Vivement dimanche ! (François Truffaut - 1983)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Vivement dimanche ! (François Truffaut - 1983)

Messagepar Anorya » 25 nov. 10, 16:53

Vivement dimanche ! (Truffaut - 1983)

Image


"Avons regardés avec Norman Mozzato un film de Truffaut avec une actrice admirable, Fanny Ardant. Le film est moyen mais les acteurs excellents. Franchement, avec des acteurs tels que Jean-Louis Trintignant et Fanny Ardant, on ne peut faire qu'un bon film..."
(Journal d'Andréï Tarkovski - 3/4 avril 1982. -éditions Cahiers du cinéma).


L'histoire : Julien Vercel, directeur d'une agence immobilière, est soupçonné du double meurtre de sa femme et de son amant. Contraint de se terrer dans l'agence il confie à sa secrétaire, il confie à sa secrétaire Barbara, le soin de mener l'enquête qui le disculpera.

Image


Dernier film de son auteur, ce dernier, si il ne savait pas ce qui l'attendait, n'était néanmoins pas dupe vis à vis de sa création. Vivement dimanche ! n'est pas un grand film, plus une fantaisie voulue à la fois drôle et proche du film noir. Truffaut, voulant se faire plaisir, adapte à nouveau une série noire, The long saturday night de Charles Williams, tout en essayant d'éviter les erreurs commises sur La sirène du Mississippi. Son idée bien en tête, il doit batailler ferme pour imposer le noir et blanc, surtout vis à vis d'Antenne 2 qui coproduit avec Les films du Carrosse (la société de production crée par Truffaut, inspirée du Carrosse d'Or de Renoir) sa dernière création et demande à Nestor Almendros, son directeur photo, d'essayer de restituer l'ambiance nocturne et mystérieuse des films américains du passé.

"Vivement Dimanche ! est, selon l'aveu de son auteur, "un film du samedi soir, conçu pour faire plaisir". Un pur divertissement, enlevé et d'une grande beauté plastique, dans lequel il s'amuse à glisser des gages d'auteurisme : le visage de cire aux yeux grands ouverts d'une femme morte, réminiscence des mannequins de L'homme qui aimait les femmes, Ardant déguisée en prostituée, Trintignant hypnotisé par les jambes des femmes passant en ombre chinoise sur l'écran d'un soupirail..." (1)


Trintignant d'ailleurs, pas dupe du scénario assez maigre mais ne disant rien au réalisateur, accepte de jouer par pur plaisir, les deux personnages s'admirant sans jamais se l'être dit dans la réalité (2). Pour l'interprète féminin, c'est comme pour le précédent film, Fanny Ardant, la nouvelle compagne du réalisateur, son dernier grand amour. A l'écran elle fascine, distille un enthousiasme et un certain charme qui, mêlé à l'antipathie jubilatoire de Trintignant, renforcent un certain plaisir coupable au visionnage de ce petit film, mais fait néanmoins un peu regretter (pour ma part), que l'aventure s'achève là, sur cette petite note décalée et pourtant bien sympathique. Truffaut savait-il que ce serait son dernier film ? Malheureusement non.

4/6.



"Début juillet 1983, Truffaut s'installe pour l'été avec Fanny Ardant dans une maison près de Honfleur. Il prévoit de s'y reposer, d'y travailler à ses projets. Fanny attend un enfant pour fin septembre. Selon Depardieu, "Truffaut en avait fini avec son passé". Mais le 12 août au soir, il est victime d'un malaise. Un chirurgien identifie une tumeur au cerveau et prévient Madeleine Morgenstern que son ancien mari n'a plus que quelques mois, au plus un an à vivre. Truffaut ne connaît pas la gravité de son mal et, après son opération, croît entamer une longue convalescence. Il se remet au travail, commence par reconstituer avec Martine Barraqué, la version non mutilée des Deux anglaises et le Continent. Il consacre ses dernières forces à mettre en ordre ses archives, les dossiers qu'il constitue depuis son adolescence. La dernière visite est celle de son plus ancien ami, Robert Lachenay. Après trois semaines d'une douloureuse agonie, veillé par Fanny, Madeleine, Laura et Eva, il meurt le 21 octobre. Des milliers de personnes assistent à l'enterrement de ses cendres au cimetière Montmartre, dans le quartier de son enfance". (3)









