Votre film du mois de Février 2014

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
vic
viking
Messages : 3497
Inscription : 26 avr. 03, 18:37
Localisation : IHTFP

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar vic » 3 févr. 14, 14:08

Image

Les Nibelungen (Fritz Lang, 1924) 9/10
Love actually (Richard Curtis, 2003) 5/10
Bad influence (Curtis Hanson, 1990) 5/10
Five men of Edo (Daisuke Ito, 1951) 8/10
Cobra Verde (Werner Herzog, 1987) 7/10
Une histoire simple (Claude Sautet, 1978) 7.5/10
Garçon ! (Claude Sautet, 1983) 7/10
The Green Slime (Kinji Fukasaku, 1968) 4/10
Dreaming the reality (Wong Chun-Yeung, 1991) 6/10
Avatar (James Cameron, 2009) 7.5/10
American Splendor (Shari Springer Berman & Robert Pulcini, 2003) 8/10
Angel Terminators (Wai Lit, 1992) 5/10
Evil Cult (Wong Jing, 1993) 6.5/10
Angel Terminators 2 (Wong Chun-Yeung, 1993) 6.5/10
Shara (Noami Kawase, 2003) 10/10
The Last Seduction (John Dahl, 1994) 7.5/10
Red Rock West (John Dahl, 1993) 7.5/10
Kill me again (John Dahl, 1989) 7/10
A Lustful Man (Yasuzo Masumura, 1961) 7.5/10
Assassination Orders (Eiichi Kudo, 1984) 7.5/10
Flying Swords of Dragon Gate (Tsui Hark, 2011) 6.5/10
Badges of Fury (Wong Tsz-ming, 2013) 5.5/10
Ten canoes (Rolf de Heer, 2006) 7/10
Fists of Legend (Kang Woo-suk, 2013) 7/10
Ip Man: The Final Fight (Herman Yau, 2013) 6.5/10
This must be the place (Paolo Sorrentino, 2011) 6.5/10
Aliens (James Cameron, 1986) 8.5/10
Le Dossier 51 (Michel Deville, 1978) 8.5/10
The Sea Hawk (Michael Curtiz, 1940) 7.5/10
Let the bullets fly (Jiang Wen, 2010) 6.5/10
After Hours (Martin Scorsese, 1985) 8.5/10
Yes or no (Sarasawadee Wongsompetch, 2010) 6/10
The Four (Gordon Chan & Janet Chun, 2012) 6.5/10
Underworld USA (Samuel Fuller, 1961) 8/10
Die Hard (John McTiernan, 1988) 7.5/10
Accident (Soi Cheang, 2009) 7.5/10
Mais ne nous délivrez pas du mal (Joël Séria, 1971) 6/10
Starship Troopers (Paul Verhoeven, 1997) 8/10
La vie de château (Jean-Paul Rappeneau, 1966) 9/10
Dernière édition par vic le 1 mars 14, 09:57, édité 13 fois.
Image

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1547
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar manuma » 3 févr. 14, 20:28

Films vus / Films revus

RADIO DAYS - Woody Allen (1987) : 8.5/10
SHAMPOO - Hal Ashby (1975) : 8/10
MARIE-POUPEE - Joël Seria (1976) : 8/10
SWING SHIFT - Jonathan Demme (1984) : 8/10
JACK THE BEAR - Marshall Herskovitz (1993) : 8/10
SHOTGUN STORIES - Jeff Nichols (2007) : 7.5/10
IL GIOIELLINO - Andrea Molaioli (2010) : 7.5/10
STOP MAKING SENSE - Jonathan Demme (1984) : 7.5/10
MITCHELL - Andrew V. McLaglen (1975) : 7/10
LUST FOR GOLD - S. Sylvan Simon (1949) : 7/10
BOPHA! - Morgan Freeman (1993) : 7/10
BE COOL - F. Gary Gray (2005) : 6.5/10
CURSE OF THE PINK PANTHER - Blake Edwards (1983) : 6.5/10
KILLER PARTY - William Fruet (1986) : 6.5/10
SOMETHING BIG - Andrew V. McLaglen (1971) : 6/10
SLALOM - Luciano Salce (1965) : 6/10
MACKENNA'S GOLD - J. Lee Thompson (1969) : 6/10
THE RAY BRADBURY THEATER - THE PLAYGROUND - William Fruet (TV)(1985) : 6/10
EXECUTIVE ACTION - David Miller (1973) : 6/10
CENERENTOLA - Christian Duguay (TV)(2011) : 6/10
HUD - Martin Ritt (1963) : 5.5/10
MUHAMMAD ALI'S GREATEST FIGHT - Stephen Frears (TV)(2013) : 5/10
AGAINST ALL ODDS - Taylor Hackford (1984) : 5/10
A DARK PLAN - Armand Mastroianni (TV)(2012) : 5/10
GOOD MORNING, KILLER - Maggie Greenwald (TV)(2011) : 5/10
THE RING TWO - Hideo Nakata (2005) : 5/10
SISTER ACT 2: BACK IN THE HABIT - Bill Duke (1993) : 5/10
HOODLUM - Bill Duke (1997) : 4.5/10
THE LAST KEEPERS - Maggie Greenwald (2013) : 4.5/10
THE BLACK ORCHILD - Martin Ritt (1958) : 4.5/10
ALL I WANT FOR CHRISTMAS - Robert Lieberman (1991) : 4.5/10
MATTY HANSON AND THE INVISIBILITY RAY - William Fruet (2011) : 4.5/10
THE BALLAD OF JOSIE - Andrew V. McLaglen (1967) : 4/10
THE REPLACEMENTS - Howard Deutch (2000) : 4/10
SACRIFICE - Damian Lee (2011) : 4/10
THE INITIATION - Larry Stewart (1984) : 4/10
MAL D'AFRICA - Sergio Martino (1990) : 3.5/10
BABY GENIUSES - Bob Clark (1999) : 3/10
Dernière édition par manuma le 27 févr. 14, 19:06, édité 11 fois.

aelita
Accessoiriste
Messages : 1769
Inscription : 28 déc. 13, 18:34

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar aelita » 4 févr. 14, 21:59

Sorties salles 2014

Beaucoup de bruit pour rien (Joss Whedon, 29/1)****
Viva la libertà (Roberto Ando, 5/2)***
La voleuse de livres (Brian Percival, 5/2)****
Un beau dimanche (Nicole Garcia, 5/2)***
Le village de carton (Ermanno Olmi, 29/1)****
Dallas Buyers Club (Jean-Marc Vallée, 29/1)****
Démocratie Zéro6 (Michel Toesca, 29/1)***
Macadam Baby (Patrick Bossard, 12/2)***
Il était une fois Verônica (Marcelo Gomes, 12/2)***
L'éclat du jour (Tina Cozzi et Rainer Frimmel, 12/2)***
Ida (Pawel Pawlikowski, 12/2)****
Hipotesis (Hernan Godfrid, 12/2)****
Les grandes ondes (à l'Ouest) (Lionel Baier, 12/2)****
Abus de faiblesse (Catherine Breillat, 12/2)***
Gloria (Sébastian Lelio, 19/2)***
Bethléem (Yuval Adler, 19/2)***

Films découverts ou redécouverts

Une Estonienne à Paris (Ilmar Raag, 2012)***
Les chevaux de feu (Sergueï Paradjanov, 1964)****
L'Etau (Alfred Hitchcock, 1969)***
Spring Breakers (Harmony Korine, 2012)***
Loulou (Georg Wilhelm Pabst, 1929)****
Eraserhead (David Lynch, 1977)****FILM DU MOIS
Rebelle (Kim Nguyen, 2012)***
Double mise (Paul Thomas Anderson, 1997)***
Le dernier rempart (Kim Jee-Woon, 2012)****
L'étranger frappe à la porte (Johan Jacobsen, 1959)****
La tête en l'air (Ignacio Ferreras, 2011)***
Argila (Humberto Mauro, 1942)***
Le drame de Shanghai (Georg Wilhelm Pabst, 1938)**
The Swimmer (Frank Perry, 1968)****
Le journal tombe à cinq heures (Georges Lacombe, 1942)***
L''auberge fantôme (Basil Dearden, 1944)***
Des filles disparaissent (Douglas Sirk, 1947)***
Le moineau de la Tamise (Jean Negulesco, 1950)***
Bhaji on the beach (Gurinder Chada, 1993)***
Les bêtes du Sud sauvage (Benh Zeitlin, 2012)**
The Master (Paul Thomas Anderson, 2012)***
Les saveurs du palais (Christian Vincent, 2012)***
Die hard, belle journée pour mourir (John Moore, 2013)**
Paradis : amour (Ulrich Seidl, 2012)***
Voyage sans retour (John Farrow, 1950)***
Katia et le crocodile (Vera Simkova, 1965)***
Free Angela -and all political prisoners (Shola Lynch, 2012)***
Hunger Games (Gary Ross, 2012)***
Billy le menteur (John Schlesinger, 1962)****
Dernière édition par aelita le 28 févr. 14, 17:42, édité 11 fois.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2676
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Harkento » 5 févr. 14, 00:25

Films du mois :

L'homme à la caméra de Dziga Vertov - & - Le lauréat de Mike Nichols

Image Image

FILMS VUS AU CINEMA :

