Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar julien » 15 mars 09, 15:54

Le film est disponible en dvd sur Amazon à un prix dérisoire.

Image

http://www.amazon.fr/Eureka-Gene-Hackman/dp/B000KP7M6A

Edit. Si tu es sur Paris, tu peux aussi le trouver gratuitement à la Médiathèque Rostand. 8)
Dernière édition par julien le 15 mars 09, 16:29, édité 1 fois.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Messages : 23288
Inscription : 19 janv. 06, 15:33
Localisation : Californie, années 50

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar ed » 15 mars 09, 16:08

The_Thing a écrit :le film s'impose justement comme une ode à la nature et la découverte du patrimoine de l'humanité.
J'ai beau beaucoup aimer le film (le lien cité dans le premier post renvoie d'ailleurs au texte que je lui avais consacré) et ce que tu évoques a beau intimement me parler, je ne suis pas vraiment convaincu par cette dimension du film. Quand bien même Roeg compose des plans superbes, ce n'est jamais pour magnifier la nature, qui est plutôt montrée dans le film comme un lieu "menaçant, de violence et de morbidité, où le soleil est un brasier dévorant, où des reptiles rampants s’entre-dévorent et où la minéralité crée d’insurmontables enceintes" (je m'auto-cite, pardon de cette pratique narcissique) - et si l'idée du "paradis perdu" se trouve évidemment dans un cadre de splendeur naturelle, l'essentiel n'est pas dans sa préservation, mais au contraire dans son aspect furtif, insaisissable...
De la même manière, la mort des animaux ne sert pas à effectuer "dénonciation écologique", mais me semble d'avantage être le vecteur du contraste entre les pratiques de l'aborigène et celles de la "modernité barbare" (aussi pour montrer la désuétude, l'achèvement même du mode de vie du premier).
Le vrai coeur du film est selon moi bien plus dans la cruelle description de la société des hommes et de ce qu'elle détruit (la nature, certes, mais pas seulement) que dans un quelconque sous-texte écologique, au mieux très secondaire (je doute même en fait que cet aspect ait intéresse Roeg). Que ce soit clair, j'aurais probablement aimé qu'il y soit, j'ai probablement avant la vision espéré qu'il y soit, mais je ne l'ai pas vu :lol:

Il me reste à découvrir maintenant "Eureka' du même réalisateur film plutôt rare que je ne trouve nulle part. Si quelqu'un a une solution..
J''avais trouvé de DVD de L'étrange collection pour une misère (4,99) aux Enfants d'Icare. Tu peux le trouver pour un prix raisonnable sur des sites comme 2xmoinscher ou Price minister
ed-it : julien a déjà répondu :oops:
ed-ed-it : mais les prix sur mes liens sont moins élevés 8)
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image

Avatar de l’utilisateur
The_Thing
Assistant(e) machine à café
Messages : 184
Inscription : 14 nov. 08, 23:09

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar The_Thing » 15 mars 09, 16:46

Merci Julien et Ed pour les infos :D

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar Alligator » 13 sept. 09, 18:20

Image

http://alligatographe.blogspot.com/2009/09/walkabout.html

_______________

Très étrange film. Sa forme apparait d'emblée comme très originale avec des cadrages, des prises de vue dont le montage rapide relève encore plus les caractères innovateurs de l'ensemble. Cela donne une drôle d'impression. D'autant plus que ce montage serré, vif, ne se contente pas d'arracher l'oeil et l'attention du spectateur, il se veut plein de sens, de palliatifs aux carences de communication des personnages, en effaçant les non-dits.

Le film essentiellement centré sur la chair, la vie et la mort dans la nature, permet de profondes réflexions. Et le spectateur de s'interroger, comme les protagonistes confrontés de plein fouet et à leur corps défendant à ces questions de vie et de mort, à ce malaise provenant du choc des civilisations. Le film débute et se clôt sur la mort. Pas n'importe laquelle, celle que se donnent les hommes. Oeuvre profondément pessimiste, la culture et la civilisation paraissent ne pas permettre aux hommes de se confronter à la nature sans heurt, sans fracas. La confrontation à sa propre animalité est néanmoins beaucoup moins perturbante que la découverte de la violence du monde moderne, finalement insensé alors qu'à l'état de nature la violence est une nécessité, une donnée vitale. Il semblerait que la paix des hommes ne soit accessible que dans les zones franches où culture ou nature sont absolument distinctes l'une de l'autre. Au contraire, les zones mal délimitées où les frontières sont difficiles à estimer, sont alors des aires de grand péril et de morbidité. Comme si l'artificiel au contact du naturel devenait malsain. Ce sont dans ces espaces que les suicides ont lieu.

Film rouge, ocre, terre, il est avant tout d'une beauté minérale et qui tarde à se laisser siroter. J'ai mis quelques temps à le digérer pour bien en apprécier la drôle d'amertume. J'ai d'ailleurs bien eu du mal à écrire ces quelques mots. Un film qui m'a laissé sans voix. Une petite curiosité pas si petite que ça en somme. A voir.

Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 19175
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar Major Tom » 14 sept. 09, 00:12

Superbe B.O. de John Barry. C'est malheureusement tout ce que je connais du film. :oops:
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar Alligator » 14 sept. 09, 08:23

Bizarrement, elle ne m'a pas marqué. Je l'avais oubliée.

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar julien » 14 sept. 09, 15:15

Voici de quoi te rafraichir la mémoire.

Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

homerwell
Assistant opérateur
Messages : 2490
Inscription : 12 mars 06, 09:57

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar homerwell » 14 sept. 09, 16:05

Sauf erreur, plus que la bande originale, je me rappelle d'une bande son très riche, très claire, avec beaucoup d'informations y compris hors cadre. Mais ça demanderait une revoyure de ce film qui m'a laissé un grand souvenir.

Alligator a écrit :J'ai mis quelques temps à le digérer pour bien en apprécier la drôle d'amertume.


J'aime bien cette expression, "drôle d'amertume", qui s'accorde bien à cette œuvre. Toute la partie dans le paradis terrestre avec les images de baignade est splendide ; alors que la fin est tellement sèche, abrupte...

Alligator
Réalisateur
Messages : 6629
Inscription : 8 févr. 04, 12:25
Localisation : Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar Alligator » 14 sept. 09, 16:18

On pourrait évoquer le "désenchantement" aussi. Comme si l'auteur était profondement malheureux de découvrir que le monde aborigène et celui des anglais sont inconciliables. Le rêve de Gulpilil de fonder une famille avec Agutter le petit Roeg explose. Les images des blancs exploitant les autres aborigènes annonçaient déjà cette impossibilité de vivre en se respectant ou en bonne entente. Le fossé est trop grand. Nicholas Roeg en souffre. Ca transpire. Il y a cru. Mais cette histoire crée une violente désillusion. Et forcément le spectateur ressent ce malaise et cette tristesse fondamentale. Non, tous les êtres ne peuvent vivre ensemble.

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22835
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar AtCloseRange » 31 mars 10, 11:57

Pas du tout d'accord avec l'unanimité ambiante.
Si formellement le film bénéficie de magnifiques paysages australiens et si Roeg en tire parfois le meilleur, ça ne me suffit pas.
Quelle naïveté, quel simplisme, quel symbolisme lourdingue...
Je sais bien qu'on est en 1970 mais même avec 40 ans de recul, que dire de cette vision de l'opposition entre la nature/paradis perdu et l'épouvantable civilisation :roll: et le clou, ce sont vraiment ces parties de montage alternées.

Vraiment symptomatique à la fois esthétiquement et idéologiquement d'une époque, c'est trop caricatural pour que ça me parle.
Même pas une bonne alternative aux films de Nicolas Hulot et Yann Arthus-Berrtrand.

En fait, j'ai parfois pensé à la Forêt d'Emeraude, un bien meilleur film à tous les niveaux.
Image

Avatar de l’utilisateur
Wagner
Assistant opérateur
Messages : 2258
Inscription : 2 oct. 04, 19:21
Localisation : Dans le temps

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar Wagner » 31 mars 10, 12:12

AtCloseRange a écrit :Je sais bien qu'on est en 1970 mais même avec 40 ans de recul, que dire de cette vision de l'opposition entre la nature/paradis perdu et l'épouvantable civilisation :roll: et le clou, ce sont vraiment ces parties de montage alternées.


c'est plus subtil que ça, il faut regarder les images en profondeur et ne pas se limiter à l'alternance entre plan de montagne et plan de mur.

par ailleurs la haute qualité de la mise en images ne permet pas la comparaison avec un travail documentaire
Image

Ego sum qui sum

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22835
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar AtCloseRange » 31 mars 10, 12:25

Wagner a écrit :
AtCloseRange a écrit :Je sais bien qu'on est en 1970 mais même avec 40 ans de recul, que dire de cette vision de l'opposition entre la nature/paradis perdu et l'épouvantable civilisation :roll: et le clou, ce sont vraiment ces parties de montage alternées.


c'est plus subtil que ça, il faut regarder les images en profondeur et ne pas se limiter à l'alternance entre plan de montagne et plan de mur.

par ailleurs la haute qualité de la mise en images ne permet pas la comparaison avec un travail documentaire
J'aime bien quand on me dit qu'il faut voir au-delà du visible...

Je ne vois pas tellement de différence dans l'utilisation de plans larges esthétisants et si la mise en image est de qualité, je suis beaucoup moins convaincu par la mise en scène.
Je ne vois rien de subtil dans toute la symbolique du film: tout est d'une limpidité totale dès le début et ne bougera pas d'un pouce dans la démonstration jusqu'au bout.
Il n'y a guère que la scène de la danse de séduction qui apporte un tant soit peu d'ambigüité...
Image

Avatar de l’utilisateur
Wagner
Assistant opérateur
Messages : 2258
Inscription : 2 oct. 04, 19:21
Localisation : Dans le temps

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1971)

Messagepar Wagner » 31 mars 10, 14:26

Roeg mélange culture et nature, il ne les dissocie pas de manière radicale, et il le fait à travers la mise en scène.
Image

Ego sum qui sum

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87060
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1970)

Messagepar Jeremy Fox » 3 juin 15, 06:15


Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87060
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Walkabout (Nicolas Roeg - 1970)

Messagepar Jeremy Fox » 14 juil. 15, 08:34

Il me restera certes de cette découverte quelques images inoubliables, un étonnant prologue, dix magnifiques et amères dernières minutes, le visage de Jenny Agutter, le thème principal de John Barry évidemment superbe, mais dans l'ensemble je serais néanmoins resté hermétique au film. Non pas que je n'ai pas compris les intentions de l'auteur mais le traitement de cette histoire m'aura laissé assez froid et distant. Dommage de ne pas avoir été touché par ce film dont j'attendais beaucoup :(