L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 43982
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Flol » 22 nov. 13, 13:17

AtCloseRange a écrit :Et les boum, boum, boum systématiques, ça vous a pas un peu gavé?

Moi si.
Mais comme je le dis un peu plus haut dans ce topic, faudrait quand même que je lui redonne une chance, à ce film. J'ai l'impression d'avoir été trop méchant avec lui. Il mérite pas ça.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Federico » 22 nov. 13, 13:23

Le cinéaste expérimental autrichien et roi du found footage Peter Tscherkassky s'était servi de séquences de L'emprise pour composer son oeuvre la plus impressionnante : Outer space, en 1999.



Il refit de même en 2001 avec Dream work

The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Gounou
au poil !
Messages : 9769
Inscription : 20 juil. 05, 17:34
Localisation : Lynchland

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Gounou » 22 nov. 13, 13:25

AtCloseRange a écrit :Et les boum, boum, boum systématiques, ça vous a pas un peu gavé?

Par "boum boum", tu entends la musique ? Parce que si c'est le cas, ça a même plutôt contribué...! Et d'ailleurs d'une façon qui, aujourd'hui, serait complètement vulgaire et facile dans n'importe quel produit. Mais dans ce film, j'y trouvais presque un effet moderne : l'agressivité primal de cette musique ponctuelle avait un côté Pavlovien qui me laissait tendu même quand le danger semblait éloigné.
Image

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Colqhoun » 22 nov. 13, 13:40

Ces percussions m'ont un peu déroutées dans un premier temps, mais ensuite ça génère une réaction immédiate du spectateur.
Il y a quelque chose de forcément tribal, sauvage, qui annonce la violence à venir, sans pour autant que l'on sache de quelle manière cela se passera.
D'autant plus que le film casse les attentes à quelques reprises en faisant intervenir l'entité sans qu'il n'y ait d'annonce sonore de l'attaque.
"Give me all the bacon and eggs you have."

mannhunter
Laspalès
Messages : 15662
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar mannhunter » 22 nov. 13, 14:03

Colqhoun a écrit :Ces percussions m'ont un peu déroutées dans un premier temps, mais ensuite ça génère une réaction immédiate du spectateur.
Il y a quelque chose de forcément tribal, sauvage, qui annonce la violence à venir, sans pour autant que l'on sache de quelle manière cela se passera.

c'est d'une efficacité aussi primitive (primale?) que le thème de "Jaws", en quelque sorte. :)

gnome a écrit :Je l'aurais plutôt comparé par exemple à l'Incubus de John Hough... Par exemple...

jamais vu celui-là? c'est bien?
sachant que j'aime bien certains John Hough comme "la maison des damnés", "Larry le dingue Mary la garce", "American gothic"..

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Federico » 20 déc. 13, 20:32

Enfin vu et si je puis ajouter : ouf...
J'ai rarement été confronté à un film aussi ambigu et à géométrie variable passant du très intéressant au ridicule accompli... pour ne pas dire le malhonnête, le malsain et l'insulte à l'intelligence.
Alors autant commencer par le seul élément irréprochable : Barbara Herschey dont il est (une fois de plus) impossible de nier le talent mais aussi le courage.
La première partie est réellement flippante et Furie met beaucoup plus vite le spectateur en condition que dans la plupart des films du genre. La suite dégrade cette bonne (mais éprouvante) impression de façon crescendo.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Tant que Furie ne montre aucune matérialisation directe de "l'entité", il fait franchement flipper. Dès la première apparition des arcs électriques, c'en est fini. Quant aux jets de boules lumineuses, on se croirait dans un spectacle de Noël conçu par Amblin. :roll:
On sombre définitivement dans le ridicule le plus commun avec la guéguerre entre scientifiques et para-scientifiques et l'installation de capture à l’hélium liquide.

Bref, un patchwork maladroit entre Répulsion et SOS fantômes.
Et puis le carton final expliquant qu'il s'agit de faits réels (et bien entendu inexpliqués). Euh, désolé mais je laisse ça aux lecteurs compulsifs de Détective et du Reader's digest... :roll:
Je ne connais pas la pauvre femme qui aurait été victime de ses mé(faits) en 1976 en Californie. Mais les hallucinogènes devaient y faire encore de gros ravages à cette époque. :mrgreen:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 14307
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Demi-Lune » 20 déc. 13, 20:40

Federico a écrit :le malhonnête, le malsain et l'insulte à l'intelligence.

Je dois aimer qu'on insulte mon intelligence... :P

Je ne suis pas sûr de connaître de film de genre qui n'irait pas vers un climax fantastique. C'est une loi dramatique qu'on peut contester mais les films de possession appellent implicitement un combat final, un exorcisme. Donc quelque chose de plus explicite, par nature. Je comprends tout à fait qu'on puisse le regretter dans le cadre de ce film à cause de son traitement réaliste, mais ça ne me paraît pas beaucoup plus farfelu que la grande séquence finale de L'exorciste (le film le plus à rapprocher de L'emprise). C'est intrinsèquement grand-guignolesque mais c'est le traitement du réalisateur vis-à-vis du phénomène qui rend la chose plausible au regard de la cohérence interne du film. A cet égard, je trouve donc que le film n'insulte pas mon intelligence, comme tu dis, puisque je ne vois pas de trahison vis-à-vis du sujet. La vraie Doris Bither a fait appel à des parapsychologues, et la photo de l'arc dans la chambre existe. Que cela te rende sceptique, à la limite, n'a rien à voir. La question c'est : est-ce que le film met mal à l'aise ? Si oui, c'est donc bien parce qu'il possède une force de conviction. La tentative d'emprisonnement de l'entité étanche sans aucun doute une volonté de spectaculaire que l'on peut déplorer, mais il ne faut pas oublier que le film raconte avant tout un portrait de femme forte. Lui donner la possibilité de se mesurer d'égale à égal à cette force invisible n'est donc pas illogique, sous cet angle. En outre, l'histoire de L'emprise est par définition répétitive. Que les développements explicites aient eu effectivement lieu ou non (nous n'avons pas été là pour le savoir, aussi laisse-je le bénéfice du doute), je vois mal comment le film aurait pu tenir sur deux heures la même situation de viol. Là encore, d'un point de vue dramatique, il faut un second acte.

Avatar de l’utilisateur
El Dadal
Monteur
Messages : 4947
Inscription : 13 mars 10, 01:34

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar El Dadal » 29 déc. 13, 02:23

Allez zou, ça file directement dans un top 100.
Probablement le film fantastique qui m'a le plus perturbé ces dernières années avec Altered States (incidemment, le film avec lequel j'ai fait le plus de rapprochements, y compris durant le visionnage). Je n'aime en général pas vraiment les films de fantômes, de poltergeists, ou ce que vous voulez les appeler... Tout ça est bien souvent anti-cinématographique et tend à me faire bailler. Poltergeist m'est sympathique sans plus, et L'Exorciste reste une de mes grandes incompréhensions de cinéphile... Donc pas de comparaison avec ces derniers dans mon cas, mon intérêt pour L'Emprise m'est venu d'un autre angle d'approche.

A contrario de quasiment tout le monde, j'ai sur-adoré la structure globale du film. On passe d'un manifeste féministe à une étude psychiatrique puis à un suspense fantastique pour in extremis y retrouver les trois dans les derniers moments. Je n'ai à ce titre absolument rien à reprocher à ce second acte qui semble tant créer de déceptions. La présence d'intervenants d'abord extérieurs à ce conflit (qu'on ne sait pas si interne/externalisé ou bien manifestation réellement concrète) devrait logiquement rassurer et la protagoniste et le spectateur, mais leur incapacité à dépasser les limites physiques/visuelles de leur perception des événements les rend paradoxalement plus dangereux encore pour Carla. Comme à de nombreuses reprises tout au long du film, la menace, qu'on se targue de pouvoir discerner déboule souvent sans crier gare (tout comme le hors champ laisse place au plein cadre), mais mieux encore, et c'est là que j'ai trouvé Furie très grand, la "menace" disparait presque au profit d'un drame d'une force psychologique assez époustouflante, même durant les moments de tension les plus marqués. Quand Carla brise les miroirs chez elle dans un accès de rage, cela signifie-t-il son dégoût de l'autre, d'elle-même, d'une force supérieure qui reste muette à toutes ses suppliques ("l'homme est à son image" etc...)? Et mieux encore, pendant la phase finale de préparatifs de capture de l'entité, quand Carla, allongée, semble seule prendre conscience du danger imminent (cristallisé par les multiples contre-champs sur les bouteilles d'azote liquide), elle semble avoir définitivement abandonné le combat: sentiment de solitude exacerbé face à une situation inextricable, renoncement, abandon voire suicide? Cette séquence, que je sur-interprète peut-être (mais j'y créé ma propre beauté ainsi) associée à celle qui suit du monologue pousse le film tellement loin du simple film de frousse que ça en devient éprouvant et émouvant. La destruction symbolique de cet environnement reconstitué (qui ressemble par bien des aspects à une prison -mentale?) ne laisse-t-elle pas alors place à un autre refoulement? La femme n'a-t-elle pas finalement accepté son sort? L'être humain n'a-t-il pas abandonné sa vaine quête au profit de plaisirs plus palpables? Le sourire en coin de Barbara Hershey me semble conforter cette possible double interprétation.

Pleinement dans la thématique de l'abjection, L'Emprise me semble donc aussi être un développement de certains des questionnements d'Altered States sur l'impalpable, les limites de notre compréhension confrontées à notre environnement social (angle évoqué avec concision par Pascal Laugier dans la citation de Mannhunter, qui achève de rendre l'ensemble prodigieux) qu'un pendant et envers féminin d'une menace à la fois sourde et pourtant bien physique d'un The Thing incarné et masculin.

