John Ford (1894-1973)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

villag
Accessoiriste
Messages : 1665
Inscription : 24 févr. 08, 09:48
Localisation : la rochelle

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar villag » 10 janv. 19, 09:09

Alexandre Angel a écrit :
Rashomon a écrit :je suis d'humeur fordienne en ce moment

Nous le sommes toujours un peu. Il suffit d'un rien : c'était un génie (et je jure que j'utilise ce terme avec beaucoup de parcimonie).
Je viens de revoir le très beau Sergent Noir (le meilleur de la dernière ligne droite juste après Liberty Valance) découvert l.


Et dire qu'il n'y a aucune version bluray de ce film, ni même , en France , de dvd .....!
F d F ( Fan de Ford )

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18471
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Rick Blaine » 10 janv. 19, 09:31

Rappelons toutefois qu'il existe un DVD US All zone et avec STF, donc tout à fait exploitable pour nous. Avec en plus une très bonne copie : http://www.dvdclassik.com/test/dvd-le-s ... collection

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 14672
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Supfiction » 1 sept. 19, 19:47

Sur TCM dans les jours qui viennent : Les 4 fils, Trois sublimes canailles, Planqué malgré lui (connais pas), le cheval de fer, Steamboat round the bend, Up the river, Vers sa destinée...

Avatar de l’utilisateur
allen john
Accessoiriste
Messages : 1939
Inscription : 17 mai 06, 19:00
Localisation : Une maison bleue

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar allen john » 1 sept. 19, 20:43

Supfiction a écrit :Sur TCM dans les jours qui viennent : Les 4 fils, Trois sublimes canailles, Planqué malgré lui (connais pas), le cheval de fer, Steamboat round the bend, Up the river, Vers sa destinée...


Planqué malgré lui, ou When Willie comes marching home, c'est l'un des plus mauvais films de Ford à mon goût: une comédie qui brille par le fait qu'elle n'est absolument pas drôle. le reste, par contre, on peut y aller...

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6623
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Alexandre Angel » 1 sept. 19, 20:49

allen john a écrit :
Planqué malgré lui, ou When Willie comes marching home, c'est l'un des plus mauvais films de Ford à mon goût: une comédie qui brille par le fait qu'elle n'est absolument pas drôle

Et merde :lol:

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14631
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Watkinssien » 1 sept. 19, 21:39

allen john a écrit :
Supfiction a écrit :Sur TCM dans les jours qui viennent : Les 4 fils, Trois sublimes canailles, Planqué malgré lui (connais pas), le cheval de fer, Steamboat round the bend, Up the river, Vers sa destinée...


Planqué malgré lui, ou When Willie comes marching home, c'est l'un des plus mauvais films de Ford à mon goût: une comédie qui brille par le fait qu'elle n'est absolument pas drôle. le reste, par contre, on peut y aller...


Ce n'est effectivement pas terrible, mais pour combler sa cinéphilie fordienne pourquoi pas?

Up the River n'est pas une réussite non plus, malgré un casting qui a de l'allure (Spencer Tracy et un jeune Humphrey Bogart).
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
allen john
Accessoiriste
Messages : 1939
Inscription : 17 mai 06, 19:00
Localisation : Une maison bleue

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar allen john » 1 sept. 19, 23:16

Watkinssien a écrit :
allen john a écrit :
Supfiction a écrit :Sur TCM dans les jours qui viennent : Les 4 fils, Trois sublimes canailles, Planqué malgré lui (connais pas), le cheval de fer, Steamboat round the bend, Up the river, Vers sa destinée...


Planqué malgré lui, ou When Willie comes marching home, c'est l'un des plus mauvais films de Ford à mon goût: une comédie qui brille par le fait qu'elle n'est absolument pas drôle. le reste, par contre, on peut y aller...


Ce n'est effectivement pas terrible, mais pour combler sa cinéphilie fordienne pourquoi pas?


Pas faux!

Watkinssien a écrit :Up the River n'est pas une réussite non plus, malgré un casting qui a de l'allure (Spencer Tracy et un jeune Humphrey Bogart).


Je le trouve plus intéressant, mais c'est en partie à cause de leur présence, en effet.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18471
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Rick Blaine » 1 sept. 19, 23:43

allen john a écrit :
Watkinssien a écrit :Up the River n'est pas une réussite non plus, malgré un casting qui a de l'allure (Spencer Tracy et un jeune Humphrey Bogart).


