Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
2501
Assistant opérateur
Messages : 2220
Inscription : 26 sept. 03, 18:48
Localisation : Ici et ailleurs

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar 2501 » 26 oct. 11, 14:38

jacques 2 a écrit :
2501 a écrit :Pour une fois j'hésite à aller le voir en VF...

Mais vu la piètre qualité des versions françaises récentes j'attends des retours. Quelqu'un s'y est risqué ici ? Niveau voix et adaptation ça donne quoi ?

En même temps, dans ce cas bien précis, il me semble plus "logique" de le voir en français compte tenu de la bruxello-belgitude de Tintin ...

J'espère simplement que les voix françaises seront de qualité car Tintin avec la langue de l'oncle Sam : très peu pour moi ... :?

C'est ce que je dis.
Pas forcément en premier lieu pour sa nationalité. Mais pour les noms propres et des caractéristiques de langage, comme les insultes d'Haddock.
Mais même là je préfèrerai une bonne VO à une mauvaise VF... Donc je me renseigne.
Image

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8450
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Strum » 26 oct. 11, 14:49

Les Aventures de Tintin - Steven Spielberg (vu en 3D)

Image

Attention spoilers

Je ne peux m'empêcher de ressentir un sentiment de déception. Compte tenu de la nature subjective et esthétique de mes critiques, il n’est pas impossible qu’elles s’atténuent lorsque je reverrai le film en 2D – mais je ne crois pas qu’elles disparaitront tout à fait.

Les Aventures de Tintin est un film d'aventure plein d'allant, de drôlerie et de fantaisie, dont le coeur battant est un personnage haut en couleurs et un peu lâche, aussi généreux que maladroit. Ce coeur battant, c'est le Capitaine Haddock, et non Tintin, et c'est là que le bât blesse.

Pour comprendre pourquoi l'on peut sentir une gêne devant le Tintin du film, il faut faire un détour par la BD d'Hergé. Dans cette dernière, deux fonctions sont assignées à Tintin : premièrement, être le moteur de l'action, celui qui la propulse par ses décisions, son autorité naturelle et son mouvement perpétuel ; deuxièmement, être si peu mystérieux, si peu déterminé dans sa figure simple, qu'il permet à tout lecteur de s'identifier à lui, et partant, de se projeter dans l'histoire. C'est pourquoi chacun à sa propre idée du Tintin d'Hergé. Chacun se voit lui-même dans ce réceptacle. C'est pourquoi aussi, les tintinophiles et autres exégètes de l'univers de Tintin parlent rarement de Tintin lui-même et surtout du méta-texte et de ce qui les intéresse en-deçà du récit - Tintin n'est alors pour eux que prétexte à parler de l'étonnante histoire familiale d'Hergé, d'Histoire, de psychanalyse ou de philosophie. Sur Tintin lui-même, il n'y a rien, ou presque, à dire - sauf à verser dans des lieux communs sans intérêt, par exemple sur son caractère asexuel.

On voit déjà là ce qui sépare le Tintin d'Hergé d'un personnage comme Indiana Jones, auquel on l'a abusivement comparé - si bien que Spielberg s'y est peut-être laissé prendre. Porté par un irrésistible Harrison Ford, Indy est charismatique en diable, séducteur, un peu filou sur les bords, peu regardant sur certaines choses et méfiant de nature vis-à-vis des pouvoirs établis. Seuls deux traits le rapprochent de Tintin finalement : leur invincibilité apparente, et surtout leur caractère moteur : ils sont le centre et le carburateur du récit, le font avancer sans cesse par leurs initiatives, leurs gestes toujours justes et fermes. Pour le reste, il n'y en a peu de moins charismatiques que Tintin, ce parangon de vertus simples. Dans les BD classiques d’après Le Crabe aux Pinces d’Or, une fois l'action lancée, celle-ci s'articule autour des interactions existant entre Tintin et ses excentriques amis (Haddock, Tournesol, les Dupondt) qui apportent énergie et comédie slapstick au récit. Par ses décisions énergiques et son caractère rationnel, Tintin vient résoudre l’intrigue à son avantage. Mais l’excitation que l’on ressent alors, le sentiment de victoire et d’accomplissement, ce sont ceux du lecteur qui s’imagine aussi courageux que son héros.

