Le Western américain : Parcours chronologique I 1930-1949

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7248
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Cathy » 11 juin 10, 20:56

Julien Léonard a écrit :Bon, mon intérêt est moyennement sollicité. Mais tu définis très bien tes ressentis, comme d'habitude Jeremy. Dommage, car Gene Tierney quoi... :oops: On peut le trouver en DVD ? C'est juste pour savoir.
:


Non le film n'existe pas en DVD, mais il a été diffusé sur une chaine du cable !

Avatar de l’utilisateur
Julien Léonard
Duke forever
Messages : 11844
Inscription : 29 nov. 03, 21:18
Localisation : Hollywood

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Julien Léonard » 11 juin 10, 21:04

Merci Cathy. :wink:

Visiblement je ne loupe pas grand-chose, mais sait-on jamais.
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88436
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Badlands of Dakota

Messagepar Jeremy Fox » 11 juin 10, 22:35

Image



Badlands of Dakota (1941) de Alfred E. Green
MGM


Sortie USA : 15 septembre 1941


1874, la découverte de l’or dans les montagnes du Dakota. Des villes champignons s’érigent très vite dont la célèbre Deadwood. Le saloon Bella Union est dirigé par Bob Holliday (Broderick Crawford) ; son frère Jim (Robert Stack) passant son temps à boire et à jouer, il lui donne pour mission de retourner à St Louis chercher la femme (Ann Rutherford) qu’il s'était décidé à épouser une fois bien établi ; mais Jim tombe amoureux de la fiancée de son ainé et ils se marient durant le voyage de retour. Sur le bateau qui les ramène, Jim fait la connaissance de Wild Bill Hickok (Richard Dix) qui se rend également à Deadwood. Ayant appris la nouvelle des épousailles de sa promise avec son cadet par Jane (Frances Farmer) qui est secrètement amoureuse de lui, Bob perd la tête et rejoint dans le secret un groupe de hors-la-loi qui se font passer pour des indiens afin de commettre leurs exactions ; par vengeance, il parvient dans le même temps à faire nommer son frère shérif, sachant très bien que les hommes de loi ne font pas de vieux os dans cet Ouest turbulent…


Image


Badlands of Dakota est le premier des trois westerns réalisés par Alfred E. Green. Les suivants seront le sensible et très plaisant Four Faces West avec Joel McCrea, une incursion totalement inhabituelle dans le genre puisque sans aucuns morts, privé de personnages fourbes ou malsains, sans batailles ni bagarres et, plus étonnant encore, sans coups de feu, pas même un seul tiré en l’air ; puis Sierra avec Audie Murphy en 1950, honnête divertissement, mais guère surprenant ni de très original. Alfred E. Green fut sinon un réalisateur très prolifique signa d’innombrables films depuis l’époque du muet ; mais son plus grand titre de gloire pourrait être d’avoir réuni Groucho Marx et Carmen Miranda dans Copacabana en 1947. Autant dire que son œuvre n’aura pas laissé de souvenirs impérissables. Si je m’étonnais que Sierra ait été traité "d’épouvantable" sous la plume de Clive Hirschhorn dans son imposant ‘catalogue’ Universal, le même adjectif accolé à ce pénible Badlands of Dakota m’aurait bien moins surpris ; et pour cause son visionnage fut pour le moins calamiteux malgré son casting bien prometteur.


Image


C’est d’autant plus dommage que le cinéaste s’est apparemment vu octroyer un considérable budget de série A et qu’il sait rendre efficace une scène d’action ou filmer de très beaux plans notamment en extérieurs. Mais le scénario de Gerald Geraghty est tellement idiot que toutes les qualités que pourrait posséder le film passent alors en arrière-plan. Cependant, si l’on avait au préalable eu la curiosité d’aller consulter la filmographie du monsieur, nous aurions été moins surpris par la bêtise de l’ensemble, le prolifique auteur étant principalement spécialisé dans la série Z. Il s’agit en fait bien plus ici d’une suite de sketchs comiques et de scènes d’action sans grand liant que d’une intrigue bien charpentée ; on pourrait même penser que nous nous trouvons devant une bande annonce géante d’un film de 4 heures tellement tout va bien trop vite et passe du coq à l’âne sans que nous n'ayons le temps ni de nous intéresser à l’histoire ni de nous prendre d’affection pour les différents protagonistes parmi lesquels de nombreuses figures mythiques du Far West comme George Armstrong Custer, Wild Bill Hickok ou Calamity Jane ; d’ailleurs l’une des seules bonnes raisons de vouloir visionner ce western comique raté serait ses comédiennes, la ravissante Frances Farmer dans la peau de (Calamity) Jane ou encore Ann Rutherford dans le rôle de la femme qui 's’interpose' entre les deux frères Holliday… sans non plus qu’elles ne fassent des miracles, vu le peu d'épaisseur dans l'écriture de leurs personnages.


