Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5148
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 30 juin 16, 15:36

Film du mois de Juin 2016



Mois dominé par quelques sorties salles (avec La Tortue Rouge en embuscade juste derrière le podium)


1. The Witch (Robert Eggers, 2015)


Image


2. A War ( Tobias Lindholm , 2015)


Image


3. Les Félins (René Clément, 1964)


Image



Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Tout va bien (Jean-Luc Godard & Jean-Pierre Gorin, 1972)
A priori on est sur le terrain connu de Week-end et de La Chinoise : Montand et Fonda y analysent leur histoire conjugo-personnelle au milieu de l’Histoire et du cataclysme de la civilisation pourrissante. La grève de l’usine Salumi décortiquée en coupe, le sac du supermarché traduisent le même maoïsme, type spontanéiste, que les précédents opus militants. Pourtant, s’il ne fait guère de doute que le cinéaste entend de nouveau dénoncer l’impossible condition du bourgeois de gauche, le disparate du style – Caprioli, marionnette ; ouvriers, silhouettes à la Duvivier ; le couple Lui-Suzanne, film psychologique français – révèle des incertitudes et des ambigüités et les métamorphose en signes d’une profondeur cryptée. Mi-examen de conscience mi-exercice brechtien, le film captive et stimule. 4/6

Crépuscule de gloire (Josef von Sternberg, 1928)
Emil Jannings, le dernier des hommes, est un vieillard bousculé et houspillé par une horde de bourreaux, un débris de la Russie tsariste abandonné au sein d’un gigantesque cloaque où la lutte de tous contre chacun est la règle, et qui a pour nom Hollywood. Dans Mirages, Vidor concevait la figuration comme le point de départ d’une fiction, le premier pas sur le chemin de la gloire. Sternberg, foncièrement négativiste, propose l’itinéraire inverse. Il se livre à la description d’un double enfer : réaliste en dépit des apparences dans la cité du rêve, imaginaire à propos d’un évènement historique qui compare les préparatifs d’une bataille et ceux d’un tournage, détermine la capitale du cinéma comme une machine militaire, et souligne les ambigüités du jeu, de la politique et des sentiments. 4/6

The hole (Tsai Ming-liang, 1998)
Tsai est un cinéaste programmatique : pour faire un film il a besoin d’une base de données, d’un canevas minimal. Sachant qu’un trou s’agrandit entre deux appartements et qu’une épidémie se propage, combien de temps faudra-t-il pour que l’un des occupants rejoigne l’autre ? Dans cette HLM amphibie sur laquelle tombe une pluie incessante, et où l’apathie des émotions se mesure à l’échelle hygrométrique, l’angoisse millénariste trouve une solution dans des intermèdes musicaux saturés de couleurs kitsch et de gaieté forcée. À la désolation du vingtième siècle finissant, à la peur de la solitude, de la pollution, du manque d’amour, peut s’opposer une providentielle main tendue, la femme sauvée du naufrage, de la folie et de la bestialité par le voisin désiré : conclusion lumineuse pour une fable singulière. 4/6

L’année de tous les dangers (Peter Weir, 1982)
L’Indonésie convulsive de 1965, où à quelques jours du putsch communiste visant à renverser Sukarno, un gnome mystérieux et idéaliste se plaît à jouer les démiurges. Mabuse de poche à la Graham Greene, petit roi sans royaume prenant en charge le destin d’un Galatée mâle, il est le meilleur atout d’une intrigue où il reste pourtant secondaire. Car pour l’essentiel, le réalisateur s’en remet à un hollywoodianisme propre et carré, filmant aussi prudemment que son héros écrit, quelque part entre Lelouch et Costa-Gavras. De la love-story conventionnelle au happy-end bâclé, du mythe du reporter aventurier au boy-scoutisme un peu fade du récit, tout relève davantage du cliché touristique que du romanesque embrasé. Ce qui, pour un cinéaste d’ordinaire aussi subtil et perspicace que lui, est décevant. 3/6

