Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar riqueuniee » 24 mai 11, 11:04

Nestor Almendros a écrit :Je ne m'étonne qu'à moitié de la réaction française sur l'aspect "carte postale" qui déplait visiblement à beaucoup. Hier encore, sur Europe 1, j'ai entendu une pseudo-critique casser le film sur cet argument (les clichés dans le film, tout ça...). Même si je n'ai pas suradoré le film, je pense qu'on ne l'a pas compris si l'on ne fait que s'attacher à cette vision "carte postale" réductrice qui, tout simplement, ne correspond pas au goût des français et à leur culture, ce qui semble logique: les américains ont-ils eu la même réaction avec MANHATTAN, film qui ne nous choquait pas, nous français avec cette vision exotique et fantasmée de New York?.

La vision d'un Paris idéalisé et de gens très aisés semble avoir énervé beaucoup en France. Personnellement, je trouve même cette vision carte postale très importante. On se rend compte après que ces gens (le personnage d'Owen Wilson excepté) ne sont même pas vraiment sensibles à ce qu'ils voient (voir les réactions pédantes au Musée de l'Orangerie, devant les Monet, ou la visite à Versailles ). Et puis, Paris, c'est aussi ça...

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22099
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar cinephage » 24 mai 11, 13:04

Nestor Almendros a écrit :Je ne m'étonne qu'à moitié de la réaction française sur l'aspect "carte postale" qui déplait visiblement à beaucoup. Hier encore, sur Europe 1, j'ai entendu une pseudo-critique casser le film sur cet argument (les clichés dans le film, tout ça...). Même si je n'ai pas suradoré le film, je pense qu'on ne l'a pas compris si l'on ne fait que s'attacher à cette vision "carte postale" réductrice qui, tout simplement, ne correspond pas au goût des français et à leur culture, ce qui semble logique: les américains ont-ils eu la même réaction avec MANHATTAN, film qui ne nous choquait pas, nous français avec cette vision exotique et fantasmée de New York?.


Surtout qu'ici, Paris fantasmé est vraiment le sujet du film. Impossible de raconter la même histoire si ça s'était passé à Barbès, dans les Halles ou dans le XV° arrdt. C'est un récit de voyage, de touriste.

Le "Paris des cartes postales", c'est celui qui fait de la France la première destination touristique du monde (à moins que mes chiffres ne datent), c'est le Paris que fantasment tous les Américains qu'on voit rêver d'aller un jour à Paris, mais c'est aussi celui qui attire les Chinois et les Japonais, c'est l'image de la ville de lumière, amie des arts et dont l'architecture évoque une histoire riche et peuplée de merveilleuses périodes artistiques. C'est un aspect fondamental de l'identité de cette ville.

En brassant cette thématique, Allen parle de Paris d'une façon dont peu de français auraient pu parler, mais avec un respect et un amour de cette "image" qui m'apparaissent comme vraiment touchants.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19583
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar Nestor Almendros » 24 mai 11, 15:17

cinephage a écrit :Surtout qu'ici, Paris fantasmé est vraiment le sujet du film. Impossible de raconter la même histoire si ça s'était passé à Barbès, dans les Halles ou dans le XV° arrdt. C'est un récit de voyage, de touriste.

C'est justement ce que beaucoup (en France) n'ont pas compris, à croire qu'ils fantasment sur un Woody Allen façon Ken Loach... :uhuh:
@ Watkinssien: cqfd! :wink:

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8440
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar Strum » 24 mai 11, 15:38

Il n'y a pas que Altman. Depuis Annie Hall, Allen a été critiqué à ce sujet (en gros, il ne montrerait essentiellement que des bienheureux dans un Manhattan idéalisé) par plusieurs critiques américains. J'en parlais notamment dans le premier paragraphe de ma critique.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar riqueuniee » 24 mai 11, 16:03

Je me demande des fois siça n'a pas défrisé certains, en France, qu'on puisse parler autant en bien de Paris... :fiou:
Trêve de plaisanterie,cette vision de Paris était nettement moins embêtante (pour moi) que la façon dont il a utilisé Barcelone dans Vicky, Christina.... La ville était à peine un décor, alors qu'ici Paris est presque un personnage du film .

