Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 19985
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jack Carter » 1 nov. 17, 10:22

Alexandre Angel a écrit :
Flol a écrit :prout

Ah non!!!



Pas de commentaire dans le topic film du mois, on a dit ! :twisted:
Meme pour se plaindre d'un prout.

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1547
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar manuma » 1 nov. 17, 10:29

AtCloseRange a écrit :
manuma a écrit :Top 5 d'Octobre

1. MARGUERITE - Xavier Giannoli (2015)
Image

2.BLUE JASMINE - Woody Allen (2013)
Image
3. LIFEGUARD - Daniel Petrie (1976)
Image

Je (triple) valide!

Je me demandais justement qui avait apprécié ce Giannoli sur le forum. Faut que je prenne le temps de faire une petite recherche...
En revanche, peu probable que je trouve quelqu'un pour valider le Risi :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6313
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Alexandre Angel » 1 nov. 17, 10:52

Jack Carter a écrit :
Alexandre Angel a écrit :
Flol a écrit :prout

Ah non!!!



Pas de commentaire dans le topic film du mois, on a dit ! :twisted:
Meme pour se plaindre d'un prout.

dura lex..
(Flol, c'est ta faute..)
Dernière édition par Alexandre Angel le 1 nov. 17, 10:56, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Brody
Indices : bateau - requin
Messages : 4657
Inscription : 21 févr. 06, 18:42
Localisation : à la flotte !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Brody » 1 nov. 17, 10:55

Harkento a écrit :
Alexandre Angel a écrit :
Major Tom a écrit :
Jack Carter a écrit :c'est bien joli toutes ces listes mais j'attends la video de Major Tom... :o

Je n'ai rien prévu mais... Bon d'accord, j'improvise un petit truc vite fait parce que c'est toi :mrgreen: :


Et voilà, j'ai encore ri.


Pareil ! :lol:
Bravo et merci MajorTom ! :D


Moi j'ai trouvé ça très limite, on avait dit pas le physique :|
Dernière édition par Brody le 1 nov. 17, 11:00, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22080
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar cinephage » 1 nov. 17, 10:57

Très impressionnant, Major. Chapeau bas, et merci pour la franche rigolade. :lol: :lol: :lol:
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6313
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Alexandre Angel » 1 nov. 17, 10:58

cinephage a écrit :Très impressionnant, Major. Chapeau bas, et merci pour la franche rigolade. :lol: :lol: :lol:

J'avoue un faible pour le thème de John Williams à la cornemuse, dans la partie Malick. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Vic Vega
Lee Marvin Fan
Messages : 3262
Inscription : 15 avr. 03, 10:20
Localisation : South Bay

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Vic Vega » 1 nov. 17, 12:22

Peu de films vus en octobre. Et face à un Ripstein pour lequel j'ai plus d'estime que d'affection (L'Empire de la fortune) c'est finalement un thriller scandinave malin, réchauffé mais mené sans s'emmêler les pinceaux dans ses twists (le genre de film populaire potable qu'on aimerait voir plus souvent en France par exemple...) qui a emporté le morceau: Headhunters. Joie du mois sinon: Time and Tide enfin vu sur grand écran.
ImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5182
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 1 nov. 17, 13:21

Watkinssien a écrit :
Thaddeus a écrit : :lol: :lol:

La crise de rire... Vidéo absolument hilarante, avec Le Retour du Jedi en fil conducteur. Quel cadeau !

Total respect. Image

Mais comment fait-il ?


La même chose, absolument parfait! :lol: :lol:


Il faudrait faire un top des vidéos de films du mois de Major Tom.

Sinon :


Film du mois d'octobre


1. Une Vie Difficile (Dino Risi, 1961)


Image


2. Detroit (Kathryn Bigelow, 2017)


Image


3. Une Femme dans la Tourmente (Mikio Naruse, 1964)


Image



Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
A scene at the sea (Takeshi Kitano, 1991)
Étrange film minimaliste, où des groupes de jeunes surfeurs silencieux attendent sur la plage que le vent se lève. Pas d’intrigue ni de paroles donc (et pas seulement parce que le héros y est sourd-muet), mais une série ascétique de regards effleurants, de gestes simples (marcher, courir, nager, tenter de trouver son équilibre), d’élégance du comportement, y compris dans les maladresses de l’apprentissage sportif : il s’agit ici d’exercer sa ténacité, de réussir quelque chose d’inaccessible. Mais ce cadre épuré, gommé de toute surcharge et construit selon les lignes d’un tableau abstrait, cette mise en scène toute en creux, en vides, en signes imperceptibles pour un regard inattentif, ne facilitent pas l’adhésion à une démarche qui, par son évanescence même, souffre d’un gros déficit d’incarnation. 3/6

