Notez les films : Janvier 2013

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Messages : 5652
Inscription : 28 juil. 05, 18:33

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Truffaut Chocolat » 7 janv. 13, 23:25

Big Fish

:cry:

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Colqhoun » 8 janv. 13, 09:19

Truffaut Chocolat a écrit :Big Fish

:cry:

Je ne l'ai pas revu depuis 4 ans, mais la dernière fois ça m'avait aussi complètement retourné.
"Give me all the bacon and eggs you have."

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar hellrick » 8 janv. 13, 10:43

Pas osé le revoir, je l'avais vu en salles et ça avait été sacrément mais sacrément décevant :? ...Mais depuis il y a eu Sweeny Todd qui est encore bien pire :fiou:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Messages : 5652
Inscription : 28 juil. 05, 18:33

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Truffaut Chocolat » 8 janv. 13, 11:00

C'est un peu une immense métaphore de la vie, avec son flot de sujets universels... mais là où ça peut parfois coincer, je trouve que dans Big Fish cela fonctionne parfaitement. Certainement parce que c'est fait avec simplicité et humilité. Parler d'incompréhension et du manque de communication entre un père et son fils de manière aussi personnelle te fait comprendre qu'il y a du vécu derrière. Plus ça va et plus ce film mûrit bien.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42622
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Flol » 8 janv. 13, 14:49

Même ressenti que Truffaut Chocolat (alors que je viens de comprendre le jeu de mots :|).
Je ne comprends pas trop le rejet envers ce film. Quand je l'avais découvert, j'avais terminé en larmes. A chaque fois que je le revoie, je me dis que j'étais à l'époque en pleine crise de burtonite aigüe, que ça me passera...sauf que non, ça marche toujours autant sur moi.
Je trouve cette histoire bouleversante, et les 15 dernières minutes sont fantastiques
Spoiler (cliquez pour afficher)
le moment où Albert Finney pousse son dernier soupir, c'est fatal sur moi

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6954
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Dunn » 8 janv. 13, 14:54

Oui pareil ce film me touche autant surtout
Spoiler (cliquez pour afficher)
la fin à l'enterrement lorsque l'on voit en "vrai" les personnages :o

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6954
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Dunn » 8 janv. 13, 15:00

Profondo Rosso a écrit :Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet (2001)

Amélie, une jeune serveuse dans un bar de Montmartre, passe son temps à observer les gens et à laisser son imagination divaguer. Elle s'est fixé un but : faire le bien de ceux qui l'entourent. Elle invente alors des stratagèmes pour intervenir incognito dans leur existence.
Spoiler (cliquez pour afficher)
L'univers rétro, suranné et ludique de Jean-Pierre Jeunet ne s'était encore jamais déployé pleinement chez le réalisateur, confrontés aux penchant plus sombre de son ancien partenaire Marc Caro sur Delicatessen et La Cité des enfants perdus où tout simplement pas à sa place dans son Alien 4 volet le plus faible de la série. C'est d'ailleurs après Alien 4 première réalisation en solo et expérience américaine bardée de compromis que Jeunet décide de s'atteler enfin à "son" film, une production plus modeste reflétant mieux sa personnalité. Jeunet aura pourtant déjà exprimé cette sensibilité dans son court-métrage Foutaises (1989) où tous les éléments d'Amélie Poulain sont déjà en place : les "j'aime/j'aime pas" loufoque ou touchant débités par le narrateur, la tonalité nostalgique, les apartés décalés...

Si Amélie Poulain s'était contenté de reprendre ces aspects sur l'étendu d'un long-métrage, il aurait probablement ressemblé à la vieille boite à chocolat poussiéreuse que certains l'ont accusé d'être. Sous l'aspect sautillant, c'est pourtant une sensibilité et une mélancolie palpable qui se dévoile ici avec une grande œuvre sur la solitude. Le film est un ode aux grands timides et doux rêveur à travers notre héroïne (Audrey Tautou) que sa crainte du monde extérieur place en spectatrice de celui-ci qu'elle déforme et embelli dans ses petits détails insignifiants et charmants. L'atmosphère de de fin d'été dans lequel baigne le film renforce ainsi ce sentiment de spleen, notamment l'ouverture où la voix off expressive d'André Dussollier et la mélopée au piano de Yann Tiersen Comptine d'un autre été : l'après-midi figent magnifiquement les vignettes de l'enfance solitaire d'Amélie. Toute l'inventivité de Jeunet pour les petites habitudes et observations d'Amélie, aussi amusantes soient elles, ne servent ainsi qu'à souligner son isolement tel ce regard sur les expressions des spectateurs au cinéma pour oublier qu'elle y vient toujours seule.

