Cinéma muet français

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Ann Harding
Régisseur
Messages : 3014
Inscription : 7 juin 06, 10:46
Localisation : Paname

Cinéma muet français

Messagepar Ann Harding » 3 janv. 09, 15:18

Comme Music Man l'avait suggéré il y a qq semaines, je vais commencer ce nouveau topic sur une période méconnue du cinéma français. Il faut dire que les DVD disponibles sont rares ainsi que les projections... :| Vous pouvez rapatrier ici toutes les critiques qui sont probablement éparpillées sur d'autres topics du forum. Je vais commencer ce sujet par un film à épisodes que je n'ai pas encore vu entièrement vue sa longueur: 380 min!

La Maison du Mystère (1922) de Alexandre Volkoff [en 10 épisodes] 1ère Partie
Image
Julien Villandrit (Ivan Mosjoukine)

Résumé des 3 premiers épisodes *Attention Spoilers*

1- L'Ami félon -2- Le Secret de l'étang -3- L'Ambition au service de la haine

Julien Villandrit (Ivan Mosjoukine) est épris de Régine (Hélène Darly). Timide de nature, il a du mal à faire sa demande en marriage. Mais, les parents acceptent facilement. Il repart éperdument amoureux et heureux. En chemin il croise son ami d'enfance, le sombre Corradin (Charles Vanel) qui etouffe de jalousie en apprenant son marriage imminant avec la femme qu'il aime lui aussi. Julien et Hélène sont maintenant marrié depuis 7 ans. Une petite fille, Christiane est née. Le vieux banquier Marjory vient souvent visiter Hélène. Corradin en profite pour insinuer à Julien que le vieux pourrait être l'amant de sa femme. D'autant plus que la filature que dirige Julien va mal finacièrement et que Marjory lui prête régulièrement de fortes sommes d'argent. Corradin subtilise une lettre de Marjory à Régine -qui pourrait être mal interprétée- et la laisse en évidence dans les appartements de Julien. Furieux et jaloux, il se précipite chez Marjory, le menace et tente de l'étrangler. Marjory lui avoue alors être le véritable père de Régine. Il est mal en point et Julien se précipite pour chercher de l'aide. Quand il revient, Marjory n'est plus à la même place et il est mort. Tous les indices sont contre Julien qui devient le suspect numéro 1. Mais le bûcheron Rudeberg (Nicolas Koline) a pris des photos de Corradin en train de frapper et de tuer Marjory. Il fait chanter celui-ci. Corradin récupère les clichés et les brûle. Mais, il réalise qu'il n'a pas la négatif. Pendant ce temps, Julien échappe à la surveillance des gendarmes. Il se cache dans le parc de son château. Corradin a drogué Rudeberg et met le feu à sa cabane en espérant le faire disparaitre ainsi que les preuves le compromettant. Julien aperçoit les flammes et sauve in extremis Rudeberg. Corradin se rend compte que les négatifs sont dans un tabouret que le bûcheron garde près de lui....

Si je vous ai raconté le film dans ses moindres péripéties, c'est que ce film à épisodes est basé sur un roman populaire de Jules Mary qui fut un grand succès lors de sa parution en épisodes dans Le Petit Parisien. Volkoff et Mosjoukine en assure l'adaptation qui se veut fidèle. Comme le résumé le suggère, il contient tous les ingrédients indispensables: jalousie, meurtre, naissance cachée, etc. Dès les premières images, Julien est présenté comme un garçon sensible et intègre. Mosjoukine lui donne une épaisseur comique et romantique typiquement russe, au meilleur sens du terme. Il faut le voir sauter sur la selle de son cheval et attérir debout sur celle-ci! :shock: Après avoir embrassé sa bien-aimée, il se laisse aller à une exubérance tout Keatonienne: galipettes, jouant à saute-mouton, etc. Charles Vanel est l'ami félon qui dès le début du film apporte le malaise. Nous le découvrons alors qu'il effrait un mendiant sans défense avec un molosse à l'allure féroce. Il marche dans les sous-bois épiant Hélène et son ami. La violence est à fleur de peau chez lui dans son jeu tout intérieur et calme en apparence. Nicolas Koline -qui interprète très souvent des roles comiques avec talent y compris dans le Napoléon d'Abel Gance- est le bûcheron amateur de photographie qui va se trouver sur le chemin de l'affreux Vanel. Si les situations sont stéréotypées, le film lui avance avec un rythme souple prenant le temps de bien situer chaque personnage. La cinématographie de Joseph-Louis Mundwiller est remarquable. Le marriage de Julien est traité en ombres chinoises avec tous les personnages en silhouettes comme dans un dessin animé de Reiniger.
Vanel ne reculera devant rien pour détruire Mosjoukine et les épisodes suivants seront surement plein de nouveaux rebondissements. A suivre! :wink:
Dernière édition par Ann Harding le 5 mai 13, 16:57, édité 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Music Man
Assistant opérateur
Messages : 2285
Inscription : 16 févr. 06, 21:23

