Vincent Sherman (1906-2006)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Cathy » 25 juil. 11, 10:13

Vincent Sherman est né le 16 juillet 2006 et est décédé un mois avant son centième anniversaire le 8 juin 2006. Il a tourné avec Bette Davis, Joan Crawford, Ann Sheridan. Il s'est illustré dans les grands mélos comme l'impossible amour ou Mr Skeffington, le film noir l'a tenté, mais avec une approche mélodramatique comme Nora Prentiss ou The unfaithful. Bref il avait droit à son fil de discussion spécial !

1939 : Le Retour du docteur X (The Return of Doctor X)
1942 : Échec à la Gestapo (All Through the Night)
1943 : The Hard Way
1943 : L'Impossible Amour (Old Acquaintance)
1944 : Femme aimée est toujours jolie (Mr. Skeffington)
1945 : Pillow to Post
1947 : L'Amant sans visage (Nora Prentiss)
1947 : L'indifèle (The Unfaithful)
1948 : Les Aventures de Don Juan (Adventures of Don Juan)
1949 : Le Dernier Voyage (The Hasty Heart)
1950 : Du sang sur le tapis vert (Backfire)
1950 : L'Esclave du gang (The damned don't cry)
1950 : La Perfide (Harriet Craig)
1951 : La Flamme du passé (Goodbye my fancy)
1952 : L'Étoile du destin (Lone Star)
1952 : L'Affaire de Trinidad (Affair of Trinidad)
1958 : La Rivière des alligators (The Naked Earth)
1959 : Ce monde à part (The Young Philadelphians)
1960 : Les Aventuriers (Ice Palace)
1960 : The Second Time Around
1967 : Les Aventures extraordinaires de Cervantes (Cervantes)

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18073
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Rick Blaine » 25 juil. 11, 10:22

Un réalisateur que je ne connais que pour ses deux premiers films.
Autant Le Retour du docteur X est une erreur de parcours, et par ailleurs une fausse suite du Docteur X de Curtiz car je ne vois pas bien le rapport entre les deux films, autant j'aime bien Échec à la Gestapo que l'on pourra considérer comme mineur, mais que je trouve extrêmement plaisant.
Je me rend compte que j'ai pas mal de ses films en stock, il va falloir que je me regarde tout ça, notamment L'Impossible Amour et Femme aimée est toujours jolie dont j'espère de bonnes choses.

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14741
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Père Jules » 25 juil. 11, 10:25

Rick Blaine a écrit :Je me rend compte que j'ai pas mal de ses films en stock, il va falloir que je me regarde tout ça, notamment L'Impossible Amour et Femme aimée est toujours jolie dont j'espère de bonnes choses.

Si j'ai bonne mémoire, c'est deux-là sont dans le coffret Bette Davis.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18073
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Rick Blaine » 25 juil. 11, 10:26

Père Jules a écrit :
Rick Blaine a écrit :Je me rend compte que j'ai pas mal de ses films en stock, il va falloir que je me regarde tout ça, notamment L'Impossible Amour et Femme aimée est toujours jolie dont j'espère de bonnes choses.

Si j'ai bonne mémoire, c'est deux-là sont dans le coffret Bette Davis.

Oui. Un coffret que j'ai à peine commencé à regarder. A force d'empiler les films... :fiou:

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Lord Henry » 25 juil. 11, 10:33

Cathy a écrit :1948 : Les Aventures de Don Juan (Adventures of Don Juan)
1951 : La Flamme du passé (Goodbye my fancy)

A en juger d'après ces deux-là, un réalisateur terne. Mais il faut croire que cela conserve, puisqu'il s'en est fallu de peu qu'il fête son centième anniversaire.
Image

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Cathy » 25 juil. 11, 10:38

L'amant sans visage - Nora Prentiss (1947)

Image

Un médecin abandonne sa famille pour vivre avec une chanteuse de cabaret qu'il a soigné suite à un accident.

Attention spoilers

Vincent Sherman tourne en 1947 deux films qui mettent en vedette Ann Sheridan, deux portraits l'un d'un homme dans l'Amant sans visage, et l'autre d'une femme dans l'infidèle. Nora Prentiss est un film dont il est difficile de parler sans spoiler l'intrigue. Nous sommes dans une ambiance de film noir à partir du moment où le médecin prend l'identité d'un autre homme et que va en découler une fin tragique. Le spectateur connaît pourtant toute la vérité ssur la vie de ce médecin, sa rencontre avec cette jeune chanteuse dont il va d'abord devenir l'amant, puis n'arrivant pas à divorcer, va orchestrer sa disparition suite à un imprévu ! Vincent Sherman illustre ici une histoire d'amour sur fond de night club, de vie nocturne, typique des films noirs, mais qui est en réalité un grand mélodrame, une histoire d'amour impossible, tous les retournements de situation tiennent plus du ressort du mélodrame que du film noir. Le film est mené de main de maître et on se prend de pitié pour ce mari infidèle, cette jeune femme qui va provoquer le malheur d'une famille sans le vouloir, le tout est conté en flash back, et le retour à la réalité ne se fait pas par un retour sur cet homme arrêté qui se souvient de ce qui s'est passé. Vincent Sherman ne revient pas sur cet homme effondré, mais sur son arrestation. Ann Sheridan et Kent Smith se montrent idéaux dans ce couple maudit, la première avec sa belle stature, le second avec sa fine moustache. Nora Prentiss s'avère un très beau classique du genre et mériterait une sortie en DVD autre qu'une édition Warner Archive

copie TCM

===============================================
L'infidèle, The Unfaithful (1947)

Image

Une femme tue un homme, ce qui semble d'abord être un acte de légitime défense s'avère pouvoir être un crime lorsqu'on découvre que la femme a été le modèle et la maîtresse de l'homme qu'elle a assassiné.