Un rebondissement et bienfait inattendu de sa part (une madeleine de Proust en forme de vieille boite à jouet trouvé dans son appartement et délivré secrètement à son ancien propriétaire bouleversé) va soudainement la rapprocher des autres dont elle va alors se mêler d'égayer le quotidien. A travers les bienfaits d'Amélie, c'est tout une foule d'autres solitudes, destins douloureux et pathétique qui se dévoilent ainsi : cet homme aux os de verre (Serge Merlin) pas sorti de chez lui depuis vingt ans et observant le monde de sa fenêtre, cette concierge (Yolande Moreau) n'ayant jamais fait le deuil d'un époux disparu, ce commis d'épicerie (Jamel Debbouze) malmené par un patron tyrannique, son propre père coulant ses vieux jours dans sa banlieue terne sans profiter de son temps libre. Toute l'inventivité narrative déployée par Jeunet et son scénariste Guillaume Laurant, l'esthétique irréaliste de ce Paris de conte de fée sert donc le propos puisque illustrant la vision qu'en a Amélie qui étoffe son environnement de ces rêveries et le rend ainsi bien plus supportable. Cette magie intérieur qui est la sienne, elle va en faire profiter les autres et Jeunet de réaliser le film le plus joyeux et entraînant qui soit sur un sujet finalement assez déprimant. On rit donc bien fort des facéties d'Amélie notamment des mauvais tours joués à l'infâme épicier Collignon, aux périples d'un drôle de nain de jardin voyageur.

Audrey Tautou hérita du film après le départ d'Emily Watson initialement prévue (celle à qui pensait Jeune à l'écriture du scénario) et du refus de Vanessa Paradis accaparée par la sortie d'un nouveau disque. Watson sans doute un peu trop âgée pour le rôle aurait de plus diluée l'identité française du film et Vanessa Paradis trop glamour risquait d'estomper la simplicité de l'ensemble. Audrey Tautou mêle idéalement charme, jeunesse, malice et cette pointe de tristesse dans le regard qui nous la rend adorable en un plan. Jeunet la capture sous un jour facétieux (la dégaine imper foulard lunettes noires lorsqu'elle espionne Kassovitz, le costume de Zorro) dans l'exécution de ses stratagèmes et superbement fragile lorsqu'elle fait face seule à ses doutes, Tautou exprimant particulièrement bien cette mélancolie dans les scènes muettes. L'illustration de la timidité aura rarement été aussi bien vue que dans cette scène où quelques mètres deviennent un gigantesque fossé entre Amélie et Nino (Mathieu Kassovitz) qu'elle brûle d'aborder sans pouvoir s'y résoudre. Ce sera le point d'orgue de ce parcours initiatique vers les autres, une histoire d'amour en forme de jeu de piste avec un autre être lunaire excellemment incarné par Kassovitz. Touchée en plein cœur Amélie devra enfin se résoudre à franchir le pas, ce qui sera le cas au terme d'un beau final où forcément le geste exprime mieux les sentiments que la parole au cours d'une première étreinte magique. Les décalques ratés de son esthétique et une naïveté excessive qui fera toujours tiquer les cynique (l'épisode des proverbes à la fin pas forcément utile) ont peut-être pu atténuer l'aura du film avec le temps, mais l'enchantement initial est intact et constitue l'aboutissement de Jeunet qui n'égalera pas cette prouesse avec les pourtant réussis Un long dimanche de fiançailles et Micmacs à tire-larigot. 5/6

Brillante critique :D (mais pour moi c'est du 6/6 , un de mes films fétiches!)