Or, ce qui fonctionne dans le Tintin d'Hergé ne peut fonctionner à l'identique au cinéma, lequel fait reposer ses récits d’aventure sur des personnages en chair et en os, auxquelles il doit conférer une personnalité forte qui "crève l'écran", pour que les spectateurs puissent s’y projeter et s’y identifier. Il faut substituer au Tintin-réceptacle d'Hergé un personnage plus charismatique, qui reflèterait par son charisme la fermeté des gestes du personnage de la BD, et qui aurait par ses traits l’apparence du réel au sein du film. Le charisme, ce n'est hélas pas la voie qu'a choisi Spielberg. On peut comprendre tout ce qui entre dans ce choix de volonté de respecter au plus près le caractère lisse du Tintin d'Herge. Mais à la lumière du résultat, on peut douter de sa pertinence.

Image

En effet, j’ai trouvé par moment, et j’en suis le premier attristé, que le Tintin de Spielberg ressemblait à la défaveur de certains gros plans à une poupée de cire. Effet secondaire de la 3D (je verrai en 2D) ou forme et texture du visage, il m’est apparu parfois trop lisse, trop rond, trop plein d’une beauté d’enfant rêvé pour un personnage de cinéma – trop fragile. Sa peau souvent est comme vernie, elle prend la lumière comme aucun autre personnage, qui semble modeler à sa guise son visage, si bien que de plan en plan, celui-ci semble changer. Ses yeux semblent quelquefois de cristal, à moins qu’il ne s’agisse d’yeux de verre. La tentation est grande de dire que cet entre-deux où se situe Tintin incombe aux déficiences des artificiers numériques de WETA. Il est vrai que la performance capture du film n’est pas aussi étonnante que l’on aurait pu le penser – mais sans doute ici dois-je ne m’en prendre qu’à moi-même et à ma trop grande perméabilité, malgré mes précautions, au discours commercial insistant sur la prouesse technologique du film. Mais cette tentation doit être rejetée. Ce ne sont pas les limites technologiques de la performance capture qui sont principalement responsables de ce Tintin-poupée, je crois. Cela serait leur faire porter, comme à tout bouc émissaire, un chapeau trop grand. On en veut pour preuve la réussite technique que représente le modelé marqué du visage et l’animation de tous les autres personnages, qui se coulent sans peine dans l’univers esthétique assez sophistiqué du film. Cette étrange impression que provoque Tintin, qui m’a empêché de l’accepter tout à fait en tant que personnage doué de réalité cinématographique, de m’identifier de manière continue à lui, résulte bien d’un choix esthétique (ou d'un non-choix, si l'on veut charger la barque) de Spielberg et Jackson, écartelés qu'ils étaient entre les exigences cinématographiques et la fidélité à Hergé. Il faut aussi en conclure que la rondeur ou le vernis d’un visage ne sied pas à la performance capture, qui s’accommode mieux des rides d’Haddock et des gros nez des Dupondt. Peut-être aurait-il fallu rendre Tintin plus laid.

Cet écueil qu’a constitué pour moi le Tintin du film est d’autant plus dommage que la fameuse ligne claire d’Hergé a été transposée comme il convenait, c’est-à-dire en la brisant par l’intermédiaire des cadrages souvent mouvants et du découpage rapide du film – telle qu’elle, elle n’aurait pas passé les feux de la rampes. Les décors gardent leur finesse et leur équilibre, les couleurs du Maroc éblouissent. De manière générale, la lumière du film, est une réussite, qui fait la part belle, comme souvent chez Spielberg, au brouillard et autres particules de vapeur ou de poussière qui décomposent la lumière, aux sources de lumière au fond des cadres, et aux contrastes entre ombres et surexpositions (curieusement, et sauf erreur, Kaminski n’est pas crédité à la lumière, au contraire de Spielberg qui apparait au générique en tant que « consultant lumière »). Car c’est en réinventant et en épaississant les couleurs et les traits d’Hergé que l’équilibre de la ligne claire pouvait être retrouvé. Typiquement spielbergien aussi, ces plans insistants sur des reflets d'objets et de visages, des miroirs, ou se mirent les apparences du monde. A cet univers esthétique, Tintin lui-même semble a contrario étranger. Au relief des autres et des décors, il oppose les lignes affadies et les rondeurs enfantines de son visage. Enfant-roi, petit-prince même, le Spielberg de Tintin, semble parfois ne pas être de son monde. Quel étrange paradoxe décidément : là où le monde du film devrait jaillir de Tintin, ce monde filmique lui signifie au contraire son étrangeté, son caractère d’éternel orphelin.

Image

Cela étant dit, le film en lui-même, en tant que récit d’aventure, est très bon et vivace, doté d’un excellent scénario, qui mêle habilement et intelligemment Le Crabe aux Pinces d’Or et Le Secret de La Licorne – on y énumère des dizaines de petits clins d’œil à Hergé (superbe hommage d'ouverture) qui disent l’admiration que les auteurs du film lui portent, sans nuire pour autant à la fluidité du récit. Les scènes impliquant Haddock (parfaitement animé par Andy Serkis au travers du voile de la performance capture) sont généralement formidables d’énergie et de drôlerie. Toutes les séquences marocaines où, dans son delirium tremens, il revit en flashback l’assaut naval de Rackham Le Rouge contre La Licorne du Chevalier François de Hadoque sont jubilatoires et valent à elles seules le détour – Spielberg et John Williams s’en donnent ici à cœur joie et leur joie est communicative.

J’ai lu chez les critiques rétifs aux blockbusters hollywoodiens, que la dernière partie du film donnait dans une série de scènes d’actions spectaculaires tenant plus du blockbuster que de l’univers d’Hergé. Ce n’est pas tout à fait faux, mais outre qu’il fallait, pour les besoins de l’exploitation américaine du film, accorder des gages aux studios réticents à s’engager dans l’aventure budgétaire de Tintin, ces scènes d’action fort bien conçues s’insèrent parfaitement dans l’univers du film et ne m’ont pas paru inutilement étendue dans leur durée. La première de ces scènes, une délirante et virtuose poursuite en side-car filmée en plan séquence est une parfaite réussite, dont on imagine sans peine le travail de modélisation qu’elle a du requérur. On s’y amuse de bout en bout, y compris dans ses passages les plus stupides – et il y en a :mrgreen: . S’il est vrai que le rythme du film est trépidant, il ne l’est pas moins que celui de la BD, toutes proportions gardées et compte tenu des différences entre ces deux formes artistiques que sont film et BD. J’aurais pu, en revanche, me passer de deux ou trois mouvements de caméra accélérés et passe-murailles qu’aucune caméra non numérique et non virtualisée n’aurait pu faire.

Image

C’est la dernière scène d’action, une bataille de grues, qui a fait l’objet des critiques les plus vives. Etrangement, en incriminant le caractère par trop spectaculaire de cette scène, en cédant à leurs préjugés à l’encontre du cinéma de divertissement, certains critiques n’ont pas vu l’essentiel. Et l’essentiel, le voici pour moi : le héros de cet affrontement final avec le méchant, c’est le Capitaine Haddock, et non Tintin. Cette passation de pouvoir entre Tintin et Haddock commence dans une scène précédente, une des rares plages d’accalmie du film, durant laquelle ce sont pour une fois les dialogues qui dictent le mouvement de la scène et non pas les images et la musique. Dans cette scène, Tintin désespère de rattraper Sakharine et c’est Haddock qui soudain lui remonte les bretelles en lui parlant du syndrome de l’échec. Cette scène, avec d’autres, contribuent à dramatiser l’histoire personnelle d’Haddock et à en faire un personnage avec une réelle épaisseur psychologique. Mais elle serait impensable dans l’univers du Tintin d’Hergé, où c’est toujours celui-ci qui remonte le moral d’un Haddock défaillant et souvent prompt à renoncer. Tintin n’est pas un fils et Haddock n’est pas un père, et c’est une projection des auteurs du film (qu’on ne peut s’empêcher de trouver spielbergienne) que de faire de Haddock dans ce passage une figure paternelle protectrice (à l’instar du Henri Jones Sr de La Dernière Croisade). Ce renversement des rôles (qui va bien au-delà de ces scènes de la BD où Haddock vole momentanément la vedette à Tintin par ses maladresses) peut s’expliquer autrement : dans le film, Haddock est un personnage tellement plus intéressant que Tintin, qu’il y a une vraie logique de metteur en scène à lui confier en partie les rênes du récit lorsque celui-ci se dénoue – c’est aussi Haddock d’ailleurs qui appuie sur l’ile de la mappemonde à la fin, là où c’est Tintin qui le fait dans la BD. Seulement, faire cela prive Tintin au bout du compte de sa raison d’être, celle d’être l’impulsion et le centre du récit, à chacun des instants où celui-ci progresse ou se clôt. On pense également à cet instant (et à cet instant seulement, je vous rassure) à Indiana Jones IV, de funeste mémoire, où Spielberg faisait in fine d’Indy la dernière roue d’un carrosse brinquebalant, son fils Mutt se réservant nombre de scènes d’action. Ainsi la boucle est bouclée : le Tintin aux traits trop lisses du film doit donner la préséance au Capitaine Haddock aux traits forts du film. Après la forme, le fond, qui toujours se rejoignent chez les auteurs. Et Spielberg en est évidemment un.