Only lovers left alive (Jim Jarmush) : 8 / 10 - UK, Allemagne, France, U.S.A. [2013] ; Romance, drame, fantastique
Ida (Pawel Pawlikowski) : 7,5 / 10 - Pologne, Danemark [2013] ; Drame
La grande aventure Lego (Phil Lord, Christopher Miller) : 7 / 10 - U.S.A. [2014] ; Animation, aventure, comédie
Nymphomaniac Vol. 2 (Lars Von Trier) : 6,5 / 10 - Danemark, Belgique, France, ... [2013] ; Drame
RoboCop (José Padhila) : 6 / 10 - U.S.A. [2014] ; Science fiction, crime, drame
Minuscule (Hélène Giraud, Thomas Szabo) : 6 / 10 - France [2013] ; Animation, aventure
Non-stop (Jaume Collet-Serra) : 5,5 / 10 - U.S.A. [2014] ; Thriller, action
Le crocodile du Botswanga (Fabrice Eboué, Lionel Steketee) : 5,5 / 10 - France [2014] ; Comédie
Mea culpa (Fred Cavayé) : 5,5/ 10 - France [2013] ; Thriller, action, drame
The grand Budapset Hotel (Wes Anderson) : 4,5 / 10 - U.S.A. [2014] ; Comédie, drame
American Bluff (David O. Russell) : 4,5 / 10 - U.S.A. [2013] ; Drame, crime
La belle et la bête (Christophe Gans) : 4 / 10 - France, Allemagne [2014] ; Fantasy, romance

FILMS DECOUVERTS

Les enfants loups, Ame & Yuki (Mamoru Hosada) : 8,5 / 10 - Japon [2012] ; Animation, drame, fantastique
Femmes en miroir (Kiju Yoshida) : 8,5 / 10 - Japon, France [2002] ; Drame
Shotgun Stories (Jeff Nichols) : 8 / 10 - U.S.A. [2007] ; Drame, thriller
Frantic (Roman Polanski) : 8 / 10 - France, U.S.A. [1988] ; Thriller, crime, drame
Hope and Glory : La guerre à 7 ans (John Boorman) : 8 / 10 - UK, U.S.A. [1987] ; Drame

Lune froide (Patrick Bouchitey) : 7,5 / 10 - France [1991] ; Drame, comédie
The outfist - Echec à l'organisation (John Flynn) : 7 / 10 - U.S.A. [1973] ; Crime, thriller
A cause d'un assassinat (Alan J. Pakula) : 6,5 / 10 - U.S.A. [1975] ; Thriller, crime
La captive (Chantal Ackerman) : 6,5 / 10 - France [2000] ; Drame, romance, thriller
Insidious : Chapitre 2 (James Wan) : 6,5 / 10 - U.S.A. [2013] ; Horreur, thriller, fantastique
Hypertension 2 (Mark Neveldine, Brian Taylor) : 6,5 / 10 - U.S.A. [2009] ; Action, crime, comédie
Monster House (Gil Kenan) : 6 / 10 - U.S.A. [2006] ; Animation, comédie, fantastique

Shocker (Wes Craven) : 5,5 / 10 - U.S.A. [1989] ; Comédie, horreur, thriller
Oui, mais ... (Yves Lavandier) : 5 / 10 - France [2001] ; Comédie, drame
Les bien-aimés (Christophe Honoré) : 4,5 / 10 - France [2011} ; Drame, romance, musical
Laisse moi entrer (Math Reeves) : 3,5 / 10 - U.S.A. [2010] ; Drame, horreur, mystère

DOCUMENTAIRES :

L'homme à la caméra (Dziga Vertov) : 10 / 10 - Union Soviétique [1929]
Délivrez-nous du mal (Amy Berg) : 9 / 10 - U.S.A. [2006] ; Religion, justice, crime
Lost in la mancha (Keith Fulton, Louis Pepe) : 8 / 10 - U.S.A., U.K. [2002] ; Cinéma, making of
Les nouveaux chiens de garde (Gilles Balbastre, Yannick Kergoat) : 8 / 10 - France [2012] ; Communication, média

Forgotten Silver (Peter Jackson) : 7,5 / 10 - N.Z. [1995] ; Biographie fictive
1929 (William Karel) : 7,5 / 10 - France [2009] ; Histoire, économie
Looking for Nicolas Sarkozy (William Karel) : 7,5 / 10 - France [2011] ; Politique
Le diable de la République : 40 ans d'histoire du Front National (Emmanuel Blanchard, Jean-Charles Deniau) : 7 / 10 - France [2011] ; Politique, société
Les USA contre John Lennon (David Leaf, John Scheinfeld) : 7 / 10 - U.S.A. [2006] ; Musique, biographie, politique
Mains brunes sur la ville (Jean-Baptiste Mallet, Bernard Richard) : 6,5 / 10 - France [2012] ; Politique, société
Le choc des cultures - 500 Nations (Jack Leustig) : 6,5 / 10 - U.S.A. [1994] ; Histoire

SERIE(S)

Sherlock - Saison 2 : 7,5 / 10 - Britannique [2012] ; Crime, drame, mystère
Sherlock - Saison 3 : 7 / 10 - Britannique [2012] ; Crime, drame, mystère

FILMS REVUS :

Le lauréat (Mike Nichols) : 10 / 10 - U.S.A. [1967] ; Romance, drame
Le château dans le ciel (Hayao Miyazaki) : 8,5 / 10 - Japon [1986] ; Animation, aventure, drame
Le nouveau monde (Terrence Malick) : 8,5 / 10 - U.S.A. [2005] ; Drame, histoire
Requiem for a dream (Darren Aronofsky) : 8,5 / 10 - U.S.A. [2000] ; Drame
La neuvième porte (Roman Polanski) : 7,5 / 10 - France, Espagne, USA [1999] ; Thriller, mystère
Noce blanche (Jean-Claude Brisseau) : 7,5 / 10 - France [1989] ; Drame, romance
Mission Impossible (Brian de Palma) : 6,5 / 10 - U.S.A. [1996] ; Action, thriller

________________________________________________________________

10 / 10 : Chef d'oeuvre absolu / Traumatisme cinématographique - Je vénère
9 / 10 : Chef d'oeuvre - J'adore
8 / 10 : Grand film / Un classique - J'aime beaucoup
7 / 10 : Très bon film - J'aime bien
6 / 10 : Bon film / divertissant - J'apprécie
5 / 10 : Film moyen - Je m'ennuie un peu
4 / 10 : Peu mieux faire - Je m'ennuie beaucoup
3 / 10 : Mauvais film - Je m'emmerde terriblement
2 / 10 : Film nul - Je m'énerve
1 / 10 : Croûte filmique - J'explose
Dernière édition par Harkento le 28 févr. 14, 19:18, édité 36 fois.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Federico » 5 févr. 14, 14:26

FILM DU MOIS

Image



Films découverts

Une séparation (Djodāï-yé Nāder az Simin, 2011, Asghar Farhadi) 7,5/10 Scénario et acteurs remarquables, force parabolique indéniable, fin ouverte splendide... mais ça donne parfois envie de se pendre.

Tomboy (2011, Céline Sciamma) 7/10 Confirmation de la sensibilité d'une réalisatrice douée pour capter la pré-adolescence.

Un poison violent (2010, Katell Quillévéré) 7/10 Belle maitrise et continuité thématique par rapport aux troublants courts-métrages de KQ.

Le discours d’un roi (The King’s speech, 2010, Tom Hooper) 6,5/10 Superbe prestation de Firth et Rush mais ça ne joue pas dans la même catégorie que The Queen ou La dame de Windsor. Emploi un peu trop gratuit du grand angle.

La femme que j'ai le plus aimée (1942, Robert Vernay) 6/10 Vernay n'est pas Duvivier mais les excellents acteurs sont bien servis par les dialogues brillants et culottés d'Yves Mirande dans ce Carnet de bal light.

Womb (2009, Benedek Fliegauf) 6/10 Matt "Dr Who" Smith étonnant dans un mélodrame sur le clonage joliment et sobrement filmé.

Baikonur (2011, Veit Helmer) 6/10 Naïf mais joli conte. La Soyouz est sexy et, en Belle à la capsule dormant, Marie de Villepin n'est pas mal non plus.

Prometheus (2012, Ridley Scott) 5,5/10 Le spectacle XXL est au rendez-vous... mais tout est téléphoné avec un respect minutieux de la charte des clichés. Bien fait mais standardisé et souvent très con. Ripley, reviens !!!

L'adieu aux armes (A farewell to arms, 1932, Frank Borzage) 5,5/10 La surdose mélodramatique de la dernière partie plombe un film pourtant par moment réellement émouvant. Borzage a fait tellement mieux...

L'attentat (1972, Yves Boisset) 5/10 Pas très subtil et bien daté, Boisset oblige. Le même sujet aurait été autrement mieux traité aux USA mais il fallait certainement du courage pour oser ça à l'époque.

L'heure zéro (2007, Pascal Thomas) 5/10 Distrayant mais Thomas appuie trop sur la carte "à l'ancienne". Résultat : plus désuet et aussi moins bien joué qu'un épisode des Petits meurtres d'Agatha Christie.

Little Miss Sunshine (2006, Jonathan Dayton & Valerie Faris) 5/10 Feel-sad movie dont les sympathiques acteurs peinent à cacher le fond plus glauque que désarmant (le concours final, c'est carrément Freaks mais sans aucune poésie !!).

Le drame de Shanghai (1938, Georg Wilhelm Pabst) 3/10 Drame exotique bien toc et atrocement interprété. Même Jouvet et les dialogues de Jeanson sonnent faux... exceptée une réplique géniale.

L'increvable Jerry ((It'$ only money, 1962, Frank Tashlin) 2/10 Avec mes 12 ans d'âge mental, je crois que je suis devenu trop vieux pour ces bêtises... :roll:


Films revus

Le Diable par la queue (1969, Philippe de Broca) 7/10 Toujours aussi joyeux et gaillard. Montand se prend un peu trop pour... Fernandel mais le trio Keller-Schell-Joano est un plaisir renouvelé.

La comtesse aux pieds nus (The barefoot contessa, 1954, Joseph L Mankiewicz) 5,5/10 Début fabuleux... et suite graduellement ennuyeuse alourdie par la voix-off et les règlements de compte d'un Mankiewicz infiniment plus fin quand il louvoyait dans Eve. Je persiste à le trouver très surévalué (et puis Warren Stevens et Rossano Brazzi, quelle cata).

Le train sifflera trois fois (High Noon, 1952, Fred Zinnemann) 5/10 Jamais été emballé par ce classique qui n'a que le mérite de la sobriété. Presque un téléfilm western sinon.