MargaretLockwood
Stagiaire
Messages : 27
Inscription : 23 mai 06, 18:43

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar MargaretLockwood » 27 mai 11, 11:11

Pour moi si idéalisation il y a, c'est beaucoup plus celle des artistes et d'époques passées. Le vrai sujet du film est là, bien plus que le Paris d'aujourd'hui. Par ailleurs, s'agit-il vraiment d'un Paris de carte postale ? Pas tant que ça: il n'y a pas que les touristes qui voient la Tour Eiffel qui scintille et qui marchent avenue de l'Opéra. C'est un Paris qui existe et qui n'est pas seulement fantasmé. Que ferait une telle histoire dans le 20ème ?
C'est du Woody Allen pur jus dans la veine d'Alice, de La Rose Pourpre du Caire. Vous rêvez de devenir invisible, de vous glisser sur la pellicule d'un film, et ici de rencontrer tous les artistes que vous aimez ? Woody le réalise pour vous avec humour et finesse.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22828
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar AtCloseRange » 27 mai 11, 11:25

Je veux bien qu'on me dise que c'est la vision d'un Paris idéalisé mais rien que le montage initial, je l'aurais accepté s'il avait une quelconque qualité cinématographique. Là, en l'état, ça commençait très mal. Ensuite, ça ne pouvait être que meilleur.
ça l'est mais assez peu.
Vu hier et je crois que je n'ai quasiment rien à en dire. Ce côté fantastique, il nous a déjà fait ça tellement souvent (et avec beaucoup plus d'inspiration et de verve comique).
Quant à la morale finale sur le mode "on n'est jamais satisfait de l'époque dans laquelle on vit"... Venant de quelqu'un qui ne montre quasiment jamais le monde actuel réel et qui se réfugie dans des BO de 50 ans d'âge au bas mot (le morceau manouche asséné pendant tout le film m'a quasiment donné la nausée - et si c'est du Django, ma remarque est la même), c'est fort de café.
Autre souci: à force de prendre des alter ego depuis un certain nombre d'années, on se retrouve avec des aberrations. Quel écrivain américain actuel fantasme sur le Paris des annés 20?
ça en devient une pure construction abstraite.
Image

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8440
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar Strum » 27 mai 11, 11:32

AtCloseRange a écrit :Quel écrivain américain actuel fantasme sur le Paris des annés 20?


Ce qui intéresse Woody dans le film, ce sont les gens qui peuplent ce Paris là (Hemingway, Fitzgerald, Stein... pas un seul écrivain français là-dedans... ce n'est pas un hasard). C'est donc Paris en tant que cadre ou porte vers un fantasme, qui l'intéresse. Pas Paris lui-même, et encore moins les français (le fantasme de 1890, où cette fois il y a des français, c'est celui de Cotillard). Le film est moins flatteur pour les français qu'ils ne le croient. Et beaucoup d'écrivains américains fantasment encore aujourd'hui sur Hemingway et Fitzgerald. C'est un film qui n'est pas dénué de défaut, mineur par rapport à ses meilleurs films, comme je l'ai dit dans ma critique plus haut, mais qui reste charmant.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar riqueuniee » 27 mai 11, 11:35

Le fantasme des années 20 est celui de Gil, personnage qui n'a pas pour vocation de représenter les écrivains américains. Et puis ,il y a toujours des personnages atypiques, qui n'ont pas les fantasmes de tout le monde .(et que sait-on de ce qui fait fantasmer TOUS les écrivains américains ?). D'ailleurs, au début u film Gil n'a pas encore écrit de roman (il écrit des scenarios pour la télévision).. Les BO de jazz rétro, c'est son "image de marque" (un jazz qu'il affectionne et qu'il pratique). On a encore le droit d'avoir une passion pour une musique qui n'est pas récente. Pour le morceau de jazz manouche (?), il m'a tellement peu gênée que je l'ai à peine remarquer.
Quant à la représentation du monde actuel réel, il y en a d'autres qui le font très bien. Laissons lui le rêver, idéaliser, etc... Heureusement qu'il y en a un qui le fait , sinon le cinéma deviendrait sinistre.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22828
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar AtCloseRange » 27 mai 11, 11:37

Strum a écrit :
AtCloseRange a écrit :Quel écrivain américain actuel fantasme sur le Paris des annés 20?


Ce qui intéresse Woody dans le film, ce sont les gens qui peuplent ce Paris là (Hemingway, Fitzgerald, Stein... pas un seul écrivain français là-dedans... ce n'est pas un hasard). C'est donc Paris en tant que cadre ou porte vers un fantasme, qui l'intéresse. Pas Paris lui-même, et encore moins les français (le fantasme de 1890, où cette fois il y a des français, c'est celui de Cotillard). Beaucoup d'écrivains américains fantasment encore aujourd'hui sur Hemingway et Fitzgerald. Le film n'est pas dénué de défaut, comme je l'ai dit dans ma critique plus haut, mais reste charmant.