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar hellrick » 8 janv. 13, 15:03

J'avais envie de le recaser tiens:


:mrgreen:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42622
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Flol » 8 janv. 13, 15:28

Man on a Ledge de Asger Leth (sûrement un pseudo de Brett Ratner)

Image

Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu un film aussi con.
Alors tout y passe : un paquet hallucinant d'invraisemblances honteuses (le summum : le coup de la photo devant la caméra de surveillance), une bonnasse dont le perso n'est qu'un prétexte à montrer des seins (la scène où elle change de tenue est gratos et grotesque), des persos secondaires insupportables (la bonnasse en question, accompagnée d'un pauvre Jamie Bell qui n'a rien à faire), un twist moisi (alors qu'il suffit de voir William Sadler au bout de 3mn pour deviner qu'il est pas là par hasard), et une fin abrupte qui n'a aucun sens (oh une demande en mariage !).
Pourtant, le casting pouvait donner envie : Elizabeth Banks, Anthony Mackie, Edward Burns, un Ed Harris tout malade (sérieux, il a un cancer ou quoi ?). Sauf que non.
Fuyez ce film.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22826
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar AtCloseRange » 8 janv. 13, 15:59

Ratatouille a écrit :Man on a Ledge de Asger Leth (sûrement un pseudo de Brett Ratner)

Image

Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu un film aussi con.
Alors tout y passe : un paquet hallucinant d'invraisemblances honteuses (le summum : le coup de la photo devant la caméra de surveillance), une bonnasse dont le perso n'est qu'un prétexte à montrer des seins (la scène où elle change de tenue est gratos et grotesque), des persos secondaires insupportables (la bonnasse en question, accompagnée d'un pauvre Jamie Bell qui n'a rien à faire), un twist moisi (alors qu'il suffit de voir William Sadler au bout de 3mn pour deviner qu'il est pas là par hasard), et une fin abrupte qui n'a aucun sens (oh une demande en mariage !).
Pourtant, le casting pouvait donner envie : Elizabeth Banks, Anthony Mackie, Edward Burns, un Ed Harris tout malade (sérieux, il a un cancer ou quoi ?). Sauf que non.
Fuyez ce film.

Un des pires films vus l'an dernier (et pourtant, y avait de la compèt'...). J'ai eu mal pour Ed Harris que je n'avais jamais vu aussi mauvais.

Pour ce qui est du coup de la photo devant la caméra de surveillance (si je me rappelle bien de l'effet), c'est un peu nul mais je crois que celui qui a inventé ça (à moins que quelqu'un l'ait vu dans un film plus ancien), c'est Mario Bava dans Diabolik et là, c'était classe.
Image

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15280
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Profondo Rosso » 10 janv. 13, 03:28

Glengarry de James Foley (1992)

Image

Un cadre supérieur d'une importante société immobilière vient annoncer aux vendeurs une importante restructuration des effectifs. Les meilleurs resteront et se verront confier la commercialisation d'un lot de terrains particulièrement convoités, les autres seront purement et simplement mis à la porte. Alors s'en suit manipulation et guerre à outrance parmi les vendeurs qui veulent tous conserver leur place.

James Foley même s'il n'a jamais complètement confirmé les espoirs suscités par son Comme un chien enragé (1985) sommet du cinéma US des 80's aura tout de même signé d'autres réussites comme le polar Le Corrupteur (1998) et surtout ce Glengarry Glen Ross. Le film constitue un sorte d'équivalent prolétaire au Wall Street d'Oliver Stone où les yuppies sont remplacé par une plus modeste équipe de vendeurs immobiliers avec cette même réflexion sur l'ambition, l'appât du gain et la concurrence effrénée suscitée par cette société capitaliste froide et impitoyable. Le film adapte une des plus fameuses pièces de David Mamet récompensée du prix Pulitzer et inspirée de la propre expérience du dramaturge qui à la fin des années 60 travailla au sein d'un agence immobilière. La pièce triomphe tout d'abord en Angleterre où elle est jouée dès 1983 et le succès se confirme sur les scènes américaines à Chicago puis à Broadway. C'est là que l'idée d'un film va germer d'abord par le réalisateur Irvin Kershner y décelant le potentiel cinématographique. C'est finalement James Foley qui le mettra en scène bien plus tard entouré d'un casting de haut vol pour des rôles qui furent notamment convoité par Robert De Niro, Bruce Willis, Richard Gere and Joe Mantegna...

