la "cinéphilie", ou du moins quand on croit, après avoir vu 5 Tarantino, 2 Léone et 3 Kubrick, être plongé dedans), prêt à baisser ma note à 9, ou à 8 peut-être.. Eh bien en fait, j'aime encore plus qu'avant, c'est un saut des plus jubilatoires dans la culture pop américaine, où transpire la passion du cinéma pour le réalisateur, c'est un brillant et pur exercice de style à ne pas prendre au sérieux qui a rendu culte toutes les scènes qui le composaient. Chuck Berry, Dusty Springfield et Ricky Nelson derrière l'orchestre - L. Jackson, Keitel, Walken, Thurman et Travolta au devant de la scène, et un cinéaste en pleine phase d'épanouissement derrière la barre, après une intensité tragique des plus marquantes avec son précédent Reservoir Dogs et avant la puissance nostalgique de Jackie Brown quatre années plus tard, Pulp Fiction est le chef d'oeuvre du genre de divertissement, cool et décomplexé, qui, comme dit précédemment, bénéficie d'une réputation de classique prématuré, où deux truands minables nettoient comme des ménagères une voiture théâtre d'un meurtre involontaire sous la direction d'un caïd charismatique (Harvey Keitel, à qui Tarantino doit absolument tout depuis son premier film), petit détail marquant parmi tant d'autres dans cette succession de mésaventures burlesques non-linéaires. Et quand je vois Jules et Vincent, après une ridicule tentative de rédemption en laissant sains et saufs deux braqueurs tout aussi ridicules, sortant du restaurant avec un air qui n'est pas moins ridicule, sous le thème Surf Rider, ça y est, j'ai la pêche, pour toute la journée. Pour plusieurs jours. 6/6

Lost Highway - David Lynch - 1997 : Celui-là aussi, je l'ai encore plus apprécié à la revoyure. D'un point de vue intellectuel, c'est le film puzzle et labyrinthique de Lynch le plus intéressant à analyser et reconstruire, et d'un point de vue "érotique", c'est bien plus sensuel que je m'en souvenais, même si bien entendu cela ne vaut pas Twin Peaks, son précédent film, qui dépasse toute concurrence dans le domaine du 7eme Art, mais peut-être peut-il égaler Mulholland Drive. Car je pense que Lynch est Le cinéaste de l'érotisme, avec sa sensualité pure et tortueuse, ses scènes romantiques qui s’enchaînent sans sens concret (il le dit lui-même), le thème permanent de la jalousie dévastatrice et la psychose sexuelle. Passionnant au niveau visuel comme au niveau sonore (car Lynch est également le cinéaste du son), le film est une véritable course cauchemardesque et inquiétante sur une route vertigineuse et sans fin, entraînée par la voix de Bowie, qui est la mémoire troublée et défaillante d'un homme qui semble avoir tué sa femme, et qui offre à la filmographie de son cinéaste son personnage masculin le plus énigmatique et fascinant : Mystery Man. C'est aussi, comme souvent chez le réalisateur, le "magnifique" combat d'un homme (jeune) pour sauver et préserver sa dulcinée.
Première partie lente suivie d'une seconde partie effrénée, Lost Highway est la clôture pour son cinéaste du cauchemar d'une certaine Amérique du XXème, avant de donner la main au rêve bonbon hollywoodien du XXIème siècle. 6/6



Sinon, j'ai découvert :

La défense Lincoln - Brad Furman - 2011 : Polar pas très original dans sa ligne scénaristique mais qui se révèle en fait plutôt efficace, dans son suspense et dans son rythme, McConaughey en impose comme d'habitude. Par contre, la réalisation qui se veut coquette avec ses raccords dignes d'un montage powerpoint devient rapidement lassante et n'est pas aussi étincelante qu'elle le voulait sûrement. A côté de ça, c'est très distrayant le temps d'une soirée où il n'y a rien d'autre sous la main. 3 ou 4/6

Inside LLewyn Davis - les frères Coen - 2013 : Je préfère quand l'ironie est vraiment cruelle vis-à-vis des personnages chez les frères Coen, ce qui mène à une certaine empathie (comme dans Fargo ou Sang pour Sang). Là, c'est l'ironie mélancolique qui mène à avoir un peu de considération pour le personnage principal, un loser frustré et assez antipathique. C'est très beau, le tout baigne dans une atmosphère assez étrange, presque onirique, pure, avec un chat roux dirigé avec merveille, la photographie est bien léchée et minutieuse comme toujours avec les frangins, chaque rencontre est bien réussie - le film n'est que ça, d'ailleurs, des rencontres et des pauses canapés, comme il se doit lorsqu'on traite d'artistes locaux et sans le sou. Mais il manque le côté percutant si cher aux Coen, qui manquait déjà cruellement à True Grit - ici un peu moins quand même, mais les deux cinéastes me semblent désormais moins taquins avec leurs personnages, moins corrosifs, et donc moins jouissif. Et puis il est assez dommage que le folk ne m'ait pas tellement transporté, contrairement à d'habitude dans le film. 4/6

Les garçons et Guillaume à table ! - Guillaume Gallienne - 2013 : Je n'ai rien contre le narcissisme au cinéma, ça m'amuse au contraire, et puis ça concerne plein de grands maîtres cinéastes donc bon, l'idée de faire un film autobiographique ne me dérange absolument pas. Le problème n'est pas là. Il se trouve dans son rythme, dans ses situations humoristiques qui deviennent interminables et lassantes, dans le propos absolument vide de l'acteur réalisateur qui ne raconte rien du tout et qui n'a visiblement rien à raconter (c'est pour ça qu'il épuise autant le filon de ses gags). Mais pourtant, même si il ne remplit pas le job en termes de comédies, le film est un peu plus intéressant lorsqu'il ne se veut pas drôle, comme à la fin, et presque émouvant, comme lorsqu'il décrit avec passion le souffle de la femme. Cela ne rend pas le film bon pour autant, mais un peu regardable au moins, et moins lourd qu'il ne le serait sans ses pauses d'humour qui ne m'aura presque jamais convaincu. 2/6