Image


Pour le reste, entre le cabotinage éhonté de Broderick Crawford, les pitreries sinistres de Andy Devine, Hugh Herbert ou Fuzzy Knight, la transparence d’un tout jeune Robert Stack, le rôle sacrifié de Richard Dix, les intermèdes musicaux très moyennement gratifiants de The Jesters, il ne reste pas grand-chose à se mettre sous la dent. Mieux vaut revoir Chercheurs d’or (Go West) avec les Marx Brothers autrement plus drôle, Femme ou démon (destry Rides Again) de George Marsahll pour voir ce que pouvait donner pour le meilleur le mélange comédie et western, ou alors le magnifique Une aventure de Buffalo Bill (The Plainsman) de Ceci B. DeMille si jamais vous vouliez retomber sur la plupart des personnages historiques présents dans le film de Green. Malgré une réalisation plutôt carrée qui ravira peut-être les amateurs d’action à tout crin –attention cependant aux sommets de ridicule atteints par la séquence de la carriole en folie -, un film bien mauvais dans son ensemble malgré un bon potentiel de départ.

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Federico » 12 juin 10, 01:24

Commissaire Juve a écrit :
O'Malley a écrit :En ce qui concerne Autant en emporte le vent et son appartenance au western.
Je rejoins CC Baxter. La guerre de Secession est-il un thème en tant que tel du western? J'en suis pas si sur car il n'est pas consubstantiel à la conquête de l'Ouest. L'épisode s'est plutôt essentiellement déroulé dans l'Est, qui a connu la plupart des affrontements et des grandes batailles Nord-Sud. Par contre, si la guerre est liée à d'autres évenèments ayant trait à l'histoire de l'Ouest et qui entrent dans le corpus (les Quantrill, Jesse James, les raid dans l'Ouest pour convoyer de l'or pour financer la guerre avec attaques de hors la loi...) alors là on est dans le domaine du western. C'est pour ça que L'arbre de vie ou L'esclave libre ne sont pas, à mon avis, des westerns...


Je me suis souvent posé la question... et j'ai fini par le ranger dans la catégorie western. Ce que tu dis n'est pas faux, mais, heu... :?

Cela voudrait dire -- par exemple -- qu'un film comme The Horse soldiers (Ford) ne serait pas non plus un western. Dans ce cas, on n'en sortirait plus.

Et Alamo ? ... Ouh lala !

Faudrait créer une double-catégorie : Western et Guerre civile américaine ! :mrgreen:


Et ajouter alors un genre southern pour tous les films traitant de l'époque des conflits américano-espagnol et americano-mexicain :wink:
Et faudrait-il arrêter l'appellation western dès les films se déroulant après 1890 quand on voit apparaître les premières automobiles et motocyclettes au milieu des pistes poussièreuses et des cowboys encore à cheval (re- :wink: )
Je plaisante, bien sûr mais pour revenir sur l'idée d'eastern formulée plus haut, j'ai la chance d'avoir eu entre les mains le journal (illustré de photos) que tint mon arrière-arrière-grand-père qui vécut vingt ans dans l'Est américain dans la seconde moitié du 19ème siècle (avec entre autre un journal de bord de traversée du Mississippi en bateau tous feux éteints pour cause de Guerre de Sécession). Certains personnages et décors (naturels) de ses clichés semblent carrément sortir d'un album de Lucky Luke, c'est assez extra :)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Federico » 12 juin 10, 01:56

Cathy a écrit :Ce que j'aime chez Gene Tierney, c'est sa beauté, sa fraicheur, son côté pur, mais elle n'a pas tourné que des chefs d'oeuvre, loin de là :) !


Oh oui, mais les producteurs n'avaient pas beaucoup d'imagination. En découvrant cette beauté peu commune (le mot est faible) aux pommettes hautes et aux yeux en amande, ils l'ont longtemps cantonnée (jeu de mot involontaire) dans les rôles exotiques, même si ça donnera aussi la sublime Poppy "Nous parlerons français plus tard" Smith de Shanghai Gesture.
Rien que pour elle, j'aimerai bien voir Belle Star dont je ne connais que la scène où elle apprend à tirer en prononçant un délicieux "Like this... or like that" avec son ravissant petit cheveu sur la langue (cheveu que les producteurs - encore eux - voulurent corriger en lui suggérant de se faire refaire les dents, ce qu'elle eut le courage de refuser). Je devine facilement que ce film doit frôler le sympathique nanar westernien, que la magnifique Gene doit y être assez peu crédible et que le rôle aurait peut-être mieux convenu à une Jean Peters ou à une Paulette Goddard par exemple.
En fait, cette actrice était dès le départ un cas assez isolé parmi le lot des starlettes puis stars hollywoodiennes. Quand la plupart avaient des origines modestes et rêvaient d'une chance de vivre une existence plus dorée, Gene Tierney venait d'un milieu très favorisé qui l'envoyat poursuivre ses études dans un collège super-select en Suisse (où, pour la - toute - petite histoire, Marlène Dietrich enverra sa chère fille quelques années plus tard). Ceci explique pourquoi elle semble si à l'aise dans les rôles sophistiqués de Laura, du Ciel peut attendre, de Péché mortel, du Fil du rasoir ... et de fille trop gâtée, de véritable brat, dans Shanghai Gesture. Même si je la trouve aussi troublante en sauvageonne couverte de crasse de Tobbacco Road :oops:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88436
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Jeremy Fox » 12 juin 10, 07:44

Federico a écrit : Je devine facilement que ce film doit frôler le sympathique nanar westernien, que la magnifique Gene doit y être assez peu crédible et que le rôle aurait peut-être mieux convenu à une Jean Peters ou à une Paulette Goddard par exemple.



Non malheureux, pas Paulette Goddard ; j'aime beaucoup cette actrice mais elle aurait probablement cabotiné encore plus que Gene Tierney. Jean Peters aurait été un bon choix sauf qu'elle aurait été un peu jeune à cette époque :wink:

Federico a écrit : j'ai la chance d'avoir eu entre les mains le journal (illustré de photos) que tint mon arrière-arrière-grand-père qui vécut vingt ans dans l'Est américain dans la seconde moitié du 19ème siècle (avec entre autre un journal de bord de traversée du Mississippi en bateau tous feux éteints pour cause de Guerre de Sécession). Certains personnages et décors (naturels) de ses clichés semblent carrément sortir d'un album de Lucky Luke, c'est assez extra :)


J'imagine oui :)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88436
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Honky Tonk

Messagepar Jeremy Fox » 14 juin 10, 17:29

Image



Franc Jeu (Honky Tonk, 1941) de Jack Conway
MGM


Sortie USA : 01 octobre 1941


Franc Jeu fait partie de ces westerns découverts un mardi soir à la télévision alors que je devais avoir entre 10 et 12 ans ; mais alors que Le Réfractaire ou Les Pionniers de la Western Union m’avaient durablement marqués, le film de Jack Conway ne m’avait pas laissé un grand souvenir. Et pour cause ! Alors qu’à l’époque j’attendais surtout du western de l’aventure, des chevauchées, des duels, des bagarres et autres séquences en plein air, je n’avais rien de tout cela à me mettre sous la dent. Revu aujourd’hui, même si l’intrigue n’a rien d’exceptionnelle ni de passionnante, il s’agit pourtant d’un pur et délectable divertissement reposant uniquement sur les dialogues et les acteurs ; les premiers étant éblouissants, les seconds parfaits, le spectacle est brillant et de tout premier choix mais possède plus d’éléments propre à la comédie dramatique et romantique qu’au western. Ceux qui sont à la recherche de grands espaces et d’action peuvent donc faire demi-tour sachant qu’il s’agit avant tout d’un film de studio, d’un western en chambre extrêmement bavard, sorte de jeux de dupes ayant pour toile de fond une petite ville de l’Ouest enfiévrée par la ruée vers l’or, la majeure partie de son histoire se déroulant dans les saloons enfumés et dans la maison tenue par Marjorie Main où ont pris place les personnages de Lana Turner et de son père, ce dernier interprété par Frank Morgan, très connu entre autre pour avoir joué Le Magicien d’Oz dans le film de Victor Fleming.


Image


Candy Johnson (Clark Gable) et Sniper (Chil Wills) sont en mauvaise posture mais ils en ont l’habitude : comme à chaque fois qu’ils se trouvent depuis un certain temps dans une ville, ces deux aventuriers sont démasqués pour leurs escroqueries et sont tout prêts d’être enduits de goudron et de plumes. Et comme à l’accoutumée, grâce à leur roublardise, ils arrivent à se dépêtrer de cette délicate situation. Les voici s’enfuyant en courant, attrapant in-extremis le train qui quitte la ville pour se rendre dans l’Ouest. Là, Candy fait la connaissance de la belle bostonienne Elisabeth Cotton (Lana Turner) qui est en partance pour rejoindre son père (Frank Morgan) à Yellow Creek (Nevada) où il officie en tant que juge de paix. Candy en a assez de traîner ses guêtres de place en place ; il pense que cette ville regorgeant de monnaie sonnante et trébuchante suite à la découverte du métal jaune dans les montagnes alentours, est l’endroit idéal pour se poser et s’y remplir les poches d’autant qu’il est tombé amoureux d’Elisabeth. Il connait en fait très bien son père qui n’a pas tout le temps été le modèle d’honnêteté et de vertu décrit par sa fille mais l’a autrefois aidé dans quelques unes de ses filouteries. Tant qu’à s’y installer et puisque qu’Elisabeth a réussi à s’en faire épouser, Candy décide d’ avoir la mainmise sur la ville et met tout en place pour y arriver quitte à prendre dans son équipe des gens peu fréquentables dont Brazos (Albert Dekker), l’ex-shérif corrompu et au contraire se faire des ennemis de ses anciennes amitiés telle Gold Dust (Claire Trevor),la Saloon Gal au grand cœur, Mrs Varner (Marjorie Main) qui l’a aidé à monter sa salle de jeux ou le père d’Elisabeth qui ne supporte pas l’idée que sa fille soit mariée à un escroc. Candy étant au fait de ses frasques passées, le juge Cotton lui voue désormais une haine d’autant plus tenace qu’il sait que sa fille en a été informée, elle qui ne voyait auparavant en son père qu’un homme foncièrement noble…


Image


Hormis le fait de voir comment une ville sans loi pouvait facilement tomber sous la coupe d’un aigrefin, l’intrigue assez artificielle n’a pas grand intérêt historiquement et thématiquement parlant. Il faut néanmoins signaler qu’on y voit apparaitre des éléments encore rarissimes à l’époque et au moins jamais vus dans une production de prestige, le fameux passage au goudron et aux plumes (plus célèbre grâce aux histoires de Lucky Luke qu’à travers le cinéma), le jeu de la roulette russe ainsi que le personnage du Gambler en tant qu’antihéros principal (il y avait eu le personnage de John Carradine dans Stagecoach mais il n’était pas en situation). La MGM a mis tout en œuvre pour mâtiner aux petits oignons ce divertissement luxueux aux dialogues abondants (mais quand ces derniers sont aussi réussis, on en redemande) ; le casting est prestigieux et les équipes techniques s’y sont donnés à cœur joie pour nous octroyer des costumes et décors rutilants. Et, plus qu’un film de réalisateur, c’est avant tout une œuvre de dialoguiste et de scénariste, la description des relations entre les différents personnages étant ce qu’il y a de plus délicieux. Avec de tels comédiens pour les interpréter, il était difficile de ne pas tomber sous le charme d’autant que le couple formé par Clark Gable et Lana Turner est un des plus glamours jamais vu sur un écran de cinéma.


Image


Clark Gable, encore tout auréolé de son rôle de Rhett Butler, a de nouveau l’occasion de nous offrir un personnage à peu près équivalent, roublard et menteur mais d’une élégance et une classe folle usant de ses charmes pour rouler son monde dans la farine sans aucun remords (la fin immorale au possible est foncièrement réjouissante) ; difficile de lui résister et d’ailleurs le personnage de Lana Turner lui avoue franchement que malgré sa droiture, il arriverait à lui faire faire n’importe quoi, même des choses répréhensibles. Parlons en de Lana Turner ! Magnifiée par une photographie qui la rend encore plus belle si c’était possible, elle rayonne et son visage hypnotise. Si certains la critiquent en tant qu’actrice, c’est peut-être à cause de la sobriété de son jeu qu’ils prennent pour de la paresse ; et si c’est elle qui avait inventé ‘l’under-playing’ ? [C’est clair que son jeu contraste singulièrement avec celui de Gene Tierney que l’on vient de voir dans Belle Starr (d’ailleurs Lana aurait été pas mal du tout dans ce rôle) !] En ce qui me concerne, je la trouve tout simplement parfaite, la pondération de sa prestation contrastant richement avec le cabotinage impérial de son partenaire moustachu avec qui elle forme un duo inoubliable ; heureusement d’ailleurs que l’alchimie entre les deux fonctionne à merveille car leur histoire d’amour occupe pas loin de la moitié de la durée du film. Voulant lui changer sa mentalité, Elisabeth va plus loin que lui dans la tricherie puisqu’elle se fait épouser sans qu’il s’en soit rendu compte après qu’elle l’ait enivré. Si leurs relations sont majoritairement vues avec humour, tendresse et romantisme, le mélodrame fait son apparition vers le final lorsqu’Elisabeth fait une fausse couche. Ce changement de ton est assez inattendu mais presque tout aussi réussi et prouve que Clark Gable était tout aussi doué pour l’émotion et que, contrairement à beaucoup d’actrices, Lana Turner savait pleurer (elle le prouvera à nombreuses autres reprises notamment dans Les 3 Mousquetaires de George Sidney et dans Les Ensorcelés de Vincente Minnelli). A leurs côtés, une tripotée de seconds rôles tous génialement typés.


Image


Si Elisabeth est consciente de ses faiblesses, Gold Dust est consciente de ses défauts. « Ca donne soif de faire la peau de vache » dira-t-elle à sa rivale en amour après qu’elle ait tentée de discréditer son futur époux pour se le réapproprier. Malgré cette jalousie, Gold Dust est une femme résolument gentille ; Claire Trevor semble tout droit descendue de la diligence de John Ford, son personnage étant quasiment identique et une fois de plus l’actrice se révèle excellente tout comme Marjorie Main dans un personnage parfaitement rôdée de vieille femme qui ne s’en laisse pas compter, aussi adroite avec la parole qu’avec un rouleau à pâtisserie. En ‘barbu’, Chil Wills, qui était de presque tous les westerns de ces deux dernières années, trouve peut-être jusqu’à présent son personnage le plus truculent, celui du partenaire loyal de Clark Gable. Frank Morgan est très attachant en père alcoolique ne supportant pas son gendre qui connait tous ses secrets inavouables et Albert Dekker possède une sacré prestance dans le rôle du méchant de service ; sa partie de roulette russe avec Clark Gable est mémorable.

Bref, une mécanique parfaitement huilée pour un film à la direction d’acteur impeccable ; Jack Conway sait cadrer un visage, sait rythmer un long dialogue et sait peaufiner un plan ; il s’acquitte parfaitement de sa tâche, à savoir, sans idées précises, mettre en image au mieux de ses possibilités un scénario peaufiné pour de grandes stars de l’écran. Certainement pas un western important mais en tout les cas un divertissement revigorant et joyeusement amoral.

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar someone1600 » 14 juin 10, 23:35

Ca a l'air bien intéressant encore une fois... ce n'est pas dispo en dvd ? je crois l'avoir enregistré a TCM, je vais regarder dans mes enregistrements... :?

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88436
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Jeremy Fox » 15 juin 10, 08:06

someone1600 a écrit :Ca a l'air bien intéressant encore une fois... ce n'est pas dispo en dvd ?


Il est sorti dans les Warner Archives.


Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88436
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Texas

Messagepar Jeremy Fox » 16 juin 10, 20:08

Image



Texas (1941) de George Marshall
COLUMBIA



Sortie USA : 09 octobre 1941


Il faut que ça bouge ! Ceux qui auraient été lésés en terme d’action après avoir vu Honky Tonk de Jack Conway pourront se rattraper avec ce vigoureux western sans temps morts réalisé par George Marshall qui, deux ans après l’excellent Femme ou Démon (Destry Rides Again), réussit de nouveau à insuffler beaucoup d’humour à son film sans jamais le faire basculer du côté de la parodie ni même de la comédie. Car s’il contient pas mal d’éléments cocasses et pittoresques, son sérieux n’est pas ébranlé pour autant ; sous son aspect de série B rocambolesque -et avouons le, un peu conventionnelle- , Texas aborde d’une manière intéressante les lendemains de la Guerre de Sécession du point de vue de cet état dont la grande richesse provient, bien avant la découverte du pétrole, de ses bêtes à longues cornes et où la loi a du mal à régner ; les notables de la ville où se déroule le film pensent d’ailleurs à louer les services de célèbres tireurs d’élite pour se débarrasser de ‘la racaille’ qui pille leurs troupeaux.


Image


1866, le chemin de fer a atteint Abilene au Kansas ; on fête comme il se doit cette avancée du progrès et de la civilisation. Windy Miller (George Bancroft), grâce à qui cela a été possible, ne l’a pas fait par bonté d’âme contrairement à ce que tout le monde pense, mais pour se remplir les poches. En effet, d’un côté l’Est est en cruel manque de viande suite aux dévastations dues à la Guerre Civile alors que de l’autre les texans possèdent d’immenses troupeaux dont ils ne savent plus que faire, n’arrivant ni à les déplacer ni du coup à les vendre pour cause d’attaques incessantes de la part des brigands ou des indiens. Prétextant les immenses dangers qu’il aura à combattre en cours de route, Windy propose aux texans de leur acheter leurs têtes de bétail à vil prix afin de les convoyer lui-même jusqu’à Abilene où ils s’embarqueront pour l’Est, l’idée étant de les revendre dix fois plus cher une fois sur place… Deux anciens amis confédérés, Dan Thomas (William Holden) et Tod Ramsey (Glenn Ford) arrivent justement au Texas où ils assistent à une attaque de diligence dans laquelle se trouve Mike King (Claire Trevor), la fille d’un Cattle Baron ; ils vont à leur tour reprendre l’argent volé aux bandits et, après quelques quiproquos, sont accueillis en héros alors que leur intention première était de garder le butin. Tod accepte un travail honnête au ranch de Dusty King, le père de Mike, tandis que Dan, sur les conseils du dentiste Buford Thorpe (Edgar Buchanan), croyant être embauché par un autre rancher, tombe en fait sur la bande de brigands rencontrée précédemment avec laquelle il finit par accepter de coopérer. Non seulement les deux ex-amis vont se retrouver de part et d’autre de la loi mais ils vont tomber aussi tous deux amoureux de la même femme… Le convoyage du cheptel jusqu’à Abilene décidé par Windy Miller mais repris en main par Tod qui a convaincu les propriétaires des bêtes que Windy voulait les gruger, va les faire tragiquement se confronter…


Image


Difficile de raconter chronologiquement ce film tant son intrigue est rocambolesque tout en arrivant à ne pas trop s’éparpiller ; elle est en effet d’une grande fluidité, formidablement bien construite par Horace McCoy (le futur auteur de 'On achève bien les chevaux’ et d’Un Linceul n’a pas de poches) et conduite par George Marshall qui n’arrivent ni à se perdre ni à lâcher le spectateur en cours de route malgré les multiples imbroglios de l’histoire. L’amateur de western tourmenté sera à la fête avec ce film de George Marshall qui a rarement été aussi généreux de ce point de vue : il offre au spectateur en 93 minutes du mouvement à revendre, de quoi remplir trois ou quatre films traditionnels. Un western de Série A au ton de série B, qui ne s’embarrasse guère de psychologie ni de sentiments, son mot d’ordre semblant avoir été de tout miser sur l’action et les retournements de situation. On ne s’ennuie pas une seconde d’autant que l’arrière fond historique est intéressant (l’arrivée du modernisme avec tout ce que cela comporte comme dommages collatéraux tel l’arrivisme ou le capitalisme sans scrupules…) et que la galerie de seconds rôles est pittoresque à souhait. Car même si les jeunes William Holden et Glenn Ford (respectivement 23 et 25 ans) s’en tirent honorablement, ce ne sont pas encore les grands acteurs qu’ils deviendront par la suite ; en gros, même si leurs personnages nous sont sympathiques, ce qui peut leur arriver durant le film ne nous importe pas plus que ça. Mais ce n’est pas très grave ; George Marshall n’a pas pensé à nous les rendre plus attachants tout concentré qu’il était sur la mise en scène de ce scénario survitaminé. Il emmène d’ailleurs le tout avec un grand professionnalisme aidé en cela par de bons cascadeurs et de bons réalisateurs de seconde équipe.


Image


On assistera ainsi à de multiples chevauchées, poursuites, Stampede, attaques, fusillades, duels, règlements de comptes et même à une carriole en délire et, quasiment dès le début du film, à un épique combat de boxe d’une grande drôlerie. L’amitié entre les deux personnages principaux est assez bien vue même si peu approfondie alors que la romance est vite expédiée ; Claire Trevor a décidément plus de chance avec ses rôles de prostituées au grand cœur même si elle participe ici à l’entrain de l’ensemble. Un western dynamique et plein de verve (à ce point de vue, Edgar Buchanan, avec sa voix et son intonation à la Droopy, est extraordinaire dans le rôle du dentiste), parfaitement bien troussé, mené tambour battant grâce à ses rebondissements incessants. Très plaisant grâce à l’énergie insufflée même si au final sans grande prétention et assez routinier ; on ne va quand même pas faire la fine bouche devant un film qui nous ménage autant de réjouissances d’autant qu’un soin tout particulier est apporté aux décors, costumes et détails vestimentaires. Après Arizona, ce soucis de réalisme semble surtout émaner de la Columbia. Aussitôt vu, aussitôt oublié mais un visionnage fort agréable.

Avatar de l’utilisateur
Grimmy
Assistant opérateur
Messages : 2868
Inscription : 1 févr. 04, 11:25

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Grimmy » 16 juin 10, 23:02

Découvert il y a peu, j'avais particulièrement bien aimé. Et c'est vrai qu'une grande attention est porté aux décors, aux vêtements, ça m'avait frappé pendant le visionnage du film. Et quel combat de boxe, généreux en coups et en drôlerie !
Un film sympathique !

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88436
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Jeremy Fox » 16 juin 10, 23:06

Grimmy a écrit :Découvert il y a peu, j'avais particulièrement bien aimé. Et c'est vrai qu'une grande attention est porté aux décors, aux vêtements, ça m'avait frappé pendant le visionnage du film. Et quel combat de boxe, généreux en coups et en drôlerie !
Un film sympathique !


Avoue que, même en tant que fan de Glenn Ford (j'en suis un aussi), il se fait voler la vedette par Edgar Buchanan et, dans une moindre mesure, par William Holden. Pour sa défense, il débutait presque ; c'était en tout cas son premier d'une grande et belle lignée de westerns. :wink:

Le combat de boxe (40 rounds) mérite de rester, aux côtés de celui des lumières de la ville, comme un des plus amusants.

Avatar de l’utilisateur
Grimmy
Assistant opérateur
Messages : 2868
Inscription : 1 févr. 04, 11:25

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Grimmy » 16 juin 10, 23:10

Je ne peux qu'être d'accord. William Holden, acteur qui m'a toujours laissé de marbre, vole la vedette à Glenn Ford a chacune de leurs scènes. Il est beau, fringant, il a l'oeil qui pétille, un régal. Mais tous les deux se font bouffer par Edgar Buchanan, absolument génial c'est vrai !

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar someone1600 » 17 juin 10, 16:54

Jeremy Fox a écrit :
Grimmy a écrit :Découvert il y a peu, j'avais particulièrement bien aimé. Et c'est vrai qu'une grande attention est porté aux décors, aux vêtements, ça m'avait frappé pendant le visionnage du film. Et quel combat de boxe, généreux en coups et en drôlerie !
Un film sympathique !


Avoue que, même en tant que fan de Glenn Ford (j'en suis un aussi), il se fait voler la vedette par Edgar Buchanan et, dans une moindre mesure, par William Holden. Pour sa défense, il débutait presque ; c'était en tout cas son premier d'une grande et belle lignée de westerns. :wink:

Le combat de boxe (40 rounds) mérite de rester, aux côtés de celui des [b]lumières de la ville, comme un des plus amusants.[/b]


La tu m'intéresse pas mal... le combat de boxe de Lumieres sur la ville est le plus hilarant que j'ai jamais vu... :lol:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88436
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western Américain : Parcours chronologique

Messagepar Jeremy Fox » 17 juin 10, 17:04

someone1600 a écrit :
La tu m'intéresse pas mal... le combat de boxe de Lumieres sur la ville est le plus hilarant que j'ai jamais vu... :lol:


:oops: Bon et bien disons que j'ai été un peu vite en besogne et que j'ai carrément exagéré en comparant les deux ; il a beau être excellent, celui de Chaplin est inégalable ; je ne voudrais surtout pas te donner de faux espoirs.