L'intrigue nous plonge dans deux jours sous pression dans le quotidien d'une agence immobilière où l'équipe de vendeur. Le film s'ouvre sur une séquence d'anthologie avec un Alec Baldwin envoyé par la maison-mère pour secouer nos vendeur aux chiffres médiocre avec une sacrée épée de Damoclès : à la fin de la semaine ceux qui n'auront effectués aucune vente seront renvoyés, le meilleur vendeur remportera une Cadillac et le second une boite de couverts (!). Alec Baldwin dans un monologue d'anthologie humilie, rabaisse et insulte ces subalternes qui n'existent que par le chiffre de leur dernière vente avec une agressivité ordurière jubilatoire. Dès lors une bataille de manipulation, mensonges et bluff divers se joue dans l'agence où on découvre la personnalité de chacun. Le directeur d'agence froid aux doléances des vendeurs (Kevin Spacey), le vieux de la vieille cruellement dépassé et aux abois (Jack Lemmon), le leader arrogant et privilégié (Al Pacino), le rétif à l'autorité prêt à tout pour s'en sortir (Ed Harris)... En dépit de cette caractérisation marquée au départ, tous nous paraîtront sympathiques, pitoyables ou détestables dans leur détresse et détermination froide au fil de rebondissement mémorables les plaçant en position de force pour aussitôt les rabaisser plus bas que terre dans la minute qui suit.

Rarement on aura vu l'art de la vente aussi bien dépeint qu'ici avec un David Mamet (également auteur du scénario) qui accumule les joutes verbales mémorables où nos vendeurs négocient, cajolent, bousculent leur client qui s'apparente plutôt à une proie qui faut saisir avec toute la ruse possible. On aura droit à toutes les facettes de cet art mercantile, que ce soit l'harassante routine de harcèlement téléphonique et de visites impromptues à toute heure, une capacité de conviction sur le fil du rasoir de l'insistance déplacée, la roublardise et le mensonge. Ainsi poussé à bout par un système de pensée, chacun révèle ce qu'il a de plus fourbe en lui à travers cette rivalité. Tout cela est dépeint avec brio et une remarquable économie de moyen l'intrigue se déroulant principalement dans deux décors. James Foley s'efface devant son sujet et sa mise en scène (sans céder abusivement au théâtre filmée) est entièrement au service des prestations exceptionnelles de l'ensemble du casting. Néanmoins Jack Lemmon au bord de la rupture tire le plus son épingle du jeu, tout comme Al Pacino tour à tour cajoleur (la manière dont il embobine Jonathan Pryce, grandiose) et agressif avec une tirade insultante envers le bureaucrate sans talent Kevin Spacey des plus savoureuse. Captivant et mordant, une grande réussite. 5/6

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Anorya » 10 janv. 13, 11:00

L'effet papillon (Bress/Gruber - 2004)


Image



Une théorie prétend que si l'on pouvait retourner dans le passé et changer quelques détails de notre vie, tout ce qui en découle serait modifié. On appelle cela "l'effet papillon". Evan Treborn (Ashton Kutcher) a cette faculté. Fasciné, il va d'abord mettre ce don au service de ceux dont les vies ont été brisées dans leur enfance. Il peut enfin repartir dans le passé et sauver la seule jeune fille qu'il ait jamais aimée.
Mais Evan va découvrir que ce pouvoir est aussi puissant qu'incontrôlable. Il va s'apercevoir que s'il change la moindre chose, il change tout. En intervenant sur le passé, il modifie le présent et se voit de plus en plus souvent obligé de réparer les effets indésirables de ses corrections...



Tiens, voilà un film "culte" que je n'avais pas revu depuis sa sortie quasiment.
Je me souviens qu'à l'époque j'étais assez gêné et avait assez moyennement aimé car quelque chose me dérangeait sans que je n'arrive à mettre la main dessus. Maintenant je sais. Parce que même doté d'un très bel écrin (vu que j'ai visionné avec le blu-ray, la Metropolitan une fois de plus nous gâte et oh, surprise, des bonus très intéressant en masse, j'en parle plus bas), le film conserve malheureusement les mêmes "défauts" qui n'en seront pas forcément selon le point de vue de chacun. Et j'en suis un peu désolé puisque je pensais pouvoir à nouveau revoir le film d'un oeil neuf après tout ce temps.


