Votre film du mois d'Octobre 2012

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47832
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Boubakar » 1 oct. 12, 09:12

Topic "A vos Commentaires"

Tous vos films du mois (Mai 2005 - Décembre 2006) lien mort

Liste des liens par mois (Décembre 2006 & Aout 2007 à Septembre 2012)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Votre film du mois de Décembre 2006
Votre film du mois d'Août 2007
Votre film du mois de Septembre 2007
Votre film du mois d'Octobre 2007
Votre film du mois de Novembre 2007
Votre film du mois de Décembre 2007
Votre film du mois de Janvier 2008
Votre film du mois de Février 2008
Votre film du mois de Mars 2008
Votre film du mois d'Avril 2008
Votre film du mois de Mai 2008
Votre film du mois de Juin 2008
Votre film du mois de Juillet 2008
Votre film du mois d'Août 2008
Votre film du mois de Septembre 2008
Votre film du mois d'Octobre 2008
Votre film du mois de Novembre 2008
Votre film du mois de Décembre 2008
Votre film du mois de Janvier 2009
Votre film du mois de Février 2009
Votre film du mois de Mars 2009
Votre film du mois d'Avril 2009
Votre film du mois de Mai2009
Votre film du mois de Juin 2009
Votre film du mois de Juillet 2009
Votre film du mois d'Aout 2009
Votre film du mois de Septembre 2009
Votre film du mois d'Octobre 2009
Votre film du mois de Novembre 2009
Votre film du mois de Décembre 2009
Votre film du mois de Janvier 2010
Votre film du mois de Février 2010
Votre film du mois de Mars 2010
Votre film du mois d'Avril 2010
Votre film du mois de Mai 2010
Votre film du mois de Juin 2010
Votre film du mois de Juillet 2010
Votre film du mois d'Aout 2010
Votre film du mois de Septembre 2010
Votre film du mois d' Octobre 2010
Votre film du mois de Novembre 2010
Votre film du mois de Décembre 2010
Votre film du mois de Janvier 2011
Votre film du mois de Février 2011
Votre film du mois de Mars 2011
Votre film du mois d'Avril 2011
Votre film du mois de Mai 2011
Votre film du mois de Juin 2011
Votre film du mois de Juillet 2011
Votre film du mois d' Aout 2011
Votre film du mois de Septembre 2011
Votre film du mois d'Octobre 2011
Votre film du mois de Novembre 2011
Votre film du mois de Décembre 2011
Votre film du mois de Janvier 2012
Votre film du mois de Février 2012
Votre film du mois de Mars 2012
Votre film du mois de Avril 2012
Votre film du mois de Mai 2012
Votre film du mois de Juin 2012
Votre film du mois de Juillet 2012
Votre film du mois d'Aout 2012
Votre film du mois de Septembre 2012


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour toute erreur ou omission fort probable, n'hésitez pas à m'envoyer des MP.


Films du mois (Janvier 2012 - Décembre 2012)

Spoiler (cliquez pour afficher)
7 Swans
janvier = Werckmeister harmonies (Tarr)
février = 37 uses for a dead sheep (Hopkins)
mars = Le locataire (Polanski)
avril = Gosford park (Altman)
Addis-abeba
Akrociné
février = Incendies (Villeneuve)
mars = Histoire d'une prostituée (Suzuki)
avril = Heat (Mann)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Essential killing (Skolimowski)
juillet = Collapse (C.SMith)
Alphonse Tram
Anorya
janvier = Satyricon (Fellini)
février = Sans soleil (Marker)
mars = Never let me go (Romanek)
avril = Pina (Wenders)
mai = Twin peaks : fire walk with me (Lynch)
juin = Vivre sa vie (Godard)
juillet = L'échange (Eastwood)
Art core
janvier = Play time (Tati)
février = La BM du seigneur (Hue)
mars = Le plein de super (Cavalier)
avril = Barry Lyndon (Kubrick)
mai = Hors Satan (Dumont)
juin = Une séparation (Fahradi)
juillet = Un amour de jeunesse (Hansen-Love)
Aska
Atcloserange
janvier = 3 femmes (Altman)
Ben Castellano
janvier = Arrietty, le petit monde des chapardeurs (Yonebayashi)
février = Les copains d'abord (Kasdan)
mars = Oki's movie (Hong)
avril = Road to nowhere (Hellmann)
mai = La femme sur la lune (Lang)
juin = Wendy & Lucy (Reichardt)
juillet = Deep end (Skolomowski)
Best
janvier = Arrietty le petit monde des chapardeurs (Yonebayashi)
février = Josey Wales, hors-la-loi (Eastwood)
mars = Rango (Verbinski)
avril = Mar adentro (Amenabar)
mai = Huit heures de sursis (Reed)
juin = Kung Fu Panda 2 (Yuh)
juillet = Il n'est jamais trop tard (Hanks)
Blue
janvier = Les Nibelungen (Lang)
avril = Bad timing (Roeg)
mai = Performance (Roeg)
juin = Au hasard Balthazar (Bresson)
juillet = La passion de Jeanne d'Arc (Dreyer)
Boubakar
janvier = Dressé pour tuer (Fuller)
février = Un homme est passé (Sturges)
mars = Punch drunk love (P.T.Anderson)
avril = Une journée particulière (Scola)
mai = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin = Commando (L.Lester)
Brody
janvier = Les frissons de l'angoisse (Argento)
février = Bons baisers de Bruges (McDonagh)
mars = Des hommes et des dieux (Beauvois)
avril = Sons of anarchy saison 2
mai = L’homme qui tua Liberty Valance (Ford)
juin = Aniki mon frère (Kitano)
juillet = The ghost writer (Polanski)
Cathy
janvier = Baby Face (Green)
février = The Artist (Hazanavicius)
mars = Pavillon noir (Borzage)
avril = Hangover Square (Brahm)
mai = Les inconnus dans la maison (Decoin)
juin = Les plus belles années de notre vie (Wyler)
cinephage
janvier = Take Shelter (Nichols)
février = Gentleman Jim (Walsh)
mars = Le miroir (Tarkovski)
avril = Divorce à l'italienne (Germi)
mai = La cabane dans les bois (Goddard)
juin = Les meilleures années de notre vie (Wyler)
Colqhoun
janvier = Observe & report (Hill)
juin = The bang bang club (Silver)
Cortez the killer
janvier = Morse (Alfredson)
février = Les chemins de la liberté (Weir)
mars = Out of Africa (Pollack)
avril = Man on the moon (Forman)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Minuit à Paris (Allen)
juillet = The offense (Lumet)
CrankyMemory
Daffy Duck
daniel gregg
mai = The frenchman's creek (Leisen)
juillet = The manhandled (Dwan)
Demi-Lune
janvier = Metropolis (Lang)
février = Octobre (Eisenstein)
mars = La lettre inachevée (Kalatozov)
avril = Les Nibelungen (Lang)
mai = Guerre et paix (Bondartchouk)
juin = Cinema Paradiso (Tornatore)
Ducdame
Dunn
avril = Let me in (Reeves)
ed
Ender
janvier = Platform (Zia)
février = Persona (Bergman)
Eusebio Cafarelli
mai = Persona (Bergman)
everhard
avril = Romance on the high seas
mai = Certains l'aiment chaud (Wilder)
juin = Good news
Fatalitas
janvier = Les perles de la couronne (Guitry & Christian-Jacque)
février = La ballade de Bruno (Herzog)
mars = La soif de la jeunesse (Parrish)
avril = Le cambrioleur (Wendkos)
mai = Vincere (Bellochio)
juin = On achève bien les chevaux (Pollack)
juillet = Deep end (Skolimowski)
feb
janvier = A la recherche de Garbo (Lumet)
février = A l'Ouest, rien de nouveau (Milestone)
mars = Convoi de femmes (Wellman)
avril = To be or not to be (Lubitsch)
mai = The single standard (Robertson)
juin = The docks of New York
Federico
janvier = The swimmer (Perry)
mars = La dernière séance (Bogdanovich)
Flavia
juin = Mean streets (Scorsese)
juillet = Waterloo Bridge (LeRoy)
François Sanders
janvier = Somewhere (S.Coppola)
février = Black swan (Aronofsky)
mars = Fighter (O'Russell)
avril = Road to nowhere (Hellmann)
juillet = Zabriskie point (Antonioni)
Frank Bannister
mars = Black swan (Aaronofsky)
avril = Tron l'héritage
mai = Buried
Gnome
janvier = Les sans-espoir (Jancso)
février = Le premier jour du reste de ta vie (Bezançon)
mars = Le cache cache pastoral (Terayama)
avril = L'île du châtiment (Shinoda)
mai = Ne le dis à personne (Canet)
juin = Z (Costa-Gavras)
juillet = The tree of life (Mallick)
Gounou
janvier = Inferno (Argento)
février = Impitoyable (Eastwood)
mars = La charge héroïque (Ford)
avril = Essential killing (Skolismowski)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = La dernière piste (Reichardt)
juillet = Josey Wales hors-la-loi (Eastwood)
Hal 9000
janvier = Brainstorm (Trumbull)
février = Angel heart (Parker)
mars = La grande évasion (Sturges)
avril = Black death (Smith)
mai = L'étoffe des héros (Kaufman)
juin = X-Men : au commencement (Vaughn)
juillet = Quatre mouche de velours gris (Argento)
hansolo
avril = Rango (Verbinski)
mai = Source code (Jones)
hellboy
janvier = Mother (Bong)
février = The town (Affleck)
mars = Bad lieutenant (Herzog)
juin = X-Men le commencement (Vaughn)
juillet = 127 heures (Boyle)
hellrick
janvier = Agora (Amenabar)
février = La lame infernale (Delaman)
mars = La brigade du Texas (Douglas)
avril = Hobo with a shotgun (Eisener)
mai = Thor (Branagh)
juin = X-Men le commencement (Vaughn)
juillet 2011 = Femme ou démon (Marshall)
Helward
homerwell
janvier = La poison (Guitry)
février = Lucky star (Borzage)
mars = L'heure suprême (Borzage)
mai = Un conte de Noël (Desplechin)
Jack Griffin
février = Stop making sense (Demme)
jacques 2
mai = Two lovers (Gray)
Jeremy Fox
janvier = Tree of life (Mallick)
février = The descendants (Payne)
mars = Joe Dakota (Bartlett)
avril = L'heure d'été (Assayas)
mai = La forêt d'émeraude (Boorman)
juin = Prometheus (R.Scott)
Joe-ernst
janvier = Incendies (Villeneuve)
février = Une étoile est née (Cukor)
mars = Une si jolie petite plage (Allégret)
avril = Rabbit hole (Mitchell)
mai = Shakespeare Wallah (Ivory)
juin = Le guépard (Visconti)
juillet = The beloved rogue
Joe Wilson
janvier = Les affameurs (A.Mann)
février = Fanny & Alexandre (Bergman)
mars = Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi)
avril = Le roi Lear (Kozintsev)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Pandora (Lewin)
juillet = Le guépard (Visconti)
Johell
février = Dead people (Huyck)
mars = Marie poupée (Seria)
avril = La ballade de l'impossible (Tran)
mai = La solitude des nombres premiers (Costanzo)
juillet = Hanna (Wright)
John Anderton
janvier = The killer inside me (Winterbottom)
février = Black swan (Aronofsky)
mars = The social network (Fincher)
avril = Le convoi de la peur (Friekdkin)
mai = Les yeux de Julia
juin = The tree of life (Mallick)
juillet = True blood - saison 3
Jordan White
janvier = A serbian film (Spasosjevic)
février = The runaways (Sigismondi)
mars = Les jours et les nuits de China Blue (Russell)
avril = Defiance of good
juin = Une affaire d'état (Valette)
juillet = Towelhead (Ball)
Judyline
janvier = L'homme au masque de fer (Wallace)
février = Lilo & Stitch (Deblois & Sanders)
mars = A.I. (Spielberg)
avril = Social network (Fincher)
mai = Toy Story 3
juin = Esprits rebelles (Smith)
juillet = Le jour où la Terre s'arrêta (Wise)
-Kaonashi Yupa-
janvier = Le vieux fusil (Enrico)
février = Reds (Beatty)
mars = Winter's bone (Garnik)
avril = Bleu (Kieslowski)
mai = Miracle en Alabama (Penn)
juin = Alexandre le bienheureux (Robert)
juillet = Bienvenue Mister Chance (Ashby)
Karras
janvier = Incendies (Villeneuve)
février = Never let me go (Romanek)
mars = Revenge (Bier)
avril = L'étrangère
mai = The tree of life (mallick)
juin = Une séparation (Fahradi)
juillet = Chico & Rita
Kevin95
janvier = Arizona Junior (Coen)
février = La dame de Shangaï (Welles)
mars = True grit (Coen)
avril = Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Paprika (Kon)
juillet = A bout portant (Siegel)
Kimm
janvier = Poupoupidou (Hustache-Mathieu)
Leol
janvier = Tous en scène (Minelli)
février = Les visiteurs du soir (Carné)
mars = Madame De (Ophuls)
avril = A.I. (Spielberg)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Une séparation (Fahradi)
juillet = L'année du dragon (Cimino)
Léo Pard
janvier = Les évadés (Darabont)
février = Police Python 357 (Corneau)
mars = Les Blues brothers (Landis)
avril = Et pour quelques dollars de plus (Leone)
mai = Psychose (Hitchcock)
juin = Orange mécanique (Kubrick)
juillet = L'armée des ombres (Melville)
lermontov
mai = Abattoir 5 (Hill)
juin = Homicide (Mamet)
Lorenzo
Magobei
janvier = Rio Bravo (Hawks)
février = La bataille d'Alger (Pontecorvo)
mars = A l'Ouest rien de nouveau (Milestone)
avril = Pigs & Battleship (Imamura)
mai = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin = Convoi de femmes (Wellman)
Major Tom
janvier = L'aurore (Murnau)
février = Johnny Guitar (Ray)
mars = Out of Africa (Pollack)
avril = Deep end (Skolimowski)
mai = Moonrise kingdom (W.Anderson)
juin = Le procès (Welles)
mannhunter
janvier = Poupoupidou (Hustache-Mathieu)
février = Last night (Tadjedin)
mars = 127 heures (Boyle)
avril = L'agence (Nolfi)
mai = Le complexe du castor (Foster)
juin = Blue Valentine
juillet = Hanna (Wright)
Max Schreck
janvier = Avatar (Cameron)
février = Le 7eme jour (Saura)
mars = Black swan (Aaronofsky)
avril = Le viager (Tchernia)
mai = The tree of life (Mallick)
juillet = Summer wars (Hosoda)
Miss Nobody
janvier = Johnny Guitar (Ray)
février = La source (Bergman)
mars = Stalag 17 (Wilder)
avril = Série noire (Corneau)
mai = L'année du dragon (Cimino)
juin = Bienvenue à Gattaca (Niccol)
juillet 2011 = A bout de course (Lumet)
MJ
janvier = Experiment in terror (Edwards)
février = Poetry (Changdong)
mars = Safe (Haynes)
avril = Nowhere (Araki)
mai = La maman et la putain (Eustache)
juin = La loi du milieu (Hodges)
juillet = To sleep with anger (Burnett)
Nobody smith
janvier = 5cm par seconde (Shinkai)
février = True grit (Coen)
mars = La mélodie du bonheur (Wise)
avril = Les grands espaces (Wyler)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Panic sur Florida Beach (Dante)
juillet = Europa (Von Trier)
NotBillyTheKid
janvier = Le bal (Scola)
mars = Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)
avril = La ville abandonnée (Wellmann)
mai = Le fleuve sauvage (Kazan)
juillet = Baisers volés (Truffaut)
Père Jules
juillet = Le couteau dans l'eau (Polanski)
Phylute
juin = Balada Triste (De la Iglesia)
juillet = Chroniques d'un été (Rouch)
Pnom&Peh
janvier = Blood & sand (Mamoulian)
février = Incendies (Villeneuve)
Profondo Rosso
janvier = Bunny Lake a disparu (Preminger)
février = Walkabout (Roeg)
mars = Never let me go (Romanek)
avril = Saturday night & Sunday morning (Reisz)
mai = Isadora (Reisz)
juin = Henry V (Branagh)
juillet = La maitresse du lieutenant français (Reisz)
Ratatouille
janvier = Take Shelter (Nichols)
février = Incendies (Villeneuve)
mars = Les temps modernes (Chaplin)
avril = A propos d'Elly (Farhadi)
mai = Conversation secrète (Coppola)
juin = The Myth of the American Sleepover (Mitchell)
reuno
janvier = Ondine (Jordan)
février = Il était une fois dans l'Ouest (Leone)
mars = Tetsuo the bulletman (Tsukamoto)
avril = Animal kingdom (Michod)
mai = The tree of life (Mallick)
juin = Biutiful (Inarritu)
juillet = Memory lane (Hers)
Rick Blaine
janvier = Les Ailes (Wellman)
fevrier = French Cancan (Renoir)
mars = Duel Dans La Sierra (Sherman)
avril = The Thing (Carpenter)
mai = Moonrise Kingdom (W.Anderson)
juin = Nightfall (Tourneur)
Rockatansky
janvier = Triangle (C.Smith)
février = Pour elle (Cavayé)
mars = A bout portant (Cavayé)
avril = Hobo with a shotgun (Eisener)
mai = Confessions (Nakashima)
juin = J'ai rencontré le diable (Kim)
juillet = Hanna (Wright)
semmelweiss
janvier = Millenium (Fincher)
février = Rango (Verbinski)
mars = Faux-semblants (Cronenberg)
avril = titanic (Cameron)
mai = Eternal sunshine of the spotless mind (Gondry)
juin = De rouille et d'os (J.Audiard)
Someone 1600
janvier = Le guépard (Visconti)
février = Danse avec les loups (Costner)
mars = Last action hero (McTiernan)
avril = Rango (Verbinski)
mai = La harpe de Birmanie (Ichikawa)
juin = Barry Lyndon (Kubrick)
juillet = 1941 (Spielberg)
Sybille
janvier = Opening night (Cassavetes)
février = Darling (Schlesinger)
mars = The young Victoria (Vallée)
avril = Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)
mai = Aventures en Birmanie (Walsh)
juin = L'armée des ombres (Melville)
juillet = L'idiot (Kurosawa)
{b]Tommy Udo[/b]
janvier = The black book (A.Mann)
février = Movie crazy (Bruckman & lloyd)
mars = Marie-Martine (Valentin)
avril = Gentleman Jim (Walsh)
mai = Frau im mond (Lang)
juin = Desperate journey (Walsh)
Tom Peeping
mars = Black swan (Aaronosky)
juin = Le temps de l'innocence (Scorsese)
vic
janvier = Le passage du canyon (Tourneur)
février = Suzhou river (Ye)
mars = Winter's bone (Granik)
avril = Essential killing (Skolimowski)
mai = Source code (Jones)
juin = La dernière piste (Reichardt)
juillet = Deep end (Skolimowski)
Vic Vega
janvier = Les Pirates de Bubuan (Shohei)
février = Tomahawk (herman)
mars = Wings (Wellman)
avril = L'Insoumis (Cavalier)
mai = The Nickel Ride (Mulligan)
juin = Nightfall (Tourneur)
Watkissien
janvier =
février =
mars =
avril =
mai =