Voilà pour ces première impressions, qui doivent probablement autant au film, qui reste bon et que je reverrai avec plaisir, qu’à l’image préconçue que j’avais de Tintin, qui ne sera la même chez personne d’autre, fut-il Spielberg.

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar jacques 2 » 26 oct. 11, 14:56

Jeremy Fox a écrit :
jacques 2 a écrit :Tintin avec la langue de l'oncle Sam : très peu pour moi ... :?

Ben euh ; dans ce cas là tu ne regarderais non plus aucun western dans lesquels les indiens parlent anglais ; idem pour les films historiques américains sur de célèbres personnages français (Marie-Antoinette et j'en passe), les James Bond dans lesquels le méchant russe parle parfaitement la langue de Shakespeare... ect.

Tu ne m'as pas compris : Tintin, c'est très BELGE ...

En anglais, pour nous, cela relève quand même un peu de l'hérésie surtout quand on l'a lu très jeune ...

Donc, rien à voir avec les exemples que tu cites : c'est aussi affaire de coeur et - un peu -de chauvinisme et de fierté nationale (vous ne devriez pas être les derniers à comprendre cela, Messieurs les Français :fiou: ... :)

Avatar de l’utilisateur
Dr David Menard
Stagiaire
Messages : 98
Inscription : 26 juil. 11, 13:24
Localisation : Dispensaire de l'île de Matool

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Dr David Menard » 26 oct. 11, 15:01

jacques 2 a écrit :
2501 a écrit :Pour une fois j'hésite à aller le voir en VF...

Mais vu la piètre qualité des versions françaises récentes j'attends des retours. Quelqu'un s'y est risqué ici ? Niveau voix et adaptation ça donne quoi ?

En même temps, dans ce cas bien précis, il me semble plus "logique" de le voir en français compte tenu de la bruxello-belgitude de Tintin ...

J'espère simplement que les voix françaises seront de qualité car Tintin avec la langue de l'oncle Sam : très peu pour moi ... :?

Remarque intéressante, mais alors, dans ce cas, quid des innombrables films américains mettant en scène en langue anglaise des personnages non anglophones, je pense à des centaines de films historiques, en vrac, les films US sur l'antiquité, la révolution française, Napoléon, la première guerre mondiale (Paths of Glory ! :shock: ) etc. etc. ??? J'avais entendu le même genre de remarques sur Les Liaisons Dangereuses de Frears, à l'époque avec un pote qui préférait le voir en VF parce que ça respectait mieux "l'esprit" de l’œuvre... mouais...
Peut-être que la vraisemblance linguistique vole en éclats, ok, mais ce qui prime, c'est quand même la langue d'origine du film, non ?

Autre sujet, j'en profite.
On vante la "virtuosité" de Spielberg dans le film. Je ne le nie pas. Mais j'aimerais comprendre: pour les séquences de poursuite, par exemple, y a t-il eu de véritables prises de vues de décors *réels* (tournés à partir d'une "vraie" caméra "embarquée") dans lesquels on a ensuite incrusté des personnages "motion-captured" et des véhicules "numériques" ou est-ce que les décors, les arrière-plans, sont eux aussi tous "virtuels", et dans ce cas les soi-disant mouvements de caméra virtuoses ne sont plus alors que des curseurs et des molettes à actionner devant un logiciel de 3D (avec talent et un "oeil" de cinéaste, j'entends bien, mais ce n'est plus tout à fait pareil) ?
(J'avoue, je suis un ignare complet en matière de cinéma d'animation 3D... Il n'y a vraiment rien de "vrai", en fait ?)
"Joan Crawford has risen from the grave... Joan Crawford has risen from the grave !"

