Vos découvertes naphtas 2019

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18471
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Rick Blaine » 31 déc. 19, 12:00

Mes découvertes naphtas 2019

Le Grand silence (Il Grande silenzio), de Sergio Corbucci (1968)
Le quatrième homme (Kansas City Confidential), de Phil Karlson (1952)

La mafia fait la loi (Il giorno della civetta), de Damiano Damiani (1968)
Cadavres Exquis (Cadaveri Eccelenti), de Francesco Rosi (1976)

Qui a tué le chat ? (Il gatto), de Luigi Comencini (1977)
Train de nuit (Pociag), de Jerzy Kawalerowicz (1959)
711 Ocean Drive, de Joseph M. Newman (1950)
Toute la ville en parle (The whole town's talking), de John Ford (1935)
Chacal (The Day of the jackal), de Fred Zinneman (1973)
Week-end à Zuydcoote, de Henri Verneuil (1964)
L'attentat, de Yves Boisset (1972)

Nous sommes tous en liberté provisoire (L'istruttoria è chiusa: dimentichi), de Damiano Damiani (1971)
L'héritage des 500000 (Gojuman-Nin No Isan), de Toshirô Mifune (1963)
La Poursuite implacable (Revolver), de Sergio Sollima (1973)
L'équipage, de Anatole Litvak (1935)
Folle à tuer, de Yves Boisset (1975)
Le fossoyeur (Sono Sartana, il vostro becchino), de Giuliano Carnimeo (1969)
La vallée de la peur (Pursued), de Raoul Walsh (1947)
The Big Fix, de Jeremy Kagan (1978)
Le sabre du mal (Dai-bosatsu toge), de Kihachi Okamoto (1966)
Crime à distance (The Intercine project), de Ken Hughes (1974)
L'homme au masque de verre (The Snorkel), de Guy Green (1958)

Le conseiller (Il consigliori), de Alberto de Martino (1973)
Le journal d'une femme de chambre, de Luis Buñuel (1963)
China gate, de Samuel Fuller (1957)
Cape et poignard (Cloak and Dagger), de Fritz Lang (1946)
Un homme nommé cheval (A man called horse), de Elliot Silverstein (1970)
Le voyageur de la Toussaint, de Louis Daquin (1943)
Terre sans pain (Las Hurdes), de Luis Buñuel (1932)
L'affaire Maurizius, de Julien Duvivier (1954)
L'homme de Londres, de Henri Decoin (1943)
Les criminels (The criminal), de Joseph Losey (1960)
A l'ombre des potences (Run for cover), de Nicholas Ray (1955)
La flibustière des Antilles (Anne of the Indies), de Jacques Tourneur (1951)
Les amants du Capricorne (Under Capricorn), de Alfred Hitchcock (1949)
Au seuil de la vie (Nära livet), de Ingmar Bergman (1958)
Le fantôme de l'opéra (The Phantom of the Opera), de Terence Fisher (1962)
1900 (Novecento), de Bernardo Bertollucci (1976)
Sabata (Ehi amico... c'è Sabata. Hai chiuso!), de Gianfranco Parolini (1969)
La Nuit du Loup-Garou (The Curse of the Werewolf), de Terence Fisher (1961)
La Proie de l'autostop (Autostop Rosso Sangue), de Pasquale Festa Campanile (1977)

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 20400
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Jack Carter » 31 déc. 19, 12:07

Rick Blaine a écrit :Toute la ville en parle (The whole town's talking), de John Ford (1935)
Nous sommes tous en liberté provisoire (L'istruttoria è chiusa: dimentichi), de Damiano Damiani (1971)


Je note ces deux-là :)
Belle liste, sinon, pas mal de films aimés que je partage avec ta liste

Avatar de l’utilisateur
bruce randylan
Mogul
Messages : 11417
Inscription : 21 sept. 04, 16:57
Localisation : lost in time and lost in space

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar bruce randylan » 31 déc. 19, 12:14

C'est moi ou mon enthousiasme sur La Mia Signora a été contagieux :D :D

De mon côté, encore beaucoup (trop ?) de choses avec le regret de ne pas avoir eu le temps (et la motivation) d'en parler, comme le Michael Curtiz

Comme d'hab plein de trucs japonais
Un toast pour mademoiselle (Keisuke Kinoshita - 1949)
Sable mouillé d'aout (Toshiya Fujita - 1971)
La Femme de là-bas (Hideo Suzuki - 1962)
The ondekoza (Tai Kato - 1981)
La vision de la vierge (Kinji Misumi - 1966)
Les enfants de la ruche (Hiroshi Shimizu - 1948)
Orin la proscrite (Masahiro Shinoda - 1977)
Eros + massacre (Kiju Yoshida - 1969)
La bombe humaine (Kihachi Okamato - 1968)
Magino village : A Tale (Shinsuke Ogawa - 1987)
Teenage Yakuza (Seijun Suzuki - 1962)
L'été du démon (Yoshitarô Nomura - 1978)
Prosperities of vice (Akio Jissoji - 1988)
Mandala (Akio Jissoji - 1971)
Les nuits félines de Shinjuku (Noboru Tanaka - 1972)


Muets
What Happened to Jones ? (William A. Seiter – 1926)
Shiraz (Frank Osten - 1928)
Le Crépuscule du coeur (Maurice Mariaud - 1916) Moyen-métrage
Les trois mousquetaires (Fred Niblo - 1921)
Le pied qui étreint (Jacques Feyder - 1916)
A throw of dice / Prapancha Pash (Franz Osten - 1929)
L'arpète (Donatien - 1929)
Le Mystère de la chambre jaune (Emile Chautard - 1919)
Pretty Ladies (Monta Bell - 1925)
Travail (Henri Pouctal – 1919)
Docks of New-York (Josef Von Sternberg - 1928)
Les Hommes de la forêt (Alexandre Litvinov - 1928)
La galerie des monstres (Jacques Catelain - 1924)
The aryan (Reginald Baker & William S. Hart - 1916)
Os Faroleiros (Maurice Mariaud - 1922)
Variétés (Ewald André Dupont - 1925)

ou Hong-kongais
the magnificent concubine (Li Han-Hsiang - 1960)
King Gambler (Kang Cheng - 1976)
Heaven sword & dragon sabre Part I & II (Chu Yuan - 1978)
Deadly knives / fists of vengeance (Cheung Yat Woo – 1972)
The trail of broken blade (Chang Cheh - 1967)
The fastest sword (Lei Pan - 1968)
Histoires de fantômes chinois (Tony Ching Siu-Tung - 1987)
Mismatched coupled (Yuen Woo-Ping - 1985)

Bon cru italien aussi cette année avec les Rétro Bava, Bolognini, Lattuada, Fellini
La ruée des vikings (Mario Bava - 1961)
L'éclipse (Antonio Antonioni - 1962)
Sans pitié (Alberto Lattuada - 1948)
Les adolescentes (Alberto Lattuada - 1960)
L'amica (Alberto Lattuada - 1969)
La grosse tête / Sono stato io (Alberto Lattuada - 1972)
La steppe (Alberto Lattuada - 1962)
La Louve de Calabre (Alberto Lattuada - 1953)
Le sheik blanc (Frederico Fellini - 1952)
Et vogue le navire (Frederico Fellini - 1983)
Touche pas à la femme blanche (Marco Ferreri - 1974)
Liberté mon amour (Mauro Bolognini - 1975)
La mia signora (Tinto Brass, Mauro Bolognini, Luigi Comencini, 1964)
Adieu Moscou (Mauro Bolognini - 1987)

En ayant presque vu tout René Clair (il doit m'en rester 3 à voir), je confirme que son cinéma me plaît énormément et je crois n'avoir vu aucun film franchement raté de sa part.
Fausses nouvelles (1938)
La fantôme du moulin rouge (1925)
Porte des lilas (1957)
Le voyage imaginaire (1926)
Le silence est d'or (1947)

En rétros, j'ai enfin pu faire plus ample connaissance avec Otar Iosseliani (je n'avais vus que les favoris de la lune sans avoir accrocher). J'ai pas pu voir grand choses au final mais ceux-ci m'ont beaucoup plu.
La chute des feuilles (1966)
Aprile (1961)
Adieu plancher des vaches (1999)

Je note aussi un joli doublet Alain Robbe-Grillet
L'année dernière à Marienbad (Alain Resnais - 1961)
L'homme qui ment (Alain Robbe-Grillet - 1968)

Et deux excellentes adaptation de Simenon (je n'ai lu que le premier)
Trois chambres à Manhattan (Marcel Carné - 1965)
La mort de belle (Edouard Molinaro - 1961)

