Le Western américain : Parcours chronologique III 1955-1959

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

The Proud Ones

Messagepar Jeremy Fox » 17 mars 13, 09:24

Image



Le Shérif (The Proud Ones - 1956) de Robert D. Webb
20TH CENTURY FOX


Avec Robert Ryan, Jeffrey Hunter, Virginia Mayo, Robert Middleton, Walter Brennan
Scénario : Edmund H. North & Joseph Petracca
Musique : Lionel Newman
Photographie : Lucien Ballard (Technicolor 2,35)
Un film produit par Robert L. Jacks pour la 20th Century Fox


Sortie USA : Mai 1956


Avant de passer derrière la caméra, le peu connu Robert D. Webb fut un réalisateur de seconde équipe réputé, notamment sur les films d'Henry King avec Tyrone Power comme Capitaine de Castille ou Echec à Borgia (Prince of Foxes). En tant que cinéaste, sans génie dans ses mises en scène, il fit néanmoins du bon travail d’artisan consciencieux et sa technique fut quasiment irréprochable (même s’il fut parfois capable du pire avec par exemple le pénible et laborieux film d'aventure Tempête sous la mer - Beneath the 12-Mile Reef) ! White Feather (La Plume blanche) était un honnête western pro-indien avec déjà Jeffrey Hunter, mais à la vue de ce plaisant film, nous étions loin d'imaginer que le réalisateur serait ensuite capable de nous offrir un aussi bon western que celui qui nous concerne ici. Il est d'ailleurs fort dommage que The Proud Ones soit aussi inconnu au bataillon (même si sa réputation est plutôt flatteuse dans l'ensemble) d'autant qu'il préfigure peut-être le plus grand classique du genre (sans trop avoir à rougir de la comparaison), non moins donc que Rio Bravo d'Howard Hawks avec qui il partage d'innombrables points communs. Le titre français trouvé par Claude Chabrol (bravo à lui) a beau nous sembler trop 'simplissime', il s'avère en fait totalement justifié ; en effet, nous n'avions jamais eu encore l'occasion à cette date de tomber sur un western portant une aussi grande attention à ce métier et à la vie quotidienne de ces hommes de loi ; de multiples détails font que ce western pourrait être le plus intéressant d'un point de vue documentaire à ce propos. Le Shérif n'aurait bénéficié que de ce seul point positif que pour cette unique raison, il n'aurait pas fallu faire l'impasse dessus. Mais la question ne se pose pas puisque le film s'avère excellent.


Image


Avec leur immense convoi de bétails, des Cow-boys texans arrivent enfin à destination dans une petite ville du Kansas qui n'avait encore jamais eu l'occasion d'avoir une telle 'visite'. Il va sans dire que Cass Silver (Robert Ryan), le shérif, est un peu méfiant. Il préfère prendre les devants en allant informer les cow-boys que, s'il comprend parfaitement qu'ils aient envie de boire et de prendre du bon temps après un tel périple, il ne souhaite cependant pas que sa ville soit mise à sac ni qu'elle ne perde sa tranquilité. Mais outre les commerçants qui voient dans l'arrivée du passage d'une piste à bétail à proximité, une occasion pour leur ville de connaître une forte expansion ainsi qu'une opportunité de gagner un maximum d'argent, des étrangers peu scrupuleux qui reniflent aussi la manne financière viennent s'y installer et notamment l'escroc John Barrett (Robert Middleton) qui rachète le saloon pour en faire en même temps une salle de jeu. En plus du danger qui guette sa ville, le shérif est désormais confronté à un passé qu'il souhaitait ne plus voir ressurgir. En effet John Barrett et lui se connaissent bien pour avoir été ennemis à Keystone où le shérif officiait précédemment ; ce dernier était parti avant que ça ne dégénère suite à l'insistance de sa fiancée Sally (Virginia Mayo) qui avait peur qu'il se fasse abattre et qui tient désormais l'hôtel-restaurant de la petite ville. De plus, parmi les cow-boys nouvellement arrivés, se trouve le jeune Thad Anderson (Jeffrey Hunter) dont Cass tua autrefois le père à Keystone. Les concitoyens de Cass apprenent du coup en même temps la réputation de couard et de fou de la gachette de leur shérif. Mais la vérité n'est pas nécessairement celle que tout le monde veut bien croire : "You've heard all the lies. Now you can hear the truth" dit le shérif au jeune cow-boy. L'animosité entre Cass et John est telle que la violence éclate dans la ville jusque là si calme : les habitants demandent à leur homme de loi de démissionner ; un homme de loi de plus affaibli par une blessure qui le rend aveugle par intermittence...


Image


Une ville tranquille sur le point d'exploser démographiquement et économiquement suite au passage d'une piste pour le bétail à proximité ; la violence dans le sillage des convoyeurs de troupeaux, les cow-boys étant prêts à tout saccager pour prendre du bon temps suite à un périple mouvementé ; les notables et commerçants qui se frottent les mains, préférant perdre leur tranquilité au profit d'une nouvelle manne financière ; ces mêmes personnes qui du coup aimeraient que leur shérif soit moins consciencieux au point de trouver la première excuse pour lui proposer de démissionner ; une femme poussant son fiancé à quitter les villes qu'il protège dès qu'un danger se précise pour pouvoir l'épargner ; la rivalité entre l'homme de loi et l'escroc qui chercher à dominer la ville ; l'envie de vengeance d'un cow-boy envers le shérif qu'il accuse d'avoir tué son père alors que ce dernier semblait n'être pas armé ; un shérif à la réputation de fou de la gachette... Rien de bien nouveau ; on a déjà vu ces éléments d'intrigues à maintes reprises. On pense notamment à High Noon (Le Train sifflera trois fois) de Fred Zinnemann ainsi qu'à Un Jeu risqué (Wichita) de Jacques Tourneur pour ne citer que les westerns les plus célèbres reprenant quelques unes de ces situations et surtout celle qui voit un homme de loi seul contre tous y compris ses concitoyens. Mais on pense aussi surtout à postériori à Rio Bravo qui ne sera tourné que trois ans plus tard et qui reprendra d'encore plus nombreuses situations de The Proud Ones ainsi qu'un Stumpy tout droit sorti du film de Robert D. Webb : non seulement le personnage est ici et là un vieux gardien de prison (cependant moins loquace et moins grognon dans Le Shérif) mais son interprète est également le même, l'inoubliable Walter Brennan. Dans les deux films, l'homme de loi devra faire son travail avec une blessure très affaiblissante ; dans les deux films, on verra le shérif et son adjoint arpenter les rues de la ville à la nuit tombée ; dans les deux films un jeune homme au sang chaud viendra se mêler à la bataille ; dans les deux films les protagonistes passeront une bonne partie de leur temps à la prison où ils doivent surveiller deux des tueurs à gages du 'Bad Guy' ; dans les deux films, le violent règlement de comptes final aura lieu dans une étable ou une grange... Arrêtons nous-en là des comparaisons car elles sont encore très nombreuses. Il fallait juste rendre justice au film de Webb, les situations que nous adorons dans le chef-d'oeuvre de Hawks (certes toujours difficilement surpassable) ayant déjà presque toutes été en place dans ce très bon The Proud Ones.


Image


Un film qui débute dans les plaines, le shérif venant rendre visite aux cow-boys avant qu'ils ne viennent prendre du bon temps dans sa ville, leur faisant un speech bien carré et déterminé afin de ne pas avoir à prendre les armes par la suite ("Just a minute, boys. I know you're anxious to get into town and cut loose ; well, the people in town are waitin' for you. You're the first trail crew to come in here and I don't want any trouble, so let's keep everything nice and peaceful. Anybody draws a gun, I got to go to work... I don't like hard work. My goal is to be the oldest living marshal west of Kansas City.") ; ce sera l'une des seules séquences du film se déroulant à l'extérieur de la ville avec aussi celle de l'entraînement au tir. Amateurs de grands espaces soyez donc prévenus afin de ne pas être déçus : il s'agit d'un western urbain (l'un des tous meilleurs) tourné entièrement à Burbank tout près d'Hollywood. Si les amateurs d'action risquent aussi d'être en manque, le cinéaste ne les aura pas oublié, leur ayant concocté un long règlement de comptes final d'une dizaine de minutes à l'intérieur d'une étable, séquence superbement montée et mise en scène, ne manquant ni de suspense ni d'images violentes puisque c'est l'une des premières fois que l'on verra de forts impacts de balles. Avant d'en arriver là, les auteurs nous auront servi une intrigue intelligente et constamment captivante rehaussée par des personnages formidablement bien écrits. Il faut dire qu'ils n'ont pas lésiné sur les situations de départ à forte teneur dramatique, le tout habilement mixé, parfaitement rythmé, subtilement mis en place. Essayons d'en faire de même ! Cass est un shérif honnête et droit qui semble se faire respecter. Il a pour second un homme timide qui ne va pas tarder à avoir un enfant, et pour gardien de prison un vieil édenté peu loquace passant sa journée à surveiller les prisonniers en lisant son journal. Leur petit train-train quotidien va prendre fin le jour où un convoi de bétails arrive pour la première fois aux alentours de la ville. Les premières séquences montrant l'effervescence de la petite cité sont parfaites et tout à fait convaincantes ; rarement nous avions pu voir une petite ville du Far-West aussi vivante, le réalisateur ayant eu les moyens de faire tourner de nombreux figurants. Les commerçants et artisans de bichonner leurs boutiques tout en n'oubliant surtout pas d'augmenter considérablement leurs tarifs (le shérif s'en rendra compte pour la première fois en sortant de chez son coiffeur qui lui a demandé le double de la somme habituelle) ; les notables de faire décorer la ville ; les étrangers attirés par l'odeur de l'argent frais d'ouvrir des saloons et salles de jeu modernes...


Image


Le décor est remarquablement bien planté ; aux protagonistes de faire leur entrée en scène et aux spectateurs de devoir enregistrer de multiples informations qui restent cependant d'une grande clarté, le scénario étant d'une parfaite limpidité malgré les innombrables ressorts dramatiques mis en place. Le shérif a quitté très rapidement la ville de Keystone après avoir tué un homme que l'on a dit désarmé ; on l'accuse alors à la fois de couardise et d'être un fou de la gâchette puis sa réputation le rattrape très rapidement dans la nouvelle cité où il officie. En effet deux hommes de Keystone arrivent ici peu après ; l'homme d'affaire véreux avec qui il avait eu maille à partir et devant qui il paraissait s'être effacé ainsi que le fils de l'homme qu'il avait abattu et qui cherche désormais à venger son père. Mais la vérité est différente de ce que tout le monde croit. L'homme abattu était un tueur à gages dont il s'est débarrassé en état de légitime défense et s'il a quitté la ville suite à cette dramatique affaire, c'est poussé par sa maîtresse qui avait peur que son amant reste sur le carreau, sa situation là-bas devenant extrêmement dangereuse. Sally est d'ailleurs sur le point de le forcer à partir une nouvelle fois lorsqu'elle se rend compte que le danger se fait de nouveau de plus en plus pressant. Mais cette fois Cass, trop fier, ne veut pas fuir à nouveau de peur que les fausses idées qu'on se fait de lui continuent à s'intensifier. "Pride can kill a man faster than a bullet" lui dira en pleine ville l'un des nouveaux tueurs à gages engagés par son rival afin de faire place nette. Mais cette fois, il est bien déterminé à débarrasser la ville du malhonnête propriétaire du saloon ; et pour se faire, il va réussir à obtenir de l'aide de son second ennemi, le jeune vengeur, après qu'il l'ait presque convaincu de sa propre version des faits. Une situation passionnante que la relation entre les deux hommes, sans cesse changeante et qui évolue de la plus belle des manières ; il faut dire que le personnage de Thad est d'une profonde richesse, interprété par un Jeffrey Hunter qui tient peut-être ici son meilleur rôle (avec plus tard celui de Jésus dans Le Roi des rois de Nicholas Ray). Un personnage qui ne sait pas sur quel pied danser et à qui faire confiance, mais qui deviendra finalement un allié précieux pour l'assassin de son père. Le paroxysme de leur relation plutôt tendue aura lieu lors de cette superbe séquence en extérieur d’entraînement au tir au pistolet après que Thad ait accepté d'entendre avec difficulté tout le mal qu'il fallait penser de son paternel et de porter l'étoile d'adjoint.


Image


Si Thad a été embauché par Cass, c'est après que le précédent adjoint de ce dernier lui ait demandé de démissionner, voulant fuir le danger qui se fait pressentir, de peur de ne pas pouvoir profiter de son enfant qui ne va pas tarder à naître. Encore une superbe séquence d'une belle sensibilité que celle au cours de laquelle le comédien Arthur O'Connell vient faire sa demande de démission tout en étant profondément désolé et honteux. Sur quoi Robert Ryan accepte avec une compréhension qui lui fait honneur, sans jamais lui faire porter sur la conscience la situation délicate dans laquelle il le laisse ("Sure I Understand"). Puisque nous voilà à l'intérieur du bureau du shérif qui fait également office de prison, profitons en pour redire à quel point ce western est superbe d'un point de vue purement 'documentaire'. Outre cette scène de 'démission', souvenez-vous avoir déjà vu auparavant de tels détails : l'adjoint du shérif, ayant fini son service, venir ranger son étoile et son revolver 'de travail' avant de s'en retourner chez lui tel un employé de bureau ; les hommes de loi arpenter les rues à la nuit tombée pour constater si tout est en ordre, faire attentivement tout le tour de la maison de jeu en pleine effervescence afin de vérifier que tout est bien légal, aller dîner dans un véritable restaurant qui ne ressemble en rien à un saloon ; le gardien de prison rester constamment sur sa chaise un journal à la main, l'autre main sur la gâchette prêt à tirer ; des repas pris, pour les plus démunis, en extérieur sous une tente ; des commerçants réajuster le prix à la hausse sur les étiquettes de leurs marchandises... Tout un tas de petites notations qui ne font guère avancer l'intrigue mais qui rendent le film plus crédible et bougrement plaisant. Revenons à l'autre homme travaillant dans le bureau du shérif, le gardien de prison, superbement interprété par un Walter Brennan pour une fois très peu loquace, faisant tout passer par le regard. Malgré son peu de temps de présence à l'écran, le scénariste lui aura néanmoins donné une très belle scène, celle où il soigne la blessure de son patron en lui versant du liniment (en fait du whisky) dessus. On ne voit pas beaucoup le comédien mais il ne nous déçoit pas.


Image


Quant au 'Bad Guy', il est superbement et sobrement interprété par l'imposant Robert Middleton qui n'en fait pas des tonnes, au contraire très posé et tempéré, ce qui arrive à nous le rendre attachant. Un inoubliable méchant de cinéma entouré par des tueurs à gages qui ont les têtes des inquiétants Ken Clark et Rodolfo Acosta, tous deux tout aussi excellents. En revanche, on pourra trouver à redire du personnage féminin joué par Virginia Mayo, l'une des comédiennes ayant eu le plus de westerns à son actif ; non pas qu'il soit inintéressant (nous avions encore rarement eu l'occasion de tomber dans un western sur une femme de tête aussi déterminée, prenant même très souvent l'ascendant sur son amant, et de ce fait pas spécialement sympathique de prime abord voire même assez désagréable) mais n'ayant pas assez de temps pour s'exprimer et se faire valoir. Il aura néanmoins son importance sur le déroulement de l'intrigue puisque ce sera celui qui fera constamment prendre conscience au shérif du danger qu'il encoure même si ce dernier s'en doute bien tout en en faisant fi. Après avoir commencé sa carrière dans le western au sein de beaucoup trop de films médiocres, mais après s'être rattrapé par ses rôles mémorables dans Le Traître du Texas (Horizons West) de Budd Boetticher ainsi que dans Les Implacables (The Tall Men) de Raoul Wash, Robert Ryan est de nouveau impérial, sauf peut-être dans les quelques séquences où il perd la vue au cours desquelles il semble en faire un peu trop. Mais la faute en incombe surtout à la musique de Lionel Newman, souvent inappropriée à la situation, notamment, avec moult stridences de violon un peu pénibles, au cours de ces séquences dramatiques où Cass se sent devenir aveugle. D'ailleurs, hormis le thème principal sifflé qui colle assez bien avec le générique, le même reviendra jusqu'à plus soif à des moments innoportuns pendant lesquels on s'en serait bien passé. De même, lors des séquences mouvementées, la musique se fait bien trop grandiloquente, aussi peu discrète et subtile que le scénario se révèle au contraire l'être.