La même année que Nora Prentiss, Vincent Sherman retrouve Ann Sheridan et lui offre un autre très beau rôle celui de cette femme mariée qui tue un homme qui l'agresse. Mais en dehors de l'intrigue de film noir, nous sommes là encore dans un mélodrame basé sur l'infidélité réelle et pourtant très brève de la femme. Infidélité qui a eu lieu lorsque le mari était soldat et qui n'a pas duré, infidelité qui pourtant va transformer le mari au point qu'il veuille divorcer une fois le procès de son épouse terminé. On voit que Sherman aime mélanger une fois encore les genres avec ce film noir sur fond de mélodrame. Si Nora Prentiss était un mélodrame à fond de film noir, ici nous sommes dans le contraire, un film noir sur fond de mélodrame. Nous sommes dans les films traditionnels, avec une enquête, un maître chanteur, le couple qui subit la tempête, l'avocat ami de la famille, les amis oisifs du couple, un film sur fond de guerre et de reconstruction famililale, un plaidoyer aussi pour ces femmes qui ont pu parce que leur mari était au front succomber à une passade sans aimer et sans jamais douter de leur amour pour leur mari. Si dans Nora Prentiss, Sherman utilise le procédé assez courant du film noir avec le flash back, il n'y succombe pas dans l'infidèle, même si à certains moments du récit, on se dit que les propos de la femme vont être illustrés par un retour du passé. Finalement l'amant ne restera qu'un homme tué dont on ne verra jamais le visage, un amant sans visage !
L'infidèle tout comme Nora Prentiss se montre un superbe portrait ici de de femme, Si dans Nora Prentiss, le portrait tourne autour de ce médecin qui succombe à l'amour d'une autre femme, The Unfaithful est un portrait de femme. En quelque sorte les deux films se répondent, leur problématique est quelque part identique avec l'infidelité passade ou l'infidelité forte. Ann Sheridan offre un portrait très différent de celui de Nora Prentiss, ici elle est une femme bien sous tout rapport confronté au drame, alors que dans Nora Prentiss, elle est le déclencheur volontaire du drame, à ses côtés Zachary Scott campe un mari outragé parfait tout comme Lew Ayres est parfait en avocat confident ! L'infidèle et Nora Prentiss s'avèrent donc deux superbes portraits de couples, deux portraits de femmes portés par la même actrice et deux superbes films, même si Nora Prentiss est sans doute un rien supérieur ! Là aussi une sortie autre qu'en Warner Archive aurait été judicieuse.

Copie TCM
Dernière édition par Cathy le 1 mai 18, 19:26, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18073
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Rick Blaine » 25 juil. 11, 10:45

Deux films qui m'ont l'air fort intéressants, et qui devraient me plaire. Je commanderais ça un de ces jours.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Cathy » 25 juil. 11, 10:46

Je rappatrie ici mes critiques des deux Bette Davis

Femme aimée est toujours jolie, Mr Skeffington(1944) - Vincent Sherman

Image

En 1914, Fanny Trellis, jeune femme ruinée épouse pour éviter un scandale à son frère, le patron de celui-ci Mr Skeffington. Mais la jeune femme est futile et ne songe qu'à son apparence, néglige sa fille et finit par divorcer.

Voici le film type pour mettre en valeur son interprète féminine à savoir Bette Davis, ce style de rôle qu'elle affectionne. Agée de 36 ans, la comédienne doit sembler être une jeune femme de 25 ans au début du film et être agée de 50 à la fin du film. Le livre traite peut-être du personnage de Mr Skefington, mais dans le film, tout tourne autour du personnage féminin, qui est de quasiment tous les plans. Assez curieux, de voir que ce film traite de la sortie du camp de concentration du héros à la fin du film (surtout que le film est sorti en mai 44). D'ailleurs dès que le héros dit qu'il est juif (dans une superbe scène qui oppose le père et sa fille) et qu'il va travailler en Allemagne, on sait très bien que nous aurons l'évocation des horreurs des nazis. Il y a aussi cette thématique sur la vieillesse, sur ces femmes qui refusent de vieillir et préfèrent faire "vieille peau" qu'être naturelle, de l'amour aussi il y a aussi le héros qui porte bien son nom et qui commence et termine "pauvre comme Job".

Le film est donc un mélodrame avec l'évocation de la vieillesse, de la guerre, mais aussi un vaudeville. En effet toute la première partie en est une illustration avec ces soupirants qui attendent, sont rejetés, reviennent, etc et ce mari fou amoureux qui acceptent les lubies de sa femme qui malgré les apparentes reste totalement fidèle. Il y a aussi ces soupirants qui se retrouvent 20 ans plus tard, mariés, chauve, bedonnant, se rappellant leur jeunesse et puis leur muflerie aussi. L'entrée de Bette Davis est particulièrement superbe, avec son apparition théatrale à travers des rideaux qui s'ouvrent et nous la montre dans une beauté rayonnante. Le film sombre dans le mélodrame avec la maladie de l'héroïne, l'évocation des nazis, le départ de la fille du couple, etc. Vincent Sherman réalise d'ailleurs un superbe plan quand l'héroïne se rend compte de sa "vieillesse", et où l'on survole les pièces plongées dans l'obscurité.

On ne peut qu'admirer la prestation de Bette Davis dans le film, sublimement filmée au début du film et qui finalement ressemble à ce qu'elle deviendra dans sa vieillesse, une véritable prestation d'actrice aussi avec la transformation de sa voix donnant la préciosité souhaitée à cette jeune femme. Elle a été d'ailleurs nominée en tant que meilleure actrice, pour cette performance éblouissante et qui montre qu'elle est sans doute UNE des plus grandes actrices de tous les temps. Il y aussi Claude Rains dont on admire le jeu tout en retenue et subtilité, Walter Abel, le cousin complice et attachant, Marjorie Riordan en fille fadasse qui ne peut faire de l'ombre à sa mère
Spoiler (cliquez pour afficher)
même si elle lui vole son dernier soupirant.


Bref un superbe film, malgré ses 2h30 qui passe l'espace d'un instant et une interprétation extraordinaire de Bette Davis aussi crédible en petite jeune femme qu'en vieille femme à la silhouette et à la démarche alourdies. Et contrairement à Avril enchanté, totalement raté et pesant, Vincent Sherman montre que l'oeuvre d'Elisabeth von Arnim peut être adaptée avec brio.

=================================================================
L'impossible amour, Old Acquaintance (1943) - Vincent Sherman

Image

La vie de deux amies qui sont toutes les deux écrivains de 1924 à 1943. Millie (Myriam Hopkins) écrit des romans à l'eau de rose au succès énorme tandis que Kit (Bette Davis) est une auteur de livres sérieux ou de pièce de théâtre qui n'ont pas de succès

Si l'histoire a un côté mélodramatique par le fait que les deux femmes sont systématiquement malheureuses en amour, le film n'est en rien un mélodrame, mais plutôt une comédie cynique qui permet à deux actrices de faire leurs numéros ! Car ce film est surtout un magnifique écrin pour les deux bêtes de scène que sont Miriam Hopkins et Bette Davis. La première est absolument délectable en femme bafouée, qui en fait des tonnes dans ses crises d'hystérie. La scène où elle apprend que son mari a eu dans le passé des sentiments amoureux pour sa meilleure amie est un sommet du genre "The snake in the grass". Bette Davis a évidemment le rôle de la femme sobre, digne qui se prend sans cesse des claques mais recolle toujours les morceaux. Elle aussi est magnifique dans ce rôle et prouve encore une fois l'étendue de son talent. Les confrontations entre les deux actrices sont de moments de régal pur. Ce qui est assez drôle aussi est de constater la différence de style vestimentaire entre les deux amies, Miriam Hopkins qui semble soit petite fille, soit femme d'une autre époque avec son jabot et son chignon, et Bette Davis qui semble toujours à la page. John Loder est tout à fait à sa place en époux mal aimé et Gig Young qui est la copie du premier est aussi à l'aise dans son rôle de jeune amoureux. Bref un pur régal pour ceux qui apprécie les numéros d'actrices !

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Cathy » 25 juil. 11, 10:47

Rick Blaine a écrit :Deux films qui m'ont l'air fort intéressants, et qui devraient me plaire. Je commanderais ça un de ces jours.

Les deux films sont admirables, en réalité, je crois qu'il faut voir les deux quasiment en même temps, car ils se répondent, même s'ils n'ont rien à voir au niveau des intrigues et des personnages.

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Lord Henry » 25 juil. 11, 11:03

Pour l'anecdote, Vincent Sherman a dirigé Cyd Charisse dans un épisode de la série Medical Center (1969-1976). A noter que l'actrice y interprète une ancienne star et danseuse en pleine crise, et que sa carrière est illustrée par des extraits de certaines de ses prestations pour la MGM.
Image

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Cathy » 25 juil. 11, 11:57

Quelques autres critiques

Posté par Julien Léonard

The return of doctor X
(Le retour du docteur X) - Réalisé par Vincent Sherman / 1939 :

Image

Depuis la sortie couronnée de succès de Son of Frankenstein au tout début de l’année 1939, les majors compagnies hollywoodiennes se sont emparées du phénomène afin de bénéficier de ce réel regain d’intérêt du public pour le cinéma Fantastique. Le rythme de production est encore partiellement timide, mais annonce d’ors et déjà une année 1940 quantitativement plus dense, ce qui est une tendance qui va manifestement se vérifier par la suite. La Warner ne semble pas très intéressée par ce genre, mais n’était-ce pas déjà le cas durant la décennie précédente où, parallèlement aux autres firmes profitant généreusement de la mode, elle n’avait produit que des essais, certes très réussis, mais à une cadence sporadique ? Paresseusement, plus par opportunisme financier que par intérêt artistique, la puissante Warner propose donc une série B sympathique, surfant sur les succès du genre qu’elle obtint plusieurs années plus tôt. Paresseux, parce que le scénario tente de bâtir une intrigue originale autour d’un personnage (le docteur Xavier) déjà usité dans un autre film, mais sans disposer de lui avec efficacité. Opportuniste, parce que ce personnage surajouté au récit n’a strictement aucun rapport avec celui que l’on connaissait dans le film de Curtiz, et que son utilisation ne donne ici lieu qu’à des situations factices et banales : en deux mots, la Warner vend son film sur un titre à moitié mensonger, espérant rentrer dans ses frais grâce à l’aura dont dispose encore le film de 1932. Car mis à part le nom de Xavier, rien ne relie Doctor X à ce soi-disant retour.

Mais la Warner va encore plus loin dans la négligence qu’elle porte au Fantastique, affectant ainsi à la confection du film des artefacts tout droit sortis du genre qu’elle commence à créer et qui fera sa gloire dans les années 1940 : le Film Noir. Entre deux eaux, c'est-à-dire entre le film de gangsters qui, depuis 1931, commence à s’essouffler sérieusement, et le Film Noir qui n’apparaitra définitivement qu’en 1941 (dès le superbe The maltese falcon de John Huston), la Warner conçoit donc un film Fantastique aux relents techniques appartenant à ces deux courants cinématographiques. Le film de gangsters se voit ici représenté par un flic incompétent, une course poursuite en voitures vraisemblablement filmée dans les rues de la ville, la présence d’Humphrey Bogart (alors très habitué au genre depuis sa contribution remarquée dans The petrified forest en 1936) et enfin par la mort par balle du docteur Xavier, encerclé par la police (topos bien connu du gangstérisme au cinéma). Le Film Noir est par contre partiellement annoncé par un noir & blanc plus lisse, la photographie ne permettant guère de procéder à la déformation ou au contraste des objets et visages, et cela même si le Film Noir sera la plupart du temps visuellement bien plus esthétique que The return of doctor X (rendons effectivement pleine justice à ce courant aussi prolifique qu’artistiquement exigeant). Enfin, parmi les deux personnages principaux se détache le médecin qui décide de mener son enquête, tel un détective privé qui n’aurait aucune accointance avec la police. A la différence qu’il ne subsiste ici aucune femme fatale.

En ce qui concerne sa structure Fantastique, le film aligne les laboratoires de chimie et les savants fous avec méthode, rappelant régulièrement au public qu’il a affaire à une histoire dont le point de mire ne peut être réaliste. Sang synthétique (référence probablement involontaire à la chair synthétique de Doctor X) et docteur persuadé d’œuvrer pour l’humanité sont donc de la partie. Le débutant Vincent Sherman nous gratifie d’une mise en scène très propre, sans aucun talent particulier, mais porteuse de l’efficacité habituelle du style Warner. Il parvient à servir correctement le scénario, arrangeant quelques petits instants de frayeur, tout en ne parvenant pas non plus à sauver les dix dernières minutes qui concluent le film d’une façon aussi prévisible que mécanique. La musique souligne l’ensemble avec savoir faire, faisant ressortir quelques malices de Max Steiner préfigurant le travail qu’il exécutera sur The big sleep d’Howard Hawks en 1946. Restent les décors, très simples et réalistes, et le casting : Wayne Morris joue le journaliste aventurier un peu simplet de rigueur (agréable, surtout quand il cesse d’imiter vainement Lee Tracy dans Doctor X), Dennis Morgan est un jeune médecin sans charisme mais au jeu très convenable, John Litel est un savant fou finalement gentil et oubliable, et Rosemary Lane échoue dans un rôle féminin méprisé par le récit à chaque instant. Bien sûr, remplaçant l’excellent Lionel Atwill dans le rôle de Xavier, Humphrey Bogart est étonnant. Bien loin des personnages de « bad guys » qui l’on enfermé dans un type de rôles desquels il désire s’échapper, il n’est pas encore la superstar hollywoodienne mythique que consacreront rapidement High Sierra de Raoul Walsh, The maltese falcon de John Huston (tous deux en 1941) et Casablanca de Michael Curtiz en 1942, ainsi qu’une multitude d’autres films qu’il tournera par la suite. C’est une expérience unique que d’observer Bogart déambuler l’espace de quelques séquences comme un monstre de la Universal, le teint blafard et une mèche blanche terrassant sa chevelure sombre, à l’image de Boris Karloff dans The walking dead de Michael Curtiz en 1936, également labellisé Warner. Le rôle ne lui convient pas, inutile de tergiverser sur cet élément. Acteur sous contrat avec la firme durant les années 1930 et 1940, on devine aisément qu’il accepta ce rôle pour gagner sa vie, à l’heure où sa carrière n’était pas encore solide comme un roc. Doté d’un professionnalisme à toute épreuve, il ne ridiculise pourtant pas le personnage, se contentant de l’incarner avec retenue, conscient qu’il n’est pas à sa place. Heureusement pour ce très grand acteur, les années difficiles seront bientôt un souvenir. Place, alors, au détective privé en gabardine et chapeau sur la tête, au résistant anti allemand malgré lui et à l’aventurier imparfait.

The return of doctor X est un aimable petit film d’épouvante qui n’offre au spectateur qu’un simple moment d’évasion. N’évitant pas toujours l’ennui, l’habileté bien connue de la Warner lui donne toutefois une stature convenable. Malgré tout, sa présence ne bouleverse en rien la production d’épouvante du moment.

Image


============================================


Adventures of Don Juan (Les aventures de Don Juan) - Réalisé par Vincent Sherman / 1948 :

Image

Certes, la grande époque de Captain Blood et de L'aigle des mers est terminée. Vincent Sherman n'est pas Michael Curtiz, et la magie n'est plus la même. Du souffle, de l'épique, des affrontements de géants, une mise en image unique... tout cela a disparu. Du côté des films de capes et d'épées, Flynn est désormais rentré dans le rang. Mais d'un autre côté, le film est tout de même très divertissant, très coloré, avec son lot de duels et de courses poursuites. Sherman est de toute évidence un très solide artisan, concoctant chaque séquence avec un certain sens de l'emphase (décors, couleurs, personnages). On ne peut pas dire que tout ceci soit toujours fin, d’autant que certains tics (notamment dans la direction de Flynn) ont un peu vieilli, mais ça tient plus que bien la route.

Qualitativement, je range ce Adventures of Don Juan aux côtés du Vagabond des mers (avec Flynn également), c'est à dire dans les divertissements honorables, bien fichus, au scénario limpide et pas trop complexe, et privilégiant le rythme autour de quelques scènes d'action bien pensées. Les deux films partagent également le fait d'avoir un budget plutôt conséquent (on est à la Warner), car personnellement, je n'ai jamais pu croire que Le vagabond des mers était une série B... Vous avez vu les décors, les figurants, les détails en arrière plan ? On reste, quoiqu'on en pense, dans du cinéma dit "prestigieux" (au contraire d'un A l'abordage, produit par la Universal en 1952, bien plus limité). Bref, Flynn bouge bien et conserve sa vivacité, avec à ses côtés (et pour la dernière fois) l'excellent Alan Hale, acteur et personnage haut en couleur. On s'amuse, et c'est bien là l'essentiel. Un très bon film d'aventures.

A noter qu'en France, ce film demeure l'un des plus gros succès d'Errol Flynn, avec plus de 3 700 000 entrées ! Un bien beau score.

=============================
Posté par Nestor Almendros

L'AMOUR IMPOSSIBLE (OLD ACQUAINTANCE) de Vincent Sherman (1943)

Suite du coffret métal Warner avec ce mélo des familles plutôt irritant à la longue.

Première curiosité, si je puis dire: le duo féminin central oppose Bette Davis à Miriam Hopkins. On sait que les deux femmes ne pouvaient se supporter or elles jouent ici les meilleures amies du monde dans ce film. Déjà pas mal de cynisme, donc, surtout si l'on observe les caractères dépeints. Car le personnage à la personnalité écrasante, à la démesure palpable, celle qui devient assez vite mal vue et inspupportable n'est pas Davis mais bien Miriam Hopkins, qui prend donc les travers aujourd'hui connus de sa rivale. Et qui laisse à Bette Davis le soin d'incarner le personnage plus honorable, l'amie patiente et dévouée.

Autre subtilité, mais moins encourageante à la longue: le scénario. Très vite le personnage de Miriam Hopkins agace. Il est fait pour cela: on accentue à loisir son comportement clichesque, caricatural, insupportable, avec ses mimiques cartoonesques et sa psychologie d'adolescente dans un corps d'adulte. Miriam Hopkins, personnage que personne ne voudrait avoir dans son entourage, écrit des romans qui nous sont très vite suggérés comme intellectuellement assez pauvres, se résumant à de simples romans de gare, romans à succès mais au contenu très limité. Double cynisme, là aussi, d'Hollywood qui ne cache pas le désaveu quotidien du public pour des oeuvres moins faciles d'accès et qui, en plus, se permet de faire un mélo dans la plus pure tradition de ce qu'il dénonce.
Car, si la première moitié du film se laisse à peu près suivre sans trop d'ennui, on découvre très vite que les enjeux dramatiques seront aussi ambitieux que ceux des romans écrits par Miriam Hopkins. Tous les ingrédients sont là, des personnages esseulés aux époques qui passent. Mais, malheureusement, aucune originalité dans le traitement, peu d'enjeux, on change d'amour comme de chemise (on décide d'épouser quelqu'un et, la seconde d'après, de le laisser à une autre) ou on retrouve sa fille perdue de vue depuis dix ans comme si l'on se croisait dans un café (scène incroyablement ratée).
Cela sent parfois tellement l'absence de motivation, niveau scénario/jeu d'acteurs/mise en scène, qu'on dirait vraiment du second degrès, je ne sais pas si c'est intentionnel. Mais vu l'époque et le public ciblé, ceux qui l'ont compris ne devaient pas être légion.

Ajoutons, pour couronner le tout, des performances d'acteurs toutes aussi oubliables. En particulier John Loder (le mari de Miriam Hopkins dans le film), au visage sympathique mais au jeu à revoir. La palme revenant à Dolores Moran (Deirdre adulte) qui aurait largement mérité un Razzie d'honneur s'il avait existé à l'époque.

Pour l'anecdote, le film sera "remaké" dans les 80's par George Cukor sous le titre RICHES ET CELEBRES. Pas vu, mais, désormais, pas motivé

_______________

ECHEC A LA GESTAPO de Vincent Sherman

L'exemple type d'un projet assez mineur au final, mais qui reflète le travail d'enrichissement de tout un studio. D'une histoire d'espionnage rocambolesque, la Warner en a fait une sorte de comédie policière assez enlevée où le rythme reste très soutenu, les scènes d'action assez récurrentes, et l'humour toujours présent. On ne peut que remarquer ces nombreux passages de comédie, où l'on sent l'énorme travail d'écriture en ce qui concerne les répliques qui font mouche. Parfois, on se croirait vraiment dans une comédie, ce travail, même s'il reste un peu vain, étant très efficace et intéressant à observer.

Il est aussi très inhabituel de voir Bogart évoluer dans la comédie, même si, dans ECHEC A LA GESTAPO, c'est mélangé au suspense. Il reste quand même quelques scènes de pure comédie avec lui qui valent au moins le coup d'oeil.
Agréable, mais trop léger...
________________

L'ESCLAVE DU GANG de Vincent Sherman

J'entame avec ce film le coffret métal consacré à Joan Crawford paru chez Warner.

Un honnête film noir, teinté de mélodrame. Ce n'est pas un film désagréable mais l'ombre de la morale plane constamment. Normal, avec un personnage principal aussi déterminé dans ses ambitions, ne pensant qu'à l'argent et la réussite matérielle, et qui finit bien sûr par se frotter de trop près aux péchés, ce n'est pas si surprenant. Elle use de ses charmes pour arriver à ses fins, mais en cours de route elle ne peut s'empêcher d'éprouver des sentiments pour ses partenaires, aussi peu recommandables soient-ils.

