Notez les Films Naphtas Février 2012

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6954
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Dunn » 8 févr. 12, 23:57

La masque de Fer: 6,5/10
Une belle découverte où j'avais peur de voir un film vieillot (peut être les combats à l'épée) avec des acteurs aux costumes et aux décors flamboyants, une intrigue classique lorsque l'on connait ses "classiques" mais le résultat fait mouche, un pur plaisir du cinéma d'aventure français de l'époque (Et voir Jean Rochefort tout jeune et sans moustache ça n'a pas de prix).

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Alligator » 9 févr. 12, 14:04

Image

http://alligatographe.blogspot.com/2012/02/lassocie.html

L'associé (René Gainville, 1979) 4/10

Avant de tomber sur ce dvd à 1 ou 2 euros, je n'avais jamais entendu parler de ce film. Pourtant, il réunit une flopée de comédiens importants, du moins à mes yeux de friand, un trombi étonnant donc, vu le peu de notoriété du film.

L'histoire est une fable morale assez rigolote, mais également plutôt mal foutue. Malheureusement, il faut se rendre à cette évidence. La mise en scène n'est pas du tout aboutie. Je dirais qu'elle est merdée que je ne saurais me donner tort. On déplore un manque de liant entre certaines scènes, un style souvent maladroit, sans réelle cohésion, d'aspect "amateur", foutraque, qui peut être apprécié comme on déguste les approximations et les naïvetés d'un bon nanar. Pourtant, le ton se veut, non pas sérieux, mais disons... pas vraiment clownesque non plus... un entre-deux où je me perds, dans un comique un peu austère, sauf pour quelques scènes franchement burlesques (notamment celles de Bernard Haller).

Michel Serrault par exemple garde une certaine gravité de ton tout le long du film. Son personnage est un entrepreneur ambitieux, mais personne ne lui accorde un quelconque crédit au sens littéral comme au figuré. Aussi s'invente-t-il un associé britannique et il commence une ascension fulgurante dans le milieu des affaires, puis de la politique. Les proportions que prend son "invention" sont dévastatrices : il est alors prisonnier de son mensonge. C'est plutôt cocasse même si peu original.

Surtout le film vaut le coup d'œil pour sa distribution, comme j'écrivais plus haut. Il regorge de trognes succulentes comme Marco Perrin, Henri Virlojeux, ou Judith Magre mais aussi de très belles actrices, comme Claudine Auger, un peu âgée mais toujours belle comme un cœur, resplendissante, ainsi que la toute jeune Catherine Alric, une comédienne chère à mon cœur et à ma cinéphagie de galopin.

Curieux également parce qu'on y entend Pierre Mondy doubler un acteur allemand (Vadim Glowna), mais plus encore Francis Perrin doublant Mathieu Carrière... pour des raisons qui m'échappent complètement.

Un drôle de petit film, pas très bien filmé mais très bien garni.

Attention, l'édition dvd est d'une médiocrité sans nom. Horrible compression assurée!

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22826
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar AtCloseRange » 9 févr. 12, 14:17

Alligator a écrit :Curieux également parce qu'on y entend Pierre Mondy doubler un acteur allemand (Vadim Glowna), mais plus encore Francis Perrin doublant Mathieu Carrière... pour des raisons qui m'échappent complètement.

Matthieu Carrière est aussi un acteur allemand et s'il parle français, je crois me rappeler qu'il a un petit accent.
Image

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Alligator » 9 févr. 12, 14:31

Ah? J'avais jamais remarqué. Mais ça peut effectivement justifier ce doublage... quoiqu'il en soit c'est toujours curieux de l'entendre avec la voix de Perrin.

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar riqueuniee » 9 févr. 12, 14:58

AtCloseRange a écrit :
Alligator a écrit :Curieux également parce qu'on y entend Pierre Mondy doubler un acteur allemand (Vadim Glowna), mais plus encore Francis Perrin doublant Mathieu Carrière... pour des raisons qui m'échappent complètement.

Matthieu Carrière est aussi un acteur allemand et s'il parle français, je crois me rappeler qu'il a un petit accent.

Malgré ce nom , Matthieu Carrière est un acteur 100 % allemand. Il est de lointaine ascendance française. Il parle effectivement français avec un accent, tout comme Volker Schlöndorff, avec qui il tourna les désarrois de l'élève Törless en 1966. Il était d'ailleurs déjà bien connu en Allemagne, avant de tourner des films en France.

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6954
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Dunn » 10 févr. 12, 00:49

Alice au Pays des Merveilles: 10/10
Revu enfin en bluray (et quelle image) ce classique du dessin animé de Disney pour au moins la trentième fois où le plaisir est toujours aussi merveilleux que ce soit les personnages loufoques, ses dialogues légendaires (la VF est très bien), ses situations saugrenues et son dessin si soigné! Un chef d'oeuvre et celui qui dit le contraire, qu'on lui coupe la tête !

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar julien » 10 févr. 12, 15:10

La version russe, réalisé en 1981 est meilleure :

Image

Spoiler (cliquez pour afficher)
Non c'est pas vrai. Elle n'atteint pas le niveau de qualité de Disney. Si le dessin tient la route (en particulier les couleurs) l'animation est quelque peu rustique et le déroulement du récit assez létargique. Une curiosité cependant mais qui aurait été certainement plus ébouriffante si elle avait été réalisé dans les années 60. A la grande époque du cinéma d'animation russe.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6954
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Dunn » 10 févr. 12, 18:23

en effet j'aimerai bien voir ça.

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6954
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Dunn » 15 févr. 12, 00:56

Zoulou: 7/10
Enfin vu ce film qui a presque 50 ans au compteur et n'a pas pris une ride dans ces grandes scènes de batailles.Un grand film de guerre où la première partie installe calmement les personnages pour offrir un spectacle impressionnant dans sa seconde moitié avec un tout jeune Michael Caine.Et la musique de Barry est grandiose et habille parfaitement le film.

Le Survivant d'un Monde Parallèle: 5,5/10
Une petite surprise ce film fantastique australien dont je suis sûr que Shyamalan s'est plus ou moins inspiré pour Incassable (le personnage survit à un crash d'avion et s'appelle David) voir Sixième sens
Spoiler (cliquez pour afficher)
(on découvre son corps mort à la fin alors qu'on le voit vivant durant tout le film)
, porté par des acteurs impliqués et un crash d'avion impressionnant pour l'époque sans CGI.Reste que la musique à vieillit (Bontampi année 80) et que l'histoire n'est pas très intéressante.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17875
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Rick Blaine » 15 févr. 12, 08:38

Dunn a écrit :Zoulou: 7/10
Enfin vu ce film qui a presque 50 ans au compteur et n'a pas pris une ride dans ces grandes scènes de batailles.Un grand film de guerre où la première partie installe calmement les personnages pour offrir un spectacle impressionnant dans sa seconde moitié avec un tout jeune Michael Caine.Et la musique de Barry est grandiose et habille parfaitement le film.



Et du coup seulement 7/10? :cry: :mrgreen:

C'est vrai, quel film, quel puissance, quelle photo magnifique, et quelle interprétation : Stanley Baker, Jack Hawkins, entourant Michael Caine qui accédait enfin au rôle qui allait lancer sa carrière! Pour moi c'est un chef d’œuvre.

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Lord Henry » 15 févr. 12, 10:49

Les Nuits de Dracula (1969) - Jess Franco
Image



Le Dracula de Jess Franco suscitera, n'en doutons pas, la raillerie de ceux qui ne jurent que par la Hammer, mais il risque aussi de désappointer les thuriféraires du cinéaste.

A l'évidence, l'entreprise obéit à une exigence de fidélité au texte de Bram Stoker. Néanmoins, cette noble ambition est peu adaptée à l'étreinte des quatre-vingt-dix minutes du film et le défaut de moyens finit d'abimer son dessein. A mi-parcours, le pari semblait pourtant tenu, mais les aléas de la production ont eu raison de la seconde partie et plus particulièrement, de la fin. Il reste cependant beaucoup de choses à admirer dans cette tentative, même si la frustration finit par l'emporter.

Le réalisateur dépouille le personnage du folklore gothique dont se pare son aura cinématographique; il le ramène à sa réalité littéraire, mais c'est au prix de le faire chuter de son piédestal mythologique.

Certes, le scénario procède par ellipses, amalgame des personnages et des situations, se résout à des échappatoires, mais il reproduit aussi des moments généralement oubliés et donne à entendre dans la bouche des acteurs des répliques directement extraites du roman. Cela fait d'ailleurs glisser le film dans un registre particulier. On quitte l'ordre du récit pour celui de la représentation. Les interprètent n'incarnent pas réellement les personnages, ils les restituent dans des scènes qui prennent elles-mêmes des allures de vignettes. Faute de moyens et de temps, Franco semble chercher la quintessence de son histoire, au détriment de la fluidité de la narration, de la substance émotionnelle des personnages et donc, de l'investissement du spectateur.