Image


S'il est une séquence particulièrement mémorable, outre la confrontation psychologique Ryan/Hunter en extérieurs ainsi que le long duel final, c'est celle au cours de laquelle, poussé à démissionner, Robert Ryan, plein de noblesse, fait un discours très convainquant pour stigmatiser ses concitoyens à qui il reproche d'être aussi méprisables et opportunistes que l'escroc notoire, aussi voleurs et profiteurs que lui : "The minute you people smelled money, this town got an attack of larceny. I don't blame it on Barrett ; I blame it you. You're supposed to be respectable. You talk about law and order ; you'd sell out for a copper penny - any one of you. You're robbin' and stealin' the same as he is, with your fifty dollar boots and your twelve dollar hotel rooms. If I was on this council, I couldn't look in the mirror without vomiting !"Une séquence très puissante qui laisse les participants ébahis et bouches bées ; une belle défense de la probité face à des hommes prêts à abdiquer la quiétude, la loi et l'ordre pour la rentabilité et l'argent.


Image


Une interprétation plus que solide avec en prime une multitude d'excellents seconds rôles (Paul Burns en attachant alcoolique entre autres), des thèmes classiques et rebattus mais intégrés à un scénario rigoureux et adulte, des dialogues de très bonne tenue ainsi qu'une mise en scène très efficace qui bénéficie d'une superbe direction artistique de Lyle Wheeler, d'une photographie magnifique de Lucien Ballard avec des éclairages de nuit absolument fabuleux. Un film qui prend le temps d'installer ses situations, de décrire ses personnages et ses enjeux, pour un résultat vraiment réussi et plein de suspense grâce notamment à ce ressort dramatique de l'infirmité progressive du shérif. Un des très grands 'westerns urbains', presque à l'égal d'un Wichita (Un jeu risqué) de Jacques Tourneur. Un western noble et subtil qui avait eu un très beau succès à sa sortie aux USA et qui mérite qu'on le découvre ou redécouvre dans notre contrée où il est en revanche passé plutôt inaperçu.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar Jeremy Fox » 17 mars 13, 09:28

Et je laisse une petite place ici pour 24 heures de terreur qui sort chez Sidonis en mai

Avatar de l’utilisateur
feb
I want to be alone with Garbo
Messages : 8562
Inscription : 4 nov. 10, 07:47
Localisation : San Galgano

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar feb » 17 mars 13, 09:44

Où est Virginia Mayo ? T'es sur qu'elle joue dans le film ? :fiou: :mrgreen:
ed a écrit :Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar Jeremy Fox » 17 mars 13, 09:56

feb a écrit :Où est Virginia Mayo ? T'es sur qu'elle joue dans le film ? :fiou: :mrgreen:


:oops:

:fiou:

Image

Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
feb
I want to be alone with Garbo
Messages : 8562
Inscription : 4 nov. 10, 07:47
Localisation : San Galgano

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar feb » 17 mars 13, 09:58

Voilà c'est mieux, les captures comme celles là ça ne sert à rien de les laisser sur le disque dur :mrgreen:
ed a écrit :Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar Jeremy Fox » 17 mars 13, 10:11

feb a écrit :Voilà c'est mieux, les captures comme celles là ça ne sert à rien de les laisser sur le disque dur :mrgreen:



Je note pour la prochaine fois :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Julien Léonard
Duke forever
Messages : 11844
Inscription : 29 nov. 03, 21:18
Localisation : Hollywood

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar Julien Léonard » 17 mars 13, 13:01

Revu ce matin avec ma compagne, suite à la lecture de ta chronique. Un enchantement, à nouveau... Très beau western, très fort.

Le DVD de Sidonis est impeccable : belle définition, aucun scratch, aucun problème de stabilité, remarquable propreté, couleurs convaincantes (même si peut-être un peu pâle de temps à autres, mais rien de méchant)... Bertrand Tavernier n'est pas sur le DVD, ce qui doit en dire long sur ce qu'il pense du film (à moins que ce soit pour une autre raison). Patrick Brion revient sur le film, les acteurs, les filmographies de chacun... Sympa.
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar Jeremy Fox » 17 mars 13, 14:03

Julien Léonard a écrit : Bertrand Tavernier n'est pas sur le DVD, ce qui doit en dire long sur ce qu'il pense du film (à moins que ce soit pour une autre raison).



Western prévisible mais regardable écrit-il dans 50 ans...

Content que le film fasse une telle unanimité 8)

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: The Proud Ones

Messagepar Colqhoun » 18 mars 13, 09:31

Jeremy Fox a écrit :Le Shérif (The Proud Ones - 1956) de Robert D. Webb
20TH CENTURY FOX
Je te fais confiance, j'ai commandé le dvd (z2).
"Give me all the bacon and eggs you have."

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

A Day of Fury

Messagepar Jeremy Fox » 18 mars 13, 15:51

Image




24 heures de terreur (A Day of Fury - 1956) de Harmon Jones
UNIVERSAL


Avec Dale Robertson, Mara Corday, Jock Mahoney, John Dehner, Carl Benton Reid
Scénario : Oscar Brodney & James Edmiston
Musique : Joseph Gershenson, Henry Mancini & Irving Gertz
Photographie : Ellis W. Carter (Technicolor 1.37)
Un film produit par Robert Arthur pour la Universal


Sortie USA : 01 mai 1956


Un dimanche matin de la fin du 19ème siècle, alors que les fous de la gâchette disparaissent au profit d'un monde plus civilisé... Sur le point de se faire tirer dessus par le meurtrier qu'il poursuivait, le Marshall Burnett (Jock Mahoney) est sauvé in-extremis par Jagade (Dale Robertson), un homme d’une habileté redoutable avec ses armes. Ce dernier avoue à l'homme de loi regretter son geste lorsqu'il apprend qu'il est sur le point de se marier le jour même avec son ex-maîtresse, Sharman Fulton (Mara Corday). Jagade laisse Burnett s'occuper de son cadavre et le devance en ville où son arrivée ne passe pas inaperçue. Un froid glacial s'abat sur les habitants ; la réputation de Jagade semble l'avoir précédée et certains paraissent déjà avoir eu à faire à lui. D’ailleurs, dès son arrivée, l'étranger se voit obligé de tuer un homme en état de légitime défense. Les notables, le comparant au diable, souhaitent le voir quitter la ville sans attendre, mais le shérif qui lui doit la vie ne fait rien dans ce sens. Se sentant alors avoir les coudées franches, Jagade semble vouloir rapidement régenter la trop paisible 'West End' ; il fait ré-ouvrir tous les commerces et envoie rechercher les prostituées afin de remettre de l'ambiance en ce dimanche trop paisible. Sharman vient le voir en cachette pour lui dire qu'elle accepte de revenir avec lui s'ils quittent la ville, pensant avant tout à la sécurité de la cité plutôt qu'à elle-même ; en effet, autrefois fille de mauvaise vie, elle ne cesse intérieurement de bénir les habitants d'avoir accepté de lui donner une chance de retrouver sa dignité en l'accueillant parmi eux malgré le fait que son ancienne vie ait été connue de tous. Mais Jagade paraît vouloir n'écouter personne et, dans une spirale provocatrice et suicidaire, va se mettre tout le monde à dos. Ressortiront néanmoins de cet ‘harcèlement’ et de la peur qui en aura découlée, la révélation des turpides, égoïsmes et violences enfouies chez chacun des citoyens, l'homme d'église (John Dehner) n'étant pas épargné…


Image


10ème des quatorze films que réalisera Harmon Jones, A Day of Fury fait partie de ces quelques westerns mettant en scène un homme inquiétant qui arrive dans une petite ville sans histoires et qui, par la peur qu'il engendre, va être le révélateur des bassesses, hypocrisies et turpitudes cachées sous le vernis de respectabilité des habitants de la bourgade, plus particulièrement chez les notables. Un postulat de départ qui accouche souvent de films captivants et extrêmement tendus, portant un regard souvent désabusé sur la nature humaine, les plus connus étant, même si les intrigues divergent quand même pas mal, Quatre étranges cavaliers (Silver Lode) de Allan Dwan ou, bien plus tardifs, Une Balle signée X (No Name on the Bullet) de Jack Arnold ou encore L’Homme des hautes plaines (High Plains Drifter) de Clint Eastwood. Le western d'Harmon Jones ne déroge pas à la règle, Dale Robertson trouvant un rôle à peu près similaire à ceux que tiennent Dan Duryea, Audie Murphy ou Clint Eastwood dans les trois films précités. Même si son scénario manque de rigueur dans sa dramaturgie et de nuances dans la description des personnages, même si la réalisation s'avère souvent assez quelconque, 24 heures de terreur mérite franchement de sortir de l'oubli dans lequel il est tombé. Rappelons brièvement la carrière du cinéaste qui lui aussi, sans que ce soit spécialement mérité, n'a laissé aucune traces dans quelconques anthologies ou histoires du cinéma. Avant de se lancer dans la réalisation en 1951, il fut un monteur plutôt bien coté qui a surtout travaillé pour des réalisateurs prestigieux tels Henry Hathaway (La Maison de la 42ème rue, 13 rue Madeleine), William Wellman (La Ville abandonnée), Joseph Mankiewicz (La Maison des étrangers) et surtout Elia Kazan (Boomerang, L'Héritage de la chair, Panique dans la rue). Sa filmographie en tant que cinéaste ne sera donc constituée que de 14 longs métrages dont le plus 'connu' (pour cause de diffusion télévisée principalement) est peut-être La Princesse du Nil, fantaisie orientale avec Debra Paget et Jeffrey Hunter.


