Tree of life (Terrence Malick - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Messages : 39974
Inscription : 13 avr. 03, 11:30
Last.fm
Liste de DVD

Re: Tree of life (Terrence Malick - 2011) Avis Page 31

Messagepar Rockatansky » 26 nov. 15, 15:46

Petit joueur :D
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky

Avatar de l’utilisateur
20thCenturyBoy
Stagiaire
Messages : 38
Inscription : 14 nov. 11, 00:57

Re: Tree of life (Terrence Malick - 2011) Avis Page 31

Messagepar 20thCenturyBoy » 12 mai 18, 18:45

Image

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21750
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Tree of life (Terrence Malick - 2011)

Messagepar tenia » 12 oct. 18, 12:17

J’ai regardé la version rallongée de The Tree of Life. Il y a clairement de bonnes choses et d’autres un peu moins bien. Indiewire a bien jaugé le nouveau montage quand ils écrivent que le nouveau matériel est plus silencieux, plus sobre et qu’il n’a pas la musicalité emportante du montage cinéma. Mon principal sentiment est exactement celui-ci : la longueur additionnelle du montage ne se ressent pas forcément (même si sa durée de 3h08 le rend clairement moins facilement revisitable), mais il envoie très clairement une impression différente. Le montage cinéma est bien plus musical, aérien, grandiose, presque symphonique par endroits. Le montage long parait beaucoup plus silencieux et intime. On est plus proche de la famille O’Brien, mais aussi de ses proches et amis. C’est donc une approche moins globale et plus un drame familial où le diable (des ajouts) viendra se nicher dans les détails.

La principale différence (et, d’un point de vue analytique, la principale attraction) est notamment comment le matériel supplémentaire influe et pèse sur la façon dont nous est montré le couple O’Brien. Dans le montage ciné, les parents ont clairement leurs conflits et tensions, mais ils semblent malgré tout être capables de s’entendre et les dépasser. On est dans un couple finalement assez normal avec ses hauts et ses bas, même si les personnages sont clairement conçus comme des personnages foncièrement antagonistes dans les archétypes qu’ils représentent. Dans le montage long, au contraire, Chastain nous est montrée (ou alors on l’entend même si elle est hors-champ) en train de pleurer. Son mari est clairement pointé comme un fardeau, un boulet : il rejette le le frère (nouvellement introduit) de Mrs O’Brien que les enfants adorent pourtant, la mère de Mrs O’Brien a (dans une nouvelle conversation avec sa fille) des mots très durs envers lui, tandis que Mrs O’Brien explicite clairement qu’elle a du abandonné ses rêves et sa carrière à cause de son mari et de la famille construite avec lui. En parallèle, les conflits entre les 2 parents sont un peu plus longs et un peu plus nombreux, ce qui accentuent le fait que non, ce n’est pas juste un couple avec ses hauts et ses bas, mais un couple en fait unilatéral et dysfonctionnel. Même si en parallèle, on nous ajoute le personnage des parents du gamin voisin (la mère est alcoolo, le père abusif) pour relativiser les O’Brien, il n’empêche que cela rend artificiel la prise de conscience tardive de Mr O’Brien sur le poids psychologique qu’il a eu sur sa femme et ses enfants. On nous en a montré plus. Cela ne fonctionne plus aussi bien.

A côté de ça, Chastain a forcément du matériel supplémentaire elle aussi, mais je ne suis pas forcément convaincu non plus par ces additions. J’ai toujours beaucoup aimé l’opposition psychanalitique basique entre les 2 parents, la mère douce aimante face au père travailleur et cassant. En approfondissant le personnage de Mrs O’Brien de cette façon, cela dilue l’opposition basique en ajoutant des nuances au détriment de ce minimalisme. Ce n’est pas inintéressant, dans le sens où cela donne l’impression de découvrir une facette supplémentaires de ces personnages que j’aime, mais je préférais probablement l’approche impressionniste et minimaliste du montage ciné.

Ce que j’ai largement préféré dans l’ensemble sont les scènes supplémentaires de la fratrie (que ce soit quand ils sont gamins ou les scènes avec Sean Penn). Ce sont ces éléments qui m’ont paru à la fois approfondir notre vision de cette fratrie tout en opérant par petites touches parfaitement dans la continuité du style du montage ciné. Cela rallonge donc à la fois leur temps d’écran ET reste fluide et suffisamment « typique » de la musicalité et du style du montage ciné. J’ai aussi beaucoup aimé les rajouts autour de Sean Penn dans les 20 1eres minutes du film. Ils sont non seulement intéressants par les rapprochements possibles avec le style visuel de Malick dans les films qui ont suivi (notamment Knight of Cups et Song to Song), mais ce sont aussi, à nouveau, des ajouts qui m’ont paru totalement en phase avec le matériel originel, et s’y intégrant donc parfaitement. On rallonge donc l’expérience du film (et avoir plus de ce qu’on aime, c’est bien aussi), sans la déséquilibrer.

Si je devais choisir au final, je préférerais probablement quand même le montage ciné, qui est pour moi plus puissant et plus maîtrisé. Le montage long ressemble plus à une visite rendue à des amis, mais visite plus longue que d’habitude. Certaines des additions sont intéressantes, mais d’autres perturbent nettement les thématiques développées (et comment elles le sont) et le rythme du film. Le mieux, pour moi, serait donc probablement le montage cinéma avec juste les scènes supplémentaires de Penn et des gamins, mais tant que ce montage n’existe pas, ce sera le montage ciné pour moi.

En tout cas, cela me rend très curieux quand à la quantité de matos filmée par Malick et encore non utilisée, parce que quand le mec filme une séquence de destruction par une tornade (que je suppose logistiquement délicate et financièrement un peu coûteuse) et la laisse complètement totalement de côté au montage, on peut se demander ce qu’il avait encore sous le coude.



Pour ceux qui veulent quelques détails supplémentaires spécifiques au contenu des rajouts : Indiewire, Film School Rejects et The Film Stage.
Film School Rejects est le plus détaillé.

Avatar de l’utilisateur
The Boogeyman
Accessoiriste
Messages : 1504
Inscription : 25 juil. 13, 14:45
Localisation : Antartica - 1982

Re: Tree of life (Terrence Malick - 2011)

Messagepar The Boogeyman » 12 oct. 18, 12:40

Si j'ai bien suivi, Malick n'est pas à l'origine de cette nouvelle version.
C'est Criterion qui en est l'initiateur ou les producteurs ?

Je serais curieux de le voir en tout cas.

Si y a bien un film de Malick sur lequel l'exercice d'un nouveau montage me plairait c'est La Ligne Rouge.
Malick (ou le producteur je ne sais plus) qui déclarait à l'époque qu'il y avait suffisamment de matériel pour faire 3 films de 3h totalement différents les uns des autres. Ajouté, toujours à l'époque, à la réaction de Adrian Brody qui pensait, avant la présentation du film, être le personnage pivot du récit... ça en dit long sur les possibilités offertes par le matériel disponible.
" Accélère minouche !" - Michel Poiccard /// “When you have to shoot shoot don't talk” - Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez /// "Alors tu vois où elles nous ont menées tes ondes négatives, tu devrais avoir honte.” - Oddball dit Le Cinglé /// "Wake up !... Time to die" - Leon Kowalski /// "C'est quoi minouche ?" - Patricia Franchini

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14489
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Tree of life (Terrence Malick - 2011)

Messagepar Watkinssien » 12 oct. 18, 13:20

Excusez-moi, je n'ai pas suivi l'affaire. On peut la voir où cette Extented Cut? En salles, en Blu-ray/DVD?
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
The Boogeyman
Accessoiriste
Messages : 1504
Inscription : 25 juil. 13, 14:45
Localisation : Antartica - 1982

Re: Tree of life (Terrence Malick - 2011)

Messagepar The Boogeyman » 12 oct. 18, 13:44

Watkinssien a écrit :Excusez-moi, je n'ai pas suivi l'affaire. On peut la voir où cette Extented Cut? En salles, en Blu-ray/DVD?

Image
" Accélère minouche !" - Michel Poiccard /// “When you have to shoot shoot don't talk” - Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez /// "Alors tu vois où elles nous ont menées tes ondes négatives, tu devrais avoir honte.” - Oddball dit Le Cinglé /// "Wake up !... Time to die" - Leon Kowalski /// "C'est quoi minouche ?" - Patricia Franchini

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21750
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Tree of life (Terrence Malick - 2011)

Messagepar tenia » 12 oct. 18, 14:03

The Boogeyman a écrit :Si j'ai bien suivi, Malick n'est pas à l'origine de cette nouvelle version.
C'est Criterion qui en est l'initiateur ou les producteurs ?

Visiblement, Malick est bien celui qui a indiqué avoir envie de "faire quelque chose de différent avec The Tree of Life pour les éditions DVD et Blu-ray". Il était aussi intrigué par la technologie du seamless branching et se demandait comment il pourrait être possible de jouer avec, notamment pour créer une sorte de montage aléatoire qui jouerait avec le matériel additionnel. A partir de là, il a passé du temps avec les techniciens de Criterion pour trouver une implémentation viable avant de conclure que c'était trop risqué, notamment parce que les platines risquaient de ne pas correctement gérer ça (je suppose de par le multiple nombre d'embranchements possibles couplés au côté aléatoire).

https://www.indiewire.com/2018/08/crite ... 201999468/