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87454
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Jeremy Fox » 26 oct. 11, 15:05

jacques 2 a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
jacques 2 a écrit :Tintin avec la langue de l'oncle Sam : très peu pour moi ... :?

Ben euh ; dans ce cas là tu ne regarderais non plus aucun western dans lesquels les indiens parlent anglais ; idem pour les films historiques américains sur de célèbres personnages français (Marie-Antoinette et j'en passe), les James Bond dans lesquels le méchant russe parle parfaitement la langue de Shakespeare... ect.

Tu ne m'as pas compris : Tintin, c'est très BELGE ...

En anglais, pour nous, cela relève quand même un peu de l'hérésie surtout quand on l'a lu très jeune ...

Donc, rien à voir avec les exemples que tu cites : c'est aussi affaire de coeur et - un peu -de chauvinisme et de fierté nationale (vous ne devriez pas être les derniers à comprendre cela, Messieurs les Français :fiou: ... :)

Ah oui c'est clair, chacun fait ce qu'il veut (moi je ne peux regarder n'importe quel film d'animation qu'en VF) ; c'est juste que je trouvais ça curieux. Pour moi, c'est la langue du comédien avant tout quelque soit la nationalité du personnage représenté (j'ai trop souffert dernièrement de voir Stewart Granger parler avec l'accent français tout le long d'un film :mrgreen: ). Par contre si je peux à la rigueur comprendre aussi, "chauvinisme et fierté nationale" ne sont pas encore passés par moi et je ne pense pas qu'ils m'atteignent un jour :wink:

Peut-être que la vraisemblance linguistique vole en éclats, ok, mais ce qui prime, c'est quand même la langue d'origine du film, non ?

Pour moi donc : clairement oui.

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar jacques 2 » 26 oct. 11, 15:10

Dr David Menard a écrit :Remarque intéressante, mais alors, dans ce cas, quid des innombrables films américains mettant en scène en langue anglaise des personnages non anglophones, je pense à des centaines de films historiques, en vrac, les films US sur l'antiquité, la révolution française, Napoléon, la première guerre mondiale (Paths of Glory ! :shock: ) etc. etc. ???

Tu as raison d'un certain point de vue sauf que ... les films historiques sur Napoléon et autres, je m'en fous car je n'y suis pas attaché sentimentalement ....

Tintin, c'est beaucoup plus que cela pour moi ... et pas mal d'autres, j'imagine.

Je ferais probablement la même remarque face à une adaptation cinéma (on peut peut être y rêver ...) de Blake et Mortimer, autres piliers de mon enfance. Et ils sont pourtant sujets de Sa Gracieuse Majesté et évoluent dans un contexte international ...

Jeremy Fox a écrit : Par contre si je peux à la rigueur comprendre aussi, "chauvinisme et fierté nationale" ne sont pas encore passés par moi et je ne pense pas qu'ils m'atteignent un jour :wink:

Peut-être que la vraisemblance linguistique vole en éclats, ok, mais ce qui prime, c'est quand même la langue d'origine du film, non ?

Pour moi donc : clairement oui.

C'était dit avec humour quand même (mais Strum m'a récemment rappelé les difficultés à nuancer correctement un écrit surtout en pareil contexte) : mais bon, Tintin pour nous c'est un sujet de fierté au même titre que Simenon, Jacques Brel, Eddy Merckx et toute la BD ligne claire (il n'y pas que Hergé et s'il fallait tous les citer ...) . Johnny Halliday est même à moitié belge mais on s'en fout : gardez le tout entier, c'est de bon coeur ... :mrgreen:

A propos de la langue, c'est du cas par cas en ce qui me concerne ...

:wink:
Dernière édition par jacques 2 le 26 oct. 11, 15:20, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13486
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 26 oct. 11, 15:16

Strum a écrit :Voilà pour ces première impressions.