Avatar de l’utilisateur
John Anderton
Vintage
Messages : 7655
Inscription : 15 avr. 03, 14:32
Localisation : A bord de l'Orca, au large d'Amity

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar John Anderton » 1 oct. 12, 09:18

Réservé.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3589
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar monk » 1 oct. 12, 09:19

OCTOBRE

** DECOUVERTES **

Moonrise kingdom de Wes Anderson
Sideways de Alexander Payne
Le stratege de Bennett Miller
Espions sur la Tamise de Fritz Lang
Smith le taciturne de Leslie Fenton
Two o'clock courage de Anthony Mann
Desparate de Anthony Mann
Le grand attentat de Anthony Mann
Hannah et ses soeurs de Woody Allen
Joyeuse suicidée de William Wellman
L'ennemi public de William Wellman
Casino Royale de Martin Campbell
Le roi et quatre reines de Raoul Walsh
Le cirque de Charles Chaplin
Le kid de Charles Chaplin
Kiss me deadly de Robert Aldrich
Baby face de Alfred E. Green
Klute de Alan J Pakula


** REVOYURES **

Prometheus de Ridley Scott
L'étrange incident de William Wellman
Outland de Peter Hyams


** TV SHOWS **

Fringe S4 (en cours, laborieusement...)
Big bang therory S5 (en cours, avec délice)



Mois précédents :

Spoiler (cliquez pour afficher)
SEPTEMBRE


** DECOUVERTES **

Graine de violence de Richard Brooks
Annie Hall de Woody Allen
Manhattan de Woody Allen
Les forbans de la nuit de Jules Dassin
Man hunt de Frtitz Lang
Les bas fonds de Frisco de Jules Dassin
La nuit de l'iguane de John Huston
La fièvre dans le sang de ELia Kazan
Les visiteurs de Elia Kazan
Alamo de John Wayne
Le traitre du Texas de Budd Boetticher
L'attaque de la malle poste de Henry Hathaway
Duel dans la Sierra de George Sherman
La fille des prairies de George Sherman
La dernière chasse de Richard Brooks


** RE VISIONS **

Twister de Jan De Bont
Ridicule de Patrice Leconte
Contagion de Steven Soderbergh
Robocop 2 de Irvin Kerschner


** TIVI CHAUDS **

Fringe S4 (en cours)
The big bang theory S5 (en cours)


------------------------------------------

AOUT

** DECOUVERTES **

Quand la ville dort de John Huston
Frisco Jenny de William Wellman
Female de Michael Curtiz
3 on a match de Mervyn Leroy
Night Nurse de William Wellman
The purchase price de William Wellman
Rebelle de M. Andrews, B. Chapman et S. Purcell
St. Elmo's fire de Joel Schumacher
The sting de George Roy Hill
Les bourreaux meurent aussi de Fritz Lang
To be or not to be de Ernst Lubitsch
La dernière piste de Kelly Reichart
La main au collet d'Alfred Hitchcock
La chatte sur un toi brûlant de Richard Brooks
Un tramway nommé désire de Elia Kazan
Sur les quais de Elia Kazan
Viva Zapata ! de Elia Kazan
A l'est d'Eden de Elia Kazan
Le fleuve sauvage de Elia Kazan
Avengers de Joss Whedon


** RE VISIONS **

Jurassic park de Steven Spielberg
Les temps modernes de Charles CHaplin


** TIVI CHAUDS **

Californication S3


----------------------------------------------

JUILLET

** DECOUVERTES **

L'âge de glace 4 de Steve Martino et Mike Thurmeier
Madagascar 3 de Eric Darnell, Tom McGrath et Conrad Vernon
Le retour de Franck James de Fritz Lang
Furie de Fritz Lang
La femme au portrait de Fritz Lang
La rue rouge de Fritz Lang
The misfits de John Huston
Clash by night de Fritz Lang
The town de Ben Affleck
Desirs humains de Fritz Lang
La porte du diable de Anthony mann
The dark knight rises de Christopher Nolan
James Bond contre Dr No de Terrence Young
Greenberg de Noah Baumbach


** RE VISIONS **

The dark knight de Christopher Nolan


** TIVI CHAUDS **

Breaking Bad S4 (fin)
The big bang theory S4 (fini)

-----------------------------------------

JUIN

** DECOUVERTES **

Take shelter de Jeff Nichols (7.5/10)
Hondo de John Farrow
Prometheus de Ridley Scott
The descendants d'Alexander Payne
La soif du mal de Orson Welles
Heroes for sale de William Wellman
Wild boys of the road de William Wellman
Other men's women de William Wellman
Le rodeur de Jospeh Losey
Gilda de Charles Vidor
Nightfall de Jacques Tourneur
Joe Dakota de Richard Bartlett (updaté ici)
All that jazz de Bob Fosse (6.5/10)


** REVISIONS **

Alien (director's cut) de Ridley Scott (9/10)
Aliens (version longue) de James Cameron (8/10)
Alien 3 (version 2003) de David Fincher (5/10)
The tree of life de Terrence Malick

** Tivi Chow **

Breaking Bad S4 (en cours)

----------------------------------------

MAI


** DECOUVERTES **

The tin star d'Anthony Mann
Mission: impossible 3 de JJ Abrams
Au delà du missouri de William Wellman
La charge victorieuse de John Huston
Quand les tambours s'arrêteront de Hugo Fregonese
Mission: impossible - protocole fantome de Bard Bird
A feu et à sang de Budd Boetticher
L'Ange et le mauvais garçon de James Edward Grant
Hugo Cabret de Martin Scorsese
Le narcisse noir de Powell & Pressburger
L'appel de la foret de William Wellman
Track of the cat de William Wellman
La lance brisée d'Edward Dmytryck
Je n'ai pas tué Lincoln de John Ford


** REVISIONS **

La folle journée de Ferris Bueller de John Hugues


** Tivi Chow **

True blood S3


-------------------------------------------

AVRIL

** DECOUVERTES **

La rivière Tumen de Lu Zhang (5/10)
Le deserteur de Fort Alamo de Budd Boetticher
La ville abandonnée de William A Wellman
Convoi de femmes de William A Wellman
Sur la pistedes Mohawks de John Ford
La mission du commandant Lex de André de Toth
L'odyssée des Mormonts de Henry Hathaway (6.5/10)
Children who case lost voices from deep below de Makoto Shinkai
Carnage de Roman Polanski
The breakfast club de John Hughes
The furies de Anthony Mann
Le fleuve de Jean Renoir


** REVISIONS **


** Tivi Chow **

Game of Throne S1
The Big Bang Theory S3

-------------------------------------------------

MARS 2012

** DECOUVERTES **

Tron Legacy de Joseph Kosinski
Life without principle de Johnnie To
Bleak night de Sung-Hyun Yoon
The fourth portrait de Mong-Hong Chung (jamais fini)
Sept ans de réflexion de Billy Wilder
Vacances à Venise de David Lean
Le portrait de Dorian Gray de Albert lewin


** REVISIONS **

Planète rouge de Antony Hoffman (4/10)


** Tivi Chow **

Justified S2


----------------------------------------------------

FEVRIER 2012

** DECOUVERTES **

5 cm par seconde de Makoto Shinkai
Mai mai miracle de Sunao Katabuchi
My dear enemy de Lee Yoon-Ki
Katatsumori de Naomi Kawase
See heaven de Naomi Kawase
Hi wa katabuki de Naomi Kawase
Panique sur Floria Beach de Joe Dante
Drive de Nicolas Winding Refn
Ad-lib night de Lee Yoon-Ki
Come rain, come shine de Lee Yoon-Ki

** REVISIONS **

...

** Tivi Chow **

Mad Men S4
Justified S2 (en cours)

----------------------------------------------------

JANVIER 2012

** DECOUVERTES **

Marché De Brutes d'Anthony Mann
Incident De Frontière d'Anthony Mann
Rue De La Mort D'Anthony Mann
Le Voleur De Bicyclette de Vittorio De Sica
Le Port De La Drogue de Samuel Fuller
Agora d'Alejandro Amenabar
Les Amants de la Nuit de Nicholas Ray
La maison dans l'ombrede Nicholas Ray
Derrière le mirroir de Nicholas Ray
Party Girl de Nicholas Ray
Un homme est passé de John Sturges
Rêglement de comptede Fritz Lang
House by the river de Fritz Lang
Brève rencontre de David Lean


** REVISIONS **

Le Magicien D'Oz de Victor Flemming
Hellboy de Guillermo Del Toro
Brazil de Terry Gilliam
Labyrinth de Jim Henson


** TV chaud **

Mad Men S4 (en cours)

------------------------------------------------------

DECEMBRE 2011

¨¨ Découvertes ¨¨

He walked by night de Alfred L. Werker (et Anthony Mann)
Contagion de Steven Soderbergh
La brigade du suicide d'Anthony Mann
Super 8 de JJ Abrams
Le Chat Potté de John Doe
Kiseki (I WIsh) de Hirokazu Kore-Eda
Vampyr de Carl Theodor Dreyer
La Planete des Singes: Les Origines de Rupert Wyatt
Rango de Gore Verbinski
Captain America de Joe Johnston
Thor de Kenneth Branagh
Autant en Emporte Le Vent de Victor Fleming

¨¨ Revoyures ¨¨

Harry Potter et les reliques de la mort part2 de David Yates

¨¨ TV Shows ¨¨

Fringe S3

-------------------------------------------------------

NOVEMBRE 2011

*** Découvertes ***

Scarface de Howard Hawks
Pina de Wim Wenders
Un Monstre à Paris de Bibo Bergeron
Le Faucon Maltais de John Huston
La Grande Evasion de Raoul Walsh
Jules Cesar de Joseph Mankiewicz
L'Homme De La Rue de Franck Capra
Laura de Otto Preminger
Assurance sur la mort de Billy Wilder
Les Tueursde Robert Siodmak
The Naked City de Jules Dassin
Arrietty de Hiromasa Yonebayashi


*** Revoyures ***

--

*** TV shows ***

Fringe S3 (en cours)

-----------------------------------------------------

OCTOBRE 2011

*** Decouvertes

L'homme Sauvage de Robert Mulligan
La Dernière Caravane de Delmer Daves
L'homme de nul part de Delmer Daves
(Escape From) Fort Bravode John Sturges
The Law And Jake Wade de John Sturges
Rio de John Doe
Rêglement de Comptes à OK Corral de John Sturges
Red Line de Takeshi Koike
Poongsan de Juhn Jaihong
Dream Home de Ho-Cheung Pang
X-Men First Class de Matthew Vaughn

*** Revoyures

The Tree Of Life de Terrence Malick
Baraka de Ron Fricke
Le pont de la rivière Kwai de David Lean

*** TV Shows

Mad Men S3 (en cours)

-------------------------------------------------------

SEPTEMBRE 2011

***Découvertes

J'ai rencontré le diable de Kim Jee-woon
Toilet de Naoko Ogigami
Children... de Lee Kyu Man
The Magnificent Ambersons de Orson Welles
Source Code de Duncan Jones
True Grit de Joel Coen
The Tall T de Budd Boetticher
Decision at Sundown de Budd Boetticher
Buchanan Rides Alone de Budd Boetticher
Ride Lonesome de Budd Boetticher
Comanche Station de Budd Boetticher
La Guerre Des Boutons d'Yves Robert
La Dame de Shanghai d'Orson Welles
Saddle The Wind de Robert Parrish
The Incredible Shrinking Man de Jack Arnold

***Révisions

Citizen Kane de Orson Welles

***Série

Breaking Bad S3
Mad Men S3 (en cours)


Et dans les épisodes précédents...

(Aout 2011)
Le jardin du Diable de Henry Hathaway
Vera Cruz de Robert Aldrich
Le gaucher de Arthur Penn
Miracle en Alabama de Arthur Penn
Les hommes préfèrent les blondes de Howard Hawks
La rivière sans retour de Otto Preminger
3:10 pour Yuma de Delmer Daves
La colline des potences de Delmer Daves
Jeremiah Johnson de Sydney Pollack
The Fighter de David O. Russell
127 Heures de Danny Boyle
Killing Bono de Nick Hamm
Paul de Greg Mottola
Tetsuo the bullet man de Shinya Tsukamoto

Juillet 2011
L'appat de Anthony Mann
Je suis un Aventurier de Anthony Mann
La charge des tuniques bleues de Anthony Mann
Fort Apache de John Ford
Niagara de Henry Hathaway
The Murderer de Na Hong-Jin

Juin 2011
Le convoi des braves de John Ford
La flèche brisée de Delmer Daves
L'homme de la plaine de Anthony Mann
L'homme de l'ouest de Anthony Mann
Winchester '73 d'Anthony Mann
Les affameurs d'Anthony Mann
Dernière édition par monk le 2 nov. 12, 08:43, édité 24 fois.