En vrac
Les 5 secrets du désert (Billy Wilder - 1943)
Falbalas (Jacques Becker - 1945)
Uniformes et Jupons courts (Billy Wilder - 1942)
Le signe du lion (Eric Rohmer - 1962)
Adelheid (František Vláčil - 1969)
The magnet (Charles Frend - 1950)
Bad girl (Frank Borzage – 1931)
La colline des potences (Delmer Daves - 1958)
Jane B par Agnès V (Agnès Varda - 1988)
You're tellin me (Erle C. Kenton - 1934)
L'arc et la flute (Arne Sucksdorf - 1958)
La rafle (Lewis Milestone - 1928)
Bruce contre-attaque (Joseph Kong Hung, André Koob, Bruce Le, Jean-Marie Pallardy - 1981) - appréciation nanar
Lights out in Europe (Herbert Kline - 1940)
Brick and mirror (Ebrahim Golestan - 1965)
Saladin (Youssef Chahine - 1963)
Chaque soir à 9h (Jack Clayton - 1967)
D'une nuit à l'autre (Gustav Machaty - 1931)
The seven minutes (Russ Meyer - 1971)
End of track (Tun Fei Mou - 1970)
Typhoon (Pan Lei – 1962)
So dark the night (Joseph H Lewis - 1946)
Requiem pour un massacre (Elem Klimov - 1985)
Forsaking All Others (W.S. Van Dyke - 1934) 
Penny paradise (Carol Reed - 1938)
La plaisanterie (Jaromil Jires - 1968)
L'arme à gauche (Claude Sautet - 1965)
Le reptile (Josef L. Mankiewicz - 1970)
La Venere d'Ille / La vénus d'Ille (co-réalisé avec Lamberto Bava - 1981)
Mystery Street (John Sturges - 1950)
Darling how could you (Mitchell Leisen - 1951)
Quand l'inspecteur s'emmêle (Blake Edwards - 1964)
Dance of the seven veils (Ken Russel - 1970)
La guerre d'un seul homme (Edgardo Cozarinsky - 1982)
Ici les aubes sont calmes (Stanislav Rostotskiy - 1972)
Cas de conscience (Richard Brooks - 1950)
Carmen (Christian-Jaque – 1942)
Story of three loves (Vincente Minnelli, Gottfried Reinhardt - 1953) Surtout pour les 2 Reinhardt
Roughly speaking (Michael Curtiz - 1945)
En angleterre occupée (Kevin Brownlow & Andrew Mollo - 1965)
Dorothée cherche l'amour (Edmond T. Greville - 1945)
The savage innocents (Nicholas Ray - 1960)
Le raid (Hugo Fregonese – 1954)
The polluted ones (Im Kwon-taek - 1982)
Tante zita (Robert Enrico - 1968)
Les compagnons de la marguerite (Jean-Pierre Mocky - 1967)
The line-up (Don Siegel - 1958)
Humoresque (Jean Negulesco - 1946)
Hamburger hill (John Irvin – 1987)
Le lieu du crime (André Téchiné - 1986)

Dans les films revus
Les arts-martiaux de Shaolin (Liu Chia-Liang - 1986)
Suède, entre enfer et paradis (Luigi Scattini - 1968)
La maison dans l'ombre (Nicholas Ray - 1951)
Woodstock (Michael – 1970)
Cops & Robbers (Alex Cheung - 1979)
Goyokin (Hideo Gosha – 1968)

Et comme j'ai hésité à les intégrer, je les mets en bonus
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les 5 Foudroyants de Shaolin aka 5 Pattern Dragon Claws (Kim Si Hyeon - 1982)

Breaking away (Peter Yates - 1979)
Matango (Ishirô Honda - 1963)
The dragon missile (Meng Hua Ho - 1976)
La charge des tuniques bleues (Anthony Mann - 1955)
Les ailes du serf (Yuri Tarich - 1926)
Pêcheurs d'Islande (Jacques de Baroncelli - 1924)
Sullivan's travel (Preston Sturges - 1941)
La corde est prête (Charles F. Haas – 1956)
Love without end (Doe Chin - 1961)
Criss cross (Robert Siodmak – 1949)
The last tempest (Li Han-Hisang – 1978)
Will Penny (Tom Gries - 1967)
Les dollars du Nebraska (Antonio Román et Mario Bava - 1966)
A travers le mirroir (Ingmar Bergman - 1961)
Return of sentimental swordsman (Chu Yuan - 1980)
Frisco Jenny (William A.Wellman – 1932)
Captain's paradise (Anthony Kimmins - 1953)
Don Q son of zorro (Donald Crisp - 1925)
Pom Pom (Joe Cheung - 1985)
Lady of the dugout (W.S. Van Dyke - 1918)
Le bonheur a enore frappé (Jean-Luc Trotignon - 1986)
Avec le sourire (Maurice Tourneur - 1936)
Profondeurs mystérieuses (G.W. Pabst - 1949)
Chronique d'un homicide (Mauro Bolognini - 1972)
La maison du silence (G.W. Pabst - 1964)
Commando strike at dawn (John Farrow - 1942)
Old Dark House (James Whale - 1932)
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
land of hope and dreams

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 20400
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Jack Carter » 31 déc. 19, 12:29

Va falloir que j'en note certains (ceux disponibles) et d'autres dans ma liste "liste de films à voir que je ne verrai peut-etre jamais" :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18471
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Rick Blaine » 31 déc. 19, 13:27

Jack Carter a écrit :
Rick Blaine a écrit :Toute la ville en parle (The whole town's talking), de John Ford (1935)
Nous sommes tous en liberté provisoire (L'istruttoria è chiusa: dimentichi), de Damiano Damiani (1971)


Je note ces deux-là

Tu aimerais les deux je pense. Le premier trouvable aux US (coffret DVD John Ford Columbia, BR Twillight TIme). Le second je l'ai vu par des moyens plus détournés. :fiou:

Avatar de l’utilisateur
Rashomon
Electro
Messages : 956
Inscription : 7 avr. 14, 14:16

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Rashomon » 31 déc. 19, 14:16


Avatar de l’utilisateur
John Holden
Accessoiriste
Messages : 1645
Inscription : 1 sept. 14, 21:41

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar John Holden » 31 déc. 19, 14:50

Merci Rick et Bruce pour vos listes, plein de belles choses dans lesquelles puiser. :D
J'ai noté également depuis quelques temps les Kiju Yoshida, Promesse est dans mon panier et vu qu'il figure dans le classement 2019 de Jack, je vais bientôt le valider.

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22158
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar cinephage » 31 déc. 19, 16:38

Cette année, une fois encore, je compte énormément de découvertes en naphta, et, avantage du temps qui isole et met en valeur les meilleurs titres, ma récolte en bons film est tout à fait fructueuse : je compte 52 films vraiment très intéressants parmi 196 vus cette année. Je note une constante qui est la constante redécouverte de formidables classi

1. Le Mont Fuji et la lance ensanglantée, de Tomu Uchida (1955) 10/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Quel merveille, lorsqu’un film parvient à entrelacer plusieurs niveaux de récit, l’intime, le politique, le social, en un même récit. Ici, on suit des marcheurs, sur la route d’Edo. Et forcément, parce qu’ils font le même trajet en même temps, que ce trajet dure plusieurs jours, les gens se rencontrent, se parlent, se confient. Et les drames personnels sont observés par les uns et les autres, et le voyage révèle les personalités, met à jour les faiblesses, les talents, et qu’on finit le film en ayant l’impression d’avoir rencontré des gens, d’avoir partagé leurs vies, d’avoir des amis, et l’on a bien été secoué aussi, il faut dire. Je dois dire que ce film, le premier d’Uchida que je vois, est une sacrée révélation.

2. Les vikings, de Richard Fleischer (1958) 10/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Un film d’aventure superbe, dont les décors, les accessoires, les éléments à l’image sont d’une grande justesse historique, et visuellement frappants. Ici un drakkar dans un fjord, là un sabre, ou encore une armée qui se couvre sous les boucliers… Mais on a aussi des personnages en demi-teinte, chacun mu par des objectifs personnels, on a aussi le poids du destin, funeste, et le drame qui sous-tend le récit, et surtout, on a l’aventure. L’aventure, partout, sur la mer, dans les airs lorsqu’on est au sommet d’une tour, l’aventure qui évoque la liberté et l’envie d’ailleurs. Enfin, signalons la beauté d’images de batailles grandioses, les comédiens habités par les passions de leurs personnages, la photo magnifique de Jack Cardiff... Un très grand film.

3. La symphonie nuptiale, d'Erich von Stroheim (1928) 9,5/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Ici encore, c’est le sens visuel d’un réalisateur ultra-exigeant qui impose ce film au sommet de mon podium de l’année. Car ce portrait sans concession d’une famille corrompue par l’argent et l’indolence pourrait sombrer dans la facilité s’il n’y avait le souci d’une image à l’expressivité constante, l’invention de chaque plan, la mise en scène qui présente chaque scène avec un regard personnel et, surtout, une idée nouvelle et éloquente. Stroheim est décidément un très grand metteur en scène, mais l’on comprend aussi devant un tel spectacle que ses films aient pu sembler couteux et trop exigeants, quand la plupart des autres se contentaient de beaucoup moins pour raconter leurs histoires. Reste que ce film est un magnifique récit, et un excellent film de ceux qu’on reverrait bien basculer en bluray un de ces quatre pour le revoir à volonté…

4. Seance on a wet afternoon / Le rideau de brume, de Bryan Forbes (1964) 9/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Ce très beau film fantastique et puissamment vénéneux se savoure doucement, infusant son fantastique et sa dose dramatique à petites gorgées. Le talent du casting, la précision des dialogues, les cadrages qui enserrent les personnages. Tout cela concourt à faire de la découverte de film une excellente surprise. Et dire qu’il y a des gens qui méprisent le cinéma britannique !!

5. Opération peur, de Mario Bava (1966) 9/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Sans doute un des films de Bava les plus classiques sur le plan de l’intrigue. Mais aussi, quel plaisir que ce livre d’images, qui déroule le catalogue de l’horreur classique, dans un foisonnement visuel et une reconstitution en studio aussi belle qu’effroyable, même si le coté classique du film n’effraie pas un vieux routard de l’épouvante comme moi. Il n’empêche, rarement les codes et ficelles de ce cinéma auront été aussi bien mise en valeur, respectées et utilisée pour un rendu visuellement superbe.

6. Fat City, de John Huston (1972) 9/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Huston trouve dans sa thématique récurrente des perdants magnifiques une inspiration sans cesse renouvelée, qui trouve son illustration la plus belle dans les années 70. Ici, des boxeurs, l’un qui monte, l’autre qui chute, se croisent comme un reflet inversé, l’un trouvant en l’autre le souvenir d’exploits passés, ou la menace d’un déclin futur. Le film, aussi désespéré que superbe dans les portraits de ses personnages, et de ceux que l’on n’oublie pas.

7. The Racket, de Lewis Milestone (1928)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Deuxième film muet de mon top 10, ce Racket est une tuerie. Formellement, l’opposition entre policier et bandit est saisissante, et le fond est d’un cynisme, d’une lucidité ahurissante. Le film brosse le portrait d’une société où la corruption s’affiche à ciel ouvert, et où s’y opposer est une démarche héroïque, mais littéralement vouée à l’échec. Le casting est aux petits oignons, avec des physiologies d’une expressivité rare, et le film laisse une impression durable.

8. Faster, Pussycat ! Kill ! Kill !, de Russ Meyer (1965) 9/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Film culte de la contre-culture, ce Faster Pussycat est un film inclassable. Il s’y exprime une violence, une méchanceté, une radicalité assez inattendue pour moi qui ne connaissait de Meyer que ses nudies ludiques… Là, des femmes qui ont la haine, qui ne pense qu’à humilier les bourgeois, à les battre et à les dépouiller. Un film bourré d’une énergie brute et mortifère qui emporte le spectateur pour ne le lacher qu’à la fin, un peu secoué. Il est facile de comprendre le statut de ce film, une fois qu’on l’a vu.

9. Des gens sans importance, d'Henri Verneuil (1956) 9/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Verneuil nous campe un film au ton d’un réalisme social inattendu chez lui. Pourtant tout ici est juste, précis, authentique. Le récit, drame social assez sombre, nous fait nous intéresser à des gens de peu, des gens « sans importance », comme l’indique le titre, très conscients de leur statut médiocre, à qui il ne reste que l’amour, et encore, comme issue à une vie d’une grisaille étouffante. Très fort, et assez étonnant quand on est plus habitué à l’œuvre tardive de Verneuil…

10. Qui a tué Vicky Lynn ?/ I wake up screaming, de Bruce H. Humberstone (1941) 9/10
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

On est un peu tôt pour parler véritablement de film noir, et pourtant… Ici, on a un meurtre, un accuse, des policiers menaçants, des menaces de scandale et des rivalités amoureuses qui auraient bien pu conduire au meurtre… Mais surtout, on a la révélation d’un comédien qui pèse ici de tout son poids et fait de son personnage le cœur du film ; Laird Cregar, dont la physionomie imposante et le jeu doucereux marquent, fatalement, l’esprit du spectateur.

Derrière, un peloton de films marquants et chaudement recommandés, qui flirtent avec mon top 10.
11 Un été capricieux, de Jiri Menzel (1968) 8,5/10
12 Orin la proscrite / Hanare goze Orin, de Masahiro Shinoda (1977) 8,5/10
13 Underground, d'Anthony Asquith (1928) 8,5/10
14 Sunday, Bloody Sunday, de John Schlesinger (1971) 8,5/10

Et après, en vrac, les autres titres naphta qui m’ont aussi fait vibrer cette année… Il y en a quand même un paquet, l'année a été bonne.
Spoiler (cliquez pour afficher)
15 L'auberge du printemps, de King Hu (1973) 8/10
16 Les nus et les morts, de Raoul Walsh (1958) 8/10
17 Michael, de Carl T. Dreyer (1924) 8/10
18 Brighton Rock, de John Boulting (1948) 8,5/10
19 Nous les gosses, de Louis Daquin (1941) 8,5/10
20 La victoire en chantant, de Jean-Jacques Annaud (1976) 8/10
21 Aniki Bobo, de Manoel de Oliveira (1942) 8/10
22 La femme du boulanger, de Marcel Pagnol (1938) 8/10
23 This Sporting Life, de Lindsay Anderson (1963) 8/10
24 La momie, de Terence Fisher (1959) 8/10
25 Le lache, de Satyajit Ray (1965) 8/10
26 La chute d'un corps, de Michel Polac (1973) 8/10
27 The Old Maid, d'Edmund Goulding (1939) 8/10
28 Marqué par la haine / Somebody Up There Likes Me, de Robert Wise (1956) 8,5/10
29 La nuit des maléfices, de Piers Haggard (1971) 8/10
30 Pilgrimage, de John Ford (1933) 8/10
31 Stage Struck, d'Allan Dwan (1925) 8/10
32 En Angleterre occupée / It happened here, de Kevin Brownlow & Andrew Mollo (1965) 8/10
33 I spit on your grave, de Meir Zarchi (1978) 8/10
34 One Way Passage, de Tay Garnett (1932) 8/10
35 Il marchait dans la nuit, d'Alfred L. Werker (1948) 8/10
36 Les professionnels, de Richard Brooks (1966) 8/10
37 Wanda, de Barbara Loden (1970) 8/10
38 David Golder, de Julien Duvivier (1931) 8/10
39 La vache, de Dariush Mehrjuhi (1969) 8/10
40 Colonel Redl, de Istvan Szabo (1985) 8/10
41 Une femme dans la tourmente / Midareru, de Mikio Naruse (1964) 8/10
42 L'emmurée vivante / Sette note in nero, de Lucio Fulci (1977) 8/10
43 The Lodger, de John Brahm (1944) 8/10
44 Tempête sur l'Asie, de Vsevolod Pudovkin (1928) 8/10
45 Une si jolie petite plage, de Yves Allégret (1949) 8/10
46 L'invasion des mort-vivants / The Plague of the Zombies, de John Gilling (1966) 8/10
47 Criss Cross / Pour toi j'ai tué... de Robert Siodmak (1949) 8/10
48 Hombre, de Martin Ritt (1967) 8/10
49 La pièce aux murs épais/Kabe atsuki heya, de Masaki Kobayashi (1956) 8/10
50 Detective Story, de William Wyler (1951) 8,5/10
51 A Married Couple, d'Allan King (1969) 8/10
52 Les 5 gentlemen maudits, de Julien Duvivier (1931) 8/10
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Vic Vega
Lee Marvin Fan
Messages : 3284
Inscription : 15 avr. 03, 10:20
Localisation : South Bay

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Vic Vega » 1 janv. 20, 13:51

Mon quintet:
1) La Roue (revisionnage en version longue restaurée)
2) La 317ème Section
3) Elle et Lui (1939)
4) Notre pain quotidien
5) Charulata

Puis, sans ordre de préférence:
Capitaine sans peur
Daguerréotypes
Demain est un autre jour
Guerre et Amour
Gueule d'amour
I was a fireman (DC de Fires were started)
Intolérance
Je suis un clown
Je suis un fugitif
La Cible
La Flibustière des Antilles
La Piste des Géants
La Traversée de Paris
La Vallée de la peur
Le Bonheur
Le Passage du canyon
Les Nus et les Morts
Les Vitelloni
L'Invaincu
This Transient Life
ImageImageImageImage

Beule
Décorateur
Messages : 3891
Inscription : 12 avr. 03, 22:11

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Beule » 1 janv. 20, 14:41

MAJ définitive avec, pour l'essentiel, l'intégration du très impressionnant L'Enfer blanc du Piz Palü.
Coup de pouce : Hupla - I could (single)[/center]

Avatar de l’utilisateur
NotBillyTheKid
Tout le monde en parle
Messages : 5695
Inscription : 15 avr. 06, 08:56
Localisation : fait le larron

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar NotBillyTheKid » 1 janv. 20, 19:04

Top 20 Films (naphtas et contemporains) vus pour la première fois en 2019 : (sans ordre sinon le premier.)

Requiem pour un massacre - Elem Klimov

Asako I & II - R. Hamagushi
Bonjour - Ozu
Woman on the run - Foster
Baghead - Jay & Mark Duplass
Un jour avec, un jour sans - Hong Sang Soo
Clair de terre - Guy Gilles
Adoption - Marta Meszaros
La vieille dame indigne - René Allio
L'île au trésor - Guillaume Brac
L'amateur -K.Kieslowski
Braguino - Clément Cogitore
1974, une partie de campagne - R Depardon
Walker - Alex Cox
Les bruits de Recife - Kleber Mendonça Filho
Cléo de 5 à 7 - Agnès Varda
La règle du jeu - Jean Renoir
Traité de bave et d'éternité Isidore Isou
La passion Jeanne d'Arc -Dreyer
Rêves en rose -Dusan Hanak

Bonus : 10 Films sortis en 2019 (18 vus seulement) : Sans ordre sinon le premier.
Asako I& II - Hamagushi / Le livre d 'image - JLG (vu en 2018 mais dans les classements 2019 alors..) / Bacurau - Kleber Mendonça Filho / Joker - Todd Phillips / Jour de pluie à NY - Allen / Toy Story 4 - J. Cooley / Yara - Abbas Fahdel / Portrait de la jeune fille en feu - Céline Sciamma / Perdrix - E Le duc / Chambre 212 - Honoré
(autre films de 2019 vus. Bien : Adults in a room (Costa Gavras), Parasite, Jeanne (Dumont) // Moyens Sorry we missed you, Roubaix (despleschin) // Pas bien : Les Misérables, Marriage story. Revenir)
"Je ne veux pas rester dans l'histoire comme le gars qui a détruit l'Univers"
Dude, where's my car
Tears in my beers

Avatar de l’utilisateur
Sybille
Accessoiriste
Messages : 1850
Inscription : 23 juin 05, 14:06

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Sybille » 2 janv. 20, 10:18

Mes découvertes naphtas 2019

TOP 3
Limelight / Les feux de la rampe - Charles Chaplin (1952)
La dolce vita - Federico Fellini (1960)
Cinq soirées - Nikita Mikhalkov (1979)

EXCELLENTS
House of strangers / La maison des étrangers - Joseph Mankiewicz (1949)
Gun crazy / Le démon des armes - Joseph Lewis (1950)
Sweet smell of success / Le grand chantage - Alexander Mackendrick (1957)
Greed / Les rapaces - Erich von Stroheim (1924)
Piccadilly - E. A Dupont (1929)

TRÈS BONS, INTÉRESSANTS OU/ET AGRÉABLES (dans ordre de découverte)

* Rivière noire - Masaki Kobayashi (1957)
* Le miroir - Andreï Tarkovski (1975)
* Pas de gué dans le feu - Gleb Panfilov (1968)
* Presenting Lily Mars / Lily Mars vedette - Norman Taurog (1943)
* Calamity Jane / La blonde du Far-West - David Butler (1953)
* Cry danger / L'implacable - Robert Parrish (1951)
* Phantom lady / Les mains qui tuent - Robert Siodmak (1944)
* The house of 56th street / Sa douce maison - Robert Florey (1933)
* Nightfall / Poursuites dans la nuit - Jacques Tourneur (1957)
* Me and my gal / Raoul Walsh (1932)
* Le soleil dans le filet - Stefan Uher (1962)
* Viridiana - Luis Bunuel (1961)
* No man of her own / Chaînes du destin - Mitchell Leisen (1950)
* Le héros - Satyajit Ray (1966)
* Martha - R.W Fassbinder (1974)
* La septième victime - Mark Robson (1943)
* In a lonely place / Le violent - Nicholas Ray (1950)
* The third man / Le troisième homme - Carol Reed (1949)
* Ride the pink horse / Et tournent les chevaux de bois - Robert Montgomery (1947)
* The nutty professor / Dr Jerry & Mister Love - Jerry Lewis (1963)
* Strangers when we meet / Liaisons secrètes - Richard Quine (1960)
* This could be the night / Cette nuit ou jamais - Robert Wise (1957)
* Underworld / Les nuits de Chicago - Josef von Sternberg (1927)
* The informer / Le dénonciateur - Arthur Robison (1929)
* The penalty / Satan - Wallace Worsley (1920)
* I want to live! / Je veux vivre ! - Robert Wise (1958)
* Léon Morin prêtre - Jean-Pierre Melville (1961)
* Call her savage / Fille de feu - John Francis Dillon (1932)
Dernière édition par Sybille le 9 janv. 20, 17:25, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1562
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar manuma » 2 janv. 20, 21:17

L'OMBRELLONE - Dino Risi (1965) :
NIGHT OF THE JUGGLER - Robert Butler (1979)
HELTER SKELTER - Tom Gries (TV)(1976)
PUZZLE OF A DOWNFALL CHILD - Jerry Schatzberg (1970)
LA RAGAZZA CON LA PISTOLA - Mario Monicelli (1969)
SHORT EYES - Robert M. Young (1977)
LA RAGAZZA DI BUBE - Luigi Comencini (1964)
LA MIA SIGNORA - Tinto Brass, Luigi Comencini, Mauro Bolognini (1964)
L'EDUCATION AMOUREUSE DE VALENTIN - Jean L'Hôte (1976)
NELL'ANNO DEL SIGNORE - Luigi Magni (1969)
I DUE MARESCIALLI - Sergio Corbucci (1961)
CONDENADOS A VIVIR - Joaquin Romero Marchent (1972)
HYSTERIA - Freddie Francis (1965)
THE LAST MOVIE - Dennis Hopper (1971)

Avatar de l’utilisateur
Arn
Accessoiriste
Messages : 1556
Inscription : 19 oct. 17, 16:32

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Arn » 3 janv. 20, 10:54

Une grosse année encore en terme de découverte naphtas, beaucoup de classiques. L'année dernière le choix entre La Garçonnière et La nuit du chasseur était extrêmement difficile, cette année c'est tout le top 10 qui se joue à rien et qui évoluera avec le temps.

1. LE TRÉSOR DE LA SIERRE MADRE (The Treasure of the Sierra Madre, John Huston - 1949)
2. L'AVENTURE DE MADAME MUIR (The Ghost and Mrs. Muir, Joseph L. Mankiewicz - 1952)
3 . BARBEROUSSE (Akahige, Akira Kurosawa - 1965)
4. DUELLISTES (The Duellists, Ridley Scott - 1977)
5. NOUS AVONS GAGNÉ CE SOIR (The Set-Up, Robert Wise - 1949)
6. LE GRAND SILENCE (Il grande silenzio, Sergio Corbucci - 1968)
7. LE VOLEUR DE BICYCLETTE (Ladri di biciclette, Vittorio De Sica - 1948)
8. LA DAME DU VENDREDI (His Girl Friday, Howard Hawks - 1940)
9. LORD JIM (Richard Brooks - 1965)
10. L'AFFAIRE CICERON (5 Fingers, Joseph L. Mankiewicz - 1952)
11. ASSURANCE SUR LA MORT (Double Indemnity, Billy Wilder - 1944)
12. LE GARDE DU CORPS (Yôjinbô, Akira Kurosawa - 1961)
13. CASABLANCA (Michael Curtiz - 1942)
14. FRENCH CONNECTION (The French Connection, William Friedkin - 1971)
15. TRAÎTRE SUR COMMANDE (The Molly Maguires, Martin Ritt - 1970)
16. UNE FEMME SOUS INFLUENCE (A Woman Under the Influence, John Cassavetes - 1974)
17. LA GRIFFE DU PASSÉ (Out of the Past, Jacques Tourneur - 1947)
18. CROIX DE FER (Cross of Iron, Sam Peckinpah - 1977)
19. LADY SNOWBLOOD (Shurayukihime, Toshiya Fujita - 1973)
20. LA HORDE SAUVAGE (The Wild Bunch, Sam Peckinpah - 1969)

Et j'en ai encore facile 30 qui mériterais d'y être, là il n'y a qu'une partie de mes 10 et 9/10.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86987
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Vos découvertes naphtas 2019

Messagepar Jeremy Fox » 3 janv. 20, 10:58

Il y a effectivement du très très lourd dans cette liste !