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar Music Man » 3 janv. 09, 15:59

Bravo Ann pour cette heureuse initiative!
Il est tant de nous pencher sur notre patrimoine;
j'ai vu sur le site de la BIFI que ce film et plusieurs autres avaient été numérisés avec des références en DVD :
http://www.bifi.fr/upload/bibliotheque/ ... fonds_cf(5).html
Qu'est-ce que cela signifie? qu'on peut regarder le film à la Bifi, ou qu'on peut aussi en acheter une copie?
Image
Ivan Mosjoukine, star du muet (et amant de la fameuse Kiki de Montparnasse)

Avatar de l’utilisateur
allen john
Accessoiriste
Messages : 1939
Inscription : 17 mai 06, 19:00
Localisation : Une maison bleue

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar allen john » 3 janv. 09, 18:35

Vive Mosjoukine, et vive Ann Harding! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Tommy Udo
Producteur
Messages : 8666
Inscription : 22 août 06, 14:23

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar Tommy Udo » 3 janv. 09, 19:47

Ann Harding a écrit :Il faut dire que les DVD disponibles sont rares...

Hormis J'Accuse, La Roue (Gance), L'Argent (L'Herbier) Nana (Renoir) et les serials de Feuillade, quels classiques du muet français existent en DVD ?
Perso, j'attends tjs impatiemment L'Inhumaine... :?

Avatar de l’utilisateur
misterleo
Doublure lumière
Messages : 469
Inscription : 21 juil. 08, 14:46
Localisation : bien au chaud dans la salle de cinéma

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar misterleo » 3 janv. 09, 20:36

Il y a aussi El dorado (1921) de L'herbier je crois :wink: il me semble l'avoir vu à la médiathèque
Image
- Eh bien faisons les présentations, moi je suis Damien Karras.
- Moi je suis le diable !

Avatar de l’utilisateur
Ann Harding
Régisseur
Messages : 3014
Inscription : 7 juin 06, 10:46
Localisation : Paname

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar Ann Harding » 3 janv. 09, 20:37

Music Man a écrit :Il est tant de nous pencher sur notre patrimoine;
j'ai vu sur le site de la BIFI que ce film et plusieurs autres avaient été numérisés avec des références en DVD :
http://www.bifi.fr/upload/bibliotheque/ ... fonds_cf(5).html
Qu'est-ce que cela signifie? qu'on peut regarder le film à la Bifi, ou qu'on peut aussi en acheter une copie?

Cela signifie, malheureusement, qu'on peut seulement les voir à la médiathèque de la Cinémathèque sur écran vidéo. C'est ainsi que j'ai découverts plusieurs films produits par la Cie Albatros. je vous donnerai un maximum de détails sur les films vu que peu de gens auront la chance de les voir à moins d'aller à la Cinémathèque. D'ailleurs on se demande ce que la Cinémathèque attend pour sortir en DVD les films muets français qu'elle possède.... :roll: Quand toutes les archives européennes sortent des DVD formidables (allemand, danois, suèdois, autrichiens, néerlandais...etc), la notre ne fait rien.... :|

Tommy Udo, il existe quelques autres films français en DVD :
L'atlantide de Feyder (Z2 F) un peu long, mais splendide visuellement
Le Capitaine Fracasse de Cavalcanti (Z1, US) excellente adaptation de Gautier
Le Joueur d'Echec de Raymond Bernard (Z1, US) Un grand film de Bernard (référez-vous à l'interview de Brownlow pour plus de détails)
Crainquebille de Feyder (Z1 US) superbe Feyder tourné dans les halles de Paris
Cyrano de Bergerac de Genina (Z1, US) Adaptation de Rostand avec un film entièrement colorié à la main
Judex de Feuillade (Z1 US) génial sérial disponible chez Flicker Alley avec une superbe partition de Robert Israel
La Terre de André Antoine (Z1, US) adaptation de Zola. superbe
Visages d'enfants de Feyder (Z1 & Z2) Chef d'oeuvre de Feyder

Avatar de l’utilisateur
allen john
Accessoiriste
Messages : 1939
Inscription : 17 mai 06, 19:00
Localisation : Une maison bleue

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar allen john » 3 janv. 09, 20:40

Tommy Udo a écrit :
Ann Harding a écrit :Il faut dire que les DVD disponibles sont rares...