Image


En 1953, Harmon Jones réalisa deux westerns avec Dale Robertson, The Silver Whip et City of Bad Men. Ce dernier, assez anodin au niveau de la mise en scène, était cependant loin d'être désagréable, grâce surtout à des situations originales et inédites : l'intrigue se déroulait alors qu'un match de boxe important allait avoir lieu, opposant James Corbett (le fameux Gentleman Jim interprété par Errol Flynn dans le chef-d’œuvre de Raoul Walsh) et Bob Fitzsimmons ; une proposition de départ déjà bien intrigante. Pour A Day of Fury, dont l'histoire est encore plus curieuse, Harmon Jones choisit pour la troisième fois Dale Robertson pour interpréter le personnage principal d'un de ses films après que la Fox ait bien voulu prêter son acteur à la Universal. Tant qu'à essayer de faire sortir le film de l'oubli, parlons également brièvement de ce comédien qui est également de nos jours tombé dans l'anonymat le plus complet, tout comme Jock Mahoney d'ailleurs qui aura lui aussi son tour de présentation : sans vouloir en faire des acteurs de génie, ils méritent tous deux plus de considération. Dale Robertson, à l’instar d’un John Payne, d’un Randolph Scott ou d’un Alan Ladd, est un acteur qui n’a quasiment jamais cherché à tirer la couverture à lui et dont beaucoup regretteront peut-être le manque de charisme. Pour ma part, appréciant la sobriété de jeu, il s’agit d’un comédien qui, sans jamais me surprendre comme les trois autres cités ci-dessus, recueille toute ma sympathie. Débutant sa carrière en 1948, il a tourné énormément de westerns et fut par exemple un protagoniste principal tout à fait convaincant dans Les Bannis de la Sierra (The Outcasts of Poker Flat) de Joseph M. Newman, Sitting Bull de Sidney Salkow ou City of Bad Men d’Harmon Jones. Mais c’est surtout à la télévision qu’il s’est fait connaître puisqu’il exerça ensuite son métier principalement pour la petite lucarne. Il fut le héros de séries qui n’ont pas toutes traversé l’Atlantique telles Le Cheval de Fer, J.J. Starbuck ou Tales of Wells Fargo. Nous avons pu le voir en revanche dans certains épisodes des plus célèbres Soap-operas des années 70/80, Dynastie et Dallas. Dans 24 heures de terreur, il ne se sort pas trop mal d’un rôle mystérieux et complexe, bien plus extraverti pour lui qu’à l’accoutumée, même s’il faut bien reconnaître que dans ce registre, il n’arrive pas à la cheville d’un Dan Duryea par exemple.


Image


Mais si l’anonymat de Dale Robertson peut à la limite se comprendre, il n’en va pas de même pour Jock Mahoney qui, à chacune de ses apparitions à partir du milieu des années 50, sans jamais en faire des tonnes (bien au contraire, d’une exemplaire sobriété), crève l’écran de par sa stature, son regard et sa démarche particulière, et notamment dans toute une série de westerns formidables signés Richard Bartlett (nous y reviendrons plus tard avec grand enthousiasme tant ils détonnent au sein de la production courante). On vit d’abord son nom aux génériques de multiples films de séries B voire Z sous ces différentes appellations : Jock Mahoney, Jock O' Mahoney, Jack Mahoney et même Jacques O ' Mahoney. De parents français et irlandais, il est né en 1919 à Chicago. Dans sa jeunesse il montre d’emblée de très grandes dispositions pour les sports de toute nature. Il participe à la Seconde Guerre Mondiale en tant que pilote et instructeur de vol dans le corps des Marines. Après sa démobilisation, il s’installe à Los Angeles où, tout en faisant l’élevage de chevaux, à défaut d’arriver à être acteur, il devient la doublure de très grandes stars de l’époque comme Errol Flynn, John Wayne, Randolph Scott ou Gregory Peck. C’est Charles Starrett qui voit le premier en lui des talents de cascadeur et de comédien et qui lui offre quelques rôles dans la série des Durango Kid pour la Columbia. Sa première cascade d’importance, il l’aura dans Les Aventures de Don Juan où il doublait Errol Flynn lors d’une séquence à haut risque. Après des dizaines de rôles de figuration durant le début des années 50 (notamment dans les westerns Columbia avec Randolph Scott), il obtient le deuxième rôle d’importance aux côtés de Dale Robertson dans le film qui nous concerne ici, A Day of Fury. Hormis les westerns de Richard Bartlett, il trouvera encore d’autres occasions de faire montre de son talent comme par exemple dans Duel dans la Sierra (The Last of the Fast Guns) de George Sherman. En 1958, il entame une série télévisée qui sera celle qui le fera le plus connaître au public américain, Yancy Derringer, et il tournera encore deux agréables Tarzan à la suite de Gordon Scott, ce qui le ‘vengera’ en quelque sorte d’avoir été préféré par Lex Barker pour succéder à Johnny Weismuller à la fin des années 40. Sa prestation de shérif peu loquace et d’une noblesse à toute épreuve dans A Day of Fury mérite à elle seule que l’on jette un œil à ce curieux western superbement dialogué (de multiples exemples tout au long des paragraphes suivants) et qui met en présence deux hommes aux comportements singuliers.


Image


A ma gauche, un Marshall intègre, ‘sans peur et sans reproches’, ne portant que très rarement une arme et ne débitant quasiment que des phrases ne dépassant guère cinq mots, plein de reconnaissance pour un trublion lui ayant sauvé la vie alors qu’il allait se faire tuer par un bandit, et de ce fait, prenant sa défense envers et contre tous, même lorsque son comportement devient dérangeant au risque de troubler la quiétude de sa ville ; à ma droite, son sauveur, bien plus volubile, l’un des derniers tireurs d’élite, ne trouvant ainsi plus sa place dans cet Ouest civilisé devenu trop sage pour lui et qui, dans un élan suicidaire, va vouloir mettre une petite ville sans dessus dessous, sans jamais déroger aux lois, uniquement par sa force de caractère et en provoquant ses habitants ("That man is a creature of hell. If he stays here, he'll turn this town into a hell" dit de lui le pasteur). Au milieu d’eux, une femme, ex-maîtresse de l’un et future épouse de l’autre, tiraillée entre son ancienne vie de courtisane et celle qui s’annonce, plus digne, de conjointe d’un homme de loi d’une noblesse à toute épreuve. "He spreads evil. He'll not only destroy us, he'll destroy the whole town" dira-t-elle à son tour de Jagade qu’elle a donc autrefois très bien connu. Reconnaissante envers les habitants qui lui ont redonné une chance de refaire sa vie, elle est prête à se sacrifier pour la tranquilité de leur ville en partant avec Jagade. Cependant ce dernier lui fait comprendre que dans n’importe quel endroit où ils se rendraient, ils ne se sentiraient pas à leur aise ni à leur place, les bonnes gens ne souhaitant tout simplement plus qu'ils subsistent ("There's no place for your kind. Civilization has come to the west. The good people! They made all the rules. You either live by 'em or you're driven out. And what they can't do with the fear of God, they do with a hired gun. Only they call him a marshal"). A Day of Fury aborde en même temps, et ce dès le texte mis en exergue à la fin du générique, la thématique de la fin d’un monde, la fin du vieil Ouest où régnait la loi du plus fort et où la rigidité des bourgeois, leur ‘dictature’ du bon goût et du ‘bien penser’, n’avaient pas encore percé. Car si Jagade n’est pas fréquentable, il démontrera à force de provocations que les ‘honnêtes citoyens’ peuvent ne l’être guère plus, non exempts d’idées rétrogrades, de pensées déplaisantes et de secrets inavouables. Avarice, lâcheté, violence démesurée, envies de meurtres : le portrait que nous brosse le très bon scénariste Universal Oscar Brodney de la civilisation en marche n’est guère reluisant, la respectabilité des notables bien pensants étant battue en brèche lorsque l’on se rend compte par exemple qu’ils vont chercher à l’extérieur ce qu’ils interdisent dans leur propre ville (la luxure entre autres) !


Image


En revanche, le héros positif de cette histoire est un personnage pour qui il ne doit guère être possible de ne pas éprouver de la sympathie, d’autant que c’est le seul homme que Jagade respecte par crainte de ne pouvoir le faire plier lui aussi ("Sans lui la ville serait à mes genoux"). Vêtu de noir jusqu’aux gants, il est l’archétype du shérif imperturbable et qui ne s’en laisse pas conter. Et effectivement, il n’écoute pas ses concitoyens lui demandant instamment de se débarrasser de l’homme qui lui a sauvé la vie. Non seulement il pense à juste titre lui être redevable mais il n’estime pas nécessaire d’entreprendre quoique ce soit à son encontre vu qu’il n’a pas encore vraiment bafoué la loi et que seules les rumeurs le transforment en ‘Bad Guy’. De plus, la zizanie que Jagade commence à semer en ville est quasiment faite en ‘collaboration’ avec les commerçants qui ne crachent pas sur l’argent qui leur est distribué pour aller à l’encontre de leurs valeurs habituelles, comme le travail dominical. Le Marshall préfère donc juger sur les faits plutôt que sur les on-dit, et décide de protéger la ‘brebis galeuse’ dans un premier temps malgré les grondements de la foule. Non seulement tolérant et patient mais tendre et compréhensible avec les femmes... sa femme. Aviez vous déjà eu l'occasion de rencontrer auparavant dans un western un homme aussi confiant et amoureux de sa épouse au point de lui dire "I'm sure of you even if you're not sure of yourself", au point ne rien lui reprocher quant il apprend qu’elle fut autrefois la maîtresse de Jagade et qu’elle vient de tenter de partir avec lui, même si c’était pour ‘la bonne cause’ ? Le shérif la rassurera et lui dira simplement en substance que tout le monde est susceptible de faire des erreurs, de prendre de mauvaises décisions, et que rien de ce qu'elle a pu faire n’est vraiment grave ; pas plus que 'la traîtrise' que les habitants lui reprochent désormais, lui tournant d’un seul coup le dos, souhaitant la bannir de leur cité. Un couple qui fait plaisir à voir d’autant que Mara Corday à qui le réalisateur octroie un personnage bien plus riche que la plupart de ceux qu’elle avait tenu auparavant (faisant office décoratif dans La Rivière sanglante de Nathan Juran ou dans Tornade sur la ville de Jack Arnold), montre enfin ses talents dramatiques en plus de son joli visage. Elle est rayonnante dans sa robe rouge de Saloon Gal dans la dernière partie du film, et l’image finale qui la voit reformer un couple aimant avec son colossal mari est d’une grande douceur, tout comme celle voyant le shérif l'emmener à l’hôtel après qu’elle ait été chassée par ses ex-protégés. Un couple d'époux amoureux convaincant et très touchant.


Image


Dommage alors que l’écriture de la plupart des autres personnages ne soit pas plus fouillée, manquant singulièrement d’épaisseur et de nuances au profit de l’efficacité, et que les auteurs aient également laissé trop de zones d’ombre non résolues. Ajoutez à ça un certain manque de rigueur dans l’avancée de la dramaturgie et nous avons parfois du mal à saisir les motivations des uns et des autres, à commencer par celles de Jagade, qui semblent dans l’ensemble non seulement obscures mais peu cohérentes. La complexité des comportements et réactions peut-être intrigante à condition que ce soit fait exprès et non (comme il m’a semblé être le cas) par oubli de boucler certains arcs dramatiques ; ce qui fait que le film n’arrive jamais vraiment à se hisser au-dessus de la très bonne série B (ce qui est déjà très bien ceci dit). On trouve aussi à deux ou trois reprises un discours moral et religieux un peu insistant et poussif. En revanche, le personnage du pasteur interprété par un excellent John Dehner, est très intéressant. C’est le premier à pousser ses concitoyens à la méfiance et même très vite à la violence, les stimulant par ses discours fanatiques enflammés à organiser un lynchage. Il se rendra ensuite compte grâce au Marshall qu’il est allé à l’encontre de sa vocation ("If you don't respect the cloth you're wearing, I won't either. You're inciting a lynch mob and I've got to stop you" lui dit l’homme de loi), en sera effrayé, tentant durant le reste du film de s’amender afin que ses concitoyens ne cèdent pas aux mêmes ‘démons’ que lui. Au sein de cette peu glorieuse galerie de personnages qui l'entoure, on trouve aussi une institutrice ‘coincée’, aux pulsions inavouables qui la conduiront à sa perte (la superbe séquence ‘en jeux d’ombres’ la découvrant morte est d’une rare puissance) ainsi qu’un jeune loup fasciné par le ‘Bad Guy’ et qui s’attache à ses basques malgré les brimades reçues, s’instaurant immédiatement son garde du corps.


Image


Casting bien choisi, idée de départ passionnante, intrigue bien menée et dialogues souvent de premier ordre ; c'est à certains moment un véritable feu d'artifice de punchlines et notamment les réponses lapidaires que fait Jock Mahoney à son entourage qui s’avèrent très souvent jubilatoires, tout comme la confrontation Mahoney/Robertson. Le fait que le Marshall soit mis en prison à la mi-film (pour avoir voulu empêcher un lynchage !?) et ne pouvant ainsi plus intervenir, vient augmenter la tension dramatique tout en étant dommageable, le superbe comédien n’apparaissant plus trop à l’écran durant une bonne vingtaine de minutes. Si les réalisations précédentes d’Harmon Jones m’avaient laissé plutôt indifférent, la précision des cadrages, du positionnement des comédiens à l’intérieur des plans, quelques trouvailles visuelles et sonores ainsi que la rigueur du découpage font que stylistiquement, sans génie cependant, A Day of Fury est une belle réussite également au niveau formel. On peut d’ailleurs s’en rendre compte très vite, dès les premières images de ce cavalier avançant au milieu d’un splendide paysage automnal, la seule séquence qui se déroule d’ailleurs à l’extérieur de la ville, 24 heures de terreur étant un western urbain. Le cinéaste a tourné son film dans une ville aux décors simples et sobres dont il arrive assez bien à faire un personnage à part entière tellement on a très vite l’impression d’en connaitre tous les recoins. Peu d’actions et d’extérieurs, beaucoup de dialogues pour un western pas entièrement abouti mais néanmoins plein de uspsnes et de tension ; en tout cas constamment captivant. Il aura eu de plus le mérite de soulever d’intéressants questionnements sur la fin de l'Ouest sauvage, l'avancée de la civilisation ou encore la peur de l'étranger et la violence qui peut en découler. Une passionnante découverte et somme toute une belle réussite ! Gageons que les multiples revisions le feront encore monter dans mon estime.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22858
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: The Proud Ones

Messagepar AtCloseRange » 18 mars 13, 16:00

Jeremy Fox a écrit :
Colqhoun a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Le Shérif (The Proud Ones - 1956) de Robert D. Webb
20TH CENTURY FOX
Je te fais confiance, j'ai commandé le dvd (z2).



Je guette ta note ou (et) ton commentaire :wink:

Tu le survend un peu. c'est un bon western mais pour quelqu'un qui n'est pas un farouche amateur du genre, je ne pense pas qu'on puisse le considérer comme un incontournable. C'est pour ça que je ne trouve pas Tavernier si dur. Un peu sévère, oui mais pas à côté de la plaque non plus.
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: The Proud Ones

Messagepar Jeremy Fox » 18 mars 13, 16:03

AtCloseRange a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
Colqhoun a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Le Shérif (The Proud Ones - 1956) de Robert D. Webb
20TH CENTURY FOX
Je te fais confiance, j'ai commandé le dvd (z2).