Un témoin dans la ville - Edouard Molinaro - 1959 : Un polar simple mais efficace, jeu du chat et de la souris où les rôles s'inversent incessamment, devenant presque un jeu de massacre, dans le décor d'un Paris essentiellement nocturne animé par les radio-taxis aux conducteurs assez joyeux, avant que la poursuite finale vengeresse, assez grandiose, éclate. Lino Ventura est, comme d'habitude, un monstre de charisme impressionnant ("une gueule comme la vôtre, on ne l'oublie pas" comme le dit la personne qu'il traque), et, même si Franco Fabrizi parait un peu ridicule et pas franchement crédible face à cet acteur de taille, le film reste tout de même bon, voire très bon, où s'alignent bons mots et joyeux gaillards, avec en prime la traque finale mémorable. 5/6

Jeune et jolie - François Ozon - 2013 : Je n'ai jamais participé à la haine collective contre Ozon, au contraire il ne me dérange absolument pas, son cinéma me parait bien maîtrisé, chic et conscient de l'être en effet (ça peut en déranger certains), qui a un style assez singulier, qui sait choisir ses références et qui assume son utilisation de bande-originale qui pourrait être qualifiée de ringarde par certains . Ici, tout correspond à ce que je viens de dire sur le cinéaste, et l’ambiguïté du personnage de Marina Vacth (qui est très juste dans son rôle) est très intéressante et rien n'est démontré (ça manque, ce genre de choses...), que ce soit la raison de sa prostitution, sa relation étrange avec son petit frère (très juste également), sa provocation froide vis-à-vis de tout le monde... C'est du cinéma branché mais non poseur, assez envoûtant, sans morale et sans position douteuse, contrairement à ce que j'ai entendu dire... Enfin bref, ce n'est pas maintenant ni demain que je rejoindrai le camp des détracteurs du réalisateur... 5/6

Requiem - Alain Tanner - 1998 : Comme Godard, Tanner sait filmer avec brio la ville, la rendre fascinante et la traite comme un personnage à part entière (alors qu'ici, il s'agit d'une ville portugaise presque déserte). D'ailleurs, il y a beaucoup d'autres points communs entre Tanner et Godard, les réflexions philosophiques, les errances sans but concret, la mort, l'âme...rappelant Hélas pour Moi de ce dernier, sorti cinq années auparavant... C'est très bon, assez hypnotique, avec une belle utilisation de la musique, qui touche avec justesse ses thèmes sensibles comme la mort, le corps et l'âme et il réussirait presque à dépasser le maître par moment, car il est loin de la radicalité qui est désormais chère aux yeux de JLG. Malheureusement, je ne parle pas portugais et je n'ai donc pu comprendre que superficiellement les nombreux dialogues non traduits entre ces derniers et le personnage principal, ce qui freine un enthousiasme qui aurait peut-être pu être total, mais les points forts du film se trouvent essentiellement dans les relations et réflexions entre morts et vivants. Un film qui rappelle la plus belle période du cinéma français (et peut-être bien du cinéma international), et qui mérite donc d'être plus fameux. 5/6

Aimer, boire et chanter - Alain Resnais - 2014 : Ce que je craignais le plus est arrivé... Le film testamentaire de Resnais est indigne de ce titre. Les grands cinéastes ont pour la plupart un film posthume marquant, Resnais n'en aura point. Cela faisait un petit bout de temps que Resnais n'avait pas fait un bon film, mais on ne pouvait pas lui retirer sa volonté novatrice vraiment remarquable pour quelqu'un qui a soixante ans d'activité cinématographique. Malheureusement, ce n'est pas le cas de son dernier film. Rance, pas drôle, étouffant, théâtre filmé, très peu d'idées de mise en scène (vraiment, je me suis demandé pourquoi il eut choisi le septième art comme support...)... Le film ne démarre qu'au bout d'une heure et quart, jusque là le temps aura été péniblement long, très long... Et la fin, qui est tout de même bien plus réussie que ce qui précéda, n'est pas assez marquante pour sauver le film du naufrage. Du côté des acteurs, Michel Vuillermoz est très sympathique, Hippolyte Girardot est plus que correct, Azéma et Sihol sont à côté de la plaque, Dussolier et Kiberlain sont inexistants....,Très déçu donc, et assez triste par la même occasion, je voulais y voir un adieu du cinéaste assez bouleversant, nous rappelant sa plus belle période, mais cela manque vraiment trop de souffle dans ces décors en carton pâte pour pleurer la mort d'un des réalisateurs les plus importants de notre patrimoine français. Sur ce, mon admiration pour toi, Alain, reste inchangée. 1/6

Rencontres du troisième type - Steven Spielberg - 1978 : J'aurai aimé l'aimer davantage celui-là, et je pense que cela aurait été le cas si je l'avais découvert quelques années auparavant. Car c'est un film personnel doux et enchanteur sur le fantasme enfantin du surnaturel, et caractérise tout le cinéma à venir de Spielberg. Il aurait pu ainsi rejoindre Jurassic Park dans la catégorie des films qui ont marqué mon enfance. Hélas, cette oeuvre sensible ne me touche pas autant qu'elle ne l'aurait fait auparavant. La première partie sur les événements étranges me parle beaucoup, avec tous ces hommes émerveillés et fascinés par ces circonstances qui permettront la réalisation de leurs rêves d'enfance. Mais vers le milieu, je me suis détaché du film, on y trouve quelques longueurs (je déteste donner cet argument...), les recherches scientifiques ne sont pas très intéressantes malgré François Truffaut qui est aussi bon devant la caméra que derrière, et Bob Balaban représente pour moi le personnage tout à fait spielbergien (malgré le fait qu'il soit secondaire). Cependant, je suis moins convaincu par la descente aux enfers psychologique de Dreyfuss, pourquoi, je ne sais pas...
Mais ma lassitude laisse la place à l'émerveillement lors de la magnifique et poétique scène finale, avec cette foule conquise devant un événement extraordinaire, où le héros, émerveillé, monte dans ce majestueux vaisseau, et où Truffaut, dans sa plus belle scène, apprend le salut à un extraterrestre en signe d'adieu pacifique, je pardonne l'ennui précédant, je suis comblé. 4/6