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47832
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Boubakar » 1 oct. 12, 09:20

Octobre 2012

Film du mois

Films vus

- La maison du lac (Rydell) 9/10

- Lady Snowblood (Fujita) 8,5/10

- Une certaine rencontre (Mulligan) 8/10
- Le dernier samaritain (T.Scott) 8/10
- Skyfall (Mendes) 8/10
- Margin call (Chandor) 8/10

- Brewster McCloud (Altman) 7,5/10

- La neuvième porte (Polanski) 7/10

- Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe... sans jamais oser le demander (Allen) 6,5/10
- U.S. Marshals (Baird) 6,5/10
- Paperboy (Daniels) 6,5/10
- Le Skylab (Delpy) 6,5/10

- Jamais plus jamais (Kershner) 6/10
- La clinique de l'amour (De Penguern) 6/10
- L'appel de la forêt (Wellman) 6/10
- La part des anges (Loach) 6/10

- Stars 80 (Langmann & Forrestier) 5/10

- Dangereusement vôtre (Glen) 4,5/10
- Ma première fois (Mention-Schaar) 4,5/10

- Astérix & Obélix, au service de sa majesté (Tirard) 4/10
- Rock forever (Shankman) 4/10
- Megamind (T.McGrath) 4/10
- Le farceur (De Broca) 4/10

- The great ecstasy of Robert Carmichael (Clay) 1/10
- Le gorille (Dwan) 1/10

Films revus

Mes films du mois (Mai 2005 - Septembre 2012)
Spoiler (cliquez pour afficher)
mai 2005 = Star Wars episode III (Lucas)
juin 2005 = Les poupées russes (Klapisch)
juillet 2005 = La guerre des mondes (Spielberg)
août 2005 = L'auberge espagnole (Klapisch)
septembre 2005 = To live and die in LA (Friedkin)
octobre 2005 = Mon nom est personne (Valerii)
novembre 2005 = Blackjack (Dezaki)
décembre 2005 = Bernie (Dupontel)
janvier 2006 = La chute (Hirschbiegel)
février 2006 = Rambo (Kotcheff)
mars 2006 = Coup de tête (Annaud)
avril 2006 = Les duellistes (R.Scott)
mai 2006 = Spartacus (Kubrick)
juin 2006 = La ruée vers l'or (Chaplin)
juillet 2006 = La horde sauvage (Peckinpah)
aout 2006 = The Kid (Chaplin)
septembre 2006 = Un après midi de chien (Lumet)
octobre 2006 = History of violence (Cronenberg)
novembre 2006 = Seul contre tous (Noé)
décembre 2006 = Le lauréat (Nichols)
janvier 2007 = Rocky Balboa (Stallone)
février 2007 = 2001 (Kubrick)
mars 2007 = Bad Lieutenant (Ferrara)
avril 207 = Vertigo (Hitchcock)
mai 2007 = Lady Chatterley (Ferran)
juin 2007 = Bloody sunday (Greengrass)
juillet 2007 = Les infiltrés (Scorsese)
août 2007 = Lettres d'Iwo Jima (Eastwood)
septembre 2007 = L'hirondelle d'or (Hu)
octobre 2007 = Black book (Verhoeven)
novembre 2007 = 12 hommes en colère (Lumet)
décembre 2007 = Les chansons d'amour (Honoré)
janvier 2008 = Assurance sur la mort (Wilder)
février 2008 = Requiem pour un massacre (Klimov)
mars 2008 = There will be blood (P.T. Anderson)
avril 2008 = La ligne rouge (Mallick)
mai 2008 = The Killer (Woo)
juin 2008 = La graine et le mulet (Kechiche)
juillet 2008 = Le château de l'araignée (Kurosawa)
aout 2008 = Gentleman Jim (Walsh)
sepembre 2008 = Marius/Fanny/César (Korda/Allegret/Pagnol)
octobre 2008 = Fenêtre sur cour (Hitchcock)
novembre 2008 = Network (Lumet)
décembre 2008 = Bonnie & Clyde (A. Penn)
janvier 2009 = De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (Newman)
février 2009 = Gran Torino (Eastwood)
mars 2009 = 7h58, ce samedi-là (Lumet)
avril 2009 = Harold & Maude (Ashby)
mai 2009 = L'aventure de Mme Muir (Mankiewicz)
juin 2009 = Les visiteurs (Kazan)
juillet 2009 = JFK (Stone)
aout 2009 = Les choses de la vie (Sautet)
septembre 2009 = La comtesse aux pieds nus (Mankiewicz)
octobre 2009 = Le samouraÏ (Melville)
novembre 2009 = The offence (Lumet)
décembre 2009 = Avatar (Cameron)
janvier 2010 = Calmos (Blier)
février 2010 = Un dimanche à la campagne (Tavernier)
mars 2010 = The box (Kelly)
avril 2010 = La dernière caravane (Daves)
mai 2010 = La colline des hommes perdus (Lumet)
juin 2010 = L'adieu aux armes (Borzage)
juillet 2010 = La chevauchée des bannis (DeToth)
aout 2010 = Zazie dans le métro (Malle)
septembre 2010 = Des hommes et des dieux (Beauvois)
octobre 2010 = The social network (Fincher)
novembre 2010 = L'enfer est à lui (Walsh)
décembre 2010 = Bright star (Campion)
janvier 2011 = La vengeance aux deux visages (Brando)
février 2011 = L'homme qui voulut être roi (Huston)
mars 2011 = Pour une poignée de dollars (Leone)
avril 2011 = Amants et fils (Cardiff)
mai 2011 = Conte d'été (Rohmer)
juin 2011 = Punishment park (Watkins)
juillet 2011 = Les gens de la pluie (Coppola)
aout 2011 = The proposition (Hillcoat)
septembre 2011 = A la recherche de Garbo (Lumet)
octobre 2011 = Police (Pialat)
novembre 2011 = Capturing the Friedmans (Jarecki)
décembre 2011 = Shame (McQueen)
janvier 2012 = Dressé pour tuer (Fuller)
février 2012 = Un homme est passé (Sturges)
mars 2012 = Punch drunk love (P.T.Anderson)
avril 2012 = Une journée particulière (Scola)
mai 2012 = De rouille et d'os (J.Audiard)
juin 2012 = Commando (L.Lester)
juillet 2012 = Warrior (O'Connor)
aout 2012 = Deep end (Skolimowski)
septembre 2012 = Out of Africa (Pollack)
Dernière édition par Boubakar le 1 nov. 12, 09:30, édité 21 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85996
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Jeremy Fox » 1 oct. 12, 09:22

Octobre 2012


Film du mois


Image


Films découverts, redécouverts ou revus (Hors competition) par ordre décroissant d'appréciation

* Battlestar Galactica / Saison 2 2005 : 8/10
* Antoine et Antoinette : Jacques becker 1947 : 8/10

* Pinocchio : Ben Sharpsteen & Hamilton Luske 1940 : 7.5/10

* Walk the Line : James Mangold 2006 : 7/10
* Skyfall : Sam Mendes 2012 : 7/10

* Amour, Fleur Sauvage (Shotgun) : Lesley Selander 1955 : 6.5/10
* Le Convoi Maudit (The Outriders) : Roy Rowland 1950 : 6.5/10
* Le Privé (The Long Goodbye) : Robert Altman 1973 : 6.5/10
* Blanche Neige et les sept nains (Snow White and the Seven Dwarfs) : David Hand 1937 : 6.5/10
* James Bond contre Dr No (Dr No) : Terence Young 1962 : 6.5/10

* A l'ombre des potences (Run for Cover) : Nicholas Ray 1955 : 6/10
* Last Chance for Love (Last Chance Harvey) : Joel Hopkins 2008 : 6/10
* Cent Mille Dollars au Soleil : Henri Verneuil 1964 : 6/10
* Under Fire : Roger Spottiswoode 1983 : 6/10
* Montparnasse 19 : Jacques Becker 1959 : 6/10

* Bons Baisers de Russie (From Russia to Love) : Terence Young 1963 : 5.5/10
* Cinq Fusils à l'Ouest (Five Guns West) : Roger Corman 1955 : 5.5/10
* Funny People : Judd Apatow 2009 : 5.5/10

* Un Taxi pour Tobrouk : Denys de la Pattelière 1960 : 5/10
* Hors Satan : Bruno Dumont 2011 : 5/10

* Les Rôdeurs de l'Aube (Rage at Dawn) : 1955 : 4/10

* Le Grand Chef (Chief Crazy Horse) : George Sherman 1955 : 3/10
* Le Géant du Grand Nord (Yellowstone Kelly) : Gordon Douglas 1959 : 3/10
* Horizons Lointains (The Far Horizons) : Rudolph Maté 1955 : 3/10

* Tornade sur la Ville (The Man from Bitter Ridge) : Jack Arnold 1955 : 2.5/10
* Une Etrangère dans la Ville (Strange Lady in Town) : Mervyn LeRoy 1955 : 2.5/10

* Comanche : George Sherman 1956 : 2/10



Mes films du mois

Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2005 : Je suis un évadé (I was a fugitive from a chain gang) : Mervyn LeRoy
Juin 2005 : Le Kid de Cincinatti (The Cincinatti Kid) : Norman Jewison
Juillet 2005 : Haute société (High society) : Charles Walters
Aout 2005 : De battre mon coeur s'est arrêté : Jacques Audiard
Septembre 2005 : La Charge des Tuniques Bleues (The last frontier) : Anthony Mann
Octobre 2005 : Tempête à Washington (Advise and consent) : Otto Preminger
Novembre 2005 : A.I. : Steven Spielberg
Décembre 2005 : Capitaine de Castille : Henry King
FILM DE L'ANNEE 2005 : A.I.
Janvier 2006 : Coups de feu dans la Sierra (Ride the High Country) : Sam Peckinpah
Février 2006 : Le Nouveau monde (The New World) : Terrence Malick
Mars 2006 : 42ème rue (42nd Street) : Lloyd Bacon
Avril 2006 : Pompoko : Isao Takahata
Mai 2006 : La Dernière caravane (The Last Wagon) : Delmer Daves
Juin 2006 : La Ville abandonnée (Yellow Sky) : William Wellman
Juillet 2006 : La Porte du paradis (Heaven's gate) : Michael Cimino
Août 2006 : L'Appat (The Naked Spur) : Anthony Mann
Septembre 2006 : Nuages d'été (Iwashigumo) : Mikio Naruse
Octobre 2006 : Assurance sur la mort (Double Indemnity) : Billy Wilder
Novembre 2006 : Nausicaa de la vallée du vent : Hayao Miyazaki
Décembre 2006 : Le Rebelle (The Fountainhead) : King Vidor
FILM DE L'ANNEE 2006 : LE NOUVEAU MONDE
Janvier 2007 : El Perdido (The Last Sunset) : Robert Aldrich
Février 2007 : L'homme de nulle part (Jubal) : Delmer Daves
Mars 2007 : Le Cheval de fer (The Iron Horse) : John Ford
Avril 2007 : Les Contes de Terremer : Goro Miyazaki
Mai 2007 : Le Passage du Canyon (Canyon Passage) : Jacques Tourneur
Juin 2007 : A History of Violence : David Cronenberg
Juillet 2007 : Steamboy : Katsuhiro Otomo
Aout 2007 : Le Mariage est pour demain (Tennessee's Partner): Allan Dwan
Septembre 2007 : Le Temps de l'Innocence (The Age of Innocence) : Martin Scorsese
Octobre 2007 : Sur la Piste des Comanches (Fort Dobbs) : Gordon Douglas
Novembre 2007 : Stars in My Crown : Jacques tourneur
Décembre 2007 : Liaisons secrètes (Strangers when we Meet) : Richard Quine
FILM DE L'ANNEE 2007 : LE PASSAGE DU CANYON
Janvier 2008 : La Flèche et le Flambeau (The Flame and the Arrow) : Jacques Tourneur
Février 2008 : No Country for Old Men : Joel et Ethan Coen
Mars 2008 : Retour à Howards End (Howards End) : James Ivory
Avril 2008 : La plus belle fille du monde (Billy Rose's Jumbo) : Charles Walters
Mai 2008 : L'Attaque de la malle-poste (Rawhide) : Henry Hathaway
Juin 2008 : La Brigade Héroïque (Saskatchewan) : Raoul Walsh
Juillet 2008 : Et au milieu coule une rivière (A River Runs Through It) : Robert Redford
Aout 2008 : La Peau d'un autre (Pete Kelly's Blues) : Jack Webb
Septembre 2008 : Amants et fils (Sons and Lovers) : Jack Cardiff
Octobre 2008 : The Great American Broadcast : Archie Mayo
Novembre 2008 : Bastogne (Battleground) : William Wellman
Décembre 2008 : La Chevauchée de la Vengeance (Ride Lonesome) : Budd Boetticher
FILM DE L'ANNEE 2008 : LA CHEVAUCHEE DE LA VENGEANCE
Janvier 2009 : La Nuit nous appartient (We Own the Night) : James Gray
Février 2009 : Lili : Charles Walters
Mars 2009 : La Montagne des neuf Spencer (Spencer's Moutain) : Delmer Daves
Avril 2009 : Papa Longues jambes (Daddy Long Legs) : Jean Negulesco
Mai 2009 : La Vie de Jésus : Bruno Dumont
Juin 2009 : Autant en emporte le vent : Victor Fleming
Juillet 2009 : Max et les ferrailleurs : Claude Sautet
Août 2009 : Inglourious Basterds : Quentin Tarantino
Septembre 2009 : La Complainte du sentier : Satyajit Ray
Octobre 2009 : Oliver : Carol Reed
Novembre 2009 : Tous les Matins du monde : Alain Corneau
Décembre 2009 : Ponyo sur la falaise : Hayao Myiazaki
FILM DE L'ANNEE 2009 : AUTANT EN EMPORTE LE VENT
Janvier 2010 : Le Mépris : Jean-Luc Godard
Février 2010 : La Princesse et la grenouille : John Musker et Ron Clements
Mars 2010 : Can Can : Walter Lang
Avril 2010 : Cabaret : Bob Fosse
Mai 2010 : L'accompagnatrice : Claude Miller
Juin 2010 : La Femme Défendue : Philippe Harel
Juillet 2010 : La Vie Moderne : Raymond Depardon
Aout 2010 : Les Incorruptibles : Brian De Palma
Septembre 2010 : La Meilleure façon de Marcher : Claude Miller
Octobre 2010 : La Harpe de Birmanie : Kon Ichikawa
Novembre 2010 : Bright Star : Jane Campion
Décembre 2010 : Raiponce : Nathan Greno et Byron Howards
FILM DE L'ANNEE 2010 : LE MEPRIS
Janvier 2011 : Breaking the Waves : Lars Von Trier
Février 2011 : Agora : Alejandro Amenabar
Mars 2011 : Lady Chatterley : Pascal Ferran
Avril 2001 : La Porte du Diable : Anthony Mann
Mai 2011 : Tomahawk : George Sherman
Juin 2011 : L'Echange : Clint Eastwood
Juillet 2011 : Les Plages d'Agnès : Agnès Varda
Août 2011 : Les Inconnus dans la ville : Richard Fleischer
Septembre 2011 : Melancholia : Lars Von Trier
Octobre 2011 : Aguirre, la colère de Dieu : Werner Herzog
Novembre 2011 : Le Gamin au vélo : Les Frères Dardenne
Décembre 2011 : Là-haut : Pete Docter
FILM DE L'ANNEE 2011 : LA PORTE DU DIABLE
Janvier 2012 : Tree of Life : Terrence Malick
Février 2012 : The Descendants : Alexander Payne
Mars 2012 : Joe Dakota : Richard Bartlett
Avril 2012 : L'heure d'été : Olivier Assayas
Mai 2012 : La forêt d'émeraude : John Boorman
Juin 2012 : Prometheus : Ridley Scott
Juillet 2012 : Wall-E : Andrew Stanton
Août 2012 : Polisse : Maïwenn
Septembre 2012 : The Artist : Michel Hazanavicius
Octobre 2012 : Antoine et Antoinette : : Jacques Becker

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14738
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Père Jules » 1 oct. 12, 09:24

Octobre 2012
(films vus, revus et redécouverts)

Image

L'invasion des profanateurs de sépultures (Don Siegel, 1956) Image
Un film immense dont la réputation d'œuvre culte est tout à fait méritée. Quatre-vingt minutes trépidantes menées tambour battant par un Don Siegel au sommet de sa forme. Parler de ce film revient à multiplier à l'infini les superlatifs, je me contente donc de dire que le blu-ray édité par Olive Films est d'une beauté sidérante et donne enfin un écrin à la hauteur de ce chef-d'œuvre. Les contrastes sont stupéfiants, le grain cinéma très bien rendu et l'image est d'une propreté ahurissante. Définitivement conquis donc, comme s'il pouvait en être autrement.