Je le trouve plus intéressant, mais c'est en partie à cause de leur présence, en effet.

Perso j'aime beaucoup, bien sur grâce à Tracy/Bogart, mais aussi grâce à l'atmosphère du film.

Avatar de l’utilisateur
Rashomon
Electro
Messages : 956
Inscription : 7 avr. 14, 14:16

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Rashomon » 23 janv. 20, 12:34

Et donc USA Today comme tous les ans ou presque nous fait un sujet sur les bourdes des Oscars - et devinez qui arrive en tête?

https://eu.usatoday.com/story/entertain ... 478094002/

Je pense de plus en plus que cette préférence contemporaine pour le Welles est le signe d'un changement de paradigme dans l'approche du cinéma, où la technique devient plus importante que l'émotion. On comprend mieux dès lors que l'Oscar du meilleur réalisateur depuis une décennie ou presque ne couronne plus que des "tours de force". Une telle culture n'a rien à faire de Ford et c'est peut-être pour cette raison qu'il est désormais plus populaire en Europe que chez lui.

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14631
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Watkinssien » 23 janv. 20, 14:09

Rashomon a écrit :Et donc USA Today comme tous les ans ou presque nous fait un sujet sur les bourdes des Oscars - et devinez qui arrive en tête?

https://eu.usatoday.com/story/entertain ... 478094002/

Je pense de plus en plus que cette préférence contemporaine pour le Welles est le signe d'un changement de paradigme dans l'approche du cinéma, où la technique devient plus importante que l'émotion. On comprend mieux dès lors que l'Oscar du meilleur réalisateur depuis une décennie ou presque ne couronne plus que des "tours de force". Une telle culture n'a rien à faire de Ford et c'est peut-être pour cette raison qu'il est désormais plus populaire en Europe que chez lui.



Pourtant, techniquement le cinéma de Ford est une source sûre pour savoir quoi faire avec une caméra, son cadre, ses contrastes, ses compositions, son sens du montage et de la gestion de l'espace. Citizen Kane est une bombe artistique depuis sa sortie en 1941, mais la victoire de Qu'elle était verte ma vallée est loin d'être scandaleuse, car le film est tout simplement sublime.

Par contre, il ne faudrait pas tomber dans le piège que l'on dénonce (je ne dis pas, Rashomon, que ce soit toi qui y tombe :wink: ) , car si le film de Ford est d'une puissance émotionnelle réellement évidente, le film de Welles n'en est pas dénué et ne pourrait se résumer à la technique au détriment du reste. Le dernier quart d'heure aborde des relents émotionnels très complexes et si l'on se sent proche de ces derniers, on peut se sentir chaviré.
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Rashomon
Electro
Messages : 956
Inscription : 7 avr. 14, 14:16

Re: John Ford (1894-1973)

Messagepar Rashomon » 23 janv. 20, 14:21

Watkinssien a écrit :Pourtant, techniquement le cinéma de Ford est une source sûre pour savoir quoi faire avec une caméra, son cadre, ses contrastes, ses compositions, son sens du montage et de la gestion de l'espace.


Justement, ces qualités sont de moins en moins valorisées dans le cinéma hollywoodien contemporain. A part Terrence Malick je ne vois pas beaucoup de metteurs en scène américains modernes qui s'intéressent à la composition par exemple.

Par contre, il ne faudrait pas tomber dans le piège que l'on dénonce (je ne dis pas, Rashomon, que ce soit toi qui y tombe :wink: ) , car si le film de Ford est d'une puissance émotionnelle réellement évidente, le film de Welles n'en est pas dénué et ne pourrait se résumer à la technique au détriment du reste. Le dernier quart d'heure aborde des relents émotionnels très complexes et si l'on se sent proche de ces derniers, on peut se sentir chaviré.


Oui bien sûr, mais je pense que c'est le côté "morceau de bravoure" qui attire surtout, le fait que CK ressemble davantage que Qu'elle était verte ma vallée à un film moderne. N'oublions pas qu'une grande partie de la critique anglo-saxonne est progressiste dans le sens où elle considère le plus souvent implicitement mais parfois ouvertement que le cinéma d'aujourd'hui est supérieur à celui d'hier. CK est le meilleur film de 1941 - selon les critères de 2020. L'idée que les votants de l'époque pouvaient avoir une conception différente de l'art, et qu'elle soit tout aussi valable que la nôtre, ne les effleure même pas.