Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
frédéric
1st Degree
Messages : 12812
Inscription : 28 août 04, 18:49
Localisation : Une galaxie lointaine, très lointaine

Re: Body of Lies/Mensonges d'état (Ridley Scott-2008)

Messagepar frédéric » 15 oct. 08, 17:55

Quelqu'un sait pourquoi les scènes avec Carice Van Houten ont été (apparemment) supprimées ?
Image

Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Body of Lies/Mensonges d'état (Ridley Scott-2008)

Messagepar Jericho » 15 oct. 08, 21:18

Peut être parce que c'est un personnage trop éloigné de l'intrigue principale, ils font quelques allusions dans les dialogues, mais ça arriverai comme un cheveux sur la soupe de voir le perso de Carice, avancer dans des procédures de divorce aux USA alors que son mari traque Al Quaida sur le terrain...
Image

mannhunter
Laspalès
Messages : 15410
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: Body of Lies/Mensonges d'état (Ridley Scott-2008)

Messagepar mannhunter » 23 oct. 08, 11:26


Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14500
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Watkinssien » 6 nov. 08, 15:47

Au vu des bandes-annonces et autres extraits, Ridley serait en train de faire du Tony, préservant ainsi dans tous les cas son nom, propice à la polémique.

Adapté du roman d'Ignatius, Body of Lies est un véritable film d'espionnage qui s'inscrit dans une nouvelle veine de Ridley Scott depuis son remarquable American Gangster : celle d'une mise en scène plus "réaliste", où l'esthétique se fait moins sentir, où la virtuosité se fait plus discrète. Il est clair que ce film s'inscrit dans la même veine que le précédent et il est alors logique que les détracteurs de American Gangster n'apprécieront pas Body of Lies.

Et comme ce n'est pas mon cas, je peux affirmer que j'ai trouvé ce film d'espionnage à la fois captivant, haletant, intelligent et d'une redoutable efficacité.

Mine de rien, Ridley Scott commence à être un spécialiste de l'Orient, à travers des dénonciations d'une Amérique aveugle devant les tergiversations d'une politique extérieure, qui regarde de loin les événements tout en changeant (souvent pour le pire) les événements intérieurs.
Cette affirmation est une des idées très intéressantes de ce film, qui propose encore une fois une dualité des personnages, typiquement scottienne, où celui qui concrètement peut bouger les choses se fait bouffer par des puissances abstraites. La charge contre les U.S.A, concernant leur volonté divine de tout contrôler, par le biais de "l'oeil de Dieu", est contrebalancée par des péripéties scénaristiques qui trouvent leur plein épanouissement dans la mise en scène de Ridley Scott.
Un exemple pertinent est une opération secrète où l'agent de la C.I.A. doit attendre au milieu du désert pour une rencontre capitale. Les Américains voient tout grâce à leur satellite hyper sophistiqué, dans un plan en plongée voyeuriste. Et là arrive des tas de voitures qui font le tour du personnage pour élever de la poussière rendant parfaitement invisible ce qui se passe.
D'ailleurs, ce que j'ai trouvé passionnant dans le film, c'est la façon dont Ridley Scott utilise ses plans en plongée. Le "point de vue" satellitaire, prétentieusement omniscient, est un outil à la fois pour les services secrets, à la fois pour le personnage de Russell Crowe, mais également un outil de réflexion implicite, dans lequel le cinéaste montre qu'une ville vue d'en haut est immédiatement ressemblante à n'importe quelle autre, et c'est cette absence de certitude qui fait peur ou qui interpelle.

Body of Lies est donc une oeuvre totalement maîtrisée, portée par une excellente interprétation, dominée par un Leonardo DiCaprio impeccable.
Image

Mother, I miss you :(

seb
Stagiaire
Messages : 66
Inscription : 29 sept. 05, 20:46

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar seb » 6 nov. 08, 22:22

Avis très intéressant.

J'ajouterais que Mensonges d'Etat fait beaucoup penser à Kingdom of Heaven.
Le traitement est très ressemblant. Ces deux films se concluent d'ailleurs de la même manière.