La femme et le pantin (1959, Julien Duvivier) 4/10 A voir uniquement pour Séville et parce que Bardot, aussi fraîche qu'incendiaire, rend caduques tous ceux et celles qu'elle croise. Le reste (et l'histoire)... Sans parler de la ressemblance entre Antonio Vilar et... Pascal Legitimus ! :uhuh:

Vivre et laisser mourir (Live and let die, 1973, Guy Hamilton) 3,5/10 L'un des Bond les plus plan-plan. Il y a une bonne heure (et un shérif Pepper) de trop.


Séries TV

Carlos (2010, Olivier Assayas) 8/10 Assayas réussit un thriller politico-criminel haletant de bout en bout sans sacrifier aux errements et facilités du cinéma d'action. Interprétation magistrale. (vu que les 2 premières des 3 parties)

M*A*S*H saison 2 (1973-74) 7/10 Réalisation standard et situations répétitives (on opère, on se vanne, on drague, on emmerde Frank et Hot Lips et Radar se paie tout le boulot) mais les acteurs sont épatants (surtout Alan Alda) et les punchlines - souvent intraduisibles - font mouche. Vu en coupant la piste des rires pré-enregistrés, totalement superflus. Le faux-travelo est un peu fatigant. Il parait que ce n'est pas la meilleure des 11 saisons.

M*A*S*H saison 11 (1982-83) 6,5/10 Le ton a changé, la moitié des personnages ont été remplacés et Alda est moins mis en avant... comme pour se préparer à son feu d'artifice de l'ultime épisode, devenu mythique et qui mérite un bon 8/10. Quel fucking good acteur ! :o


Documentaires

Découverts

''Les Valseuses'', une histoire de culte (2008, Cyril Olivier) 7/10 Retour sur le film-scandale de Blier avec quelques faits étonnants et des entretiens passionnants. Comme souvent, les remarques les plus lumineuses viennent de Miou-Miou.

Il était une fois... "Une séparation" (2013, Auberi Edler) 7/10 Beau et instructif documentaire sur le film multi-primé de Farhadi. Avec en pic d'émotion le tournage en une prise de LA scène finale où tout le monde craqua.

Je suis grande et alors (Tall Girls, 2011, Edda Baumann von Broen) 5,5/10 De la difficulté de faire plus d'1,80m quand on est une fille (y compris chez les sportives et les mannequins). Inégal mais soulève quelques points évidents bien que rarement abordés sur les relations hommes-femmes.

Roman Polanski : A Film Memoir (2011, Laurent Bouzereau) 5,5/10 Passionnant quand Polanski évoque ses débuts mais très vite impudique quand son ami insiste sur les moments si sombres de sa vie... pour se lamenter à la fin qu'on en parle plus que de son métier ! Embarrassante sensation d'assister à une psychanalyse filmée.


Courts-métrages

A cheval ! (Get a horse !, 2013, Lauren MacMullan) Animation 8,5/10 Mickey 3D ou l'art de faire du neuf avec du vieux. Cette petite tuerie qui de fortes chances de rafler l'Oscar est aussi... le premier film d'animation Disney réalisé par une femme. :o

Géraldine je t'aime (2012, Emmanuel Courcol) 8/10 Quand deux mal aimés sont incarnés par des interprètes du calibre de Grégory Gadebois et Julie-Marie Parmentier, c'est cadeau au carré. Poignant et super fin.

Peinture fraîche (2012, Gilles Serrand) 7,5/10 Un ton loufoque et de jeunes comédiens étonnants (surveillez India Hair, elle est géniale !!)

À la française (2012, collectif) Animation 6,5/10 Ça caquette sévère dans la basse-cour de Versailles. Ce film de fin d'études de cinq élèves de Supinfocom déjà très remarqué va concourir aux prochains Oscars.


FILMS D'EMOI
Spoiler (cliquez pour afficher)
Avril 2012 : La cible (Targets - 1968 - Peter Bogdanovich)
Mai 2012 : Point Limite (Fail Safe - 1964 - Sidney Lumet)
Juin 2012 : Stolen Holiday (1937 - Michael Curtiz)
Juillet 2012 : Un homme de coeur (The Good Heart - 2009 - Dagur Kári)
Août 2012 : Melancholia (2011 - Lars von Trier)
Septembre 2012 : Les flics ne dorment pas la nuit (The New Centurions - 1972 - Richard Fleischer)
Octobre 2012 : Still walking (2008 - Kore-eda Hirokazu)
Novembre 2012 : Convoi de femmes (Westward the women - 1951 - William A. Wellman)
Décembre 2012 : Quand la ville dort (The asphalt jungle - 1950 - John Huston)
Janvier 2013 : ex aequo Scaramouche (1952 - George Sidney) / Videodrome (1983 - David Cronenberg) / Providence (1977 - Alain Resnais) / La mort aux trousses (North by Northwest - 1959 - Alfred Hitchcock)
Février 2013 : Les sentiments (2003 - Noémie Lvovsky)
Mars 2013 : Une exécution ordinaire (2009 - Marc Dugain)
Avril 2013 : Juno (2007 - Jason Reitman)
Mai 2013 : Martha Marcy May Marlene (2011 - Sean Durkin) & Des hommes et des dieux (2010 - Xavier Beauvois)
Juin 2013 : Appel d'urgence (Miracle Mile - 1988 - Steve De Jarnatt) / Coraline (2009 - Henry Selick) & La Dame de Windsor (1998 - John Madden)
Juillet 2013 : Les bas-fonds new-yorkais (Underworld U.S.A. - 1961 - Samuel Fuller)
Août 2013 : Le dernier nabab (The last tycoon - 1976 - Elia Kazan)
Septembre 2013 : L'enfer de la corruption (Force of evil - 1948 - Abraham Polonsky)
Octobre 2013 : Mind game (Maindo gēmu - 2004 - Masaaki Yuasa) / L'amour l'après-midi (1972 - Éric Rohmer)
Novembre 2013 : La dame et le toréador (Bullfighter and the Lady - 1951 - Budd Boetticher)
Décembre 2013 : Les plus belles années de notre vie (The best years of our lives - 1946 - William Wyler)
Janvier 2014 : Bienvenue chez les Riley (Welcome to the Rileys - 2010 - Jake Scott)
Dernière édition par Federico le 1 mars 14, 20:03, édité 14 fois.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
tindersticks
Assistant opérateur
Messages : 2894
Inscription : 2 oct. 12, 07:13

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar tindersticks » 6 févr. 14, 21:58

Amours Chiennes 2000 Alejandro González Iñárritu 8/10
Au-delà des lois 1996 John Schlesinger 2/10
Image

Avatar de l’utilisateur
Abronsius
Producteur Exécutif
Messages : 7286
Inscription : 23 oct. 04, 12:29
Localisation : Los Angeles

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Abronsius » 8 févr. 14, 12:31

(Films vus en salle)



Films vus :

Mafioso (1962) Alberto Lattuada : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/mafioso-1962-alberto-lattuada.html
Une femme douce (1969) Robert Bresson : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/une-femme-douce-1969-robert-bresson.html
Prince des ténèbres (1987) John Carpenter : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/prince-of-darkness-prince-des-tenebres.html
5 cartes à abattre (1968) Henry Hathaway : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/5-card-stud-5-cartes-abattre-1968-henry.html
L'immortelle (1963) Alain Robbe-Grillet : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/limmortelle-1963-alain-robbe-grillet.html
Paramatta, bagne de femmes (1937) Douglas Sirk : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/zu-neuen-unfern-paramatta-bagne-de.html
Le monde sur le fil (1973) R. W. Fassbinder : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/welt-am-draht-le-monde-sur-le-fil-1973.html
Synecdoche, New York (2008) Charlie Kaufman : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/synecdoche-new-york-2008-charlie-kaufman.html
Un jour sans fin (1993) Harold Ramis : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/groundhog-day-un-jour-sans-fin-1993.html
Des filles disparaissent (1947) Douglas Sirk : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/lured-des-filles-disparaissent-1947.html
Ni vu... Ni connu... (1958) Yves Robert : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/ni-vu-ni-connu-1958-yves-robert.html
The Ward (2010) John Carpenter : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-ward-lhopital-de-la-terreur-2010.html
Nid d'espions (1943) Richard Wallace : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-fallen-sparrow-nid-despions-1943.html
The Descent (2005) Neil Marshall : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-descent-2005-neil-marshall.html
The Descendants (2011) Alexander Payne : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-descendants-2011-alexander-payne.html
L'incroyable histoire de Harold Crick (2006) Marc Foster : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/sranger-than-fiction-lincroyable-destin.html
Incident de frontière (1949) Anthony Mann : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/border-incident-incident-de-frontiere.html
Le mariage est pour demain (1955) Allan Dwan : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/tennessees-partner-le-mariage-est-pour.html
The Hunger Games (2012) Gary Ross : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-hunger-games-2012-gary-ross.html
Le terminal (2004) Steven Spielberg : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-terminal-2004-steven-spielberg.html

Films revus :

Donnie Brasco (1997) Mike Newell : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/donnie-brasco-1997-mike-newell.html
Un homme est passé (1955) John Sturges : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/bad-day-at-black-rock-un-homme-est.html
Pas de printemps pour Marnie (1964) Alfred Hitchcock : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/marnie-pas-de-printemps-pour-marnie.html
Plein la gueule (1974) Robert Aldrich : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-longest-yard-plein-la-gueule-1974.html

Candy Shop :

Roman Polanski : A Film Memoir (2011) Laurent Bouzereau : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/roman-polanski-film-memoir-2011-laurent.html
The Fever (1960) Robert Florey : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/the-twilight-zone-fever-1960-robert.html
High Air (1956) Allan Dwan : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/high-air-1956-allan-dwan.html
It's Always Sunday (1956) Allan Dwan : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/its-always-sunday-1956-allan-dwan.html

Mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
10/13 : Remorques (1941) Jean Gremillon : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/remorques-1941-jean-gremillon.html
11/13 : Skyfall (2012) Sam Mendes : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/11/skyfall-2012-sam-mendes.html
12/13 : Man on the Moon (1999) Milos Forman : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/12/man-on-moon-1999-milos-forman.html
01/14 : La collectionneuse (1967) Eric Rohmer : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/01/la-collectionneuse-1967-eric-rohmer.html
02/14 : Incident de frontière (1949) Anthony Mann : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2014/02/border-incident-incident-de-frontiere.html
Dernière édition par Abronsius le 28 févr. 14, 18:06, édité 6 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5182
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Thaddeus » 10 févr. 14, 15:03

Février 2014



Le diable probablement (Robert Bresson, 1977)
Que la mort est terne, que la vie est triste, que le cinéma de Bresson est morne. Partant d’un terrible constat d’échec face à l’existence, le héros de ce film asséché de passion décide de se suicider. On le suit dans sa trajectoire vers le néant, à la mesure d’un regard porté sur un contemporain où les jeunes gens seraient les êtres les plus lucides, les plus engagés, les plus à mêmes de combattre les fléaux de la modernité. Bresson se fait donc plus ouvertement politique qu’à l’accoutumée, mais sa méthode dévitalisée reste toujours à la même, et il faut s’armer d’un grand courage pour aller jusqu’au bout de cette parabole de la défaite, de l’impuissance et de l’abandon, où la cruauté du réel ne touche pas plus que n’intéresse la radicalité du discours. 2/6

Dieu seul le sait (John Huston, 1957)
Huston reprend peu ou prou la situation d’African Queen, remplace l’ivrogne et la vieille fille par un soldat de la Marine et une nonne, et le coulant fleuve congolais par un îlot du Pacifique. Entre l’armée et la religion, la subordination à l’ordre et le don à Dieu, les point communs sont plus nombreux qu’on ne croit : rien de tel qu’une petite aventure à deux pour se rapprocher au-delà des engagements, se soutenir dans la peur et de l’isolement – ou au contraire espérer vivre pour toujours cette parenthèse loin des contingences de la civilisation et de la violence de la guerre. Fausse idylle impossible dont l’ironie se modère d’humour et de tendresse, le film dispense un charme volatil, légèrement superficiel, un peu victime de sa légèreté. 4/6

Cinq femmes autour d’Utamaro (Kenji Mizoguchi, 1946)
Pas difficile de lire comme un autoportrait du réalisateur dans cette évocation d’un peintre d’estampes entièrement dévoué à son art, cherchant à magnifier la beauté des femmes, ne vivant que pour dessiner leurs corps et les aimer, reproduisant la vie, et donc le réel, par l’épure de son style. Mais chez Mizoguchi la beauté est toujours liée à la mort, et la recherche artistique s’inscrit au sein d’un vivier complexe de tragédies, d’excès et de déchéances inéluctables. Les courtisanes évoluant autour d’Utamaro sont entières et revendicatrices, jalouses et passionnées, elles ne se subordonnent qu’à leurs sentiments, fût-ce jusqu’au meurtre et au sacrifice : la savante galerie de leurs portrais entrelacés confère sa valeur à ce mélodrame feutré et minimaliste. 4/6

American bluff (David O. Russell, 2013)
Les clinquantes années 70, des magouilleurs de seconde zone, des politiciens à enfumer et des caïds à redouter, du disco, des coups fourrés et tout le folklore qui va avec. Dans le registre du dépoussiérage vintage, colifichets et camelote compris, Russell est doué. Bonne surprise : il dépasse le plaisir superficiel du toilettage, aussi brillant soit-il, pour dire avec humour et pertinence une certaine époque où l’on ne vit, jusqu’au délire, que pour pour le plaisir de faire passer des vessies pour des lanternes. Sans cynisme, il s’attache surtout à révéler la pathétique humanité de ses personnages à bon fond, tous fidèles, au-delà du jeu de dupes et d’entourloupes, à leurs amours ou à leurs nobles idéaux. Le casting s’en donne à cœur joie, dominé par une Amy Adams royale, délicieuse, émouvante et sexy à se damner. 5/6

Brigadoon (Vincente Minnelli, 1954)
Comme souvent avec Minnelli, le luxe des détails et l’abondance des ornements matérialisent moins un lieu qu’ils ne suggèrent une étendue d’artifice et résument une école picturale. Car la ville enchantée de Brigadoon a beau n’apparaître qu’une fois tous les cent ans, l’intensité de ses taches de couleur (le vert de la forêt, le jaune éclatant de la robe de Cyd Charisse) semblent synthétiser comme une école de pensée. Laquelle pensée trouve ici ses limites, qui bute sur la fausseté du décor, le simplisme d’une intrigue franchement fade, et – plus étonnant – le statisme de séquences dansées frisant l’anonymat. Si le cinéaste visait une pure expérimentation esthétique, le déséquilibre patent de sa tentative lui porte cette fois préjudice. 3/6

Trois filles (Satyajit Ray, 1961)
Trois moyens-métrages, trois portraits féminins appréhendés comme autant d’exercices de style. Celui d’une fillette orpheline portant tous les espoirs de l’enfance mais se comportant déjà en adulte. Celui d’une épouse cloîtrée ne vivant que pour des parures qui font d’elle une déesse inhumaine – héroïne d’un récit fantastique et morbide traitée comme une histoire de fantôme. Celui enfin d’une adolescente ligotée par les traditions, qu’un mariage arrangé disciplinera. Les hommes y ont le pouvoir de l’argent, auréolés du prestige de la culture et de la grande ville. Les femmes luttent pour apprendre à lire et écrire, mais la découverte des mots leur sert avant tout à exprimer leur amour. Beau évidemment, raffiné bien sûr, mais régulièrement soporifique. 3/6

Le décaméron (Pier Paolo Pasolini, 1971)
Pasolini pioche dans le recueil de Boccace une dizaine de contes autour de la séduction, de la sexualité et de la mort, en témoignant d’une réelle ambition artistique dans la qualité des évocations médiévales. On le sent à nouveau violemment hostile à toute forme de bienséance et de maniérisme, en empathie avec les valeurs spirituelles du petit peuple, des marginaux et des humbles gens, dont il cherche à révéler les forces vitales. Enfilant les sketches comme autant de fables disparates, saturées d’atteintes aux bonnes mœurs et de gags plus ou moins gras, le film, badin et provocateur, libre et ouvertement hédoniste, confond trop souvent poésie et lourdeur, truculence et vulgarité. Cette marque de fabrique pasolinienne est singulière mais franchement pénible. 3/6

Comment savoir (James L. Brooks, 2010)
D’un sujet et d’enjeux banals, le cinéaste fait un délice de vaudeville sophistiqué qui développe les plus belles des questions. Son film prend à bras-le-corps l’obsession si américaine des bad life choices et bâtit un désopilant triangle amoureux où chacun cherche à s’améliorer, conquérir l’équilibre et le bonheur, tout en se souciant de ne jamais blesser son prochain. Heureuse et émouvante philosophie, portée par des protagonistes tous nuancés et attachants, et que le cinéaste formalise par le biais de la parole, d’une multitude de gestes faussement anodins, de tergiversations, de méprises, d’hésitations ou d’élans instinctifs (telle la superbe déclaration d’amour du nouveau papa à l’hôpital). Cousin inattendu de Rohmer, Brooks réinvente en orfèvre la comédie romantique et sentimentale. 5/6

Her (Spike Jonze, 2013)
Le film s’ouvre sur un billet doux dicté à une machine, une lettre d’amour par procuration. Entame qui pourrait servir d’image de proue à cette love story singulière, dont la secrète douleur réfléchit la nature de nos relations affectives et de nos modes de communication. Jonze ne fuit pas la SF spéculative mais préfère actualiser les termes de la comédie sentimentale en favorisant un sentiment de mélancolie qui puise dans la solitude aliénante des sociétés modernes. La délicatesse de son idylle singulière, sa colorimétrie apaisante, l’humour et l’attention attristée avec lesquelles l’œuvre explore les choses de l’amour et de l’amitié, de la recherche du bonheur et de la vérité des sentiments, de notre condition d’êtres socialisés à l’aune des nouvelles technologies, distillent un romantisme ouaté, suave, lumineux et désolé à la fois. 5/6

Géant (George Stevens, 1956)
Pour ses détracteurs, ce soap opera texan aux fastes gigantesques est confit dans le plus impavide pompiérisme hollywoodien. Et pourtant quelle grandeur, quel souffle, quelle puissance figurative ! En racontant sur un quart de siècle le basculement du règne des ranchers à celui des rois du pétrole, Stevens analyse les tensions d’une société patriarcale, raciste, paralysée par son obsolescence, qu’une femme libre et aimante (magnifique Liz Taylor) va faire évoluer. Les paysages sont immenses et poussiéreux, le sens de l’espace témoigne d’un goût fructueux de l’épopée visuelle, la thématique s’articule avec brio autour de l’émancipation, de la réussite, du pouvoir et de la solitude (James Dean, rongé par la haine et le désir de revanche sociale, y est un véritable Daniel Plainview avant l’heure). Une admirable saga familiale. 5/6

Le couteau dans l’eau (Roman Polanski, 1962)
Avec le concours de Jerzy Skolimowski, le réalisateur affirme dès son premier film une maîtrise technique sans faille, une intuition parfaite des images des compositions dynamiques, des cadres signifiants, de la profondeur de champ, et invite un couple bourgeois et un étudiant au sein d’un huis-clos aquatique faisant de l’anecdote, du mystère et de l’attente ses vertus premières. Paradoxe fertile : le malaise diffus, l’angoisse trouble, les rapports de force grondent sous le calme apparent des lacs, la surface de l’eau semble recueillir une série d’attaques larvées et de ripostes électriques, de jalousies et de mensonges, et les esquisses d’amitié se chargent constamment d’une menace sourde qui tient autant de la frustration conjugale que du conflit de classe ou de génération. Assez génial. 5/6

Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Comme ponctuellement délivré de ses penchants les plus tourmentés, le cinéaste réacclimate la comédie loufoque des années 30 dans le Los Angeles des névroses contemporaines et nous donne à ressentir rien moins que la chimie miraculeuse de l’amour et de la reconnaissance partagée. On se tape la tête contre les murs, on fait des choses ridicules, on en perd le nord et le reste, mais on a la conscience qui s’élève et le cœur plus fort, on devient meilleur. C’est ce qui arrive à Minnie, bourgeoise déboussolée (Gena plus belle que jamais), et Seymour, histrion cabochard au physique de Gaulois, qui donnerait sa vie pour elle : deux célibataires de mentalité, de culture et d’origine sociale antinomiques, qui larguent leurs préjugés et se jettent dans les bras l’un de l’autre. Un conte de fées à la Cassavetes, cocasse, euphorisant, touché par la grâce. 6/6

Only lovers left alive (Jim Jarmusch, 2013)
Les vampires de Jarmusch sont de tels dandys aristocratiques qu’on se demande bien pourquoi il ne s’y est pas confronté plus tôt. Son cinéma a toujours secrété quelque chose de sorcellaire, et sa puissance d’envoûtement opère ici sans donner la moindre impression de performance. Cette balade nocturne agit comme une installation lounge qui interroge le passage du temps, la transformation des choses, l’inactualité obstinée d’un état au monde. Son ironique lucidité convertit ce qui pourrait n’être qu’une geignardise passéiste en éloge du renouvellement, ses images fauves et somnambuliques donnent envie de déménager fissa à Detroit ou Tanger, et l’agréable torpeur dans laquelle on en émerge rappelle que s’il est un poète désabusé, le cinéaste est avant tout un styliste de première classe. 4/6

Starman (John Carpenter, 1984)
Après plusieurs échecs commerciaux, Carpenter cherche à redorer son blason. Rien d’opportuniste pourtant dans cette aventure naïve et belle comme l’invitation lancée par la sonde Voyager II aux confins de l’espace, rendue terriblement attachante par ses maladresses même. La science-fiction s’efface pour mieux affirmer l’impérieuse dimension humaine, toute simple mais généreuse, d’une histoire de deuil et de rencontre qui voit une jeune femme s’éprendre d’un extraterrestre ayant pris les traits de son défunt mari. Comment ne pas être touché par un postulat aussi fort et poétique ? Le long d’un road-movie cocasse au cœur d’une Amérique méconnue, la romance émeut, d’autant que Jeff Bridges est un visiteur parfait d’innocence, et l’adorable Karen Allen un vrai trésor d’actrice. 5/6

Uzak (Nuri Bilge Ceylan, 2003)
J’ignore si la fable du rat des villes et du rat des champs existe en Turquie mais c’est bel et bien cette métaphore que file Ceylan le long de cette chronique dépouillée du malaise contemporain – jusqu’à la bande de papier collant où viennent s’engluer les souris et qui finit par poisser les résidents. Par petites touches et un sens subtil de l’observation, le cinéaste évoque la solitude, l’absence de communication, le désir, les espoirs inaboutis, les ruptures sentimentales, l’aliénation de cette mégalopole glacée qu’est Istanbul, filmée avec un œil d’esthète, comme un paysage figé de neige sale. Le film n’est pas d’un abord aisé mais on se laisse gagner par cette mélancolie résignée, cet humour laconique, le gris de cet art contemplatif qui s’inscrit dans la lignée d’Ozu, Antonioni ou Kiarostami. 4/6

L’impératrice rouge (Josef von Sternberg, 1934)
Jamais l’art de Sternberg, l’un des plus authentiquement baroques que le cinéma ait produit, n’aura figuré son extravagance avec autant de faste et de profusion dans les détails, les symboles, les icônes. La cour vit au milieu de gargouilles grotesques et de crânes de pierre, la suite royale coulisse sur des antichambres de séduction et de mort, l’héroïne pénètre un monde de ténèbres cerclé par la folie, la jalousie et la divagation. D’un mariage "kouléchovien" où les émotions de Marlene hébétée se ne se lisent que dans les palpitations de la flamme d’un cierge à un final dément qui la voit gravir les marches du palais impérial à la tête d’une armée équestre, le cinéaste traduit en images hallucinogènes la conquête d’un pouvoir qui détruit l’identité, la transformation d’une oie blanche pleine de vie en un mythe sculptural. 5/6

L’horloger de Saint-Paul (Bertrand Tavernier, 1974)
Le premier film de Tavernier affirme le ton de sa carrière : la collaboration fusionnelle avec Philippe Noiret (un bonheur, surtout lorsqu’il est associé à Jean Rochefort en inspecteur compréhensif), une attention très sûre aux lieux et aux milieux sociaux, une pugnacité, une franchise d’accent et une absence de sophistication qui ne sont pas monnaie courante dans le cinéma français. En transposant à Lyon un roman de Simenon, il ne fait pas que s’indigner contre la veulerie, la bonne conscience et le conservatisme de certains Français, il révèle surtout un conflit de générations, le vide relationnel entre un père et son fils, la détresse et la remise en question que sa prise de conscience engendrent, et le rapprochement tardif que le drame finit par favoriser. 4/6

The Grand Budapest hotel (Wes Anderson, 2014)
Si les précédents films d’Anderson dessinaient un mouvement d’ascendance, pris d’une frénésie de plus en plus incontrôlable, celui-ci dessine la quadrature du cercle, le mouvement parfait, disposant ses entités constitutives avec une ébouriffante plénitude. Livré sur un plateau d’argent, enrubanné comme un cadeau grand luxe, le film bâtit un édifice aussi fragile que gracieux qui fuse à toute vitesse sur le lit de la grande histoire. Car derrière les panoramiques filés et les enchaînements trépidants, sous les visions insolites concoctées avec amour par un maître coloriste, c’est bien la lame de fond de la barbarie que les héros tentent vainement de conjurer. Ou comment, avec la classe exquise et la générosité princière d’un divertissement jubilatoire, dispenser une mélancolie pincée, pleurant avec le sourire toute la folie inepte du monde. 6/6


Et aussi :

Minuscule (Thomas Szabo & Hélène Giraud, 2013) - 3/6
Ida (Pawel Pawlikowski, 2013) - 4/6
Yeelen (Souleymane Cissé, 1987) - 4/6


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1966) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 9 mars 14, 19:10, édité 6 fois.

Avatar de l’utilisateur
Léo Pard
Machino
Messages : 1062
Inscription : 29 sept. 10, 18:33

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Léo Pard » 11 févr. 14, 00:36

Février 2014 :

Film du mois :

Image

Films découverts - redécouverts - revus :

La Grande Illusion (Jean Renoir, 1937) : 19/20.

Le Train sifflera trois fois (Fred Zinnemann, 1952) : 18,5/20.

Le Dernier Empereur (Bernardo Bertolucci, 1987) : 18/20.
Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959) : 18/20.

Remorques (Jean Grémillon, 1941) : 17/20.
Frantic (Roman Polanski, 1988) : 17/20.
Burn After Reading (Joel et Ethan Coen, 2008) : 17/20.
Trop belle pour toi (Bertrand Blier, 1989) : 17/20.
The Descendants (Alexander Payne, 2011) : 17/20.
Amour (Michael Haneke, 2012) : 17/20.
L'Adieu aux armes (Frank Borzage, 1932) : 17/20.

Le Bagarreur (Walter Hill, 1975) : 16/20.
Le Meilleur (Barry Levinson, 1984) : 16/20.
Midnight Run (Martin Brest, 1988) : 16/20.
Aux postes de combat (James B.Harris, 1965) : 16/20.
Une nuit en enfer (Robert Rodriguez, 1996) : 16/20.
Cloclo (Florent Emilio Siri, 2012) : 16/20.
Big Fish (Tim Burton, 2003) : 16/20.
Pieds nus dans le parc (Gene Saks, 1967) : 16/20.
Une affaire de femmes (Claude Chabrol, 1988) : 16/20.
La Forêt d'émeraude (John Boorman, 1985) : 16/20.
Les Producteurs (Mel Brooks, 1968) : 16/20.

Donnie Brasco (Mike Newell, 1997) : 15/20.
Bienvenue à bord ! (Jean-Louis Leconte, 1990) : 15/20.
L'Opération Corned Beef (Jean-Marie Poiré, 1991) : 15/20.
Nos plus belles années (Sydney Pollack, 1973) : 15/20.
Michael Clayton (Tony Gilroy, 2007) : 15/20.
Le Roi et moi (Walter Lang, 1956) : 15/20.

Le Dernier Samaritain (Tony Scott, 1991) : 14/20.
Alerte ! (Wolfgang Petersen, 1995) : 14/20.
Tous les espoirs sont permis (David Frankel, 2012) : 14/20.
Populaire (Régis Roinsard, 2012) : 14/20.
Une nouvelle chance (Robert Lorenz, 2012) : 14/20.
Lancelot (Jerry Zucker, 1995) : 14/20.
L'Incroyable Hulk (Louis Leterrier, 2008) : 14/20.
En route vers le Sud (Jack Nicholson, 1978) : 14/20.
Shakespeare in Love (John Madden, 1998) : 14/20.
La Piste des éléphants (William DIeterle, 1954) : 14/20.

Le Casse de Central Park (Brett Ratner, 2011) : 13/20.
Dernier recours (Walter Hill, 1996) : 13/20.
La Vérité si je mens ! 3 (Thomas Gilou, 2012) : 13/20.
L’Étalon de guerre (Anthony Harvey, 1979) : 13/20.

Stars 80 (Frédéric Forestier et Thomas Langmann, 2012) : 12/20.
Les Tuche (Olivier Baroux, 2011) : 12/20.

Shooter, tireur d'élite (Antoine Fuqua, 2007) : 10/20.

Max (Stéphanie Murat, 2013) : 9/20.

Don Juan DeMarco (Jeremy Leven, 1995) : 8/20.

L'île du docteur Moreau (John Frankenheimer, 1996) : 6/20.

