Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22858
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar AtCloseRange » 18 mars 11, 11:18

Wagner a écrit :Psychose, ce n'est pas Sixième sens de Shyamalan, il y a une mise en scène.

C'est bizarre, les films de Shyamalan (enfin avant ses derniers films) sont justement parmi ceux qui supportent le mieux de nouvelles visions tant leur mise en scène est brillante (au-delà de toute histoire de twist).
Image

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9467
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Lord Henry » 18 mars 11, 11:28

Demi-Lune a écrit :Celui-ci ?

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image


non plutôt celui-ci - ils ne sont pas situés respectivement au même moment dans chacun des films:

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image


Sans être absolument à l'identique - Psychose va beaucoup plus loin, les deux plans sont similaires et surtout ils sont amenés d'une façon suffisamment proche pour que la comparaison saute à l'esprit.
Image

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9467
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Lord Henry » 18 mars 11, 11:40

riqueuniee a écrit :De qui et avec qio, ce film british ?


Le film est aussi connu sous son titre américain, Horror Hotel. C'est l'une des rares réalisations cinématographiques de John Moxey, un metteur en scène anglais qui s'est construit une solide réputation en officiant à la télévision outre-atlantique.

Image

Avatar de l’utilisateur
Hitchcock
Electro
Messages : 967
Inscription : 9 déc. 13, 13:34
Localisation : Londres

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Hitchcock » 14 janv. 14, 17:51

J'imagine que certains d'entre vous connaissent déjà, mais je viens de découvrir cette petite pépite sur Youtube. Il s'agit de Psychose à l'envers : la vidéo commence donc par "The End" et se termine par le générique de début ! Je trouve que c'est extrêmement bien fait, même les voix ont été renversés ce qui fait que le dialogue est incompréhensible.

La scène de la douche est encore plus horrible, je trouve, et le meurtre d'Arbogast est tout simplement fascinant. Je vous conseille vraiment de voir ces deux scènes, véritables pépites.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Federico » 14 janv. 14, 19:10

Ça devient du Bergman ! :shock: :lol:
Et la séquence où Perkins regarde s'enliser la voiture en fait un meilleur élève de Maître Yoda que reklawykS ekuL :mrgreen:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Hitchcock
Electro
Messages : 967
Inscription : 9 déc. 13, 13:34
Localisation : Londres

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Hitchcock » 15 janv. 14, 18:34

Oui et puis il y a des scènes qui frisent l'absurde et le ridicule ! Genre Janet Leigh se fait attaquer puis reprend sa douche comme si de rien n'était ! :D

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Federico » 15 janv. 14, 19:24

Hitchcock a écrit :Oui et puis il y a des scènes qui frisent l'absurde et le ridicule ! Genre Janet Leigh se fait attaquer puis reprend sa douche comme si de rien n'était ! :D

Mais aussi quelle audace de faire disparaître la star du film (Perkins) à la moitié du film... :mrgreen:
Plus sérieusement : la scène avec le motard (au départ une des séquences du film que je préfère) devient elle aussi très impressionnante sous cette forme.
Et le plus étonnant : même inversée, la musique d'Herrmann reste du Herrmann (n'étant pas musicologue je risque d'écrire une khônerie mais ça vient peut-être de ce qu'il joue beaucoup sur l'alternance de montées et descentes dans la gamme).
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar julien » 16 janv. 14, 15:52

Vous êtes tarés.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar julien » 16 janv. 14, 15:57

Sinon, si vous appréciez le genre, il existe un véritable film tourné à l'envers. :mrgreen:

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Federico » 16 janv. 14, 17:22

julien a écrit :Sinon, si vous appréciez le genre, il existe un véritable film tourné à l'envers. :mrgreen:

Spoiler (cliquez pour afficher)

Spoiler (cliquez pour afficher)
Projeté à l'envers mais tourné à l'endroit.
Par contre, voici un exemple de véritable tournage à l'envers :wink:

The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 44409
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Flol » 17 janv. 14, 17:41

Federico a écrit :
Spoiler (cliquez pour afficher)

CHEF D'OEUVRE ! :o

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22858
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar AtCloseRange » 31 oct. 14, 12:20

Petite révision de Psychose.
Toujours rien à dire sur la parfaite première partie à la mécanique et à la mise en scène d'une précision chirurgicale.
Par contre, je suis toujours un peu réservé sur la 2ème partie du film. Les moments de bravoure se font plus rares (l'escalier), on est obligé de suivre plus longuement John Gavin et Vera Miles (il y a peu d'acteurs aussi peu convaincants que Gavin dans la filmo de Hitch), quelques scènes sont assez moyennes comme la visite nocturne du policier (j'ai remarqué avec amusement que Truffaut en parle justement avec Hitch) et l'explication finale toujours aussi longuette.
Je ne vais pas bien sûr nier l'importance de Psychose, j'ai même le sentiment sur bien des points que c'est peut-être le premier film de l'ère moderne du cinéma US mais ces quelques réserves m'empêchent de le placer trop haut dans la filmo du maître.
Image

Avatar de l’utilisateur
Jihl
Doublure lumière
Messages : 584
Inscription : 4 mars 06, 23:06
Localisation : Louis Restaurant

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Jihl » 12 avr. 16, 20:26

AtCloseRange a écrit :Petite révision de Psychose.
Toujours rien à dire sur la parfaite première partie à la mécanique et à la mise en scène d'une précision chirurgicale.
Par contre, je suis toujours un peu réservé sur la 2ème partie du film. Les moments de bravoure se font plus rares (l'escalier), on est obligé de suivre plus longuement John Gavin et Vera Miles (il y a peu d'acteurs aussi peu convaincants que Gavin dans la filmo de Hitch), quelques scènes sont assez moyennes comme la visite nocturne du policier (j'ai remarqué avec amusement que Truffaut en parle justement avec Hitch) et l'explication finale toujours aussi longuette.
Je ne vais pas bien sûr nier l'importance de Psychose, j'ai même le sentiment sur bien des points que c'est peut-être le premier film de l'ère moderne du cinéma US mais ces quelques réserves m'empêchent de le placer trop haut dans la filmo du maître.


Grosse révision pour moi qui ne l'avait pas vu depuis une trentaine d'années et même si je partage les réserves sur Gavin et la scène de l'explication finale clairement en trop, j'ai quand même été renversé (comme Arbogast dans l'escalier, quel plan :shock: ). Plastiquement c'est une merveille, par moment à la limite de l'abstraction, et l'influence du film est énorme (Kubrick ou Lynch sans beaucoup chercher). Le scénario (même si je me souvenais des grandes lignes) est parfaitement construit et a l'habilité de ne pas s'intéresser exclusivement au personnage du tueur (Janet Leigh est magnifique). Effectivement assez d'accord pour dire que c'est le premier film de l'ère moderne du cinéma US comme la même année la Dolce Vita, et L'Avventura l'étaient pour le cinéma italien. Ce n'est pas rien.
Je vais revoir d'autres films de Hitch mais je me demande si ce n'est pas celui-là que je préfère aujourd'hui. 9/10
Dernière édition par Jihl le 12 mars 17, 18:51, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5652
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Thaddeus » 11 mars 17, 17:59

Image


La voleuse et le taxidermiste



La peur, disait Alfred Hitchcock, est un sentiment que les hommes aiment éprouver lorsqu’ils sont certains d’être en sécurité. Encore ne faut-il pas se priver de cette arme maîtresse qui est fournie par une connaissance lucide. Car on se trouve alors aussi démuni qu’un primitif, sujet aux grandes frayeurs ancestrales. La raison s’égare volontairement dans l’irrationnel, se livre sans défense (comme Janet Leigh sous la douche) à la toute-puissance de l’occulte. On sait à quel point, chez le cinéaste, la création repose sur une science exacte des réactions du spectateur. Non par souci financier (il était même persuadé que Psychose serait un échec commercial) ou publicitaire (La Mort aux Trousses a indiqué ce qu’il en pensait), mais parce qu’il attribue à ses thrillers une véritable mission, dans un sens quasi apostolique. Et cette mission relève de la catharsis. Il faut que le spectateur se défoule sur le plan psychanalytique, se confesse sur le plan logique, se purifie sur le plan spirituel. Le frisson épidermique qu’il ressent n’est qu’un moyen pour accéder à un état privilégié de réceptivité. Il doit lui permettre de déchiffrer les niveaux pluriels de l’œuvre en se laissant submerger par une angoisse capable d’en démultiplier les sensations. Hitchcock a besoin de la participation active du public, un public qu’en retour il se plaît — objectif avoué — à faire souffrir. Pour lui, le suspense renvoie à l’enfance (la peur du monde), donc à l’inconscient privé et collectif, c’est-à-dire essentiellement au sacré. Plus que tout autre ouvrage du maître, l’immersion dans les gouffres impénétrables de la folie de Norman Bates fait aujourd’hui figure d’indépassable, de modèle ayant ouvert la voie à une longue série de variations construites sur la figure du psycho killer. Une œuvre-programme, un film matriciel, le père et le parangon du slasher tel qu’on le connaît aujourd’hui, mais encore davantage que cela : une base de données qui servira de référence à plusieurs générations de réalisateurs.