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Jericho » 7 nov. 08, 16:35

Ca fait penser à Kingdom of Heaven pour son absence de manichéisme et sa neutralité de traitement, mais sinon ça s'arrête là...
Image

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Monteur
Messages : 4557
Inscription : 13 déc. 07, 19:24

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar nobody smith » 8 nov. 08, 19:26

Ridley Scott s’essaie encore à un nouveau genre avec cette fois-ci le film d’espionnage à tendance technothriller. Un genre dans lequel son frangin a excellé en y tirant deux de ses meilleurs films (spy game et surtout le monstrueux ennemi d'état). Ridley marche sur ses traces mais en ne suivant pas sa politique de l’effet de style survolté. Plus posé, mensonges d’état affirme un style graphique très semblable, la frénésie visuelle en moins. C’est efficace et les images ont de la gueule mais au bout du compte, ça n’arrive pas à provoquer plus d’excitation que ça. Voilà qui n’aide pas un script sans grands enjeux (une stratégie qui met plus de la moitié du film à pointer le bout de son nez) et au propos archi-rebattu (kingdom of heaven en comparaison s’avérait nettement plus riche et fort). Le casting assure le spectacle (Russel Crowe nous fait un sacré numéro) mais c’est loin d’être mémorable :?
Dernière édition par nobody smith le 8 nov. 08, 19:50, édité 1 fois.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
frédéric
1st Degree
Messages : 12812
Inscription : 28 août 04, 18:49
Localisation : Une galaxie lointaine, très lointaine

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar frédéric » 8 nov. 08, 19:41

Moins réussit que American Gangster, mais beaucoup aimé. A plus de 70 ans et enchaînant film sur film Ridley Scott n'a rien perdu de son peps. Un thriller technologique qui fonctionne bien mené par le formidable duo Di Caprio/Scott et une description du Moyen-Orient réussit avec pas mal de suspense. Très divertissant et intelligent.
Image

Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19635
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Messagepar Nestor Almendros » 11 nov. 08, 21:38

C'est très intéressant, ce que raconte Watkinssien. Mais sans être aussi emballé que lui, j'ai quand même passé un bon moment, sans vrai "plus" par contre. Dommage, en effet, que tous ces efforts "réalistes" soient pris dans une grosse machine Hollywoodienne qui, petit à petit, finit par ne plus se cacher (après un début plus discret): par exemple, et même s'ils sont utilisés relativement peu par rapport au potentiel, j'ai un peu de mal avec l'utilisation de ces gagdets très cinématographiques.

On peut aussi avoir quelques soupçons devant cette intrigue aux simplifications suspectes (grosso modo un seul personnage par camp ou pays, par exemple) et aux parenthèses finalement clichesques (la jeune infirmière). Globalement ce mélange des genres, bien tenté malgré tout, ne provoque pas réellement d'enthousiasme alors que le scénario contient, lui, plein de détails plus ou moins originaux (par exemple la relation entre Di Caprio et le Andy Garcia Jordanien :wink: ) qui auraient mérité mieux. C'est toute la contradiction du projet...

Droudrou
Doublure lumière
Messages : 411
Inscription : 19 févr. 08, 16:57
Localisation : Rouvray

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Droudrou » 17 nov. 08, 10:31

Un film de Ridley Scott dont qu'on évoque peu : Traquée...
Je reviens sur le sujet : Body of Lies et American Gangster qui a été beaucoup évoqué dans ces pages.
Ridley Scott est un excellent technicien et ce serait même sa technique qui fait la qualité de ses arguments. Il aborde pas mal de genres dans lesquels il s'impose par sa technique. On est scotché par la poigne de ses réalisations et par des scènes choc mais je trouve qu'on s'éloigne beaucoup de la qualité technique et humaine ou "rêverie" (bien que ce ne soit pas le bon mot) de films comme Alien, le 8ème passager - Blade Runner - Thelma et Louise. J'aimais (et j'avoue toujours aimer) Ridley Scott dans la mesure où je voyais en lui un successeur à Borman, Excalibur ou/et Delivrance...
John Wayne : "la plus grande histoire jamais contée" - It was true ! This man was really the son of God !...

Avatar de l’utilisateur
Jericho
Cadreur
Messages : 4437
Inscription : 25 nov. 06, 10:14

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Jericho » 17 nov. 08, 20:00

par exemple, et même s'ils sont utilisés relativement peu par rapport au potentiel, j'ai un peu de mal avec l'utilisation de ces gagdets très cinématographiques.