Joe Dakota (Richard Bartlett, 1957) Image
Un western tout à fait atypique qui reprend les grandes lignes d'Un homme est passé de Sturges. Le film débute sur une série de cette alternant tension et situations comiques qui surprennent pour le moins le spectateur. Passées les vingt premières minutes, le film gagne à mon sens en gravité et, j'ose le dire, en intérêt. Non que l'introduction soit ratée, mais elle m'apparaît un poil longuette (Tavernier, dans les bonus du dvd, loue au contraire ce début qu'il juge "plein de charme"). Joe Dakota n'en reste pas moins maitrisé et mis en boite avec métier. Quant à la distribution, ce fut ma première rencontre avec Jock Mahoney qui rend, ma foi, une copie des plus convenables. Mais pour moi, la vraie satisfaction de ces 75 minutes, c'est évidemment la présence de Charles McGraw, acteur qui occupe une bonne place dans mon panthéon personnel. Sa présence, sa gueule, sa voix éraillée lui permettent de capter l'attention du spectateur de manière incroyable. De ce point de vue, le film de Bartlett est une énième confirmation. Agréable découverte et bon film en définitive.

La femme aux cigarettes (Jean Negulesco, 1948) Image
Un film noir assez bavard quoique très bien mis en scène par un Negulesco inspiré (surtout les dix dernières minutes). J'attendais beaucoup de la confrontation entre Ida Lupino, Cornel Wilde et Richard Widmark mais ça reste finalement assez stéréotypé et prévisible. L'ensemble n'est pas désagréable mais traine un peu en longueur (les 1h35 auraient gagnées à être réduites d'un bon quart d'heure). A voir.

Jeremiah Johnson (Sydney Pollack, 1972) Image
Pas certain d'être d'un enthousiasme démesuré à la découverte de ce film dont les héritiers les plus ostensiblement revendiqués sont Danse avec les loups et Into the Wild. Les paysages des Rocheuses sont sublimement mis en images, le propos est loin d'être inintéressant, Robert Redford est remarquable mais un petit je-ne-sais-quoi m'empêche d'adhérer totalement à ce film. Sans doute l'impression d'avoir justement été confronté trop souvent à ce type d'œuvre emblématique du renouveau du cinéma américain. J'ai tout de même passé un bon moment.

Les flics ne dorment pas la nuit (Richard Fleischer, 1972) Image
Le quotidien de flics du L.A.P.D., leurs tournées, leur vie d'homme, entre espoir et illusions. Un excellent film rythmé par la musique de Quincy Jones et défendu par un duo d'acteurs tout à fait épatant. Fleischer réalise ici sans doute le film le plus convaincant de la dernière partie de sa carrière (avec Soleil vert).

Les choses de la vie (Claude Sautet, 1970) Image
Un film épatant qui malgré quelques maladresses (Piccoli en voix-off après l'accident, c'est too much de mon point de vue) est un condensé d'émotions simples et bouleversantes à la fois. La quintessence du cinéma de Sautet est devenue un titre. Ces petites choses de la vie, le réalisateur savait les capter mieux que quiconque, avec des comédiens magnifiques de simplicité, d'humanité. Piccoli et Schneider sont superbes.

John McCabe (Robert Altman, 1971) Image
Pour la première fois, un film d'Altman m'a ennuyé. Et c'est d'autant plus rageant que j'attendais un très grand film. En dehors de l'aspect formel qui me séduit toujours autant, j'ai cette fois-ci été confronté à un sujet qui ne m'a pas interpellé plus que ça. Est-ce dû à la fatigue qui pesait sur mes lourdes épaules au moment du visionnage, mais toujours est-il que le début m'a semblé incroyablement confus, que le jeu de Warren Beaty m'a une nouvelle fois laissé de marbre (ce fut déjà le cas avec Splendor in the Grass) et que - palme de l'effet visuel le plus laid - les ajouts de neige sur la pellicule (surtout à la fin) ont eu raison de ma patience. J'ai vu le film en deux temps (avec une sieste de deux heures au milieu) et ne suis pas certain de pouvoir attribuer une note en toute impartialité. Ce sera donc trois étoiles (because Altman) en attendant une probable réévaluation dans les prochains mois.

Monsieur Hire (Patrice Leconte, 1989) Image
Jusqu'à hier soir, je pensais que le meilleur film de Leconte était Ridicule. J'ai désormais la certitude qu'il s'agit en réalité de Monsieur Hire. Comme beaucoup, j'ai songé tour à tour au Locataire et à Trop belle pour toi. Pour l'aspect voyeuriste dans le premier cas, et pour l'ambiance quasi irréelle, hors du temps, qui émane du film dans le second (bien aidé par le quator de Brahms, véritablement entêtant). Michel Blanc est tout à fait remarquable et la mise en scène est impeccable. Pour la toute fin, je me reconnais dans l'avis de Demi-Lune. Elle me parait bâclée et exagérément chargée en pathos.

Following (Christopher Nolan, 1998) Image
Un premier film surprenant, excellemment dialogué, qui comporte déjà les expérimentations narratives dont Nolan se fera le spécialiste mondialement reconnu avec son film suivant, Memento. Personnellement je goûte peu cet aspect désorganisé du montage mais je dois reconnaitre qu'il confère à l'ensemble un côté assez fascinant. Nolan signe un film très influencé par David Mamet dans son écriture diaboliquement tortueuse et impitoyable (les dernières minutes dans le commissariat glaceraient presque le sang). Following me réconcilie un peu avec ce réalisateur dont je n'apprécie que très modérément les blockbusters. Comme quoi, avec un budget de 6000 $ il est encore possible de faire des bons films...

Obsession (Brian De Palma, 1976) Image
Je n'y croyais plus ou voulais plus y croire, mais j'ai failli adorer un film de De Palma. Pendant un peu plus d'une heure, Obsession m'a presque envoûté. La caméra virtuose (le traveling du Pontchartrain Memorial Park putain !), bien aidée en cela par l'omniprésente bande originale de Bernard Hermann, impose au spectateur une histoire hypnotique, relecture quelque peu grandiloquente, il faut bien l'avouer, du Vertigo d'Hitchcock. Et puis, patatras ! Les vingt dernières minutes viennent plomber un film que je me surprenais à aimer. Revoilà le gros Brian avec ses gros sabots, son absolu manque de finesse et sa propension presque pathologique à nous infliger des scènes marquées du sceau de l'outrance. Les toutes dernières secondes dans l'aéroport sont à ce titre tout à fait ridicules et je ne me souviens pas avoir vu Genevieve Bujold aussi mauvaise. Pour conclure sur une note tout de même positive, je dois reconnaitre que l'idée de le revoir dans un futur plus ou moins proche fait déjà son chemin.

Sous le ciel de Paris (Julien Duvivier, 1951) Image
Je voulais toucher du doigt le Paris du début des années 50, qui plus est sous la patte de Duvivier. Malheureusement le film, trop long et peut-être trop ambitieux, peine à dégager un réel intérêt et est pris à son propre piège. La multiplicité des personnages et des histoires censées s'entrecroiser divise paradoxalement d'autant l'intérêt. Déception.

Drive a Crooked Road (Richard Quine, 1954) Image
Excellent petit noir. Cette énième histoire du pauvre gars qui tombe amoureux d'une nénette maquée avec des voyous fonctionne à merveille sous les auspices du tandem Richard Quine/Blake Edwards (crédité ici comme scénariste). Un film intelligemment construit et interprété très solidement (Mickey Rooney est vraiment remarquable). Très belle découverte.

Comme un chien enragé (James Foley, 1986) Image
Hormis l'esthétique 80's pénible et l'insupportable Madonna chantant sur le générique de fin, force est de constater que ce film ne laisse pas indifférent. Désœuvrement, chômage et finalement délinquance par l'intermédiaire d'un père absent des années et qui refait surface. James Foley, auteur du réussi Glengarry Glen Ross, saisit avec talent l'opposition de deux hommes, le père et le fils. Deux personnages auxquels donnent chair Christopher Walken et Sean Penn, tous deux remarquables. Un film amer, sombre, dont certains excès et un montage parfois un peu laborieux peuvent altérer l'enthousiasme.

L'étrange Monsieur Victor (Jean Grémillon, 1938) Image
J'avoue non sans honte avoir eu du mal à suivre l'intrigue sans ressentir un certain ennui. Non que la question de la culpabilité traitée par Grémillon ne soit pas intéressante mais voilà, c'est long, très long, trop long. Ce n'est fait quasiment que de temps morts et les acteurs (y compris Raimu) sont trop théâtraux pour qu'une quelconque émotion puisse passer.

Le guépard (Luchino Visconti, 1963) Image
Qu'il est loin le vague souvenir d'adolescence et d'ennui poli ressenti devant ce monument. Car c'est un monument en tout point que ce film sur lequel tout a déjà été dit ou presque. Mise en scène, reconstitution des décors, des costumes, interprétation (pendant trois heures, Burt Lancaster est le plus grand acteur que la Terre ait portée)... rien n'échappe aux superlatifs. Les images sublimes de la Sicile, l'arrivée de la famille de Salina à Donnafugata, la partie de chasse et bien sûr ces dernières quarante-cinq minutes qui côtoient le sublime avec le bal et surtout -surtout !- le Prince de Salina pris de malaise qui contemple avec tristesse le tableau de Greuze, La malédiction du père: le fils puni. Mais Le guépard, c'est bien plus qu'une immense réussite plastique, c'est aussi un parti-pris historique ambitieux: montrer la chute programmée d'une aristocratie millénaire au profit d'une bourgeoisie montante et assoiffée de réussite ("Nous étions les guépards, les lions. Après nous ce seront les chacals et les hyènes" explique le Prince de Salina). A ce titre la scène opposant Lancaster et Reggiani lorsqu'ils évoquent le référendum est un moment clé pour comprendre ce qui se jouait à cette époque de Risorgimento. Bref, un enthousiasme total, pas une seule seconde d'ennui, pour ce qui est d'ores et déjà mon film du mois d'octobre (faisant du même coup une entrée remarquée dans mon top 100).

Violence et passion (Luchino Visconti, 1974) Image
Après un début chaotique et difficilement compréhensible le film atteint un rythme de croisière assez convaincant. En limitant l'action à deux appartements, Visconti exige d'autant plus de ses comédiens; faire vivre le récit est un challenge de taille. Contrairement au Guépard, il n'est point question ici de sublimes décors et de reconstitution minutieuse. Cependant, le parallèle avec l'illustre prédécesseur de Violence et passion est évident: il s'agit de montrer un homme (incarné par un Burt Lancaster génial) qui s'aperçoit qu'il est tout à fait étranger au monde auquel il est confronté (incarné par les trois jeunes personnages). Le professeur rappelle d'ailleurs souvent qu'il est "un enfant de la guerre". Ce traumatisme semble avoir dicté la conduite d'une vie entière, l'échec de son couple, son besoin de solitude, l'austérité de son appartement. Un personnage dans lequel Visconti semble avoir mis beaucoup de lui-même. Très bon film.

Fureur apache (Robert Aldrich, 1972) Image
Exceptionnelle découverte. Aldrich livre une œuvre qui va au-delà du simple western et qui analyse avec gravité et désenchantement l'âme humaine. Sans atteindre l'épure d'un Boetticher, Ulzana's Raid est filmé avec une économie d'effets et une telle sobriété que le propos n'en est que plus percutant, plus cruel. Aux antipodes d'un cinéma qui se donne bonne conscience en pointant du doigt victimes et bourreaux de manière systématique. Ce manichéisme irritant, Aldrich le balaie d'un revers de la main et démontre avec conviction que la violence et la haine n'appartiennent pas à un camp en particulier. Et que dire de la prestation de Burt Lancaster ? Il est évidemment admirable dans le rôle de McIntosh, éclaireur qui semble tout au long du film marcher vers la mort avec résignation. Chef-d'œuvre.

L'ultimatum des trois mercenaires (Robert Aldrich, 1977) Image
Film rare et pourtant essentiel dans la filmographie d'Aldrich, il s'agit d'une œuvre puissamment dénonciatrice portée par un casting cinq étoiles (Burt Lancaster -quatrième film consécutif vu avec lui-, Richard Widmark, Joseph Cotten, Melvyn Douglas, Charles McGraw). Film d'anticipation (l'action se déroule en 1981) évoquant les mensonges éhontés de l'administration américaine durant le conflit vietnamien, Twilight's Last Gleaming se pose également comme un exercice de style ambitieux. Les multiples split screens semblent vouloir participer à la tension grandissante tout au long du film. Cependant, cet usage répété nuit à mon sens à cette volonté. Un usage plus parcimonieux aurait valorisé les passages réellement tendus. Par ailleurs, la solennité de certains passages dramatiques (la scène finale pour ne citer qu'elle) porte un peu préjudice au propos. Mais ne nous y trompons pas, le film est passionnant. Hâte de le revoir en blu-ray...

Big Leaguer (Robert Aldrich, 1953) Image
Est-ce mon total désintérêt pour l'univers du baseball ? Est-ce la faiblesse du scénario et des enjeux dramatiques du récit ? Est-ce l'absence totale de profondeur chez les personnages ? Est-ce la platitude de la réalisation ? Toujours est-il qu'en 70 minutes, on a largement le temps de s'ennuyer sec devant ce film sans rythme, sans âme et qui aurait pu être réalisé par n'importe qui. Et dire que l'année suivante, Aldrich réalisait Bronco Apache et Vera Cruz... Reste Edward G. Robinson qui rend une prestation honnête. A voir si vous êtes un inconditionnel d'Aldrich (ou un fana de baseball, si ça existe de ce côté de l'Atlantique).

The Thing (John Carpenter, 1982) Image
Le chef-d'œuvre de Big John. Un film dont la perfection est à chaque fois plus évidente.

La peau douce (François Truffaut, 1964) Image
Un film d'une pudeur incroyable, fin et sensible. A la réflexion, je crois bien qu'il s'agit de mon film préféré de François Truffaut, cinéaste dont je suis par ailleurs pas un inconditionnel. Il a su s'effacer derrière son sujet et faire preuve d'une remarquable sobriété. Les prestations toute en retenue de Jean Desailly et Françoise Dorléac comptent également parmi les points forts de La peau douce. Une réussite globale dont je ne regrette finalement que la fin, trop brutale.

Le gorille vous salue bien (Bernard Borderie, 1958) Image
Un chouette film, comme on savait en faire dans le passé. Sans prétention, ne prenant pas son public pour un crétin tout en s'astreignant à des règles grand public, Le gorille vous salue bien est un savant mélange de film d'espionnage, de comédie et de scènes de bourre-pifs à l'ancienne qui procurent un vrai plaisir. D'autant qu'on y retrouve des acteurs comme je les aime: Lino Ventura, Charles Vanel, Jean-Pierre Mocky... et en plus, la photographie de Louis Page est très classe. A voir.

Plein la gueule (Robert Aldrich, 1974) Image
Longtemps le titre français du film et la jaquette du dvd montrant Burt Reynolds en footballeur américain avaient fonctionné comme des repoussoirs. C'était une erreur. Le cinéma d'Aldrich mérite mieux que des idées préconçues. The Longest Yard est un film solide, costaud, sans concession. Il faut voir la séquence d'ouverture, presque aussi violente qu'un film de Peckinpah où l'on voit un Steve McQueen mettre une bonne torgnole à Ali McGraw, pour se convaincre qu'on sera confronté à un cinéma physique où les mots n'ont que peu d'importance. Le match entre prisonniers et matons qui occupe les trois derniers quarts d'heure est un joli moment de bravoure. Voilà donc la confirmation que les films d'Aldrich comptent de plus en plus pour moi.

Le déserteur de Fort Alamo (Budd Boetticher, 1953) Image
Déjà une histoire de vengeance d'un homme dont on a tué femme et enfant. Déjà une intrigue ramassée sur moins d'une heure vingt. Et pourtant Boetticher n'a pas encore atteint l'excellence. Si The Man from the Alamo est un solide divertissement, il ne tient à mon sens pas la comparaison avec la collaboration à venir entre le réalisateur et Randolph Scott. La sublime épure qui présidera aux différents chefs-d'œuvre du duo n'était alors qu'en gestation.

The Osterman Weekend (Sam Peckinpah, 1983) Image
Comme toujours après une découverte, je file faire un tour sur IMDb prendre le pouls de l'opinion à son sujet. Stupeur: 5,9. Mais quel scandale ! En dépit des tics de Peckinpah qui suscitent modérément mon admiration, Osterman Weekend est un film vraiment passionnant. S'il est vrai que le début laisse le spectateur assez confus, on est rapidement happé par l'intrigue. D'après ce que j'ai pu lire ici ou là, il semble que Peckinpah, extrêmement diminué, ait été pieds et poings liés pour la réalisation du film. Son mérite est encore plus grand tant il est parvenu à le marquer de son empreinte. Un cinéma sans concession, virulent, critique, avec une distribution fantastique. Brillant.

Le deuxième souffle (Jean-Pierre Melville, 1966) Image
Une revoyure qui m'a confirmé tout le bien que j'en pensais, et bien plus encore. Le dernier film en noir et blanc de Melville s'impose comme l'un des sommets du film de gangster à la française (je schématise), tout en haut de mon panthéon personnel aux côtés de Du rififi chez les hommes de Dassin et de... deux autres films de Melville, Le samouraï et Le cercle rouge. Un cinéma chirurgical, diablement bien écrit et dialogué (José Giovanni est passé par là), d'une impressionnante maîtrise technique et porté par des acteurs comme on en fait plus. Il faut voir Paul Meurisse débarquer dans le restaurant du "Notaire" après son assassinat, c'est un récital d'humour noir; il faut voir l'impressionnante présence de Michel Constantin, l'un de nos seconds rôles les plus remarquables; il faut voir encore Lino Ventura, cet acteur tellement formidable, honni par les pédants de la Nouvelle Vague, incarner Gu Minda avec une telle conviction, une telle implication, qu'il ne compose même plus, il est littéralement son personnage. Un des grands chefs-d'œuvre du cinéma français des années 60.

Blade Runner (Ridley Scott, 1982) Image
Final Cut 2007. Vu ce film pour la troisième fois. Je n'en suis pas un spécialiste et ma modeste contribution n'apportera rien aux milliers de pages noircies par ses exégètes mais c'est toujours un plaisir de se plonger dans l'univers du Ridley Scott de la grande époque. On y questionne (entre autres choses) à la fois le progrès et l'humanité, leurs rapports intrinsèques, ainsi que la survie au sein d'une société tentaculaire. C'est brillamment mis en images, suffisamment riche pour susciter des pistes de réflexion jusqu'à l'infini et surtout terriblement intelligent. Du grand et beau cinéma.

L'aventure c'est l'aventure (Claude Lelouch, 1972) Image
Deuxième bon cru de Lelouch que je vois en dépit de mon antipathie carabinée pour le personnage après La bonne année. C'est frais, caustique aussi par moment, ça brocarde avec malice toutes les idéologies et c'est surtout dominé par une troupe d'acteurs extrêmement sympathiques qui semblent avoir pris beaucoup de plaisir à tourner ensemble. En revanche, d'un point de vue technique, c'est tout à fait anonyme. Rien d'exceptionnel, aucune patte caractéristique, si ce n'est un talent certain pour filmer les scènes de table. Très sympa en définitive.

L'emmerdeur (Edouard Molinaro, 1973) Image
Agréable moment de détente. Ce n'est pas non plus la comédie du siècle mais c'est suffisamment plaisant pour passer une bonne soirée. Et puis il y a Lino...

Une journée particulière (Ettore Scola, 1977) Image
Deux acteurs merveilleux au service d'un film duquel émerge, au beau milieu de chemises noires, d'idéaux fascisants et de retransmissions radiophoniques à la gloire du Duce et du Führer, une magnifique histoire d'amour. Un amour impossible, inimaginable, défendu, secret, mais un amour comme sans doute les deux protagonistes n'en ont jamais connu et n'en connaitront sans doute jamais plus. Unité de temps (8 mai 1938), de lieu (l'immeuble) et d'action (la rencontre entre Antonietta et Gabriele), comme au théâtre classique pour une histoire qui est aussi celle de deux enfermements: celui auquel les homosexuels sont destinés par le régime fasciste, celui de femme au foyer, mère de six enfants et mariée à un adorateur de Mussolini. Un film bouleversant.

Terminator (James Cameron, 1984) Image
Je n'avais jamais vu ce "classique" du film d'anticipation et d'action. Voilà chose faite. Force est de constater, même si ce n'est pas vraiment le genre de film que j'affectionne, que c'est un bon film, bien foutu, pas bêtifiant du tout. Certes ça défouraille à tout va, certes c'est très ancré années 80 (donc tout pourri en termes de fringues, de coupes de cheveux, de musique...), mais la course-poursuite qui s'étale durant plus d'une heure quarante et les éléments de l'intrigue qui se révèlent au fur et à mesure tiennent le spectateur en haleine. Quant à Schwarzie, c'est sans doute son meilleur rôle, tant il n'a pas besoin de se forcer pour paraître totalement inexpressif. Il va maintenant falloir revoir la deuxième partie pour comprendre comment l'horrible robot devient gentil. J'avais quatorze ans, et je ne me rappelle que de la scène finale...

Terminator 2: le jugement dernier (James Cameron, 1991) Image
Globalement ce sont les mêmes qualités que le premier opus avec deux variations tout de même: c'est diablement plus beau, les effets spéciaux sont encore aujourd'hui d'une redoutable efficacité; en revanche, c'est bien trop long, plusieurs scènes sont au mieux trop explicatives, au pire inutiles. Avec une bonne demi-heure de moins, ce Terminator 2 aurait pu s'élever bien au-dessus de son prédécesseur (50 minutes plus court !). Cameron a joué la carte à fond mais sur moi ça fonctionne moins.

Les mains d'Orlac (Karl Freund, 1935) Image
Sujet en or, plastiquement très réussi, Mad Love me pose néanmoins problème sur deux points essentiels. Son rythme tout d'abord. Même en moins de 70 minutes j'ai trouvé le temps de m'ennuyer tant le montage est mou du genou et tant Freund n'apporte aucun dynamisme à sa mise en scène (c'était déjà vrai avec le soporifique La momie) . Le second point, c'est Peter Lorre. J'ai de plus en plus de mal avec ses interprétations hallucinées, ses grands yeux globuleux et son visage d'enfant battu. C'était récemment le cas avec Crime et châtiment de Sternberg sorti aussi en 1935, ça l'est encore plus avec ce film-ci. Finalement, il n'aurait jamais été aussi bon que dans M le maudit et ce sera avéré par le suite un acteur limité.

Le jour du vin et des roses (Blake Edwards, 1962) Image
L'élégance du noir et blanc tranche radicalement avec ce film commençant comme une jolie comédie romantique et tendant, à mesure que le temps passe, vers un terrible drame familial sur fond d'addiction à l'alcool. Comme son maître Leo McCarey, Blake Edwards avait décidément un don pour traiter chacun de ses films avec une extrême sensibilité, sans pathos exagéré ni effets douteux. Ainsi, Days of Wine and Roses est un film beau et terrible à la fois, où sa justesse s'exprime encore une fois de manière remarquable. Beau film et scène finale extraordinairement touchante.

Noce blanche (Jean-Claude Brisseau, 1989) Image
Que le cinéma français ait pu produire un film aussi bouleversant il y a moins de trente ans a quelque chose de tout à fait poignant. J'ai énormément pensé aux Dimanches de Ville d'Avray à ceci près que le film de Bourguignon mettait en scène non pas un mais deux marginaux et qu'il n'était pas question de sexe. Mais dans l'esprit, Jean-Claude Brisseau filme sans juger deux êtres que tout devrait séparer, à commencer par l'âge, et qui se trouvent, pourtant, profondément épris l'un de l'autre. Bruno Crémer et Vanessa Paradis, "couple" improbable mais magnifique, sont remarquables.

Au service secret de Sa Majesté (Peter R. Hunt, 1969) Image
Réputé comme l'un des meilleurs films de la saga, je me suis dit que j'allais réviser avant d'aller voir Skyfall et que j'allais sans doute passer une bonne soirée. La réalité fut légèrement différente. Pas que le film ne soit pas bien foutu (encore que les poursuites en skis et en bobsleigh -surtout celle-là- sont ridicules, j'aurais même préféré une succession de gadgets), ni que Lazenby ne soit pas crédible, mais je crois que c'est fondamentalement le personnage de Bond qui ne me convainc guère. Je me fous totalement de ce qui peut lui arriver, je n'ai aucune admiration particulière pour les bagnoles qu'il conduit ou les nanas qu'il se tape, rien. Mais dans cet opus, il y a un truc de vraiment extraordinaire, c'est le We Have All the Time in the World chanté par Louis Armstrong. Je me le passais déjà régulièrement en boucle avant de connaître le film, ça sera encore le cas après. Reconnaissons-lui au moins ça, Au service secret de Sa Majesté ne gâche pas sa bande originale.

En chair et en os (Pedro Almodovar, 1997) Image
Une inoubliable séquence d'ouverture pour un film parfaitement maîtrisé, troublant, assez machiavélique dans sa construction (mais tout parait rapidement prévisible) et d'une sensualité hallucinante (Francesca Neri est juste hmmm... enfin vous voyez quoi !). C'est peut-être le film d'Almodovar que j'ai pu voir qui m'a le plus emballé. A relativiser tout de même puisque je ne suis pas un inconditionnel du cinéaste (La mauvaise éducation et Parle avec elle -les seuls autres films vus de lui- ne m'avaient pas franchement convaincus). Belle découverte.

L'arme à gauche (Claude Sautet, 1965) Image
Ce n'est pas encore le Sautet des années 70 mais ça fonctionne pas mal du tout. Lino Ventura est évidemment impeccable et le film s'avère être un bon moment de cinéma. Pas un chef-d'œuvre mais suffisamment bien construit (toute la partie sur le bateau est franchement prenante) pour susciter l'intérêt constant du spectateur.

Outland (Peter Hyams, 1981) Image
Un solide film de SF qui mériterait vraiment une réévaluation tant il me semble qu'il est régulièrement oublié. Alors oui, ça ne révolutionne pas le genre, mais cette variation de High Noon est suffisamment intelligente, rythmée, bien réalisée et interprétée pour qu'on puisse y revenir, il me semble, régulièrement. Deuxième film que je vois de Hyams (après Narrow Margin le mois dernier) et je dois dire que c'est pour l'instant tout à fait convaincant.

L'ange exterminateur (Luis Buñuel, 1962) Image
La bourgeoisie en prend une nouvelle pour son grade dans ce film virulent et diablement original. Sous le vernis propret, l'événement mystérieux qui s'abat sur les convives laisse éclater des monceaux de méchanceté, d'hypocrisie, de laideur et de violence. Si ce n'est pas ici que Buñuel m'a le plus enthousiasmé (La vie criminelle d'Archibald de la Cruz reste son film que je préfère), L'ange exterminateur mérite indéniablement son statut de classique.

Sexe, mensonges et vidéo (Steven Soderbergh, 1989) Image
Un premier film remarquable. Soderbergh signe à vingt-cinq ans seulement un film d'une étonnante maturité, justement récompensé à Cannes. Certains passages m'ont littéralement hypnotisés par la justesse de leur interprétation, leur acuité et leur audace. Réaliser un film sur le sexe sans verser dans la vulgarité était en soi une gageure. Et pourtant le défi est relever de main de maître. Même à travers ce medium voyeuriste par excellence qu'est la vidéo, le réalisateur fait preuve d'une sobriété inattendue. C'en est presque bouleversant. Brillantissime !

Les parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1964) Image
Trois... Quatre... ♫ Je me suis surpris moi-mêêêêmeuuuh / A apprécier ce fiiiilmeeeuuuuh / Oh oui ! / Ça paraîtra sans douuuuteuh bizarreuh / Pourquoi ? / Parce queuh ! ♫ / C'est totalement artificieeeeeeel euh / Et pourtaaant plein de viiiie / Des couleuuuurs en veux-tu en voilàààààà / Des acteurs qui chantent comme des patateuh / Une histoire cucul la praliiiiiiiineuh ♫ / Mais un enthousiasme communicaaaaaatif euuuuh / Pour un film comme je n'en avais jamais vuuuuuu / Et surtouuuuuut magnifiquement réaaaaaaaliséééééé * quatuor à cordes plus vigoureux * ♫ J'espère que Miss Nobodyyyyyy est heureuse euuuuh / Vivement le mois proooochain ! ♫ ahem... voilà en substance que j'ai pensé du film qui a ses défauts mais surtout d'étonnantes qualités. Père Jules qui aime bien un truc kitchissime, comme quoi tout arrive...

Mes films du mois

Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2012: La fugue (Arthur Penn, 1975)
Août 2012: Ascenseur pour l'échafaud (Louis Malle, 1958)
Juillet 2012: S.O.B. (Blake Edwards, 1981)
Juin 2012: Coup de torchon (Bertrand Tavernier, 1981)
Mai 2012: L.627 (Bertrand Tavernier, 1992)
Avril 2012: À 23 pas du mystère (Henry Hathaway, 1956)
Mars 2012: Guêpier pour trois abeilles (Joseph L. Mankiewicz, 1967)
Février 2012: Fat City (John Huston, 1972)
Janvier 2012: Macbeth (Roman Polanski, 1971)

Décembre 2011: Deep End (Jerzy Skolimowski, 1970)
Novembre 2011: Les chaussons rouges (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1948)
Octobre 2011: Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat, 1987)
Septembre 2011: Antoine et Antoinette (Jacques Becker, 1947)
Août 2011: Sherlock Jr. (Buster Keaton, 1924)
Juillet 2011: Le couteau dans l'eau (Roman Polanski, 1962)
Dernière édition par Père Jules le 31 oct. 12, 22:57, édité 70 fois.

