Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 19951
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jack Carter » 30 nov. 15, 08:59

Je basculerai le ou les film vus aujourd'hui sur decembre ( :oops: :lol: )

37 films vus, enfin un film americain couronné cette année.

Voici mon top 5

1.
Image

2.
Image

3.
Image

4.
Image

5.
Image


le mois complet :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Film du mois

Image

Novembre

Queen of earth (Queen of earth) / Alex Ross Perry / 2015 : 8 *
L'Idiot (Durak) / Yuri Bykov / 2014 / 8 *
Le Dossier Adams (The Thin Blue Line) / Errol Morris / 1988 : 8

L'Ame soeur (Höhenfeuer) / Fredi Murer / 1985 : 7.5
Notre petite soeur (Unilmachi Diary) / Hirokazu Kore-Eda / 2014 : 7.5 *
Mommy / Xavier Dolan / 2014 : 7.5
Le Boxeur et la mort (Boxer a smrt) / Peter Solan / 1962 : 7.5
Hitchcock/Truffaut / Kent Jones / 2015 : 7.5

Eating Raoul (Eating Raoul) / Paul Bartel / 1982 : 7
Vigil (Vigil) / Vincent Ward / 1984 : 7

Le Medecin de famille (Wakolda) / Lucia Puenzo / 2013 : 6.5
Hell's highway (Hell's highway) / Rowland Brown / 1932 : 6.5
Borgman (Borgman) / Alex Van Warmerdam / 2013 : 6.5
Mort d'un pourri / Georges Lautner / 1977 : 6.5
Les Envoutés (The Believers) / John Schlesinger / 1987 : 6.5
Mona Lisa (Mona Lisa) / Neil Jordan / 1986 : 6.5
L'Eventail de Lady Windermere (The Fan) / Otto Preminger / 1949 : 6.5
La Guerre des otages (The Human Factor) / Otto Preminger / 1979 : 6.5

Je ne regrette rien de ma jeunesse (Waga Seishun Ni Kuinashi) / Akira Kurosawa / 1946 : 6
Hello, Sister ! (Hello, Sister !) / Erich von Stroheim, Alan Crosland, Alfred Werker et Raoul Walsh / 1933 : 6
Maigret voit rouge / Gilles Grangier / 1963 : [b]6[/b]
L'Aigle et le vautour (The Eagle and the Hawk) / Lewis Foster / 1950 : 6

Les Rendez-vous d'Anna / Chantal Akerman / 1978 : 5.5
Marge d'erreur (Margin for error) / Otto Preminger / 1943 : 5.5
Des Amis comme les miens (Such good friends) / Otto Preminger / 1971 : 5.5 *
Hotel du Nord / Marcel Carné / 1938 : 5.5
This is not a love story (Me and Earl and the dying girl) / Alfonso Gomez-Rejon / 2015 : 5.5 *

Spectre (Spectre) / Sam Mendes / 2015 : 5 *

Jude (Jude) / Michael Winterbottom / 1996 : 4.5
Faute de preuves (Under suspicion) / Simon Moore / 1991 : 4.5

La Ligne de mire / Jean-Daniel Pollet / 1959 : 4
Quadrille d'amour (Centennial summer) / Otto Preminger / 1946 : 4
Le Jeu du faucon (The Falcon and the Snowman) / John Schlesinger / 1985 : 4

Le Plus dignement (Ichiban utsukushiku) / Akira Kurosawa / 1944 : 3.5
Macbeth (Macbeth) / Justin Kurzel / 2015 : 3.5 *

I want you (I want you) / Michael Winterbottom / 1998 : 3

Knight of cups (Knight of cups) / Terrence Malick / 2015 : 2.5 *



Series

Justified saison 6 (finale) : en cours (8 epis.)
Au service de la France saison 1 : en cours (8 epis.)
Walking Dead saison 6 : en cours (7 epis.)
Manhattan saison 2 : en cours (5 epis.)
The Knick saison 2 : en cours (4 epis.)
The Leftovers saison 2 : en cours (4 epis.)
Mad Men saison 7 1ere partie : en cours (3 epis.)


notes sur 10
* vu en salles
en noir : films decouverts
en marron : films redecouverts
en rouge : films revus

Avatar de l’utilisateur
MJ
Conseiller conjugal
Messages : 11249
Inscription : 17 mai 05, 19:59
Localisation : Chez Carlotta

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar MJ » 30 nov. 15, 10:01

En mettant de côté les découvertes séries (Top of the Lake, The Strain) et des Rivette/Oliveira que je ne départage pas vraiment, va pour ces cinq mises en avant...

Mistress America (Noah Baumbach)

Image

L'Enfer est à lui (Raoul Walsh)

Image

Le Soleil (Alexandre Sokourov)

Image

The Black Cat (Edgar G. Ulmer)

Image

Brumes d'Automne (Dimitri Kirsanoff)

Image

Le reste par ici:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Trainwreck (Judd Apatow) 6/10
Cartel (Ridley Scott) 6/10
Histoire de Marie et Julien (Jacques Rivette) 7.5/10
36 Vues du Pic Saint-Loup (Jacques Rivette) 6/10
La Lettre (Manoel de Oliveira) 7/10
Big Brown Eyes (Raoul Walsh) 7/10
Brumes d'Automne (Dimitri Kirsanoff) 7.5/10
Memphis (Tim Sutton) 7/10
The Wire - Saison 4 (David Simon) 8.5/10
Phantasm (Don Coscarelli) 6.5/10
L'Enfer est à lui (Raoul Walsh) 9/10
Belle Toujours (Manoel de Oliveira) 7/10
Ne touchez pas à la hache (Jacques Rivette) 7.5/10
X-Men 3 (Brett Ratner) 5/10
Tout ce que ciel permet (Douglas Sirk - revu) 9/10
Tous les autres s'appellent Ali (Rainer Werner Fassbinder - revu) 9/10
Les nouvelles aventures d'Aladin (Arthur Benzaquen) 1/10
Top of the Lake - Saison 1 (Jane Campion & Gerard Lee) 7.5/10
The Strain - Saison 1 (Guillermo Del Toro & Chuck Hogan) 7.5/10
Mimic - Director's Cut (Guillermo Del Toro) 6.5/10
Crimson Peak (Guillermo Del Toro) 4.5/10
Project Greenlight - Saison 4 (Alex Keledjian) 6.5/10
Vingt-Quatre Heures (Marion Gering) 7/10
Je rentre à la maison (Manoel de Oliveira) 7.5/10
Noroît (Jacques Rivette) 5.5/10
Digging For Fire (Joe Swanberg) 7/10
Les Favoris de la Lune (Otar Iosseliani) 4/10
Bataille sans merci (Raoul Walsh) 6/10
The Black Cat (Edgar G. Ulmer) 8/10
Master of None - Saison 1 (Aziz Ansari & Alan Yang) 6/10
The Lazarus Effect (David Gelb) 6/10
Meadowland (Reed Morano) 2.5/10
The Roaring Twenties (Raoul Walsh) 8/10
Tirez sur le pianiste (François Truffaut) 7.5/10
Le Soleil (Alexandre Sokourov) 7.5/10
While She Was Out (Susan Montford) 5/10
Splice (Vincenzo Natali) 3/10
Red Oaks - Saison 1 (David Gordon Green) 4/10
Confusion (Laurent Nègre) 2/10
Mon Roi (Maïwenn) 2/10
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5153
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 30 nov. 15, 10:54

Film du mois de novembre 2015



Triste mois, à l'image de sa morose actualité, où je ne suis même pas capable de trouver un film avec une note décente. Ça ne m'était jamais arrivé. Focus sur un épatant film d'animation auquel j'aurais néanmoins pu accorder un point de plus.


1. Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)


Image


2. Maudite Aphrodite (Woody Allen, 1995)


Image


3. Panique à Needle Park (Jerry Schatzberg, 1971)


Image



Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Panique à Needle Park (Jerry Schatzberg, 1971)
Pour cette nouvelle plongée dans la détresse humaine, le réalisateur autopsie la descente aux enfers d’un couple de toxicomanes dans la mégalopole new-yorkaise. Milieu hostile peuplé de dealers, de drogués, d’indics, de prostituées, de petits truands, horizon d’extranéité qui explique et conforte le repli maladif d’êtres condamnés par la misère bétonnée du West Side de Mahattan. Le réalisme cru du tableau (avec quelques plans de piqûres bien insoutenables) est aussi empreint de chaleur et de compassion : l’autarcie de la mise en scène nous oblige ainsi à revoir constamment nos repères, et le monde, sa facticité, le désarroi des personnages, le travail des acteurs s’en trouvent éclairés, saisis par une lumière qui met en valeur leurs évolutions. Un film glauque, dur, mais intègre et généreux à sa manière. 4/6

Maudite Aphrodite (Woody Allen, 1995)
Entre New York et le temple de Taormine, l’esprit souffle, les imbroglios amoureux s’entremêlent, les destins se dénouent. Les dieux ne jouent pas à cache-cache, ils interviennent à tout moment déguisés en chœur antique, ils pensent, critiquent, participent et aident. Fil rouge d’un film que l’on peut qualifier de mineur, mais en précisant que Woody est comme les bons crus : ses petites années restent bien supérieures à tout ce que l’on peut trouver ailleurs. Chroniqueur du désarroi, il bouscule son ordinaire d’éléments disparates, grignote en gags oratoires ce qu’il gagne en polyphonie, et offre une malicieuse comédie sur l’incomplétude, la frustration, la paternité, les jeux du destin et du hasard, qui arbore de bien jolies couleurs. Quant à l’épatante Mira Sorvino, elle fait une adorable gourde. 4/6

L’homme qui aimait les femmes (François Truffaut, 1977)
Truffaut a sans doute voulu réaliser le portrait d’un suicidaire voluptueux qui cambriolerait la féminité presque malgré lui, d’un séducteur peu brillantiné dont la gravité du regard, la solitude conquérante, les gestes d’oiseaux aux aguets traduiraient le caractère marginal et passionné. Mais son héros apparaît davantage comme un adolescent immature emprisonné dans un corps d’adulte, et dont l’obsession fétichiste pour les jambes du beau sexe, la quête d’un idéal féminin resté bloqué au stade de l’Œdipe et le donjuanisme irréversible relèvent davantage de la pathologie. Le fait que toutes ces dames lui succombent, et que le cinéaste cherche à rendre belle et poétique son obsession de chasseur fragile, accentuent la vague antipathie que dégage ce film pourtant alerte et brillant, d’un cynisme pathétique. 3/6

Spéciale première (Billy Wilder, 1974)
Nouvelle adaptation de la pièce que Hawks avait si brillamment portée à l’écran, cette satire féroce du métier de journaliste réactive la rosserie caractéristique qui permet au cinéaste de brosser, film après film, un panorama de l’Amérique dont la virulence a rarement été égalée par ses concitoyens "de souche". Circonscrite dans un quasi huis-clos que le réalisateur exploite avec une minutie épidermique, elle mitraille en tous sens, stigmatise l’opportunisme cynique de la presse, l’incompétence des forces de l’ordre, la veulerie de la classe politique, et ne réserve son peu de tendresse qu’à une figure de prostituée au grand cœur. Même l’amitié et l’amour sont des valeurs sans avenir dans un tel milieu : constat sarcastique que le rythme sans faille et l’efficacité comique de l’ensemble rendent savoureux. 4/6

L’hermine (Christian Vincent, 2015)
Étrange hybridation à laquelle se livre ce film résolument en mode mineur, pourtant prudent comme un mère sortant ses petits et prévisible comme les douze coups de midi : croiser le déroulement d’un banal procès d’assises et l’hésitante aventure sentimentale du juge bougon qui mène les audiences. Si ce n’était une écriture précise sachant éviter les fausses notes à un récit qui lui prête le flanc (la galerie des gens modestes du Nord frise par instants la typologie sociologique), on se saurait trop sur quel pied danser. Car entre le drame juridique façon Douze Hommes en colère, la comédie romantique à l’étouffé et le portrait d’un homme sans qualités qu’un sursaut du cœur vient tardivement animer, les registres papillonnent sans jamais se fixer, atténuant l’intérêt de chacun d’entre eux. 3/6

21 nuits avec Pattie (Arnaud & Jean-Marie Larrieu, 2015)
Le cinéma des Larrieu est habité par une soif d’absolu héritée des surréalistes mais passée par le filtre des révolutions sexuelles des années 60. Et l’aventure de cette jolie quadra timorée (Isabelle Carré, toujours aussi charmante) parmi les joyeux libertins lubriques du Midi agit comme un précipité licencieux de leur poétique. On y parle crûment, avec une verdeur iconoclaste, des élans du corps, on y croise des personnages sympathiques aussi troubles qu’amusants, on court après la dépouille d’une morte qui fait le mur, on s’immerge dans les eaux d’un épicurisme salace relevé d’un soupçon de fantastique provincial. La fraîcheur et la fantaisie bucoliques de l’ensemble sont assez contagieuses, agissant comme une régénérescence par la nature, une thérapie douce pour la réappropriation du désir. 4/6

Knight of cups (Terrence Malick, 2015)
Ce que l’on pouvait redouter a finir par se produire : la centrifugeuse malickienne est devenue une machine à produire de splendides images, qui tourne sur elle-même comme un derviche cinglé pour exploser en plein vol. Pas une seconde on ne doute que le Texan soit derrière la caméra, ce qui constitue ici, contrairement à une théorie répandue, un sérieux problème. Larguant définitivement les amarres de toute accroche narrative ou dramatique au profit d’une épuisante hémorragie visuelle, parfois très saisissante dans sa capacité à saisir une effervescence, une frénésie, un morcellement très contemporain, l’œuvre s’offre comme un long flux ectoplasmique de vsions-clichés, de silhouettes vides, de ruminations ésotériques, dont les préoccupations existentielles flirtent dangereusement avec l’ego-trip. 3/6

La charge de la brigade légère (Tony Richardson, 1968)
Loin de la version exaltée de Michael Curtiz, le cinéaste britannique s’éloigne de toute glorification et, conforme à sa personnalité sarcastique autant qu’à l’esprit de dénonciation critique qui anime son époque, apporte sa voix à la série de pamphlets antimilitaristes dont Les Sentiers de la Gloire est le jalon le plus définitif. Les manœuvres guerrières ne traduisent ici que pantalonnades d’officiers crétins et grotesques, querelles d’ego entre badernes irresponsables, confits de suffisance et de bêtise, à la solde d’un Empire victorien dont l’impérialisme est sévèrement embroché. Le réquisitoire n’hésite pas à flirter avec la satire, nourri par quelques épisodes animés assez cocasses d’ironie grinçante, et ne retient du conflit que la souffrance des hommes, le choléra, l’absence de logique et de responsabilité. 4/6


Et aussi :

L'image manquante (Rithy Panh, 2013) - 4/6
The lobster (Yorgos Lanthimos, 2015) - 4/6
Le bouton de nacre (Patricia Guzman, 2015) - 4/6
Le fils de Saul (Laszlo Nemes, 2015) - 4/6
Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015) - 4/6
La cabinet du docteur Caligari (Robert Wiene, 1920) - 4/6
Une nuit à l'opéra (Sam Wood, 1935) - 2/6
The other side (Roberto Minervini, 2015) - 4/6



Image



Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Octobre 2015Voyage à deux (Stanley Donen, 1967)
Septembre 2015Une histoire simple (Claude Sautet, 1978)
Août 2015La Marseillaise (Jean Renoir, 1938)
Juillet 2015Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, 2007)
Juin 2015Vice-versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015) Top 100
Mai 2015Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014Zardoz (Sean Connery, 1974)
Septembre 2014Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014Le prix d’un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 201412 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013L’arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013La randonnée (Nicolas Roeg, 1971)
Juillet 2013Le monde d’Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013Chronique d’un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 – Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013L’heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 – Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 – Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 – Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 – Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 – Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 – Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 – Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 – Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 – Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 – L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 – L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 – Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 – Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 – L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 – Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 – Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 – Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 – L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 11 mars 17, 17:23, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Anorya » 30 nov. 15, 12:12

Thaddeus a écrit :
Film du mois de novembre 2015



Triste mois, à l'image de sa morose actualité, où je ne suis même pas capable de trouver un film avec une note décente. Ça ne m'était jamais arrivé. Focus sur un épatant film d'animation auquel j'aurais néanmoins pu accorder un point de plus.


[center]1. Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)


Image


J'approuve totalement ! :D
Image

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2668
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Harkento » 30 nov. 15, 15:01

Dernier prétendant :

Image

Lila dit ça (2004) de Ziad Doueiri

Un film qui montre finalement peu mais qui dit beaucoup. Ce n'est clairement pas le film du mois, mais le réal parvient à parler de masque, de représentation, du désir et des moeurs avec une légèreté et une dimension sociologique qui rend le film tout à fait sympathique et captivant sans jamais injecter une quelconque morale. Et tant pis si la fin est plus convenu ! Et merci Anorya pour le gif qui m'a donné envie de voir le film ! :wink: (depuis le temps que je voulais le voir en même temps)

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Anorya » 30 nov. 15, 15:37

Harkento a écrit :Dernier prétendant :

Image

Lila dit ça (2004) de Ziad Doueiri

Un film qui montre finalement peu mais qui dit beaucoup. Ce n'est clairement pas le film du mois, mais le réal parvient à parler de masque, de représentation, du désir et des moeurs avec une légèreté et une dimension sociologique qui rend le film tout à fait sympathique et captivant sans jamais injecter une quelconque morale. Et tant pis si la fin est plus convenu ! Et merci Anorya pour le gif qui m'a donné envie de voir le film ! :wink: (depuis le temps que je voulais le voir en même temps)


C'est Vahina Giocante qu'il faut remercier à ce stade. :wink:
Et il faut que tu ailles vite voir Avril et le monde truqué. Demi-Lune ne l'a même pas vu ce qui ne peux que signifier que c'est très bien. :D :mrgreen:
Pardon mais il le fallait. :oops:
Image

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2668
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Harkento » 30 nov. 15, 15:53

Anorya a écrit :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Harkento a écrit :Dernier prétendant :

Image

Lila dit ça (2004) de Ziad Doueiri

Un film qui montre finalement peu mais qui dit beaucoup. Ce n'est clairement pas le film du mois, mais le réal parvient à parler de masque, de représentation, du désir et des moeurs avec une légèreté et une dimension sociologique qui rend le film tout à fait sympathique et captivant sans jamais injecter une quelconque morale. Et tant pis si la fin est plus convenu ! Et merci Anorya pour le gif qui m'a donné envie de voir le film ! :wink: (depuis le temps que je voulais le voir en même temps)


C'est Vahina Giocante qu'il faut remercier à ce stade. :wink:


Ouais, j'y ai pensé, mais ça aurait été trop facile (... j'avoue avoir été tenté parce que .... Vahina quoi .... surtout que quand elle 'dit ça', ça me fait tout chose :oops: )

Et il faut que tu ailles vite voir Avril et le monde truqué. Demi-Lune ne l'a même pas vu ce qui ne peux que signifier que c'est très bien. :D :mrgreen:
Pardon mais il le fallait. :oops:


On verra ça ce week-end ...

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47763
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Boubakar » 30 nov. 15, 16:37

Mon film du mois :

Image

Vincere (Marco Bellocchio)

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2668
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Harkento » 30 nov. 15, 16:41

Un bon mois de novembre et un top 10 qui représente farpaitement le cinéma que j'aime :

1.Barberousse (Akira Kurosawa)
Image

2. Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper) - Totalement redécouvert et une séance vraiment éprouvante ! :shock:
Image

3. Rendez-vous de juillet (Jacques Becker)
Image

4. Capitaine Conan (Bertrand Tavernier)
Image

5. La légende du pianiste sur l’océan (Guiseppe Tornatore)
Image

6. Kiki la petite sorcière (Hayao Miyazaki) - Revu
Image

7. Prologue (Lloyd Bacon)
Image

8. Le prince et l’arnaqueur (Liu Chia-Liang)
Image

9. L’ours et la poupée (Michel Deville)
Image

10. Lila dit ça (Ziad Doueiri)
Image

Mais aussi : viewtopic.php?f=3&t=36715&p=2519244#p2519244

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 19951
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jack Carter » 30 nov. 15, 16:43