Image



En effet, question de subjectivité mais il y a quelques années, je ne pouvais pas voir le film ou difficilement, aujourd'hui c'est pareil et j'ai à nouveau l'impression horrible de voir deux gosses manipuler des bombes entre leurs mains sans se douter des dégâts que cela va produire. Sous l'enrobage de série B audacieuse voulant renouveler l'idée des voyages dans le temps, Bress et Gruber décident d'introduire divers traumas importants qui fourniront alors le besoin au héros de remonter son passé pour modifier quelque chose. Sauf déjà tout va trop vite : dans le montage, la première demi-heure du film ménage chacune des situations avec un cut lié à chaque fois aux trous de mémoire qu'Evan subit. On sent avec malaise que c'est toujours quelque chose de glauque tant les scénaristes-réal utilisent le tout à la truelle sans se soucier d'une quelconque empathie qu'on pourrait ressentir pour son héros, sans lui ménager de pauses et d'ouvertures et donc nous donner à mieux ressentir sa vie de merde qui va tout conditionner par la suite.


Image



Car Evan a effectivement une vie pourrie d'emblée, les auteurs n'y allant pas par le dos de la cuillère.
L'humanisme ? Connais pas, tout ce qu'on veut c'est faire de la SF et parler de la théorie du chaos (beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît comme les bonus du blu-ray l'expliquent puisque tout ne se délimite pas qu'à une suite de causes/conséquences comme le résume au final le malin script du film) comme diraient les deux bonhommes. Donc dès le début, et en moins d'une demi-heure (be carreful, spoilers)...

Spoiler (cliquez pour afficher)
Evan a son papa qui est en asile. Le gamin veut absolument le voir mais il tentera de l'étrangler. Puis livré à un voisin qui est comme par hasard le papa de sa meilleur amie et futur copine, on va forcer Evan a faire des choses cochonnes sous une caméra. C'est bien sûr suggéré et hors-champ, les deux réals ne débarquent pas avec la pancarte "pédophile" à l'image. Mais on reste à des kilomètres d'un Trust ou du superbe Mysterious skin. Le malaise et dégoût en sont dès le début renforcé, d'autant plus que ce "problème" n'est finalement pas traité, juste une péripétie comme ça, survolée, pas grave semblent dire les auteurs, il s'en remettra. Plus tard, Evan va malgré lui être complice de la déchéance sournoise d'un de ses amis qui, non content de poser de la dynamite dans les boîtes aux lettres, finira par brûler le chien d'Evan à l'essence pour se venger car il ne supporte pas qu'Evan ait embrassé sa soeur. Ambiance quoi. Encore plus tard dans le film, Evan perdra ses membres à cause d'une explosion alors que celui qui aura été traumatisé à vie par ça n'aura rien eu et puis aussi dans une confrérie étudiante, il se conduira en parfait connard à son tour, bien content de ses privilèges.


Et pendant tout le film il est peu choqué, peu étonné, peu déprimé par ce qui lui arrive, c'est magique (sauf
Spoiler (cliquez pour afficher)
à un moment où il tente de se suicider vu qu'il a perdu ses membres.

Mais c'est la fin du film quasiment donc bon, c'est dommage). Sans compter que le personnage est un brin lourdaud et constamment à la traîne sur ce qu'il produit. On pourrait en avoir pitié (il revient dans la ville de son enfance uniquement pour questionner la fille qu'il aimait sur ce qui s'est passé dans la cave du voisin alors qu'elle l'attendait par amour, qu'on avait vu qu'il avait écrit sur un papier "je reviendrais te chercher" lors de son déménagement, que les réals appuient constamment là-dessus --truelle, truelle) mais non, tellement recentré sur lui-même, tel un autiste, il traverse le film sans jamais réfléchir un peu à ce qu'il déclenche (il a pourtant écrit une thèse quasiment finie sur la mémoire et le temps !). Un gland ce Evan.