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar daniel gregg » 1 oct. 12, 09:24

<
Octobre 2012


Film du mois

Image




-Les Misérables : R.Bernard (1933)- 9/10 (Festival Lumière)
-Una giornata particolare : E.Scola (1977)- 9/10
-Les otages : R.Bernard (1938)- 9/10

-The rise and fall of Legs Diamond : B.Boetticher (1960)- 8.5/10
-Spawn of the north : H.Hathaway (1938)- 8.5/10
-The steel helmet : S.Fuller (1951)- 8.5/10
-Love me tonight : R.Mamoulian (1932)- 8.5/10

-Una breve vacanza : V.De Sica (1973)- 8/10 (Festival Lumière)
-The Wonderful country : R.Parrish (1959)- 8/10 (Festival Lumière)
-Woman on the run : N.Foster (1950)- 8/10
-Massacre : A.Crosland (1934)- 8/10
-Memory lane : M.Hers (2010)- 8/10

-The fog : J.Carpenter (1980)- 7.5/10
-La signora di tutti : M.Ophuls (1934)- 7.5/10 (Festival Lumière)
-Day of the outlaw : A.De Toth (1959)- 7.5/10 (Festival Lumière)
-Caught : M.Ophuls (1949)- 7.5/10 (Festival Lumière)
-Escape from Fort bravo : J.Sturges (1953)- 7.5/10
-The man who wouldn't die : H.I.Leeds (1942)- 7.5/10
-Cause for alarm ! : T.Garnett (1951)- 7.5/10
-The cheat : C.B.DeMille (1915)- 7.5/10
-Stranger on the third floor : B.Ingster (1940)- 7.5/10
-Les Roquevillard : J.Dréville (1943)- 7.5/10
-Les inconnus de la terre : M.Ruspoli (1961)- 7.5/10 (Festival Lumière)

-Summertime : D.Lean (1955)- 7/10
-Regard sur la folie : M.Ruspoli (1961)- 7/10 (Festival Lumière)
-Sherlock Holmes faces death : R.W.Neill (1943)- 7/10
-Captain Kidd : R.V.Lee (1945)- 7/10
-Les tontons flingueurs : G.Lautner (1963)- 7/10
-La tendre ennemie : M.Ophuls (1936)- 7/10 (Festival Lumière)

-Copacabana : M.Fitoussi (2010)- 6.5/10
-Sporting blood : C.Brabin (1931)- 6.5/10 (Festival Lumière)

-Blind wives : C.Brabin (1920)- 6/10 (Festival Lumière)
-Viaggio in Italia : R.Rossellini (1954)- 6/10 (Festival Lumière)
-Sherlock Holmes : W.K.Howard (1932)- 6/10
-Ruby sparks : J.Dayton/V.Faris (2012)- 6/10

-Les invités de mon père : A.Le Ny (2010)- 5.5/10
-Secret of the wings : P.Holmes/B.Gannaway (2012)-5.5/10

-Tell them Willie boy is here : A.Polonsky (1969)- 5/10
-La compagnia dei matti : M.Almirante (1928)- 5/10 (Festival Lumière)













Films revus
Films redécouverts


Mois précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2011 : The Frenchman's creek de M.Leisen
Juin 2011 : Run for cover de N.Ray
Juillet 2011 : Manhandled de A.Dwan
Aout 2011 : Une séparation de A.Fahradi
Septembre 2011 : Apache drums d'H.Fregonese
Octobre 2011 : The Prowler de J.Losey
Novembre 2011 : The red shoes de M.Powell
Décembre 2011 : La tour des sept bossus d'E.Neville

Janvier 2012 : La merditude des choses de F.V. Groeningen
Février 2012 : Les Misérables de R.Bernard
Mars 2012 : Waterloo bridge de M.Le Roy
Avril 2012 : Flesh and the devil de C.Brown
Mai 2012 : Moonrise kingdom de Wes Anderson
Juin 2012 : Harold and Maud de H.Hashby
Juillet 2012 : About Schmidt d'A.Payne
Aout 2012 : Keeper of the flame de G.Cukor
Septembre 2012 : Schlussakkord de D.Sirk
Dernière édition par daniel gregg le 31 oct. 12, 21:47, édité 29 fois.

Avatar de l’utilisateur
Flavia
My Taylor is rich
Messages : 3385
Inscription : 4 juin 11, 21:27

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Flavia » 1 oct. 12, 09:34

OCTOBRE 2012



FILM DU MOIS

Image



DECOUVERTES DU MOIS

Ambre (Forever Amber) (1947) - Otto Preminger : 9/10

The Artist (2011) - Michel Hazanavicius : 8/10
La porte du diable (Devil's Doorway) (1950) - Anthony Mann : 8/10
Habemus Papam (2011) - Nanni Moretti : 8/10

L'anglais (The limey) (1999) - Steven Soderbergh : 7.5/10
Polisse (2011) - Maïwenn : 7.5/10

Les fantastiques années 20 (The Roaring Twenties) (1939) - Raoul Walsh : 7/10

Les desperados (The desperadoes) (1943) - Charles Vidor : 6.5/10
La vallée maudite (Gunfighters) (1947) - George Waggner : 6.5/10
Far West 89 (Return of the Bad Men) (1948) - Ray Enright : 6.5/10
Ton heure a sonné (Coroner Creek) (1948) - Ray Enright : 6.5/10
Nuit blanche (2011) - Frédéric Jardin : 6.5/10

Pulsions (Dressed to Kill) (1980) - Brian de Palma : 6/10
Les grandes gueules (1965) - Robert Enrico : 6/10
Classe tous risques (1960) - Claude Sautet : 6/10
Peste noire (Black death) (2010) - Christopher Smith : 6/10
Mon pire cauchemar (2011) - Anne Fontaine : 6/10
To be or not to be (1983) - Alan Johnson : 6/10

Les massacreurs du Kansas (The strangers wore a gun) (1953) - André de Toth : 5.5/10
La ville des sans-loi (Badman's Territory) (1946) - Tim Whelan : 5.5/10

Hors de contrôle (Edge of Darkness) (2010) - Martin Campbell : 5/10
U-571 (2000) - Jonathan Mostow : 5/10

New Town Killers (2008) - Richard Jobson : 4/10






Image

Spoiler (cliquez pour afficher)
ANNEE 2011
Juin : Mean Streets - Martin Scorsese
Juillet : Waterloo Bridge - Mervyn LeRoy
Août : Husbands - John Cassavetes
Septembre : Le Charlatan - Edmund Goulding
Octobre : Trois Camarades - Frank Borzage
Novembre : La vie est belle - Frank Capra
Décembre : Peter Ibbetson - Henry Hathaway

ANNEE 2012
Janvier : La chevauchée des bannis - André De Toth
Février : La dernière fanfare - John Ford
Mars : To be or not to be - Ernst Lubitsch
Avril : Coups de feu dans la Sierra - Sam Peckinpah
Mai : Un homme est passé - John Sturges
Juin : Le temps d'aimer et le temps de mourir - Douglas Sirk
Juillet : Drive - Nicolas Winding Refn
Août : Annie Hall - Woody Allen
Septembre : The descendants - Alexander Payne
Octobre : Ambre - Otto Preminger
Dernière édition par Flavia le 30 oct. 12, 20:06, édité 16 fois.

Avatar de l’utilisateur
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Messages : 9444
Inscription : 23 oct. 05, 16:37
Localisation : Quelque part ailleurs

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Miss Nobody » 1 oct. 12, 09:48

FILMS DU MOIS D'OCTOBRE 2012

Film du mois:
Image

Films vus:

* Les enfants loups Ame & Yuki (Hosoda) ●●●○○
Un très joli film d'animation en forme de parcours initiatique qui épouse de manière émouvante le point de vue parental. A la beauté des images animées, répondent malheureusement quelques petites longueurs et égarements émotionnels par moment.
* Adieu poulet (Granier Deferre) ●●○○○
Un duo d'acteurs improbable mais séduisant, un scénario "tous pourris", quelques pointes d'humour incongrues et un brin d'ennui... Saupoudrez le tout d'un fin lit de poussière... Et vous obtiendrez un joli polar dépressif et vieilli. Pas vraiment déçue, mais pas vraiment convaincue.
* Sylvia Scarlett (Cukor) ●●○○○
Sur le papier, Sylvia Scarlett révèle un vrai potentiel de "film maudit car trop en avance". En réalité, malgré son sujet un brin osé (de l'effet du travestissement sur le sentiment amoureux), le film n'est jamais moderne ou vraiment incisif. Il y a bien quelques jolies idées, mais l'intrigue est trop bancale. Les acteurs tentent de sauver les meubles, mais leurs cabotineries épuisent. Vraiment pas terrible.
* L'histoire d'Adèle H. (Truffaut) ●●●●○
L'histoire d'un amour éperdu et perdu, d'une passion aveugle et egocentrée, d'une lancinante fuite en avant, romantique d'abord, pathétique et morbide ensuite. Adjani soulève le film d'une vraie fièvre... le reste est plus classique. Mon appréciation repose entièrement sur elle, sa beauté froide et ses grands yeux tristes.
* L'incompris (Comencini) ●●●●○
Drôle d'objet que ce mélodrame où se côtoient justesse subtile et ficelles un peu trop grosses. Toute la partie finale -qui m'a évidemment fait baigner dans un flot de larmes- m'est apparu tout de même trop poussive : souffrance, délivrance et réconciliation sur lit de mort... c'est vrai que ça fait du bien de pleurer mais malgré tout je suffoque... La peinture qui la précède (celle des sentiments retenus, des tentatives désespérées, des injustices et des incompréhensions de l'enfance) m'a semblé plus fine. Et tout l'épisode avec l'oncle Will, personnage aussi pittoresque que passionnant, est un petit chef d'oeuvre à lui tout seul.
"L'incompris" reste une très belle oeuvre, portée par l'interprétation de deux jeunes comédiens vraiment remarquables. Un regard sensible et juste sur le monde de l'enfance.

* Reviens-moi (Wright) ●●○○○
On m’a vendu du classicisme revisité, du romanesque ni cucul ni con-con, une conclusion intelligente... J’y ai cru... Et je n’aurais pas du. Le film n’est certes pas dénué d’intérêt mais il nous use rapidement, à force de longueurs et de figures de style ampoulées -et déjà démodées-. La première partie, malgré des allures de publicité Chanel, augurait pourtant de bonnes choses, mais la deuxième partie, drame romantique sur fond de guerre dévastatrice, est bien trop consensuelle pour garder notre attention. Prétentieux et assez vain.
* La guerre est déclarée (Donzelli) ●●○○○
Le film a effectivement les qualités qu’on lui reconnaît un peu partout : le drame de la maladie est abordé avec le sourire et jamais on ne tombe dans le piège du larmoyant. Néanmoins, cela reste un témoignage (film-thérapie?) égocentré et plutôt râté au niveau cinématographique. Au final, cette succession de scènes clipées sur fond pop-electro a franchement finit par me lasser.
* L'heure suprême (Borzage) ●●●●○
Qu’il est beau le mélo ! Dans un Paris onirique, Charles Farrel et Janet Gaynor (définitivement le plus joli couple qui soit) s’élèvent du caniveau au septième ciel par la seule force d’un amour maladroit mais sincère. « L’heure suprême » est un mélodrame qui rend heureux, une parenthèse enchantée, une douce alchimie muette qui berce les cœurs. L’aspect religieux est bien présent mais étonnamment dosé… au fond, les différents miracles sont moins les faits de Dieu que les produits de l’amour. C’est beau, c’est triste, c’est gai, c’est totalement hors du temps. Un tout petit bijou.
* La fugue (Penn) ●●●○○
Un film noir "deuxième époque" alambiqué et désenchanté, qui fait infuser le spectateur dans une atmosphère trouble et joliment amenée. Penn place le malaise existentiel du personnage principal, détective privé totalement à côté de ses pompes, au coeur de son intrigue. Bien malgré moi, je n'ai pourtant pas été touchée par les malheurs de ce dernier. Identification impossible + empathie quasi-nulle + intrigue policière qui patine par moment = pas le choc attendu. Mais un bon film malgré tout.
* Micmacs à tire-larigot (Jeunet) ●●○○○
Jeunet reprend ses filtres jaunis pour nous livrer un « Fisher King » franchouillard et naïf. Autour d’une intrigue simplette, il déroule néanmoins son film, ses gags et ses gadgets, sans trop de casse. Cela reste enfantin, tout juste divertissement, et rapidement agaçant pour qui n’apprécie pas les tics du cinéaste.
* Carnage (Polanski) ●●●○○
Dans ce huis-clos bien écrit, bien réalisé, mais un peu vain, Polanski démontre -s’il était besoin- que le monde des adultes est triste et impitoyable. Que les femmes sont frustrées et hystériques. Que les hommes sont cyniques et cruels. Que les intellectuels new-yorkais sont d’hypocrites petits bourgeois. Et que la vie en couple aussi bien qu’en société n’est qu’un illusoire trompe-l’œil. Merci pour le tableau, mais cela ne manque t-il pas un peu de subtilité ?
* Hot Spot (Hopper) ●●●○○
Ce film noir « troisième époque », moite et sexy, se révèle beaucoup moins cheap qu’attendu grâce à une esthétique vintage très travaillée et à un juste dosage des scènes sulfureuses (seul le flashback lesbien de Jennifer Connelly est en fait totalement gratuit). Ultra-référencé, le film ressasse le catalogue de tous les codes du noir de manière habile (bien qu’un peu excessive) mais peine à trouver sa véritable identité au delà de l’hommage. D’autant qu’une fois les bases posées, l’intrigue a tendance à s’enliser et le rythme se fait plus inégal. Très plaisant malgré tout.
* L'homme-léopard (Tourneur) ●○○○○
Je m'attendais à quelque chose de sympathique mais cette série B est proche d'être complètement nulle, à de courtes scènes près (globalement, les trois meurtres). Et qu'est ce que c'est que cette résolution d'intrigue à la noix??? Non mais vraiment! Un Tourneur à oublier.