Que veux tu dire par là ?
Image

Droudrou
Doublure lumière
Messages : 411
Inscription : 19 févr. 08, 16:57
Localisation : Rouvray

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Droudrou » 18 nov. 08, 18:47

Je pense qu'il veut dire que la technologie l'emporte sur les hommes et que ce type de film finit par leur faire la part trop belle, ce en quoi je le rejoindrai aisément. Quand le film qui a trait à un des romans de Tom Clancy (Jeux de Guerre ou Danger Immédiat), pour la première fois, au cinéma, on pouvait être surpris de voir ce que l'utilisation des hauts moyens technologiques amenait déjà dans la vie courante et donc dans le cadre d'une mission d'espionnage. 25 ans après, ça demeure toujours aussi juste mais de façon plus sophistiquée encore. Face à la mission qu'il est chargé d'accomplir, que devient l'homme... surtout qu'on s'est éloigné, depuis, de l'image de l'Espion qui venait du froid...

Puisque sur un fil où nous évoquions American Gangster que je viens de visionner, j'avoue avoir été particulièrement séduit par la dernière partie de ce film et par son interprêtation. Ces derniers moments nous rachètent une histoire, intéressante certes, mais qui dans sa minutie du détail apparaît un tantinet longuette. Par contre, quand les deux hommes en viennent à ce que je qualifierai être une rencontre du troisième type faut bien rester dans le cadre du cinéma... et surtout la version longue, on se sent un regain d'intérêt pour le film et la qualité des acteurs et donc de la réalisation. Ce final est très intéressant.
John Wayne : "la plus grande histoire jamais contée" - It was true ! This man was really the son of God !...

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Colqhoun » 7 avr. 09, 14:47

Découvert y a quelques jours... en fait c'est du Tony Scott qui ne sombre pas dans le n'importe quoi, mais dans l'ennui poli. Y a des bons techniciens, des bons acteurs (encore que... Russel Crowe n'en branle pas une, un peu comme Gene Hackman dans Ennemi d'Etat en fait), mais au final ça ne raconte pas grand chose. Oh il y a bien une vague tentative de gratter la surface des choses, de montrer une organisation américaine qui fait n'importe quoi, mais ça tourne vite en rond. Complètement oubliable. Di Caprio ferait mieux de rester chez Scorsese, ça lui réussit mieux.
"Give me all the bacon and eggs you have."

Avatar de l’utilisateur
Gert Fröbe
Doublure lumière
Messages : 702
Inscription : 29 sept. 05, 19:07
Localisation : Hotel LUXOR...

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Gert Fröbe » 11 avr. 09, 17:06

Colqhoun a écrit :Découvert y a quelques jours... en fait c'est du Tony Scott qui ne sombre pas dans le n'importe quoi, mais dans l'ennui poli. Y a des bons techniciens, des bons acteurs (encore que... Russel Crowe n'en branle pas une, un peu comme Gene Hackman dans Ennemi d'Etat en fait), mais au final ça ne raconte pas grand chose. Oh il y a bien une vague tentative de gratter la surface des choses, de montrer une organisation américaine qui fait n'importe quoi, mais ça tourne vite en rond. Complètement oubliable. Di Caprio ferait mieux de rester chez Scorsese, ça lui réussit mieux.


Même avis que toi, une fois vu on l'oubli bien vite.
C'est dommage, il y avait pourtant matière à faire un film plus abouti, plus fouillé sans pour autant verser dans les travers du "petit frère"...
...la Toile abrite la plus haute concentration mondiale de fous au mètre carré.
(Serge Brussolo)

Avatar de l’utilisateur
Jihl
Doublure lumière
Messages : 584
Inscription : 4 mars 06, 23:06
Localisation : Louis Restaurant

Re: Body of Lies / Mensonges d'état (Ridley Scott - 2008)

Messagepar Jihl » 13 janv. 13, 08:55

Découvert dans une très belle copie diffusée par TF1 et en vo en prime.
Gros problème avec un scénario assez bête (l'histoire avec l'infirmière :roll: ) et avec un sujet vraiment très très proche du Spy game du frangin (qui lui est un bon film). Mais là où Spy Game réussissait à installer ses personnages, ici nous n'avons droit qu'à des caricatures. C'est d'ailleurs un problème récurrent pour moi de Ridley Scott.
Au niveau de la mise en scène, on retrouve effectivement le style de Black Hawk Down, avec quand même une influence Greengrass.
Au final, à éviter. 3/10