Edward Dmytryk (1908-1999)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

angel with dirty face
Six RIP Under
Messages : 4591
Inscription : 7 mars 07, 22:23

Messagepar angel with dirty face » 9 août 07, 17:09

Un peu de mal à faire un top avec ce réalisateur dont je possède quelques films en DVD... Il a signé cependant The Young Lions (1958) qui sans être le film du siècle, reste un bon film et a le mérite de réunir trois de mes idoles Marlon Brando, Montgomery Clift et Dean Martin: Rien que pour ça je le place en tête d'un top invisible :lol: ...

maximusleo
Assistant(e) machine à café
Messages : 156
Inscription : 4 déc. 06, 22:25
Localisation : Le San pueblo sur la Deule

Messagepar maximusleo » 9 août 07, 17:18

On peut en rajouter 2 :

LES ENFANTS D'HITLER : film de propagande anti-nazi tourné pendant la guerre, plutôt bien fait
LA NEIGE EN DUEIL : pour les paysages et l'histoire d'Henri Troyat

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Messagepar someone1600 » 10 août 07, 10:30

Vu Crossfire, que j'ai bien aimé. Murder my sweet que j'ai adoré et Broken Lance qui est plutot bon aussi. :wink:

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Messagepar Alligator » 24 sept. 07, 09:47

Nestor Almendros a écrit :FEUX CROISES (CROSSFIRE)

Agréable découverte, mais c'est un film qui a beaucoup vieilli. Le discours anti-antisémite (et plus globalement: contre la bétise humaine) est proposé trop frontalement, avec un monologue trop explicite et moralisateur. On comprend qu'à l'époque il fallait dire clairement les choses, mais j'ai trouvé que vu aujourd'hui cela manquait de finesse.
Ajoutons une mise en scène bien sage, un peu molle pour résumer, qui est trop compensée par un scénario à priori captivant. Dmytryk se contente de filmer ça sans trop de tension. Non que je me sois ennuyé (j'ai passé un bon moment - ce qui est plutôt rare avec ce que j'ai vu de la collection RKO des Editions Montparnasse) mais c'est bien sage...


Sage? Foutre, que te voilà blasé! J'ai comme l'impression qu'on n'a pas vu le même film. :D

Image

Crossfire (Feux croisés), 1947 :
8/10
_______________

Très beau film noir, multipliant les plans qui jouent des lumières et des ombres, mettant en scène quelques jolis numéros d'acteurs.
Ryan convainct parfaitement épousant la folie raciste de son personnage, la laissant bien souvent par son visage énigmatique et grave se figer horriblement. Le jeune et massif Mitchum impose sa prestance avec la classe habituelle, qui lui colle à la peau, qui filtre de son regard perçant. Young campe honnêtement son rôle d'impassible et fûté enquêteur.
Son discours anti-raciste est-il un tant soit peu didactique, trop sentencieux? C'est bien possible. Cette dénonciation, si elle ne dévoile en somme qu'une triste vérité, n'a-t-elle pas une teinte tragiquement tardive? Une espèce de correction. D'excuse. Le même discours dix ans auparavant aurait eu une bien belle gueule. En 1947, sa portée est moindre, elle ressemble à la leçon que l'on fait à l'élève turbulent. M'enfin, elle a toujours le mérite d'exister, notamment pour un pays qui effectivement a bien souvent vécu sur les antagonismes d'origines, de religion ou de couleurs de peau. Il est vrai également que si le film dénonce les dangers du racisme avec un peu de retard, il n'en reste pas moins que d'autres, outre-atlantique, prennent encore plus de liberté avec le temps et les excuses, quand ils parviennent à affronter leurs démons.
Reste qu'au delà de l'histoire bien écrite et du jeu accompli des comédiens, Dmytryk ne s'en contente pas. Il assure une mise en image inventive, audacieuse, aliénée pourtant aux canons du noir, ce qui relève encore sa performance. Du beau boulot. Très beau film.