On attend la suite. :mrgreen: :mrgreen:
Parce que là, tu t'es quand même pas foulé, hein. :mrgreen: :arrow:

Je blague bien entendu. Ça a dû te prendre un temps monstre pour rédiger ce billet.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar julien » 26 oct. 11, 15:43

jacques 2 a écrit :J'espère simplement que les voix françaises seront de qualité car Tintin avec la langue de l'oncle Sam : très peu pour moi ... :?

LA VF est également très décevante. Tintin et Haddock n'ont pas la même voix que dans la BD.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
hansolo
David O. Selznick
Messages : 12709
Inscription : 7 avr. 05, 11:08
Localisation : In a carbonite block

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar hansolo » 26 oct. 11, 15:47

aurelien86 a écrit :
- Pour la musique de Williams, ce n'est pas non plus comme si ce n'etait pas très fréquent que sa musique était omniprésente dans quasiment tous les films de Spielberg ...
Et, à la réécoute, la BO regorge de pépites qui n'attendent qu'a être appréciées au fil du temps!

On est ici pour juger le film les Aventures de Tintin. Donc savoir que c'est fréquent chez Williams, à la limite ça n'a pas d'importance. Je notais simplement que dans le contexte du film en question, je trouve que la musique est bien trop présente et ne laisse aucun répits au spectateur. Autrement, la BO peut être très bonne et regorgeait de pépites à la réécoute, ça n'a aucune importance. Une BO est censé accompagner le film de prime abord. C'est dans ce contexte là qu'il me semble judicieux de la juger.

- Pour la "jeunesse" de Tintin, Hergé a - a de nombreuses reprises - déclaré qu'il était "très jeune", en tout cas qu'il avait moins de 18 ans ... sur ce point, on peut accorder à Spielberg d'avoir respecté l'esprit du créateur du personnage :!:

No comment, car nous en avons déjà longuement discuté. Mais ce n'est pas tant le côté jeune qui me gêne, mais les traits poupins qui sont très éloignés du personnage de la BD. Hergé a beau dire que "Tintin était jeune", il n'en reste pas moins qu'il l'a dessinée dans un certain nombre d'aventures. :D A partir de là, si Spielberg cherche une très forte similarité pour tous les personnages (Haddock, Dupondt, ...), pourquoi ne pas en faire de même pour Tintin ?

Le duo Spielberg/Williams fonctionne quasi-constamment sur une musique omniprésente ...
maintenant en ce qui me concerne ça ne m'a pas du tout gêné; mais je soulignais juste c'est cette présence est tout sauf une surprise!
Je conçois parfaitement que l'on préfère des moments de 'silence musical'; pour le coup il vaut mieux s'abstenir de voir un Spielberg ...

Pour ce qui est des "traits" de Tintin; ok ils ne sont pas identiques aux traits de la BD (était-ce simplement possible ? - le clin d'oeil d'ouverture - simplement génial - démontre que non :wink: ), mais les traits ne m'ont pas semblé pas si éloignés ... en tout cas moins que ceux de Nestor :!: , des Dupondt ou d'Allan ... que je trouve assez éloignés même s'il y a une filiation ...

Strum a écrit :J’ai lu chez les critiques rétifs aux blockbusters hollywoodiens, que la dernière partie du film donnait dans une série de scènes d’actions spectaculaires tenant plus du blockbuster que de l’univers d’Hergé. Ce n’est pas tout à fait faux, mais outre qu’il fallait, pour les besoins de l’exploitation américaine du film, accorder des gages aux studios réticents à s’engager dans l’aventure budgétaire de Tintin, ces scènes d’action fort bien conçues s’insèrent parfaitement dans l’univers du film et ne m’ont pas paru inutilement étendue dans leur durée. La première de ces scènes, une délirante et virtuose poursuite en side-car filmée en plan séquence est une parfaite réussite, dont on imagine sans peine le travail de modélisation qu’elle a du requérur. On s’y amuse de bout en bout, y compris dans ses passages les plus stupides – et il y en a :mrgreen: . S’il est vrai que le rythme du film est trépidant, il ne l’est pas moins que celui de la BD, toutes proportions gardées et compte tenu des différences entre ces deux formes artistiques que sont film et BD.