Films revus:

*

FILMS DES MOIS PRECEDENTS:

Spoiler (cliquez pour afficher)
octobre 2005 = L'aventure de Mme Muir (Mankievicz)
novembre 2005 = Match Point (Allen)
decembre 2005 = Voyage à deux (Donen)

janvier 2006 = Wallace et gromit et le lapin garou (Park)
février 2006 = Lettre d'une inconnue (Ophuls)
mars 2006 = Un jour à new york (Donen/Kelly)
avril 2006 = Walk the line (Mangold)
mai 2006 = Une histoire immortelle (Welles)
juin 2006 = La vie est belle (Capra)
juillet 2006 = Beau fixe sur New York (Donen/Kelly)
aout 2006 = La prisonnière du desert (Ford)
septembre 2006 = Les enfants du paradis (Carné)
octobre 2006 = Les 400 coups (Truffaut)
novembre 2006= La mouche (Cronenberg)
decembre 2006= Assurance sur la mort (Wilder)

janvier 2007= The shop around the corner (Lubitsch)
fevrier 2007= La vie des autres (Henckel von Donnersmarck)
mars 2007= Comme un torrent (Minnelli)
avril 2007= Sue, perdue dans Manhattan (Kollek)
mai 2007= The Magdalene Sisters (Mullan)
juin 2007= L'impasse (De Palma)
juillet 2007= Le scaphandre et le papillon (Schnabel)
août 2007= Le boucher (Chabrol)
septembre 2007= Les méduses (Keret & Geffen)
octobre 2007= Loulou (Pabst)
novembre 2007= 2001 l'odyssée de l'espace (Kubrick)
décembre 2007= Hiroshima mon amour (Resnais)

janvier 2008= Le silence (Bergman)
février 2008= No country for old men (Coen)
mars 2008= Faux semblants (Cronenberg)
avril 2008= Ascenseur pour l'échafaud (Malle)
mai 2008= Les fils de l'homme (Cuaron)
juin 2008= The thing (Carpenter)
juillet 2008= Short Cuts (Altman)
Août 2008= Ariane (Wilder)
Septembre 2008= Bonnie & Clyde (Penn)
Octobre 2008= Madame Bovary (Minnelli)
Novembre 2008= Il était une fois en Amérique (Leone)
Décembre 2008= Head-on (Akin)

Janvier 2009= En chair et en os (Almodovar)
Février 2009= Gran Torino (Eastwood)
Mars 2009= Une certaine rencontre (Mulligan)
Avril 2009= Breezy (Eastwood)
Mai 2009= Le voyeur (Powell)
Juin 2009= Etreintes Brisées (Almodovar)
Juillet 2009= Vincent, François, Paul et les autres (Sautet)
Août 2009= L'enfer est à lui (Walsh)
Septembre 2009= Les visiteurs (Kazan)
Octobre 2009= La valse dans l'ombre (LeRoy)
Novembre 2009= L'invasion des profanateurs (Kaufman)
Décembre 2009= L'armée des ombres (Melville)

Janvier 2010= Quand passent les cigognes (Kalotozov)
Février 2010= Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk)
Mars 2010= Scènes de la vie conjugale (Bergman)
Avril 2010= Les feux de la rampe (Chaplin)
Mai 2010= La scandaleuse de Berlin (Wilder)
Juin 2010= Papillon (Schaffner)
Juillet 2010= Le grand amour (Etaix)
Août 2010= L'impossible monsieur bébé (Hawks)
Septembre 2010= L'aurore (Murnau)
Octobre 2010= L'ange des Maudits (Lang)
Novembre 2010= La fille de Ryan (Lean)
Décembre 2010= Moon (Jones)

Janvier 2011= Johnny Guitar (Ray)
Février 2011= La source (Bergman)
Mars 2011= Stalag 17 (Wilder)
Avril 2011= Série Noire (Corneau)
Mai 2011 = L'année du dragon (Cimino)
Juin 2011 = Bienvenue à Gattaca (Niccol)
Juillet 2011 = A bout de course (Lumet)
Aout 2011 = Du silence et des ombres (Mulligan)
Septembre 2011 = Une femme dangereuse (Walsh)
Octobre 2011 = Drive (Winding Refn)
Novembre 2011 = Monsieur Verdoux (Chaplin)
Décembre 2011= Zelig (Allen)

Janvier 2012= Fanny et Alexandre (Bergman)
Février 2012= Les nuits de Cabiria (Fellini)
Mars 2012 = Liaisons Secrètes (Quine)
Avril 2012 = The Naked Kiss (Fuller)
Mai 2012 = Le festin de Babette (Axel)
Juin 2012 = The strawberry Blonde (Walsh)
Juillet 2012 = La jetée (Marker)
Août 2012 = Stromboli (Rossellini)
Septembre 2012 = My man Godfrey (LaCava)

:arrow: Récapitulatif en image de mes films du mois

Miam miam?
●●●●● Excellent
●●●●○ Très bon
●●●○○ Bon
●●○○○ Moyen
●○○○○ Pas bon
○○○○○ Très mauvais
Dernière édition par Miss Nobody le 6 nov. 12, 11:05, édité 23 fois.

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 18997
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Major Tom » 1 oct. 12, 09:48

Films découverts / Films revus / Film(s) du mois :
(Par ordre de découverte)

The Office US (série, saison 1, 2005) de Ken Kwapis, Ken Whittingham, Bryan Gordon, Greg Daniels, Amy Heckerling: Image
Curieusement, je n'ai jamais réussi à m'immerger dans la version originale britannique avec Ricky Gervais. Humour trop déprimant. Les six premiers épisodes de son clone américain reprennent les mêmes trames, le même ton, ce qui m'a un peu déstabilisé vu que j'ai commencé à regarder cette série par la saison 6, les scénaristes l'avait fait beaucoup évoluer à ce moment-là. J'ai plutôt hâte de retrouver l'humour américain des saisons suivantes.

The Office US (série, saison 2, 2005-2006) de Greg Daniels, Ken Kwapis, Paul Feig, Charles McDougall, Bryan Gordon, Dennie Gordon, Victor Nelli, Jr., Ken Whittingham: Image
Les épisodes s'améliorent au fur et à mesure, et les éclats de rire se multiplient.

● Les Enfants loups, Ame et Yuki (Ōkami Kodomo no Ame to Yuki, 2012) de Mamoru Hosoda: Image
Il est indiscutable que ce film est extrêmement bien fichu (comme beaucoup dans le cinéma d'animation japonais), et les points de ma note se portent essentiellement là-dessus, mais je n'ai pas été très touché ni par cette histoire ni par ses personnages d'enfants-loups, en dehors de quelques passages très beaux. Je suis d'ailleurs relativement peu sensible à la surcharge émotionnelle nippone (scènes larmoyantes avec râles, halètements exagérés, accompagnées par des violons cherchant à arracher les larmes au spectateur). J'ai fini un peu amusé d'entendre les reniflements des spectateurs qui m'entouraient, ou m'accompagnaient. Sinon, pas mon truc.

Adieu, poulet (1975) de Pierre-Granier Deferre : Image
Très content de l'avoir revu, très déçu que l'autre n'ait pas aimé.

Decision At Sundown (1957) de Budd Boetticher: Image
Superbe western, inconnu chez nous (sans titre français, Le Vengeur agit au crépuscule étant le titre belge), démarrant comme une simple histoire de vengeance (bien amenée d'ailleurs, très efficace) avec un Randolph Scott monumental dans un rôle de cowboy vengeur qui s'avèrera très inhabituel. Non content d'être porté sur la boisson, cocu et borné, ses motivations deviendront de plus en plus floues au fur et à mesure de l'histoire. Le héros ne finira même pas par retrouver la paix avec lui-même, et sombrera dans la déprime! Excellent western crépusculaire, bien plus psychologique qu'on ne pouvait le croire au départ, et un des meilleurs Boetticher que j'ai pu voir.

Macbeth (1971) de Roman Polanski: Image
La meilleure façon d'adapter Shakespeare: pas en appuyant les effets théâtreux (ce qu'on aurait pu peut-être craindre à l'époque, Polanski est autant un metteur en scène de théâtre que de films), mais en ré-adaptant pour le cinéma. Peu de textes déclamés à voix haute quand le personnage est tout seul (piège dans lequel tombent même de grands cinéastes), mais des pensées dites en narration. Rien n'est propre comme sur une scène où les planches craqueraient sous les pieds des acteurs (Polanski n'aime pas Hitchcock, Dial M For Murder ou La Corde sont des pièces de théâtre filmées). C'est un Moyen-Âge crade, dégueu, morbide, en un mot... réaliste. Pour reprendre une phrase de Gérard Brach (qui n'a pas travaillé sur ce film) au sujet d'un scénariste américain certifiant que le Happy End est de rigueur dans un film: "Il faut l'envoyer tout de suite visiter un goulag, après on verra s'il a toujours envie d'écrire un Happy End."

Permis de tuer (Licence To Kill, 1989) de John Glen: Image
Bien sûr que John Glen n'est pas John McTiernan ou James Cameron, mais il n'empêche que pour sa dernière participation à la saga, son film dépote bien! Du début (la pêche à l'avion depuis un hélicoptère) jusqu'à la poursuite finale avec les semi-remorques, on ne s'ennuie jamais et c'est ce qui compte. Timothy Dalton est excellent et Carey Lowell d'une beauté à tomber (ahlala, sa petite robe moulante à la fin). De la violence (étonnante pour un James Bond), du glamour avec les Bond girls franchement sexy, des méchants très méchants, un scénario bien construit... Bref, que demander de plus?

Un Témoin dans la ville (1959) d'Édouard Molinaro: Image
Avec les Ascendeur pour échafaud, les Melville, les Clouzot, les Giovanni, les films avec Gabin ou Ventura (ici présent), et beaucoup d'autres, on se dit qu'il y avait vraiment de bonnes choses dans les polars français à une certaine époque. Au tour de Molinaro, qui me surprend. Premier film "dramatique" que je voie de lui (il en fait quelques-uns, mais ses comédies ont toujours été plus populaires) et c'est plutôt très réussi. J'avais déjà bien noté au travers de ses comédies que sa mise en scène était plutôt bien chiadée, malgré bien sûr certaines maladresses parfois. Bon suspens, bon film.

L'Heure suprême (Seventh Heaven, 1927) de Frank Borzage: Image
Encore une fois désolé, Boetticher, mais là, c'est juste impossible de ne pas choisir ce film comme film du mois. Immense coup de cœur pour un immense classique.

L'Invasion des profanateurs (Invasion of the Body Snatchers, 1978) de Philip Kaufman: Image
Casting génial (Sutherland, Adams, Nimoy, Goldblum, Cartwright...), histoire bien ficelée mélangeant effroi et humour, excellente mise en scène riche en effets efficaces (individus poursuivis en arrière-plan que les protagonistes ne remarquent pas, omniprésence des silhouettes menaçantes), musique "bizarroïde" de Denny Zeitlin apportant une large part d'étrangeté supplémentaire (et totalement absente sur le générique final, appuyant le malaise)... tous les ingrédients sont réunis pour faire un film de SF intelligente artistiquement réussi. De toutes les adaptations avouées ou inavouées du roman, celle-ci est clairement la meilleure. Je l'aime de plus en plus avec les années...

Baby Blood (1989) d'Alain Robak: Image
Il y a des films comme ça, on comprend très vite que ce n'est pas du tout fait pour nous, qu'ils ne sont pas indispensables à notre cinéphilie et ne rendront même pas la soirée heureuse. Mais par voyeurisme malsain ou peut-être par sadomasochisme, je suis resté devant ce petit film fantastique français aux effets vieillots, et n'étant donc pas amateur du genre, ni dans l'humour noir con-con et burlesque, ni dans la surenchère gore et la provoc' facile, je n'ai logiquement pas aimé.

Brazil (1984) de Terry Gilliam: Image
Redécouverte bénéfique, il redevient l'un de mes films préférés.

The Hot Spot (1990) de Dennis Hopper: Image
Un polar-hommage aux films noirs où Hopper s'amuse et prend son temps. Son film est un décor de cinéma dans lequel le cinéphile (bercé par un plaisant blues traînant de Jack Nitzsche) se sent agréablement accueilli. Il se retrouve vite enthousiasmé par un retour aux sources bienvenu, des clichés du genre et des modes vestimentaires, tout en restant sous le charme de son casting ô combien sexy. Fascinant.

● L'Homme-léopard (The Leopard Man, 1943) de Jacques Tourneur: Image
Bon... Je suis un grand fan de La Féline, mais ici j'ai trouvé ce film extrêmement décevant. Là où le film marque des points, c'est que je me suis senti très proche des personnages principaux: désintéressé par le sort des victimes (d'ailleurs même leur famille ne les pleure pas)... Je garde en tête une scène: la mort de la première victime, devant la porte de sa maison que sa mère ne voulait pas déverrouiller, le reste est prévisible et... on s'en fout quoi.


Barème :

Image : La mélodie du bonheur
Image : Un numéro du tonnerre
Image : La cité de la joie
Image : Le crime était presque parfait
Image : La vie est un long fleuve tranquille
Image : La loi du milieu
Image : Un pont trop loin
Image : L'ennui
Image : Danger immédiat
Image : Une raison pour mourir
Image : L'enfer est à lui

Précédents films du mois :

Image Image Image Image
Image Image Image Image

***

Image Image Image Image
Image Image Image Image
Image Image Image Image

***

Image Image Image Image
Image Image Image Image
Image Image Image Image

***

Image Image Image Image
Image Image Image Image
Image Image Image Image

***

Image Image Image Image
Image Image Image Image
Image Image
Dernière édition par Major Tom le 1 nov. 12, 00:25, édité 21 fois.
Image Image
Clique sur une des vignettes au-dessus... Image ...et ta vie va changer pour toujours

Avatar de l’utilisateur
magobei
Assistant opérateur
Messages : 2538
Inscription : 11 sept. 07, 18:05

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar magobei » 1 oct. 12, 09:58

Film du mois:
Image

Découvertes / * films revus/ séries:

8/10
The Plainsman (Cecil B. DeMille, 1936)
The Magnificent Ambersons (Orson Welles, 1942)
* Jaws (Steven Spielberg, 1975)
* Dracula (Tod Browning, 1931)

7.5/10
Dans la maison (François Ozon, 2012)
Ted (Seth MacFarlane, 2012)

7/10
* The Invisible Man (James Whale, 1933)
Track of the Cat (William A. Wellman, 1954)
The Mummy (Karl Freund, 1932)
Camille redouble (Noémie Lvovsky, 2012)
Robot & Frank (Jack Schreier, 2012)
Le doulos (Jean-Pierre Melville, 1962)

6.5/10
Skyfall (Sam Mendes, 2012)
Amour (Michael Haneke, 2012)
* The Longest Yard (Robert Aldrich, 1974)
Cherchez Hortense (Pascal Bonitzer, 2012)
Jeremiah Johnson (Sydney Pollack, 1972)
Das Mädchen vom Moorhof (Douglas Sirk, 1935)

6/10
The Wolf Man (George Waggner, 1941)
Duel in the Sun (King Vidor, 1946)

5.5/10
Creature of the Black Lagoon (Jack Arnold, 1954)

5/10
Hope Springs (David Frankel, 2012)

1/10
Le magasin des suicides (Patrice Leconte, 2012)

Mois précédents:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2012
Août 2012
Juillet 2012
Juin 2012
Mai 2012
Avril 2012
Mars 2012
Février 2012
Janvier 2012
Décembre 2011
Novembre 2011
Octobre 2011
Septembre 2011
Août 2011
Juillet 2011
Juin 2011
...
Avril 2011
Mars 2011
Février 2011
Janvier 2011
Dernière édition par magobei le 1 nov. 12, 16:18, édité 33 fois.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.