Image



Psychose est sans doute l’opus le plus obscur d’Hitchcock, terme à entendre d’abord de façon littérale. Obscur parce que jamais chez lui la nuit, mate, prégnante, n’a paru aussi sombre, ni le jour, dans son azur métallique et blafard, aussi crépusculaire. Encadré par ces hautes symphonies de la couleur que sont La Mort aux Trousses et Les Oiseaux, il impose une atmosphère oppressante qui se diffuse également sur les gestes, les visages, les voix, les tonalités d’une photographie confiée à un opérateur venu de la télévision. À la mesure d’un abandon toujours possible aux codifications du romanesque de l’horreur, la part d’ombre ne cesse de s’accroître, dans une réversibilité progressive de l’image et de l’idée, soumettant le film entier à la charge d’une extrême épaisseur métaphorique. Car si toute œuvre d’Hitchcock met en scène une relation de désir dont la reconnaissance développe une dramaturgie de la violence établie sur la recherche du secret — jusqu’à faire, par une conclusion bien naturelle, de la recherche du secret le champ du désir même — alors cette maïeutique connaît ici un accomplissement inédit, en déplace les termes comme pour mieux faire saillir les déterminations qui les soutiennent et les instances qui les fondent. Le premier signe se situe dans la translation portant sur l’enquête qui voit le héros, contraint par le hasard et la nécessité, apprendre à reconnaître sa vérité. Or ici, aucun des deux protagonistes ne s’investit en sujet dans la progression d’une intrigue dont l’élucidation vient se partager par fragments entre Arbogast, le shérif, Sam, Lila et le psychiatre. Ce dernier intervient même tel un deus ex machina, étranger à l’action, au point qu’on a parfois considéré l’explication finale comme un appendice ridicule. Alors que la scission entre la matérialité de l’expérience et son intelligence vient redoubler la division centrale qui soumet toute l’entreprise et détermine son passage manifeste à l’ordre symbolique.

Méditation sur la relativité du bien et du mal en chacun de nous, Psychose est l’histoire de gens qui, pour n’avoir pas le courage de vivre, devront trouver celui de mourir, physiquement ou mentalement. Jamais l’auteur n’a été aussi loin dans l’expression de sa fameuse théorie du transfert. Pour lui, si les dispositions naturelles de l’homme l’entraînent à donner libre cours aux impulsions mauvaises qui le dévorent, l’organisation de la vie sociale le force presque toujours à dissimuler par un phénomène d’inhibition ses penchants naturels et à ne révéler qu’un soi édulcoré, presque émasculé de ses réelles motivations. Mais ce ne sont là que des données abstraites. Tout le génie d’Hitchcock est de les formaliser par le biais d’une mise en scène qui, point commun aux plus grands films, se moule en quelque sorte sur les idées qu’elle entend exprimer. Cette opération est d’abord affaire d’architecture, élaborée et déployée à la manière d’un piège fatal se refermant sur le spectateur en même temps que sur l’héroïne. Deux récits glissent l’un sous l’autre, ou l’un dans l’autre, outils d’une perversion structurale dont le cinéaste avouait avoir saisi la clé en décidant de tuer sa star au premier tiers de la projection. D’un côté l’histoire de Marion et Sam, dont l’ouverture annonce la problématique (le mariage), dont le vol instaure l’enjeu dramatique, et qui sur son axe propre pourrait engendrer de multiples issues. De l’autre celle de Norman, qui pourrait commencer à l’arrivée de la jeune femme dans le motel et se poursuivre à quelques différences près jusqu’au terme du long-métrage. Les segments basculent et se nouent indissolublement lors de la rencontre des deux personnages principaux. Cette disparition anticipée, ce principe de substitution à mi-parcours d’un protagoniste par un autre, d’un premier fil narratif par un second qui en prend le relais, sont d’une nouveauté comparable à ceux qui surviennent la même année dans L’Avventura. Et il est remarquable que des artistes aussi différents qu’Hitchcock et Antonioni, aussi éloignés tant par la distance géographique que par les préoccupations, indiquent en simultané et par des procédés similaires l’une des grandes voies de la modernité cinématographique.