Je vous salue Marie (Jean-Luc Godard, 1985)
L’Évangile selon Jean-Luc. Certains chrétiens ont chanté des cantiques à la porte des églises afin d’exorciser Godard et sa transposition contemporaine de l’Assomption. Pourtant l’auteur fait ici acte de foi et professe que le corps est d’abord une voix, la naissance une parole, le verbe une chair. Question couple il prône le crédit mutuel, proposant de commencer par apprendre à s’aimer pour ne pas se donner des coups. Question cosmos il évoque les grands mystères de l’univers et suggère qu’il n’existe pas de hasard. Question Vierge il cherche la réponse du côté de Vénus, la montre tantôt au bain comme Degas, tantôt torturée dans un drap ondulant comme Schiele. Et c’est finalement dans les plans de ciel et d’eau, le point de contact de l’éther et de l’onde, qu’il cherche élever le profane à la hauteur du sacré. 4/6

Blade runner 2049 (Denis Villeneuve, 2017)
Le risque était considérable de profaner l’un des plus grands films de tous les temps. Mais Villeneuve a su assumer l’héritage et en prolonger les aspects esthétiques et thématiques sans tomber dans le piège de l’explicitation à tous crins. S’il flirte parfois avec la lourdeur solennelle du débat philosophique ou de l’allégorie socio-mythologique, c’est pour mieux affirmer la tristesse élégiaque et contemplative d’une quête identitaire où s’esquisse un lancinant goût d’inachevé, où efflore un bouquet de doutes et de regrets que la mise en scène transmet avec une belle poésie. Voilà pourquoi cette œuvre fragile, imparfaite mais le plus souvent émouvante séduit : on y décèle l’humble assurance d’un réalisateur toujours maître de ses choix, et dont le sens du spectacle n’étouffe pas l’expression du sentiment. 4/6

Passion d’amour (Ettore Scola, 1981)
Il est des histoires roses où les princes charmants épousent d’abominables sorcières se transformant en déesses par la grâce de l’amour. Dans une Italie du XIXème siècle qui pourrait sortir d’un récit de Stendhal, d’un conte de Villiers de l’Isle-Adam, la rencontre du bel officier et de Fosca, d’une laideur exemplaire, va semer le doute. Giorgio attend son absolu comme d’autres guettent le mirage de l’ennemi : consentant et vaincu, il se laisse vampiriser par les chantages et les sentiments excessifs de ce monstre encombrant, hystérique, dont le visage est justement celui d’une Nosferatu femelle toute à sa proie attachée. Cette autodestruction romantique, cette vérité féroce, ni consolatrice ni apaisante, sont illustrées avec plus d’application que d’inspiration par un cinéaste qui n’évite pas le piège du conformisme. 4/6

Nuages épars (Mikio Naruse, 1967)
Parce qu’il a renversé par accident le mari de Yumiko, Mishima lui rend des visites qui ne parviennent pas à éteindre sa culpabilité. Et ce qui doit arriver dans la logique mélodramatique survient : l’un et l’autre se plaisent, tombent amoureux, enfreignant ainsi l’interdit posé par le décès de l’époux. Le dernier film de Naruse ressemble à son œuvre. La société y est vue comme un système réglé d’interdictions et d’autorisations. L’emploi de la nature intensifie les sentiments jusqu’à une emphase assumée. La narrativisation du décor et des accessoires indique que le monde n’est pas un échappatoire, qu’il ne fait que renforcer les règles de la vie sociale et qu’il double dramatiquement le destin, comme s’il fallait répéter qu’il existe quelque chose du bonheur mais que celui-ci reste pour toujours inaccessible. 4/6

Le sens de la fête (Eric Toledano & Olivier Nakache, 2017)
Sur le modèle d’Un Mariage d’Altman, les auteurs oublient les velléités démagogiques et leçons de morale plombant d’ordinaire leur cinéma et livrent une machinerie comique menée tambour battant, avec un sens infaillible de la situation déraillante, du portrait concis et du rebondissement catastrophique. On peut légitimement en estimer les rouages un peu trop huilés (une gag récurrent par personnage, une vanne par réplique) et considérer la férocité superficielle du tableau comme un prétexte cosmétique. Il n’en reste pas moins qu’il s’en dégage un dynamisme, une loufoquerie auxquels il est difficile de résister, et que la truculente effervescence de ce dérèglement programmé, bien servie par un casting hétérogène mais complémentaire, atteste d’une vigueur et d’une précision réjouissantes. 4/6

Le génie du mal (Richard Fleischer, 1959)
S’inspirant de l’affaire Leopold-Loeb (déjà à l’origine de La Corde d’Hitchcock), Fleischer étudie le cas de deux fils de bonne famille s’arrogeant le droit de vie ou de mort sur les individus ordinaires et dont les justifications intellectuelles masquent des troubles mentaux. Le plaidoyer contre la peine capitale a l’audace de se fonder sur des coupables qui ne sauraient susciter la sympathie : l’exécution légale inspire à l’auteur le même dégoût que le meurtre prémédité. Mais si ne manquent ni trouvailles ni moments percutants, si la poigne est ferme dans la composition de l’image et la conduite du récit, le film reste d’abord celui d’un artisan consciencieux, qui doit beaucoup à une interprétation dominée dans le dernier acte par le déchaînement de sobriété cabotine d’un pachyderme débraillé nommé Orson. 4/6

Detroit (Kathryn Bigelow, 2017)
Il fallait, pour reconstituer la tragédie ordinaire survenue à l’Algiers Motel en 1967, la main de fer et le regard d’aigle de cette grande réalisatrice polémique qu’est désormais Kathryn Bigelow. La violence et l’abjection des faits y sont comme passées dans un bain photosensible, analysées, scrutées, dénoncées avec une rage et un engagement d’autant plus frappants que rien ne vient en écorner la remarquable objectivité, l’exemplaire pondération. Brûlot viscéral mettant implacablement à nu certains des points de tension et d’injustice les plus sensibles de la société américaine, cette éprouvante mais salutaire fresque de sueur, de sang et de larmes entremêle brillamment l’intime et le collectif, perpétue avec ardeur le glorieux héritage d’un cinéma contestataire et lucide, humaniste et généreux. 5/6

Une femme dans la tourmente (Mikio Naruse, 1964)
Une scène de la dernière partie résume à merveille les brisures irrémédiables et les intenses moments de bonheur qui parcourent le film : un voyage à travers le Japon régulièrement scandé par des plans du train en marche, et pendant lequel Naruse recompose toute une mise en scène de l’amour naissant. Des sourires timides, des regards à la dérobée, des gestes complices, et les yeux embués de larmes indiquant enfin que cette relation est condamnée. En racontant comment les sentiments d’un jeune homme pour sa belle-sœur veuve se heurtent au bonheur impossible de l’après-guerre, le cinéaste exprime avec une économie exemplaire la mutation économique d’un pays, l’irruption de la jeunesse, l’omniprésence de la mort, le jeu infime des choses non relevées mais qui disent l’essentiel. Poignant. 5/6
Top 10 Année 1964

Salé, sucré (Ang Lee, 1994)
S’il se situe dans l’exacte continuité de Garçon d'Honneur, le cinéaste délaisse les affres de la vie américaine pour un retour aux sources dans son pays d’origine. La nourriture et la famille semblent ici les deux fondements de la culture taïwanaise ; mais, pour que les enfants bâtissent à leur tour une famille, il faut bien qu’ils quittent leurs parents. Sujet à la Ozu que l’auteur traite en une chronique tendre et bienveillante qui trouve toujours le ton juste pour maintenir la tension ou désamorcer la scène par un trait d’humour. Le regard intimiste, la mise sobre et effacée, l’attention à des personnages tous attachants préservent la sensibilité qui émane de ces histoires d’amour et de transmission, de cette variation aigre-douce autour d’un roi Lear culinaire incapable de régenter la vie de ses trois filles. Très joli film. 4/6

L’atelier (Laurent Cantet, 2017)
La Ciotat, été 2016. La lumière éclatante de la Méditerranée sur la pierre blanche des calanques, la présence chargée de souvenirs du maquis, d’une jetée portuaire ou d’un chantier naval à l’abandon témoignent d’un monde instable léguée à une génération qui n’en est pas responsable. Neuf ans après Entre les Murs, le réalisateur continue d’explorer un cinéma de la parole et de l’échange, de l’interjection et de l’argumentation. Parfois un peu rigide dans l’articulation de son discours, le film est tel un thriller sans crime qui fait de l’indétermination, de l’incertitude et de la déstabilisation ses lignes cardinales, refuse toute explication confortable au désarroi d’une jeunesse désorientée et cherche à exprimer cette peur de l’autre, de l’inconnu et de l’avenir poussant à s’inventer des chimères radicales. 4/6

Conte de cinéma (Hong Sang-soo, 2005)
Si un film n’est que le reflet ou l’extension d’une vie (et inversement), les cicatrices qu’il laisse sur une actrice, de même que sur un spectateur, sont invisibles. Voilà ce que montre l’auteur au fil de ce récit plié en deux, de ce long drapé dont les parties se superposent et se nouent. Le rapport intime entre les images fictionnelles et la réalité de ceux qui les regardent, les correspondances entre les histoires qu’on se raconte et l’existence qui multiplie simulacres et faux-semblants, les situations dérisoires et douloureuses, la toile de fond du cinéma, de sa fabrication et de ses mirages, tout ramène à la sève un brin théorique d’un schéma narratif exonéré des codes de la bienséance esthétique, visant à la description des émois sentimentaux et à la mise en scène anxieuse des échecs toujours répétés. 4/6

Une vie difficile (Dino Risi, 1961)
Partisan puis journaliste gauchiste, Silvio participera à toutes les luttes, grèves et enthousiasmes de son époque. C’est un idéaliste intransigeant, un brave type généreux, maladroit et honnête jusqu’au bout, un raté attendrissant qui, s’il n’était aussi volubile, serait assez proche, par sa ténacité et son élégance en mouvement, de Buster Keaton. Incarné par le génial Alberto Sordi, il permet à l’auteur de passer en revue quinze ans de la société italienne d’après-guerre, la libération, les élections, le miracle économique, le monde de la presse et du cinéma, la vie des villages et celle des grandes villes. La précision et la rapidité du trait, la lucidité féroce de la satire, la richesse et la variété des situations, la maîtrise des ruptures de ton concourent à la pleine réussite d’un tableau à la fois grave, cocasse et émouvant. 5/6

Le tombeau d’Alexandre (Chris Marker, 1993)
Tombeau, dit le dictionnaire : recueil de souvenirs, de pièces composées à la mémoire d’une personne chère ou d’un personnage remarquable. Dans les retombées désenchantées de la perestroïka, Marker suit le cinéaste Medvedkine, dédicataire de ce document, au cours de sa longue et difficile carrière, interroge ses archives, ses parents, ses amis, ses témoins. Mieux qu’une stèle commémorative, l’entreprise est d’abord un film d’histoire de l’URSS et du cinéma soviétique, une investigation poétiquement didactique qui poursuit en abondance et en liberté une écriture faite de rapprochements d’idées, d’associations facétieuses, de liaisons capricantes, et qui rappelle que les créateurs communistes furent des âmes divisées dont les réticences et les refus mêmes furent voulus au service de l’utopie. 4/6

Au revoir là-haut (Albert Dupontel, 2017)
Jeunet avait adapté le best-seller de Japrisot qui prenait pour contexte la Grande Guerre et ses lendemains saumâtres. Difficile de ne pas y penser devant ce que Dupontel (il y était acteur) fait du roman de Pierre Lemaître. Écartelé entre une reconstitution ambitieuse mais cantonnée à de prudentes limites académiques et sa propension à la surcharge illustrative, que trahit le baroquisme de la Belle Époque, le réalisateur orchestre un bal de survivants, de salauds et de gueules cassées dont la joliesse un peu amidonnée souligne le caractère édifiant des situations, des caractères et des développements psychologiques. Pour être transcendé le romanesque exige des doigts de fée, et sans nier la qualité du travail offert, on peut regretter qu’il ne dépasse pas ici ce qu’on appelle communément de la belle ouvrage. 4/6

Boom (Joseph Losey, 1968)
Il était une extravagante reine qui célébrait son cinquième veuvage dans une île fortifiée à proximité de Capri, au milieu d’un luxe insolent et de saturnales solitaires. Il était un ange de la mort qui entreprit, en costume de samouraï Yamamoto, d’apprivoiser la recluse mégère. Ni les falaises abruptes, ni le garde-chiourme nabot et ses chiens, ni la jolie greffière ne purent l’arrêter. Il vint, il la vit, il la conquit. Sans doute le cinéaste rêvait-il d’une danse macabre à l’image du griffon doré constituant l’emblème de Sissy la folle impératrice, d’un jeu de titans sous le soleil d’Italie, scandé par la rumeur des flots et le gémissement des âmes. Son film verbeux, théâtral, surchargé de symboles comme une robe orientale flottant sur un corps squelettique, est un demi-échec. Mais il vaut bien des réussites tièdes. 4/6

Logan lucky (Steven Soderbergh, 2017)
Retour au bercail, dans tous les sens du terme : le cinéaste se réapproprie les règles d’un genre qui a fait son succès et les injecte au sein d’une Amérique white trash et paupérisée qu’il connaît bien pour en être originaire. Sans surplomb, avec une sympathie n’excluant pas l’ironie mordante, il dresse le portrait d’une brochette de faux crétins plus futés qu’il n’y paraît, bien décidés à prendre leur revanche sur un système social qui les a laissés à l’abandon, dont la morale de l’action a pour finalité ultime le bonheur. La technique sereine de vieux singe à qui l’on apprend plus à faire la grimace, la cocasserie réjouissante des numéros d’acteurs, le déroulé tranquille d’un récit alambiqué mais toujours fluide concourent à un plaisir qui ne laissera sans doute pas de trace durable, mais que l’on aurait tort de bouder. 4/6

La grande extase du sculpteur sur bois Steiner (Werner Herzog, 1974)
Toujours fasciné par ce qui pousse l’homme à dépasser ses limites, à flirter dangereusement avec l’absolu, Herzog livre en quarante-cinq minutes comme la doxa de ses préoccupations : un documentaire sur le champion de saut à ski Walter Steiner, tourné lors d’une compétition internationale à Planica en Slovénie. Figure icarienne par excellence que celle de ce jeune homme aspiré par l’extase du vol libre, chérissant ses instants suspendus (la caméra les sacralise en des ralentis liquides), mais conscient de la nécessité vitale de l’atterrissage. Le drame naît du suspense non concerté d’une performance filmée en direct, tandis que le cinéaste, suivant l’évènement à la manière d’un reporter, semble se ronger les ongles à la fois par crainte de le voir se tuer que par abandon à son goût du "hard" et de l’authentique. 4/6

L’étrange incident (William A. Wellman, 1943)
Inhérent au folklore du genre, le lynchage a été le fait d’hommes trop enclins à considérer la force et la justice expéditive comme des panacées. Mais les réticences de certains exécutants involontaires ont rarement pu s’exprimer avec tant de sincérité que de ce western qui tient de la gageure : attacher le spectateur au récit d’une traque et d’une exécution sans grandiloquence, où sont mis en relief quelques échantillons d’une humanité peu séduisante. Isolant du reste du monde les tristes héros d’un drame sans couleur, à l’image des régions mornes et rudes où l’on oublie progressivement tout appel du cœur, Wellman stigmatise avec une précision d’avocat général les tares d’un Ouest en proie aux troubles de croissance qui le singularisent. Un réquisitoire implacable, tout de rigueur et de probité. 5/6


Et aussi :

Au bord de la mer bleue (Boris Barnet, 1936) - 4/6
The square (Rubon Östlund, 2017) - 5/6
Titicul follies (Frederick Wiseman, 1967) - 4/6



Image



Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2017Casanova, un adolescent à Venise (Luigi Comencini, 1969)
Août 2017La bonne année (Claude Lelouch, 1973)
Juillet 2017 - La fille à la valise (Valerio Zurlini, 1961)
Juin 2017Désirs humains (Fritz Lang, 1954)
Mai 2017Les cloches de Sainte-Marie (Leo McCarey, 1945)
Avril 2017Maria’s lovers (Andreï Kontchalovski, 1984)
Mars 2017À la recherche de Mr Goodbar (Richard Brooks, 1977)
Février 2017Raphaël ou le débauché (Michel Deville, 1971)
Janvier 2017La la land (Damien Chazelle, 2016)
Décembre 2016Alice (Jan Švankmajer, 1987)
Novembre 2016 - Dernières nouvelles du cosmos (Julie Bertuccelli, 2016)
Octobre 2016 - Showgirls (Paul Verhoeven, 1995)
Septembre 2016 - Aquarius (Kleber Mendonça Filho, 2016)
Août 2016 - Le flambeur (Karel Reisz, 1974)
Juillet 2016 - A touch of zen (King Hu, 1971)
Juin 2016 - The witch (Robert Eggers, 2015)
Mai 2016 - Elle (Paul Verhoeven, 2016)
Avril 2016 - La pyramide humaine (Jean Rouch, 1961)
Mars 2016 - The assassin (Hou Hsiao-hsien, 2015)
Février 2016Le démon des femmes (Robert Aldrich, 1968)
Janvier 2016La Commune (Paris 1871) (Peter Watkins, 2000)
Décembre 2015Mia madre (Nanni Moretti, 2015)
Novembre 2015Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)
Octobre 2015Voyage à deux (Stanley Donen, 1967)
Septembre 2015Une histoire simple (Claude Sautet, 1978)
Août 2015La Marseillaise (Jean Renoir, 1938)
Juillet 2015Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, 2007)
Juin 2015Vice-versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015) Top 100
Mai 2015Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014Zardoz (Sean Connery, 1974)
Septembre 2014Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014Le prix d’un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 201412 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013L’arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013La randonnée (Nicolas Roeg, 1971)
Juillet 2013Le monde d’Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013Chronique d’un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 – Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013L’heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 – Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 – Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 – Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 – Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 – Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 – Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 – Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 – Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 – Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 – L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 – L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 – Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 – Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 – L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 – Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 – Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 – Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 – L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17875
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Rick Blaine » 1 nov. 17, 14:08

Merci Major pour la crise de rire !! :lol:

Sinon pour moi, Le voleur de louis Malle comme film du mois incontestable, suivi par Le charme discret de la bourgeoisie, qui me plonge dans le cinéma de Buñuel.

Image


Image


Le mois complet :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Films découverts ou redécouverts :

Le voleur, de Louis Malle (1967) : 9/10

Le charme discret de la bourgeoisie, de Luis Buñuel (1972) : 8/10

Le serpent aux mille coupures, de Eric Valette (2017) : 7,5/10
Le toboggan de la mort (Rollercoaster), de James Goldstone (1977) : 7,5/10

Sauvez le Neptune (Gray lady down), de David Greene (1978) : 7/10
La féline (Cat people), de Jacques Tourneur (1942) : 7/10

Morte sospetta di una minorenne, de Sergio Martino (1975) : 6,5/10

Le collier de fer (Showdown), de R.G. Springsteen (1963) : 6/10

L'accusé (Contratiempo), de Oriol Paulo (2016) : 5,5/10
Prisonnier de la haine (The shepherd of the hills), de Henry Hathaway (1941) : 5,5/10

La dernière grenade (The last grenade), de Gordon Flemyng (1970) : 4,5/10

HHhH, de Cédric Jimenez (2017) : 4/10

Films revus : Hors compétition :

L'empereur du nord (Emperor of the north pole), de Robert Aldrich (1973) : 9,5/10

Divorce à l'italienne (Divorzio All'italiana), de Pirtro Germi (1962) : 9/10
Un éléphant ça trompe énormément, de Yves Robert (1976) : 9/10

Nous irons tous au paradis, de Yves Robert (1977) : 8,5/10

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6313
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Alexandre Angel » 1 nov. 17, 14:21

cinephage a écrit :Vous trouvez pas qu'il a comme une odeur, ce topic ?

AtCloseRange a écrit :Peut-être

Les malins!!!
Des commentaires déguisés en positionnement : je retiens.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Demi-Lune » 1 nov. 17, 14:35

Alexandre Angel a écrit :
cinephage a écrit :Très impressionnant, Major. Chapeau bas, et merci pour la franche rigolade. :lol: :lol: :lol:

J'avoue un faible pour le thème de John Williams à la cornemuse, dans la partie Malick. :mrgreen:

"Father... Sister..." :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
feb
I want to be alone with Garbo
Messages : 8546
Inscription : 4 nov. 10, 07:47
Localisation : San Galgano

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar feb » 1 nov. 17, 15:09

:lol: :lol: :lol: Merci Major !

Un seul film qui se détache pour le mois d'octobre.
Image
A Ghost Story
ed a écrit :Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85991
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jeremy Fox » 1 nov. 17, 15:26

Par quel biais avez tous pu voir ce film ?

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42622
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Flol » 1 nov. 17, 15:33

Jeremy Fox a écrit :Par quel biais avez tous pu voir ce film ?

Image

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2676
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Harkento » 1 nov. 17, 16:11

Vic Vega a écrit : Joie du mois sinon: Time and Tide enfin vu sur grand écran.


:shock: :shock: :shock:
Ou ca donc ??