Je guette ta note ou (et) ton commentaire :wink:

Tu le survend un peu. c'est un bon western mais pour quelqu'un qui n'est pas un farouche amateur du genre, je ne pense pas qu'on puisse le considérer comme un incontournable. C'est pour ça que je ne trouve pas Tavernier si dur. Un peu sévère, oui mais pas à côté de la plaque non plus.


Je ne donnais que mon avis ; il est clair que je ne le place pas au même niveau que les Mann/Stewart ou les Boetticher/Scott. Mais je pense que c'est le genre de westerns adultes capable de plaire à un très grand nombre. Pour ma part, le comparant à High Noon avec qui il a beaucoup de points communs, je préfère de très loin le film de Webb, moins poseur, moins figé, ..., moins ennuyeux.

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 3 (55

Messagepar someone1600 » 18 mars 13, 20:13

Tiens je l'ai en dvd celui-la, mais pas encore regarder... je le programme pour cette semaine. :wink:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Great Day in the Morning

Messagepar Jeremy Fox » 21 mars 13, 12:02

Image



L'Or et l'amour (Great Day in the Morning – 1956) de Jacques Tourneur
RKO


Avec Robert Stack, Virginia Mayo, Ruth Roman, Raymond Burr, Leo Gordon
Scénario : Lesser Samuels
Musique : Leith Stevens
Photographie : William E. Snyder (Technicolor Superscope 2.00)
Un film produit par Edmund Grainger pour la RKO


Sortie USA : 16 Mai 1956

Avec Great Day in the Morning, Jacques Tourneur met fin à sa petite carrière 'westernienne' puisque par la suite, que ce soit Frontier Rangers (1959) ou Mission of Danger (1960), ils n'auront initialement pas été tournés pour le cinéma ; ce seront en fait des longs métrages constitués de plusieurs épisodes de la série Northwest Passage (remake du film de King Vidor) et qu'il vaut mieux passer sous silence surtout pour les adorateurs du cinéaste. Si l'on ne prend pas non plus en compte ni Stars in my Crown ni Way of a Gaucho qui ne peuvent être considérés comme des westerns pour diverses raisons (de tonalité pour le premier qui est avant tout une chronique villageoise, une tranche d'Americana comme il est coutume de les nommer ; géographique pour le second dont l'action se déroule loin des USA, dans la pampa argentine), la filmographie de Jacques Tourneur n'aura été constitué que de quatre westerns. Et c'est surtout en comparaison avec deux des précédents que L'or et l'amour pourra légitimement décevoir car il est bien évident que ce dernier n'arrive pas aux chevilles du sublime Canyon Passage (Le Passage du Canyon) ni du superbe Wichita (Un Jeu risqué). Qualitativement parlant, il se situerait plutôt dans la mouvance de Stranger on Horseback ; deux westerns très intéressants et assez originaux mais souffrant de multiples faiblesses, surtout scénaristiques.


Image
Image


Owen Pentecost (Robert Stack) est sauvé d'une attaque indienne par l'arrivée de Steven Kirby (Alex Nichol) et Zeff Masterson (Leo Gordon), deux hommes qui ont loués leurs services à Ann Alaine (Virginia Mayo) pour la conduire saine et sauve jusqu'à Denver où la jeune femme souhaite ouvrir une boutique de vêtements. Zeff regrette d'avoir porté secours à Owen lorsqu'il s'aperçoit que ce dernier est un Sudiste. En effet, nous sommes en 1861, la Guerre de Sécession est sur le point d'éclater et les tensions à gagner du terrain, hommes du Nord et du Sud se détestant cordialement. Mais le trio étant commandé par la jeune femme, tout le monde de se rendre à Denver sans le moindre soucis. Arrivé en ville, le pasteur (Reegis Toomey) les prient d'oublier le conflit civil qui se prépare. Le Colorado étant un état Nordiste, les quelques confédérés qui s'y trouvent sentent néanmoins que le danger qui pèse sur leur têtes est de plus en plus pressant. Ce sont pourtant eux qui exploitent les mines d'or alentours et ils ont la ferme intention de ne pas garder pour eux le métal précieux mais de le réserver pour la Cause. Plus que de l'ouragan historique qui se prépare, Owen semble plus se préoccuper de faire le joli coeur et de fanfaronner aux tables de jeux ; et d'ailleurs, il gagne aux cartes le saloon tenu par Jumbo (Raymond Burr) non sans avoir triché avec la complicité de Boston Grant (Ruth Roman), entraîneuse et ex-maîtresse de Jumbo qui souhaitait changer de patron. Il va ensuite trouver ses compatriotes et leur propose de les aider à faire sortir l'or de la région grâce aux carrioles qui faisaient partie du saloon et qui lui appartiennent désormais. Cependant, il ne fait pas ça gracieusement pour la cause confédérée mais espère bien récupérer un pourcentage au passage. Ce qui n'est pas du goût de Jack Lawford qu'Owen est obligé de tuer en état de légitime défense. Seulement, cet homme a laissé un fils d'une dizaine d'années qui arrivait justement en ville pour le retrouver ; Owen, avec l'aide de Boston, va se sentir obligé de le prendre sous son aile tout en lui cachant la vérité sur la mort de son père...


Image
Image


Un curieux western qui débute à l'orée de la Guerre de Sécession et qui décrit les rapports tendus entre les deux futures forces en présence au sein d'une petite ville du Colorado, les deux camps se préparant secrètement mais activement au déclenchement impatiemment attendu des hostilités, avec des espions de part et d'autres jaugeants la situation : en voilà un postulat de départ historiquement alléchant et intéressant, tout comme les multiples idées, situations et personnages mis en scène au sein de cette intrigue assez riche. Seulement le scénariste ne fait qu'effleurer tous ces éléments sans jamais chercher à en approfondir aucun, reste contamment à la surface des choses, ce qui rend son écriture un peu lâche et moyennement captivante alors qu'il y avait matière à ce qu'elle le soit. Si le film est contamment plaisant et jamais ennuyeux (ce qui est déjà beaucoup et qui assure une partie de sa semi-réussite), il ne décolle jamais vraiment non plus faute donc principalement à un scénario explorant d'innombrables pistes sans jamais s'y appesantir. "Je l'ai complètement oublié celui-là. [...] Ce n'était pas très réussi. L'histoire était trop morcelée, trop décousue" disait d'ailleurs Jacques Tourneur en 1966 à propos de son film. Je ne peux que souscrire ce coup-ci à l'avis du cinéaste. Great Day in the Morning ne prend d'ampleur à aucun moment et aucun des comédiens n'arrive vraiment à prendre l'ascendant sur ses partenaires, le spectateur ayant ainsi du mal à éprouver de l'empathie pour qui que ce soit et surtout pas pour Robert Stack qui s'avère finalement assez terne et figé dans un rôle pourtant sur le papier très ambigu et par ce fait passionnant, un anti-héros aux multiples parts d'ombre. Un homme égoïste qui parait ne penser qu'au plaisir et à l'argent : "I don't belong to anyone except myself. Sure, I'm loyal. I've got an undying loyalty to myself and no one else, nothing else" avouera-t-il sans ambage. Autre curiosité que son postulat historique initial et l'ambivalence de son héros, L'or et L'amour, comme son titre français le résume assez bien, nous propose non pas un triangle amoureux mais non moins que trois ; non seulement Robert Stack papillone autour de deux femmes mais ces mêmes femmes ont chaucune deux prétendants.