Le mec écrit des scénarios moisis pour Hollywood et se rêverait en Scott Fitzgerald ou en Hemingway?
C'est un fantasme allenien, pas celui de son personnage.
Image

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar riqueuniee » 27 mai 11, 11:40

Strum a écrit :
AtCloseRange a écrit :Quel écrivain américain actuel fantasme sur le Paris des annés 20?


Ce qui intéresse Woody dans le film, ce sont les gens qui peuplent ce Paris là (Hemingway, Fitzgerald, Stein... pas un seul écrivain français là-dedans... ce n'est pas un hasard). C'est donc Paris en tant que cadre ou porte vers un fantasme, qui l'intéresse. Pas Paris lui-même, et encore moins les français (le fantasme de 1890, où cette fois il y a des français, c'est celui de Cotillard). Le film est moins flatteur pour les français qu'ils ne le croient. Et beaucoup d'écrivains américains fantasment encore aujourd'hui sur Hemingway et Fitzgerald. C'est un film qui n'est pas dénué de défaut, mineur par rapport à ses meilleurs films, comme je l'ai dit dans ma critique plus haut, mais qui reste charmant.

Gil est américain, il est normal qu'il fantasme sur les écrivains américains (qui formaient une vraie "colonie" à Paris dans les années 20). C'est par leurs textes qu'il s'est mis à rêver de Paris. D'ailleurs, le film aurait pu s'appeler sans problèmes "Paris est une fête".

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22828
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar AtCloseRange » 27 mai 11, 11:40

riqueuniee a écrit :Le fantasme des années 20 est celui de Gil, personnage qui n'a pas pour vocation de représenter les écrivains américains. Et puis ,il y a toujours des personnages atypiques, qui n'ont pas les fantasmes de tout le monde .(et que sait-on de ce qui fait fantasmer TOUS les écrivains américains ?).

Sauf que c'est clairement un double allenien. Pour un film qui rejette le "c'était mieux avant", tout crie le contraire dans son cinéma.
Image

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar riqueuniee » 27 mai 11, 11:44

AtCloseRange a écrit :
Strum a écrit :
AtCloseRange a écrit :Quel écrivain américain actuel fantasme sur le Paris des annés 20?


Ce qui intéresse Woody dans le film, ce sont les gens qui peuplent ce Paris là (Hemingway, Fitzgerald, Stein... pas un seul écrivain français là-dedans... ce n'est pas un hasard). C'est donc Paris en tant que cadre ou porte vers un fantasme, qui l'intéresse. Pas Paris lui-même, et encore moins les français (le fantasme de 1890, où cette fois il y a des français, c'est celui de Cotillard). Beaucoup d'écrivains américains fantasment encore aujourd'hui sur Hemingway et Fitzgerald. Le film n'est pas dénué de défaut, comme je l'ai dit dans ma critique plus haut, mais reste charmant.

Le mec écrit des scénarios moisis pour Hollywood et se rêverait en Scott Fitzgerald ou en Hemingway?
C'est un fantasme allenien, pas celui de son personnage.

Il continue à écrire ce type de scenarios pour gagner sa vie. Un boulot alimentaire qui ne le satisfait plus complètement. Il ne se prend pas pour Fizgerald ou Hemingway, mais leur vie le fait rêver.
De tout façon, ça ne sert à rien d'être aussi réaliste sur un film qui ne l'est pas.

MargaretLockwood
Stagiaire
Messages : 27
Inscription : 23 mai 06, 18:43

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar MargaretLockwood » 27 mai 11, 11:46

Quand bien même cette époque n'intéresserait plus que Woody Allen (et je doute fort que ce soit le cas) je ne vois pas en quoi ça empêche d'en faire le sujet d'un film. Tout comme aimer Cole Porter et le jazz n'a rien de choquant, surtout pour un film plongeant dans les années 20.
La conclusion du film (je ne parlerais pas de morale) ne me semble pas être "on n'est jamais satisfait de son époque". Au contraire, le héros choisit de s'y confronter et va même y trouver le bonheur. En revanche, il aura appris en voyageant dans le passé.

Avatar de l’utilisateur
Strum
n'est pas Flaubert
Messages : 8440
Inscription : 19 nov. 05, 15:35

Re: Minuit à Paris (Woody Allen - 2011)

Messagepar Strum » 27 mai 11, 11:50

AtCloseRange a écrit :Le mec écrit des scénarios moisis pour Hollywood et se rêverait en Scott Fitzgerald ou en Hemingway?


Bien sûr. C'est le fantasme de beaucoup plus de scénaristes que tu ne sembles le croire. De toute façon, le personnage est un clone de Woody Allen (il y a 20 ans, il l'aurait joué lui-même) et le film a une certaine dimension autobiographique. Cela ne m'a donc en rien gêné.