Belle restauration malgré une pellicule parfois un peu tachée

=======================================
Posté par Tom Peeping

Harriet Craig (Vincent Sherman, 1950)

Quand, dès la première scène, une nièce, une gouvernante et une femme de ménage sont prises de panique et courent dans tous les sens dans une grande demeure bourgeoise en lustrant les meubles d’un ultime coup de chiffon, en arrangeant les bouquets de fleur, en passant un dernier coup d’aspirateur sur le tapis persan et en polissant la boule de cuivre en bas de la rampe d’escalier… et qu’on sait qu’on est en train de regarder le début d’un film avec Joan Crawford, on ne peut que s’installer confortablement dans son canapé, les yeux rivés à l’écran et attendre avec impatience la grande entrée de la star, qui on s’en doute, ne saurait tarder.

Et ELLE entre, de dos (on découvre donc d’abord sa nuque et l’arrière de sa silhouette), traversant le décor du premier à l’arrière-plan en retirant ses gants et son manteau puis en faisant un rapide volte-face pour revenir vers le spectateur de pleine face et en gros plan, en lançant des remarques vexatoires à destination du personnel de maison (du genre, à une petite bonne qui descend précipitamment de l'étage : « Je vous ai dit mille fois de ne pas utiliser le grand escalier, ce n’est pas étonnant que le tapis soit tout élimé ! »). Lorsque le film passe dans les cinémas spécialisés de San Francisco, il paraît que cette introduction déclenche souvent des bravos et des hourras parmi le public, conquis à l’avance.

Harriet Craig étant un film de Vincent Sherman, vieux routard appliqué et souvent inspiré des Women’s Pictures en noir et blanc avec monstres sacrés (Old Acquaintance, Mr. Skeffington…), on se dit que les codes du mélodrame seront respectés à la lettre, que Joan Crawford mordra dans son rôle à pleines dents, que les autres feront de la figuration, que le savoir-faire sera au rendez-vous et que l’amateur de ce type de film se régalera de bout en bout. Pour ma part, qui ai découvert le film il y a peu de temps, le contrat a été respecté au-delà de mes espérances.

Evidemment, il faut à priori être adepte du genre. Le Women’s Picture (un drame dont l’histoire se focalise sur les turpitudes qui assaillent son héroïne) ne saurait être aimé de tous : les péripéties hautement improbables des scénarios, l’artificialité des décors, les partitions à base de piano et de violon et les numéros souvent outranciers des actrices peuvent aujourd’hui rebuter. Lorsque ces films étaient produits à la chaîne par Warner Bros., MGM ou Columbia entre le milieu des années 1930 et des années 1960, le public (majoritairement féminin comme le nom du genre l’indique) s’y précipitait pour déguster avec avidité les bonheurs et surtout les déboires de leurs personnages principaux, insectes vrombissants pris dans les toiles d’araignées tissées par les scénaristes à l’imagination débridée. Harriet Craig est l’exemple parfait de ce type de film (c’est aussi un remake des deux films plus anciens Craig’s Wife de 1928 avec Irene Rich et Craig’s Wife de 1936 avec Rosalind Russell) : révélant comme souvent son origine théâtrale (ici une pièce de George Kelly), les personnages sont peu nombreux afin de laisser toute la place à la star ; les lieux de l’action sont limités à quelques décors d’intérieurs construits en studio ; le scénario est bavard, la parole étant le moteur principal des péripéties de l’histoire. Histoire qui n’est, au final, que l’étude de la personnalité complexe d’une héroïne et de ses capacités à résister à l’adversité.

Harriet (Joan Crawford, donc) est mariée depuis une quinzaine d’années à Walter Craig (Wendell Corey), un ingénieur plutôt introverti qui noie sa solitude dans le whisky. Emotionnellement frigide et monstrueusement égocentrique, elle se réalise dans l’aménagement et la maintenance impeccables de sa grande maison où tout semble fixé à sa place comme dans un musée. Seul un précieux vase Ming qui trône au-dessus de la cheminée semble parfois l’attendrir et la plonger dans des pensées profondes. La maison est aussi occupée par sa nièce d’une vingtaine d’années, qu’elle traite comme une domestique et deux domestiques, qu’elle traite comme des esclaves. Elle traite d’ailleurs son mari comme un cousin : si tous les objets de la demeure sont donc bien à leur place, les relations des personnages sont, elles, toutes faussées. Harriet Craig ne supporte pas les collègues de son mari (des ingénieurs sans conversation), le soupirant de sa jeune nièce (trop commun) ni le petit garçon et sa mère de la maison d’à-côté (trop familiers). Seuls quelques vieux notables et matrones de la ville, qu’elle invite lors de cocktails mensuels, trouvent grâce à ses yeux, Mais l’ordre glacial de la vie d’Harriet commence à se rompre quand le patron de son mari propose à celui-ci une mutation temporaire au Japon et que sa nièce se met à savourer de plus en plus son éveil amoureux. Harriet Craig va alors chercher à maintenir l’ordre quotidien de son existence en écrasant tout ce qui se met sur son chemin par une stratégie de mensonges, d'intimidations et de manipulations…

Harriet Craig est évidemment un festival Joan Crawford qui est de pratiquement toutes les scènes et qui, à 45 ans lors du tournage du film en 1950, commençait à devenir sa propre caricature. Tout, chez elle, semble s’hypertrophier : ses yeux, ses sourcils, ses lèvres, ses épaules. Ses coiffures et ses tenues se compliquent dans un crescendo d’artifice. La sublimement belle star des années 1930 devient l’étonnante créature de la seconde partie de sa carrière qui fait, plus encore aujourd’hui qu’hier, les beaux jours des transformistes cinéphiles. Un rôle comme Harriet Craig, qu’elle reprendra d’ailleurs presque à l’identique en 1955 dans un autre formidable Women’s Picture, Queen Bee, fascine parce qu’il fusionne dans l’imaginaire de nous-autres spectateurs, ce que l’écran nous montre et ce qu’on l’on nous a dit (à tort ou peut-être à raison) de Joan Crawford la femme à travers le livre à scandale de sa fille adoptive Christina et du film-culte qui en a été tiré : Mommie Dearest. Pour avoir pas mal lu et vu de choses sur Crawford, je ne suis pas loin de penser que certains excès d’Harriet Craig reflètent quelque peu la personnalité borderline de l'actrice, notamment son obsession de l’organisation et de l’ordre et sa rage de rester en contrôle de chacune des minutes de son existence.

Dans le touchante eulogie que George Cukor a dite pour Joan Crawford lors de la soirée d’hommage à la star quelques semaines après sa mort, une anecdote est assez parlante : Cukor rappelle qu’avant les progrès techniques apportés aux caméras, les plans larges se terminant par un gros-plan de visage qu’Hollywood aimait tant nécessitaient l’utilisation d’imposantes grues qui portaient sur un plateau la caméra et l’équipe technique. Les travelings pour les gros-plan des actrices ou des acteurs demandaient donc à la machinerie de s’approcher, venant souvent de loin, au plus près de leurs visages. Cukor se souvient que seule Joan Crawford sentait la grue s’approcher d’elle sans broncher, ciller ni montrer la moindre appréhension. Qu’elle seule semblait toujours en contrôle total sur ses craintes et ses émotions face à un monstre mécanique en mouvement avant.

A la fin de Harriet Craig, l’héroïne du film se retrouve dans sa grande maison vide et la caméra la suit de loin, montant lentement et en grande tenue le majestueux escalier, seulement accompagnée de son ombre projetée sur le mur incurvé et des accords lyriques de l’orchestre. C’est une scène extraordinaire, un sommet du genre (même si les Women's Pictures regorgent de scènes finales épatantes). Harriet Craig a foutu sa vie en l’air mais on ne s’en fait pas trop pour elle. On a compris pourquoi elle hait les hommes, les femmes, les enfants et la poussière. Comme Joan Crawford, elle a regagné le contrôle après un passage difficile et est prête à affronter une nouvelle phase de son existence.

Joan Crawford est morte à 72 ans dans son appartement de New-York, le 10 mai 1977, après une vaillante bataille contre le cancer. Loin de Hollywood mais près de son lit, il n’y avait ni ses enfants, ni ses proches mais seulement sa gouvernante et une fan de longue date qui avait su l’apprivoiser. Les affaires classées et les importuns évacués, Lucille LeSueur aka. Joan Crawford quittait la vie comme elle l'avait vécue : en ordre et en contrôle.

Harriet Craig est un film que je recommande vivement, d'abord parce que c'est une excellente distraction et aussi pour plein d'autres raisons dont la moindre n’est pas de voir comment un vase Ming réussit presque à voler la vedette à Joan Crawford, avec laquelle l'objet inanimé s'est mis en tête de livrer un combat sans merci.

Image

==========================================

Posté par Cinéphage

Mr. Skeffington, de Vincent Sherman (1944)

Spoiler (cliquez pour afficher)
Pari osé pour la star de la Warner, puisqu'il s'agit pour elle d'incarner une coquette courtisée dont les appats résistent au temps, alors que Bette Davis n'a pas forcément le physique glamour. Pourtant, elle parvient à rendre crédible, de façon indéniable, son personnage, en portant son affeterie, son indifférence et sa vanité à un très niveau. On aboutit à un être qui oscille entre le monstrueux et la fragilité (on sent à quel point son équilibre repose sur peu de choses), qui parvient à choquer, mais aussi à toucher le coeur de son public. Il est d'ailleurs frappant, à la fin du film, lorsque Bette Davis se vieillit de façon extrême, d'y trouver cette faculté d'enlaidissement qui l'a tant suivie.
Grace à une interprétation sans faille (B.Davis est fabuleuse, mais elle est très bien entourée. Je suis par ailleurs surpris de découvrir un Claude Rains plus sensible et bon que dans les rôles pour lequel je le connaissais), une pléïade de seconds rôles succulents, héritée des films des années 30 (la floppée de ses courtisans, ses domestiques...), et c'est sans doute dans cette qualité de l'interprétation que réside le succès du film.

Ne connaissant Vincent Sherman que de nom (je le voyais un peu comme un tacheron), j'appréhendais un peu sa mise en scène, mais le film est suivi avec une certaine neutralité qui le nuit en rien à l'ambiance, bien au contraire. Le rythme est soutenu, le film porte quelques bonnes idées de cadrage et d'utilisation de la musique, bref, c'est bien fichu, rien à dire.

Au final, entre Eve, Baby Jane, Apple Annie et Mrs Skeffington (et, dans une moindre mesure, Elisabeth d'Angleterre), je retrouve chez cette comédienne un gout pour le risque et la remise en question de soi par l'enlaidissement et/ou l'incarnation de femmes au physique défaillant, contraintes par le temps ou leur position sociale à renoncer à l'amour des hommes, à la beauté ou à la gloire. Une comédienne qui, au dela de son impeccable cinégénie (elle mange vraiment l'écran), développe des rôles dangereux, se remet en question, et tire ses partenaires de jeux vers le haut. Une très grande dame.

=======================================
Posté par Atcloserange

The Damned Don't Cry - Vincent Sherman (1950)
Bien aimé ce "mélo policier" (appellation faute de mieux) autour de l'ambition de Joan Crawford de s'élever au dessus de sa condition par tous les moyens (et notamment la manipulation des hommes). Bien sûr l'amour viendra contrecarrer ses plans. J'ai bien aimé la réalisation élégante de Sherman et découvert un acteur à la forte présence, David Brian.

========================================

Avatar de l’utilisateur
francesco
Accessoiriste
Messages : 1515
Inscription : 28 juin 06, 15:39
Localisation : Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar francesco » 25 juil. 11, 13:50

L'infidèle est en fait une version non avouée de La Lettre. Ca se sent un peu à la lecture du synopsis de Cathy, mais on dirait que le personnage est beaucoup sympathique et attachant que Leslie.


J'ai fouillé dans mes archives mais en fait, assez curieusement au vu de ses spécialités (le mélo féminin et le women noir picture) Shermann n'a amené à une nomination aux oscars que Bette Davis pour Mr Skeffington. (Alors que Miriam Hopkins aurait bien mérité une nomination comme supporting actress pour L'Impossible amour !)

"Pour Davis Mr Skeffington marquait, en quelque sorte, la fin de son histoire d’amour avec l’Académie (elle allait être encore nommée trois fois cependant) qui l’avait mentionnée 6 fois en 7 ans. La critique n’avait pas été unanimement bonne à la sortie du film et reste mitigée.

En ce qui me concerne je crois, au contraire, que c’est un des meilleurs rôles de l’actrice, a priori à côté de ses emplois habituels : c’est une des rares fois de sa carrière où elle interprète une femme non seulement très jolie (au sens le plus banal du terme) mais en plus à peu près profonde comme une assiette creuse. Peut-être fut-elle nommée pour de mauvaises raisons : le masque de vieille femme qu’elle porte dans la dernière partie, le côté très démonstratif de son jeu dans les dernières séquences … mais il n’en reste pas moins qu’elle est si douée qu’elle parvient parfaitement à nous faire croire, dans la première partie, qu’elle est le centre d’attention mondain le plus sucré et le plus futile de la haute société américaine des années 20.

Toute la panoplie de gestes, tous les maniérismes et jusqu’à la diction pointue de petite fille qu’elle s’est inventé pour le rôle vont à l’encontre de ses procédés habituels et triomphent de ses facilités éventuels (toujours payantes en ce qui me concerne). Et, miracle, elle parvient même à être drôle par la grâce de ses expressions. Je veux dire vraiment drôle, visuellement, en cherchant à l’être (la manière dont elle prend un air attentif et interrogateur en penchant un peu la tête de côté quand son nouveau et jeune prétendant, rencontrant sa fille s’exclame « Maintenant il y aura deux Fanny … la jeune Fanny et …. Je trouverai … ») comme une Rosalind Russell ou une Miriam Hopkins.

Enfin, mais peut-être est-ce subjectif, elle est si convaincante dans son personnage que celui-ci en devient d’autant plus intéressant et presque sympathique (ce que le scénario, à la lecture seule, ne laissait pas présager, je suppose) et qu’on s’attache avec un intérêt plus complexe que d’habitude aux aventures au fond pourtant assez banales de l’héroïne du film."
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18073
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Rick Blaine » 26 juil. 11, 17:39

Mr. Skeffington (1944)

La création de ce topic m'a donné envie de découvrir le film hier soir, et je n'ai pas été déçu. Je rejoint l'avis de Cathy, le film est un formidable véhicule pour le talent de Bette Davis qui illumine le film de bout en bout. Elle est bien secondée par Claude Rains, formidable de retenue et de dignité, qui accapare l'empathie du spectateur. Si le film est centré sur le personnage de Bette Davis, il n'aurait pas été si bon sans la performance de Claude Rains, qui méritait bien avec ce film sa seconde nomination consécutive à l'oscar du meilleur second rôle.

Mis à part à la toute fin du film, lorsque Fanny se retrouve vieille et seule, la mise en scène de Sherman n'est pas ostentatoire mais elle est très efficace. Il exploite remarquablement un scénario formidablement bien écrit, mélangeant habilement le mélodrame et l'histoire, mais aussi la comédie par des dialogues et des situations savoureuses - l'éviction régulière des multiples prétendants est savoureuse :D . Au final la narration est dynamique et fort bien équilibrée.

Un film très réussi!
Dernière édition par Rick Blaine le 26 juil. 11, 19:19, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Cathy » 26 juil. 11, 19:08

Heureuse de voir que Mr Skeffington a fait un nouvel adepte :) ! Bon au moins, je ne t''ai pas fait encore dépenser tes sous :wink: !

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18073
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Vincent Sherman (1906-2006)

Messagepar Rick Blaine » 26 juil. 11, 19:18

Cathy a écrit :Heureuse de voir que Mr Skeffington a fait un nouvel adepte :) ! Bon au moins, je ne t''ai pas fait encore dépenser tes sous :wink: !

Ça viendra pour les deux qui ne sont dispo qu'en archive. :mrgreen: Et puis généralement ce sont de bons investissements!