Richard Quine (1920-1989)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
francesco
Accessoiriste
Messages : 1515
Inscription : 28 juin 06, 15:39
Localisation : Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar francesco » 28 juil. 15, 12:15

Je viens de revoir le film et je suis d'accord ... avec chacun ! En fait, je pense que c'est inconstestablement un des grands films d'amour de la période, mais un de ses intérêts est précisément (ce qui est rare pour le genre) de ne pas être du tout un woman's picture. Effectivement, à mes yeux, le point de vue masculin prime et Maggie reste très mystérieuse (Kim Novak est d'ailleurs excellente, ça doit être un de ses meilleurs rôles) et c'est vrai aussi que dans le premier quart du film on sent une importance du désir sexuel assez singulière. D'ailleurs, on pourrait lire ce qui se passe comme une espèce de situation "idéale" (celle dont rêve le personnage de Walter Mathau) : c'est à dire un homme qui au fond à tout pour être satisfait mais arrive encore à se trouver des excuses pour aller voir ailleurs (sa femme ne le comprend pas bla, bla, bla ... typiquement l'excuse du courreur de jupon) et qui tombe sur une belle plante insatisfaite sexuellement. L'adultère se justifie donc. Je pense que la dureté de Kirk Douglas, la sensualité de sa partenaire accentuent cet aspect. Néanmoins, clairement, le scénario et les dialogues indiquent qu'ils deviennent en réalité réellement amoureux l'un de l'autre, au delà de la passion physique (ils se le disent sans aucune ambiguité ni réserve). A propos de la scène finale, tout dépend aussi de la manière dont on interprète les expressions de Maggie : je ne vois pas un sourire de conivence mais un visage plein de larmes et un rictus de dégoût !!!
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar someone1600 » 28 juil. 15, 14:04

Un excellent film mais je ne saurais affirmer qu'il s'agit d'un chef d'œuvre. Mais j'ai adorer tout de même.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 13877
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Supfiction » 3 juil. 16, 11:50

Je regarde d'un oeil Deux têtes folles qui passe sur Paramount Chanel et je m'aperçois, que gâchis, qu'ils ont doublé Raymond Bussières. C'est vraiment stupide pour un film qui joue sur l'exotisme parisien. Il n'a pas beaucoup de dialogue, même s'il ne parlait pas du tout anglais il aurait pu se débrouiller phonétiquement, il me semble.

Image

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17633
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Kevin95 » 21 janv. 17, 12:14

THE NOTORIOUS LANDLADY - Richard Quine (1962) découverte

Comédie à la Alfred Hitchcock avec brume londonienne, américain en transit, suspecte élégante et rumeur des voisines, qui peu à peu perd ses habits de film policier pour habiter le burlesque le plus débridé. Tout The Notorious Landlady repose sur la relation entre Joe la gaffe Jack Lemmon et une Kim Novak post Vertigo sous l'œil d'un Richard Quine complice de son comédien et amoureux de sa comédienne. Fred Astaire dans un rôle plutôt inhabituel (celui de l'imbécile de service) surveille le tout en poussant de l'épaule Lemmon pour approcher la belle propriétaire. Superbe photo noir et blanc, mise en scène classe, comédiens pas dégueu mais une durée exagérée (deux heures et des cacahuètes pour une comédie c'est beaucoup trop) et un final hystérique paradoxalement moins passionnant que la première partie plus posée. Quine s'autorise par moment des séquences froides du meilleur effet, dignes du meilleur film noir comme ce flash-back oppressant entre Kim Novak et son ancien mari. On a beau sentir la fin de ce type de comédie, reprise par l'élève Blake Edwards qui l’amènera vers plus d'efficacité, le plaisir que prend Richard Quine de rire du cinéma d'Hitchcock est communicatif et finalement pas si éloigné de l'humour du tonton Alfred, voir The Trouble with Harry ou Family Plot.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17861
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Rick Blaine » 21 janv. 17, 12:49

Je garde un très bon souvenir de ce film, grâce à l'élégance de la mise en scène de Quine et à l'excellent duo d'acteur. J'aime beaucoup.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85974
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Jeremy Fox » 27 juil. 17, 08:26

Notre mini-cycle estival consacré à Doris Day se poursuit avec It Happened with Jane.