Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 20402
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jack Carter » 3 août 16, 08:44

8)

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5258
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 3 août 16, 11:02

Tiens, Demi-Lune nous a fait une Jeremy Fox. :mrgreen:

Demi-Lune a écrit :
    L'empire des sens (Nagisa Ōshima, 1976) Image

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Demi-Lune » 3 août 16, 11:07

Thaddeus a écrit :Tiens, Demi-Lune nous a fait une Jeremy Fox. :mrgreen:

Demi-Lune a écrit :
    L'empire des sens (Nagisa Ōshima, 1976) Image

Je savais que ça ne passerait pas inaperçu... :mrgreen:
J'étais complètement passé à côté la première fois. J'essaierai de m'en expliquer dans le bon topic en repartant du commentaire défavorable que j'avais écrit à l'époque. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22830
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar AtCloseRange » 3 août 16, 11:12

Thaddeus a écrit :Tiens, Demi-Lune nous a fait une Jeremy Fox. :mrgreen:

Demi-Lune a écrit :
    L'empire des sens (Nagisa Ōshima, 1976) Image

A peine....
Demi-Lune a écrit :L’Empire des sens (Nagisa Oshima, 1976) Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5258
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 3 août 16, 11:39

Déjà répété vingt fois, mais j'avoue que ce genre de retournement radical ne m'arrive jamais. Je suis toujours un peu bouche bée lorsque j'en suis témoin, sans bien sûr remettre en cause la bonne foi de celui qui en est sujet. Quoi qu'il en soit, on attend ton éloge, mon cher Demi.

L'Empire des Sens est pour ma part un film que j'"'admire", du moins dont j'apprécie les indéniables qualités, sans que jamais n'ait lieu une vraie rencontre entre l'oeuvre film et moi. Je le trouve tellement glacé et distancié (c'est sans doute le but recherché par Oshima) que j'aurais du mal à le défendre passionnément.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22830
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar AtCloseRange » 3 août 16, 11:49

Thaddeus a écrit :Déjà répété vingt fois, mais j'avoue que ce genre de retournement radical ne m'arrive jamais. Je suis toujours un peu bouche bée lorsque j'en suis témoin, sans bien sûr remettre en cause la bonne foi de celui qui en est sujet. Quoi qu'il en soit, on attend ton éloge, mon cher Demi.

L'Empire des Sens est pour ma part un film que j'"'admire", du moins dont j'apprécie les indéniables qualités, sans que jamais n'ait lieu une vraie rencontre entre l'oeuvre film et moi. Je le trouve tellement glacé et distancié (c'est sans doute le but recherché par Oshima) que j'aurais du mal à le défendre passionnément.

Demi-Lune a écrit :Autant je pense comprendre le maigre fond du film (le sexe dans sa dimension pathologique, l'homme n'étant plus qu'un instrument réifié soumis à la libido dévorante et désentimentalisée de la femme qui, à la fin, prend symboliquement sa revanche sur la phallocratie), autant je ne cache pas que l'ensemble m'a profondément agacé et consterné. Comme dit Mama Grande juste au-dessus, L’Empire des sens n'est qu'un boulard, un boulard qui s'offre la légitimité d'une démarche auteurisante, certes chiadé esthétiquement, mais un boulard quand même qui flirte avec le gonzo tant le scénario est, de mon point de vue, quasi inexistant et vain. Le développement des personnages, réduit à la portion congrue, est inversement proportionnel à la générosité d'Oshima lorsqu'il s'agit de filmer du cul. Et pas du cul touche-pipi, non non, là y a de l'éjac' dans la bouche, de la turlute à gogo, de la vieille besognée, de l’œuf gobé dans le vagin, du petit vieux masturbé et toutes sortes d'autres trucs bien sympas à faire passer Tinto Brass pour un enfant de chœur. Il y a tellement de baise dans ce film que ça en devient abstrait : c'est, précisément, l'essence du propos ; mais je ne peux pas m'empêcher de penser que la complaisance dans la pornographie explicite ne cherche pas aussi (et peut-être même surtout) à créer la polémique voire à satisfaire une grande partie du public venu se rincer l’œil. En somme, à thème égal (la spirale de l'addiction au sexe, évidée de toute préoccupation sentimentale et d'incarnation), L'Empire des sens est la Némésis du récent Shame. McQueen s'attache aux personnages, aux fêlures psychologiques. Oshima, lui, fait dans la fesse. Choisis ton camp, camarade.

On attend Demi-Lune de pied ferme...
Image

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 19173
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Major Tom » 3 août 16, 11:52

Thaddeus a écrit :Déjà répété vingt fois, mais j'avoue que ce genre de retournement radical ne m'arrive jamais. Je suis toujours un peu bouche bée lorsque j'en suis témoin, sans bien sûr remettre en cause la bonne foi de celui qui en est sujet.+

Attends d'avoir 10 piges de plus et de revoir les films que tu aimais alors. C'est comme adorer Howard le canard quand on a 5 ans et le revoir à 15. :mrgreen:
Bon il faut quand même plusieurs années pour moi pour que ça m'arrive. Par exemple, Indiana Jones n'est plus du tout ma tasse de thé alors que je pouvais les mater à longueur de journée étant gosse.

Mais même sans ça, je peux comprendre qu'on n'aime pas un film parce qu'on le regarde dans de mauvaises conditions (VHS recadrée + Version française + lendemain de cuite avec migraine), et le revoir peu de temps après mais dans de meilleures conditions (cinéma + VO + flirt avec une nana qui adore le film et laissera un bon souvenir) et l'apprécier à sa juste valeur.
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours

Avatar de l’utilisateur
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Messages : 18368
Inscription : 26 déc. 04, 18:31
Localisation : sleeping in the midday sun...

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar gnome » 3 août 16, 12:00

Demi-Lune a écrit :
Thaddeus a écrit :Tiens, Demi-Lune nous a fait une Jeremy Fox. :mrgreen:

Demi-Lune a écrit :
    L'empire des sens (Nagisa Ōshima, 1976) Image

Je savais que ça ne passerait pas inaperçu... :mrgreen:
J'étais complètement passé à côté la première fois. J'essaierai de m'en expliquer dans le bon topic en repartant du commentaire défavorable que j'avais écrit à l'époque. :mrgreen:

oui, je suis curieux de lire ça. Pour moi, je suis comme Thaddeus, si je reconnais des qualités indéniables au film, à aucun moment, il n'arrive à me toucher, à m'émouvoir de quelque façon que ce soit ou même à vraiment me stimuler intellectuellement. J'y reste réfractaire malgré 3 voire 4 visionnages.
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Blue
subMarine
Messages : 5336
Inscription : 13 sept. 06, 13:32

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Blue » 3 août 16, 12:03

Avec le quote d'AtCloseRange, j'ai d'abord cru que le retournement de Demi-Lune était dans l'autre sens. Mais si il considère aujourd'hui le film d'Oshima comme une réussite, alors il n'y a aucun problème :wink: C'est en effet à la fois un film important historiquement, dépassant le cadre du Japon (demandez à un Larry Clark par exemple, si son cinéma eut été identique sans la découverte de "L'Empire Des Sens") et une oeuvre aboutie dans la carrière de son auteur, tant sur le plan formel que thématique. Le réduire à un porno dans tout ce que ce terme peut avoir de péjoratif, ou à quelque chose de sale et dénué de tout sens artistique, ce serait juste de la bêtise.

Quant à moi, j'ai découvert grâce à Criterion (et aux soldes Barnes & Noble :mrgreen: ), un superbe mélodrame avec "Station Terminus", qui apporte en sus une réflexion sur l'importance du montage et la différence de conception du cinéma entre le néoréalisme italien et le mélo classique Hollywoodien, avec les deux versions présentes sur le disque (celle de De Sica est évidemment supérieure au remontage de Selznick, j'essaierai d'expliquer pourquoi dès que j'aurais un moment).
Dernière édition par Blue le 3 août 16, 12:11, édité 1 fois.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/La Rabbia-Jokers 8/Esc 9/Wildside 10/Elephant 11/L'Atelier 12/Rimini 13/Coin De Mire 14/Spectrum 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13056
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Demi-Lune » 3 août 16, 12:07

Putain les gars, gardez le débat pour plus tard, j'ai pas le temps de me défendre :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5258
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 3 août 16, 12:08

Major Tom a écrit :Attends d'avoir 10 piges de plus et de revoir les films que tu aimais alors. C'est comme adorer Howard le canard quand on a 5 ans et le revoir à 15. :mrgreen:
Bon il faut quand même plusieurs années pour moi pour que ça m'arrive. Par exemple, Indiana Jones n'est plus du tout ma tasse de thé alors que je pouvais les mater à longueur de journée étant gosse.

Mais même sans ça, je peux comprendre qu'on n'aime pas un film parce qu'on le regarde dans de mauvaises conditions (VHS recadrée + Version française + lendemain de cuite avec migraine), et le revoir peu de temps après mais dans de meilleures conditions (cinéma + VO + flirt avec une nana qui adore le film et laissera un bon souvenir) et l'apprécier à sa juste valeur.


Je me connais suffisamment bien, et pense avoir acquis assez d'expérience, pour pouvoir affirmer ce que je dis. :mrgreen:
En l'occurrence, les films que j'adorais à l'adolescence (ceux que j'adorais vraiment, hein), eh bien je les adorerai jusque sur mon lit de mort. Je n'ai jamais revu pour la 151è fois un film dont je ne me laissais jamais les 150 fois précédentes et dont je me suis soudain dit que désormais, il m'emmerdait.

Mais en fait, je parlais surtout du processus inverse : passer de la détestation à l'adoration. Les circonstances et conditions particulières d'un visionnage peuvent influer bien sûr, mais pas au point de passer d'un extrême à l'autre (en tout cas, pas pour moi). Il y a là un phénomène d'inversion psychologique qui m'échappe totalement - à moins de considérer (c'est G.T.O. qui émettait l'hypothèse, il me semble) que rendu à un certain point, affirmer que l'on a détesté un film revient à "refouler" le fait qu'on l'ait aimé, et que l'on identifie cette appréciation par son contraire, pour des raisons diverses. Mais bon, je ne suis pas psy, et puis on a déjà eu cette discussion 50 fois. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 19173
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Major Tom » 3 août 16, 12:21

Thaddeus a écrit :
Major Tom a écrit :Attends d'avoir 10 piges de plus et de revoir les films que tu aimais alors. C'est comme adorer Howard le canard quand on a 5 ans et le revoir à 15. :mrgreen:
Bon il faut quand même plusieurs années pour moi pour que ça m'arrive. Par exemple, Indiana Jones n'est plus du tout ma tasse de thé alors que je pouvais les mater à longueur de journée étant gosse.


Je me connais suffisamment bien, et pense avoir acquis assez d'expérience, pour pouvoir affirmer ce que je dis. :mrgreen:
En l'occurrence, les films que j'adorais à l'adolescence (ceux que j'adorais vraiment, hein), eh bien je les adorerai jusque sur mon lit de mort.

Attends, je vais t'aider :
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5258
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 3 août 16, 12:24

Bon, il y a désormais une place vacante dans mon top 10. :(

(très drôle, au passage)

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22160
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar cinephage » 3 août 16, 12:29

Thaddeus a écrit :Mais en fait, je parlais surtout du processus inverse : passer de la détestation à l'adoration. Les circonstances et conditions particulières d'un visionnage peuvent influer bien sûr, mais pas au point de passer d'un extrême à l'autre (en tout cas, pas pour moi). Il y a là un phénomène d'inversion psychologique qui m'échappe totalement - à moins de considérer (c'est G.T.O. qui émettait l'hypothèse, il me semble) que rendu à un certain point, affirmer que l'on a détesté un film revient à "refouler" le fait qu'on l'ait aimé, et que l'on identifie cette appréciation par son contraire, pour des raisons diverses. Mais bon, je ne suis pas psy, et puis on a déjà eu cette discussion 50 fois. :mrgreen:


Face à certains films, il a pu (et peut encore) m'arriver de faire un blocage, un rejet de ce qui m'est proposé dès le départ, ou peu s'en faut. Dans ce cas, je reste généralement fermé aux qualités du films, la "conversation est close". Quoi que le film raconte par la suite, il m'est très difficile de faire abstraction de mon rejet initial et je reste sur une mauvaise impression, je n'aime pas le film.

Il peut arriver par la suite que je tente la révision d'un film que j'ai rejeté de cette façon, en général parce que certains avis m'y incitent. Là, l'effet de surprise étant dissipé, le blocage/rejet est beaucoup moins violent, et je découvre le film pour ce qu'il est, et non pour ce qui m'en avait choqué ou contrarié. Là, je peux tout à fait passer du rejet à l'adoration. Ca reste assez rare...

Ca m'est notamment arrivé pour Pulp Fiction (dont le bavardage m'a gonflé en premier visionnage)ou Only God Forgives (dont je n'ai pas vraiment compris le récit en premier visionnage), par exemple.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Messages : 40124
Inscription : 13 avr. 03, 11:30
Last.fm
Liste de DVD

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Rockatansky » 3 août 16, 12:33

Major Tom a écrit :
Thaddeus a écrit :Déjà répété vingt fois, mais j'avoue que ce genre de retournement radical ne m'arrive jamais. Je suis toujours un peu bouche bée lorsque j'en suis témoin, sans bien sûr remettre en cause la bonne foi de celui qui en est sujet.+

Attends d'avoir 10 piges de plus et de revoir les films que tu aimais alors. C'est comme adorer Howard le canard quand on a 5 ans et le revoir à 15. :mrgreen:
Bon il faut quand même plusieurs années pour moi pour que ça m'arrive. Par exemple, Indiana Jones n'est plus du tout ma tasse de thé alors que je pouvais les mater à longueur de journée étant gosse.

Mais même sans ça, je peux comprendre qu'on n'aime pas un film parce qu'on le regarde dans de mauvaises conditions (VHS recadrée + Version française + lendemain de cuite avec migraine), et le revoir peu de temps après mais dans de meilleures conditions (cinéma + VO + flirt avec une nana qui adore le film et laissera un bon souvenir) et l'apprécier à sa juste valeur.



En l'occurence le revirement dont tu parles (passer du positif au négatif) est bien plus courant que l'inverse, qui me semble totalement impossible pour ma part comme on l'a déjà débattu maintes et maintes fois ici
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky