Henri Decoin (1890-1969)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1562
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar manuma » 27 juil. 11, 21:32

Pire encore que ce Nick Carter, devant lequel j'ai rapidement piqué du nez, il y a son Casablanca nid d'espions tourné un an avant. Un sommet de ringardise réunissant Sara Montiel et Maurice Ronet.

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19903
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Nestor Almendros » 30 juil. 11, 10:43

Père Jules a écrit :Pas trouvé de topic dédié au réalisateur.

Merci d'avoir ouvert le bal. J'ai aussi ajouté quelques avis postés sur le forum il y a quelques années.

J'en profite pour signaler les topics de
Les inconnus dans la maison (1942)
La vérité sur Bébé Donge (1952)

ainsi que la Chronique Classik de Casablanca nid d'espions (1963)

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18491
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Rick Blaine » 10 août 11, 08:29

Père Jules a écrit :Pas trouvé de topic dédié au réalisateur.

Non coupable (1947)
Avec Michel Simon, Jean Debucourt et Jany Holt.

Agréable découverte. Le film ne manque pas de qualités. C'est bien mis en scène, le scénario est plutôt efficace et l'interprétation de Michel Simon en tous points remarquable. Quelques petits défauts à noter tout de même: un problème de rythme (notamment au début, lorsque Madeleine Bodin cherche "son homme" - après un générique que j'ai trouvé particulièrement long, on aurait aimé rentrer plus facilement dans le film) et une fin ratée (voire grotesque par certains aspects). Je ne peux pas en dire plus histoire de ne pas déflorer le film à ceux qui ne l'auraient pas vu.

Finalement, Decoin s'affirme comme un solide artisan. Sa filmographie, dont ce film pour lequel j'ai une vraie affection, le prouve qui est jalonnée de petites pépites très estimables.

Très agréable découverte pour moi. Je te rejoins sur les toutes premières scènes un peu lentes. Pour le reste, c'est du tout bon, dans un film grandement porté par Michel Simon et par la qualité d'écriture de son personnage.
Je n'ai pas été gêné par la fin, je la trouve même plutôt habile. Qu'est-ce qui t'as fait tiquer?

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14745
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Père Jules » 10 août 11, 11:17

Rick Blaine a écrit :
Père Jules a écrit :Pas trouvé de topic dédié au réalisateur.

Non coupable (1947)
Avec Michel Simon, Jean Debucourt et Jany Holt.

Agréable découverte. Le film ne manque pas de qualités. C'est bien mis en scène, le scénario est plutôt efficace et l'interprétation de Michel Simon en tous points remarquable. Quelques petits défauts à noter tout de même: un problème de rythme (notamment au début, lorsque Madeleine Bodin cherche "son homme" - après un générique que j'ai trouvé particulièrement long, on aurait aimé rentrer plus facilement dans le film) et une fin ratée (voire grotesque par certains aspects). Je ne peux pas en dire plus histoire de ne pas déflorer le film à ceux qui ne l'auraient pas vu.

Finalement, Decoin s'affirme comme un solide artisan. Sa filmographie, dont ce film pour lequel j'ai une vraie affection, le prouve qui est jalonnée de petites pépites très estimables.

Très agréable découverte pour moi. Je te rejoins sur les toutes premières scènes un peu lentes. Pour le reste, c'est du tout bon, dans un film grandement porté par Michel Simon et par la qualité d'écriture de son personnage.
Je n'ai pas été gêné par la fin, je la trouve même plutôt habile. Qu'est-ce qui t'as fait tiquer?

Content que tu aies aimé :)
En revanche, n'aurait-il pas été plus fort encore
Spoiler (cliquez pour afficher)
que le délire d'un homme, son côté manipulateur soit poussé à fond. Ainsi sortant de son ultime rencontre avec le commissaire, on aurait pu le voir sourire... Comme une nouvelle preuve de son "génie" et disparaitre dans la nuit...

La fin retenue me parait trop consensuelle et, à bien des égards, absolument pas surprenante...

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18491
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Rick Blaine » 10 août 11, 11:25

Père Jules a écrit :
Content que tu aies aimé :)
En revanche, n'aurait-il pas été plus fort encore
Spoiler (cliquez pour afficher)
que le délire d'un homme, son côté manipulateur soit poussé à fond. Ainsi sortant de son ultime rencontre avec le commissaire, on aurait pu le voir sourire... Comme une nouvelle preuve de son "génie" et disparaitre dans la nuit...