Image
Image


Robert Stack est donc courtisé par deux femmes : la pionnière commerçante qui, tout en lui trouvant beaucoup de charme, ne supporte pas son égoïsme, son cynisme et sa froideur, ainsi que la Saloon Gal qui, moins regardante, est prête à tout pour s'en faire aimer. Lors de la fameuse et superbe séquence de partie de cartes au cours de laquelle se joue l'établissement de jeu/saloon, alors qu'Owen doute de la probité de son adversaire, il demande à ce que les cartes soient battues et distribuées par une tierce personne. Boston, la chanteuse/entraîneuse, est choisie. Jumbo, le propriétaire actuel, se met alors d'accord avec elle pour qu'elle triche en sa faveur ; sûr de sa victoire, quelle n'est pas sa surprise quand il perd sur une carte tout ce qu'il avait ! Nous apprenons immédiatement après que non seulement Owen a gagné le tout (y compris la femme qui 'faisait partie des meubles' comme elle le dira elle-même) mais que ce n'était pas un hasard ; il est devenu propriétaire de l'établissement le plus juteux de la ville grâce à Boston qui avait 'renversé la triche' en sa faveur pour enfin se retrouver avec un nouvel amant/patron ! On devine bien à cette séquence (qui donne son titre original au film puisque c'est en une matinée qu'Owen aura fait fortune) l'ambiguïté et la modernité des personnages principaux surtout qu'Owen apprend cette tromperie sans jamais s'en offusquer ni la remettre en question. Ce n'est pas un personnage noble mais un profiteur qui est également prêt à aider ses 'compatriotes' sudistes mais à la condition de 'palper' au passage. Dommage que l'acteur (pourtant superbe tout de noir vêtu), possède aussi peu de charisme. On savait les talents dramatiques de Virginia Mayo assez limités mais que dire ici de sa prestation : l'actrice semble totalement éteinte et pas du tout convaincue par ce qu'on lui a donné à jouer ! Elle devait regretter de ne pas avoir accepté le personnage de Boston qui lui avait été initialement proposé et qu'elle avoua plus tard avoir trouvé bien plus intéressant que le sien qui, il est vrai, ne sert pas à grand chose et qui aurait pu être coupé au montage sans que ça n'ait de conséquences puisque dans le film de Tourneur, sa romance avec Alex Nichol (bien meilleur en shérif avec pour partenaire Maureen O'Hara dans Redhead of Wyoming de Lee Sholem) n'a guère plus d'intérêt que ses relations avec Robert Stack.


Image
Image


Ruth Roman en revanche, dans la peau d'un personnage ayant beaucoup de points communs avec celui qu'elle tenait dans Je suis un aventurier (The Far Country) d'Anthony Mann, s'en sort bien mieux, énergique et pétillante à souhait ; il faut dire aussi que Boston est beaucoup mieux écrit qu'Ann et que son autre prétendant dans le film n'est autre que le 'Bad guy' principal, à savoir l'imposant Raymond Burr qui arrive lui aussi à tirer son épingle du jeu ainsi que le toujours mémorable Leo Gordon (avec ses inquiétants petits yeux bleus électriques) dans un rôle de second plan. C'est lui qui attise la haine de ses concitoyens envers les 'Rebs' et qui frappe même presque à mort l'un des siens pour avoir osé dire que Nordistes et Sudistes étaient frères. A noter que les auteurs ne prennent faits et causes pour aucun des deux camps, traitres et nobles héros se comptant dans chacun d'eux. Et même si certains pensent que la balance penche plutôt du côté des Confédérés (ce qui n'est pas faux), ça n'en est pas pour autant d'une grande originalité puisque des films autrement plus réussis tels Virginia City de Michael Curtiz, Fort Bravo de John Sturges ou The Raid de Hugo Fregonese étaient déjà passés par là. L'or et l'amour fait d'ailleurs parfois grandement penser au film de Michael Curtiz au travers des séquences de fuite de la ville avec les chariots remplis d'or ainsi qu'à un autre western signé John Farrow, Hondo. En effet, comme dans ce dernier, l'un des ressorts dramatiques de son intrigue est la prise sous son aile par le personnage principal d'un enfant dont il a dû tuer le père sans lui avouer de suite. L'enfant, c'est Donald MacDonald, assez bon comédien ; il nous l'avait déjà prouvé l'année précédente lorsqu'il jouait le fils de Burt Lancaster dans la première réalisation de ce dernier, L'Homme du Kentucky (The Kentuckian). Si l'interprétation déçoit en son ensemble par le fait que les seconds rôles s'avèrent dans l'ensemble plus convaincants que les têtes d'affiches, si le scénario paraît trop décousu et plein de trous, la réalisation en revanche emporte l'adhésion ; et ce, dès la première séquence de l'attaque de Robert Stack par les Indiens et jusqu'au final montrant la fuite des chariots transportant l'or destiné aux Sudistes, sans oublier la très efficace et tragique scène de la tuerie dans le saloon, l'homme d'église en faisant les frais. Tourné au sein de très beaux extérieurs bien mis en valeur, le film s'avère esthétiquement très plaisant à regarder.


Image
Image


Des américains n'attendant qu'une seule chose, le déclenchement de la Guerre Civile ("The North and South are natural enemies - like husband and wife") ; des héros complexes mais pas forcément sympathiques ni très nets et qui garderont leur mystère jusqu'au bout ; des rapports assez ambigus entre chacun d'entre eux ; une fin inhabituelle, abrupte et innatendue d'autant que beaucoup de questions restent en suspens (est-ce un fait exprès ou les producteurs ont-ils effectués de sombres coupes au sein du montage initial ? Quoiqu'il en soit le résultat provoque son effet de surprise au risque d'en décontenancer ou d'en décevoir plus d'un alors que d'autres y verront un bien bel hymne à l'amitié par dessus les divergences politiques) ; des décors cocasses (le Saloon Jumbo entièrement décoré d'éléphants)... Dommage qu'avec de tels éléments ambitieux et à priori passionnants le scénario n'ait pas été mieux écrit, trop confus et trop riche pour sa durée, manquant de développement dans le caractère de ses personnages. On se consolera en regardant sans aucun ennui cette petite réussite signée Jacques Tourneur, le cinéaste ayant cependant mérité d'être un peu mieux entouré, même la musique ne présentant aucun intérêt, incapable que nous sommes de n'en retenir ne serait-ce qu'un seul thème. Comme ils avaient un temps été envisagés, Richard Burton ou Robert Mitchum en lieu et place de Robert Stack auraient peut-être fait la différence et permis au film d'être plus mémorable ?! En l'état, néanmoins loin d'être désagréable !

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87363
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Star in the Dust

Messagepar Jeremy Fox » 25 mars 13, 08:24

Image



La Corde est prête (Star in the Dust – 1956) de Charles Haas
UNIVERSAL


Avec John Agar, Richard Boone, Mamie Van Doren, Coleen Gray, Leif Erickson, Randy Stuart
Scénario : Oscar Brodney
Musique : Frank Skinner
Photographie : John L. Russell (Technicolor 2.00)
Un film produit par Albert Zugsmith pour la Universal


Sortie USA : 13 juin 1956


Star in the Dust est la première oeuvre du cinéaste Charles Haas dont la filmographie ne sera constituée que de huit films, les derniers étant surtout consacrés à la Beat Generation. Au final aucun titre de gloire à son actif, le western qui nous concerne ici étant considéré par beaucoup comme son meilleur film. Un western qui, s'il m'a un peu décontenancé à la première vision par certains choix incongrus de mise en scène, s'est un peu bonifié à la seconde par le fait d'avoir justement reporté mon attention sur l'intrigue et les personnages plus que sur le forme même du film qui peut de temps en temps prêter à sourire. Car si ce n'est évidemment pas honteux de chercher à être original (ce serait quand même un comble), certaines trouvailles peuvent néanmoins s'avérer ratées, ce qui est le cas ici concernant notamment la musique ; si le thème principal s'accordait assez bien avec le générique, lui injectant un sentiment de nouveauté par le fait de n'être interprété que par une guitare solo, le reste du travail de Frank Skinner est assez incompréhensible même si l'idée de départ était sans doute d'instaurer un climat original par l'intermédiaire d'une partition entièrement jouée par cette même guitare solo. Oublié ce détail néanmoins pénalisant, ce western pourra se déguster avec un certain plaisir ; c'est l'histoire d'un shérif allant passer la plus longue journée de sa vie par le fait de devoir garder un assassin dans sa prison jusqu'à ce qu'il se fasse pendre à la nuit tombée alors que dans le même temps deux groupuscules vont tout faire pour l'en empêcher ; d'un côté les éleveurs ont tout intérêt à le délivrer au risque sinon d'être dénoncés comme étant complices des meurtres, de l'autres les fermiers souhaitent de suite lyncher le meurtrier pour être certain qu'il n'échappe pas à sa sentence.


Image


Fin du 19ème siècle dans la petite ville de Gunlock où éleveurs et fermiers ne sont pas en très bon terme. Le Shérif Bill Jordan (John Agar) se réveille en sachant que la journée va être longue ; le soir, il doit faire monter sur l’échafaud le meurtrier de trois fermiers, le tueur à gages Sam Hall (Richard Boone). Tous les habitants font des paris sur la réussite de cette pendaison légale, la plupart estimant que l'homme de loi n'est pas à la hauteur de sa tâche, surtout en comparaison de son père qui l'avait précédé à ce poste et qui s'était fait une redoutable réputation par son intransigeance et son courage. Intègre jusqu'au bout des ongles, Bill prend beaucoup de risques en ne voulant pas déroger à l'heure de la pendaison qui doit se dérouler au crépuscule, une grâce présidentielle étant toujours possible au dernier moment. Ce qui n'est pas du goût des fermiers qui, voulant venger leurs trois morts, souhaitent lyncher l'assassin sans plus attendre de peur qu'il échappe à sa sentence. De l'autre côté, les éleveurs veulent faire une tentative pour le faire évader ; en effet, Sam a été payé par l'un d'entre eux pour accomplir son méfait et il donnera son nom si on ne vient pas le tirer de ce mauvais pas. Bill a des soupçons quant au véritable coupable de ces meurtres ; il pense au banquier (Leif Erickson) qui s'avère être en même temps le président de l'association des éleveurs. Mais il lui faut jouer serré puisqu'il s'agit du frère de sa fiancée, Ellen (Mamie Van Doren). De plus, il n'est soutenu dans sa tâche que par deux vieux adjoints ; il risque donc tout autant que celui à qui il souhaite passer la corde au cou de mal finir sa journée ...


Image


A priori, rien de bien original : d'un côté le sempiternel conflit entre éleveurs et fermiers mais cette fois-ci pour lyncher ou faire évader un homme ; de l'autre l'attente que la journée se termine pour le shérif et ses hommes afin de pouvoir emmener un assassin à la potence. L'intrigue, comme celle de High Noon (Le Train sifflera trois fois), est confinée en espace et en temps à une seule journée au sein d'une petite ville jusque là plutôt calme. Les enjeux sont à priori très simples et la tension monte tout à fait logiquement au fur et à mesure de l'avancée de la journée qui doit se terminer par au moins un mort annoncé. Mais Oscar Brodney est un très bon scénariste ; il arrive à nous surprendre par la multiplication des personnages qu'il met en avant, par les liens qu'ils entretiennent entre eux et, comme souvent chez lui, par une richesse encore plus grande dans la description des personnages féminins ; ici pas moins de trois ! Rappelons nous qu'Oscar Brodney était déjà l'auteur de très amusantes comédies westerniennes : La Belle aventurière (The Gal who Took the West) de Frederick de Cordova avec Yvonne de Carlo et surtout le très bon La Femme sans loi (Frenchie) de Louis King avec Shelley Winters. Il participa même au scénario d'un des plus beaux biopics hollywoodiens, celui consacré à Glenn Miller avec Romance inachevée (The Glenn Miller Story), James Stewart tenant le rôle-titre, ainsi qu'au très bon Capitaine Mystère (Captain Lightfoot), film d'aventure passionnant avec Rock Hudson et signé Douglas Sirk.


Image


Dans La Corde est prête, il brosse trois portraits de femmes très intéressants. Celui de la fiancée du shérif qui n'est autre dans le même temps que la sœur de l'éleveur qui a payé le tueurs à gages (on imagine les tiraillements pour l'homme de loi ; devoir arrêter un homme au risque de perdre sa dulcinée qui aurait ainsi à choisir entre les deux 'hommes' de sa vie) ; celui de la femme d'un autre éleveur à qui on fait croire que c'est son mari qui a versé la somme au meurtrier et qui se sent du coup obligé d'aider à la délivrance de ce dernier pour ne pas que son époux soit inquiété ; et enfin celui de la fiancée du meurtrier, prise en pitié par le shérif qui ne lui en veut aucunement, disant à qui veut l'entendre que si ses parents n'avaient pas été si stricts dans son éducation, elle ne serait pas tombée amoureuse du premier homme à lui sourire, en l’occurrence un dangeureux 'gunsliger'. Ces trois femmes sont interprétées par, respectivement, Mamie Van Doren, Randy Stuart et Coleen Gray, toutes trois ma foi fort convaincantes, Randy Stuart en tête. Belles relations également entre les femmes puisque, même si se situant par la force des choses dans deux camps différents, elles seront toutes compréhensives les unes envers les autres. De ce point de vue, c'est très réussi dans l'écriture même si le temps a manqué au scénariste pour creuser plus en profondeur. Nous aurions par exemple apprécié que le touchant personnage interprété par Randy Stuart soit plus développé.


Image


Il en va de même pour quelques personnages masculins dont le shérif interprété par le comédien John Agar qui fut auparavant l'un des héros de La Charge héroïque (She Wore a Yellow Ribbon) de John Ford, le Lieutenant Cohill, le prétendant dans ce chef-d'oeuvre de la jolie Joanne Dru. Pas très charismatique me direz-vous ! Mais c'est avant tout le rôle qui veut ça ; il s'agit d'un jeune homme que l'on n'arrête pas une seconde de comparer à son père qui avait un ascendant beaucoup plus fort sur ses concitoyens de par son intransigeance et son caractère bien trempé. Son fils, qui a pris sa suite en tant que shérif, est un homme généreux, noble et d'une probité à toute épreuve (il s'infligera lui-même une amende estimant avoir troublé l'ordre public) mais à qui personne ne semble faire confiance, trop naïf selon eux au point de croire qu'avec seulement l'aide de deux 'bras cassés' il pourra contrer deux groupes opposés bien déterminés à empêcher que sa mission réussisse. C'est un homme qui doute et qui aimerait retrouver un peu d'estime en prouvant à ses concitoyens qu'il peut lui aussi faire bien son métier. Si certains trouveront donc l'interprétation de John Agar un peu terne, elle me semble au contraire assez juste ; celle de Leif Erickson dans le rôle de son ennemi se révèle tout aussi convaincante et les seconds rôles ne sont pas en reste (de Richard Boone à Paul Fix en passant par Henry Morgan et même Clint Eastwood le temps de quelques secondes en tout début de film). Bref, un scénario efficace avec une intrigue criminelle assez captivante, et une bonne interprétation d'ensemble pour un western de série B assez attachant. Dommage que certains choix de mise en scène soient aussi saugrenus, empêchant à de nombreuses reprises au film de prendre son envol ; peut-être pour pallier au manque de budget (visible quant à lui sans être rédhibitoire). L'idée de faire interpréter la musique par une seule guitare sans orchestration et de la faire jouer durant les moments les plus dramatiques ou les plus mouvementés, casse toute émotion, puissance ou ampleur, ce qui rend certaines séquences presque involontairement comiques comme celle du combat à poings nus dans la salle de classe entre le shérif et l'instituteur. Le final est en partie gâché par des plans du ciel en studio absolument pas raccords avec le reste de la séquence. Quant au 'ménestrel' venant à tout bout de champ commenter l'intrigue avec toujours la même agaçante rengaine, on s'en serait également bien passé.


Image


Ceci dit, ce western est finalement assez plaisant à suivre d'autant qu'il est plastiquement assez réussi. La photographie possède un rendu crépusculaire assez inhabituel et loin d'être désagréable et les décors de la petite ville sont parfaitement bien filmés, que ce soit en extérieur (superbe premier plan de la ville endormie avec le chien qui traverse la rue) ou en intérieur (le bureau du shérif et sa prison à l'étage, les innombrables tableaux aux murs, les différentes habitations des protagonistes féminins, les boutiques... ). Beaucoup de petits détails à priori insignifiants font que ce petit microcosme semble bien vivant comme ces discussions du début sur l'emplacement où monter la potence. En quelques minutes et quelques plans (la rue vide au petit matin ; le shérif qui se réveille tout habillé ; les 'ouvriers' amenant les éléments de l'échafaud à construire ; le prisonnier regardant tout ceci de sa cellule), Charles Haas nous aura fait espérer bien mieux que le résultat final qui se révèle néanmoins tout à fait honorable malgré aussi une fin assez décevante. On peut juste déplorer que tout le film ne soit pas du niveau de son atypique entrée en matière qui nous aura fait comprendre en quelques secondes et avec une sobriété exemplaire quels allaient être les complexes enjeux de son intrigue. Le rigoureux scénario réussit également le tour de force d'être limpide malgré les multiples personnages et les liens pas toujours évidents qui les unissent. Malgré quelques afféteries et choix de mise en scène fort discutables, et sachant pertinemment qu'il n'atteindra jamais des sommets, il est fort à parier que ce western gagnera à être revu.