Main dans la main (Valérie Donzelli, 2012) : 5/20.

Do Not Disturb (Yvan Attal, 2012) : 4/20.

Films des mois précédents :

Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2010 : I comme Icare (Henri Verneuil, 1979)
Octobre 2010 : Le Samouraï (Jean-Pierre Melville, 1967)
Novembre 2010 : Le Jour se lève (Marcel Carné, 1939)
Décembre 2010 : Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (David Zucker, Jim Abrahams et Jerry Zucker, 1980)

Janvier 2011 : Les Evadés (Frank Darabont, 1994)
Février 2011 : Police Python 357 (Alain Corneau, 1976)
Mars 2011 : Les Blues Brothers (John Landis, 1980)
Avril 2011 : Et pour quelques dollars de plus (Sergio Leone, 1965)
Mai 2011 : Psychose (Alfred Hitchcock, 1960)
Juin 2011 : Orange Mécanique (Stanley Kubrick, 1971)
Juillet 2011 : L'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969)
Août 2011 : La Mort aux Trousses (Alfred Hitchcock, 1959)
Septembre 2011 : Il était une fois dans l'Ouest (Sergio Leone, 1969)
Octobre 2011 : Tchao Pantin (Claude Berri, 1983)
Novembre 2011 : Rio Bravo (Howard Hawks, 1959)
Décembre 2011 : Manon des Sources (Claude Berri, 1986)

Janvier 2012 : Le Violent (Nicholas Ray, 1950)
Février 2012 : Luke la main froide (Stuart Rosenberg, 1967)
Mars 2012 : Gran Torino (Clint Eastwood, 2009)
Avril 2012 : Un après-midi de chien (Sidney Lumet, 1975)
Mai 2012 : Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976)
Juin 2012 : Bienvenue Mister Chance (Hal Ashby, 1979)
Juillet 2012 : Le Vieux fusil (Robert Enrico, 1975)
Août 2012 : Chantons sous la pluie (Gene Kelly et Stanley Donen, 1952)
Septembre 2012 : Citizen Kane (Orson Welles, 1941)
Octobre 2012 : Les Infiltrés (Martin Scorsese, 2006)
Novembre 2012 : Il était une fois en Amérique (Sergio Leone, 1984)
Décembre 2012 : La Nuit du chasseur (Charles Laughton, 1955)

Janvier 2013 : Témoin à charge (Billy Wilder, 1957)
Février 2013 : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot, 1955)
Mars 2013 : La Planète des singes (Franklin J.Schaffner, 1968)
Avril 2013 : Toy Story 3 (Lee Unkrich, 2010)
Mai 2013 : L'Inconnu du Nord-Express (Alfred Hitchcock, 1951)
Juin 2013 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot, 1942)
Juillet 2013 : L'impossible Monsieur Bébé (Howard Hawks, 1938)
Août 2013 : Casablanca (Michael Curtiz, 1942)
Septembre 2013 : Règlement de comptes (Fritz Lang, 1953)
Octobre 2013 : Piège mortel (Sidney Lumet, 1982)
Novembre 2013 : The Artist (Michel Hazanavicius, 2011)
Décembre 2013 : Les Sentiers de la gloire (Stanley Kubrick, 1957)

Janvier 2014 : Monsieur Smith au Sénat (Frank Capra, 1939)
Dernière édition par Léo Pard le 3 avr. 14, 20:37, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
poet77
Accessoiriste
Messages : 1823
Inscription : 12 août 11, 13:31

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar poet77 » 12 févr. 14, 08:02

La Danse de Mort de Marcel Cravenne: 8/10. Une adaptation au cinéma d'une pièce de Strindberg passée récemment au Cinéma de Minuit. Très réussie. On regrette, du coup, que Marcel Cravenne se soit consacré presque exclusivement au petit écran.

Avatar de l’utilisateur
Best
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5579
Inscription : 9 août 04, 13:47
Localisation : 742 Evergreen Terrace, Springfield

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Best » 25 févr. 14, 00:15

Février 2014

Film du mois

La Grande Aventure Lego (Phil Lord, Chris Miller)

Image


Films découverts (Re)






Films revus (Hors compétition)





Notation

10/10 : Je suis en extase
9,5/10 : Je suis aux anges
9/10 : Je jubile
8,5/10 : J'adore
8/10 : J'aime beaucoup
7,5/10 : J'aime
7/10 : J'aime bien
6,5/10 : J'aime assez
6/10 : J'aime moyennement
5,5/10 : J'aime sans plus
5/10 : Entre deux eaux
4/10 : Je n'aime pas vraiment
3/10 : Je n'aime pas
2/10 : Je n'aime pas du tout
1/10 : Je déteste
0/10 : Où est mon pulvérisateur ?


Mes films du mois de Mai 2005 à Janvier 2014

Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
MJ
Conseiller conjugal
Messages : 11275
Inscription : 17 mai 05, 19:59
Localisation : Chez Carlotta

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar MJ » 26 févr. 14, 21:44

FEVRIER 2014

Film du mois

Image

Films des Mois Précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2005: Lost Highway (David Lynch)
Juin 2005: Sur la route de Madison (Clint Eastwood)
Juillet 2005: Shining (Stanley Kubrick)
Aout 2005: Starship Troopers (Paul Verhoeven)
Septembre 2005: Les Proies (Don Siegel)
Octobre 2005: The Hitcher (Robert Harmon)
Novembre 2005: Stalker (Andréi Tarkovski)
Décembre 2005: Saraband (Ingmar Bergman)

Janvier 2006: Sueurs froides (Alfred Hitchcock)
Février 2006: La Nuit du Chasseur (Charles Laughton)
Mars 2006: Chinatown (Roman Polanski)
Avril 2006: Le parrain - 2ème partie (Francis Ford Coppola)
Mai 2006: Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Juin 2006: Andréi Roublev (Andréi Tarkovski)
Juillet 2006: The Blade (Tsui Hark)
Août 2006: Crìa Cuervos (Carlos Saura)
Septembre 2006: Barton Fink (Joel & Ethan Coen)
Octobre 2006: Crimes et Délits (Woody Allen)
Novembre 2006: Hors d'Atteinte (Steven Soderbergh)
Décembre 2006: The Devil's Rejects (Rob Zombie)

Janvier 2007: Edvard Munch (Peter Watkins)
Février 2007: Coeurs (Alain Resnais)
Mars 2007: Cet obscur objet du désir (Luis Bunuel)
Avril 2007: The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Mai 2007: Tristana (Luis Bunuel)
Juin 2007: Un condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson)
Juillet 2007: Le Labyrinthe de Pan (Guillermo Del Toro)
Aout 2007: Zodiac (David Fincher)
Septembre 2007: Duel au Soleil (King Vidor)
Octobre 2007: Manon des Sources (Marcel Pagnol)
Novembre 2007: Election 2 (Johnnie To)
Décembre 2007: The Naked Kiss (Samuel Fuller)

Janvier 2008: A Nos Amours (Maurice Pialat)
Février 2008: The River (Frank Borzage)
Mars 2008: Shoah (Claude Lanzmann)
Avril 2008: La Cérémonie (Claude Chabrol)
Mai 2008: Le fond de l'air est rouge (Chris Marker)
Juin 2008: Drowning by Numbers (Peter Greenaway)
Juillet 2008: Sabrina (Billy Wilder)
Août 2008: Le Chagrin et la Pitié (Marcel Ophüls)
Septembre 2008: La Stratégie de l'Araignée (Bernardo Bertolucci)
Octobre 2008: Dr. Folamour (Stanley Kubrick)
Novembre 2008: Madame de... (Max Ophuls)
Décembre 2008: Les Nuits Blanches (Luchino Visconti)

Janvier 2009: Husbands (John Cassavetes)
Février 2009: Chien Enragé (Akira Kurosawa)
Mars 2009: Colonel Blimp (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Avril 2009: Le Tombeau des Lucioles (Isao Takahata)
Mai 2009: Millenium Mambo (Hou Hsiao Hsien)
Juin 2009: La Fièvre dans le Sang (Elia Kazan)
Juillet 2009: Le Point de Non-Retour (John Boorman)
Août 2009: Twin Peaks - Saison 2 (David Lynch & Mark Frost)
Septembre 2009: Profession: Reporter (Michelangelo Antonioni)
Octobre 2009: Ma Nuit Chez Maud (Eric Rohmer)
Novembre 2009: Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento)
Décembre 2009: Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu)

Janvier 2010: Cérémonie Secrète (Joseph Losey)
Février 2010: Panique à Needle Park (Jerry Schatzberg)
Mars 2010: New Rose Hotel (Abel Ferrara)
Avril 2010: Sérénade à Trois (Ernst Lubitsch)
Mai 2010: Le Verdict (Sidney Lumet)
Juin 2010: Un ange à ma table (Jane Campion)
Juillet 2010: L'Ami Américain (Wim Wenders)
Août 2010: Soldier of Orange -Director's Cut (Paul Verhoeven)
Septembre 2010: Afriques: Comment ça va avec la douleur? (Raymond Depardon)
Octobre 2010: Les Deux Anglaises et le Continent (François Truffaut)
Novembre 2010: Eve (Joseph L. Mankiewicz)
Décembre 2010: Tiresia (Bertrand Bonello)

Janvier 2011: Experiment in Terror (Blake Edwards)
Février 2011: Poetry (Lee Chang-Dong)
Mars 2011: Safe (Todd Haynes)
Avril 2011: Nowhere (Gregg Araki)
Mai 2011: La Maman et la Putain (Jean Eustache)
Juin 2011: La Loi du Milieu (Mike Hodges)
Juillet 2011: To Sleep With Anger (Charles Burnett)
Août 2011: Melancholia (Lars Von Trier)
Septembre 2011: L'Apollonide - Souvenirs de la Maison Close (Bertrand Bonello)
Octobre 2011: Le Cercle Rouge (Jean-Pierre Melville)
Novembre 2011: A Star is Born (George Cukor)
Décembre 2011: Assaut (John Carpenter)