Image



On a l'impression (enfin moi) que Gruber et Bress veulent tout multiplier, tout faire dans la démesure dès le départ. Mais voir les choses en grand ne signifie pas forcément que le résultat sera garanti. Et en utilisant le personnage comme simple outil du script, on passe à côté de l'essentiel, sa construction, ce qui l'humanise et donc nous touche. En résulte donc pour moi à nouveau cette désagréable impression de n'y voir qu'un épisode de la quatrième dimension ou d'Au delà du réel mais qui se veut bigger-than-life pour finalement presque ne se résumer qu'à un "tout ça pour ça" ? Surtout que version director's cut (à se tirer une balle tellement la fin est logique mais ultra-déprimante à souhait) ou cinéma, c'est la même durée, quasiment deux heures.


Mauvaise pioche pour moi donc, d'autant plus qu'il y a pléthore de bonus et surtout qu'ils en sont plus intéressants que le film car soulevant plusieurs questionnements qui mériteraient presqu'une mini série à eux seuls. :o
Outre les deux versions du film on a donc plusieurs petits modules tels que La théorie du chaos, impact sur nos sociétés (9 mn) ou Le voyage dans le temps (14 mn), un doc sur la génèse du film d'une vingtaine de minutes, le commentaire audio, une dizaine de scènes coupées, des comparaisons story-board et film... Si l'on est à nouveau gêné par ce revisionnage, je ne peux toutefois que conseiller de visionner les bonus très intéressants que la Metropolitan nous livre. Difficile donc de faire la fine bouche même si pour moi le film reste assez détestable, même s'il y a des choses que j'apprécie quand même, noyées au sein du film et pas assez exploitées (l'idée d'un voyage dans le temps basé sur un principe mémoriel --Evan a besoin de lire ses cahiers pour réactiver les zones enfouies de sa mémoire qu'il peut alors combler ou développer en remontant au point fixé-- est très bien par exemple).

2/6.




Pour ceux qui les ont vus, que valent les deux suites ?
Image

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar hellrick » 10 janv. 13, 11:05

Anorya a écrit :Pour ceux qui les ont vus, que valent les deux suites ?

Si tu n'as pas aimé le premier (qui m'avait bien plus pour ma part mais plus revu depuis sa sortie) tu as évidemment très peu de chance d'apprécier les suites, façon direct to dvd. Le 3 a plutôt une bonne critique (avis auquel je souscrit) avec son côté polar prononcé il fait partie du haut du panier de la "suite dvd". Mais encore une fois je doute que ça te plaise :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar Anorya » 10 janv. 13, 11:10

hellrick a écrit :
Anorya a écrit :Pour ceux qui les ont vus, que valent les deux suites ?

Si tu n'as pas aimé le premier (qui m'avait bien plus pour ma part mais plus revu depuis sa sortie) tu as évidemment très peu de chance d'apprécier les suites, façon direct to dvd. Le 3 a plutôt une bonne critique (avis auquel je souscrit) avec son côté polar prononcé il fait partie du haut du panier de la "suite dvd". Mais encore une fois je doute que ça te plaise :wink:

Ben, ça dépend le traitement. Les deux réals du premier, aussi scénaristes ont écrit l'histoire de Destination finale 2 que j'adore. Sauf qu'ici il y a un processus de morts à la suite jouissive dans l'enchaînement des péripéties et non une histoire construite sur une suite de traumas avec un gland qu'on humanise mal. Pour moi le problème de l'effet papillon vient d'un mauvais dosage entre l'aspect série B de SF douée et la psychologie et l'empathie dans l'écriture des personnages. :|
Si les suites sont plus axées séries B sans chercher à en faire des tonnes avec leurs persos (traumatisés, souffrants-comme-s'ils-étaient-dans-un-énième-film-français-d'hauteur-mais-vraiment-de-hauteur-oulala-dure-la-vie-dans-quel-état-j'erre), moi je suis pas contre. :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films : Janvier 2013

Messagepar hellrick » 10 janv. 13, 11:36

Anorya a écrit :Si les suites sont plus axées séries B sans chercher à en faire des tonnes avec leurs persos (traumatisés, souffrants-comme-s'ils-étaient-dans-un-énième-film-français-d'hauteur-mais-vraiment-de-hauteur-oulala-dure-la-vie-dans-quel-état-j'erre), moi je suis pas contre. :mrgreen:

Ah oui c'est plutôt ça donc finalement tu pourrais y trouver ton compte :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image