Top Martin Scorsese

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22792
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar AtCloseRange » 13 mai 14, 13:26

Jeremy Fox a écrit :Le top de la rédac à l'occasion de la sortie du Bluray de La Valse des pantins chez Carlotta, testé et chroniqué aujourd'hui même sur le site.

Bah mince, aucun film après 95 :mrgreen:

Content pour la négligée Couleur de l'Argent.
Image

Avatar de l’utilisateur
Geoffrey Carter
Doublure lumière
Messages : 317
Inscription : 9 avr. 14, 15:57

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Geoffrey Carter » 13 mai 14, 13:51

Mon top est sensiblement le même que celui de la Rédac :

Chefs-d'oeuvre : Casino
Les Affranchis
Raging Bull
Taxi Driver

Vraiment excellents :
After Hours
Le Temps de l'innocence

Belles réussites :
La Couleur de l'argent
La Valse des Pantins
New York, New York
Gangs of New York
La Dernière tentation du Christ
Les Infiltrés

Bons :
Shutter Island
Mean Streets
Who's That Knocking at My Door
Les Nerfs à vif
À tombeau ouvert
Aviator

Moyens :
Bertha Boxcar
Alice n'est plus ici

(Grosses) Déceptions :
Kundun
Hugo Cabret
Le Loup de Wall Street

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42154
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Flol » 13 mai 14, 13:56

Je ferai mon top quand j'aurai enfin revu Casino.

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1534
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar manuma » 13 mai 14, 15:18

10/10 :
Taxi driver
Raging bull
La Valse des pantins
Les Affranchis


9/10 :
La Couleur de l’argent
Gangs of New York
The Departed


8/10 :
The Age of innocence
Casino
Bringing out the dead
The Wolf of Wall Street


7/10 :
Alice doesn’t live here anymore
Shutter Island
Hugo Cabret


6/10 :
Who's that knocking at my door
Bertha Boxcar
The Last temptation of Christ
Cape fear


5/10 :
The Aviator

4/10 :
Amazing stories – Mirror, Mirror
New York Stories (sketch “Life lessons”)


A revoir :
Mean Streets
New York, New York
The Last Waltz
After hours

Cimino
Stagiaire
Messages : 13
Inscription : 7 mars 15, 23:07

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Cimino » 8 mars 15, 21:04

Podium
Shutter Island
Les Infiltrés
Taxi Driver

Très bien
Mean Streets
Les Affranchis
Casino
The Aviator

J'apprécie froidement, pour la forme mais pas intéressé
Raging Bull

Faut que je revoie:
After Hours
La Valse Des Pantins
Alice N'Est Plus Ici

Déçu
Cape Fear
A Tombeau ouvert

Avatar de l’utilisateur
Edouard
Accessoiriste
Messages : 1693
Inscription : 24 oct. 14, 09:28

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Edouard » 24 mai 15, 14:44

J'ai vraiment hésité pour Le Loup de Wall Street entre chef d'œuvre (20/20) et excellent dans le haut du panier (19,5/20) mais après réflexion c'était quand même une sacrée claque ce film.
J'ai hiérarchisé les chefs d'œuvre selon mon ordre de préférence.

Chef d'œuvre (20/20)
Casino
Bringing Out the Dead (À tombeau ouvert)
Taxi Driver
The Wolf of Wall Street (Le Loup de Wall Street)

Excellent (de 18 à 19,5/20)
The Aviator (Aviator)
The Departed (Les Infiltrés)

Très bon (de 16 à 17,5/20)
Goodfellas (Les Affranchis)
Hugo (Hugo Cabret)
Gangs of New York - A revoir

Bon (de 13 à 15,5/20)
Mean Streets - 14,5/20
Raging Bull (noté 16/20 en janvier 2015 mais rétrospectivement je lui mettrai plutôt 14/20)
After Hours

Pas mal (de 9 à 12,5/20)
Shutter Island
Silence - 12/20
Cape Fear (Les Nerfs à vif)
The King of Comedy (La Valse des pantins) - 12/20

Très moyen (de 5,5 à 8,5/20)

Quelques trucs à sauver (de 1,5 à 5/20)

Inutile de perdre son temps (de 0 à 1/20)

Pas vu
Who's That Knocking at My Door
Boxcar Bertha (Bertha Boxcar)
Mean Streets
Alice Doesn't Live Here Anymore (Alice n'est plus ici)
New York, New York
The Color of Money (La Couleur de l'argent)
The Last Temptation of Christ (La Dernière Tentation du Christ)
The Age of Innocence (Le Temps de l'innocence)
Kundun
Dernière édition par Edouard le 5 avr. 17, 12:10, édité 3 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5040
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Thaddeus » 13 août 15, 14:37

Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


Who’s that knocking at my door ?
Né d’une gestation longue et difficile dont il porte les stigmates, le premier long-métrage du réalisateur, à forte teneur autobiographique, est comme scindé en deux hémisphères que sépare un split screen invisible et continu. D’un côté les jeux dangereux de jeunes Italo-américains swingués par le rock fifties de l’auto-radio, entre rires gras, glandouille et virées vaines downtown. De l’autre les scènes de rencontre, de drague, de tendresse et d’amour avec une fille blonde préservée des impuretés de la modernité. S’expriment ainsi les tourments d’un garçon catholique (l’alter ego de l’auteur) tiraillé entre les exigences contradictoires de son environnement, dans une forme nerveuse qui, si elle évoque Cassavetes, ébauche déjà à traits sûrs (intensité verbale, impétuosité stylistique) tout le cinéma à venir. 4/6

Bertha Boxcar
Dans la lignée de Bonnie et Clyde, le cinéaste apporte sa pierre à la contestation du mythe de l’Histoire américaine et de la période qui en est l’aboutissement et la négation : la Dépression des années 30. Mais la ballade nostalgique à laquelle invitait l’engouement rétrospectif pour un certain folklore misérabiliste s’efface devant un découpage abrupt qui juxtapose les tableaux comme des chapitres autonomes, reliés par les seules errances du quatuor dont Bertha est l’irresponsable égérie. Soustraits aux fallacieux prestiges de la légende, ce périple dérisoire le long des voies ferrées de l’Arkansas atteint ainsi une formulation nette dans l’opposition entre l’action syndicale raisonnée et la révolte sauvage et anarchisante, seule apte à vendanger les raisons de la colère malgré la violence sanglante de la répression. 4/6

Mean streets
Pour son troisième long-métrage, Scorsese replonge dans les quartiers de sa jeunesse et transfigure l’expérience quotidienne du sordide en une saga de la violence et de la rédemption, chorégraphiant la saison en enfer d’une génération écartelée entre la mafia et l’Église. Comme s’il voulait se libérer des démons de son adolescence, l’artiste rappelle d’emblée qu’on s’acquitte de ses péchés dans la rue ou chez soi, et non au confessionnal, et précipite ses personnages dans la mort en se réservant le rôle du tueur à gages. Fébrile, tour à tour baroque et hyperréaliste, le film capte un rythme musical, organise un récit circulaire parsemé d’éclats paroxystiques qui concourent à la construction d’une véritable liturgie. La fièvre et l’inquiétude métaphysique de l’auteur ont trouvé une première expression. 5/6
Top 10 Année 1973

Alice n’est plus ici
Depuis toute petite l’héroïne rêvait d’être chanteuse, mais les aléas de l’existence en décideront autrement. Jeune veuve élevant seule son garçon de douze ans, elle trouve un job dans un café aux allures de nef de fous et décroche sans le savoir, au rayon amoureux, le bon numéro. Son parcours a beau être semé d’embûches, de déceptions, de blessures, il est nourri par la tendresse d’un auteur qui s’approprie un scénario apporté par son actrice et apprend à moduler les émotions : on s’implique, on rit, on a le cœur qui vibre, qui gonfle, qui se serre. Odyssée sentimentale devant autant aux mélodrames sirkiens qu’aux comédies de Capra, ce petit trésor d’optimisme réconfortant est un hymne chaleureux à la persévérance et à la solidarité, et un très beau portrait de femme magnifié par Ellen Burstyn. 5/6

Taxi driver
Proche a priori de Mean Streets, la Palme d’Or de Scorsese en abandonne pourtant le motif communautaire pour investir un esprit en ruine, malade de solitude ; les rues crasseuses de New York deviennent ici la projection des fantasmes et des peurs d’un homme aliéné par l’enfer urbain. Témoignant de la propension quasi expressionniste de l’auteur à dramatiser les formes, le film sait mieux qu’aucun autre saisir les âmes en peine pour en amplifier les névroses et les écorchures, en fixer la terrible agonie. Il y a quelque chose du Edwards de La Prisonnière du Désert chez ce Travis aux illuminations tragiques, mu par une mission qu’il estime divine et livré aux puissances de la nuit. Lent et instinctif, contemplatif mais électrisé par une tension constante, ce sulfureux poème sur la damnation d’un homme en quête de son salut n’a rien perdu de sa puissance. 6/6
Top 10 Année 1976

New York, New York
Scorsese semble ici vouloir couler le matériau intense, ambigu et réel de ce nouveau cinéma dans le moule du vieil Hollywood. En un hommage à la pyrotechnie visuelle d’antan, il reconstitue en studio le New York des années 40 pour en faire une ville onirique, travaillant la fièvre de ses baladins, la fantasmagorie de ses lumières multicolores, la calligraphie éclatante de ses tubes au néon. Il marie le ton naturaliste et cru de ses œuvres précédentes à l’artificialité de convention qui est celle du genre, d’un âge d’or révolu, condamné comme un passé aseptisé qui a nourri son imaginaire. Sorte de faux film malade gorgé de fulgurance étonnantes, c’est une œuvre à la flamboyance déceptive sur la frustration et l’amour manqué, doublée d’un exercice pirandellien sur les vertiges du show-business. 5/6
Top 10 Année 1977

La dernière valse
Après la commémoration des orchestres swing et des torch-singers qui enchantèrent la génération précédente, il revenait à Scorsese de s’interroger sur ce rock-and-roll qui bouleversa la sienne. En filmant le concert d’adieu de The Band, il creuse une surface attractive (la scène), l’embrasse dans ses séductions pour mieux en déjouer les pièges, et déroule le canevas de la vie d’un groupe : les tournées (épuisantes), les femmes (tentantes), l’argent (manquant). L’ampleur de la mise en scène, le sens des récits enchevêtrés, la richesse des changements d’axe apportent au film une majesté qui le rapproche de New York, New York, dont il est le pendant documentaire, mais sans en recouvrir la mélancolie : regard délavé des artistes, gestes las, pressés d’en finir. La jouissance de la musique, elle, est intacte. 4/6

Raging bull
Miné par une vie intérieure torturée, Scorsese met tout dans ce film, pensant que ce sera son dernier : plus tard, il dira que Raging Bull lui a sauvé la vie. La quête physique et spirituelle de son héros joue simultanément sur le réaliste et le symbolique, et porte son débat au niveau d’une problématique mystique, plus précisément chrétienne : c’est une véritable parabole sur les damnés de la terre errant à la recherche de leur rédemption. De Niro accomplit une sorte de record du monde d’interprétation, en accord total avec la vision cinétique et viscérale de son réalisateur, nous faisant deviner les tourments d’un être mû par la violence et la haine – des autres et de soi. Fulgurante illustration de la fable de l’aveugle et des Pharisiens, cette méditation sur les pulsions autodestructrices d’un homme et les tréfonds de sa nuit intérieure demeure un monument du cinéma. 6/6
Regardez cette splendeur, ce noir et blanc divin, cette caméra en état de grâce, ce lyrisme écorché, et prosternez-vous.
Top 10 Année 1980

La valse des pantins
Pour la première fois Scorsese opère dans le registre de la comédie – mais c’est une comédie noire, sarcastique, à la férocité cinglante. Le rêve américain n’est plus que d’être vu, aimé, immortalisé ne fût-ce que l’espace d’un instant : sur ce constat, il bâtit une chronique de la solitude et de l’échec et offre à De Niro un rôle pas forcément aimable, celui d’un être englouti dans ses rêves de gloire et ses amours chimériques, en quête d’une humanité dont il est en apparence dépourvu. Face à lui, Jerry Lewis trouve un contre-emploi sans doute dérangeant pour le public américain, mais tout à fait raccord avec le processus de démontage satirique qui est celui de l’auteur. Cette fable sur l’obsession de la célébrité, le culte de l’image et l’arrivisme est nourrie d’une douloureuse amertume. 4/6

After hours
Pauvre Paul, à bout de nerfs, exténué, perdu dans les rues d’un New York transformé en dédale kafkaïen. Ce type, j’ai l’impression de le connaître, il m’est proche, il est mon ami, tant je me suis rematé en boucle ses aventures drolatiques, conçues comme un ensemble de poupées russes. Haletante, virtuose, tour à tour hilarante et déroutante, cette folle virée new wave dans la nuit de la ville que Scorsese a si souvent filmée se vit comme une tornade démentielle : un billet vole au ralenti sur air de flamenco, des harpies furieuses hantent les rues, un club de rock est transformé une heure plus tard en expo d’art conceptuel. Parcours initiatique, métaphore de l'absurdité du monde, de l’aliénation urbaine, du mécanisme de l’angoisse… Une œuvre jubilatoire et endiablée, un diamant en fusion qui se consume de plaisir, et l’un de mes films-culte. 6/6
Top 10 Année 1985

La couleur de l’argent
"Un film pour moi, un film pour eux", aime à répéter Scorsese. Si celui-ci, suite de L’Arnaqueur de Rossen commandée par Touchstone, appartient sans doute à la seconde catégorie, le cinéaste parvient néanmoins à lui insuffler sa personnalité, reconnaissable entre toutes. Loin de la rigueur classique qui commandait son modèle, la caméra de Scorsese privilégie le plaisir et la malice, comme grisée par ce qu’elle met en scène. La réflexion sur la passion du jeu se mâtine de jolies variations autour de la corruption, de la trahison, de la fidélité à soi-même et de la seconde chance que l’on peut s’offrir. Le récit est mené avec la pêche habituelle de l’auteur, sans fioriture, sans excès de zèle, et une maestria discrète qui s’exprime lors de séquences de billard superbement filmées. 4/6
Autrefois je me suis souvent maté la bande-annonce, très 80’s, que j’adorais.

La dernière tentation du Christ
Ce qui était sous-jacent dans les films précédents est cette fois explicite : l’intensité de la relation de Scorsese à la religion catholique, à ses signes et à ses croyances, se traduit en une méditation tourmentée sur la figure du Christ, qu’il humanisme pour que sa divinité soit vraiment mise à l’épreuve du monde. De fait, sa vision se veut aussi manifeste, pamphlet provocateur, en recherche de l’illustration primitive de la souffrance. Imaginant une trajectoire presque symétrique à celles suivies par ses héros psychopathes ou sociopathes, le cinéaste fait de son Jésus un être faillible, succombant parfois à la séduction du mal et au péché, et exprime ses doutes de croyant en une expression composite, passionnée et passionnante, dont la sincérité rattrape largement les quelques défauts. 5/6

Les affranchis
Plongeant dans le quotidien d’une mafia dont la vanité se masque de piété et de respectabilité, Scorsese impose l’image sulfureuse du gangstérisme ordinaire. Il est au-delà du sermon, fait un cinéma brut et fiévreux, sidérant de virtuosité, dont les vertigineux procédés de narration laissent le souffle coupé : ellipses acrobatiques, montage frénétique, digressions brusques, narrations disjointes, caméra nerveuse, instable, folle. La réflexion, limpide, implacable, naît exclusivement de l’exécution : c’est une morale de moraliste, pas de prédicateur. L’agitation stérile des personnages y traduit excès et transgressions d’une humanité pécheresse, au sens profane du mot. Y bouillonnent toutes les préoccupations du cinéaste : désir communautaire, peur de l’exclusion, frontière ténue entre criminalité et normalité, jusqu’à la trahison finale, amère, dérisoire. Le génie pur qui en déborde de partout dépasse mon entendement. 6/6
Top 10 Année 1990

Les nerfs à vif
Colosse citant la Bible tous les trente mots, Max Cady a tatoué sur son dos une balance et une croix, symboles de la justice des hommes et de celle de Dieu. C’est un ange exterminateur ambigu, un psychopathe terrifiant qui a mal assimilé les leçons de l’Évangile et prétend agir tel la main de Dieu. Se conformant aux canons du film d’angoisse, Scorsese leur applique un régime de cheval et une méthode redoutable qui cloue au fauteuil. Il traite ce thriller convulsif, hallucinatoire, souvent cauchemardesque, en un exercice de style au baroquisme outrancier : à l’image de l’ouragan cataclysmique qui gronde pour mieux se déchaîner lors du final, le suspense impose un climat de tension psychologique particulièrement étouffant. Par moments, on se croirait dans un De Palma grand-guignolesque. 5/6

Le temps de l’innocence
L’impétueux cinéaste n’était a priori pas fait pour le film en costumes ; le résultat est magnifique. On n’a aucun mal à deviner le tempérament sanguin de Scorsese dans la fièvre retenue de cette romantique tragédie des secrets et des non-dits, où un simple baisemain prend des proportions de séisme amoureux. La distinction de la mise en scène, son montage virtuose, ses plans chorégraphiés, son travail sur les teintes saturées et les fondus de couleur tracent lignes de désir et barrières sociales d’un monde aristocratique étouffant autant les rêves que les sentiments. Cruel, raffiné, délicat (aaah, la voix off de Joanne Woodward), vibrant d’une émotion contenue mais intense, ce film injustement mal-aimé est un superbe mausolée des passions réprimées, et une étape qui a sans doute nourri le film suivant. 5/6
Top 10 Année 1993

Casino
Cinq ans après Les Affranchis, le maître en concentre tous les traits d’éclat dans ce pandémonium aux rutilances clinquantes qu’est Las Vegas, sorte d’Amérique en réduction, pour une nouvelle fresque flamboyante et kaléidoscopique sur la conquête du pouvoir par l’argent, la corruption et la violence. Le brio indescriptible de sa réalisation, le rythme éruptif de son récit, les sublimes cascades de lumière de Robert Richardson, son montage incendiaire (Thelma on fire) et son enivrante bande-son (un juke-box survolté) me laissent transi de révérence, de ferveur et d’admiration. L’arc des passions humaines dessine une allégorie du capitalisme et de ses mutations, l’amitié, l’amour, l’ambition, la trahison y dressent l’éternel et tragique rise-and-fall d’hommes responsables de la chute du paradis qu’ils se sont forgés. Un opéra incandescent de bruit et de fureur, une époustouflante cataracte d’images, de musiques, de sons et d’émotions. 6/6
Top 10 Année 1995

Kundun
Le film s’offre comme un écho inversé à La Dernière Tentation du Christ. Scorsese tente de saisir la vérité intérieure d’une icône religieuse, petit garçon rétif au sort grandiose qui lui est promis ; le premier film était violent et tourmenté, celui-ci capte une respiration sereine, apaisée, presque lisse, en phase avec la spiritualité bouddhiste. Sur le terrain de la reconstitution historique, l’œuvre est régulièrement faillible, mais son intérêt est ailleurs, dans son tressage d’images mentales, de raccords poétiques, dans sa temporalité ralentie baignée par la musique hypnotique de Philip Glass et ponctuée de visions saisissantes – peintures de sables, vol d’oies sauvages traversant le ciel himalayen, cadavres de moines étendus comme des coquelicots fauchés dans un champ d’apocalypse. 4/6

À tombeau ouvert
La parenthèse spirituelle n’aura été qu’une rémission au vu de cette nouvelle virée nocturne sur le pavé new-yorkais, trip morbide mené par un cadavre, qui asticote les neurones, zigzague entre mal-être, enfer et béatitude, rejette tout réalisme et dépeint la fange urbaine avec un mélange de stylisation baroque, d’absurdité inquiète et d’humour nerveux, en poussant assez loin le registre de l’hystérie catho. La descente aux enfers de l’insomniaque alcoolo en quête de rédemption prend les allures d’une comédie noire, délabrée, peuplée de freaks dégénérés et incrustée d’allusions christiques. Plans-séquence speedés, montage convulsif, BA électrique… : Marty ressort sa panoplie mais sur un mode presque hallucinatoire, avec un humour macabre et grinçant qui toujours nourrit le malaise existentiel. 5/6

Gangs of New York
Coupes franches, cohérence globale défaillante, contraintes paralysantes de la superproduction : à bien des égards, ce film programmé depuis longtemps s’avère bancal, déséquilibré, inachevé. Mais bien souvent, on y discerne clairement les hauteurs auxquelles aspire le réalisateur : se dessine alors une fresque puissante, fiévreuse, bardée d’intuitions prodigieuses. Les problématiques habituelles de l’auteur (qu’est-ce qu’être Américain ? sur quelles valeurs repose l’unité de la nation ?) y sont traitées non plus sous l’angle ethnographique, mais dans une approche épique, qui convoque les thèmes fondateurs de l’Histoire et embrasse tout à la fois l’individuel et le collectif, le communautaire et le politique, le mélodramatique et l’historique. Daniel Day-Lewis est monstrueux de charisme carnassier. 5/6

Aviator
L’expérience permet aussi à Scorsese de se (re)familiariser avec les impératifs du gros budget. Son expression paraît plus harmonieuse dans ce biopic de Howard Hugues. Tout en rythme délié, imagerie luxuriante, Technicolor des origines, le film possède l’élégance et la légèreté fuselées des avions de son héros, se délectant à se jouer des faux-semblants du vieil Hollywood, à se mouler dans le rituel de la reconstitution euphorisante. Mais le spectacle est constamment infiltré par le ressac des obsessions scorsesiennes : la quête impossible de paix intérieure, la folie en germe, l’isolation névrotique. Le cinéaste s’approprie brillamment l’itinéraire tourmenté de son héros, glorieux ou misérable, que DiCaprio incarne avec une intensité peu commune. 5/6

Les infiltrés
L’un des films les plus concluants de la carrière récente de Scorsese. Dégraissée des lourdeurs de la fresque, électrisée par un retour fructueux au polar pur et dur, en ligne droite, la virtuosité du cinéaste s’épanouit dans l’écheveau de dupes, de manipulations et de trahisons que le scénario élabore en un engrenage fatal, une implacable mécanique de destruction en chaîne. Comme un poisson dans l’eau, l’auteur sonde la psychologie et les identités fluctuantes de personnages gagnés par la paranoïa et le vacillement des repères moraux. Le propos s’y fait aussi plus ouvertement politique, soulignant la corruption généralisée des institutions américaines avec une grande virulence critique. 5/6
Accessoirement, assister à la remise de l’Oscar tardif à Scorsese par ses vieux potes Spielberg, Coppola et Lucas a quelque chose d'orgasmique (aaah le "Mazel-tof !" de Spielberg au moment où il tend la statuette !).

Shutter Island
Voir le cinéaste s’essayer au psycho-thriller à twist, s’ébrouer dans les lieux communs d’un genre usé à la corde depuis quinze ans, est quelque peu surprenant. En lui-même, le film est supérieurement conçu et agencé, trouvant dans l’aisance naturelle du cinéaste matière à une démonstration efficace, captivante, toujours sous tension, un peu comme l’était Les Nerfs à vif. Mais je le trouve aussi régulièrement maladroit (le rapport au traumatisme des camps), boursouflé, surtout assez vain dans son petit jeu de manipulation du spectateur, qu’on voit venir à des kilomètres – Scorsese vaut mieux que ça. Heureusement la performance très intense de DiCaprio (grand acteur) substantifie quelque peu l’exercice. 4/6

Hugo Cabret
La douche froide, l’incompréhension, l’incrédulité. Le précédent film présageait une crise ; celui-ci la confirme méchamment. Je prends des pincettes, peut-être n’étais-je pas dans un bon jour, probablement quelque chose m’a-t-il échappé. Mais en l’état, je suis resté pour le moins circonspect devant la grossièreté numérique, la lourdeur éléphantesque de cette fable pâtissière, plus proche des plus mauvais Jeunet et Peter Jackson que du merveilleux fervent qu’elle semble viser. Certes l’hommage au cinéma est touchant, certaines scènes assez poétiques, mais que l’ensemble m’a paru formaté, impersonnel, que tout cela est long, noyé de musique, rouillé de partout ! Pour le dire simplement, je trouve que c’est le plus mauvais film de son auteur. 3/6

Le loup de Wall Street
Revoici (toutes proportions gardées) le Scorsese furieux et avide des grandes fresques mafieuses des années 90, mû cette fois par un esprit satirique dévastateur. Et pour rendre son vrai visage à l’obscénité du capitalisme moderne, il pousse à fond tous les curseurs de grotesque et de vitriol, déversant à l’image des tombereaux de potacheries ubuesques et délirantes, de poudre blanche et de corps en rut, dans une logique d’ivresse insane en accord avec l’énergie folle de la mise en scène. Comédie bouffonne et enragée sur le règne de l’argent, la décadence terminale d’un monde construit sur le vide absolu, rempli par la consommation effrénée de drogue et de sexe, par la recherche pathologique du plaisir à tout prix, le film rappelle de surcroît qu’il importe de toute urgence d’édifier une stèle à la gloire de Leo. 5/6

Silence
S’il ne s’est jamais affranchi de ses ruminations d’ancien séminariste, jamais peut-être le cinéaste n’avait formulé de manière aussi littérale la fébrilité spirituelle qui parcourt toute son œuvre. Le dépouillement et l’humilité de sa mise en scène lui permet de cerner avec exigence et ténacité les contours d’une crise de foi qui met en lumière la frontière poreuse séparant l’engagement du fanatisme, le sacrifice de l’arrogance, la probité de l’aveuglement. Bannissant tout détour superflu de ce cheminement intérieur, il cherche à creuser jusqu’à l’os les implications d’un débat théologique inquiet mais paradoxalement serein, parfois un peu rigide mais finalement assez retors, au terme duquel il semble célébrer le choix d’une croyance soumise à la fragilité des hommes pour mieux en faire triompher l’essence. 4/6


Mon top :

1. Casino (1995)
2. Les affranchis (1990)
3. After hours (1985)
4. Raging bull (1980)
5. Taxi driver (1976)

Il est l’un de mes dieux, du cercle fermé de mes cinéastes favoris, de ceux qui m’ont offert quelques uns des films que j’adule le plus au monde. Je suis fou d’admiration devant la fièvre de son expression, sa maestria, l’intensité et la cohérence de son œuvre. De la fureur opératique de ton Casino à la poésie tourmentée de ton Raging Bull, du délire sous psychotrope de ton After Hours à la fécondité frénétique de tes Affranchis, Martin je te vénère, je t'adore, je te baise les pieds. Car même s'il faut sans doute faire le deuil du grand Scorsese d’autrefois, l'artiste incarne le Cinéma, en lettres majuscules, sans doute plus que n'importe qui.
Dernière édition par Thaddeus le 6 juin 18, 08:36, édité 20 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85435
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Jeremy Fox » 13 août 15, 14:50

Aujourd’hui ça donnerait ça. Finalement, contrairement à ce que je pouvais faire sous-entendre, une très grande filmographie même si j'ai un peu de mal avec certains titres, surtout ces dernières années.

Aujourd’hui ça donnerait ça. Finalement, contrairement à ce que je pouvais faire sous-entendre, une très grande filmographie même si j'ai un peu de mal avec certains titres.


Chefs d’œuvres

Casino
Le Temps de l'innocence
Le Loup de Wall Street
Les Affranchis


J'aime beaucoup

La Valse des pantins
Taxi Driver

J'aime bien

New York New York
Raging Bull
After Hours
La Couleur de l'argent
Les Nerfs à vif
Aviator
Les Infiltrés

Je n'aime pas trop

Mean streets
Alice n'est plus ici
La Dernière tentation du Christ
Gangs of New York

Je n'aime pas du tout

Kundun
A tombeau ouvert
Shutter Island
Hugo Cabret

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17533
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Rick Blaine » 13 août 15, 15:03

Thaddeus, pas vu Who's that Knocking et Boxcar Bertha ?
Je trouve le second très bon (et les deux très supérieur à Mean Street, mais bon, ça c'est juste moi je crois. :mrgreen: ).


Sinon je vois que je suis toujours le seul à ne pas aimer After Hours... :oops:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85435
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Jeremy Fox » 13 août 15, 15:07

Rick Blaine a écrit :Sinon je vois que je suis toujours le seul à ne pas aimer After Hours... :oops:

Je ne l'ai pas revu depuis sa sortie ceci dit. Le seul Scorsese que j'avais adoré et qui n'a pas supporté la revision récente fut Mean Streets. Je n'ai pas compris pourquoi d'ailleurs :( Il faudrait aussi que je retente ceux que je n'ai pas trop aimé à l'époque du style La dernière tentation...

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6063
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Alexandre Angel » 13 août 15, 15:11

Messieurs Fox et Thaddeus
D'accord dans l'ensemble ( à quelques nuances près) avec vos Tops et Destops.
Mais il y a un grand absent (alors Thaddeus !!) que moi j'adore et qui est un des Scorsese que j'ai le plus vu : c' est ........THE LAST WALTZ, le meilleur film sur le rock que je connaisse!

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85435
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Jeremy Fox » 13 août 15, 15:17

Alexandre Angel a écrit :Messieurs Fox et Thaddeus
D'accord dans l'ensemble ( à quelques nuances près) avec vos Tops et Destops.
Mais il y a un grand absent (alors Thaddeus !!) que moi j'adore et qui est un des Scorsese que j'ai le plus vu : c' est ........THE LAST WALTZ, le meilleur film sur le rock que je connaisse!

Ah oui tiens ; jamais vu. :idea:

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5040
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Thaddeus » 13 août 15, 15:17

Rick Blaine a écrit :Thaddeus, pas vu Who's that Knocking et Boxcar Bertha ?

Nope. Ni The Last Waltz, pour répondre à Alexandre. Ni Italianamerican, pourtant assez coté, et dont le très court extrait que j'ai vu il y a peu de temps dans un numéro de Blow-Up consacré aux canapés (oui, aux canapés) m'a beaucoup fait rire.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22792
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar AtCloseRange » 13 août 15, 15:22

Si je ne devais en retenir que 5, ça devrait être ça (avec quelques surprises)

Les affranchis
Taxi driver
La valse des pantins
La couleur de l'argent
New York New York

Il y a quelques grands Scorsese qui manquent pour des raisons variées:
Raging Bull m'ennuie parfois
je n'ai vu Casino qu'une fois (et j'étais malade) donc il faudrait un jour que je m'y colle à nouveau
Image

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17533
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Top Martin Scorsese

Messagepar Rick Blaine » 13 août 15, 15:26

Jeremy Fox a écrit : Il faudrait aussi que je retente ceux que je n'ai pas trop aimé à l'époque du style La dernière tentation...

Vu récemment, ça ne m'avait pas beaucoup emballé non plus. D'ailleurs MAJ de top, pas mal de choses à rajouter, et des petits changements de place. 18 films à bon ou plus, c'est monstrueux ! :shock:

Je n'ai toujours pas vu Hugo Cabret et Kundun, refus d'obstacle devant ce dernier lorsque je m'étais essayé à une intégrale il y a 3 ans.

Chefs-d'oeuvre:

1 - Les affranchis
2 - Raging Bull
3 - Casino
4 - Le Temps de l'innocence


Excellents:

5- Le Loup de Wall Street
6 - Les Infiltrés
7 - New York, New York

Très Bons:

8 - Taxi Driver
9 - La valse des pantins
10 - La Couleur de l'Argent
11 - Italianamerican Doc
12 - Shutter Island
13 - Les Nerfs à Vif

Bons:

14 - Gangs of New York
15 - Aviator
16 - Alice N'est Plus Ici
17 - Boxcar Bertha
18 - It's not Just you Murray CM

Pas mal:

19 - The Big Shave CM

Bof:

20 - A Tombeau Ouvert
21 - Who's That Knocking at My Door
22 - La Dernière Tentation du Christ

Je n'aime pas:

23 - Mean Streets
24 - What's a Nice Girl Like You Doing in a Place Like This ? CM
25 - After Hours (Je n'aime pas du tout. :oops: )