Janvier 2012: Taking Off (Milos Forman)
Février 2012: Take Shelter (Jeff Nichols)
Mars 2012: Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Avril 2012: Irène (Alain Cavalier)
Mai 2012: Family Life (Ken Loach)
Juin 2012: Le Fleuve (Jean Renoir)
Juillet 2012: White Dog (Samuel Fuller)
Août 2012: Place aux Jeunes (Leo McCarey)
Septembre 2012: Mishima (Paul Schrader)
Octobre 2012: My Own Private Idaho (Gus Van Sant)
Novembre 2012: Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks)
Décembre 2012: Milestones (Robert Kramer & John Douglas)

Janvier 2013: Umberto D. (Vittorio De Sica)
Février 2013: Sorcerer (William Friedkin)
Mars 2013: Spring Breakers (Harmony Korine)
Avril 2013: Into the Abyss (Werner Herzog)
Mai 2013: Sans Toit Ni Loi (Agnès Varda)
Juin 2013: Cutter's Way (Ivan Passer)
Juillet 2013: Eurêka (Shinji Aoyama)
Août 2013: Pension d'Artistes (Gregory LaCava)
Septembre 2013: Nobody's Daughter Haewon (Hong Sang-soo)
Octobre 2013: Hors Satan (Bruno Dumont)
Novembre 2013: Syndromes and a Century (Apichatpong Weerasethakul)
Décembre 2013: Il Posto (Ermanno Olmi)

Janvier 2014: De l'influence des rayons gamma sur la vie des marguerites (Paul Newman)
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum

Avatar de l’utilisateur
Alcatel
fétichiste du collant
Messages : 4912
Inscription : 10 janv. 05, 17:45
Localisation : Lyon

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Alcatel » 26 févr. 14, 22:47

FEVRIER 2014

Films découverts
Pom Poko (Isao Takahata - 1994) 8,5/10

Film du mois

Films revus
Dernière édition par Alcatel le 10 déc. 14, 08:55, édité 1 fois.
Image Image
1970-2005: un artiste à la recherche de l'équilibre dans sa Force...

Avatar de l’utilisateur
Mr-Orange
Assistant(e) machine à café
Messages : 139
Inscription : 22 janv. 13, 17:10

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar Mr-Orange » 28 févr. 14, 00:38

Très bon mois de février !

Le Président - Henri Verneuil - 1961 : "Je vous reproche simplement de vous être fait élire sur une liste de gauche et de ne soutenir à l'Assemblée que des projets d'inspiration patronale." A cet instant, lors de la plus mémorable scène du film où Jean Gabin (grandiose) défend ses intérêts à l'assemblée face à une horde de députés déchaînés de l'opposition , on se rend compte que Le Président a plus de cinquante ans d'avance dans ses tirades de bons mots concoctées par Michel Audiard (au delà de sa verve cinglante se trouve pour une fois dans un film auquel il a participé un vrai propos sur la société politique). Verneuil a compris le théâtre de la politique française, s'en amuse, la critique parfois, sur le fond le film est vraiment passionnant. Socialistes reprenant des lois économiques de l'ancien gouvernement qu'ils ont pourtant fustigé durant de nombreuses années, chantage... Vraiment, on croirait voir le paysage politique français tel qu'il l'est aujourd'hui. Il est juste un peu dommage tout de même que la forme n'arrive guère à suivre le brio du propos visionnaire, qui, bien que plus que correcte et maîtrisée, ne s'échappe jamais d'un certain académisme - le cinéaste n'en est pas encore au génie de I comme Icare. La critique n'est pas des plus tranchante, mais elle offre à son personnage principal une certaine grâce testamentaire : après une dernière confrontation politique avec un adversaire de longue date et un hommage funèbre, le président sortant sort de sa résidence close, supprime ses pièces de chantage, et s'offre une sorte de rédemption en attendant une mort certaine et une éternité paisible. 5/6

Le bûcher des vanités - Brian de Palma - 1991 : J'ai vraiment eu peur d'être déçu lors du début du film (excepté le plan-séquence d'ouverture), les trente premières minutes étant vraiment lourdes et fatigantes, au point que j'ai failli arrêter le film et passer à autre chose... Mais j'ai bien fait de continuer, car le film s'améliore dès que l'affaire prend une tournure politique et médiatique, et peut même offrir des séquences grandioses, comme celle de l'opéra et du poète. Les personnages sont complètement déconnectés, à côté de la plaque, ridicules à outrance mais cela colle avec la folie baroque qui émane de l'ambiance et de la mise en scène de l'oeuvre, et qui plus est appuyée par la satire volontairement peu subtile mais pas impertinente pour autant.
Le film n'est pas parfait, loin de là, le début, quelques gros plans de caricatures faciales de mauvais goût...mais je me suis vite pris à cette descente aux enfers diablement rythmée, amusante, où se déchire une palette d'acteurs s'amusant à jouer des juifs et des noirs se voulant caricaturaux, des golden-boys, des poufs, des journalistes minables... en somme un plaisir coupable qui annonce en quelque sorte Snake Eyes, sortant sept ans plus tard dans nos contrées. 4/6

La Chevauchée fantastique - John Ford - 1939 : Ringo Kid, Dallas, Mallory, Boone, Peacok, Gatewood, Buck... Des noms qui sont devenus synonymes de classe légendaire dans les westerns, ici magnifiés dans un endroit encore plus légendaire, Monument Valley, où naîtra une légende encore plus importante, John Wayne.
A quoi se résume Stagecoach ? A de la franche camaraderie qui ne devient jamais balourde, à l'alcoolique peut-être le plus attachant du genre (non, non ce n'est pas Dude...) porté par le très sympathique Thomas Mitchell, à d'autres personnages tout aussi intéressants, à des plans magnifiques qui feront rêver les amoureux du Colorado et n'importe qui d'autre, à un rythme parfaitement maîtrisé, à une chasse géniale entre indiens et voyageurs, à un humour fin...
La romance n'est pas des plus belles en effet, mais elle est simple et elle ne plombe pas le rythme très animé du film, et elle est introduite par une certaine lutte des classe qui n'est pas inintéressante du tout.
En gros, c'est le Western, classe, élégant, pas trop fabriqué qui ne tombe jamais dans ses gros clichés et qui confirme la pureté du cinéma de John Ford. 6/6 ==> FILM DU MOIS ex-aequo

La Poursuite Infernale - John Ford - 1946 : Western noir, assez amer, où les gens meurent souvent pris par surprise et d'une manière brutale, on est alors assez loin de la convivialité de Stagecoach...
Encore un western de Ford qui marqua le genre (il ne doit plus les compter...), dans une ville rongée par la rancœur, l'alcool et la mort, qui se conclura avec la légendaire fusillade d'O.K Corral.
Scène de poursuite à cheval effrénée et au rythme hallucinant, Monument Valley, Shakespeare, la classe de Victor Mature en Doc Halliday, Henry Fonda bon mais qui n'est pas encore à l'apogée de son art, oeuvre de la fin d'un monde sauvage qui annonce L'Homme qui tua Liberty Valance une quinzaine d'années plus tard... Le film multiplie les bons points et les qualités, la mise en scène est toujours aussi rythmée et maîtrisée, même si je trouve qu'il y a parfois de légères chutes de rythme qui empêchent mon enthousiasme total vis-à-vis de cette histoire tragique sur la détresse et la vengeance, et sur l'amour incompris. 5/6

Le Loup-garou de Londres - John Landis - 1981 : Le générique bercé par le magnifique "Blue Moon" de Bobby Vinton annonce la couleur : folklore anglais, une auberge peu accueillante où les habitués nerveux conseillent de ne pas quitter la route, landes brumeuses qui sera le théâtre d'horribles agressions où deux touristes américains se feront lacérer par quelque chose d'inhumain, où un seul survivra.
Le début du film, avant l'agression, est assez grandiose, plongé dans le charme mystérieux et folklorique cher aux premiers films d'horreur, que Landis s'amuse à parodier tout en rendant honneur au genre. Ce qui suit est très bien également, pas tout à fait aussi prometteur que ce que le début annonçait, mais les scènes d'hallucinations valent le coup d’œil (le premier cauchemar !), la transformation n'a pas mal vieilli, les tribulations londoniennes du loup-garou et la dernière séquence, au cinéma et post-cinéma, relève bien le degré de folie et d'humour grinçant qui règne tout au long du film, sans oublier mon attachement (qui m'étonnera toujours) à ces films de monstres de la vieille école qui me fait oublier tous les défauts que l'on peut trouver par ci par là durant le film. 5/6

Les Harmonies Werckmeister - Béla Tarr - 2000 : Je suis un poil déçu tout de même, j'attendais énormément de ce film, à la réputation hypnotique, grandiose et plein d'autres choses qui évoquerait presque un héritage tarkovskien. Bien entendu, le film est quand même très bon, la réflexion sur la déliquescence d'un monde plongé dans le chaos collectif par un jeune homme humaniste (sous la vraie nature de cette philosophie, c'est-à-dire amère) qui part dans des divagations cosmiques tient la route - le travail de lumière est soigné, les plans-séquences sont parfaitement maîtrisés... On ne s'ennuie pas une seconde, le visionnage n'est pas désagréable... Mais voilà, le film, bien que poétique évidemment, n'arrive jamais à atteindre les sphères spirituelles et métaphysiques - et cela nuit donc à l'hypnose et à l'envoûtement qu'on me promettait, seule la merveilleuse musique, l'intro (sublime) et la fin (tout aussi belle) peuvent prétendre à ces caractéristiques.
Un peu déçu donc mais cela reste bon, voire très bon, et il faut insister sur le fait que l'ennui est totalement absent tout au long de ces deux heures de plans-séquences et de monologues songeurs. C'est assez rare, tout de même. 5/6

La Main du Diable - Maurice Tourneur - 1943 : Le charme du genre fantastique d'antan opère comme toujours chez moi, avec ses personnages secondaires curieux avides de faits surnaturels, ses protagonistes cupides mais inquiets, et la simplicité efficace de la technique et du fil narratif. Et quand le spectacle est assuré par la famille Tourneur, nous pouvons être sûr d'être bien servis. Pendant que le fils Jacques s'occupe de son surprenant Homme-Léopard, le père présente alors cette Main du Diable, qui commence comme tout bon film du genre, c'est-à-dire dans une auberge aux clients sympathiques mais bougons, écoutant un homme angoissé et paranoïaque avec une étrange boite sous le bras et une histoire non banale à raconter... qui se terminera avec une relecture très astucieuse de Faust au fil des siècles, que le cinéaste met en scène dans des décors expressionnistes cohérents avec le conte allemand. Tourneur n'oublie pas et met même en avant la dimension tragique et "damnatio memoriae" du mythe de Goethe - et n'oscille pas dans la série B, comme beaucoup d'autres cinéastes du genre s'y seraient aventurés. Un film simple mais charmant, qui manque peut-être légèrement d'ambition mais qui est parfaitement maîtrisé. 5/6

Vaudou - Jacques Tourneur - 1942 : On continue dans le genre du fantastique suggéré, avec le pilier Tourneur à la barre et une histoire folklorique à raconter... Comme d'habitude chez ce cinéaste, les astuces de mise en scène font totalement oublier le manque de moyens et arriveraient presque à créer des scènes d'anthologie, comme celle de la piscine... Bourré d'allusions sensuelles et sexuelles avec la splendide Simone Simon, ce film, sûrement le plus connu du cinéaste qui n'a pas encore la réputation qu'il mérite (il serait temps de lui ériger une statuette au panthéon du genre épouvante/fantastique, c'est quand même lui qui a créé l'effet-bus tout de même !), mêle suspense et romance, poésie et noirceur, brillants jeux d'ombres et de lumières, où l'intimisme est alors à son apogée pour l'époque, représenté par une jeune femme torturée, incapable d'aimer et d'être heureuse. Une série B des plus ingénieuses, qui arriverait presque à faire oublier ses origines, mais pas suffisamment pour entrer dans le petit groupe des chefs d'oeuvre du genre. 5/6

Le Roman d'un tricheur - Sacha Guitry - 1936 : Pas étonnant que ce roman cinématographique plaise à la Nouvelle Vague, et pas étonnant qu'il me plaise tant, donc ! Monologue fier de la voix traînante et plaisante de Sacha Guitry, nous contant son rapport avec la malhonnêteté, rapport qui serait encouragé par le destin. Le cinéaste puise dans l'impertinence une certaine pertinence, parfumée d'une douce ironie, et nous raconte sur un ton immoral son parcours vers la richesse dû à la tricherie, et sa descente aux enfers engendrée par l'honnêteté et la conscience. Car le personnage de Guitry est désabusé depuis sa "tendre" enfance, il ne comprend pas les rapports humains, le véritable amour, l'honneur, et a bâti sa vie comme un petit malin, de manière à rouler les autres pour se sentir supérieur et pour devenir riche. Et même si la fin nous indique qu'il commence à résister à la tentation, combien de temps cela durera-t-il ?
Au delà de beaucoup aimer, j'admire le film, le réalisateur, la fraîcheur de sa mise en scène et de son propos, son humour discret qui se ressent dès la présentation orale de l'équipe du film (drôle d'idée...), son apparence de gentleman d'époque, la légère amertume qui émane de l'expérience de son personnage (ou de lui-même ??)...
Film raffiné, savoureux, charmant, l'archétype du français d'époque. Cela aurait pu être mégalomane ou suffisant, c'est en fait juste génialement narquois et affable. J'adore. 6/6 ==> FILM DU MOIS ex-aequo

Heat - Michael Mann - 1996 : Seconde vision de ce film, la première commençant à dater un petit peu, j'aime ni plus ni moins mais mon appréciation a assez changé... Avant, je n'y voyais que le plaisir de la confrontation entre deux monstres du genre, Pacino et De Niro, avec une scène de carnage suite à un braquage intercepté ahurissante (elle l'est toujours). Alors qu'à la revoyure, je me suis davantage concentré sur le Los Angeles crépusculaire, qui est la grande force du film, et qui aurait gagné à être davantage exploité (et pas seulement dans un but de style visuel) pour renforcer qualitativement l'oeuvre... Car en effet, c'est de là qu'émane la beauté du film, les rêves mélancoliques de reconstruction de vie des gangsters, sous la nuit qui règne sur la lumineuse cité des anges, qui plus est magnifié par les splendides thèmes musicaux envoûtants de Goldenthal, Rypdal & co, qui mènent les personnages fatigués à une contemplation et à une réflexion vaporeuses. Sinon, les trois heures passent plutôt bien, le jeu du chat et de la souris est plaisant bien que très classique, et malgré quelques réserves sur certains choix de mise en scène (les gros plans sur le faciès des personnages, après un tir d'arme..), le film est maîtrisé, par les acteurs, par Los Angeles. 5/6

Dracula, prince des ténèbres - Terence Fisher - 1966 : En voyant certaines images, je me dis que le blu-ray doit vraiment être splendide... Mais là n'est pas le sujet.
Film de la Hammer, que je ne connais pas tellement actuellement mais qui , avec ce que j'ai vu, m'inspire une certaine sympathie malgré quelques détails très peu subtils... Le film n'a pas l'air d'échapper à la règle, mais il commence vraiment très bien (aah ces auberges où des habitués préviennent les touristes des risques qu'ils courent dans des endroits lugubres... je suis amoureux de ce procédé scénaristique) - et, comme d'habitude dans les vieux films d'horreur aux moyens assez cheap, les scènes de mystère et de suggéré sont toujours supérieures à celles où tout est montré. Ainsi, la première partie sans Dracula est mieux, de plus ce dernier est totalement muet et est certainement l'élément le moins effrayant du film, même si la fin dans le monastère installe un certains suspense vraiment plaisant et qui offre au vampire un final assez peu habituel dans le genre... En somme, ce Dracula est plus que sympathique et agréable à regarder, même si il est exempt de peur et ne fait pas toujours usage de la finesse.
Par contre, je ne le savais pas, il s'agit de la suite du Cauchemar de Dracula du même cinéaste... Ne le sachant pas, je fus assez surpris de voir le film s'ouvrir sur une scène fatidique du précédent, totalement spoilé.. Mais bon, ça m'aura permis de voir le grand Peter Cushing... 4/6
Nouveau sur ce site.

Avatar de l’utilisateur
origan42
Régisseur
Messages : 3320
Inscription : 2 févr. 07, 17:22

Re: Votre film du mois de Février 2014

Messagepar origan42 » 28 févr. 14, 18:25

FILM DU MOIS:
EL / TOURMENTS (Luis Buñuel, 1953) *****


La suite, par ordre de préférence:
12 years a slave (Steve McQueen, 2013) *****
Cris et chuchotements (Ingmar Bergman, 1972) *****
L’incinérateur de cadavres (Juraj Herz, 1969) *****
L’homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) *****

Outrages (Brian De Palma, 1989) ****
La vie criminelle d’Archibald de la Cruz (Luis Buñuel, 1955) ****
Pulsions (Brian De Palma, 1980) ****
Le roi de cœur (Philippe de Broca, 1966) ****
La jeune fille (Luis Buñuel, 1960) ****
Les sœurs de Gion (Kenji Mizoguchi, 1936) ****
A touch of sin (Jia Zhangke, 2013) ****

Au bout du conte (Agnès Jaoui, 2013) ***
Queen of Montreuil (Sólveig Anspach, 2012) ***
Boule de feu (Howard Hawks, 1941) ***
Sœurs de sang (Brian De Palma, 1973) ***
Femme fatale (Brian De Palma, 2002) ***
Cela s’appelle l’aurore (Luis Buñuel, 1956) ***
Des filles disparaissent (Douglas Sirk, 1947) ***
Les beaux gosses (Riad Satouf, 2009) ***
L’esprit de Caïn (Brian De Palma), 1992) ***
Le journal d’une femme de chambre (Jean Renoir, 1946) ***
Le diable par la queue (Philippe de Broca, 1969) ***
Le cavaleur (Philippe de Broca, 1979) ***
Versailles Rive gauche (Bruno Podalydès, 1992) ***
Cloud Atlas (Andy Wachowski / Lana Wachowski / Tom Tykwer, 2013) ***
La banque Némo (Marguerite Viel, 1934) ***
La femme que j’ai le plus aimée (Robert Vernay, 1942) ***
Pièges (Robert Siodmark, 1939) ***
La danse de mort (Marcel Cravenne, 1948) ***

Les dragueurs (Jean-Pierre Mocky, 1959) **
Psy (Philippe de Broca, 1981) **
La table-aux-crevés (Henri Verneuil, 1951) **
Möbius (Éric Rochant, 2013) **
Passion (Brian De Palma, 2012) **
Gare du Nord (Claire Simon, 2013) **
Hi, mom! (Brian De Palma, 1970) **
Le drame de Shanghai (Georg Wilhelm Pabst, 1938) **
Murder à la mod (Brian De Palma, 1968) **
Quand passent les faisans (Édouard Molinaro, 19365) **
La vengeance d’une femme (Jacques Doillon, 1990) **

Boule et Bill (Alexandre Charlot / Franck Magnier, 2013) *
Amazone (Philippe de Broca, 2000) *
Die Hard – Belle journée pour mourir (John Moore, 2013) *

RE-VISIONS
Blow out (Brian De Palma, 1981) ***** (+1 étoile)
Obsession (Brian De Palma, 1976) **** (+1 étoile)
Le journal d’une femme de chambre (Luis Buñuel, 1964) ****
Tristana (Luis Buñuel, 1970) ****
Snake eyes (Brian De Palma, 1998) ***
Furie (Brian De Palma, 1978) *** (+1 étoile)
Capitaine Conan (Bertrand Tavernier, 1996) ***
Les tribulations d’un Chinois en Chine (Philippe de Broca, 1965) * (-1 étoile)