=====================

(1). François Truffaut par Cyril Neyrat, éditions Cahiers du cinéma/le Monde. p.85.
(2). L'acteur l'avouait dans le sympathique commentaire audio du dvd.
(3). François Truffaut par Cyril Neyrat, éditions Cahiers du cinéma/le Monde. p.87.
Dernière édition par Anorya le 27 nov. 10, 11:10, édité 2 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14498
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Watkinssien » 25 nov. 10, 16:56

Un beau film, exercice de style élégant et insolite. Par contre le film est de 1983, pour être un peu tatillon !
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Anorya » 25 nov. 10, 16:57

Watkinssien a écrit :Un beau film, exercice de style élégant et insolite. Par contre le film est de 1983, pour être un peu tatillon !

Oui je sais mais comment expliquer que feu Tarkovski le voit avec un an d'avance dans son journal intime ? :o :mrgreen:
Image

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar riqueuniee » 25 nov. 10, 17:12

Le film est sorti le 10 août 1983.Par contre,il est très possible qu'il ait été produit et tourné en 1982.Un an d'écart entre le tournage d'un film et sa sortie,ce n'est pas rarissime...

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14498
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Watkinssien » 25 nov. 10, 17:27

Anorya a écrit :
Watkinssien a écrit :Un beau film, exercice de style élégant et insolite. Par contre le film est de 1983, pour être un peu tatillon !

Oui je sais mais comment expliquer que feu Tarkovski le voit avec un an d'avance dans son journal intime ? :o :mrgreen:

Il a peut-être visionné le film en cours de montage, pendant sa finition, ou alors il s'est trompé d'année, à un an près c'est possible. :)
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14498
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Watkinssien » 25 nov. 10, 17:30

Bon, sinon je reviens au film, qui reste une oeuvre plus ou moins testamentaire, en tout cas, toujours habile, rafraîchissante et culottée.

Le noir et blanc seyant, le plaisir de voir des comédiens qui en prennent également beaucoup, la mise en scène précise et toujours aussi libre de Truffaut me font penser qu'il n'a pas eu la plus déshonorante des sorties.
Image

Mother, I miss you :(

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar riqueuniee » 25 nov. 10, 17:37

Un film qui mélange allègrement les époques.L'action semble se dérouler plutôt dans les années 60,mais quelques détails renvoient aux années 50,ou 70.(il y a bien sûr l'utilisation du noir et blanc,qui renforce l'aspect "retro" du film.
A noter que,dans le film,un cinéma a à son programme Les sentiers de la gloire.Si le film date bien des années 50,il n'est sorti en France qu'au milieu des années 70...

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17635
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Kevin95 » 25 nov. 10, 22:35

Quand bien même Truffaut et son équipe considérait ce film comme un pur produit de divertissement, je considère Vivement dimanche ! comme une petit merveille de drôlerie, comme un jouissif hommage aux films noirs américains et surtout une (nouvelle) déclaration d'amour de son auteur au cinéma.

Ce dernier opus est comme un souffle d'air, une note légère sur l'un des plus belle filmographie du cinéma français.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Federico » 26 nov. 10, 00:36

riqueuniee a écrit :Le film est sorti le 10 août 1983.Par contre,il est très possible qu'il ait été produit et tourné en 1982.Un an d'écart entre le tournage d'un film et sa sortie,ce n'est pas rarissime...

Le tournage eut lieu en nov-déc 1982.
(source : L'Avant-Scène Cinéma n°362-363 de juillet-août 1987, qui contient aussi le découpage de Tirez sur le pianiste)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Anorya » 26 nov. 10, 20:28

Federico a écrit :
riqueuniee a écrit :Le film est sorti le 10 août 1983.Par contre,il est très possible qu'il ait été produit et tourné en 1982.Un an d'écart entre le tournage d'un film et sa sortie,ce n'est pas rarissime...

Le tournage eut lieu en nov-déc 1982.
(source : L'Avant-Scène Cinéma n°362-363 de juillet-août 1987, qui contient aussi le découpage de Tirez sur le pianiste)

Bon, je ne vois qu'une explication, Tarkovski était médium. :idea:
Image

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Federico » 26 nov. 10, 23:52

Anorya a écrit :
Federico a écrit :
riqueuniee a écrit :Le film est sorti le 10 août 1983.Par contre,il est très possible qu'il ait été produit et tourné en 1982.Un an d'écart entre le tournage d'un film et sa sortie,ce n'est pas rarissime...