Hormis J'Accuse, La Roue (Gance), L'Argent (L'Herbier) Nana (Renoir) et les serials de Feuillade, quels classiques du muet français existent en DVD ?


Gaumont, le cinéma premier, d'autres Renoir, La passion de Jeanne d'arc (Chez Criterion ou en ESpagne), l'Atlantide et Visages d'enfants de feyder, Coeur fidèle d'Epstein, Paris qui dort de Clair, Poil de carotte et Au bonheur des dames de Duvivier, Verdun, visions d'histoire de Leon Poirier cher à tant de forumeurs :uhuh: ou encore La terre, d'Antoine, Le capitaine Fracasse de Cavalcanti ou Le joueur d'échecs de R. bernard, sans oublier la version courte de Napoléon (225 mn) disponible en Australie et en Espagne. Mais ce n'est pas assez, c'est vrai.

Avatar de l’utilisateur
allen john
Accessoiriste
Messages : 1939
Inscription : 17 mai 06, 19:00
Localisation : Une maison bleue

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar allen john » 3 janv. 09, 20:41

Désolé pour la redite, je viens de constater que l'un de nous est de trop dans cette ville :uhuh:

Avatar de l’utilisateur
Ann Harding
Régisseur
Messages : 3014
Inscription : 7 juin 06, 10:46
Localisation : Paname

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar Ann Harding » 3 janv. 09, 20:44

Aucune importance! D'ailleurs, j'avais oublié qq titres! :wink: Le Monte-Cristo de Fescourt est également disponible en DVD. (il a été diffusé sur Arte)

Avatar de l’utilisateur
Tommy Udo
Producteur
Messages : 8666
Inscription : 22 août 06, 14:23

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar Tommy Udo » 3 janv. 09, 20:50

Merci à vous trois... Et NON, Allen John, il n'y en a pas un de trop :lol:
Vous êtes tout les deux indispensables au forum !! :wink:

Avatar de l’utilisateur
Tommy Udo
Producteur
Messages : 8666
Inscription : 22 août 06, 14:23

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar Tommy Udo » 3 janv. 09, 21:37

Aux Pays-Bas (Filmmuseum), il est possible de se procuer Le Mystère de la Tour Eiffel (1927) de Julien Duvivier.
http://www.imdb.com/title/tt0018187/
http://www.filmmuseum.nl/website/exec/f ... 2e50616765

Le film possède apparemment les intertitres français originaux.

Avatar de l’utilisateur
misterleo
Doublure lumière
Messages : 469
Inscription : 21 juil. 08, 14:46
Localisation : bien au chaud dans la salle de cinéma

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar misterleo » 3 janv. 09, 21:49

Tommy Udo a écrit :de Julien Duvivier

Pas besoin d'acheter le DVD, ça va forcément passer un jour au cinéma de minuit :lol:
Image
- Eh bien faisons les présentations, moi je suis Damien Karras.
- Moi je suis le diable !

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19876
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Messagepar Nestor Almendros » 4 janv. 09, 00:28

topic sur le film LA TERRE d'André Antoine (1921)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=8635&p=267319&hilit=muet#p267319

topic sur le film VERDUN VISIONS D'HISTOIRE de Léon Poirier (1928)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=23308

topic sur le film L'ARGENT de Marcel L'Herbier (1928)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=27994

topic sur le film NAPOLEON d'Abel Gance (1929)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=13888&hilit=+vigo

topic sur le film LE COMTE DE MONTE-CRISTO d'Henri Fescourt (1928)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=22716&p=1281892&hilit=+muet+fran%C3%A7ais#p1281892

topic sur le film LA PASSION DE JEANNE D'ARC de Dreyer (1928)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=1566&hilit=+muet+fran%C3%A7ais

topic sur un site internet à propos de L'ATALANTE
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=1559&p=41336&hilit=+vigo#p41336

petit topic sur les courts-métrages de Max Linder pré-1914
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=28001




topic sur Louis Feuillade (1873-1925)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=27941

topic sur Jean Vigo (1905-1934)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=28143&p=1745813#p1745813

topic sur Abel Gance (1889-1981)
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=9906&p=321594#p321594

