L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11830
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Anorya » 28 juil. 10, 16:38

L'invasion des profanateurs (Kaufman - 1978).

Tombées de l'espace intersidéral sur San Francisco, d'étranges graines donnent naissance à des plantes mystérieuses qui peu à peu gagnent le corps de ceux qui les ont approchés, les transformant en êtres froids, deshumanisés, privés d'émotions, soumis à une volonté venue d'ailleurs. Elisabeth (Brooke Adams), fonctionnaire au ministère de la santé, au département de l'hygiène, et son ami et supérieur Matthew (Donald Sutherland) vont devoir affronter ces terribles plantes menaçantes....

Image Image


J'avais tellement entendu de choses en bien sur ce film que le début m'a un peu fait peur. Si visuellement, le départ des graines d'un autre monde lointain semble une bonne idée d'ouverture qui s'inscrit dans une certaine continuité (par exemple, la version Ferrara de 1993 reprend un générique d'ouverture en plein dans les étoiles, préférant jouer plutôt sur le titre qui disparaît lentement, remplacé par autre chose), il faut reconnaître que cela fait maintenant un peu pâle figure, d'autant plus quand on voit la splendeur visuelle qu'est Alien, l'année d'après. D'un autre côté, cette idée de continuité du générique et le fait que ce ne soit pas la chose la plus importante pour Kaufman, ne viennent aucunement ternir ce grand film. Car oui, juste après, cela devient plus que passionnant et les effets spéciaux par la suite sont plus qu'impressionnants et contribuent pour beaucoup à la puissance réelle (pour le spectateur) des fameuses graines.



Image Image
Image Image
Image Image
Image Image



De fait, pour mieux piéger lentement son spectateur dans l'angoisse, Kaufman installe solidement le décor dans une première partie de film des plus angoissantes. Méticuleusement, après l'arrivée des graines, des nombreux gros plans macros montrent leur dispersion par la terre, leur moyen de se développer avec l'aide de la pluie, et leur croissance (les effets spéciaux sont pour moi clairement remarquables ici : minimalistes et de fait, ultra-réalistes) pour donner lieu à une fleur qu'innocemment les enfants récupéreront lors de sorties avec leur inquiétante maîtresse (ce qui montre déjà là un vecteur inquiétant de la contamination : il y a déjà eu sans doute des premiers contaminés qui servent comme "éclaireurs"), ou les quidams curieux tel Miss Nobo... Elisabeth (Brooke Adams) qui va ramasser cette étrange fleur sans se poser trop de questions. Son compagnon Geoffrey (Art Hindle qu'on retrouve sorti chez Cronenberg à la même période. :D ) en fera les frais...



Image Image



Comme il a déjà été dit, cette première partie se focalise parfois sur des détails étranges (le cordon du téléphone qui se resserre brusquement, ce curé à la balançoire), quand la caméra ne fait pas un petit travelling subtil sur un passant, une vieille grand mère. Et par d'autres moments, elle ne s'arrête pas alors qu'un vieillard se fait poursuivre par des hordes de gens, qu'un faciès grimaçant espionne derrière une vitre... Une manière de montrer qu'outre ce qu'Adams et Sutherland observent hélas trop tard, l'invasion ne s'arrête jamais, elle continue, elle enfle. Et le pire c'est que les gens ne réagissent même pas quand des incidents se produisent à répétition dans la rue, Kaufman fustigeant la peur moderne et urbaine (on ne porte pas secours à quelqu'un qui se fait agresser de peur de se faire soi-même agresser) et en faisant la force principale de l'invasion. Comme dans la réalité, les gens ne voient rien, les agressions leurs sont banalisées à ce point que la différence n'existe plus, ce qui les perd. La menace ne vient plus du ciel, mais du sol même, à l'image de ces fabuleux plans de vitres de bus, voiture, d'une caméra portée qui tourne autour de Sutherland et d'Adams pour rendre la ville encore plus abstraite et menaçante qu'elle peut l'être.