Le tournage eut lieu en nov-déc 1982.
(source : L'Avant-Scène Cinéma n°362-363 de juillet-août 1987, qui contient aussi le découpage de Tirez sur le pianiste)

Bon, je ne vois qu'une explication, Tarkovski était médium. :idea:

Bah... A la fin de Stalker, la fillette se penche et donne l'impression de faire bouger un verre par télékinésie... :wink:
Personnellement, je... pencherais pour une coquille des Cahiers (ils ont du taper 1982 au lieu de 1983).
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Vivement dimanche ! (Truffaut - 1982)

Messagepar Anorya » 27 nov. 10, 11:08

Federico a écrit :
Anorya a écrit :Bon, je ne vois qu'une explication, Tarkovski était médium. :idea:

Bah... A la fin de Stalker, la fillette se penche et donne l'impression de faire bouger un verre par télékinésie... :wink:
Personnellement, je... pencherais pour une coquille des Cahiers (ils ont du taper 1982 au lieu de 1983).

Magnifique scène d'ailleurs. Reprise par de nombreux groupes sur YouTube dans des vidéos amateures et non officielles à qui je pardonne volontiers. :D
Une coquille oui mais du coup, tout le carnet devrait être décalé et Tarkovski disparaître en décembre 1987. Donc, je sais pas... J'ai pensé un temps à une inversion et que cette notule soit en fait de 1983, mais à la même date (le jour d'anniversaire du réalisateur), il y a bien autre chose où il précise d'ailleurs que c'est son second anniversaire à Rome. Donc, copie spéciale alors que le film se tournait ou se montait, envoyée en Italie ? Un mystère de plus. Par contre je vais editer la date dans le titre du topic. :wink:
Image

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Vivement dimanche ! (François Truffaut, 1983)

Messagepar riqueuniee » 27 nov. 10, 11:39

Il y a quand même un problème,dans ce cas : Tarkovski est né en avril,le film a été tourné à la fin de l'année 1982...

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Vivement dimanche ! (François Truffaut, 1983)

Messagepar Federico » 27 nov. 10, 15:41

Quelqu'un a-t-il le mail de Chris Marker ? On lui posera la question... :wink:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13033
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Vivement dimanche ! (François Truffaut, 1983)

Messagepar Demi-Lune » 7 févr. 12, 11:31

Le cycle proposé par Arte m'offre la possibilité de me familiariser avec le cinéma de Truffaut dont je connais pour le moment que L'Histoire d'Adèle H. (que j'aime beaucoup). Vivement dimanche! m'a laissé sur un sentiment mitigé : si l'aboutissement plastique et le rythme soutenu sont constamment portés par une réalisation précise et maîtrisée, cela ne vainc pas totalement mes réticences à l'égard, paradoxalement, des longueurs du scénario, du jeu assez spécial des comédiens ou tout simplement de l'aspect exercice de style un peu futile. Avec amusement, Truffaut semble en effet pousser au maximum le principe d'invraisemblance hitchcockienne dans une démarche référentielle et parodique, accumulant les malentendus et renouant avec le badinage haut en couleurs des tandems du gros Alfred entre faux coupable et femme forte et aimante - démarche dont la légèreté est aussi gentiment sympathique qu'elle pointe à mon sens les limites de l'entreprise. Une enquête "à la manière de" un peu pataude, qui tourne pas mal en rond et capitalise sur son charme rétro sans que cela ne m'ait été très communicatif. Vivement dimanche! ne me paraît pas sublimer son postulat folâtrant, comme parvenait notamment à le faire Hitchcock avec une intrigue "mineure" et prétexte à la récréation classieuse et frivole comme La Main au collet. Truffaut semble en fait surtout se préoccuper du visage de la lumineuse Fanny Ardant, qu'il filme de manière fascinée et amoureuse sous toutes les coutures (accentuant en cela la parenté hitchockienne). Bref, un film pas déplaisant, très bien mis en scène, mais qui m'a malheureusement paru assez vain.