Avatar de l’utilisateur
Nestor Almendros
Déçu
Messages : 19876
Inscription : 12 oct. 04, 00:42
Localisation : dans les archives de Classik

Messagepar Nestor Almendros » 4 janv. 09, 01:26

Vic Vega (27 décembre 2003) a écrit :Fantomas: Un petit bijou que ce sérial signé Feuillade transposant de façon inspirée sur grand écran un mythe de la culture populaire, en amenant le spectateur entre les banlieues résidentielles de Paris et ses quartiers les plus mal famés, entre les bals de la haute société de l'époque et un univers souterrain peuplé de gangsters et d'astuces permettant leur évasion, un monde où l'on change avec une grande aisance d'apparence, nous faisant voyager dans et hors de France de façon véritablement épique tout en n'oubliant pas de fournir son lot d'observations sur la société française de son temps (capitalisme boursier, codes de la haute société). Feuillade réussit à imposer un rythme inhabituellement lent fait de durée étirée des séquences créatrice d'attente à ce récit épique sans nuire au spectaculaire de certaines séquences (l'incident du train entre autres) et à accumuler les rebondissements les plus inattendus, les plus fous (l'attaque du boa constrictor entre autres, les évasions de Fantomas) parfois au mépris de la vraisemblance mais toujours afin de satisfaire le plaisir du spectateur. Il a bien 3 ou 4 longueurs mais cela fait peu pour une saga affichant plus de 5 heures au total. Une conception hautement plaisante du divertissement qui heureusement a toujours des héritiers (les rebondissements fous des meilleurs divertissements hk, la dimension feuilletonesque des impostures d'Abagnale dans Catch me if you Can, la dimension sérialesque assumée d'un Kill Bill dont le coup de théatre de fin du Volume 1 descend en droite ligne de l'esprit "sérial"). Au vu de ça, Feuillade mérite à mes yeux vraiment l'adoration des Franju, Truffaut, Resnais, Bunuel, Godard et des Surréalistes. 9/10


Bartlebooth (le 4 février 2004) a écrit :Fantomas : Le Mort qui tue (Feuillade, 1913)

- Plaisir toujours vif du feuilleton, avec son génie du mal, ses complots machiavéliques, ses identités doubles, ses malles sanglantes transportées par des hommes en cagoule noire, où même les trous et les invraisemblances du récit concourent à créer un climat onirique.
- Talent de Feuillade à faire surgir le fantastique au cœur du quotidien – dans un simple plan de façade, de jardin grillagé ou de rue déserte parcourue par d’inquiétantes automobiles. Paris devient un lieu fantômatique, une ville à double fond truffée de souterrains et de portes dérobées, où tout communique avec tout : la petite pègre avec la haute finance ; les toits de la Cité avec les décharges de la Seine.
- Au passage, quelques aperçus documentaires (le service anthropométrique du quai des Orfèvres : naissance de la police "scientifique").
- Enfin, doigté de la direction d’acteurs qui encourage la mesure du geste et la sobriété de l’expression. Mention, côté seconds rôles, au commissaire de quartier et au juge d’instruction, non crédités ; en outre dans les grands ensembles, le moindre figurant d’arrière-plan a quelque chose d’intéressant à faire.

P.-S. Je ne suis pas un obsédé des bonus (l’important, c’est le film), mais tout de même. Il faudra dénoncer la manie des éditeurs de débiter leurs suppléments en tranches, façon zapping : trois minutes de Hawks par ci, quatre minutes de Tourneur par là… Ici, le coffret Gaumont propose trois courts extraits d’un film de Franju sur Marcel Allain (coauteur avec Souvestre des romans de Fantômas). Extraits passionnants, qui nous laissent d’autant plus sur notre faim. Pourquoi n’avoir pas mis le film au complet, d’autant qu’il y avait la place ? Alors oui, l’objet est beau, l’interface d’une rare élégance, mais on souhaiterait un peu moins d’attention au packaging et un peu plus au contenu.


Stalker (le 5 mars 2006) a écrit :Les Vampires, Louis Feuillade, 1915

Image

Les 10 épisodes étaient projetés aujourd'hui de 14h30 à 23h30 à la Cinémathèque, avec présentation d'Olivier Assayas et accompagnement au piano d'Eric Le Guen.

J'y suis allé par curiosité, sans avoir l'intention de tout regarder, mais finalement je suis resté juqu'au bout. 6h30 de film muet, j'aurais pas cru ! L'ennui a juste pointé le bout de son nez sur 2-3 épisodes un peu moins originaux que les autres, mais dans l'ensemble c'est assez fascinant. Quand on pense que ça date de 1915... l'oeuvre de Feuillade a dû avoir une influence énorme sur le développement du cinéma muet. Le jeu des acteurs est malheureusement très exagéré ; c'est la seule chose qui fait qu'on ressent forcément ces films comme datés aujourd'hui. Certes, ça participe à une certaine "poésie" du muet, mais je trouve que ça va à l'encontre de la réalisation incroyablement réaliste de Feuillade (tous les plans en décors naturels, dans les rues de Paris, sur les toits... aujourd'hui ce film possède un aspect documentaire assez fascinant).

Image

!!! gros spoilers ci-dessous !!!
Côté scénario, on regrettera un certain manichéisme et un "happy end" un peu radical, façon justice sauvage... Parce-que finalement c'est Irma Vep (magnifique Musidora) qui est le coeur du film, qui le porte sur ses épaules. Et même si elle est présentée comme entièrement mauvaise (elle est avide de pouvoir, elle tue sans sourciller...), on se prend à espérer une éventuelle rédemption... Mais non. Et c'est de manière assez amère qu'on la voit se faire abattre au fond d'une cave pour marquer le triomphe de nos "héros", qui me sont personnellement assez antipathiques : Guérande, personnage principal assez transparent avec sa parfaite femme au foyer et Mazamette, petit employé lâche et manipulé qui devient de plus en plus agaçant au fur et à mesure de sa transformation en héros un peu bête mais droit et courageux.
Dommage aussi que les personnages des Vampires, et particulièrement Irma Vep, ne soient pas plus profonds et ambigus, car au final, ça me laisse quand même un petit goût amer.
Le programme de la rétro nous dit que Feuillade ne se caractérisait pas vraiment par ses idées progressistes... ceci explique peut-être celà.

Mais enfin, même si j'ai l'impression d'être assez négatif dans ce que j'écris à chaud, je suis très content de ces 6h30 passées avec Les Vampires. Les yeux sombres et le fameux collant d'Irma Vep resteront gravés dans ma mémoire.

Jack Griffin a écrit :Bravo Stalker d'être rester jusqu'au bout. Pour ma part la lassitude s'est pointée vers le cinquième épisode et je suis donc parti après la deuxième séance. Mais je veux savoir comment tout cela fini :)

Stalker a écrit :C'est aussi après la deuxième séance que j'ai le plus hésité à rester. J'ai trouvé le 6ème épisode, Les Yeux qui Fascinent (les 200000 dollars en forêt de Fontainebleau), un peu long et pénible, même si c'est dans celui-là que Musidora fait son show dans son collant noir si seyant, dans la chambre des américains ! :)


bruce randylan (le 3 septembre 2007) a écrit :Le joueur d'echecs Raymond Bernard ( 1927 )

L'histoire est trés interressante et "particulière" mêlant histoire et drame personnel mais je ne me suis que rarement senti vraiment impliqué. La mise en scène ne manque pas de qualité ni de rythme mais il manque un souffle et une force qu'on ne voit apparaitre que ponctuellement ( l'inspiration que procure la bataille à la pianiste ; le traitre entouré des poupées mécanique ; le bal final ).

Avatar de l’utilisateur
bruce randylan
Mogul
Messages : 11417
Inscription : 21 sept. 04, 16:57
Localisation : lost in time and lost in space

Re: Cinéma Muet Français

Messagepar bruce randylan » 4 janv. 09, 10:48

En dvd, Cyrano de Bergerac existe aussi en Z2 chez Arté :wink:
TF1 avait aussi sortie l'intégral 3 mousquetaires de Henri Diamant-Berger dans un beau coffret 3 DVD aujourd'hui épuisé :cry:
Il ne faut pas non plus oublier les 6 volumes de Retour de Flammes chez Lobster et des 2 documentaire sur le son et la couleur qui possèdent plusieurs films français.
En animation, On trouve plusieurs Ladislas Starewitch comme l'horloge magique chez Montparnasse ( bien que raconté en voix-off )

Enfin, en Z1, l'intégrale Meliès est assez indispensable :)
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
land of hope and dreams