Pas mieux ...
j'ai relu Le licorne il y a quelques mois, histoire de me replonger dans une des aventures que je croyait le mieux "connaitre" pour l'avoir lue à de multiples reprises ...
j'ai été surpris par le 'rythme' littéralement 'survolté' du récit avec un génie de la "mise en scène" simplement fascinant :!:
Dernière édition par hansolo le 26 oct. 11, 15:53, édité 1 fois.
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)

Avatar de l’utilisateur
tewoz
Vuvuzelo
Vuvuzelo
Messages : 16296
Inscription : 14 avr. 03, 10:20
Localisation : Au centre de tout ce qui ne le regarde pas...

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar tewoz » 26 oct. 11, 15:51

Petite question en passant, l'IMAX ca a un intérêt ou pas du tout? Parce que pour le voir en IMAX VO, faut aller chez Mickey après 22h, ca commence à faire beaucoup de contraintes... :D
Vous venez de lire un message de tewoz, ca vous a pas rendu plus intelligent, mais ca aurait pu...
Image - Achetez mon livre sur Lulu : Image

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar julien » 26 oct. 11, 15:53

Watkinssien a écrit :Je n'aurais pas trop le temps aujourd'hui d'écrire quelque chose de décent... Ce que je peux dire, c'est que ce film est d'une richesse visuelle hallucinante, que chaque plan contient trop d'informations pour qu'on puisse les apercevoir en une fois, et que l'aventure et l'esprit de Hergé se fondent admirablement avec le langage cinématographique et les thématiques de Spielberg...

Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
hansolo
David O. Selznick
Messages : 12709
Inscription : 7 avr. 05, 11:08
Localisation : In a carbonite block

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar hansolo » 26 oct. 11, 15:57

tewoz a écrit :Petite question en passant, l'IMAX ca a un intérêt ou pas du tout? Parce que pour le voir en IMAX VO, faut aller chez Mickey après 22h, ca commence à faire beaucoup de contraintes... :D

je n'en sais rien ...
par contre j'irais volontiers le voir - pour la 2eme vision - en 2D; si j'en ai la possibilité; car même si Spielberg a bien pris soin d'utiliser la 3D "a bon escient"; c'est encore un film qui n'a pas réussi à me convaincre de la nécessité de la 3D ...
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar riqueuniee » 26 oct. 11, 16:06

D'après les BA vues en salles, la 3D ne me semble pas indispensable pour apprécier le film.
En fait, je ne l'ai trouvée utile que sur un seul film : la grotte des rêves perdus, le documentaire de Werner Herzog sur la grotte Chauvet.

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar jacques 2 » 26 oct. 11, 16:15

julien a écrit :
jacques 2 a écrit :J'espère simplement que les voix françaises seront de qualité car Tintin avec la langue de l'oncle Sam : très peu pour moi ... :?

LA VF est également très décevante. Tintin et Haddock n'ont pas la même voix que dans la BD.

Tu as probablement l'impression d'avoir fait un très joli trait d'esprit en écrivant cela ...

Or, cette "voix" dans la BD, c'est exactement (l'aurais tu "piquée ?") l'expression qu'avait utilisée un enfant se plaignant auprès d' Hergé de ne pas retrouver la voix de Tintin dans "les oranges bleues", un des deux films "cinéma" avec Jean Pierre Talbot dans le rôle de Tintin ...

Dès lors, n'est il pas clair que Tintin a une résonance nostalgique bien particulière pour les enfants et tous ceux qui l'ont découvert encore enfant ? Et n'est il pas un peu logique tout de même de trouver étrange pour un franco-belge d'entendre les personnages de cet univers si particulier s'exprimer en anglais ?

:|

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12642
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg - 2011)

Messagepar hellrick » 26 oct. 11, 16:21

jacques 2 a écrit : Et n'est il pas un peu logique tout de même de trouver étrange pour un franco-belge d'entendre les personnages de cet univers si particulier s'exprimer en anglais ?
:|

De toutes façons pour nous la question ne se posera pas, à moins que ce soit différent à Liège (???) , ici à Mons un film c'est en VF. Toujours. Dans tous les cas. Point.
(je parle pour le mégacomplexe, pas pour le cinéma d'arts et essai)
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image