Boubakar a écrit :Mon film du mois :

Image

Vincere (Marco Bellocchio)

Tres bon choix, Boubakar :D

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2668
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Harkento » 30 nov. 15, 16:59

Jack Carter a écrit :
Boubakar a écrit :Mon film du mois :

Image

Vincere (Marco Bellocchio)

Tres bon choix, Boubakar :D


Tout pareil ! :)

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22041
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar cinephage » 30 nov. 15, 17:47

Bilan d'un mois assez riche, je dois dire...
1 La vie passionnée de Vincent van Gogh, de Vincente Minelli (Lust for Life, 1956)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Un film qui parvient à restituer le parcours d'un grand créateur en inscrivant son parcours artistique dans un biopic passionnant et plastiquement magnifique.

2 Le garçon et la bête, de Mamoru Hosoda (Bakemono no ko, 2015)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Un récit d'apprentissage aussi émouvant que visuellement passionnant. Vraiment un très grand film.

3 The long good friday, de David McKenzie (1980)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Un polar anglais porté par un Bob Hoskins impérial, aussi noir qu'attachant. Je n'ose dire que c'est une gemme cachée, parce que le film est assez connu, mais il ne l'est pas assez, à mon avis.

4 Evolution, de Lucille Hadzihalilovic (2015)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Ce très beau film fantastique troublant et envoutant restera un des grands moment de mon mois cinéphile, tant pour sa force esthétique que pour sa richesse thématique. C'est un film qui appelle un second visionnage...

5 Notre petite soeur, de Hirokazu Kore-Eda (Umimachi Diary, 2015)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Cette très belle adaptation d'une bande dessinée, dans laquelle le réalisateur parvient à insérer ses propres thématiques dans un récit lumineux qui donne chaud au coeur.

Derrière, encore une floppée de titres moins parfaits mais néanmoins très recommandables :
Places in the heart, de Robert Benton (1984) pour la photo extraordinaire de Nestor Almendros
Le fils de Saul, de Laszlo Nemes (2015) pour la force de son dispositif narratif et sa bande son d'une force incroyable
Loin de la foule déchainée, de Thomas Vinterberg (2015) pour son romantisme échevelé
Scream Girl , de Todd Strauss-Schulson (2015) pour son coté ludique "méta" entremêlé d'une véritable émotion
Le complexe de Frankenstein, de Gilles Penso & Alexandre Poncet (2015) qui s'annonce d'ores et déja comme LE film de référence pour ce sujet
Bridgend, de Jeppe Rønde (2015), autre découverte du PIFFF qui hante son spectateur pour un sacré bout de temps...
Les hommes le dimanche, de Curt Siodmak, Robert Siodmak, Edgar G. Ulmer, Fred Zinnemann & Rochus Gliese (1930), pour la beauté de ses plans rapprochés...
Headhunters, de Morten Tyldum (2011) pour son scénario bien fichu et son humour qui frise l'absurde par moments
Polytechnique, de Denis Villeneuve (2009) pour beaucoup de choses...

Une révision, Automata de Gabe Ibanez, me confirme le bien que je pense de ce petit film de genre sur l'intelligence artificielle, qui aurait franchement mérité une sortie en salle...
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 19951
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jack Carter » 30 nov. 15, 17:50

Hate de voir le nouveau Hosoda :D

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85771
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jeremy Fox » 30 nov. 15, 17:52

Rendons à Minnelli... :wink:

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22041
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar cinephage » 30 nov. 15, 18:14

Jack Carter a écrit :Hate de voir le nouveau Hosoda :D


C'est Gaumont qui a acquis les droits du film, donc je pense que tu pourras le voir facilement à sa sortie. :wink:
Il était même prévu, au PIFFF, que Hosoda vienne en personne présenter le film, mais les évènements du 13 novembre l'ont fait rester au Japon, pour des histoires d'assurance... :|
Quoi qu'il en soit, le film est hautement recommandable. Le récit et la caractérisation en sont vraiment très réussis, et visuellement, le film est à tomber, avec un sens visuel qui intervient partout dans le film.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos