Richard Quine (1920-1989)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Cathy » 9 juin 14, 00:01

Je n'ai pas été gênée par William Holden dans le rôle de cet architecte. Si dans le roman, il s'agit peut-être d'un jeune homme, ici la différence d'âge est clairement évoquée. Et Holden ne tombe pas dans le surjeu insupportable de Picnic qui le rend ridicule. De plus la romance entre Nancy Kwan et William Holden semble bien plus crédible que celle entre Kim Novak et William Holden. Sans doute la présence de Richard Quine au générique y est-elle pour quelque chose. En tout cas cela a été un énorme coup de coeur au mois d'avril dernier.

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15326
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Profondo Rosso » 9 juin 14, 05:23

Ca ne m'a pas dérangé non plus pour Holden je m'en faisais juste la remarque. A la rigueur le seul truc étonnant serait sa résolution de tout laisser tomber pour la peinture qu'on associerait plus au coup de tête d'un jeune homme voulant découvrir le monde qu'un personnage mûr comme celui du film, et du coup une perte d'innocence en découvrant le monde et la mentalité de Suzie. Mais c'est très bien remis en perspective avec l'âge d'Holden. Je ne relance pas sur Picnic je sais que je suis le seul ici à aimer ce film avec Francesco :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
francesco
Accessoiriste
Messages : 1515
Inscription : 28 juin 06, 15:39
Localisation : Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar francesco » 9 juin 14, 10:07

"je suis le seul ici à aimer ce film avec Francesco"

Oui, mais la qualité fait plus que la quantité :mrgreen: .
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86237
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Jeremy Fox » 5 juil. 14, 08:48

Le Monde de Suzie Wong

Histoire attachante se déroulant à Hong Kong et contant l'amour d'un architecte américain venu ici pour peindre et d'une prostituée du pays. William Holden est égal à lui même, l'actrice chinoise plutôt convaincante et surtout Hong Kong très bien filmé par Richard Quine, les séquences 'documentaires' de ballade dans les rues étant particulièrement réussies. Ceci étant dit et malgré quelques scènes assez touchantes, le film met du temps à décoller et l'émotion à se faire jour. Un Quine mineur sorti la même année que son chef-d’œuvre, le bouleversant Liaisons secrètes. Déçu par rapport à mes attentes mais néanmoins un bon film même assez culotté parfois pour l'époque.

Avatar de l’utilisateur
Hitchcock
Electro
Messages : 967
Inscription : 9 déc. 13, 13:34
Localisation : Londres

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Hitchcock » 5 juil. 14, 09:14

Jeremy Fox a écrit :Le Monde de Suzie Wong

Histoire attachante se déroulant à Hong Kong et contant l'amour d'un architecte américain venu ici pour peindre et d'une prostituée du pays. William Holden est égal à lui même, l'actrice chinoise plutôt convaincante et surtout Hong Kong très bien filmé par Richard Quine, les séquences 'documentaires' de ballade dans les rues étant particulièrement réussies. Ceci étant dit et malgré quelques scènes assez touchantes, le film met du temps à décoller et l'émotion à se faire jour. Un Quine mineur. Déçu par rapport à mes attentes mais néanmoins un bon film même assez culotté parfois pour l'époque.

J'en pense la même chose.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Cathy » 5 juil. 14, 09:15

Jeremy Fox a écrit :Le Monde de Suzie Wong

Histoire attachante se déroulant à Hong Kong et contant l'amour d'un architecte américain venu ici pour peindre et d'une prostituée du pays. William Holden est égal à lui même, l'actrice chinoise plutôt convaincante et surtout Hong Kong très bien filmé par Richard Quine, les séquences 'documentaires' de ballade dans les rues étant particulièrement réussies. Ceci étant dit et malgré quelques scènes assez touchantes, le film met du temps à décoller et l'émotion à se faire jour. Un Quine mineur sorti la même année que son chef-d’œuvre, le bouleversant Liaisons secrètes. Déçu par rapport à mes attentes mais néanmoins un bon film même assez culotté parfois pour l'époque.


Exactement mon ressenti inverse, totalement sensible à ce monde de Suzie Wong alors que je n'ai pas du tout été touchée par Liaisons secrètes, il m'a même gênée par sa vision très "machiste" de l'adultère.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22828
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar AtCloseRange » 26 juil. 15, 10:40

Revu son chef d'œuvre et une des plus belles love story de l'histoire du cinéma, Strangers When We Meet (peut-être bien dans mon top 5).

Image

Un film d'une richesse infinie au scénario admirable de lucidité. Pas de héros, juste des êtres humains avec leurs défauts. Au-delà du magnifique couple principal, ce sont presque les 2 autres acteurs de complément qui en sont la substantifique moelle du film: Ernie Kovacs en écrivain don juan et Walter Matthau en poil à gratter.
Sans oublier le rôle essentiel (et peu courant) joué par l'architecture dans cette histoire.

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86237
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Jeremy Fox » 26 juil. 15, 11:03

8)

Dans mon top 10 très probablement. N'y allons pas par quatre chemins : la plus belle histoire d'amour de l'histoire du cinéma.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 14132
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Supfiction » 26 juil. 15, 11:39

AtCloseRange a écrit :Sans oublier le rôle essentiel (et peu courant) joué par l'architecture dans cette histoire.


Ça m'a échappé.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Pour le reste, j'adore aussi. Il est dans mon Top alternatif et ne demande qu'a rentrer dans mon Top100 à l'occasion d'une future revision ou d'un déclassement.

Avatar de l’utilisateur
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Messages : 22226
Inscription : 13 avr. 03, 13:27
Localisation : Aux trousses de Fantômas !

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Commissaire Juve » 26 juil. 15, 21:41

Jeremy Fox a écrit :8)
... N'y allons pas par quatre chemins : la plus belle histoire d'amour de l'histoire du cinéma.


A ce point-là ? Ça ne m'avait pas frappé (en même temps, j'en garde très peu de souvenirs). Je vais me le refaire (ce soir, s'il n'y a rien au Cinéma de minuit), pour vérifier... :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Cathy » 26 juil. 15, 22:37

Revu ce soir ces fameuses Liaisons secrètes, si je suis plus séduite à la révision qu'à la découverte de ce film, je ne suis pas emballée par le rôle de Kim Novak, ce n'est pas l'actrice qui est en cause, mais le personnage, qui finalement cherche une histoire de "cul" plus qu'autre chose, le fait qu'elle ait déjà succombé l'année précédente et la fin où elle esquisse un sourire à l'ouvrier tend à penser qu'elle recommencera et qu'elle ne cherche qu'un substitut de sexe que son mari ne lui donne visiblement pas. D'ailleurs curieusement en VO elle dit "Goodbye" à son amant, ce qui est fort justement traduit par adieu et qui traduit pour elle une nouvelle page, alors que lui dit "Bye Maggie" qui est donc au revoir. Toute l'histoire est vu du côté masculin, et le personnage de Kirk Douglas me semble plus attiré par la femme que je n'avais eu l'impression, par contre, il a cette lâcheté masculine de préférer sa vie de couple à son aventure. Walter Matthau est quand même excellent en salaud de service. Un beau film certes, mais certainement pas un film que je vénère, même si je l'ai plus apprécié qu'à ma première vision.

Avatar de l’utilisateur
Kimm
Assistant(e) machine à café
Messages : 203
Inscription : 1 janv. 08, 21:49

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Kimm » 27 juil. 15, 12:12

Film cité à de nombreuses reprises (huit fois) dans l'ouvrage HOLLYWOOD ET LA DIFFICULTE D'AIMER de Laurent Jullier, édition stock,paru en 2004, qui s'avère une intèressante réfexion.
Parmi les passages:
"Kim Novak retrouve un personnage quasiment identique à celui qu'elle interprète dans PICNIC, et sa voix grave possède le velouté d'une ballade de Ben Webster, même entre deux gondoles de corn flakes. Bref, à cet instant précisément " elle est un peu ce qui fait l'éternel désir, l'eternel regret de la vie." Proust."

Dans ses mémoires, celle de Kirk Douglas, l'entente ne fut guère cordiale avec Kim Novak, celle-ci ayant des idées précises sur la manière d'aborder telle scène, selon lui...Ses idées n'ayant pas obtenu l'approbation du réalisateur, cela mettait l'actrice de fort mauvaise humeur....
Anciennement Kim

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Cathy » 27 juil. 15, 13:06

Kimm a écrit :
Dans ses mémoires, celle de Kirk Douglas, l'entente ne fut guère cordiale avec Kim Novak, celle-ci ayant des idées précises sur la manière d'aborder telle scène, selon lui...Ses idées n'ayant pas obtenu l'approbation du réalisateur, cela mettait l'actrice de fort mauvaise humeur....


Ca ne serait pas étonnant qu'elle ait voulu mettre son grain de sel. Le portrait qui est fait de la femme n'est guère reluisant. Elle cherche du sexe, pas de l'affection, cela est visible dans la scène avec son mari et naturellement avec ses amants respectifs, celui de l'été précédent, ou celui joué par Kirk Douglas. C'est l'adultère vu par l'homme et pour l'homme, la femme n'est qu'un simple objet au départ. Et Quine aime à la montrer comme tel, dos dénudé, chemise ouverte sur soutien gorge, bref une sorte de chatte en chaleur qui même si elle semble distante au départ, n'attend que cela ! Maintenant l'actrice à ce côté sensuel naturel essentiel pour son personnage.

Avatar de l’utilisateur
zeotrope
Assistant(e) machine à café
Messages : 296
Inscription : 9 sept. 13, 18:42

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar zeotrope » 27 juil. 15, 14:52

Cathy a écrit :C'est l'adultère vu par l'homme et pour l'homme, la femme n'est qu'un simple objet au départ. Et Quine aime à la montrer comme tel, dos dénudé, chemise ouverte sur soutien gorge, bref une sorte de chatte en chaleur qui même si elle semble distante au départ, n'attend que cela !


Ah bon. Et l'adultère vu par une femme ça donnerait quoi pour ce film? En quoi est-ce machiste de montrer cette femme torturée par son besoin de se sentir à nouveau désirée? Kim Novak est justement bouleversante grâce à cette dualité. Sans cela nous aurions eu droit à une énième comédie romantique sans intérêt.
N'avoir rien accompli et mourir en surmené.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Richard Quine (1920-1989)

Messagepar Cathy » 27 juil. 15, 16:28

zeotrope a écrit :
Cathy a écrit :C'est l'adultère vu par l'homme et pour l'homme, la femme n'est qu'un simple objet au départ. Et Quine aime à la montrer comme tel, dos dénudé, chemise ouverte sur soutien gorge, bref une sorte de chatte en chaleur qui même si elle semble distante au départ, n'attend que cela !


Ah bon. Et l'adultère vu par une femme ça donnerait quoi pour ce film? En quoi est-ce machiste de montrer cette femme torturée par son besoin de se sentir à nouveau désirée? Kim Novak est justement bouleversante grâce à cette dualité. Sans cela nous aurions eu droit à une énième comédie romantique sans intérêt.


Personnellement, le personnage ne me bouleverse aucunement par son désir, au contraire, je n'y vois qu'un jouet du désir masculin montré dans un côté sexy et sexiste. L'homme ne pense qu'à avoir une relation, et il lui dit clairement tout de go ! On peut très clairement dire la même chose sans exhiber le corps de la femme. Et c'est exactement ce que fait Richard Quine quand il montre une Kim Novak à moitié dévêtue, la scène avec son mari est à la limite de l'érotisme quelque part ! Je ne critique pas le fait qu'elle ait des besoins, mais je dis que le film est un regard masculin. Jamais il ne se place du côté de la jeune femme, il étudie toutes les relations de l'homme qui est le héros ! C'est une vision masculine de l'adultère qu'il nous présente, c'est le pitch même du film ! On retient une jeune femme qui cherche finalement à "coucher" et pas à "aimer" réellement. Son aventure de l'été précédent ou ce qui est annoncé par le dernier plan et le sourire prouve bien qu'elle cherche autre chose. Et c'est sans doute ce côté trouble de la femme que je n'aime pas. Sans doute le film est-il aussi le reflet des sentiments de Quine pour Novak, vu qu'ils se séparèrent à la fin du tournage.