VicMorrow
Stagiaire
Messages : 32
Inscription : 5 nov. 13, 12:49

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar VicMorrow » 4 janv. 14, 12:40

Le triomphe du féminisme semble se trouver au point culminant de cette histoire qui vous fait dresser les cheveux sur la tête. El Dadal, à la toute fin du film, l'entité invisible à un certain sens de l'humour très à propos puisqu'elle gratifie le retour à la maison de Barbara Hershey d'un salutaire "welcome home slut"..et vlan!!

J'avoue que c'est un peu troublant surtout si l'on s'en réfère au sourire en coin d'Hershey qui semble relativement apprécier ce traitement dont elle ne peut malheureusement pas échapper. Un exorcisme peut-être ?

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 14307
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Demi-Lune » 4 janv. 14, 12:51

VicMorrow a écrit :Le triomphe du féminisme semble se trouver au point culminant de cette histoire qui vous fait dresser les cheveux sur la tête. El Dadal, à la toute fin du film, l'entité invisible à un certain sens de l'humour très à propos puisqu'elle gratifie le retour à la maison de Barbara Hershey d'un salutaire "welcome home slut"..et vlan!!

J'avoue que c'est un peu troublant surtout si l'on s'en réfère au sourire en coin d'Hershey qui semble relativement apprécier ce traitement dont elle ne peut malheureusement pas échapper. Un exorcisme peut-être ?

Suspiria finissait aussi sur le sourire énigmatique du personnage féminin, alors qu'après tout ce par quoi elle est passée, on s'attendrait à un autre genre de réaction. Il me semble évident que le personnage de Hershey ne tire aucune satisfaction ni plaisir de ces "retrouvailles". Pour moi le fait de sourire affirme son triomphe sur une entité qui continuera de la posséder charnellement mais plus intellectuellement. Elle n'a plus peur de lui, car elle l'a battu dans la séquence précédente, celle de l'emprisonnement symbolique (ce qui la rend d'autant plus nécessaire).

VicMorrow
Stagiaire
Messages : 32
Inscription : 5 nov. 13, 12:49

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar VicMorrow » 4 janv. 14, 13:11

Demi-Lune, j'ai eu l'impression désagréable qu'un refoulement de surface ou bien une insatisfaction sexuelle faisait qu' Hershey prenait à la toute fin du film conscience que son plaisir se trouvait dans cette relation paranormale. Comme si il y avait au delà de ce sourire une soudaine prise de conscience masochiste dont l'aboutissement serait la pleine satisfaction d'un certain plaisir dans la relation non consentie. On parle de viol et de fantasme de viol dans ce cas présent justement le fantasme ultime de Hershey serait le viol systématique mais mis en scène d'où la possibilité que son psychisme ait réussi à transgresser les lois naturelles dans une absolue necessité pour en matérialiser le résultat que l'on sait. On pourrait et je préfère largement cette version penser que Hershey réussi a catalyser cette entité pour en faire un objet sexuel ce qui représenterait dans ce cas de figure le triomphe absolu de la personnalité féminine, ce n'est plus un: "Viens là slut" mais bien "viens là mon salopard" finalement que l'on pourrait négocier de visu, et c'est un très beau retournement de situation livré là à la seule puissance évoquatrice de son spectateur. J'espère que je ne vais pas trop loin dans cette interprétation.

mannhunter
Laspalès
Messages : 15662
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : Haute Normandie et Ile de France!

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar mannhunter » 4 janv. 14, 13:59

On a presque l'impression avec ce sourire final d'une "cohabitation" consentie, c'est assez ambigu, en effet...

Avatar de l’utilisateur
Blue
subMarine
Messages : 5395
Inscription : 13 sept. 06, 13:32

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Blue » 4 janv. 14, 14:01

Un truc parmi tant d'autres que je trouve énorme dans ce film que j'aime beaucoup, c'est que Furie met à peine 5 minutes pour exposer le personnage joué par Hershey, avant que n'intervienne la première attaque de l'entité. Pour moi ça reste un des débuts les plus efficaces de l'histoire du film d'épouvante.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar Federico » 4 janv. 14, 18:57

Blue a écrit :Un truc parmi tant d'autres que je trouve énorme dans ce film que j'aime beaucoup, c'est que Furie met à peine 5 minutes pour exposer le personnage joué par Hershey, avant que n'intervienne la première attaque de l'entité. Pour moi ça reste un des débuts les plus efficaces de l'histoire du film d'épouvante.

Là, je suis obligé d'être d'accord. J'avais également noté ce détail extrêmement rare dans ce genre de production. Le spectateur est cueilli à froid par la soudaineté de l'agression. :shock:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Et Furie nous refait beaucoup plus tard le coup de l'inattendu total lorsque l'amant d'Herschey la découvre nue sur le lit aux prises avec l'entité.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12683
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: L'Emprise (Sidney J. Furie - 1982)

Messagepar hellrick » 4 janv. 14, 19:47

Pour les Belges qui veulent le découvrir (et c'est une priorité) il repasse sur la télé cette semaine :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image