On connait la chanson - Alain Resnais - 1997 : Je ne pouvais me morfondre dans l'affreuse douche froide de la veille à la vue du minable posthume de Resnais, il fallait que je voie quelque chose d'autre qui, heureusement, s'est avéré bien meilleur. Fantaisiste, drôle, léger, cette comédie musicale assez particulière portée par une troupe bien sympathique - Bacri, Jaoui, Arditi (je l'adore), Azéma, Dussolier (loin de la fadeur de son rôle dans le testament du réalisateur...) prouve bel et bien que Resnais est l'ancien le plus moderne du cinéma. Des chansons populaires, on adhère ou on n'adhère pas (moi ça me plait, mais je dois être un peu ringard), viennent ponctuer avec audace et justesse ces récits de chassés-croisés amicaux et amoureux, où les pleurs laissent place aux rires, où les dépressions auto-diagnostiquées précèdent à l’allégresse la plus totale. Traitement des rapports sociaux intéressant et juste, loin de ceux, véritablement hypocrites et méchants, que nous proposent à l'heure actuelle des "réalisateurs" comme Canet. Vaudevilliste mais pas lourd et très peu théâtral, avec mise en scène soignée donc, quiproquos assez savoureux, Resnais est alors le grand cinéaste remarquable qui ne s'est pas encore enfoncé dans le piètre théâtre filmé. 5/6 ====> FILM DU MOIS

Papy fait de la résistance - Jean-Marie Poiré - 1983 : Drôle d'impression que j'ai eue à la fin du film, car cela faisait bien 10-12 ans que je voulais le voir, je me souviens des nombreux extraits qu'ils passaient à la télé et qui me faisaient saliver quand j'étais tout jeune, et je n'ai jamais eu l'occasion de le voir malgré les multiples diffusions sur le petit écran... Enfin bref, voilà je l'ai vu, cinématographiquement, c'est pas terrible, comme tout Poiré, mais j'ai passé un bon voire très bon moment, malgré Jugnot qui gueule un peu trop, mais c'est sympa, on entend une reprise à l'accent germanique de "Je n'ai pas changé" de Julio Iglesias, les acteurs sont assez sympathiques, tout est dérisoire mais pas irrespectueux avec le sujet sensible de l'Occupation, et la chute est plutôt savoureuse...Et puis ça me rappelle mon enfance, donc je suis plutôt indulgent.. 4/6
Dernière édition par Mr-Orange le 2 avr. 14, 18:22, édité 1 fois.
Nouveau sur ce site.

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2682
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar Harkento » 1 avr. 14, 00:28

Le film du mois de Mars:

Image

FILMS VUS AU CINEMA :

L’étrange couleur des larmes de ton corps (Hélène Cattet, Bruno Forzani) : 6,5 / 10 – Belgique, France, Luxembourg [2014] ; Thriller, crime
Captain America : le soldat de l’hiver (Joe & Anthony Russo) : 5,5 / 10 – U.S.A. [2014] ; Action, science fiction, aventure
Her (Spike Jonze) : 5,5 / 10 – U.S.A. [2013] ; Romance, drame
300 : Naissance d’un empire (Noam Murro) : 3,5 / 10 – U.S.A. [2014] ; Action, guerre
Tarzan (Reinhard Kloos) : 2 / 10 – U.S.A. [2013] ; Animation, aventure

FILMS DECOUVERTS :

Baisers volés (François Truffaut) : 9 / 10 – France [1968] ; Drame, romance, comédie
Zelig (Woody Allen) : 8,5 / 10 – U.S.A. [1983] ; Comédie, fantaisie
De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (Paul Newman) : 8,5 / 10 – U.S.A. [1972] ; Drame
Christmas in July (Preston Sturges) : 8,5 / 10 – U.S.A. [1940] ; Comédie, romance
Reviens-moi (Joe Wright) : 8,5 / 10 – UK, France, U.S.A. [2007] ; Drame, romance, mystère
John McCabe (Robert Altman) : 8,5 / 10 – U.S.A. [1971] ; Western, drame
Je suis un fugitif (Alberto Cavlcanti) : 8,5 / 10 – U.K. [1947] ; Crime, film noir, drame
La fugue (Arthur Penn) : 8,5 / 10 – U.S.A. [1975] ; Thriller, crime, drame
7 hommes à abattre (Budd Boetticher) : 8 / 10 – U.S.A. [1956] ; Western, drame
Les implacables (Raoul Walsh) : 8 / 10 – U.S.A. [1955] ; Western, aventure, drame

Sweet Water (Logan Miller) : 7,5 / 10 - U.S.A. [2013] ; Western, drame, thriller
City on fire (Ringo Lam) : 7,5 / 10 – Hong-kong [1987] ; Crime, policier, drame
La garçonnière (Billy Wilder) : 7,5 / 10 - U.S.A. [1960] ; Comédie, drame, romance
Le dernier de la liste (John Huston) : 7 / 10 – U.S.A. [1963] ; Thriller, crime, mystère
American Gangster (Ridley Scott) : 7 / 10 – U.S.A. [2007] ; Biopic, crime, drame
Ninja Assassin (James McTeigue) : 7 / 10 - U.S.A., Allemagne [2009] ; Action, Arts martiaux, Crime