Image Image



La seconde partie du film n'est plus qu'une longue fuite désespérée jusqu'au bout de la nuit (au propre comme au figuré), accroissant la puissance et la terreur sourde du film jusqu'a un final pessimiste et voulu, radical et nihiliste (et espéré, du moins pour moi), qui achèvent et portent ce film au sommet des meilleurs films de SF des années 70, injustement tombé plus ou moins dans l'oubli. Et pourtant, en plus du scénario et du soin dont Kaufman témoigne dans sa mise en scène inventive, les effets spéciaux sont comme je l'ai dit, assez remarquables, voire terrifiants (les cosses et le sound design de Ben "Sabre laser" Burtt, ... Brooke Adams... :shock: ). Et puis les acteurs sont tous formidables, quel casting ! Donald Sutherland, Brooke Adams, Leonard Nimoy (*happy* :) ), Jeff Goldblum, Veronica Cartwright...


Le fait d'avoir vu la version d'Abel Ferrara avant celle-ci me permet de mieux l'apprécier tout en ne dépréciant pas celle de 1993. Evidemment, même plus faible face au monument de Kaufman, la version de Ferrara a le mérite de livrer quelques idées intéressantes (voir ma chro mais à titre d'exemple justement, les scènes de classe avec tous les enfants, ici inexistants sauf au début et à la fin (ce qui a son importance néanmoins)) et des effets spéciaux bien menés avec une légère pointe d'érotisme inexistant chez Kaufman (sauf à la fin à un moment :fiou: ). Si je devais comparer, je dirais que la version de Ferrara travaille plus un certain esthétisme (fondus-enchaîné, photographie) là où Kaufman se base sur un parti pris à la fois documentaire et travaillé dans l'urgence, décuplant son impact pour livrer un excellent film qui écrase toutefois haut la main le film de Ferrara.
Mais j'ai encore un petit faible pour celui de Ferrara hein, il a ses qualités et même moins bon, ce serait dommage de passer outre.

6/6 et encore un possible prétendant pour le film du mois. Y'en a marre de voir que des bons films en ce moment. :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 17406
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Major Tom » 28 juil. 10, 17:35

Alors, qu'est-ce que je t'avais dit? Non mais... :wink:

Ma version préférée des adaptations (officielles) du bouquin. Les camions-poubelles n'ont jamais été aussi effrayants au cinéma (il y a bien quelques scènes clautro façon Guet-Apens de Peckinpah ou Les Ripoux de Zidi... mais là, ça devient vraiment angoissant). Sutherland, Adams, Goldblum, Cartwright, Nimoi... Et tu as noté le caméo de Robert Duvall au tout début du film? Plutôt inquiétant, lui aussi. :P

Image


Anorya a écrit :ou les quidams curieux tel Miss Nobo... Elisabeth (Brooke Adams)

:mrgreen:

J'aime bien la représentation de ces personnages, Sutherland en célibataire qui fait tout chez lui, y compris la cuisine (et très bien), Adams dans un couple relativement libre, Cartwright qui porte la culotte et amène l'argent dans son couple... C'est les années 70, et ça change de la version originale. :)

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11830
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Anorya » 28 juil. 10, 17:55

Major Tom a écrit :Alors, qu'est-ce que je t'avais dit? Non mais... :wink:

Ah ben oui mais bon, ne dénigrons pas le Ferrara non plus. Il me semble même qu'il s'élève 100 coudées au dessus de la version grisâtre et pas follichonne de 2007 même si il reste inférieur à celui de Kaufman. Comme si curieusement chaque version antérieure se révélait meilleure, tiens.
Sinon le caméo, je l'avais noté, tu en parlais dans ta chro (ainsi que celui de Siegel en chauffeur de taxi), je n'ai pas jugé utile de le ressortir. ;)

Major Tom a écrit :
Anorya a écrit :ou les quidams curieux tel Miss Nobo... Elisabeth (Brooke Adams)

:mrgreen:

J'aime bien la représentation de ces personnages, Sutherland en célibataire qui fait tout chez lui, y compris la cuisine (et très bien), Adams dans un couple relativement libre, Cartwright qui porte la culotte et amène l'argent dans son couple... C'est les années 70, et ça change de la version originale. :)

Oui, ça et le lieu, ça change à chaque fois selon la prise de pouls de la société.
* Petit village et couples mariés pour les 50's.
* Célibataires et nouveaux rapports (concubinage) dans San Francisco dans les 70's avec la paranoïa et les scandales qui vont avec (j'adore la réplique de Cartwright que Julien relève plus tôt :mrgreen: ).
* Base militaire (bonjour la guerre en Irak et l'armement américain :mrgreen: )avec père divorcé et plus ou moins remarié dans les 90's.
Limite, on en ferait un livre qui parlerait de toutes les versions, ça serait bigrement passionnant. :D
Image

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 17406
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Major Tom » 28 juil. 10, 18:07

Bien que tu savais, forcément, à quoi t'attendre, la fin t'as quand même plu? :)
Au fait, tu as quelle édition DVD déjà? Tes images ont l'air de meilleure qualité que mon DVD :| mais au moins aussi bonne que le DivX que j'ai téléchargé de rage... :x

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11830
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Anorya » 28 juil. 10, 18:13

Oui, oui, la fin garde son impact. Je vois ou lis très souvent des choses sur les films, notamment les fins, mais au visionnage, remis dans son contexte (et la continuité du film), je n'ai aucun problème. ;)
Et pour l'édition dvd, c'est le zone 2 MGM. Donc soit VF soit VO mais pas de VOSTF.
Par contre il y a des sous-titres anglais.
Image

Avatar de l’utilisateur
jacques 2
Régisseur
Messages : 3172
Inscription : 17 mai 10, 17:25
Localisation : Liège (en Wallonie)

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar jacques 2 » 28 juil. 10, 18:29

Grand film de fantastique (ou de SF si on veut ...) paranoïaque que j'estime supérieur à l'original : à l'époque, les "projection tests" n'imposaient pas les happy ends et c'était très bien ainsi ... :wink:
Dernière édition par jacques 2 le 28 juil. 10, 18:42, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 12835
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Demi-Lune » 28 juil. 10, 18:34

La première partie du film est en tous points admirable. A part chez Polanski, je crois que n'ai jamais vu mieux retranscrit que dans ce film le sentiment de paranoïa. Il y a dans la mise en scène de Kaufman une froideur clinique qui est aussi malaisante que le style de Cronenberg à la même époque. Au risque de me répéter, je regrette tout de même que la première heure magistrale laisse place à une longue et désespérée course-poursuite. L'art allusif de Kaufman est remplacé par une logique plus frontale, symboliquement illustrée par la scène-pivot qu'est la tentative d'absorbtion de Sutherland pendant son sommeil. Cela reste tout de même un grand film fantastique. Avec Frissons (1975) de Cronenberg, L'invasion des profanateurs est à mon sens le second maillon de la chaîne qui conduit à Alien de Scott.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22543
Inscription : 21 nov. 05, 00:41
Contact :

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar AtCloseRange » 29 juil. 10, 00:35

Demi-Lune a écrit :La première partie du film est en tous points admirable. A part chez Polanski, je crois que n'ai jamais vu mieux retranscrit que dans ce film le sentiment de paranoïa. Il y a dans la mise en scène de Kaufman une froideur clinique qui est aussi malaisante que le style de Cronenberg à la même époque. Au risque de me répéter, je regrette tout de même que la première heure magistrale laisse place à une longue et désespérée course-poursuite. L'art allusif de Kaufman est remplacé par une logique plus frontale, symboliquement illustrée par la scène-pivot qu'est la tentative d'absorbtion de Sutherland pendant son sommeil.

Je suis assez d'accord sauf que ça n'en fait pas un très bon film.
Je réévalue le film un peu la hausse (je ne l'ai jamais vraiment trop apprécié mais au vu des avis quasi-unanimes ici, j'ai voulu lui redonner une chance). La première heure est vraiment de qualité avec une réalisation inspirée et plutôt brillante de Kaufman mais malheureusement, je serais plus sévère pour la suite.
Autant Kaufman est à l'aise dans le côté paranoïaque, la bizarrerie qui s'instille dans le quotidien, autant dès que son film doit se transformer en thriller dynamique et en film d'action et là, ça ne fonctionne plus vraiment et je m'y suis ennuyé fermement. Kaufman n'arrive pas à créer un quelconque suspense, les scène s'enchaînent sans vraie logique: ils fuient la nuit poursuivis par des gens qui courent en lançant des cris pénibles et c'est à peu près tout.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Et quand Brooke Adams nue crie en pointant Sutherland du doigt (comme si on n'avait pas vu qu'il était en train de détruire le bâtiment),
on n'est pas très loin d'un moment nanardesque.

La fin est bien vue
Spoiler (cliquez pour afficher)
même si je me serais passé une fois de plus du jeu hystérique de Veronica Cartwright
mais c'est malheureusement un peu trop tard.
Image

sebamas
Assistant(e) machine à café
Messages : 186
Inscription : 14 févr. 04, 12:58
Contact :

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar sebamas » 29 juil. 10, 07:36

The Owls Are Not What They Seem

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Federico » 3 août 10, 23:44

Major Tom a écrit :Les camions-poubelles n'ont jamais été aussi effrayants au cinéma

Si ! Celui qui passe à la fin de Il était une fois en Amérique de Sergio Leone avec son terrifiant gros phare rouge, emportant James Woods aux Enfers (brrrrrrrr !!!).
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9047
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar julien » 4 août 10, 12:39

Federico a écrit :
Major Tom a écrit :Les camions-poubelles n'ont jamais été aussi effrayants au cinéma

Si ! Celui qui passe à la fin de Il était une fois en Amérique de Sergio Leone avec son terrifiant gros phare rouge, emportant James Woods aux Enfers (brrrrrrrr !!!).

Ah oui c'est bien vu. Ça lui apprendra au Major, d'asséner des vérités.

Demi-Lune a écrit :La première partie du film est en tous points admirable. A part chez Polanski, je crois que n'ai jamais vu mieux retranscrit que dans ce film le sentiment de paranoïa.

Dans le genre, Ronald Winston avait fait aussi un truc pas mal avec The Monsters Are Due on Maple Street ; un épisode de la série Twilight Zone. D'ailleurs ça pourrait sans doute être intéressant d'en faire un long métrage.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 17406
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Major Tom » 4 août 10, 12:48

julien a écrit :
Federico a écrit :
Major Tom a écrit :Les camions-poubelles n'ont jamais été aussi effrayants au cinéma

Si ! Celui qui passe à la fin de Il était une fois en Amérique de Sergio Leone avec son terrifiant gros phare rouge, emportant James Woods aux Enfers (brrrrrrrr !!!).

Ah oui c'est bien vu. Ça lui apprendra au Major, d'asséner des vérités.

:)
Bof, je préfère l'Invasion des profanateurs...

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9047
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar julien » 4 août 10, 12:55

Tiens prend ça !

Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 17406
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Major Tom » 4 août 10, 13:55

Aaaah quel film! :)

Avatar de l’utilisateur
Nass'
Assistant(e) machine à café
Messages : 154
Inscription : 2 août 10, 15:46
Last.fm

Re: L'Invasion des Profanateurs (Philip Kaufman - 1978)

Messagepar Nass' » 7 août 10, 13:44

Les seventies ont été mythiques pour le cinéma américain. Sinon, un film vraiment terrifiant. Par contre, j'ai jamais vu l'original de Don Siegel. Une erreur à combler
ImageImage
Some day we’ll fall down and weep and we’ll understand it all. All things.