Avatar de l’utilisateur
semmelweis
Accessoiriste
Messages : 1688
Inscription : 10 févr. 09, 21:30
Localisation : Bordeaux

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar semmelweis » 1 oct. 12, 09:59

Film du mois de Octobre


Film découverts:
Les Lyonnais, Olivier Marchal(Blu Ray) 7/10
Ted, Seth MacFarlane (Ciné) 7/10

Films revus:


Séries TV:

Documentaires:
La toile blanche d'edward hopper, Jean Pierre Devillers (TV) 8/10

Films des mois précédents:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre/Little Odessa, James Gray/ Prix spécial : Obsession,Brian de Palma
Aout/Le cercle rouge, Jean Pierre Melville/Casablanca, Michael Curtiz
Juillet/Faust, Alexandre Sokourov
Juin/De rouille et d'os,Jacques Audiard/ Prix spécial: Paris Céline de Patrick Buisson
Mai/Eternal Sunshine of the spotless mind,Michel Gondry
Avril/Titanic,James Cameron
Mars/Dead Ringers,David Cronenberg-Hunger,Steve McQueen
Fevrier/Rango,Gore verbinski-La Taupe,Thomas Alfredson
Janvier/Millenium,the girl with the dragoon tatoo,David fincher
Année 2011
Décembre/[color=#000000]Le cheval de Turin,Bela Tarr[/color] FILM DE L'ANNEE 2011
Novembre/Hors Satan,Bruno Dumont
Octobre/Cure,Kiyoshi Kurosawa
Septembre/Hana Bi,Takeshi Kitano/L'Appolonide,souvenirs de maison close,Bertrand Bonnelo
Aout/Melancholia,Lars Von Trier
Juillet/Deep End,Jerzy Skolimowski/The Passenger,Michelangelo Antonioni (Prix spécial:The Texas Chainsaw Massacre,Tobe Hooper)
Juin/Badlands,Terrence Malick
Mai/The Tree of life,Terrence malick
Avril/The lady from Shanghai,Orson Welles/Enquete sur un citoyen au dessus de tout soupcon,Elio Petri
Mars/The duellists,Ridley Scott/To live and die in LA,William Friedklin
Février/Phantom of the Paradise,Brian de Palma
Janvier/Suspiria,Dario Argento/Irreversible,Gaspar Noé
Année 2010
Decembre/Profondo Rosso,Dario Argento
Novembre/[color=#000000]Le silence,Ingmar Bergman[/color] FILM DE L'ANNEE 2010
Octobre/The Fly,David Cronenberg
Septembre/Des hommes et des dieux,Xavier Beauvois/Oncle Boonmee,Apichatpong Weerasethakul
Aout/Days of Heaven,Terrence Malick
Juillet/Crash,David Cronenberg/A bout de souffle,Jean Luc Godard
Juin/Il Divo,Paolo Sorrentino
Mai/Catch me if you can,Steven Spielberg
Avril/Wall Street,Oliver Stone/Redacted,Brian de Palma
Mars/Blue Velvet,David Lynch
Février/Raging Bull,Martin Scorsese
Janvier/Zodiac,David Fincher/Macbeth,Roman Polanski
Année 2009:
Décembre/Vidéodrome,David Cronenberg
Novembre/[color=#000000]Cris et chuchotements,Ingmar Bergman[/color] FILM DE L'ANNEE 2009
Octobre/Le ruban blanc,Michael Haneke
Septembre/Un prophète,Jacques Audiard
Aout/There will be blood,Paul Thomas Anderson
Juillet/Manhunter,Michael Mann
Juin/Antichrist,Lars Von Trier
Mai/Le temps de l'innocence,Martin Scorsese
Avril/Last Days,Gus Van Sant
Mars/Blow out,Brian de Palma
Février/Révélations,Michael Mann
Dernière édition par semmelweis le 31 oct. 12, 10:46, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42622
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Flol » 1 oct. 12, 10:06

Octobre 2012

Film du mois

Image

Films découverts
Monsieur Hire (Patrice Leconte) : 8/10
Armored Car Robbery (Richard Fleischer) : 7/10
Comanche Station (Budd Boetticher) : 6.5/10
Camille redouble (Noémie Lvovsky) : 6/10
Meek's Cutoff (Kelly Reichardt) : 4.5/10
Humpday (Lynn Shelton) : 6.5/10
Do not disturb (Yvan Attal) : 4/10
Un monde sans pitié (Eric Rochant) : 5/10
Compliance (Craig Zobel) : 6.5/10
Decision at Sundown (Budd Boetticher) : 7.5/10
Roman Polanski : A Film Memoir (Laurent Bouzereau) : 7/10
Ted (Seth MacFarlane) : 2/10
Sleeping Beauty (Julia Leigh) : 3/10
Buffalo '66 (Vincent Gallo) : 7/10
Anatomy of a Murder (Otto Preminger) : 8/10
The Recruit (Roger Donaldson) : 5/10
Turning Gate (Hong Sang-soo) : 6.5/10
The Big Heat (Fritz Lang) : 7.5/10
In Another Country (Hong Sang-soo) : 7.5/10
Burke and Hare (John Landis) : 4.5/10
Shining Through (David Seltzer) : 7/10
L'arme à gauche (Claude Sautet) : 6/10
Mr Popper's Penguins (Mark Waters) : 6/10
Beyond a Reasonable Doubt (Fritz Lang) : 5/10
The Mechanic (Michael Winner) : 5.5/10
Fat City (John Huston) : 7/10
Amour (Michael Haneke) : 5/10
Skyfall (Sam Mendes) : 7.5/10
De bon matin (Jean-Marc Moutout) : 6/10
Cloclo (Florent-Emilio Siri) : 6/10

Films revus (Hors compétition)
Un Mauvais Fils (Claude Sautet) : 8/10 (=)
Titanic (James Cameron) : 9/10 (=)
Terminator (James Cameron) : 8.5/10 (+)
Terminator 2 : Judgment Day (James Cameron) : 8/10 (-)

Mes films du mois de Janvier 2005 à Septembre 2012
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2005 : Turkish Delights (Paul Verhoeven)
Février 2005 : Bloody Sunday (Paul Greengrass)
Mars 2005 : The Life Aquatic with Steve Zissou (Wes Anderson)
Avril 2005 : Sweet Sixteen (Ken Loach)
Mai 2005 : Sleuth (Joseph L. Mankiewicz)
Juin 2005 : Man in the Moon (Robert Mulligan)
Juillet 2005 : Flesh + Blood (Paul Verhoeven)
Août 2005 : Bottle Rocket (Wes Anderson)
Septembre 2005 : The Getaway (Sam Peckinpah)
Octobre 2005 : Greed (Erich Von Stroheim)
Novembre 2005 : A History of Violence (David Cronenberg)
Décembre 2005 : The Man Who Would Be King (John Huston)
Janvier 2006 : Der Vierde Man (Paul Verhoeven)
Février 2006 : The New World (Terrence Malick)
Mars 2006 : Bring Me the Head of Alfredo Garcia (Sam Peckinpah)
Avril 2006 : Sorcerer (William Friedkin)
Mai 2006 : Testament (Lynn Littman)
Juin 2006 : The Last Boy Scout (Tony Scott)
Juillet 2006 : The Devil's Rejects (Rob Zombie)
Août 2006 : Breezy (Clint Eastwood)
Septembre 2006 : Tarnation (Jonathan Caouette)
Octobre 2006 : Children of Men (Alfonso Cuaron)
Novembre 2006 : Black Book (Paul Verhoeven)
Décembre 2006 : My Darling Clementine (John Ford)
Janvier 2007 : Casablanca (Michael Curtiz)
Février 2007 : Keane (Lodge Kerrigan)
Mars 2007 : Lonely are the Brave (David Miller)
Avril 2007 : The Prisoner of Shark Island (John Ford)
Mai 2007 : Babe : Pig in the City (George Miller)
Juin 2007 : The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Juillet 2007 : Two For The Road (Stanley Donen)
Août 2007 : Ratatouille (Brad Bird)
Septembre 2007 : The Bourne Supremacy (Paul Greengrass)
Octobre 2007 : Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Novembre 2007 : 24 Hour Party People (Michael Winterbottom)
Décembre 2007 : We Own The Night (James Gray)
Janvier 2008 : Sweeney Todd (Tim Burton)
Février 2008 : La Nuit Américaine (François Truffaut)
Mars 2008 : The Man Who Shot Liberty Valance (John Ford)
Avril 2008 : F...comme Fairbanks (Maurice Dugowson)
Mai 2008 : Mr Smith Goes to Washington (Frank Capra)
Juin 2008 : Block Party (Michel Gondry)
Juillet 2008 : Bridge to Terabithia (Gabor Csupo)
Août 2008 : The Pursuit of Happyness (Gabriele Muccino)
Septembre 2008 : The Mist (Frank Darabont)
Octobre 2008 : Entre les murs (Laurent Cantet)
Novembre 2008 : At Close Range (James Foley)
Décembre 2008 : Faits Divers (Raymond Depardon)
Janvier 2009 : Urgences (Raymond Depardon)
Février 2009 : The Wrestler (Darren Aronofsky)
Mars 2009 : You can't take it with you (Frank Capra)
Avril 2009 : Le Trou (Jacques Becker)
Mai 2009 : Family Life (Ken Loach)
Juin 2009 : La Ronde (Max Ophüls)
Juillet 2009 : Bukowski - Born Into This (John Dullaghan)
Août 2009 : Inglourious Basterds (Quentin Tarantino)
Septembre 2009 : District 9 (Neil Blomkamp)
Octobre 2009 : (500) Days of Summer (Marc Webb)
Novembre 2009 : Once (John Carney)
Décembre 2009 : Avatar (James Cameron)
Janvier 2010 : Mr. Nobody (Jaco Van Dormael)
Février 2010 : Valkyrie (Bryan Singer)
Mars 2010 : Boy A (John Crowley)
Avril 2010 : The Red Shoes (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Mai 2010 : Grey Gardens (Albert Maysles, David Maysles, Ellen Hovde & Muffie Meyer)
Juin 2010 : Sixteen Candles (John Hughes)
Juillet 2010 : The Fall (Tarsem Singh)
Août 2010 : This Is It (Kenny Ortega)
Septembre 2010 : Des Hommes et des Dieux (Xavier Beauvois)
Octobre 2010 : The Social Network (David Fincher)
Novembre 2010 : The Dead (John Huston)
Décembre 2010 : Death Wish III (Michael Winner)
Janvier 2011 : Miracle Mile (Steve De Jarnatt)
Février 2011 : On Her Majesty's Secret Service (Peter Hunt)
Mars 2011 : Brief Encounter (David Lean)
Avril 2011 : Punishment Park (Peter Watkins)
Mai 2011 : The Tree of Life (Terrence Malick)
Juin 2011 : Running on Empty (Sidney Lumet)
Juillet 2011 : Music Box (Costa-Gavras)
Août 2011 : The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (Andrew Dominik)
Septembre 2011 : 7th Heaven (Frank Borzage)
Octobre 2011 : The Plague Dogs (Martin Rosen)
Novembre 2011 : Super (James Gunn)
Décembre 2011 : City of Hope (John Sayles)
Janvier 2012 : Take Shelter (Jeff Nichols)
Février 2012 : Incendies (Denis Villeneuve)
Mars 2012 : Modern Times (Charlie Chaplin)
Avril 2012 : A propos d'Elly (Asghar Farhadi)
Mai 2012 : The Conversation (Francis Ford Coppola)
Juin 2012 : The Myth of the American Sleepover (David Robert Mitchell)
Juillet 2012 : L'Assassin habite au 21 (Henri-Georges Clouzot)
Août 2012 : Scaramouche (George Sidney)
Septembre 2012 : The Tall T (Budd Boetticher)
Dernière édition par Flol le 1 nov. 12, 00:21, édité 32 fois.

Avatar de l’utilisateur
scottspeed
Doublure lumière
Messages : 324
Inscription : 15 déc. 10, 01:31
Liste de DVD

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar scottspeed » 1 oct. 12, 10:06

Que des découvertes ou redécouvertes, sauf mention contraire. Tous en DVD.

Film du mois d'octobre : Blow-Up (Michelangelo Antonioni, 1966)

Classement du mois d'octobre :

9/10
- Blow-Up (Michelangelo Antonioni, 1966)
- Embrasse-moi, idiot [Kiss Me, Stupid] (Billy Wilder, 1964)
- Reviens-moi [Atonement] (Joe Wright, 2007)

8/10
- America, America (Elia Kazan, 1963)
- Bigamie [The Bigamist] (Ida lupino, 1953)
- Allemagne, année zéro [Germania anno zero] (Roberto Rossellini, 1948)
- Broadway Danny Rose (Woody Allen, 1984)
- Brazil (Terry Gilliam, 1985)
- Downhill (Alfred Hitchcock, 1927)

7/10
- La Grande Évasion [The Great Escape] (John Sturges, 1963)
- Faux semblants [Dead Ringers] (David Cronenberg, 1988)
- Le Kid de Cincinnati [The Cincinnati Kid] (Norman Jewison, 1965)
- Vers sa destinée [Young Mr. Lincoln] (John Ford, 1939)
- Le Village des damnés [Village of the Damned] (Wolf Rilla, 1960)
- Les Conquérants [Dodge City] (Michael Curtiz, 1939)
- Another Country (Marek Kanievska, 1984)

6/10
- Je sais où je vais [I Know Where I'm Going!] (Michael Powell et Emeric Pressburger, 1945)
- Female Trouble (John Waters, 1974)
- L'Homme de la rue [Meet John Doe] (Frank Capra, 1941)
- L'Amour en fuite (François Truffaut, 1979)
- Nine Lives (Rodrigo Garcia, 2005)
- Cérémonie secrète [Secret Ceremony] (Joseph Losey)

5/10
- Le Grand Blond avec une chaussure noire (Yves Robert, 1972)
- Jerry Maguire (Cameron Crowe, 1996)
- Beau Travail (Claire Denis, 1999)
- Inferno (Dario Argento, 1980)
- La Blonde explosive [Will Success Spoil Rock Hunter?] (Frank Tashlin, 1957)
- Austin Powers dans Goldmember [Austin Powers in Goldmember] (Jay Roach, 2002)

4/10
- Bébé mode d'emploi [Life as We Know It] (Greg Berlanti, 2010)
- Le Nom des gens (Michel Leclerc, 2010)

3/10
- La Planète des singes [Planet of the Apes] (Tim Burton, 2001)

Film des mois précédents :
Septembre 2012 (44 films, moy=7,0/10) - Quand passent les cigognes [Letyat zhuravli] (Mikhail Kalatozov, 1957)
Aout 2012 (19 films, moy=7,1/10) - Katie Tippel [Keetje Tippel] (Paul Verhoeven, 1975)
Juillet 2012 (44 films, moy=6,9/10) - Les Enchaînés [Notorious] (Alfred Hitchcock, 1946)
Juin 2012 (39 films, moy=6,6/10) - La Fièvre dans le sang [Splendor in the Grass] (Elia Kazan, 1961)

Notation :
Spoiler (cliquez pour afficher)
10/10 : Magique (exceptionnel)
9/10 : Excellent
8/10 : Très bon
7/10 : Bon
6/10 : Assez bon
5/10 : Moyen
4/10 : Médiocre
3/10 : Mauvais
2/10 : Nul
1/10 : Minable
Dernière édition par scottspeed le 30 oct. 12, 02:04, édité 23 fois.

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9762
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: Votre film du mois d'Octobre 2012

Messagepar Gounou » 1 oct. 12, 10:24

Octobre 2012

Film du mois

Image

Films découverts
CAMILLE REDOUBLE (Noémie Lvovsky) 6/10
LOVE OBJECT (Robert Parigi) 5/10
NE LE DIS A PERSONNE (Guillaume Canet) 3/10
IN ANOTHER COUNTRY (Hong Sang-Soo) 7/10
L'APOLLONIDE - SOUVENIRS DE LA MAISON CLOSE (Bertrand Bonello) 7,5/10
AMOUR (Michael Haneke) 4,5/10
LA BOULANGERE DE MONCEAU (Eric Rohmer) 7/10
LA CARRIERE DE SUZANNE (Eric Rohmer) 6,5/10
MA NUIT CHEZ MAUD (Eric Rohmer) 8,5/10
LE JOURNAL D'UN CURE DE CAMPAGNE (Robert Bresson) 7/10


Films revus
THE TERMINATOR (James Cameron) 7,5/10 (=)
THE THIN RED LINE (Terrence Malick) 9/10 (=)
ON HER MAJESTY'S SECRET SERVICE (Peter Hunt) 8/10 (=)
DIAMONDS ARE FOREVER (Guy Hamilton) 4/10 (=)
CASINO ROYALE (Martin Campbell) 7,5/10 (=)
BAISERS VOLES (François Truffaut) 7,5/10 (=)
VICKY CHRISTINA BARCELONA (Woody Allen) 7,5/10 (+)
QUANTUM OF SOLACE (Marc Forster) 6,5/10 (=)
MOONRAKER (Lewis Gilbert) 3/10
SUSPIRIA (Dario Argento) 7/10 (=)
THE OMEN (Richard Donner) 7/10 (=)

CINEMA - DVD - BLURAY - TELEVISION
Dernière édition par Gounou le 1 nov. 12, 08:40, édité 22 fois.
Image