Paradise lost – Turistas (John Stockwell) : 6,5 / 10 – U.S.A. [2006] ; Thriller, horreur, mystère
Je t’aime je t’aime (Alain Resnais) : 6,5 / 10 – France [1968] ; Drame, science fiction
X-cross (Kenta Fukasaku) : 6 / 10 – Japon [2007] ; Thriller, action, horreur
A lonely place to die (Julian Gilbey) : 6 / 10 - U.K. [2011] ; Aventure, thriller, crime
Les Croods (Kirk de Micco & Chris Sanders) : 6 / 10 – U.S.A. [2013] ; Animation, aventure, comédie
Evasion (Mikael Hafström) : 6 / 10 – U.S.A. [2013] ; Thriller, action

Sushi girl (Kern Saxton) : 4 / 10 – U.S.A. [2012] ; Crime, thriller
The spirit (Frank Miller) : 3,5 / 10 – U.S.A. [2008] ; Action, comédie, crime
Ninja : Shadow of a tear (Isaac Florentine) : 3,5 / 10 - U.S.A., Thaïlande [2013] ; Action, crime

FILMS REVUS :

Paprika (Satoshi Kon) : 9 / 10 – Japon [2006] ; Animation, fantastique, thriller
Battle Royal (Kinji Fukasaku) : 8 / 10 – Japon [2000] ; Thriller, crime, science fiction
Ocean’s Eleven (Steven Soderbergh) : 8 / 10 – U.S.A. [2001] ; Thriller
Suspiria (Dario Argento) : 7,5 / 10 – Italie [1977] ; Horreur, fantastique
Mon oncle Benjamin (Edouard Molinaro) : 7,5 / 10 – France [1969] ; Comédie
Hulk (Ang Lee) : 7,5 / 10 – U.S.A. [2003] ; Action, science fiction
Zodiac – director’s cut (David Fincher) : 7 / 10 – U.S.A. [2007] ; Crime, drame, mystère

Kingdom of heaven (Ridley Scott) : 6,5 / 10 – U.S.A. [2005] ; Aventure, drame, histoire
Obsession (Brian de Palma) : 6,5 / 10 – U.S.A. [1976] ; Drame, thriller
Captain America (Joe Johnston) : 6 / 10 – U.S.A. [2011] ; Action, aventure, fantasy
Black rain (Ridley Scott) : 6 / 10 - U.S.A. [1989] ; Policier, drame, crime
Iron man 2 (Jon Favreau) : 6 / 10 – U.S.A. [2010] ; Science fiction, action, comédie

DOCUMENTAIRE :

Paradise Lost : The Child Murders at Robin Hood Hills (Joe Berlinger, Bruce Sinofsky) : 9 / 10 – U.S.A. [1996] ; Crime, enquête, mystère


SERIE(S) :

True detectiveépisodes 1,2,3 & 4 (Nic Pizzolato) : 8 / 10 – U.S.A. [2014] ; Policier, thriller, drame
Orgueils et préjugésépisodes 1 & 2 (Simon Langton) : 7,5 / 10 – U.K. [1995] ; Romance, drame

________________________________________________________________

10 / 10 : Chef d'oeuvre absolu / Traumatisme cinématographique - Je vénère
9 / 10 : Chef d'oeuvre - J'adore
8 / 10 : Grand film / Un classique - J'aime beaucoup
7 / 10 : Très bon film - J'aime bien
6 / 10 : Bon film / divertissant - J'apprécie
5 / 10 : Film moyen - Je m'ennuie un peu
4 / 10 : Peu mieux faire - Je m'ennuie beaucoup
3 / 10 : Mauvais film - Je m'emmerde terriblement
2 / 10 : Film nul - Je m'énerve
1 / 10 : Croûte filmique - J'explose

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar Anorya » 1 avr. 14, 23:41

Film du mois



Image
BLOW OUT - Brian de Palma




Films vus
Sous-titré "Un mois typiquement à la Demi-Lune avec 51546 films vus". :mrgreen:



La fille du 14 juillet - Peretjako. :D
Sous des dehors nouvelle vague revisitée où le comique des premiers Godard aurait fusionné avec Rozier (des influences revendiquées apparemment par Peretjako), un film qui va à 100 à l'heure avec un humour souvent frappadingue, absurde (le coup de la soupe), parfois fatiguant vers la fin mais je ne peux que saluer cette machine de rire destructeur massif. Y'a du Jacques Tati là-dedans quand on y pense. Ce film manquait à notre panorama français, j'en veux encore, encore !

IDA - Pawel Pawlikowski. :o
Bien, pas mal même. Mais pas non plus l'exclamation de joie envers ce que beaucoup décrivent comme un des meilleurs films de l'année. Pawlikowski choisit de revenir à un film noir et blanc au format carré du 4/3 avec que des plans et cadrages fixes, aucun travelling durant tout le film. C'est à la fois le pari et la limite du film. Comme j'adore des cinéastes comme Bresson et Bergman (revu comme De Palma durant ce mois très riche) qui ont su parler bien avant de ce qui touche à la foi, au spirituel mais aussi de l'humain, le film m'a paru parfois convenu tant dans son histoire que sa forme pourtant. Et je voyais tout venir à l'avance depuis un moment. Embêtant pour un film qui a pourtant quelques rares moments de magie issu d'un peu de sublime tel un vitrail égaré (qui a dit Tarkovski ?) ou le génial Naima de Coltrane (forcément on peut difficilement se planter avec ce morceau en fond aussi) qui rythme une valse solitaire dans une cave déserte. Il fut un temps où j'aurais acclamé ce film mais en vieillissant et de même que je commence à avoir plus de mal avec des réalisateurs qui furent un temps mes chéris (Antonioni par exemple), le film n'a pas tellement pris sur moi : c'est beau mais rigide. Parfois drôle mais plombé. Les cadrages tuent mais enferment trop le tout. IDA reste donc un étrange paradoxe pour moi et j'en suis un peu désolé.

Only lovers left alive - Jim Jarmusch. :o
C'est à nouveau venant du bonhomme une méditation sur les êtres et les choses, dépouillée, ramenée à des terrains vides, l'omni-présence de la mort à travers le cadre du vampirisme où l'ami Jim prend l'essentiel de ce qui peut l'intéresser pour le remettre à son style. Ses vampires sont des dandys (c'est pas nouveau on me dira --coucou Lestat), désabusés du monde mais qui avec le recul de leur longue vie millénaire ont pu aider l'humain dans sa créativité et son imagination tout en constatant que le potentiel de ce dernier se barrait hélas parfois trop souvent en couille. Derrière ces réflexions on peut sentir le réalisateur critiquer évidemment ouvertement l'époque actuelle sous couvert de vampires volontiers plus philosophiques qu'hargneux et tous crocs dehors. Après côté films de vampires récents, je lui préfère Byzantium, plus "classique" sur certains points et qui va dans d'autres directions (notamment romantiques et lyriques) qui me touchent plus. C'est beau mais ça peut se limiter à une certaine pose qui rend finalement le tout très mou... Le bonhomme a une culture musicale évidente mais ici j'ai trouvé ça un peu pauvre. Quand Hiddleston et Swinton sont à un concert, ben y'a pas trop de vie (enfin si Mia Wasikowska qui bouge un peu). Je me rappelle les scènes de concert des Ailes du désir de Wenders avec Nick Cave en fond, c'était bien plus vivant pour moi. Wenders n'échappe pas à une certaine pose mais chez lui elle me semble justifiée par le récit, l'ambiance et la mise en scène là où chez Jarmusch elle peut parfois n'être que purement esthétique (ces images circulaires en ouverture qui appuient les images des titres sur fond étoilé comme la symbolique d'un éternel recommencement avec un vinyle qui tourne). C'est un film à voir tard le soir, le cerveau un peu embrûmé avec un fond de whisky pour planer et être dans les bonnes conditions.

La grande aventure légo - Phil Lord + Christopher Miller. 8)
J'en attendait rien. J'y allais même à reculons. C'est quoi cette époque qui après avoir adapté des jeux vidéos en films adapte des jouets ? D'abord G.I.Joe, puis les Lego, bon après c'est quoi, Action Man vs Barbie ceinture noire de karaté-kamasutra ? Et pourtant venant des bonhommes qui ont fait le premier tempête de boulettes géantes, j'aurais dû avoir plus de foi. Du coup le film et un plaisir immense me sont tombés sur la gueule, écartant tous les préjugés de vieux con que j'avais. On est jamais trop vieux pour le cinéma au fond ou alors quand on arrive plus à suivre une histoire et qu'il faut se baisser toutes les 10 minutes pour ramasser son dentier, là oui, un suppo et au dodo. Donc, ça file à cent à l'heure, ça s'adresse aussi bien aux mioches qu'aux adultes (énorme critique de l'amérique, de la perte de créativité actuelle --notamment de la société LEGO elle-même qui s'en prend plein la gueule), sans oublier ceux qui ont eu des légos et reconnaîtront les légo pirates, les vaisseaux spatiaux des 80-90's et j'en passe. Lord et Miller dézinguent à tout va, incluent des références à la culture du XXème siècle (en légo on peut se faire croiser sans problème Gandalf et Superman), se marrent comme c'est pas permis. Et en plus l'animation image par image n'accuse aucun défaut, tout reste fluide (on joue même des manques d'expressions qu'on certaines de ces petites briques jaunes), c'est assez monstrueux.

Blow out - Brian de Palma (Mars). :shock: 8) ...Je l'avais jamais vu mais le blu-ray Carlotte m'attendait sur une étagère, bien fidèle. Il a eu raison de ne pas me quitter ce petiot. Gros gros choc.... et film du mois direct malgré des concurrents sévères.

Le 7ème voyage de Sinbad - Nathan Juran. :)
Une sympathique production de 1958 pour tout public, essentiellement les enfants (ce qui occasionne des moments où tant qu'adulte on ne peut que s'amuser goguenard des restrictions qu'apportent une certaine censure : des corps qui, par deux fois tombent de la vigie du mousse mais n'iront jamais bien sûr se faire éperonner dans leur chute sur la flèche géante positionnée derrière le mât et réservée à un cyclope géant. Ou cette séquence où un oiseau gigantesque à deux têtes fait tomber des marins d'un rocher en les poussant avec son bec alors que pour venger son oisillon géant bouffé par les matelots en manque de viande de poulet géant, il aurait pu les zigouiller d'un coup justement avec son bec :uhuh: ). On passera sur le héros bellâtre et doté d'un charisme de moule qui interprète Sinbad pour apprécier le charme de la jeune Kathryn Grant et les effets spéciaux du maître Ray Harryhausen qui n'ont pas pris une ride et se savourent avec tellement de bonheur qu'on ne peut que s'émouvoir de la mort de certaines créatures. Salauds d'humains ! :x

La rage du tigre - Chang Cheh. :D
Dans le cas des nombreuses adaptations de la légende du fameux sabreur manchot qui aboutira au chef d'oeuvre de Tsui Hark, The blade, oeuvre terminale incroyable de bruit et de fureur, il y avait déjà La rage du tigre, incroyable grand film de Chang Cheh de 1971 déjà bien brut de décoffrage, audacieux, drôle, énergique mais aussi d'une rare violence pour l'époque (avec une scène toujours aussi impressionnante où plus personne mouftait dans la salle). Grand film.

La femme reptile - John Gilling. :)
Un classique de la Hammer que j'avais toujours voulu voir, donc, c'est fait ! Un peu désarçonné au début par ce rythme lent après une ouverture qui promet beaucoup. Mais le film pose une ambiance intriguante avec en point d'orgue sa fameuse femme reptile, froide et impitoyable dans une scène finale d'anthologie.

Qui l'a vu mourir ? - Aldo Lado. :)
Un sympathique giallo dont l'originalité est de se situer en plein Venise après un début en France sur les pentes enneigées de Megève !
Musique soignée d'Ennio Morricone, une victime plus qu'attachante, un jeu de piste classique mais toujours aussi efficace avec les assassins potentiels dans une Venise labyrinthique qui n'a rien à envier à celle, glacée et inquiétante de "Ne vous retournez pas". L'aspect mystique et étrange en moins toutefois. Bon crû.


Femmes criminelles - Teruo Ishii. :D
Le film date de 68 mais j'aurais pensé qu'il aurait été plutôt de la décennie d'après. Il faut dire que dans le raffinement de mêler tortures, sadisme, érotisme et scènes ultra sanglantes avec un soupçon non négligeable de sentiments et mélodrame, Ishii se pose là. Assez implacable, le film raconte des destins de femmes au prises avec une justice impitoyable qui les punira plus volontiers si elles pratiquent l'inceste que de s'occuper de celui qui les aura par exemple violées (hein ?). Et ce n'est qu'un point de détail incroyable dans tout ce panel de 3 histoires qui vont très loin dans la torture du Moyen-âge japonais sans négliger l'écriture psychologique des personnages et même un twist inattendu et surprenant. Hâte de découvrir d'autres films d'Ishii.

The canyons - Bret Easton Schrader Ellis. Ou Paul Easton Ellis. :)
Parce que là où Schrader fait fort c'est en s'effaçant pour faire ressortir pleinement le style d'Ellis. C'est un film de Brett Easton Ellis où les personnages, les lieux, leurs comportement et manies, tout ressort d'un coup avec un certain brio. Et Schrader (c'est vraiment lui qui filmait à ce stade ?) d'enrober le tout dans une mise en scène fluide et racée aux nombreux plans séquences à la photographie sublime sur une bande son électro-rock parfois minimaliste à la Carpenter, parfois proche de Metric (la B.O de Cosmopolis avec Howard Shore). Une bonne idée de la classe surtout que Lindsay Lohan est touchante avec sa voix cassée.

L'empire des fourmis géantes - Bert. I. Gordon. :o
J'aime bien les attaques d'insectes depuis que gamin j'ai été traumatisé par Arachnophobia (comme plein de djeunes des 90's je crois). Celui-là je voulais le voir depuis un moment.
Bon, c'est une agréable série B avec une histoire intéressante et un potentiel (les fourmis ayant gagné en intelligence finissent par tenir les humains sous leur coupe et les "domestiquer" un peu comme leurs élevages de pucerons d'une certaine manière) qui ne va pas au bout de ses idées contrairement à des oeuvres similairement proches comme le chef d'oeuvre Phase IV (pour le cinéma) ou le fascinant La ruche d'Hellstrom (pour la littérature SF). Cela dit ça se regarde avec un certain charme et on sent que malgré des trucages un peu trop prématurement vieillis hélas, les acteurs y croient. Et on finit par se laisser porter, quitte à vouloir que certains personnages odieux disparaissent (au revoir Larry).


Les guerriers de la jungle - Ernst R. von Theumer. :uhuh:
J'avoue avoir un peu roupillé pour revenir à moi sur une scène où de pauvres mannequins se font torturer et violées par des guerilleros fous sur ordre de la demi-soeur du boss... laquelle s'en va se faire masser les fesses par son frère pendant qu'elle tire le tarot. :mrgreen:
Tout le film est donc assez rigolo et je pense que c'est complètement voulu par le réal dans une ambiance bon enfant au sein de décors assez sublimes qui contrastent avec un chouette nanar (pas taper Johell).


Matalo - Cesare Canevari :shock: :D 8)
Un incroyable western-spaghetti qui se permet de mêler mysticisme, codes du giallo (avec gros plans des yeux, fusil qui dépasse d'une fenêtre et remplace les gants noirs ou le couteau, angles de vue décentrés, musique rock ici plus jazz-rock psychédélique --et du bon), aspect contemplatif et une bonne dose d'originalité --une situation qui reprend un gimmick de psychose, un duel final à coup de boomerang... N'en jetez plus ce film est incroyable, furieux, grandiose.
Ce post est Kevin95 approved.

La possédée du vice - Piero Vivarelli. :D
Un très beau film érotique qui ne se limite heureusement pas qu'à ça mais fait participer les désirs de son héroïne dans un scénario qui mêle pratiques de la magie noire vaudou et une bonne dose de fantastique et d'onirisme (on peut même se demander si l'héroïne rêve dans plusieurs séquences où elle rencontre une divinité créole). Pour couronner le tout, la mise en scène documentaire (avec toutefois des plans soignés qui montrent que le réal est loin d'être un manchot) et une bande son solide assurent un film qu'il est vraiment très bien et va au délà du simple "film de fesses" (ouh le vilain mot).

L'étrange couleur des larmes de ton corps - Hélène Cattet & Bruno Forzani. :|
Le couple à l'origine d'AMER, véritable hommage au giallo qui avait déjà sa personnalité poursuit ses recherches esthétiques, plastiques et sonores avec un scénario pas si mal et bourré de plusieurs bonnes idées (la maison art nouveau qui semble "vivante", les murs qui communiquent, les histoires dans l'Histoire...). Mais j'ai senti que le film traînait un peu pour ma part, multipliait les histoires et ambiances qui pouvaient donner facilement matière à d'autres films au sein d'un seul, quitte à éclipser ce dernier (les mini-histoires sont très bien en plus, sans doutes mieux au final que l'histoire principale !). Un peu comme si le couple belge avait voulu trop dire, trop faire. Bon c'est une impression personnelle mais vers la fin elle a commencé un peu à me gâcher le film. Sans compter des références trop voyantes pour moi (alors que pour Johell avec qui je l'ai vu, c'est le contraire et c'est Amer qui pâtit des références. Bref tout est donc assez subjectif). Donc bon bien mais pouvait faire mieux pour moi.

Her - Spike Jonze. :)



Films revus/redécouverts



Munich - Steven Spielberg. :D - Revu avec bonheur ce qui est sans doute l'un des spielberg les plus noirs mais surtout les plus violents physiquement et qui a l'un des plus fabuleux castings... d'acteurs français dedans. Amalric, Lonsdale et Attal dans un Spielberg ça n'a pas de prix.

500 jours ensemble - Marc Webb. :) - Mais son titre original, 500 days of summer lui va tellement mieux. En tant que fan de Joseph Gordon Levitt, je ne dis jamais non à un film avec le monsieur. Zooey qui ? Ah non je vois pas de qui vous parlez.

La femme des sables - Teshigahara. 8)
Cela doit faire la 8ème fois que je vois ce film en 5 ans. J'ai travaillé sur ce film, j'ai vécu avec ce film, j'ai dormi avec ce film, j'ai bu avec ce film, j'ai eu des accolades chaleureuses avec ce film et pour un peu si j'avais pu j'aurais fait l'amour avec ce film (c'était pas l'envie qui manquait). Ma mère ne l'avait pas vu et comme elle n'était pas chaude pour Pompoko du sieur Takahata (raaah), j'ai bifurqué sur ça. En même temps je l'avais quand même suffisamment préparé au film. Et même en le revoyant à nouveau avec elle, j'y découvrais encore de nouvelles choses, de nouvelles réflexions et idées. Une certaine idée inépuisable de la force et de la richesse du cinéma comme Persona.

La source - Bergman. 8)
Rétrospective Bergman sur Paris. Et choc à nouveau sur cet immense film. Chef d'oeuvre mais je n'apprends rien à personne.

Princesse Mononoke - Hayao Miyazaki. 8)

Persona - Bergman. :shock: 8)
Revu une énième fois, oh woui. C'est l'un des meilleurs films du monde où les actrices, les dialogues et la mise en scène d'Ingmar-le-tonton-krisprölls me terrassent à chaque fois. Et à chaque fois j'y vois des choses nouvelles. On aurait pu écrire tout un mémoire sur ce film, sans rire. Si ça se trouve, c'est déjà fait.

Phantom of the paradise - De Palma. :D
Puisqu'il repassait à la filmothèque du quartier latin, j'ai pas dit non à la proposition de Julien bien sûr. C'était sur mon chemin en plus. Et ça reste toujours aussi cool.

● Nuit John Carpenter au Max Linder (1) - Projection d'Assault pour commencer. :D
L'image était superbe, le son au poil, j'ai halluciné, ça faisait une éternité que je l'avais pas revu. Putain de grand film.

● Nuit John Carpenter au Max Linder (2) ...Poster de Drew Struzan oblige pour le coup même si les nombreux posters officiels ou non qui pullulent sont aussi assez formidable.

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image


Oui vous avez reconnus le film. 8)
Bon, comme pour Persona, c'est un peu le film que je me revois tous les ans ou tous les deux ans. Un film matrice, l'échelon suprême du cinéma non seulement horrifique mais aussi de la folie, des ténèbres et d'une mise en scène à nouveau incroyable. J'ai beau connaître le film par coeur, j'ai à nouveau sursauté comme un gosse qui le voyait pour la première fois (l'effet écran géant, imparable). Big John au top.

● Nuit John Carpenter au Max Linder (3) - L'antre de la folie. 8)
On ne pouvait pas finir la soirée sans ce film, ça tombe bien c'est aussi l'un de mes préférés. Là aussi je connais par coeur mais ça passait. Même si à 5h du mat' et avec une provision de cannettes de red bull + ballisto et autres kit-kat, ça commençait à être dur de tenir. But I'm a warrior.
Le lendemain j'ai dormi quand même la moitié de la journée.


Sin City - Roberto Rodriguez + Frank Miller. :)
Revu... avec plaisir. De cette esthétique n & b au sein de cet énorme comics, je reste toujours agréablement supris par plusieurs plans archi-travaillés et archi fidèles au comics de frank miller, toujours aussi étonnant avec toutes ces années.

New York 1997 - John Carpenter. :D 8)
Toujours aussi awesome.





Voilà. The end. Au dodo.
Image

Avatar de l’utilisateur
Léo Pard
Machino
Messages : 1064
Inscription : 29 sept. 10, 18:33

Re: Votre film du mois de Mars 2014

Messagepar Léo Pard » 4 avr. 14, 03:39

Mars 2014 :

Film du mois :

Image

Films découverts - redécouverts - revus :

Des gens comme les autres (Robert Redford, 1980) : 18/20.
Une journée en enfer (John McTiernan, 1995) : 18/20.
Body Double (Brian de Palma, 1984) : 18/20.

Monsieur Verdoux (Charlie Chaplin, 1947) : 17/20.
Lincoln (Steven Spielberg, 2012) : 17/20.
Empire du soleil (Steven Spielberg, 1987) : 17/20.
Le Prénom (Mathieu Delaporte & Alexandre de la Patellière, 2012) : 17/20.
A la poursuite d'Octobre rouge (John McTiernan, 1990) : 17/20.
On connaît la chanson (Alain Resnais, 1997) : 17/20.
Les Aventuriers de l'Arche perdue (Steven Spielberg, 1981) : 17/20.
Die Hard 4 : Retour en enfer (Len Wiseman, 2007) : 17/20.
Mon Oncle d'Amérique (Alain Resnais, 1980) : 17/20.

Le Fruit défendu (Henri Verneuil, 1952) : 16/20.
Mélo (Alain Resnais, 1986) : 16/20.
Voyage à deux (Stanley Donen, 1967) : 16/20.
Barton Fink (Joel et Ethan Coen, 1991) : 16/20.
Le Chat potté (Chris Miller, 2012) : 16/20.
Capitaine Conan (Bertrand Tavernier, 1996) : 16/20.
Thérèse Desqueyroux (Georges Franju, 1962) : 16/20.
The Place Beyond the Pines (Derek Cianfrance, 2013) : 16/20.

1941 (Steven Spielberg, 1979) : 15/20.
Tout peut arriver (Nancy Meyers, 2003) : 15/20.
Les Aventures d'un homme invisible (John Carpenter, 1992) : 15/20.
Absence de malice (Sydney Pollack, 1981) : 15/20.
Les Aventures de Bernard et Bianca (John Lounsbery & Wolfgang Reitherman, 1977) : 15/20.
Passion (Brian de Palma, 2012) : 15/20.
La Guerre selon Charlie Wilson (Mike Nichols, 2007) : 15/20.

Matilda (Danny DeVito, 1996) : 14/20.
Le Diable et les Dix Commandements (Julien Duvivier, 1962) : 14/20.
Möbius (Eric Rochant, 2013) : 14/20.
L'Arrangement (Elia Kazan, 1969) : 14/20.
Le Président Haudecoeur (Jean Dréville, 1939) : 14/20.
Paulette (Jérôme Enrico, 2012) : 14/20.
Les Bonnes femmes (Claude Chabrol, 1960) : 14/20.

Les Saveurs du palais (Christian Vincent, 2012) : 13/20.
Mon homme (Bertrand Blier, 1996) : 13/20.
Le Dernier rempart (Ji-Woon Kim, 2013) : 13/20.
Vous n'avez encore rien vu (Alain Resnais, 2012) : 13/20.
Love Is All You Need (Susanne Bier, 2012) : 13/20.
Mauvaise graine (Billy Wilder & Alexander Esway, 1934) : 13/20.
20 ans d'écart (David Moreau, 2013) : 13/20.
L'homme de la Sierra (SIdney J.Furie, 1966) : 13/20.

L'Ombre d'un soupçon (Sydney Pollack, 1999) : 11/20.
Pauline détective (Marc Fitoussi, 2012) : 11/20.

Dommage collatéral (Andrew Davis, 2002) : 10/20.
L'Amour sans préavis (Marc Lawrence, 2002) : 10/20.

Sea, No Sex and Sun (Christophe Turpin, 2012) : 9/20.

Mille mots (Brian Robbins, 2012) : 8/20.
Turf (Fabien Onteniente, 2013) : 8/20.
Boule et Bill (Alexandre Charlot & Franck Magnier, 2013) : 8/20.

Le Chasseur de primes (Andy Tennant, 2010) : 7/20.
Je suis de la revue (Mario Soldati, 1950) : 7/20.

Films des mois précédents :

Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2010 : I comme Icare (Henri Verneuil, 1979)
Octobre 2010 : Le Samouraï (Jean-Pierre Melville, 1967)
Novembre 2010 : Le Jour se lève (Marcel Carné, 1939)
Décembre 2010 : Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (David Zucker, Jim Abrahams et Jerry Zucker, 1980)

Janvier 2011 : Les Evadés (Frank Darabont, 1994)
Février 2011 : Police Python 357 (Alain Corneau, 1976)
Mars 2011 : Les Blues Brothers (John Landis, 1980)
Avril 2011 : Et pour quelques dollars de plus (Sergio Leone, 1965)
Mai 2011 : Psychose (Alfred Hitchcock, 1960)
Juin 2011 : Orange Mécanique (Stanley Kubrick, 1971)
Juillet 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969)
Août 2011 : La Mort aux Trousses (Alfred Hitchcock, 1959)
Septembre 2011 : Il était une fois dans l'Ouest (Sergio Leone, 1969)
Octobre 2011 : Tchao Pantin (Claude Berri, 1983)
Novembre 2011 : Rio Bravo (Howard Hawks, 1959)
Décembre 2011 : Manon des Sources (Claude Berri, 1986)

Janvier 2012 : Le Violent (Nicholas Ray, 1950)
Février 2012 : Luke la main froide (Stuart Rosenberg, 1967)
Mars 2012 : Gran Torino (Clint Eastwood, 2009)
Avril 2012 : Un après-midi de chien (Sidney Lumet, 1975)
Mai 2012 : Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976)
Juin 2012 : Bienvenue Mister Chance (Hal Ashby, 1979)
Juillet 2012 : Le Vieux fusil (Robert Enrico, 1975)
Août 2012 : Chantons sous la pluie (Gene Kelly et Stanley Donen, 1952)
Septembre 2012 : Citizen Kane (Orson Welles, 1941)
Octobre 2012 : Les Infiltrés (Martin Scorsese, 2006)
Novembre 2012 : Il était une fois en Amérique (Sergio Leone, 1984)
Décembre 2012 : La Nuit du chasseur (Charles Laughton, 1955)

Janvier 2013 : Témoin à charge (Billy Wilder, 1957)
Février 2013 : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot, 1955)
Mars 2013 : La Planète des singes (Franklin J.Schaffner, 1968)
Avril 2013 : Toy Story 3 (Lee Unkrich, 2010)
Mai 2013 : L'Inconnu du Nord-Express (Alfred Hitchcock, 1951)
Juin 2013 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot, 1942)
Juillet 2013 : L'impossible Monsieur Bébé (Howard Hawks, 1938)
Août 2013 : Casablanca (Michael Curtiz, 1942)
Septembre 2013 : Règlement de comptes (Fritz Lang, 1953)
Octobre 2013 : Piège mortel (Sidney Lumet, 1982)
Novembre 2013 : The Artist (Michel Hazanavicius, 2011)
Décembre 2013 : Les Sentiers de la gloire (Stanley Kubrick, 1957)

Janvier 2014 : Monsieur Smith au Sénat (Frank Capra, 1939)
Février 2014 : La Grande Illusion (Jean Renoir, 1937)