La fin retenue me parait trop consensuelle et, à bien des égards, absolument pas surprenante...

Je comprends.

Spoiler (cliquez pour afficher)
Effectivement, de cette manière, la fin est plus consensuelle, mais le problème, c'est que dans son délire, l'un des principaux points est son besoin d'être reconnu par les autres comme un génie, de ne pas mourir en étant considéré comme un imbécile (ce qu'il souligne dans la lettre) du coup il tente tout en ce sens, même si c'est complétement vain. En partant comme tu le dit, il aurait entériné son image.

J'aurais aimé le voir réussir complétement, comme toi, mais je ne suis pas sur qu'il y avait de véritable solution scénaristique pour cela.

En ce sens, la fin me parait être un bon choix, faire autrement aurait aussi déséquilibré l'édifice tu ne penses pas?

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14745
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Père Jules » 10 août 11, 12:05

Spoiler (cliquez pour afficher)
Ce côté par les autres me parait en effet important dans la personnalité du personnage... mais je ne peux pas m'empêcher de penser qu'avec une fin comme celle-ci, le soufflé retombe complètement à plat...

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18491
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Rick Blaine » 10 août 11, 12:53

Tu n'as pas tort.

Spoiler (cliquez pour afficher)
En fait il est possible qu'il aurait fallu une autre narration pour faire tout fonctionner. Si par exemple Michel Simon racontait son histoire, on aurait pu avoir la fin que tu proposes tout en ne cassant pas le personnage. Il trouvait le moyen d'être reconnu dans son génie par son interlocuteur - le spectateur - et le film ne retombait pas comme c'est un peu le cas effectivement. En ne choisissant pas cette distanciation, il fallait trouver un biais, le choix s'est porté sur le maintien à 100% de la psychologie du personnage, ça me parait être le bon choix même si c'est frustrant.

Je me rends compte que la vrai réussite du film, c'est surtout le personnage du Docteur Ancelin, tant son interprétation sublime par Michel Simon que son écriture remarquable. Sans cela, le film ne m'aurait peut-être pas convaincu. Michel Simon provoque tellement l'empathie du spectateur que le film ne peut que fonctionner.
Pour moi c'est un film un peu inférieur à d'autres réalisations de Decoin que j'ai cité plus haut, mais une agréable réussite tout de même.

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14745
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Père Jules » 10 août 11, 15:40

Michel Simon est toujours génial. Ce rôle si est peut-être l'un de ses quatre ou cinq meilleurs de mon point de vue ;)

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7244
Inscription : 10 août 04, 13:48

Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Cathy » 13 mai 12, 20:16

Henri Decoin est un grand réalisateur du cinéma français et curieusement aucun topic ne lui est consacré alors qu'on lui doit aussi l'éclosion de la carrière de sa femme Danielle Darrieux, et on lui doit parmi les plus grands succès du cinéma français d'une certaine époque dont les fameux "Inconnus dans la maison". Il y a ces charmants Premier rendez vous ou battement de coeur, ou encore la vérité sur Bébé Donge, Razzia sur la Chnouf ou l'affaire des poisons.

=================================

Les inconnus dans la maison (1942)

Image

Un avocat qui a sombré dans l'alcoolisme vit seul avec sa fille. Une nuit, un homme est assassiné chez eux, et très vite les soupçons se portent sur le petit ami de sa fille qu'il accepte de défendre.

Henri Decoin adapte avec George-Henri Clouzot un roman de Simenon. L'histoire met en scène un avocat alcoolique qui depuis la mort de sa femme, vingt ans auparavant ne plaide plus et qui pour sa fille accepte de défendre celui que tout accuse. Le film démarre sur les chapeaux de roue avec la voix off celle de Pierre Fresnay admirable d'ailleurs, car elle permet de rentrer totalement dans l'atmosphère de cette petite ville provinciale et ce meurtre qui intervient immédiatement sans que l'on ne voit strictement rien. Comme dans d'autres films postérieurs on retrouve un portrait de cette jeunesse qui ne sait pas quoi faire et se retrouve confronté à un maître chanteur qui est assassiné. Les dialogues sont excellents et surtout portés par un Raimu qui campe un héros hors norme, bourru, marmonnant, entre deux alcools ou non.
Le film qui est basé essentiellement sur le procès, atteint son paroxysme dans la fameuse plaidoirie de l'avocat enfin sobre qui va comme dans nombre de films de procès, faire la critique de cette société et de ces parents qui font ce que leurs enfants sont. Il y a ces petites scenettes humoristiques avec l'huissier qui évoque le témoignage du médecin légiste, l'ami bègue, les différents témoignages émouvants ou drôles... Il y a ces acteurs typiques de l'époque et que l'on retrouve régulièrement dans les fims comme Noel Roquevert en commissaire de police, Jean Tissier avec sa voix si reconnaissable, Jacques Baumer en magistrat, ou Mouloudji en ami de l'accusé... Le film vaut pour son numéro d'acteur, son rythme et ses dialogues excellents.
Un chef d'oeuvre du film français mené par un Raimu exceptionnel !
Dernière édition par Cathy le 13 mai 12, 20:30, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15451
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Profondo Rosso » 13 mai 12, 20:25

Cathy, Henri Decoin a déjà son topic :wink:

viewtopic.php?f=2&t=32827&hilit=Henri+Decoin

Les modos vont bien nous recoller tout ça !

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18491
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Rick Blaine » 13 mai 12, 20:27

Il y a un topic Decoin ici. :wink:

Les Inconnus dans la Maison est un film formidable, porté par un Raimu au sommet de son art.

Les quelques films que j'ai vu de Decoin me font penser qu'il s'agit d'un des grands réalisateurs français, notamment Razzia sur la Chnouf, Entre Onze Heures et Minuit ou Tous Peuvent me Tuer.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7244
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Cathy » 13 mai 12, 20:28

Merci, c'était étonnant mais il n'est pas listé dans le topic réalisateurs :fiou: :oops: ! Donc un gentil modo va tout corriger :) !

Avatar de l’utilisateur
Flavia
My Taylor is rich
Messages : 3470
Inscription : 4 juin 11, 21:27

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Flavia » 13 mai 12, 20:39

Rick Blaine a écrit :Il y a un topic Decoin ici. :wink:

Les Inconnus dans la Maison est un film formidable, porté par un Raimu au sommet de son art.

Les quelques films que j'ai vu de Decoin me font penser qu'il s'agit d'un des grands réalisateurs français, notamment Razzia sur la Chnouf, Entre Onze Heures et Minuit ou Tous Peuvent me Tuer.

Avec La vérité sur Bébé Donge Henri Decoin a offert à Danielle Darrieux un de ses plus beaux rôles.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7244
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar Cathy » 13 mai 12, 20:41

Flavia a écrit :
Rick Blaine a écrit :Il y a un topic Decoin ici. :wink:

Les Inconnus dans la Maison est un film formidable, porté par un Raimu au sommet de son art.

Les quelques films que j'ai vu de Decoin me font penser qu'il s'agit d'un des grands réalisateurs français, notamment Razzia sur la Chnouf, Entre Onze Heures et Minuit ou Tous Peuvent me Tuer.

Avec La vérité sur Bébé Donge Henri Decoin a offert à Danielle Darrieux un de ses plus beaux rôles.

Il a aussi lancé sa carrière avec Premier rendez vous ou battement de coeur. J'espère que ce film délicieux avec Claude Dauphin, Jean Tissier, André Luguet finira par sortir en DVD !

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Henri Decoin (1890-1969)

Messagepar daniel gregg » 13 mai 12, 20:43

Flavia a écrit :
Rick Blaine a écrit :Il y a un topic Decoin ici. :wink:

Les Inconnus dans la Maison est un film formidable, porté par un Raimu au sommet de son art.

Les quelques films que j'ai vu de Decoin me font penser qu'il s'agit d'un des grands réalisateurs français, notamment Razzia sur la Chnouf, Entre Onze Heures et Minuit ou Tous Peuvent me Tuer.

Avec La vérité sur Bébé Donge Henri Decoin a offert à Danielle Darrieux un de ses plus beaux rôles.

Et elle le lui a bien rendu en interprétant avec une grâce inimitable Mme de Montespan dans le réjouissant L'affaire des poisons. 8)