David Locke
Electro
Messages : 764
Inscription : 14 avr. 03, 12:29
Localisation : La Ville Lumière

Messagepar David Locke » 24 sept. 07, 16:09

Give us this Day (Christ in Concrete) 1949

Dmytryk tourna ce film en Grande Bretagne suite à son refus initial de témoigner devant la "commission des activités anti-américaines", avant de retourner aux USA et d'y purger une peine de prison de quelques mois pour ne pas avoir donné de noms.
Comme chacun sait, il finira par balancer quelques collègues déjà cités pour pouvoir retravailler à Hollywood...

Give us this day est l'adaptation très libre d'un best-seller racontant la vie du père de l'auteur, un maçon italien prénommé Geremio qui travaillait dans le New York des années 20-30 et participa à la construction des gratte-ciels que l'on peut admirer aujourd'hui.

Le film est un alliage superbe de film noir et de néo-réalisme. Il bénéficie d'un casting de quasi inconnus, avec dans les rôles principaux Sam Wanamaker (un américain qu'on retrouvera dans The Criminal de Losey) et Lea Padovani (une italienne qui obtint le rôle sur sa seule réputation alors qu'elle ne parlait pas un mot d'anglais!) qui sont simplement extraordinaires de vérité et d'humanité.

La première réussite de Dmytryk est d'avoir magnifiquement reconstitué à Londres le New York d'avant-guerre et l'atmosphère cosmopolite qui y règnait, avec l'arrivée continuelle de nouveaux immigrants chargés de bâtir ce qui était en train de devenir la première puissance mondiale.

Par une mise en scène extrêmement dramatique, à la limite de l'expressionnisme, Dmytryk instaure d'emblée une tension qui se mue dans un ample flash-back en une approche presque documentaire du destin de ces bâtisseurs et de leurs familles qui subirent de plein fouet la Grande Crise.

On a un peu l'impression de voir la suite du bel America, America de Kazan avec lequel il forme un dyptique d'une sincérité et d'une compassion uniques.

Certaines scènes sont particulièrement marquantes et justifient à elles seules que l'on réévalue ce cinéaste qui n'est toujours pas sorti de son purgatoire.

Il existe un DVD zone 1 bien fait mais sans sous-titres (OOP il me semble). Que font les éditeurs français?
"There is Paramount Paris and Metro Paris, and of course the real Paris. Paramount's is the most Parisian of all."
Mon top 20

franzgehl
Stagiaire
Messages : 71
Inscription : 2 sept. 07, 21:05

Messagepar franzgehl » 18 nov. 07, 13:51


Mirage,
1965, Edward Dmytryk, avec Gregory Peck, Walter Matthau, George Kennedy

Une histoire d'amnésie et de meurtre non élucidé. Gregory Peck se retrouve avec un meurtre sur les bras tout en étant harcelé par une mystérieuse organisation... La recherche de la vérité sera longue et semée d'embuches. Un film au rythme étrange, quasiment un cauchemar sans fin. Tourné en NB dans New York (quelques scènes dans Central Park notamment).

Un peu méconnu, mais à découvrir sans hésiter. On y retrouve un peu l'atmosphère étouffante de The Manchurian candidate.
"Or maybe juste whistle..."

Ducdame
Doublure lumière
Messages : 626
Inscription : 7 janv. 07, 20:48

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar Ducdame » 8 mars 08, 22:47

.
Dernière édition par Ducdame le 29 janv. 09, 19:21, édité 1 fois.

Droudrou
Doublure lumière
Messages : 411
Inscription : 19 févr. 08, 16:57
Localisation : Rouvray

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar Droudrou » 9 mars 08, 10:56

Dmytryk : c'est tout ou rien ! Quand il se plante, il se plante en beauté ! Et on veut voir ce qui va pouvoir le racheter !
John Wayne : "la plus grande histoire jamais contée" - It was true ! This man was really the son of God !...

Ducdame
Doublure lumière
Messages : 626
Inscription : 7 janv. 07, 20:48

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar Ducdame » 3 avr. 08, 21:04

.
Dernière édition par Ducdame le 29 janv. 09, 19:03, édité 1 fois.

angel with dirty face
Six RIP Under
Messages : 4591
Inscription : 7 mars 07, 22:23

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar angel with dirty face » 3 avr. 08, 21:11

Ducdame a écrit :Walk on the Wild Side La rue Chaude (Dmytryk 1962)


Juste pour rappeler que ce film possède une des plus belles musiques d'Elmer Bernstein...

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar Lord Henry » 6 avr. 08, 12:00

Je serais le premier à reconnaître que comme beaucoup de cinéastes, Dmytryk a signé son "chef d'oeuvre"- à mesurer à l'aune de sa filmographie; en l'occurrence, The Sniper que j'avais eu la chance de découvrir grâce à la chaîne Ciné Classic:

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Major Dundee
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5791
Inscription : 15 mai 06, 13:32
Localisation : Bord de la piscine de "Private Property"

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar Major Dundee » 6 avr. 08, 17:59

Lord Henry a écrit :Je serais le premier à reconnaître que comme beaucoup de cinéastes, Dmytryk a signé son "chef d'oeuvre"- à mesurer à l'aune de sa filmographie; en l'occurrence, The Sniper que j'avais eu la chance de découvrir grâce à la chaîne Ciné Classic:

Image


Damned, cela doit faire un bail je suppose, j'ai sept ans d'anciennetéà Canal Sat et je n'ai pas pu laisser passer çà :roll:
En plus je trouve l'affiche superbe.
Charles Boyer (faisant la cour) à Michèle Morgan dans Maxime.

- Ah, si j'avais trente ans de moins !
- J'aurais cinq ans... Ce serait du joli !


Henri Jeanson

Avatar de l’utilisateur
Sybille
Accessoiriste
Messages : 1790
Inscription : 23 juin 05, 14:06

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar Sybille » 30 juil. 08, 20:01

Image

La lance brisée
Edward Dmytryk (1954) :

Drame familial avant-tout, "La lance brisée" est un western d'assez bonne facture, en particulier grâce à l'excellente prestation de Spencer Tracy en patriarche dominateur. Le récit de ce père et de ses quatre fils met en avant leurs relations ombrageuses fondées sur la soif de pouvoir et l'incompréhension. Le personnage principal, le fils d'origine indienne par sa mère, est joué avec suffisamment de conviction par Robert Wagner (pourquoi j'ai tendance à me méfier du talent de cet acteur ?). Jean Peters joue avec une réserve que l'on peut par contre regretter la jeune femme coquette et amoureuse au caractère bien trempé, tandis que Richard Widmark interprète avec sa force habituelle le fils aîné ingrat, car se sentant lésé dans ses ambitions. Un personnage en retrait mais à l'importance grandissante, même si l'on pourra regretter un retournement qui lui fait soudain endosser le rôle du "méchant de service", quand rien, si ce n'est son attitude antipathique, ne le laissait présumer. Les situations sont variées, faisant s'enchaîner les scènes avec une relative facilité jusqu'au dénouement final. 6/10

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar someone1600 » 31 juil. 08, 02:49

J'ai vu ce film il y a un bout de temps, mais je me souviens avoir bien aimé. :wink:

Avatar de l’utilisateur
francesco
Accessoiriste
Messages : 1515
Inscription : 28 juin 06, 15:39
Localisation : Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Top 5 Edward Dmytryk

Messagepar francesco » 31 juil. 08, 10:26

A noter que le film est un remake déguisé de La Maison des étrangers avec Robinson dans le rôle du patriarche.
J'avais beaucoup aimé l'interprétation de Katy Jurado, la mère indienne, dans le film de Dmytrick.
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young