Image



Dès les premiers plans, la caméra pénètre de façon indiscrète dans une chambre d’hôtel aux stores baissés, en plein après-midi. Sur le lit, un couple s’embrasse, s’étreint et manifeste une grande attirance charnelle. La femme est belle, l’homme aussi, elle se lève en soutien-gorge puis se rhabille. On est arrivé trop tard. D’emblée Hitchcock attise et frustre un désir qui trouvera logiquement sa conclusion à la fin de la course de l’héroïne. Cette fois elle sera totalement nue, et la proie d’un acte sexuel extrême comblé au-delà de toute espérance. Pour l’heure, parce qu’elle a succombé à la tentation de voler 40.000 dollars, Marion est taraudée par une culpabilité que le spectateur prend à sa charge. L’identification fonctionne à plein régime. Un motard la suit, lunettes noires cachant son regard insaisissable. Mais l’Ange de l’Ordre, dépêché pour une dernière tentative de salut, ne peut racheter ce qui ne veut pas être sauvé : après l’avoir interrogée, le policier abandonne sa filature et la laisse seule avec ses tourments. Sujette à tous les délires, fatiguée, elle fait halte dans une auberge sinistre où elle ne trouve rien de mieux à faire que de placer l’objet du délit en évidence sur la table de nuit. Tout est disposé pour le guet-apens : il surviendra, mais pire que tout ce qu’on aurait pu imaginer. Bien que la faute engendre l’impératif d’une épreuve rédemptrice, Marion semble frappée par un Dieu particulièrement inflexible. Elle se trompe de route et meurt à un quart d’heure à peine de la localité où réside son fiancé, au moment où pourtant elle décide de rendre l’argent. Rarement chez Hitchcock le destin se sera fait aussi implacable. Exaspérés par l’attente, le désir et la crainte gonflent en effet jusqu’au summum de leur intensité. Ils prennent des contours flous, revêtent une forme imprécise, se matérialisent en un ectoplasme qui se glisse soudain derrière le rideau de la salle de bains. La progression du récit est alors déchiré avec la brutalité fulgurante de la lame lacérant la chair trop exposée, trop blanche de Marion, tandis que hurlent les violons syncopés et dissonants de Bernard Herrmann.

Magistralement conçue, montée et réalisée, la légendaire séquence de la douche n’est pas qu’un morceau d’anthologie. Elle constitue l’outil par lequel s’exerce l’audace stupéfiante, pour ainsi dire blasphématoire, de l’autodafé qu’Hitchcock nous inflige avec une sadique délectation. Dans les cris et l’effroi, il vient de massacrer Janet-Marion, cette créature par deux fois offerte puis refusée, mais dont on partageait le moindre frémissement intérieur : celle qui autorisait la projection morale et émotionnelle, celle sur qui se cristallisait l’empathie. Entamé avec un regard à travers la fissure d’un mur, le meurtre s’achève par le sang s’engouffrant dans le trou d’évacuation de la douche, véritable inversion de l’image d’un viol. La caméra tournoie lentement autour du corps inerte de la jeune femme, s’attarde sur son œil fixe et vitreux. Désormais c’est le profil inquiétant du manoir gothique qui infuse et entête comme un mauvais songe, et c’est Norman qui dicte le cours des situations. Lui qui, par piété filiale, entreprend d’effacer les traces du forfait, qui inspecte rapidement la pièce pour vérifier si rien n’a été oublié, qui oublie d’abord le paquet plein de billets puis, s’en souvenant, le précipite avec le cadavre et les autres affaires de la victime dans la fange fœtale du marécage — au fond de sa conscience. Tout concourt à la commutation : le temps de la discussion qui couvre près d’un quart du film, la violence inouïe qui la scelle, le naturel comme la musicalité d’une fiction qui se trouve intégrer ce qui du premier des récits participe à la construction du second puis à celle d’une composition ternaire. Trois mouvements se reprennent pour s’harmoniser terme à terme par des oppositions couplées, assurant ainsi le déploiement de la narration et sa cohésion organique en une hiérarchisation parfaite de la répétition et de la différence.