Cette mise à distance se retrouve aussi dans sa réalisation jusqu'à laisser l'impression que Franco est étrangement absent à lui-même, qu'il s'interdit plus qu'il ne se permet. Pour autant, le cinéaste n'a pas renoncé à son talent et il sait se rappeler au bon souvenir du spectateur, comme en attestent l'arrivée de la diligence dans le brouillard ou le séjour de Jonathan Harker au château du Comte. On comprend que le personnage de Lucy, plus que tous les autres, ait retenu son attention tant il rejoint les héroïnes auxquelles le réalisateur a réservé le meilleur de son œuvre – ce n'est pas un hasard si le rôle est attribué à son égérie de l'époque, la sublime Soledad Miranda. Il dépose à ses pieds les élans de son inspiration; qu'il accompagne son escapade somnambulique ou la quête nocturne de ses proies.
Passé ce point d'orgue, le film verse dans la précipitation et par moment, Franco n'échappe pas à l'aveu d'impuissance – la scène des animaux empaillés. La fin avec son avalanche de rochers en carton-pâte et sa misérable charrette enflammée reflète l'embarras d'un cinéaste condamné à un expédient penaud. Sans doute, Franco eût-il dû s'affranchir du joug de la fidélité – la fidélité, servitude volontaire? – et amener le personnage plus à lui plutôt que d'enfouir son cinéma dans les plis de sa cape. Cette liberté se serait mieux accommoder de la maigreur de ses deniers. Pour autant, il n'a pas abdiqué; Lucy et Dracula se retrouvent dans cet espace mental qui abolit les contraintes de la physique et la vampirisation symbolise la réalisation des fantasmes.

Néanmoins, s'il convient de poser les limites du projet et les défaillances du résultat, il n'est pas interdit de préférer cette humilité créatrice aux vaines hyperboles de Francis Ford Coppola.
Dernière édition par Lord Henry le 15 août 12, 12:13, édité 2 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar hellrick » 15 févr. 12, 11:30

Rick Blaine a écrit :
Dunn a écrit :Zoulou: 7/10
Enfin vu ce film qui a presque 50 ans au compteur et n'a pas pris une ride dans ces grandes scènes de batailles.Un grand film de guerre où la première partie installe calmement les personnages pour offrir un spectacle impressionnant dans sa seconde moitié avec un tout jeune Michael Caine.Et la musique de Barry est grandiose et habille parfaitement le film.



Et du coup seulement 7/10? :cry: :mrgreen:

C'est vrai, quel film, quel puissance, quelle photo magnifique, et quelle interprétation : Stanley Baker, Jack Hawkins, entourant Michael Caine qui accédait enfin au rôle qui allait lancer sa carrière! Pour moi c'est un chef d’œuvre.


Très bon film, maintenant pour ceux qui ne l'ont pas vu il reste à enchainer avec son excellente suite, Zulu Dawn :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17875
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Rick Blaine » 15 févr. 12, 11:32

hellrick a écrit :
Très bon film, maintenant pour ceux qui ne l'ont pas vu il reste à enchainer avec son excellente suite, Zulu Dawn :wink:


Exact. Je le trouve un petit cran en dessous, mais c'est également un excellent film.

Avatar de l’utilisateur
Flavia
My Taylor is rich
Messages : 3385
Inscription : 4 juin 11, 21:27

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Flavia » 15 févr. 12, 23:48

Le traitre du texas (Horizons West) - Budd Boetticher (1952)

Dan Hammond (Robert Ryan) accompagné de son frère Neil (Rock Hudson) retournent chez eux après la fin de la guerre. Neil, garçon honnête, souhaite travailler au ranch familial, mais Dan, avide d'argent facile, se lie avec un groupe de renégats sudistes dont il devient le leader pour monter toute sortes de coups crapuleux.


Image


Robert Ryan interprète un officier qui n'a qu'une obsession, celle de bâtir un empire, mû d'une ambition démesurée qui lui fait perdre tout scrupule. En peu de temps il passe du statut de brave garçon à celui de crapule, seul petit bémol, Robert Ryan manque un peu de charisme pour ce personnage complexe. Face à lui Rock Hudson aurait mérité un rôle plus étoffé, cela se traduit par une composition plutôt fade.

Il manque à ce film le sens du mystère, un scénario plus dynamique pour en faire un très bon western, cela se ressent avec des personnages manquant d'épaisseur. Petite déception.

Avatar de l’utilisateur
Dunn
Réalisateur
Messages : 6954
Inscription : 20 août 09, 12:10
Localisation : Au pays des merveilles

Re: Notez les Films Naphtas Février 2012

Messagepar Dunn » 16 févr. 12, 14:16

Je viens de me rendre compte que j'ai mis Le Survivant d'un Monde Parallèle en naphta alors qu'il date de 1981! Cependant, j'avais cru lire ici que DVDClassik ayant presque 10 ans, les films naphtas iraient jusque 1990 ?

Patrick: 6/10
Je poursuis mon festival de film fantastique Australien avec Patrick, un thriller, plus qu'horreur, fantastique avec un homme dans le coma mais capable de pouvoirs psychokinésies. Jaloux et amoureux de son infirmière (qui elle ne sait plus où elle en est dans son couple et flirte avec le médecin, bref tout pour le rendre jaloux), il va tout mettre en oeuvre pour se faire aimer et surtout se débarrasser de ses concurrents.Bien réalisé (même mieux que Le Survivant... avec des belles trouvailles de mise en scène, de plans, une ambiance et des acteurs bien dirigés.