Le fantôme (Friedrich W. Murnau, 1922)
Parce que ce film a été réalisé dans le sillage de Nosferatu, il n’est surprenant d’y retrouver les motifs de la nuit fantasmagorique, de l’être spectral, de la façade fatidique (le palais de l’enchanteresse), de la lumière vacillante dans les ténèbres. Quant au héros, modeste gratte-papier qui tente d’oublier la médiocrité de son existence en se piquant de poésie, il est happé par les tourbillons de son inconscient et manifeste la sujétion de l’homme à ses démons intimes, son inaptitude à concilier libido et moralité, règles sociales et pulsions sauvages. Mais cette histoire d’une folie passionnelle vouée à la terreur aussi sûrement que le crime appelle le châtiment souffre d’un déroulé si conventionnel et accuse tant de longueurs qu’elle souffre de la comparaison avec les autres opus de l’artiste. 3/6

Sabotage à Berlin (Raoul Walsh, 1942)
Destiné à soutenir l’effort de guerre, le film raconte une histoire totalement invraisemblable, mais en pointer son manque de crédibilité reviendrait à critiquer l’extravagance des exploits de frère Jean chez Rabelais ou de d’Artagnan chez Dumas. Traversé par un sens assez formidable du récit épique, il crée, maintient, prolonge une tension dramatique en concentrant toutes les ressources possibles d’une technique maîtrisée jusqu’à son efficacité maximale : travellings avants ou latéraux démultipliant les déplacements, fondus enchaînés qui annihilent les temps morts, plans courts ne laissant jamais la monotonie s’installer. La complémentarité des acteurs vedettes parachève cette course-poursuit menée tambour battant, qui semble avoir intégré toutes les vertus du cinéma d’action le plus moderne. 4/6

Fureur apache (Robert Aldrich, 1972)
Âpre, sanglant et sans concessions, le film met à sac les clichés du western traditionnel (anti-indien) comme ceux du western moderne (pro-indien). Sa force est de remettre en cause le paradigme abstrait du bon sauvage, croyance qui n’est qu’un déguisement du racisme qu’elle croit combattre, et qui ne résiste pas à l’épreuve des faits. En opposant la violence institutionnalisée et ritualisée des Apaches, liée à une sorte de théorie des climats, aux certitudes théoriques des Blancs, fondées sur un humanisme chrétien, Aldrich questionne la fonction même de la cruauté et exige que le regard se défasse des stéréotypes. Problématique creusée de façon très physique tout au long d’un jeu du chat et de la souris qui exploite brillamment les espaces ouverts, les manœuvres tactiques et les rapports contradictoires. 4/6

La fille seule (Benoît Jacquot, 1995)
Le scénariste Cesare Zavattini suggérait, comme acte suprême d’humble confiance dans la réalité, qu’on filme quatre-vingts minutes consécutives de la vie d’un homme. Jacquot assume radicalement ce partis pris à travers une journée ordinaire dans un grand hôtel parisien, sa succession de menues brimades, de bassesses vénielles, de cruautés feutrées. L’exactitude clinique du constat et la fluidité avec laquelle la caméra accompagne cette initiation négative concourent à la libre et haletante inscription d’une jeune femme dans l’univers du travail, du temps vrai. Quant à la gracieuse Virginie Ledoyen, elle impose un somnambulisme habité et apporte une belle épaisseur à un personnage qui glisse vers l’indifférence et s’inflige une espèce de dépersonnalisation pour ne pas subir la morsure de l’existence. 4/6

Sauvage innocence (Philippe Garrel, 2001)
Une fois de plus, le cinéaste jette un pont au-dessus du vide que jettent à jamais certaines absences. Il évite ici les voies balisées qui menacent de l’entraîner dans les impasses du psychologisme lugubre et de la métaphore poids lourds sur les liaisons adultères entre le réel et sa fiction, et recourt au film dans le film afin de révéler la fêlure ontologique des personnages et leur cheminement inéluctable. Celui d’un manipulateur des ombres concluant un pacte faustien avec un ténébreux dealer : obnubilé par le désir de tourner l’histoire d’une précédente liaison, il n’est alors plus que le témoin aveugle du naufrage de sa présente compagne (fragile et émouvante Julia Faure). Le dépouillement désarmant de ce requiem intime touche comme une sanglot retenu qui, sans colère, éclate enfin. 4/6

La chevauchée sauvage (Richard Brooks, 1975)
Comblant une étape intermédiaire et complétant une peinture néo-industrielle de l’Ouest, le film se déroule significativement au début du XXème siècle et décrit l’après de la conquête, la disparition du cow-boy, la fin d’une aventure devenue spectacle dont les signes pervertissent la signification sans en altérer l’apparence. L’action suffit ici à exprimer le sens, l’image en dit autant que le dialogue, même si le réalisateur ne peut s’empêcher de vouloir expliciter (les ralentis) ou si le récit s’en remet parfois un peu trop à sa stricte fonctionnalité. Et bien que l’humanisme idéaliste de Brooks se teinte de scepticisme, sa célébration sans emphase de l’amitié, de la solidarité, de la loyauté, de l’amour des hommes, de la terre et des chevaux, offre son charme à ce western mâtiné, truculent et sincère. 4/6

Tout de suite maintenant (Pascal Bonitzer, 2016)
Avec son écriture affûtée, son savant réseau relationnel et ses répliques comme des flèches acérées, le film rappelle que Bonitzer fut d’abord scénariste avant d’être réalisateur. Ce savoir-faire éprouvé concourt à faire passer la pilule d’une vision assez convenue du monde impitoyable du capitalisme sauvage. Il jette également un semblant de nuance sur un petit théâtre de la méchanceté, de la bassesse et de la mesquinerie, un jeu assez sinistre de l’humiliation généralisée où les vieux, dépressifs, salauds, névrosés, cultivent leur dégoût de soi en entretenant leur mépris des autres, et où les jeunes, naïfs et ambitieux, essaient tant bien que mal de rester intègres en morale et en amour. Sans convaincre pleinement, et même avec l’impression de l’avoir vu cent fois (en mieux), le tableau social accroche. 3/6

Les félins (René Clément, 1964)
Au départ, un scénario assez invraisemblable de type série noire à base de gangsters très méchants qui disparaissent puis reviennent, de jolies filles qui ont l’air bête mais sont malignes comme des chouettes, de jeune premier qui semble intelligent mais s’avère le dindon de la farce, de tiroirs secrets, de malles à double fond et autres miroirs sans tain. Deux hommes-objet dont l’un prendra malgré lui la place de l’autre, deux femmes orchestrant de machiavéliques machinations : une vraie salade niçoise, à laquelle Clément apporte une sorte d’énorme plus-value baroque, refusant le jeu de l’économie et creusant toujours les implications de l’affaire, quelque chose comme un suspense grinçant et absurde autour de la liberté illusoire, de la hantise de la claustration, de l’individu prisonnier de son destin. 5/6
Top 10 Année 1964

Le monde de Dory (Andrew Stanton & Angus MacLane, 2016)
Il suffit de quelques secondes pour être conquis par les personnages de cette suite-remake, et d’à peine plus de temps pour comprendre qu’elle ne sera pas à la hauteur du premier volet. Car à s’en remettre avec une facilité un peu roublarde à certains automatismes, à limiter les risques au profit d’une écriture frisant la paresse (le recours aux flash-backs qui assaillent l’héroïne amnésique pour faire avancer l’histoire), les réalisateurs accouchent d’une aventure sur courant alternatif, mais dont la canonique sensibilité garantit néanmoins un vrai plaisir. Vertu constante du studio qui, même lorsqu’il flirte avec la sensiblerie ou gratte un sillon déjà bien creusé, parvient à séduire par la cocasserie de ses situations, le développement de ses thématiques, et sa faculté à les structurer dans des couches sous-jacentes. 4/6

Le choix du destin (Paul Verhoeven, 1977)
Aux commandes de la production la plus imposante procréée jusqu’alors par le cinéma néerlandais, le réalisateur lisse sensiblement son inspiration et rassemble dans un cadre qui lui est cher tous les ingrédients romanesques de ce qui, pendant trop longtemps, ne relève que d’un téléfilm de luxe. Amitiés contrariées, destins ballotés par l’Histoire, trahisons, relances et retournements dramatiques, louvoiements de l’intégrité et de la compromission… Rien ne manque à cette fresque moins réaliste que rocambolesque, si ce n’est l’essentiel : l’ironie cinglante, le goût du clair-obscur, l’ambigüité constitutive formant une vision du monde d’ordinaire imperméable aux conventions. La dernière heure a beau retrouver en partie cet esprit, il faudra attendre Black Book pour voir le grand film sur le sujet. 3/6[/justify]

Édouard et Caroline (Jacques Becker, 1951)
Film d’énergie, de rythme, de jeu sur un prétexte infime, film faisant en somme toute une fiction d’un rien. Becker donne ici une vraie équivalence à la comédie américaine enlevée, tonique, pétillante, celle notamment de Lubitsch. Pas d’archétype ni même de vision sociale, plutôt une attention exacte au langage des personnages, au monde dans lequel ils vivent, une précision d’entomologiste fondée sur des objets (un gilet, une robe à la mode), une temporalité de la structure et non du style (cinq petits actes répartis entre l’appartement et la luxueuse résidence de l’oncle). Et pour brocher la satire malicieuse des mœurs bourgeoises à l’amour triomphant de ses jeunes héros après leur brouille d’un soir, rien de tel que ce côté cancanier de la vie, dont le cinéaste sait fixer le cours par pur plaisir de cinéma. 4/6


Et aussi :

A war (Tobias Lindholm, 2015) - 5/6
La loi de la jungle (Antonin Peretjatko, 2016) - 4/6
The witch (Robert Eggers, 2015) - 5/6
Diamant noir (Arthur Harari, 2016) - 4/6
Love and friendship (Whit Stillman, 2016) - 4/6
La tortue rouge (Michaël Dudok de Wit, 2016) - 5/6


Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2016 - Elle (Paul Verhoeven, 2016)
Avril 2016 - La pyramide humaine (Jean Rouch, 1961)
Mars 2016 - The assassin (Hou Hsiao-hsien, 2015)
Février 2016Le démon des femmes (Robert Aldrich, 1968)
Janvier 2016La Commune (Paris 1871) (Peter Watkins, 2000)
Décembre 2015Mia madre (Nanni Moretti, 2015)
Novembre 2015Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)
Octobre 2015Voyage à deux (Stanley Donen, 1967)
Septembre 2015Une histoire simple (Claude Sautet, 1978)
Août 2015La Marseillaise (Jean Renoir, 1938)
Juillet 2015Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, 2007)
Juin 2015Vice-versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015) Top 100
Mai 2015Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014Zardoz (Sean Connery, 1974)
Septembre 2014Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014Le prix d’un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 201412 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013L’arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013La randonnée (Nicolas Roeg, 1971)
Juillet 2013Le monde d’Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013Chronique d’un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 – Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013L’heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 – Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 – Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 – Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 – Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 – Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 – Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 – Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 – Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 – Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 – L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 – L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 – Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 – Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 – L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 – Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 – Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 – Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 – L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13023
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Demi-Lune » 30 juin 16, 15:38

Thaddeus a écrit :
1. The Witch (Robert Eggers, 2015)

Good job.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5148
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 30 juin 16, 15:53

8)

Résonne encore à mes oreilles le cliquetis provoqué par les éperons de ces deux bottes infernales, que l'on voit marcher à la fin du film. L'art du saut de foi à son maximum.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13023
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Demi-Lune » 30 juin 16, 15:55

Comme tu as l'air d'avoir un peu de temps devant toi, je ressors ma phrase d'usage : "le topic te tend les bras". :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5148
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 30 juin 16, 16:04

J'ai déjà épuisé mon temps imparti pour la journée.

(affirma-t-il lâchement...)

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42475
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Flol » 30 juin 16, 16:12

Etonnamment, ce sont 2 documentaires qui arrivent en tête de mon classement du mois, suivis de près par du Werner (narmol), du Refn en mode fluo et un immense James Caan en accro au jeu :

1.
Image
Amy - Asif Kapadia

2.
Image
Cartel Land - Matthew Heineman

3.
Image
La Grande Extase du sculpteur sur bois Steiner - Werner Herzog

4.
Image
The Neon Demon - Nicolas Winding Refn

5.
Image
The Gambler - Karel Reisz

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14734
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Père Jules » 30 juin 16, 17:08

Sauf bouleversement de dernière minute, mon top 3 du mois devrait ressembler à cela.

Image
1. Bienvenue Mister Chance (Hal Ashby, 1979)

Image
2. A chacun son dû (Elio Petri, 1967)

Image
3. Master and Commander: De l'autre côté du monde (Peter Weir, 2003) redécouverte

Pour le reste, c'est ici viewtopic.php?p=2556480#p2556480

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Anorya » 30 juin 16, 17:17

Mon top de juin



Image
1. La tortue rouge - Michael Dudok de Wit



Image
2. The witch - Robert Eggers



Image
3. Il était une fois la révolution - Sergio Leone


Image
4. Comme un avion - Bruno Podalydès



Image
5. Angoisse - Bigas Luna



======




Mentions spéciales :



Image
Image
Image
Image

aelita
Accessoiriste
Messages : 1769
Inscription : 28 déc. 13, 18:34

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar aelita » 30 juin 16, 17:48

un mois un peu moins fourni en films que mai ("que" 45 films découverts...), mais comportant de belles découvertes. Il m'a été difficile de classer les films et de désigner un lauréat. Finalement c'est le film de Zanussi qui remporte (de peu) le titre. Ce qui donne
Film du mois La Constante (Krzysztof Zanussi), suivi de :
2. Trente minutes de sursis (Sydney Pollack)
3. Apprentice (Boo Junfeng)
4. Insiang (Lino Brocka)
5. Parle avec elle (Pedro Almodovar)
6. Jardins de pierre (Francis Ford Coppola)
7. La famille Fenouillard (Yves Robert)
8. Love and friendship (Whit Stillman)
9. Folles de joie (Paolo Virzi)
10. Le mystérieux docteur Clitterhouse (Anatole Litvak)
11. Tender comrade (Edward Dmytryk)
Dernière édition par aelita le 30 juin 16, 18:23, édité 2 fois.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42475
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Flol » 30 juin 16, 17:56

Et je viens de me rendre compte que j'ai totalement oublié de citer Love & Friendship de Stillman...

Image

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22812
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar AtCloseRange » 30 juin 16, 18:12

C'est quand même vachement plus simple de choisir lorsqu'on a vu 2 films...
Donc

Image
Image

aelita
Accessoiriste
Messages : 1769
Inscription : 28 déc. 13, 18:34

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar aelita » 30 juin 16, 18:24

Et tu as eu la chance de voir au moins un bon film sur les deux... (c'était quoi, l'autre ?)
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22812
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar AtCloseRange » 30 juin 16, 18:34

Maniac Cop 2 et c'était pas mal non plus.
Un bon mois donc.
Image

Avatar de l’utilisateur
nobody smith
Monteur
Messages : 4534
Inscription : 13 déc. 07, 19:24

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar nobody smith » 30 juin 16, 19:04

Mois dominé par la découverte de Douglas Sirk avec deux mélodrames de fort belle qualité. Pas loin derrière il y a un joli doublé sur la sorcellerie avec deux œuvres très différentes mais finalement complémentaire. Et on conclu avec un fort charmant exercice de style mené par un Walter Hill en grande forme.

1/ Tout Ce Que Le Ciel Permet - Douglas Sirk
Image

2/ Le Temps D’aimer Et Le Temps De Mourir - Douglas Sirk
Image

3/ Belladonna - Eiichi Yamamoto
Image

4/ The Witch - Robert Eggers
Image

5/ Driver - Walter Hill
Image
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image

Avatar de l’utilisateur
C2302t
Doublure lumière
Messages : 561
Inscription : 30 nov. 13, 17:40

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar C2302t » 30 juin 16, 19:50

Apres une lutte acharnée(dans ma tête), pour désigner mon film de juin, j'ai gardé celui dont il me reste le plus de scènes en tête.
Donc mon top 5
1 Silmido de kang wu seok
2 Comanche station de budd boetticher
3 3 camarades de Franck borzage
4 winchester 73 d'anthony mann
5 le désordre et la nuit de Gilles grangier