Image



Lorsqu’on apprend que la meurtrière présumée est morte depuis dix ans, c’est la déroute totale de l’esprit logique, l’affolement du monde intellectuel. Il ne reste comme recours que la foi aveugle incarnée par Lila, la sœur de Marion. L’ultime révélation surviendra dans le cellier, livré aux foudres expressionnistes d’un plafonnier qui se balance et poignarde l’obscurité. Dès lors on peut contempler l’objet de sa peur, piqué au mur tel un oiseau nocturne. Le discours conclusif éclaire ce qui a poussé Hitchcock à agencer son film sur la dissociation démentielle à partir d’une intrigue qui, pour l’irriguer sourdement au point de lui paraître indispensable, ne lui reste pas moins dramatiquement étrangère. Dans la détermination des romans familiaux qui font se correspondre les dialogues de Sam et de Marion dans la chambre d’hôtel, de Norman et de Marion dans l’arrière-salon du motel, se rejoue la question tant de fois déclinée par l’auteur de l’accès à la jouissance et de la culpabilité qui s’y attache, de la sexualité et de son rapport fondamental à la mort. Que le corps du sujet de la névrose soit donné à la fureur du sujet de la psychose, qu’il s’agisse d’un homme et d’une femme aux prénoms presque symétriques (Norman-Marion), il faut y reconnaître l’artifice suprême, le traquenard le plus insidieux d’une œuvre qui assume jusqu’au vertige du dédoublement une interrogation fascinée sur les arcanes du désir. En ce sens, Psychose assure une transition dialectique entre La Mort aux Trousses et Les Oiseaux. Le symbolique, dans le premier, se donne à lire sous la trame d’un récit policier, même s’il le contraint à une étonnante franchise. Il faudra la distorsion introduisant ici avec une habileté souveraine une sorte d’écart réflexif pour pouvoir inscrire l’allégorie comme telle, c’est-à-dire le mythe, dans les cris et les battements d’ailes des volatiles, dont les compagnons empaillés de l’hallucinant Anthony Perkins annoncent la venue prochaine.

Mais aucune analyse n’est suffisante pour expliquer l’invention des formes à l’œuvre dans Pychose, leur cohérence interne, leur économie forgée sur la diversion ou l’amplification des effets, l’extraordinaire performance d’une mise en scène qui pense l’impact des ombres, la configuration des espaces, le choix des angles, et dont la grammaire (mouvements d’appareil acrobatiques, inserts, plans serrés, moyens ou subjectifs, plongées et contre-plongées) est rigoureusement ordonnée. Du trou percé dans le mur pour satisfaire les pulsions voyeuristes de Norman aux orbites vides de la grimaçante tête de mort de madame Bates, tout obéit à des règles fermement établies, à un jeu subtil et mathématique de rimes et de renvois, à l’homogénéité d’un univers entièrement contrôlé où l’on est contraint de descendre graduellement, marche par marche, vers le point extrême de confrontation entre les fantasmes de l’un et les terreurs de l’autre. Hitchcock dépeint toujours le combat de la lumière et des ténèbres, de l’unité et de la dualité, de l’ordre et du chaos, de l’éternel et du fini, de l’existence et du néant. Toile méticuleusement tissée, Psychose est une pièce centrale de son édifice, mais à l’inverse des deux précédents opus, construits sur des procédés particulièrement séduisants, fussent-ils funèbres et tragiques (dans Vertigo), elle est fondée sur la crudité, les visages non fardés, le minimalisme d’une plastique de granit gris, le heurt d’un montage coupant comme un couteau. Tous les rouages de l’horlogerie se disposent en fonction d’une loi d’impact maximum qui concourt à l’attraction mentale autant qu’à la participation viscérale du spectateur. Mille fois copié, jamais égalé, ce cauchemar suggestif demeure le centre de gravité authentique du cinéma d’épouvante : aucun film n’en atteint la minutie diabolique, la profondeur trouble et la puissance surnaturelle.



Image
Dernière édition par Thaddeus le 1 mars 18, 18:25, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 8268
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Psychose (Alfred Hitchcock - 1960)

Messagepar Alexandre Angel » 11 mars 17, 18:54

Bravo Thaddeus pour cette minérale et parfaite analyse mais alors quant on lit ce qui suit :
Thaddeus a écrit :Deux récits glissent l’un sous l’autre, ou l’un dans l’autre, outils d’une perversion structurale dont le cinéaste avouait avoir saisi la clé en décidant de tuer sa star au premier tiers de la projection.
Thaddeus a écrit : Elle se trompe de route et meurt à un quart d’heure à peine de la localité où réside son fiancé, au moment où pourtant elle décide de rendre l’argent.
Thaddeus a écrit :Dans les cris et l’effroi, il vient de massacrer Janet-Marion, cette créature par deux fois offerte puis refusée, mais dont on partageait le moindre frémissement intérieur : celle qui autorisait la projection morale et émotionnelle, celle sur qui se cristallisait l’empathie
Thaddeus a écrit :Lorsqu’on apprend que la meurtrière présumée est morte depuis dix ans, c’est la déroute totale de l’esprit logique, l’affolement du monde intellectuel.
on se dit que si le film n'était pas aussi célèbre, à l'heure qu'il est et en d'autres temps, l'autodafé, ce serait pour ta pomme :mrgreen: